Navegación – Mapa del sitio

La question nationale et les limites du libéralisme, 1880-1910

Lilia Ana Bertoni

Entradas del índice

Mots-clés :

Argentine, libéralisme, crise
Inicio de página

Texto completo

1La primauté indiscutable de l’idéologie libérale en Argentine jusqu’à 1930, c’est-à-dire jusqu’au moment où allait se rompre le « consensus libéral », est une idée généralement admise. Cette image de rupture tient à l’importance de la fracture institutionnelle qui a eu lieu dans cette période et à l’évidente orientation anti-libérale des régimes qui l’ont suivie. Elle coïncide, en outre, avec la crise économique mondiale qui marquait pour l’Argentine la fin d’une étape historique.

2La brutalité de cette rupture tend à masquer le caractère progressif de la détérioriation du consensus libéral qui l’avait précédée. Quelques décennies plus tôt, la domination incontestée du libéralisme avait été remise en cause sur plusieurs points, dont la question nationale était l’un des plus importants. Au cours des années 1880, pendant lesquelles l’immigration battait son plein, les problèmes de nationalité s’étaient faits si pressants que l’on avait pu croire menacées la construction de la nation et sa souveraineté. Au cœur du vaste mouvement qui s’est alors formé, on a vu surgir, à côté d’un patriotisme compatible avec l’ouverture au monde extérieur, un autre type de patriotisme, défensif, fondé sur les notions de culture et d’identité nationales. Ces nouvelles idées anti-libérales sur l’organisation de la société et l’orientation politique du pays ont alors conquis des groupes dirigeants et de larges secteurs de la population ; le point de vue nationaliste a commencé à influer sur les formes de pensée quotidienne, affectant également les représentations de l’ordre constitué. Il s’est alors instauré entre anciennes et nouvelles idéologies une cohabitation conflictuelle, jalonnée pendant une trentaine d’années par de violentes polémiques qui ont connu leur plus grand retentissemen lors des festivités du Centenaire.

3Vers 1930, moment de la fracture institutionnelle, le panorama des idées et des valeurs avait déjà complètement changé par rapport à celui du milieu du siècle, époque où la Constitution nationale avait été promulguée. Vers 1930, les convictions libérales n’avaient pas disparu et elles allaient garder une certaine influence dans les années suivantes, mais elles avaient cessé d’être prépondérantes dans des secteurs importants de la société. Les idées dominantes à propos de la question nationale avaient commencé à perturber l’ancien consensus et à limiter la portée des idées libérales. Pour beaucoup de gens, ces idées, associées à une politique anti-nationale et responsables des maux qui affectaient le pays, avaient perdu leur légitimité.

4La prépondérance des idées libérales s’affirmait dans la Constitution de 1853 qui avait mis en place un régime républicain, représentatif et fédéral ainsi que la séparation des pouvoirs. Elle apparaissait nettement dans l’énumération classique des garanties et des droits – civils et politiques – assurés à tous les citoyens en tant que membres du corps politique de la nation. La Constitution annonçait dans son préambule son dessein de construire l’union nationale et d’accorder les bienfaits de la liberté aux « hommes du monde entier désireux de s’établir sur le sol argentin ». Elle offrait ainsi aux étrangers la pleine jouissance des droits civils afin de les attirer et de peupler grâce à eux les vastes étendues du pays.

5On était alors à l’époque de la première grande expansion du capitalisme, où la croissance économique, le progrès et le libéralisme semblaient indissociables et où les groupes de dirigeants locaux avaient pris conscience du rôle que pouvaient jouer les politiques libérales dans le développement d’un pays neuf. Ces politiques apportaient leur soutien à des évolutions déjà en cours, comme l’orientation de la production locale vers le marché mondial ou, d’autre part, l’afflux des immigrants1. Une expérience antérieure avait démontré l’intérêt de faire bénéficier les étrangers de droits civils et, notamment, de la liberté religieuse. La tolérance des cultes, reconnue à Buenos Aires en 1825, avait satisfait les résidents protestants et encouragé par la suite l’afflux d’immigrants appartenant à d’autres religions.

6Cependant, certaines ambiguïtés de la Constitution reflétaient l’influence de courants opposés. Par exemple, le poids du système présidentiel compromettait l’équilibre des pouvoirs et leurs contrôles réciproques, pourtant essentiels dans la doctrine libérale. D’autres ambiguïtés concernaient la séparation de l’Église et et l’État. Les articles garantissant les droits individuels – liberté de culte, de conscience, d’expression – sanctionnaient la distinction des deux domaines, conforme aux expériences antérieures et aux tendances existantes, associées à la transformation et au progrès de la société. Ces décisions étaient également en accord avec des idées déjà exposées et discutées. Par exemple, Esteban Echeverría avait soutenu que l’État en tant que corps politique, à la différence des personnes individuelles, n’avait en propre ni religion ni conscience. Pour J.B. Alberdi, on ne pouvait pas à la fois faire appel à des immigrants appartenant à des religions différentes et « leur refuser la liberté de culte car cela revient à ne pas leur faire appel » : il était indispensable d’assurer à ces immigrants des conditions minimales de développement personnel dans le respect de leurs convictions. Mais d’autres dispositions constitutionnelles reflétaient des positions contraires, issues d’une tradition plus ancienne : celle d’un catholicisme qui associait étroitement le gouvernement et la religion2. Bien que dans les débats des conventionnels, la notion de séparation de l’Église et de l’État l’ait généralement emporté, certains liens subsistaient: le droit de « patronage » permettait au gouvernement d’intervenir dans les affaires de l’Église ; l’article selon lequel «le gouvernement fédéral soutient l’Église catholique, apostolique et romaine » semblait exprimer sa volonté d’assurer à celle-ci une place prépondérante en Argentine; par ailleurs, il était nécessaire d’être catholique pour briguer le titre de président et de vice-président ; enfin, le Congrès avait mission de promouvoir la christianisation des indigènes, censée les civiliser3.

