Navegación – Mapa del sitio

Libéralisme, centralisme et fédéralisme.Alberdi et Alem en 18801

Ezequiel Gallo

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Je ne pense pas être original en rappelant le caractère décisif des événements qui ont eu lieu dans la République argentine au cours de l’année 1880. La situation militaire dramatique, l’importance des décisions institutionnelles et le remaniement des forces politiques en action ont été des signes correctement soulignés par la plupart de nos historiens pour affirmer que l’année 1880 marquait l’un des tournants les plus significatifs de notre trajectoire politico-institutionnelle.

2Cet accord entre historiens coïncide avec l’appréciation des faits par les contemporains eux-mêmes. Rares ont été ceux qui hésitaient à se reconnaître comme acteurs ou témoins d’événements qui allaient fondamentalement conditionner l’évolution de la République. Cet accord entre protagonistes et historiens se manifeste notamment à propos de la fédéralisation de Buenos Aires considérée comme symbolique de la solution politique atteinte dans cette période complexe et périlleuse de notre histoire institutionnelle.

3Voilà de quoi nous inciter à réfléchir sur une dimension spécifique de cette fédéralisation de la ville de Buenos Aires. Cette réflexion, qui ne contredit pas nécessairement celles qui l’ont précédée, s’inscrit clairement dans le domaine de l’histoire des idées politiques : elle tourne autour de la vieille polémique entre centralisme et fédéralisme, mais aussi autour du rapport entre ces deux termes et la pensée libérale classique, qui comptait beaucoup à cette époque. Pour étudier ce sujet, nous comparerons deux textes contemporains des événements : ‘‘ La República Argentina consolidada en 1880 con la ciudad de Buenos Aires por Capita l’’ de Juan Bautista Alberdi et le long discours prononcé par Leandro Alem devant l’Assemblée législative de la province de Buenos Aires.

4Il y a eu d’autres apports intéressants au débat sur le fédéralisme (par exemple les discours d’Hernández et Beracochea, également prononcés devant l’Assemblée législative), mais ceux des deux auteurs que nous avons choisis présentent une caractéristique particulièrement instructive dans le domaine qui nous occupe. L’un et l’autre, nous le verrons, ont envisagé le thème du centralisme et du fédéralisme d’un point de vue explicitement libéral dont ils ne se sont jamais départis durant leur longue carrière publique. Cette similitude des principes, au départ, fournit une base faute de laquelle toute comparaison entre eux risquerait d’être sans objet. Leurs deux textes sont, de toute évidence, exemplaires de l’un des débats les plus ardus auxquels la pensée politique du XIXème siècle ait dû faire face.

5Il me paraît nécessaire de donner d’abord une brève définition du libéralisme classique, ou plus précisément, des caractéristiques que mon analyse devra prendre en compte. Ce courant de pensée a présenté auXIXème siècle tant de versions et de nuances diverses qu’une description complète, par ailleurs fastidieuse, risquerait de transgresser les normes de l’historiographie. Je limiterai ce risque en me bornant aux deux aspects du libéralisme qui me semblent capitaux par rapport au sujet traité.

Gouvernement limité, vertu civique et séparation des pouvoirs

6Un auteur de renom, Norberto Bobbio, définit la pensée libérale comme une réflexion sur la limitation du pouvoir. Cette réflexion passe par deux étapes. Dans la première, on accepte comme inévitable le besoin d’un gouvernement, c’est-à-dire d’une organisation qui détienne le monopole de la force. Dans la seconde, on précise que le pouvoir ainsi constitué doit exercer sa souveraineté dans des limites strictes, définies par une règle générale, valable aussi bien pour les gouvernants que pour les gouvernés. La conséquence logique de cette limitation est la coexistence d’un vaste espace d’interactions privées (société civile) et d’un espace public restreint dont la fonction essentielle est la protection des droits et libertés de cette société civile.

7Peu de textes ont illustré ces principes avec autant de pertinence que le célèbre discours de Benjamin Constant (1819) : « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes. » Pour les modernes, la liberté était avant tout liberté individuelle, c’est-à-dire le droit d’exercer toute activité qui ne porte pas atteinte aux mêmes droits chez autrui. Pour les anciens, par contre, la liberté consistait à exercer leur souveraineté collective sur la place publique. Suivant l’expression quelque peu schématique de Constant : « Ainsi, chez les anciens, l’individu, souverain presque habituellement dans les affaires publiques, est esclave dans tous les rapports privés ». Ainsi se justifiait la suprématie des libertés civiles sur les libertés politiques.Celles-ci n’en gardaient pas moins leur dignité: pour l’auteur français, elles restaient de toute façon «indispensables » à l’exercice pacifique de celles-là.

