Navegación – Mapa del sitio

Le peuple «un et indivisible». Pratiques politiques du libéralisme «porteño»

Hilda Sabato

Entradas del índice

Palabras claves :

Buenos Aires
Inicio de página

Texto completo

1Libéralisme, libéral et libéraux sont des mots récurrents dans la littérature politique sur le XIXe siècle en Argentine. Ils ont été utilisés pour définir et qualifier un èventail très large d’idées, de faits, d’hommes, d’actions et d’institutions hétérogènes, dont les points d’intersection ou les zones de compatibilité ne semblent pas toujours évidents. Ce qui est certain, pourtant, c’est que les contemporains eux aussi se servaient fréquemment de ces termes pour se référer à des identités et à des pratiques. Mais, tandis que dans le domaine intellectuel les thèmes issus des différents aspects du libéralisme se retrouvent en doses variables dans une bonne partie de la prose intellectuelle de l’époque, sur le plan plus strictement politique, un mouvement spécifique s’est emparé du terme «libéral» dans une étape particulière. Ainsi, la création du Parti de la Liberté dans les années 1850 a été le début d’une organisation politique qui, partant du contrôle de la Province de Buenos Aires, s’est lancé dans ce que Tulio Halperín Donghi a appelé «la conquête du pays». Il a accédé au gouvernement sous la présidence de Bartolomé Mitre. D’autres rassemblements ont ensuite surgi se reclamant du titre de ‘libéraux’ et de leur tradition1.

2Après la chute du régime de Rosas, à Buenos Aires2 en 1852, les libéraux ont essayé de fonder un régime politique qu’ils allaient animer et diriger dans l’ensemble du pays. Ils ont rapidement échoué dans cette tentative. Mais la mise en place des institutions républicaines s’est concrétisée dans un ensemble de pratiques qui ont donné un profil particulier à la vie politique «porteña», dont quelques-grands traits principaux allaient bientôt dépasser les limites de Buenos Aires et du tronc libéral lui-même pour s’incorporer à l’ensemble de la culture argentine. Ensuite, on étudiera quelques caractéristiques de ce développement qui s’est nourri de traditions idéologiques diverses, pas toujours compatibles avec les modèles du libéralisme qui dominaient alors dans d’autres pays. Dans la préface à son étude déjà classique sur la tradition républicaine en Argentine, Natalio Botana a remarqué «la polarité entre vertu et intérêt ou (…) entre une république de citoyens et une république d’habitants» qui traversait le monde des idées. Le monde des pratiques n’allait pas rester à l’écart de ces tensions; bien au contraire, elles allaient y développer une autre forme d’éloquence: celle de l’action3.

3On ne tentera pas cependant d’opposer ces pratiques à d’autres censées refléter fidèlement l’idéal du libéralisme. Celui-ci n’a jamais constitué un ensemble de principes intangibles, exprimé dans un langage politique uniforme. Bien au contraire, le XIXème siècle, a connu des manifestations et des péripéties très diverses qui ne sont pas faciles à placer sur une trajectoire unique. Par ailleurs, ses principaux partisans en Argentine n’ont pas été insensibles à l’influence d’autres courants idéologiques et surtout aux circonstances et aux avatars de la vie politique de leur temps4. Leurs projets et leurs actes se sont nourris des idées en vogue autant que de l’expérience concrète. Dans les décennies qui ont suivi la révolution de l’Indépendance, cette expérience a été marquée par la recherche d’un ordre politique stable. Des dirigeants nouveaux et anciens ont tenté de mettre en place des institutions et ont inventé des pratiques diverses qui, fondées sur des normes républicaines successives, allaient permettre d’atteindre, maintenir et reproduire le pouvoir. Ils ont connu des fortunes diverses mais seul le régime de Rosas a réussi à se maintenir pendant plus de deux décennies. Sa chute a permis de construire une nouvelle communeauté politique, définie par la Constitution comme une république représentative et fédérale, et de chercher de nouvelles formules pour instaurer un ordre stable. Dans ce processus, l’élite porteña, qui allait parvenir au pouvoir dix ans plus tard, crée des pratiques politiques spécifiques. Fondées sur les valeurs et sur les principes du libéralisme constitutionnel, ces pratiques ont été fortement marquées par l’expérience passée, autant par celle des gouvernements unitaires que par celle du gouvernement de Rosas. Son développement a surtout été le résultat de la dynamique même des luttes pour le pouvoir, de la mise en marche de mécanismes destinés à supprimer la rivalité pour les charges, des efforts pour arriver au gouvernement et pour le conserver, et de la poursuite de la légitimité.

4Ainsi s’est confirmée et organisée une forme originale de pratique politique qui allait caractériser le régime republicain, cette deuxième moitiée du siècle le caractérisent et le distinguent de ceux qui l’ont suivi.