7Ce mélange de conceptions contradictoires sera à la source de divers conflits. Ainsi, la formule selon laquelle le gouvernement soutenait l’Église catholique allait être interprétée par certains comme un engagement de propager le culte et comme la reconnaissance officielle d’une religion d’État tandis que la majorité des conventionnels ne voyait là qu’un simple soutien économique4. Néanmoins, vers le milieu du XIXème siècle, les forces d’opposition aux principes libéraux restaient relativement faibles : l’Église était désorganisée et éloignée de Rome ; et une bonne partie d’un clergé d’ailleurs peu nombreux sympathisait encore avec les idées du Siècle des Lumières. Cette situation a duré pendant des décennies ; les changements qui se produisaient vers la même époque au coeur d’un monde catholique désormais favorable aux nouvelles idées réactionnaires, ont tardé à parvenir en Argentine et n’ont pas eu d’incidence immédiate sur un climat particulièrement favorable au libéralisme.

8L’Argentine s’est profondément transformée au cours des décennies suivantes. L’immigration par petits groupes a fait place à un courant abondant et ininterrompu attiré par les possibilités de l’économie locale. Ces immigrants, pour la plupart d’origine européenne, étaient également attirés par les libertés exceptionnelles qui leur étaient offertes. L’affluence n’a cessé de croître jusqu’en 1930 – excepté dans la période d’après 1890 où elle a diminué et pendant les années d’interruption de la Première Guerre mondiale – et elle a été, sans aucun doute un des principaux ressorts de la transformation économique et sociale de la République.

9À ses débuts, ce processus de transformation a été largement bénéfique, même s’il n’était pas toujours exempt d’agitation et d’inconvénients, et il a été accueilli dans l’enthousiasme. La conviction que la ligne choisie était la bonne s’est affirmée dans les articles de la Constitution de 1853 et dans des lois comme celle de la Citoyenneté (1869) ou celle de l’Immigration et de la Colonisation (1873), qui étaient en harmonie avec l’idéal d’une nation pour « les hommes du monde entier désireux de s’établir sur le sol argentin ». Néanmoins, ce processus de transformation et de croissance unanimement célébré en public commençait à éveiller des sentiments très différents.

10Dans les années 1880, quelques groupes dirigeants ont trouvé que le nombre d’étrangers devenait excessif et la dynamique du développement difficile à contrôler. Ils ont commencé à se sentir submergés, assistant avec déplaisir à la disparition progressive de l’ancienne société, plus réduite et plus pauvre, mais où l’on savait qui était qui et où l’on rendait aux patrons le respect qui leur était dû. Ils ont commencé à voir les immigrants d’un œil moins favorable et à envisager une sélection des nouveaux arrivants en fonction de leurs qualités.

11Ce changement d’optique était provoqué à la fois par les événements locaux et par les transformations politiques et idéologiques qui avaient lieu en même temps dans un monde européen auquel l’Argentine se liait de plus en plus étroitement. Dans les années 70 du XIXème siècle, le panorama international avait commencé à évoluer. La rivalité entre les nations européennes, en plein procès d’industrialisation et lancées à la conquête des marchés coloniaux, s’était exacerbée avec l’entrée dans le champ de la concurrence de pays jeunes qui aspiraient autant que les anciens à affirmer leur puissance nationale. De significatifs changements idéologiques, rattachés à la grave crise économique de 1873 et à la longue dépression qui l’a suivie, se sont ouvertement manifestés dans le dernier quart du XIXème siècle. L’irruption des masses dans la vie politique des nations ajoutait à cette réalité une complexité inattendue.

12Dans ces conditions, le libéralisme a commencé à perdre du terrain dans le monde entier au profit du socialisme, du conservatisme ou du nationalisme qui exprimaient mieux que lui, tantôt l’acuité des problèmes sociaux, tantôt l’importance accrue du protectionnisme économique et de la défense nationale pour des pays en concurrence. De nouvelles conceptions de la société séduisaient certaines élites dominantes et un public plus large. Bon nombre de gens aspiraient désormais à bloquer les changements en cours et à combler le vide laissé par l’effondrement des principes qui légitimaient jadis « le trône et l’autel ». On cherchait à subordonner les questions sociales et politiques les plus urgentes à des considérations sur la supériorité raciale, la science, la tradition ou la foi. Les nationalismes modernes cherchaient également à s’appuyer sur des valeurs séculaires, en faisant état d’identités, voire des races, enracinées de longue date. C’est précisément cette notion de durée qui a fait le succès de la conception culturelle de la nation. À la suite des romantiques, on a soutenu qu’une nation « véritable » était l’expression de la culture authentique d’un peuple singulier ; qu’elle se manifestait à travers le temps dans la pureté et la continuité de ses traits – langue, coutumes, traditions – jusqu’à acquérir un caractère essentiel. Les nations devaient veiller sur cet héritage en préservant les traits culturels – comme la langue – qui les définissaient face à d’autres identités en expansion. Ces idées n’avaient rien de bien neuf, mais elles ont gagné en prestige auprès de ceux qui cherchaient à définir la réalité en fonction de principes supérieurs, permanents, à l’abri de la versatilité humaine, et notamment auprès des mouvements nationalistes naissants.

13Ces changements ont influé, en Argentine, non seulement les idées en vogue mais l’évolution politique elle-même. Le sentiment national s’y est développé presque en même temps que dans les pays européens alors que, simultanément, l’immigration augmentait. En raison de ces circonstances, la question nationale en Argentine était doublement conditionnée : par les transformations locales et par les vicissitudes vécues dans d’autres pays. Les migrants ont été pris entre les exigences contradictoires des différentes patries qui réclamaient leur loyauté.

14En Argentine, on a trouvé inquiétant que la plupart des résidents ne prennent pas la nationalité même lorsqu’ils étaient solidement installés. En s’abstenant de devenir des citoyens, ils éludaient toute responsabilité politique et transmettaient en outre leur nationalité d’origine à leurs enfants, nés sur place et donc Argentins si l’on s’en tenait au droit du sol. On ne s’était guère soucié de ce problème jusqu’au moment où l’on a pu remarquer un changement notable dans l’attitude des pays européens qui s’efforçaient désormais d’entretenir chez leurs citoyens immigrés un sentiment de loyauté vis-à-vis de la mère patrie. On a considéré dès lors, que la nationalité des futurs citoyens et la pleine souveraineté de la nation pouvaient être menacées à partir du moment où l’Argentine et certains de ces pays d’origine avaient sur la question des critères différents5.