8Le choix d’un pouvoir gouvernemental limité a été, au XVIIIème et XIXème siècles, le principe auquel se ralliaient tous ceux qui se réclamaient du libéralisme. Une fois ce principe admis, cependant, des divergences notables n’ont pas tardé à se faire jour. Les controverses portaient tantôt sur les fondements philosophiques de la limitation du pouvoir public, tantôt sur la nature des activités qui relevaient spécifiquement de lui. Il y a eu aussi de vifs débats sur la manière de mettre en place les institutions nouvelles, graduellement ou d’un seul coup, par évolution ou par révolution. L’une de ces divergences, a eu une réelle importance dans la pensée politique d’Alberdi et d’Alem; elle mérite, par conséquent, un bref examen.

9Le libéralisme classique, considérait comme indispensable l’existence d’un gouvernement, autrement dit d’une institution qui monopolise l’usage de la force. Ce principe une fois posé, surgissait l’éternel problème : comment faire pour que celui ou ceux qui disposent de cette force n’en abusent pas ? James Madison, dans Le Fédéraliste, a clairement formulé la question : « En instituant un gouvernement géré par des hommes et pour des hommes, la grande difficulté est celle-ci : premièrement mettre le gouvernement en mesure de contrôler les gouvernés  et, deuxièmement, l’obliger à se contrôler lui-même. »

10Au risque d’être trop schématique, je citerai deux réponses à cette question. Elle ont eu une réelle influence dans la période analysée.

11La première, paradoxalement, récupère un des aspects essentiels de « la liberté des anciens » en faisant appel, par l’exercice vigilant de leur liberté politique, à la vertu des citoyens pour exercer un contrôle permanent sur les agissements des gouvernants. Constant lui-même, à la fin de son discours, insiste sur ce point :

Le danger de la liberté moderne, c’est qu’absorbéspar la jouissance de notre indépendance privée et la poursuite de nos intérêts particuliers, nous ne renoncions trop facilement à notre droit de partage du pouvoir politique.[…] Pourrions-nous l’être (heureux) par des jouissances, si ces jouissances étaient séparées des garanties ? Où trouverions-nous ces garanties, si nous renoncions à la liberté politique ?

12L’appel au civisme réveille à son tour de vieilles craintes. Le zèle civique peut très vite conduire, estiment certains, à une politisation extrême de la société et à des excès (des « enthousiasmes » dans le langage de l’époque) qui peuvent facilement retomber dans des despotismes liberticides. La Terreur, dans la France de 1793, offre un exemple dramatique à l’appui de ce raisonnement. La limitation de l’arbitraire gouvernemental doit donc faire appel à d’autres moyens. Montesquieu, avec sa théorie de la séparation des pouvoirs, amorçait une réflexion qui allait atteindre son point le plus extrême chez David Hume avec la notion de cloisonnement du pouvoir. C’est peut-être chez James Madison (X et LI dans Le Fédéraliste) que cette notion de « diviser», «cloisonner »,« opposer » des institutions et des intérêts atteint, sur le plan institutionnel, sa forme la plus achevée.

13Il est important d’observer que ces deux positions n’ont jamais été radicalement contradictoires. Elles ne s’excluent pas, mettant seulement l’accent sur des aspects différents de la situation et de son évolution future. Elles correspondent par ailleurs à l’une des interrogations les plus fécondes et les plus ardues qui s’imposent à la réflexion politico-institutionnelle. Le moment est venu de les revivre à travers les textes de nos deux auteurs argentins.

14Durant sa longue carrière de publiciste, Alberdi est toujours resté un partisan résolu de la limitation du pouvoir gouvernemental et de la suprématie de la société civile sur l’autorité publique. Cette conviction s’exprimait déjà dans Bases, elle a été réaffirmée dans ses écrits économiques, développée avec éloquence dans Peregrinación de Luz del Día, et finalement célébrée dans Omnipotencia del Estado. Ce dernier ouvrage (1879) précédait de très peu les événements de l’année 80 et ses idées principales ont été reprises dans l’essai sur la fédéralisation de Buenos Aires.

15Omnipotencia del Estado est fortement marqué par l’opposition entre anciens et modernes selon Benjamin Constant. Alberdi ne cite pas cet auteur et tire ses conclusions du livre de l’historien Fustel de Coulanges sur « La Cité Antique ». L’influence de Constant demeure cependant manifeste dans des paragraphes comme celui-ci :

La Patrie, telle qu’elle était conçue par les Grecs et les Romains, était radicalement différente de l’idée que nous nous en faisons aujourd’hui […]. La Patrie (antique) est libre dans la mesure où elle ne dépend pas de l’étranger; mais l’individu y est privé de liberté, car il dépend totalement d’un pouvoir d’état absolu.