5Le présent essai compte s’appuyer, pour le decrire, sur l’analyse des idées et des pratiques liées aux vrais aspects de la souveraineté populaire: les votes, le contrôle exercé par l’opinion publique et la revolution.

6Dans le cadre de la Constitution de 1853, la légitimité du pouvoir renvoyait nécessairement à la communauté politique et à ses membres, les citoyens, dont les droits et les obligations étaient définis par ce même pacte institué. Le suffrage universel était une pièce maîtresse de cette construction : il était la seule voie d’accès légitime aux charges representatives, et la forme prévue pour l’exercice de la liberté politique. Bientôt, des mécanismes électoraux se sont mis en place, des réseaux se sont tissés, des organisations ont été créées dans le but de négocier et de gagner des élections. Le contrôle régulier des gouvernants était, un second un élément clé de leur légitimité: Il concernait cette fois un autre protagoniste dont les moyens d’actions souhaitables allaient devenir un sujet de contreverse pendant les premières decennies de la république. La liberté d’opinion, de réunion et d’association permettait aux citoyens d’intervenir dans ce domaine. La Constitution prévoyait des mesures pour limiter les mécanismes pour contrôler les abus de pouvoir, la corruption des dirigeants, le despotisme.L’une des mesures concernait directement les citoyens : le droit et l’obligation de prendre des armes «en défense de la patrie et de sa Constitution» (article 21). Elle donne lieu dans ces années, au développement d’un ensemble de pratiques politiques,derrière lesquelles transparaît clairement l’image de la révolution.

7Ces trois dimensions de la vie politique à l’époque du libéralisme sont analysées dans les pages qui suivent; on y propose, également, une interprétation des principales caractéristiques de ce qui est devenue une culture politique singulière. D’autres éléments ont, à coup sûr, contribué à modeler cette culture, mais les trois aspects qu’on vient de mentionner: le mode de suffrage, le contrôle populaire et la possibilité de la révolution y ont probablement joué un rôle central dans ses théories et ces pratiques.

Suffrage, élections et partis

8Les concepts de nation et de pouvoir representatif ont varié après la révolution de Mai 1810, mais les élections ont constitué d’emblée un élement incontournable de la vie politique. Les normes et des lois relatives à l’exercice du droit de vote et les pratiques des assemblées électorales ont elles aussi varié mais, dans tous les cas, pour accéder au pouvoir le vote des citoyens a constament été nécessaire . Ainsi s’ouvrait un vaste champ d’expérimentation politique qui a abouti à la mise en oeuvre de diverses réglementations et pratiques électorales, depuis la nomination des candidats jusqu’à la mobilisation des électeurs et l’expression des suffrages.

9Ces deux stades posaient problème aux artisans du nouvel ordre. Dans le cas des candidats, même s’ils satisfaisaient aux conditions de qualification fixées par la loi , se posait la question: comment les selectionner?. Qui s’en chargerait ? La cncurence entre candidats , était elle possible ou souhaitable ? Et si on l’admettait, quels contrôles allaient empêcher qu’elle ne dégénère en conflits violents conduisant en dernière instance , à la désagrégtion du pays ? Quant au deuxième stade, celui de la mobilisation des électeurs – que ce soit pour confirmer la sélection préalable d’un candidat unique ou pour choisir entre plusieurs candidats rivaux - il laissait aussi une grande part d’incertitude. Les dirigeants et ceux qui aspiraient à le devenir ont vite découvert que l’obtention du suffrage n’était pas une chose facile et que d’autres conflits violents pouvaient eclater à cette occasion. Les différents régimes qui se sont succédé après la révolution de 1810, à l’échelle nationale ou à celle plus réduite de chaque province, ont essayé des méthodes très différentes pour résoudre la question Ces essais n’ont eu en général qu’un succés limité; on a fini par en venir aux armes et seul Rosas a réussi à mettre en place à Buenos Aires un système bien rodé qui se caractérisait par un vote unanime et dicté d’en haut5.

10Lorsque les libéraux sont arrivés au pouvoir vers le milieu du XIXe siècle, il existait donc une expérience électorale dejà longue et conflictuelle. Le contexte était, cependant, nouveau. Aussi bien sur le plan institutionnel – une communeauté construite désormais à l’echelle nationale - que sur le plan plus strictement politique –la victoire de Buenos Aires sur le gouvernement de la Confédération et l’accession au pouvoir national d’une partie de l’élite «portena» surgie après la revolution de 1852 – les libéraux ont créé les conditions d’une nouvelle politique6.