15Les activités culturelles propres aux résidents étrangers – écoles, clubs, associations, journaux – ont éveillé de nouveaux soupçons. Il devenait préoccupant que des élites étrangères cherchent à cultiver chez leurs compatriotes leurs caractéristiques originelles, langue et traditions, et à encourager leur fidélité à leur ancienne patrie en stimulant la conscience de leur identité. Ces politiques culturelles, associées à divers mouvements communautaires, ont été considérées comme une tentative pour créer en Argentine des enclaves de nationalités différentes, créant ainsi une menace de fragmentation du pays.

16En réponse à cette « menace » potentielle, les années 1880 ont vu naître un mouvement qui prétendait consolider l’unité nationale. Il coexistait avec une évolution entamée dès les décennies précédentes : celle-ci avait déjà mis en place au niveau national un appareil administratif, institutionnel et juridique adapté aux temps modernes. Un ensemble de lois, en accord avec la liberté de conscience et de culte – la sécularisation des cimetières (1864), la création du registre public de l’état civil (naissances et décès), le mariage civil (1888) – avait étendu l’emprise d’une laïcité sous contrôle d’état. La loi 1420 sur l’éducation primaire obligatoire (1884) qui confiait à État la responsabilité de former de futurs citoyens, avait aussi un caractère laïque. À la différence de ce qui se passait dans d’autres pays qui légiféraient dans le même sens, la loi 1420 comblait un vide dans le domaine éducatif. Dans le même temps, on réglementait l’enseignement privé dont l’apport était fort apprécié.

17La consolidation des structures nationales s’est effectuée à différents niveaux. On affirmait vigoureusement la juridiction de l’État sur l’ensemble du territoire et on maintenait l’ouverture à l’immigration, facteur décisif de l’expansion économique. Simultanément, on s’efforçait de développer chez les résidents la conscience d’appartenir à un seul peuple et de partager une même tradition de façon à ce que les enfants nés en Argentine en deviennent les citoyens, non seulement en vertu d’une décision légale, mais par une adhésion effective. Le sentiment national se présentait alors comme le meilleur ciment d’une société issue de groupes disparates et en transformation constante. Les écoles publiques, formidable instrument d’intégration et d’égalité, ont joué un rôle capital dans la formation des citoyens ; fortement promues et programmées sur le plan national, elles ont réussi à rivaliser avec les écoles des communautés étrangères. En outre, un vaste élan patriotique auquel concouraient les institutions officielles et les associations privées mettait l’accent sur l’enseignement de l’histoire et les commémorations : célébration d’anniversaires patriotiques, hommages aux héros, érection de statues et de monuments, mise en valeur de sites historiques, création de musées …6

18Néanmoins, il allait bientôt devenir évident que ce mouvement, apparemment unanime, était en fait porteur de valeurs différentes. Alors que beaucoup considéraient le patriotisme que l’on stimulait délibérément dans des termes compatibles avec le civisme d’un pays ouvert à tous les hommes, quelle que fût leur origine, d’autres voyaient dans la diversité culturelle dont les nouveaux venus étaient porteurs un obstacle à l’unité nationale. Les premiers soutenaient, en s’appuyant sur la Constitution, qu’une nation était fondamentalement un système politique souverain auquel s’incorporaient, indépendamment de leur provenance géographique, tous les hommes qui le décidaient, le peuple étant issu de ce mélange. Les seconds soutenaient qu’au-delà de la légalité constitutionnelle, la nation était fondamentalement l’expression d’une tradition culturelle homogène. Les caractéristiques définies par son passé étaient l’expression constante d’un être collectif singulier, d’un esprit sans pareil qui devait rester intact, libre de toute contamination, afin que son incarnation essentielle, la nation, ne perdît rien de sa force.

19En Argentine cette perspective attirait ceux que hantait le spectre de la fragmentation communautaire qui – disaient-ils – provenait de la proportion élevée de résidents étrangers. Mais il y avait aussi ceux que fascinait un plus récent modèle de puissance nationale, dont la cohésion interne et le succès étaient attribués à la vigueur de sa culture patriotique. L’exemple en était le nouvel Empire allemand que son unification spectaculaire, laissant derrière elle un passé de fragmentation, avait mis en mesure de vaincre la France et, bientôt, de disputer à l’Angleterre le rang de leader mondial. Ce triomphe était attribué à la culture dominante autant qu’à l’efficacité de la realpolitik de Bismarck. Il semblait indiquer aux nations jeunes ou encore en formation le plus court chemin pour faire leur entrée dans le champ de la concurrence mondiale : il fallait posséder la force, la vitalité et l’unité interne conférées par une culture nationale conquérante et capable d’assimiler des corps étrangers sans en être affaiblie.

20Simultanément, les craintes de divisions internes se sont aggravées après la Révolution de 1890, fruit d’une large mobilisation politique à laquelle avaient pris part des étrangers. La situation s’est considérablement compliquée lorsque ces étrangers ont exigé d’exercer des droits politiques, lorsque, dans la province de Santa Fe, ils ont rejoint la révolution radicale de 1893 et la révolte des colons agricoles. Les dirigeants locaux attaqués, voulant décharger de ses responsabilités le gouvernement provincial, ont prétendu qu’il s’agissait d’un soulèvement anti-national qui menaçait de s’étendre au reste du pays. Ces événements semblaient confirmer des craintes exprimées auparavant. Au risque de fragmentation culturelle que représentaient vers 1888, on l’a dit, les écoles des communautés étrangères, s’ajoutait maintenant celui d’une fragmentation politique, présentée comme l’objectif occulte du mouvement des colonies agricoles. Ces colonies étant surtout peuplées d’étrangers ont été perçues comme des nations à l’intérieur de la nation, portant atteinte à son unité.