16Alberdi n’était pas uniquement intéressé par les aspects théoriques du problème ; il était fermement persuadé que la conception de la liberté selon les anciens dominait dans les pays d’Amérique latine depuis l’Indépendance. Pour lui, ces pays avaient subi l’influence de la Révolution Française, elle-même imitatrice de l’antiquité classique :

Tel est le régime social produit par la Révolution Française ; et telle est la société politique qui, dans notre Amérique d’ascendance gréco-latine, suit, aujourd’hui encore, l’exemple de la Révolution Française.

17Cette position d’Alberdi est, me semble-t-il, assez connue. Il n’en est pas de même des idées de Leandro Alem qui, sur ce point, montrent une ressemblance frappante avec celles d’Alberdi.

18L’adhésion d’Alem au principe d’un « gouvernement limité » est régulièrement proclamée dans ses discours parlementaires des années 70 et ce principe occupe une place essentielle dans son exposé sur la fédéralisation de Buenos Aires. Il déclare à ce propos :

Il ne s’agit pas d’une tendance centralisatrice, je le répète. En économie comme en politique, indissociables parce qu’il n’y a pas de progrès économique en l’absence de bonne politique, […] la théorie élaborée par les plus grands penseurs, les esprits les plus distingués de l’Ancien et du Nouveau Monde, tient, résumée par eux dans cette simple formule : »« «Ne gouvernez pas trop» ; ou, mieux encore : « Gouvernez le moins possible ». Oui, gouvernez le moins possible car, moins l’individu sera gouverné, plus la liberté progressera, plus le gouvernement dépendra de l’individu, dont les capacités d’initiative et les activités iront en s’épanouissant.

19Tout comme Alberdi, Alem s’’inspire de l’opposition entre les anciens et les modernes sans pour autant mentionner explicitement Benjamin Constant. Cependant, l’auteur auquel il se réfère le plus volontiers dans le discours qu’on vient de citer et dans d’autres interventions est Edouard Laboulaye, politicien français et penseur libéral, auteur d’un livre célèbre sur les limites de l’Etat et compilateur des œuvres complètes de Benjamin Constant. Pour Alem:

les républiques antiques, les républiques de la Grèce, n’ont pas compris la nature des institutions, n’ont pas découvert le secret pour les développer et les perfectionner ; c’est ainsi qu’on les a vues parfois succomber au despotisme ou être prématurément victimes de la décadence. Le citoyen y était libre, mais à l’intérieur d’un État auquel il était lié sans recours et auquel il appartenait exclusivement.

20L’adhésion d’Alem au principe du gouvernement limité s’exprime même à propos de thèmes qui, dès cette époque, annonçaient le déclin progressif de la pensée libérale. Je songe, notamment, à l’idée répandue selon laquelle la mise en œuvre de ce principe conduisait inéluctablement à l’aggravation des inégalités sociales. Dans son discours sur la fédéralisation, Alem observe que la théorie de l’équilibre régional lui rappelle « les communistes qui exigent, eux, l’équilibre dans le monde social » ; et il conclut quelques paragraphes plus loin : « Cette théorie de l’équilibre (…) est porteuse d’une réelle résistance à la loi souveraine du progrès et tend à anéantir les efforts les plus louables et les élans les plus nobles. » Ces considérations rappellent une fois de plus Alberdi et ses critiques bien connues de ce qu’il appelait « l’école socialiste» de l’économie.

21Il existe donc, à la base, un réelle similitude de philosophie politique entre nos deux auteurs, qu’il s’agisse de l’analyse des faits ou du choix des valeurs. Les différences que nous allons à présent mettre en lumière doivent donc être interprétées comme des divergences entre adeptes d’une même doctrine.

Évolution et vertu civique

22En politique, Alberdi est de toute évidence un évolutionniste. Convaincu du fait que le progrès ne peut être que graduel, il est extrêmement attentif aux précédents historiques ainsi qu’aux habitudes et coutumes léguées par les générations passées. Il est donc opposé à tout projet de transformation législative soudaine ou brutale. En cela, sa pensée s’inscrit dans une tradition d’origine anglo-saxonne qui lui a été transmise - et ceci n’est pas simplement anecdotique – par les « doctrinaires » français. Cette notion du devenir historique avait été fermement énoncée dans Bases : « Il faut que le nouveau régime contienne quelque chose de l’ancien ; on ne franchit pas d’un seul bond les âges intermédiaires d’un peuple. »

23En tant qu’héritier de ce courant intellectuel, Alberdi ne se fiait que modérément à la vertu civique exaltée par les anciens pour garantir les libertés modernes. Et même, ses références aux factions, à la presse d’opinion et à la gloire militaire révèlent une constante appréhension des excès que pourraient entraîner des appels réitérés au militantisme politique. La liberté anglo-saxonne, a-t-il souligné, est froide et réaliste, étrangère, par conséquent, aux enthousiasmes de place publique.