11Parmi les innovations les plus visibles on remarque l’affirmation d’une institution destinée à perdurer et à subir en même temps de profondes transformations tout au long de l’histoire: le parti politique. Jusqu’à récement, les partis de l’Argentine du XIXème siècle étaient en général décrits péjorativement comme des groupements factieux, personnalistes et inorganiques. Tulio Halperín Donghi amplifia cette caractérisation générique en analysant le Parti de la Liberté, créé dans l’État de Buenos Aires pendant les années de la sécession et bientôt conduit par Bartolomé Mitre, en le comparant aux organisations similaires dans d’autres villes d’Amérique latine. Il a signalé l’avènement du parti en tant que collectivité, ne se limitant pas à convoquer des personnalités de marque: il etablissait en outre de nouvelles relations entre dirigeants et bases destinées à rejoindre la vie politique. Ces libéraux se sont identifiés à leur version de l’histoire de la province et se sont présentés comme étant l’expression de «toutes les aspirations politiques légitimes»: ils étaient à la fois les héritiers du passé héroïque et les hérauts du seul avenir légitime7.

12Dans les décennies suivantes, cette forme de « parti » s’étend au delà de la province de Buenos Aires8. Son développement est étroitement lié aux formes adoptées par la lutte électorale dans cette période. Après 1852, le Parti de la Liberté ainsi que d’autres forces semblables , ont constitué des réseaux de liaison et d’organisation électorales, de définition de candidatures, de recrutement et de mobilisation des votants. Mais la concurrence entre partis devenait problématique pour l’époque. A l’instar d’autres sociétés du XIXe siècle, la société argentine concevait la nation politique comme une unité, à partir de laquelle les élections, plus qu’un mécanisme pour assurer la représentation de secteurs divers, étaient interprétées comme une méthode de sélection des meilleurs, ceux qui étaient les représentants de l’intérêt collectif et non des intérêts particuliers. Conformement à cela, l’idée même de parti devenait pour le moins incommode, du moment que les partis qui existaient réellement proclamaient leur aspiration à représenter le peuple dans son ensemble, tandis que leurs adversaires étaient appelés «factions», un mot qui avait la connotation de divisionnisme et d’illégitimité9. Malgré la contradiction qui semblait inhérente à la dénomination même de «partis» qui ne prétendaient pas représenter une partie mais incarner le tout, durant la deuxième moitié du XIXe siècle, on constate un développement soutenu de partis concrets qui ont été des agents d’agglutination des intérêts politiques, des centres d’activité de ceux qui avaient atteint le pouvoir ou qui aspiraient à y parvenir, des lieux où se conformaient les réseaux matériels et les assemblages symboliques contribuant à définir des traditions politiques.

13Dans la mesure où les partis se plaçaient par-dessus les disputes entre candidats, ils laissaient les activités électorales dans les mains d’une institution subordonnée, les clubs politiques. A Buenos Aires, ceux-ci naissent au sein du parti de la Liberté et de ses successeurs en tant qu’organisations opérationnelles destinées à produire et à favoriser des candidatures ainsi qu’à générer et administrer les ressources électorales nécessaires pour assurer leur succés aussi bien dans les disputes internes que dans les urnes. Leurs stratégies d’action s’appuyaient sur le recrutement et la mobilisation de clientèles peu nombreuses mais fidèles. Elles constituaient ainsi de vraies machines d’action électorale, intégrées à la base par des groupes recrutés dans différents secteurs de la population où prédominaient les couches populaires moins favorisées.. Leur action ne se limitait pas à susciter le vote, fonction assurée par les groupes, il s’agissait, en outre, d’empêcher celui des adversaires, ce qui créait des situations de violence succesives plus ou moins contrôlées10.

14Au début des années 1860, les clubs proclamaient haut et fort leur caractère éphémère et leur action limitée à la période des élections. Bien vite, cependant, ils sont devenus des pôles d’assemblage plus permanent, traduisant des alignements divers à l’intérieur des partis configurant à leur tour de nouveaux groupements. Par exemple, de l’ancien Parti de la Liberté, divisé d’abord en clubs, allaient naître les Partis Nationaliste et Autonomiste, et du sein de celui-ci et de quelques-uns de ses clubs, allait naître le Parti Républicain qui a été de courte durée. En même temps, les clubs primitifs produisaient des groupements mineurs qui fonctionnaient tantôt comme des ramifications de ceux-là, tantôt comme des succursales par quartiers, désignés parfois comme «centre», «association» ou bien «comité», terme qui perdura le plus.

15Ce genre de politique institutionnalisée ne se limitait pas à Buenos Aires ni au libéralisme d’origine «porteña». Mais, étant donné que l’action électorale était surtout définie au niveau provincial, chaque province avait sa propre dynamique et ses formes spécifiques pour l’organisation des partis. Par exemple, les partis qui avaient des aspirations nationales et plus tard le Parti Autonomiste National, fortement présent en province, ont fonctionné de façon très décentralisée en s’appuyant sur le mécanisme électoral des clubs et des comités ayant un siège local11.