21Suite à ces événements et pour justifier leur rôle habituel de contrôle des politiques locales, un groupe de congressistes a mis en avant, non sans succès, l’argument nationaliste. Chez des dirigeants qui s’estimaient menacés a commencé à se former un noyau d’opinion anti-libérale qui affirmait la priorité absolue de la défense de la nation : l’existence de celle-ci devait se placer au-dessus des lois existantes. Cette Nation désormais conçue comme une entité exclusive de toute autre devait être protégée des influences étrangères, de la création en son sein d’enclaves indépendantes et de toute contamination : les dangers auxquels elle était exposée prouvaient que le pays avait jusqu’alors fait fausse route. Quelques politiciens célèbres comme Marcos Avellaneda imputaient ces effets néfastes à la Constitution qui, en ouvrant les portes de l’Argentine aux hommes du monde entier « a posé un problème qui nuit au présent et menace l’avenir de la République». Sa génération aurait pour tâche d’éviter « qu’on ne fasse de notre Patrie, comme les marchands l’avaient fait du temple de Jéhovah, une vaste foire »7.

22Ces arguments, développés au début par des minorités restreintes, ont progressivement gagné des adhérents et ont été fréquemment martelés. Sans proposer de réforme constitutionnelle, ni de modification des lois qui régissaient la naturalisation et l’accès à la citoyenneté, leurs partisans ont commencé à répandre dans l’opinion l’idée qu’un changement de voie s’imposait : à côté et au-dessus des lois existantes, se plaçait la Nation et ses intérêts supérieurs.

23Au Congrès, cet argument a été utilisé avec succès par les députés Dámaso Centeno de Santa Fe et Juán Balestra de Corriente pour refuser son admission au député Urdapilleta, né au Paraguay et naturalisé argentin. Ils ont prétendu que le fait d’acquérir la naturalisation conformément à la loi ne suffisait pas pour devenir citoyen argentin, car une simple décision légale ne permettait pas de s’assimiler l’esprit national. Tous deux ont donné à ce refus une valeur d’exemple pour l’ensemble des étrangers8. Des idées analogues ont été soutenues en 1894, également au Congrès, par Indalecio Gómez qui plaçait au-dessus de la citoyenneté légale le patriotisme authentique ; un patriotisme dont les étrangers non naturalisés donnaient l’exemple en restant fidèles à leurs pays d’origine9. Ces thèses étaient défendues par les législateurs d’un pays largement peuplé d’étrangers dont l’accès à la citoyenneté et à ses responsabilités avait été considéré jusqu’alors comme le corrélat souhaitable d’une politique d’ ouverture.

24De même, certains politiciens comme Zenón Martínez, conventionnel à Santa Fe en 1890, ont affirmé que la maxime d’Alberdi « gouverner c’est peupler » avait fait son temps. « Cette maxime était peut- être d’une exactitude rigoureuse il y a vingt-cinq ans (...) Mais à l”heure actuelle (...) la règle de notre législation doit être celle-ci : gouverner c’est fortifier l’esprit national »10. L’essentiel n’était plus la définition légale de la citoyenneté, mais la participation à l’âme ou l’esprit national. Fortifier l’esprit national revenait à défendre ses principaux traits culturels. C’est dans cette intention qu’un groupe de députés – Indalecio Gómez, Lucas Ayarragaray, Marcos Avellaneda, José Ignacio Llobet, José Miguel Guastavino et d’autres – a soutenu en 1894 un projet, repris en 1896, qui rendait obligatoire l’usage de la langue nationale dans tous les domaines d’enseignement et toutes les écoles. Les opposants au projet – Francisco Barroetaveña, Ponciano Vivanco, Emilio Gouchon et d’autres — avaient averti qu’il risquait de préluder à une évolution « obscurantiste, réactionnaire de notre législation car, après l’unité de la langue, on exigerait l’unité de la foi, l’unité de la race »11. Ses défenseurs ont répliqué que la sauvegarde de la langue s’imposait avant toute autre considération parce que le caractère essentiel de la nation est la langue qui en est l’âme ». Ainsi, en cherchant à imposer l’homogénéité culturelle, on remettait en question les droits individuels et les garanties constitutionnelles. Pour atteindre progressivement cet idéal d’homogénéité, on définissait des lignes politiques censées rapprocher la réalité du modèle. Malgré la diversité culturelle de la société, seules quelques-unes de ses caractéristiques seraient admises comme authentiquement siennes.

25Le modèle fondateur de la nation devait exprimer une culture unitaire enracinée dans le temps. Admettre l’existence d’une culture en formation – soit par la fusion d’éléments hétérogènes, soit par une maturité encore à venir – c’était lui reconnaître une légitimité précaire, liée à son inachèvement Cet état d’esprit s’est manifesté au cours de plusieurs débats sur l’existence d’une langue nationale, noyau de la culture nationale. En 1894, une controverse a eu lieu dans l’Ateneo entre Rafael Obligado, Calixto Oyuela et Roberto Schiaffino, à propos de l’art national. Vers 1900, dans la Revista Nacional, Ernesto Quesada s’est opposé aux idées de Luciano Abeille sur la langue des Argentins, déclenchant une discussion dans laquelle se sont impliqués nombre d’intellectuels renommés12. Mais beaucoup d’autres refusaient le débat, qu’ils jugeaient dangereux, et ne voulaient voir que les traits d’une culture hispanique, directement issue du passé colonial, ou de la culture « criollo », née sur place et qui se serait maintenue depuis dans sa pureté.

26Cette culture censée imprégner la société tout entière ignorait ou méprisait d’autres caractéristiques sociales, pourtant bien vivantes et actuelles, mais frappées d’une sorte d’illégitimité. Entre ce modèle unifié et les tendances d’une société restée foncièrement hétérogène, la tension était permanente et le nouveau conformisme exigeait un travail constant.