24La pensée de Leandro Alem a suivi des chemins très différents. Alem n’était ni évolutionniste ni soucieux de modifications graduelles ; il se réclamait d’une école « libérale et rationaliste» par opposition à une école qu’il qualifiait de « conservatrice et autoritaire ». La formule, je dois l’admettre, semble un peu énigmatique, mais il est clair qu’elle ne reconnaît pas au précédent historique la valeur de fondement et de justification des décisions politico-institutionnelles : « Les précédents – soutenait Alem – peuvent, certes, attirer mon attention sur tel ou tel point mais ne sont jamais pour moi la raison suprême. » On parvient à cette raison suprême, d’après lui, par déduction logique à partir de principes premiers. Par conséquent, il juge absurde de considérer la tradition comme une conseillère efficace de l’action politique. Dans son discours sur la fédéralisation, il l’a souligné avec force : « C’est un très mauvais système que de prendre la tradition comme guide suprême et irrécusable lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes de haute philosophie politique. »

25Ce point n’est pas le seul où sa pensée diffère de celle d’Alberdi : Alem a été l’un des rares auteurs qui, tout en acceptant volontiers la distinction entre les anciens et les modernes, continue à privilégier la vertu civique exaltée par les anciens. Pour lui, l’activité politique, à travers des confrontations et des oppositions publiques, est d’une part la garantie indispensable des libertés privées et d’autre part le moteur par excellence du progrès social. D’où le rôle central qu’il attend des partis dans l’élaboration des institutions républicaines. Il ne me semble donc pas abusif de suggérer que Leandro Alem est « le plus ancien des modernes ».

26Ces ressemblances et ces différences entre nos deux auteurs ayant été sommairement signalées, venons-en à l’essentiel de ce qui les sépare. Cette divergence s’est nettement manifestée à propos de la fédéralisation de Buenos Aires. Elle tournait autour d’un thème capital de la pensée libérale du XIXe siècle : la consolidation et la division du pouvoir. Dans ce cas spécifique, le débat portait sur un aspect particulier de ce problème, celui des relations entre le gouvernement central et l’autonomie des provinces. Pour Alberdi comme pour Alem, les décisions prises à cet égard décideraient du futur développement institutionnel et social de la République. Le premier, applaudissant aux conclusions de l’Assemblée, a considéré que la date de 1880 s’inscrivait dans l’évolution entamée en 1810 avec l’Indépendance et poursuivie avec la constitution de 1853. Alem, qui a clos le débat sans pouvoir cacher sa tristesse, y a vu le début d’un inéluctable déclin des vertus républicaines.

Centralisme et fédéralisme

27Le courant de la pensée libérale à laquelle Alberdi se rattachait voyait dans la division des pouvoirs le meilleur moyen de prévenir les empiètements des gouvernants. Alem, quant à lui, s’inscrivait dans une tendance pour laquelle les mécanismes institutionnels n’étaient pas aussi décisifs. On était donc en droit de s’attendre à ce qu’Alberdi appuie une position fédéraliste orthodoxe et qu’Alem se soucie moins de ce problème. Clio, cependant, est une muse malicieuse qui se plaît à nous déconcerter et, dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, ce que nous découvrons dans la réalité est à l’opposé de ce que la raison nous aurait laissés prévoir.

28Je commencerai par l’analyse du problème dans l’œuvre de Juan Bautista Alberdi. Elle illustre de façon lumineuse les tensions existantes entre l’ordre et la sécurité d’une part et la liberté d’autre part. Pour Alberdi, les deux pôles devaient s’équilibrer mutuellement, dans une harmonie permanente. Ce qui se produit le plus souvent dans la réalité, cependant, c’est que l’une de ces exigences impose des sacrifices (grands ou petits) à l’égard de l’autre. Il s’agit, déclare-t-on alors, de préférences provisoires, dictées par des circonstances particulières de temps et de lieu.