27Cependant, ces idées ne se sont pas imposées aisément. De 1890 à 1910 environ, leurs partisans ont dû livrer bataille. Ces années ont été agitées par une série de discussions sur des sujets apparemment spécifiques mais qui, au fond, renvoyaient à un seul problème. Ces discussions impliquaient, en même temps que les dirigeants politiques, des secteurs plus larges de l’opinion publique qui n’adhéraient pas à une doctrine bien définie, car leurs avis fluctuaient selon les thèmes débattus. Beaucoup de ces thèmes étaient liés à des rites patriotiques, festivités et rassemblements, qui attiraient un nombre accru de participants dont la ferveur était propice au glissement vers des positions extrêmes. La mobilisation collective gommait les différences conceptuelles et favorisait l’adoption de devises simplifiées.

28Cette controverse n’était pas propre à l’Argentine : des débats analogues se déroulaient ailleurs dans le monde. Ils mettaient aux prises des nationalistes voués à la défense sourcilleuse de leur patrie face aux autres pays et des cosmopolites imprégnés de valeurs humanistes et adeptes de la cohabitation pacifique. La distinction, évidente dans le domaine international, devenait plus complexe dès qu’il s’agissait de politique intérieure. À une époque de patriotisme grandissant, les exigences des états-nations affectaient la garantie des droits individuels, les citoyens étant plus disposés à se soumettre aux finalités supérieures de la nation.

29Pendant toute une période, ces polémiques se sont poursuivies sans faire ni vainqueurs ni vaincus : les deux camps coexistaient dans un équilibre tendu et précaire. Mais, vers la fin du siècle, les partisans d’un patriotisme civique et d’une nation pleinement respectueuse des libertés et des droits constitutionnels ont commencé à perdre du terrain. En même temps, l’idéologie d’une identité nationale fondée sur l’homogénéité culturelle a commencé à se déployer dans plusieurs directions, tout en procédant d’une matrice commune. Une de ces tendances associait le catholicisme à la nation, en faisant de la religion une de ses composantes essentielles, au même titre que la langue. Cette association avec le nationalisme a fortifié l’Église dans sa quête de nouvelles prérogatives.

30Au début des années 1880, elle bénéficiait du soutien financier de l’État mais manquait encore de force et de cohésion. Le clergé était peu nombreux et son organisation s’ébauchait à peine. En 1884, les catholiques réclamaient l’enseignement obligatoire du catéchisme dans les écoles publiques, l’Église n’étant pas en mesure de l’assurer elle-même. Ils s’opposaient par ailleurs sans succès à d’autres lois laïques qui, dans le domaine public, mettaient le catholicisme sur un pied d’égalité avec les autres religions13. Mais, avec l’afflux des immigrants, sont arrivées de nouvelles congrégations religieuses qui se sont occupées de l’éducation ; l’Église a eu davantage de prêtres et d’évêques, des paroisses nouvelles et des organisations vouées à l’action sociale. Ces dernières s’inscrivaient dans un courant animé par Léon XIII qui appelait les autorités ecclésiastiques à assumer leurs responsabilités vis-à-vis des pauvres et des couches laborieuses de la société. Il appelait aussi à une défense plus résolue des valeurs catholiques face aux idées nocives du siècle et face au libéralisme en particulier. L’Église était attaquée par « les lois civiles, dans la presse, l’enseignement, les discours (...) L’heure du combat a sonné pour tous et personne ne peut rester neutre »14. Sur ce point, les idées de Léon XIII ne faisaient que prolonger celles de Pie IX, mais jamais l’Argentine ne les avait entendu proclamer avec autant de force.

31Les aspirations des catholiques ont tout naturellement trouvé un écho chez les apôtres de l’homogénéité culturelle, tout disposés à assimiler religion catholique et tradition nationale. Entre 1898 et 1904, l’évêque et député Gregorio Romero est resté à la tête d’un mouvement qui cherchait à imposer les normes de Église à l’ensemble de la société. En 1900, les évêques ont fait pression pour obtenir une réforme plus avantageuse de la loi 1420. Ils ont effectivement obtenu l’ouverture officielle des écoles aux classes d’instruction religieuse et une discipline scolaire garantie par les directeurs ; on avançait parallèlement vers l’insertion de l’enseignement confessionnel dans les écoles d’État15. En 1901, l’évêque-député Romero a proposé de refuser les subventions aux Écoles évangéliques d’Argentine car il considérait que les activités du pasteur méthodiste William C. Morris et de ses écoles propageaient le culte protestant et qu’elles étaient, du coup, anti-constitutionnelles. Romero prétendait en effet que la Constitution avait fait du catholicisme la religion officielle à l’exclusion de toutes les autres, qui ne pouvaient donc pas bénéficier des subsides de l’État. Mais, pour emporter l’assentiment des députés, il a éprouvé le besoin de faire appel à un argument supplémentaire: les écoles évangéliques ne devaient pas être subventionnées, à son avis, parce qu’elles allaient à l’encontre du sentiment national. C’étaient des envahisseuses contre lesquelles s’était déjà élevée, dans le passé, « la protestation de sang de la Reconquista ».

32En 1902, la polémique a repris à propos de la loi sur le divorce. Elle a correspondu à un tournant : le point de vue de l’Église a réussi à s’imposer dans une affaire civile. Appuyé par l’ensemble des évêques du pays, l’avis qui a prévalu au Congrès a été celui de l’évêque-député déniant au pouvoir législatif la faculté de se prononcer sur le divorce, qui était pourtant « un corrélat du mariage civil sanctionné par cette même institution en 1888 »16.

33À cette occasion également, on a invoqué l’esprit national. Le député catholique Padilla a affirmé que le divorce était une institution d’importation, contraire aux tendances du peuple. Les lois, prétendait-il, devaient s’adapter aux coutumes et aux traditions propres à chaque pays. Il niait la validité de principes universels. Le corps législatif soutenait « les tendances propres à une population urbaine cosmopolite ». Le député Barroetaveña a averti que le rejet de la loi sur le divorce correspondait à un « empiètement dogmatique de l’Église sur le pouvoir civil, une atteinte à la souveraineté de la nation argentine et aux pouvoirs publics pour légiférer sur toutes les questions qui concernent le peuple, la famille, les institutions »17. Il s’agissait bien d’une étape significative dans l’abandon progressif des principes libéraux.

34En 1910, enfin, Mgr Miguel de Andrea, porte-parole de l’Église argentine, proclamait l’union indissoluble entre « Dieu et la Patrie», autrement dit entre la religion catholique et le nationalisme, en avertissant les dirigeants que le bon ordre de la société en dépendait18. «Notre âme est tellement imprégnée de religion» que celle-ci est une partie constitutive de la nation ; la renier, c’est aussi renier l’esprit national19. Cette position a été soutenue par l’Église durant les décennies suivantes. Avec ce catholicisme patriotique célébré dans les cérémonies officielles aussi bien que dans les milieux dévots, elle renchérissait sur le concept de religion d’État, seule admise à occuper l’espace public. Il ne restait plus qu’à espérer que les autres religions allaient se confiner dans le domaine privé à partir du moment où leur présence officielle serait tout juste tolérée. L’Église catholique ainsi placée au coeur de la nation a exercé, dans les décennies suivantes, une forte pression sur le pouvoir politique et a réussi à atteindre des objectifs poursuivis depuis longtemps, comme l’enseignement catholique dans les écoles d’’État.

35Des points de vue divers exprimaient aussi vers 1910 cette conception de l’essence culturelle de la nation qui s’était élaborée au cours des années précédentes. Ainsi la variante aristocratique et hispanisante de Manuel Gálvez différait de celle de Ricardo Rojas, spiritualiste et populiste, mais les deux auteurs se retrouvaient dans le nationalisme hérité de leurs aînés, le culte de la tradition et les convictions antilibérales, au moment où ils se sont simultanément fait connaître : la célébration du Centenaire. Dans le style contestataire et explosif des avant-gardes contemporaines, ils réunissaient dans des livres destinés à un large public l’ensemble des arguments que l’on avait utilisés depuis trente ans dans les débats parlementaires, les discours, les rapports et la presse. Au-delà de leur interprétation personnelle, ils partageaient avec d’autres jeunes intellectuels des activités littéraires et des idées à la mode en cherchant, comme l’a dit Ricardo Rojas, à «réveiller la société argentine (...), jouer les trouble-fête dans ses réjouissances mercantiles et cosmopolites (...), pousser, en pleine place de Mai, un cri d’indignation » pour attirer l’attention de leurs contemporains20. Ils allaient « obliger les gens à réviser l’idéologie déjà périmée de Sarmiento et d’Alberdi », déclarait Rojas et, selon Gálvez, provoquer la « renaissance spirituelle du pays ». Nous «exerçons ici une mission semblable – expliquera plus tard Manuel Gálvez - à celle que la génération d’idéologues surgie après le désastre a eue en Espagne21.

36En Argentine, l’inconvénient résidait dans l’absence d’un désastre notoire ; pour mener à bien leur mission, nos auteurs devaient convaincre l’opinion publique de l’existence d’une telle catastrophe : une situation semblable à la débâcle de 1870 qui avait précédé en France la régénération nationale, ou au « désastre » gouvernemental qui, en Espagne, avait poussé les idéologues de l’année 1898 à prêcher le retour sur soi.

37Ils ont diagnostiqué l’existence d’un problème moral fort grave. Une telle révélation contrastait avec le climat des célébrations du Centenaire ; mais ils ne voyaient pas la prospérité comme une réussite profane, plutôt comme un don du ciel ou un trait du paysage local. Une transformation sociale regrettable et venue du dehors avait conduit à l’hétérogénéité de la population, à une hybridation louche qui affaiblissait son caractère propre et accentuait ses faiblesses morales. Elle avait importé des modes de vie et des idées déplacées et le pays avait perdu son unité spirituelle. Pour Gálvez, le remède était dans la purification. Il fallait nettoyer « le territoire spirituel : y mettre le feu sur les quatre côtés (...), éliminer toutes les impuretés de l’atmosphère morale »22; seulement alors, le terrain serait prêt pour y semer des idéaux. La purification pouvait surgir de la violence de la guerre. Elle démontrerait, affirmait Gálvez, inspiré par Maurice Barrès, « l’existence de l’énergie nationale » : une vague d’enthousiasme remplacerait l’utilitarisme et l’indifférence par la poursuite unanime d’un idéal collectif.

38De même, Gálvez applaudit aux actions violentes de 1910 à Buenos Aires, perpétrées « par les étudiants qui ont mis le feu aux imprimeries anarchistes en entonnant notre hymne patriotique, des actions qui constituent une révélation de la plus haute importance ». Il regrette seulement que des bombes n’aient pas éclaté dans chaque capitale de province parce que « la réaction aurait alors été formidable, les idéaux patriotiques auraient surgi avec force et les sentiments nationaux auraient exalté notre peuple». L’important, pour en arriver là, c’est donc bien le désastre. Gálvez compte sur lui pour nous aider à nous concentrer sur nous-mêmes. Chez les peuples ainsi que chez les individus, «l’isolement consolide la personnalité à moins qu’il ne l’engendre ». En revanche, les contacts la contaminent et diluent ce qu’elle a d’authentique. C’est en cela que le pays, depuis l’époque d’Alberdi et de Sarmiento, a fait fausse route : il s’est livré au monde et il s’est rempli d’Italiens, de Juifs et d’anarchistes qui ont détruit son esprit national. Buenos Aires, port et point de rencontre avec le monde « est devenu (...) un marché de la chair humaine ». Gálvez lui oppose un territoire intérieur resté pur et développe son opposition Intérieur/Buenos Aires : un « nous» national et un « autre» antinational se partagent le pays. Le premier, dépositaire de la tradition et de ses vertus spirituelles, correspond à l’esprit fédéral : spontané, démocratique, populaire, barbare et national. Par contre, Buenos Aires, port maritime, est cosmopolite, matérialiste, sceptique, sans personnalité et sans culture propres puisqu’il attend tout de la civilisation et imite Londres ou Paris. Buenos Aires est la ville tentaculaire, centre du mal et grande prostituée ; son haleine empoisonnée pervertit tout. Là, réside l’esprit unitaire, toujours prêt à se doter de constitutions abstraites et à signer des pactes avec des gouvernements étrangers ; il est artificiel, coupé du peuple, civilisé, antinational, partisan du libre échange, libéral.