29Dans les textes d’Alberdi, l’accent a été mis alternativement sur l’un ou l’autre aspect. Dans Omnipotencia del Estado (1879), par exemple, il insistait sur les libertés individuelles. Quelques mois plus tard, dans son essai sur la fédéralisation, c’est visiblement le thème de l’ordre et de la sécurité qui passe au premier plan. Ce dernier texte pousse à l’extrême, à mon sens, une préoccupation déjà présente dans presque toutes les réflexions antérieures d’Alberdi.

30Il est facile de repérer dans cette continuité des jalons successifs. Déjà en 1847, Alberdi affirmait : «[La République Argentine] a omis dans ses premiers chants de triomphe un mot moins sonore que celui de liberté: celui de l’ordre, qui représente pourtant un contrepoids nécessaire au maintien de la liberté. » Par la suite, ce thème parcourt toute son œuvre, jusqu’à l’affirmation catégorique de 1880 : « C’est la sécurité qui a fait croître la population des États-Unis et assuré leur grandeur. Au départ, la sécurité est synonyme de liberté. »

31L’ordre et la sécurité étaient donc des conditions préalables à la liberté. Mais quelle était la condition préalable à l’ordre et à la sécurité ? Alberdi a répondu sans hésitation : «l’instauration d’un gouvernement cohérent, stable, efficace. » Dans le contexte argentin de l’époque, ce gouvernement devait être fort, encore qu’assujetti à une règle valable pour tous. Un gouvernement fort, pour Alberdi, signifiait un exécutif fort au niveau national. Tel était le sens de la phrase déjà classique de Bolívar élogieusement citée dans Bases : « Les nouveaux états de l’Amérique autrefois espagnole ont besoin de rois appelés présidents.» Sur ce point précis, Alberdi s’’inspirait davantage de l’expérience centraliste chilienne que de la doctrine fédéraliste des Etats-Unis.

32Ce point de vue a commandé toute son interprétation de l’évolution institutionnelle de l’Argentine jusqu’à 1880. Il s’agit, en général, d’une interprétation pessimiste. Dans l’essai de cette année-là, un titre de chapitre est plus qu’éloquent : « Soixante-dix ans perdus ». Soixante-dix ans marqués par l’impuissance à mettre en place une véritable autorité nationale, soixante-dix ans d’anarchie, de guerre civile et de tyrannie. Pour Alberdi, l’espoir fragile qu’avaient représenté Caseros et la Constitution nationale de 1853 avait été de courte durée. Le soulèvement « porteño » du 11 septembre 1852 et, ensuite, la réforme constitutionnelle de 1860 avaient restauré l’ancien état de choses. On avait retrouvé un pays sans gouvernement ou, pour reprendre les mots d’Alberdi, privé de tout pouvoir cohérent, stable et efficace.

33Pour lui, l’absence d’un gouvernement national résultait d’une situation particulière, héritée de la colonisation et qui s’était prolongée après l’Indépendance : la coexistence de deux autorités en concurrence ouverte. Il décrivait ainsi ce paradoxe :

La constitution actuelle donne à la République argentine deux gouvernements nationaux. Étant tous les deux nationaux, ils sont rivaux, antagonistes et surtout incompatibles. L’un (le Gouvernement national) a été officiellement institué par la Constitution de 1853 ; l’autre (gouvernement national de facto) a été l’œuvre de la Constitution réformée de 1860, qui a remis aux autorités de la province de Buenos Aires tous les moyens et les ressources du pouvoir central.

34Un gouvernement provincial, donc, détenait autant ou plus de pouvoir que le gouvernement national en titre. Et ceci, précisait Alberdi, parce que le gouverneur de Buenos Aires régnait sur la ville du même nom où étaient concentrées la plupart des ressources du pays. Tant que cette « province-métropole », comme il l’appelait, subsisterait telle quelle, l’autorité nationale resterait instable et, par conséquent, incapable d’assurer l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire.

35D’où la nécessité de « fédéraliser » la ville de Buenos Aires. Cette fédéralisation consisterait à transmettre le pouvoir de la province à la nation pour que le « Gouvernement national » mérite réellement son nom. « La question de la capitale de la Plata n’est pas une question de géographie, c’est une question de pouvoir. »

36De la priorité donnée ici à l’ordre et à la sécurité, on trouve d’autres exemples. Ainsi, l’irritation qu’inspirait à Alberdi la vieille querelle entre « unitaires » et « fédéralistes ». Les mots, disait-il, nous égarent et nous détournent des bonnes solutions. En fait, poursuivait-il, tous nos grands hommes ont été centralistes. Il faut s’inspirer des Etats-Unis sur beaucoup de points, mais laisser de côté leur « fédéralisme excentrique». Comme Natalio Botana l’a récemment souligné, Alberdi s’inscrivait ici dans une lignée ultra-centraliste du libéralisme dont le plus éminent représentant a été le Franco-Italien Pellegrino Rossi.