39Ricardo Rojas veut redéfinir tous les aspects de la vie nationale d’un point de vue populaire et totalisant. Il élabore un plan complexe d’ingénierie culturelle pour rapprocher la réalité argentine du modèle d’univers national qu’il envisage avec une ambition intégratrice et démocratique. Ce projet prend forme dans une œuvre imposante : La Restauración Nacionalista, Blasón de Plata, La Argentinidad et Historia de la Literatura Argentina avec, aussi, l’énumération des actions nécessaires à sa mise en œuvre.

40L’un de ces principaux axes d’action est l’éducation : le livre dans lequel Rojas formule d’abord son projet culturel, La Restauración Nacionalista, se présente sous la forme d’un rapport sur l’éducation. La dénonciation en 1906 des écoles des colonies juives de l’Entre-Ríos a été le déclencheur, « le facteur de résonance » recherché par l’auteur. Il soutient que les écoles des étrangers sont « immorales et anti-argentines », elles minent l’intégrité de la nation et restent dans la dépendance d’autres nations. L’argument était marqué d’opportunisme car le problème, déjà ancien, avait été discuté et résolu : vers 1910, toutes les écoles privées, spécialement celles des étrangers, étaient sous contrôle d’État et respectaient les règles de la loi sur l’éducation. Lorsque Rojas dénonce ce problème dépassé, il se contente de reprendre le discours nationaliste, de réaffirmer la nécessité de réviser «les idées périmées de Sarmiento et d’Alberdi », de corriger une erreur de cinquante ans : une éducation libérale et encyclopédique. Rojas prétend que, dès leur création, les écoles publiques ont été des institutions étrangères, inadaptées au pays et coupées de sa réalité. La preuve de cette erreur d’orientation a été fournie par la crise des années 90 : ces troubles « avaient été préparés lentement par notre école dépourvue de toute préoccupation morale, par notre éducation privée de tout but patriotique ». Ils ont résulté également d’un excès de liberté sous la protection de la Constitution : on a laissé fleurir « dans notre pays les écoles particulières avec une profusion inquiétante » et elles ont été un des facteurs actifs de la désagrégation nationale.

41En matière d’éducation, Rojas propose les « humanités modernes », c’est-à-dire l’histoire, la géographie, la langue et la morale. À la différence de tout ce qui a été fait jusqu’alors, elles doivent être enseignées en partant d’un point de vue singulier, différent de celui de n’importe quel autre peuple : celui qui émane de   « l’intra-histoire » et permet de connaître l’âme du peuple où coulent les courants profonds, dans le secret des émotions primordiales. Cet enseignement doit permettre d’atteindre l’idéal d’une nation homogène et forte. Son projet inclut la création de centres d’archives, de musées et d’ouvrages de formation en tous genres qui, dans son vaste plan, embrassent l’ensemble de la culture nationale. Ce modèle de culture homogène dans laquelle allaient être formées sans déviation les générations futures devra être exempt des excès de liberté dont la Constitution  est responsable: outre les écoles étrangères, on limitera la diffusion des livres de philosophie bon marché dans les milieux populaires, des publications non contrôlées, des journaux étrangers, des idées anticonformistes et des activités des groupes politiques antinationaux.

42Le plein épanouissement nationaliste suppose qu’on mette un frein à la jouissance des libertés constitutionnelles. Pour Gálvez, la liberté de la presse qui permet que « n’importe qui puisse lire aujourd’hui, pour à peine trente centimes, Voltaire, Marx, Kropotkine et Bakounine » est un danger. L’existence de religions différentes aussi, car « le protestantisme représenterait pour la république la perte complète de son identité. La religion tout comme la langue, est un des fondements essentiels de la nationalité ». Les autres religions étrangères sont un germe de désagrégation spirituelle, et des institutions comme l’Armée du Salut et les Écoles évangéliques menacent le pays. L’urgence de consolider le sentiment national et le danger que le cosmopolitisme fait courir à la république

justifient des contraintes qu’il faut imposer même au prix de quelques violations de la Constitution et de certains devoirs humanitaires. C’est pourquoi la meilleure mesure de police spirituelle serait d’expulser du pays tous les apôtres des religions étrangères et des doctrines sociales internationalistes. La Constitution est certes respectable mais la nationalité doit l’emporter sur la Constitution ; le salut de celle-là exige qu’on enfreigne celle-ci23.

43Les livres de Gálvez et de Rojas ont atteint progressivement une large diffusion ; Gálvez a repris ses idées dans de nombreux livres et romans et il est devenu un auteur à succès qui a été lu pendant des décennies. Rojas aussi a été prolifique : La Restauración Nacionalista a inauguré toute une série d’essais, d’ouvrages théoriques et une histoire monumentale de la littérature argentine. La Restauración Nacionalista, très largement diffusée, a été distribuée gratuitement aux enseignants et aux journalistes, a beaucoup frappé l’opinion publique et a suscité beaucoup de critiques. Cet ouvrage a reçu également l’appui de quelques intellectuels comme José Enrique Rodó, Miguel de Unamuno ou Ramiro de Maeztu et d’une tendance nationaliste plus large qui a incontestablement réussi à s’implanter dans les institutions. Elle s’est manifestée en particulier dans la campagne contre les écoles étrangères conduite par José María Ramos Mejía et dans les directives données par le ministre de l’Instruction publique Rómulo Naón ; elle apparaît aussi dans l’approbation que Rojas a rencontrée auprès d’ une partie du personnel enseignant de la capitale, chez les maîtres d’école de la province de Buenos Aires et chez les professeurs de l’Université Nationale de La Plata. Vers 1922, il considérait qu’elle guidait déjà beaucoup de consciences qui comptaient dans les institutions publiques24.