37Ce changement n’était ni le seul ni le plus surprenant. J’ai dit précédemment qu’Alberdi croyait aux transformations graduelles et se méfiait a priori du volontarisme législatif. Mais il donnait une telle importance à la solution du problème de la capitale que, dans ce cas, il exigeait péremptoirement l’intervention du législateur : « Le temps ne résout rien, il confirme, il fortifie ce qui existe ; si ce qui existe est un mal, le temps ne l’atténue pas, il l’aggrave. »

38Un autre exemple révélateur est celui de sa position sur la presse politique. Dans Peregrinación de Luz del Día (1871), il soutenait : « Si vous admettez la répression de la licence dans la presse, vous créez le meilleur prétexte pour supprimer la liberté de la presse. » En 1880, en revanche, il affirmait  : « La presse est une arme. En temps de guerre, le droit naturel au port d’armes n’existe pas. » Il est donc à peu près évident que, dans ce cas, Alberdi faisait passer avant tout l’ordre et la sécurité. Et il le faisait avec la claire conscience d’affaiblir provisoirement la liberté : « C’est le voile dont parle Montesquieu, dont il convient parfois de revêtir la figure de la Liberté pour la préserver du fléau de la guerre civile ou des excès qui la tuent. »

39J’ai déjà montré que beaucoup des concepts contenus dans Omnipotencia del Estado réapparaissent dans l’essai sur le problème de la capitale. Le lecteur – est-il nécessaire de le souligner ? – peut normalement être surpris par la juxtaposition d’un texte qui proclame la nécessité d’un gouvernement fort et d’un autre qui signale le danger de laisser ce gouvernement devenir omnipotent. Alberdi n’a pas perçu cette contradiction et je risquerai à cet égard une hypothèse : cette contradiction lui a été masquée par l’idée qu’il se faisait du monde des anciens. Dans l’Antiquité, pensait-il, l’omnipotence de l’État résidait dans la Ville : «rien au-dessus, rien au-dessous, c’est-à-dire ni unité nationale ni liberté individuelle». À cette époque, en Argentine, l’héritière de la ville antique, c’était pour lui Buenos Aires, dont la puissance ne pouvait être limitée ou équilibrée que par un gouvernement fort et représentatif de l’unité nationale.

40Au même moment, la pensée de Leandro Alem suivait un trajet diamétralement opposé. Précisons d’emblée qu’il existe des différences notables entre l’homme politique des années 70 et celui qui nous est connu par son action dans les années 90. Au cours de ces deux décennies, Alem est, certes, resté fidèle aux mêmes principes et valeurs de base, mais sa manière d’envisager leur application a considérablement changé. Dans les années 90, il a plus d’une fois affirmé la légitimité du soulèvement armé contre des gouvernements qu’il jugeait tyranniques. Telle n’était pas sa position dans les années 70  : « Dieu me garde d’ériger la révolution en principe. Mon esprit en est loin, surtout dans ces temps où les mouvements insurrectionnels sont devenus une épidémie parmi nous. »

41À l’époque qui nous occupe, Alem était donc un homme d’opposition modéré qui ne croyait pas aux remèdes héroïques pour guérir les maux qui affligeaient le pays.

42Cette attitude se basait sur une interprétation très personnelle de l’évolution institutionnelle argentine. Fidèle à sa position « rationaliste», il prenait comme point de départ de son analyse la Constitution de 1853. Ce qui s’était passé auparavant ne méritait à ses yeux qu’une allusion rapide et assez sommaire à l’affrontement entre une « aristocratie unitaire » (Rosas inclus) et un « peuple fédéral ». À partir de 1853, cependant, il envisage l’évolution institutionnelle argentine sous un jour visiblement optimiste. Au contraire d’Alberdi, il présente le 11 septembre et la réforme de 1860 comme des avancées dans un processus institutionnel qui trouve un heureux aboutissement avec la Constitution de Buenos Aires de 1873 2. « Nous n’allons pas si mal », a-t-il répété à plusieurs reprises, en faisant clairement référence à ce qui se passait sur le Vieux Continent et même aux Etats-Unis qui émergeaient d’une guerre civile longue et sanguinaire.

43C’est à partir de cette interprétation historique qu’Alem considère le problème de la fédéralisation de Buenos Aires. Tout d’abord, il insiste sur les ressources mises à la disposition du Gouvernement national par la Constitution de 1853. Voici ses propres termes :

Notre charte nationale est plus centraliste que celle des Etats-Unis et de la Suisse. Notre législation est unitaire, à la différence des premiers, et la seconde ne dispose pas des pouvoirs militaires qui sont les nôtres. Et j’irai jusqu’à dire que notre Exécutif est encore plus fort que celui de l’Angleterre, qui est pourtant une monarchie.

44Il rejette ensuite, au contraire d’Alberti, l’affirmation selon laquelle ce pouvoir serait purement nominal. Pour lui, les échecs successifs des soulèvements qui ont eu lieu sous les présidences de Mitre, Sarmiento et Avellaneda révèlent une consolidation progressive de l’autorité nationale. Les revers subis par le gouverneur Tejedor en 1880, en offrent une preuve supplémentaire. Cette évolution irrésistible ne repose pas seulement sur une supériorité militaire mais peut compter sur l’appui grandissant d’une opinion publique lasse des affrontements armés. Le récent « Meeting de la Paz » a réuni, d’après son estimation, « entre trente et quarante mille âmes ». Il en conclut que « l’époque des révolutions est terminée et que la nation argentine n’a rien à craindre. »

45On peut donc résumer ainsi son argumentation : 1º) la Constitution de 1853 accordait au pouvoir exécutif national davantage de prérogatives que d’autres constitutions fédérales ; 2º) ces prérogatives se sont graduellement consolidées au cours des deux décennies précédentes. La conclusion s’impose : le nouveau transfert de pouvoir qu’implique tacitement la loi de fédéralisation livrerait « la destinée de la République fédérale d’Argentine… à la volonté et au bon plaisir du chef de l’exécutif national. »

46Cette interprétation du passé récent fait état d’un point que néglige l’évaluation historique d’Alberdi. À la rigueur, on peut en effet admettre que les deux dernières décennies avaient vu s’affirmer graduellement l’autorité nationale. Alem exagérait pourtant quand il soutenait que ce processus était achevé et que l’ère des révolutions touchait à sa fin.

47Il n’ignorait pas, en réalité, qu’il restait encore beaucoup de problèmes à résoudre. Mais il était persuadé que leur solution n’exigeait pas de changements législatifs importants. Les institutions en vigueur devaient suffire à assurer le progrès de la République aussi bien qu’à écarter de nouveaux dangers. Comment éviter qu’un autre Tejedor ne vienne troubler la paix civile  ? À cette question, Alem répondait :

Il nous suffit de respecter fidèlement notre programme et de mettre en pratique les principes constitutionnels de décentralisation dans la Province en instaurant des municipalités et des justices de paix telles que la Charte les prévoit (…) Mettons tous les départements et les districts en mesure de gérer leurs propres affaires en les émancipant de la tutelle du gouverneur, donnons-leur l’autonomie à laquelle la loi fondamentale leur donne droit, et les usurptations d’un nouveau Tejedor deviendront impossibles.

48Cette réponse réaffirmait obstinément une même résolution : décentraliser et partager le pouvoir aussi bien aussi bien entre les provinces unies dans la nation qu’à l’intérieur de la province de Buenos Aires. Contrairement à Alberdi, Alem restait fidèle, dans ce domaine, à l’exemple des Etats-Unis, où triomphait une décentralisation non seulement administrative mais, ce qui était plus important à ses yeux, politique.

49Il ne croyait pas non plus ( comme Alberdi ou José Hernández) que la fédéralisation de la capitale serait profitable aux autres provinces ou au reste de la province de Buenos Aires. Par rapport à cette dernière, il prévoyait que les districts qui se développeraient le plus seraient ceux qui entourent la ville, ceux que nous appelons actuellement : « le grand Buenos Aires ». En ce qui concerne les autres provinces, il soutenait que « la centralisation, en attirant les éléments les plus actifs, tout ce qui faisait la vitalité de la République, vers un point donné, affaiblirait nécessairement les autres régions. » Et il concluait sévèrement : « L’éclat, le luxe, la culture en un seul lieu ; la pauvreté, l’ignorance, l’obscurité partout ailleurs. »

50L’Assemblée législative de Buenos Aires a voté la fédéralisation de la ville à une écrasante majorité. Trois députés seulement ont rejoint Alem dans sa courageuse opposition. Ainsi s’achevait un cycle de l’histoire institutionnelle argentine qu’Alberdi avait perçu comme négatif mais qu’Alem avait vu tout autrement. La fin de ce cycle entraînait du même coup l’effondrement d’une vieille tradition politique, celle de l’autonomisme porteño. Ne nous étonnons pas, dans ces conditions, du ton mélancolique d’Alem au moment de son discours de clôture : il traduisait avec éloquence l’effet produit par la défaite d’une cause qu’il avait embrassée dès le début de sa vie publique.