44Pendant les décennies suivantes, en particulier dans les années 30, ces diverses versions de la conception culturelle de la nation se sont déployées avec force, prioritairement dans des milieux tels que le monde catholique, les organisations militaires et les partis nationalistes. Leur diffusion hors de ces cercles a été cependant beaucoup plus large, touchant les domaines les plus variés et parvenant à modeler des secteurs entiers de l’opinion publique. C’est ce dernier aspect du phénomène qui a été le plus significatif ; ce répertoire d’idées élémentaires, telles que l’assimilation entre libéral et antinational, a pris racine dans le sens commun. Ainsi établie, la version majoritaire de la question nationale – bien plus que l’action spécifique des partis nationalistes – a opposé ses barrières, invisibles et fluctuantes, aux convictions libérales.

Inicio de página

Notas

1 Tulio Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una nación (Argentina 1846-1880), Caracas, Bibliothèque Ayacucho, 1980.
2 Cf. Natalio R. Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas de su tiempo, Buenos Aires, Sudamericana, 1997, et Natalio R. Botana et Ezequiel Gallo De la República posible a la República verdadera (1880-1910), Buenos Aires, Biblioteca de Pensamiento Argentino, Ariel Historia, 1997.
3 Le « patronage » signifiait que le Sénat proposait au Saint-Siège trois noms pour la désignation des évêques et le Congrès National approuvait les documents conciliaires, pontificaux et les concordats. Cf. Roberto Di Stefano et Loris Zanata, Historia de la Iglesia en la Argentina. Desde la conquista hasta fines del siglo XX, Buenos Aires, Grijalbo Mondadori. 2000.
4 Cf. Natalio R. Botana et Ezequiel Gallo, De la República posible a la República verdadera, (1880-1910), op.cit.
5 Tandis que Argentine appliquait le principe du droit du sol ( « jus soli ») autrement dit de la territorialité pour déterminer la nationalité et la citoyenneté, plusieurs pays européens appliquaient à l’époque le principe de l’hérédité ou droit du sang ( jus sanguinis). Et on n’avait pas encore conclu des accords internationaux pour reconnaître les différents critères et définir des solutions en cas de désaccord.
6 Cf. Lilia Ana Bertoni, Patriotas, nacionalistas y cosmopolitas. La construcción de la nacionalidad argentina a fines del siglo XIX, Buenos Aires, FCE. 2001
7 Marco Avellaneda, Naturalización de Extranjeros, Thèse de l’Université de Buenos Aires, 23 avril 1892, p.11
8 Congrès National, Chambre des Députés, Diario de Sesiones, 23 mai 1890.
9 Congrès Nacional, Chambre des Députés, Diario de Sesiones 6 août 1894.
10 Intervention de Zenón Martínez, Actas de la Convención Constituyente de la Provincia de Santa Fe, 1890, Santa Fe, Imprenta Nueva Epoca, 1890; p.163.
11 Intervention d’Emilio Gouchón, Congrès Nacional, Chambre des Députés, Diario de Sesiones , 4,7,et 9 septembre 1896, pp. 751-831.
12 Ernesto Quesada, « El problema de la lengua en la América española », dans Revista Nacional, tomes XXVIII, 1899 et XXIX, 1900; et Luciano Abeille, «Principales rasgos del carácter argentino », dans Revista Nacional, tome XXX, 1900, p. 19-25.
13 Debate Parlamentario ley 1420, 1883-1884, Étude préliminaire, sélection et notes de Gregorio Weinberg, vol. I, Buenos Aires, 1984 ; Filemón Posse, « Intervention au Congrès, discours sur le mariage civil» dans Cámara de Senadores, Diario de Sesiones , 6 septembre 1888.
14 Édition La Buena Lectura  (Paroisse de la Merced) année XXII, nº 12,17-11-1900 ;  Momentos de lucha   La Buena Lectura  (Paroisse de la Merced) année XXII, nº 53, 31-8-1901.
15  La Buena Lectura  (Paroisse de la Merced) « La enseñanza religiosa en las escuelas. Importante nota del Sr. Vicario Capitular » année XXI, nº34, 21-4-1900. « La instrucción religiosa en las escuelas », La Buena Lectura , (Paroisse de la Merced) année XXI, nº 36, 5-5-1900.
16 Congrès National, Chambre des Députés, Diario de Sesiones , 1901, tome 2, session du 30 décembre 1901, pp. 754-765.
17 Congrès National, Chambre des Députés, Diario de Sesiones , 13 au 25 août 1902.
18 Congrès National, Chambre des Députés, Diario de Sesiones , 13 au 25 août 1902.
19 « Oración patriótica de acción de gracias por el éxito de las fiestas del Centenario », prononcée dans la Cathédrale de Buenos Aires par Monseigneur Miguel de Andrea le 2 juin 1910. Publication commandée par la Commission Nationale du Centenaire, Buenos Aires, Alfa y Omega, 1910; cf. Tulio Halperín Donghi, Vida y muerte de la República verdadera (1910-1930), Buenos Aires, Biblioteca del Pensamiento Argentino, Ariel Historia, 1999.
20 Miguel de Andrea, « Paroles de remerciement lors d’une manifestation en son honneur », 22 août 1913, dans Obras Completas de Monseñor de Andrea, tome IV, Buenos Aires, Difusión, 1945.
21 Cf. «Préface à la deuxième édition», 1922, dans Ricardo Rojas, La Restauración Nacionalista, Buenos Aires, Peña Lillo, 1971. Les prochaines citations de Rojas ont les mêmes références.
22 Manuel Gálvez, El Solar de la Raza, Bs.As., Nosotros, 1913, p.12.
23 Manuel Gálvez, El Diario de Gabriel Quiroga, Buenos Aires, Arnoldo Moen y Hnos., 1910, p. 67-68.
24 Cf. «Préface» à l’édition de 1922, dans R.Rojas, La Restauración Nacionalista, op.cit.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Lilia Ana Bertoni, « La question nationale et les limites du libéralisme, 1880-1910 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 30 mayo 2017. URL : http://alhim.revues.org/1042

Inicio de página

Autor

Lilia Ana Bertoni

Faculté de Philosophie et Lettres, Université de Buenos Aires

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org