51Rétrospectivement, cette issue nous apparaît presque inévitable. La guerre civile qui venait de se terminer avec la déroute des milices de Buenos Aires avait renforcé la position de ceux qui voyaient dans l’instauration d’une autorité nationale forte et stable le meilleur garant de l’ordre et de la sécurité. Rien ne le prouve mieux que l’appui donné à la fédéralisation par les plus importants dirigeants du parti autonomiste de Buenos Aires. Et ce n’était pas seulement en Argentine que les tendances centralistes s’affermissaient. En Europe, l’unification nationale triomphait en Allemagne et en Italie. Même aux Etats-Unis, les progrès du centralisme, d’abord graduels, s’accentuaient après la défaite des Sudistes à la fin de la guerre de Sécession. Le XIXème siècle allait se clore sur la prépondérance d’idées, d’accommodements institutionnels et de styles politiques qui différaient très sensiblement de ceux qui avaient présidé aux espérances de ses débuts.

Conclusion

52L’historien a pour tâche de reconstituer, de recréer, de faire revivre le passé. Ses travaux s’appuient, en général, sur des descriptions ou des récits antérieurs de processus, d’événements ou de théories. Il lui est difficile d’aboutir à des conclusions catégoriques parce que celles-ci supposent, en fait, la prévision d’événements qui excèdent les limites de la période étudiée. Ses conclusions doivent être, par conséquent, prudentes et, surtout, ouvertes à d’autres alternatives. Les brèves remarques qui suivent n’ont donc pas d’autre prétention que d’attirer l’attention sur deux problèmes.

53On a soutenu que les idées politiques dominantes de notre XIXème siècle avaient été importées de l’étranger, en provenance de deux ou trois pays. Cette affirmation est correcte si l’on s’en tient aux principes fondamentaux des principales tendances politiques ou aux grandes options institutionnelles. Elle s’avère nettement insuffisante, cependant, dès qu’on se propose de rendre compte de la pensée d’ensemble d’un auteur déterminé. Alberdi et Alem partageaient les mêmes principes et valeurs de base et cela ne les a pas empêché de soutenir des thèses opposées sur un sujet aussi important que celui de la fédéralisation de Buenos Aires.

54Dans toute pensée politique, il y a une dimension qu’on a parfois tendance à sous-estimer. Je songe à l’évaluation des circonstances de temps et de lieu par un auteur préoccupé d’adapter aux conditions locales son projet fondamental. Cette évaluation comporte une analyse historique des faits qui ont conduit à la situation que l’homme politique a entrepris de comprendre et de transformer. Cette tâche est aussi importante et peut être aussi originale que celle du théoricien qui a formulé les principes initiaux. Je me permets de présumer que la divergence de vues entre Alberdi et Alem dans les années 80 tenait à une perception différente de l’évolution institutionnelle argentine. Je pense même que leurs interprétations de ce passé ont provisoirement modifié certains aspects de leurs doctrines respectives. Par exemple, Alberdi, évolutionniste et ennemi des ruptures brusques, a exigé dans ce cas une décision immédiate et radicale de l’Assemblée législative. Alem, prêt à admettre au nom de la raison des décisions radicales, plaidait ici pour une solution graduelle du problème.

55Les idées exprimées dans ce débat ont connu, on le sait, des destins différents. Le libéralisme centraliste d’Alberdi a exercé une influence significative dans les six décennies d’après 1880. Disons cependant qu’au cours de cette période le centralisme a pris de plus en plus de vigueur aux dépens des aspects libéraux de sa pensée. Dans le cas d’Alem, les décennies suivantes ont vu disparaître progressivement le courant fédéraliste qu’il représentait dans la tradition libérale. L’influence de ses idées, qui sont passées brièvement au premier plan dans la première moitié des années 90, s’est bientôt réduite à un groupe restreint qui comptait parmi ses membres les plus remarquables Francisco Barroetaveña et Joaquín Castellanos. Après 1910, les héritiers de la pensée d’Alem avaient pratiquement disparu de notre scène politico-constitutionnelle.

Inicio de página

Notas

1 Cet article reproduit avec quelques modifications la conférence prononcée par E. Gallo lors de son entrée à l’Academia Argentina de la Historia.
2 L’auteur fait allusion à la Constitution de la Province de Buenos Aires (Note du coordinateur).
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Ezequiel Gallo, « Libéralisme, centralisme et fédéralisme.Alberdi et Alem en 1880 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/1002

Inicio de página

Autor

Ezequiel Gallo

Universidad Torcuato Di Tella (Buenos Aires)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org