16La tension entre l’aspiration à représenter le peuple comme une totalité et le besoin de s’organiser comme une partie cherchant à gagner, était contenue et s’exprimait dans l’alliance parti-club. Les partis-clubs convoquaient le ‘peuple’ mais ils mobilisaient un groupe réduit de personnes. Ils faisaient appel à l’esprit civique de la population mais ils se servaient des militants organisés collectivement comme forces électorales. Ils invoquaient le citoyen libre et autonome, mais ils construisaient leur clientèle appuyés sur le contrôle des emplois d’état. Ces traits se sont combinés et ont marqué de leur empreinte ce qu’il était alors convenu d’appeler «política criolla».

17Trois aspects sont à remarquer à ce propos12. Tout d’abord, les clubs recrutaient leurs bases électorales parmi les différents secteurs de la société mais en particulier, parmi les classes populaires. L’existence d’un large droit au suffrage, qui n’était pas limité par des exigences censitaires ni conditionneles, donnait, à l’epoque, aux élections une allure plébéienne. Au niveau des partis on faisait appel à tous les citoyens, et les dirigeants cherchaient à établir des vases communicants avec la société civile et ses institutions.

18Deuxièmement, les bases électorales constituaient des clientèles réunies par des liens complexes qui comprenaient des échanges multiples et inégaux entre leurs membres et les directions des partis. Il ne s’agissait pas, cependant, de la survivance de formes archaïques ou pré-modernes de clientélisme appuyées essentiellement sur des liens forgés socialement. Même si, à l’epoque on pouvait constater ici et là, en Argentine ce genre de relations, les nouveaux partis bâtirent leur pouvoir à partir de leur action dans l’arène politique. Le prestige de leurs dirigeants ne dépendait pas uniquement de leur fortune et leur position sociale, à la manière des «notables» d’autres sociétés, mais de leur insertion politique et de leur activité. Bien que dans le cas des clientèles de club, les relations avec les bases aient pu se cimenter grâce aux liens de parenté et de parrainages préalables et aux liens personnels tissés dans le milieu économique privé ou dans des espaces de sociabilité traditionnels, ils trouvaient leur principal appui matériel dans les institutions et dans les emplois publics, s’organisant comme des assemblages d’articulation politique centrés sur les relations personnelles consolidées à travers l’activité électorale. Dans ces mecanismes on définissait et on reproduisait les liens qui unissaient les «caudillos» aux bases à travers une dynamique de relation verticale, directe, avec peu de médiations, aux caractéristiques spécifiques selon les regions. Ces relations étaient établies et confirmées dans l’action, bien plus que dans une structure institutionnelle établie.

19Troisièmement, le caractère institutionnel des partis dépendait presque entièrement des appareils électoraux. Bien que considérés éphémères par définition, les clubs représentaient les structures les plus visibles et les plus organisées des partis, ayant leur centre dans l’espace local et provincial. La dynamique politique permit de perfectionner cet aspect qui s’est maintenu comme le moteur de la vie des partis. Ce n’était pas le seul, mais le plus permanent. Les partis avaient aussi un autre plan d’action beaucoup plus général ne demandant pas d’elargir le déploiement d’organisation ni de hiérarchie, car ils dépendaient entièrement des dirigeants. A travers leur action au parlement, dans la presse et dans d’autres domaines de l’activité publique, les têtes de parti ainsi qu’une poignée de personnalités secondaires faisaient appel à un public large, au «peuple» générique, afin de construire leurs discours aux prétentions nationales. Mais les formes d’organisation les plus effectives et permanentes dependèrent des besoins imposés par les différentes étapes de l’action électorale.

20La combinaison de ces différents aspects de la «política criolla» a caractérisé la période relativement courte mais inaugurale de la vie républicaine argentine. La dynamique électorale remplit un rôle central dans les formes qu’adoptait l’organisation politique autour des personnalités du parti et du club. Ce dernier s’est transformé en un mécanisme original pour traiter la concurrence électorale, autant des candidatures que des candidats, sans briser l’aspiration d’unanimité propre aux partis13. Pendant un temps, cette complémentarité fonctionnelle trouva une corrélation au niveau du plan institutionnel du suffrage. La majorité de la population, qui ne cachait pas ses sympathies pour l’un ou l’autre des dirigeants, n’exerçait pas son droit de vote et se tenait systématiquement éloignée des urnes. Les elections étaient, par ailleurs, le domaine des groupes organisés des militants de clubs, des minorités actives prêtes à la lutte électorale sous tous ses aspects. Dans ce cadre, il était plus important pour les dirigeants d’assurer une organisation d’ «éléments électoraux», fidèle et efficace, plutôt que d’augmenter le nombre de leurs électeurs. Cela n’empêchait pas la prospection d’appuis plus vastes parmi la population qui, même si elle n’allait pas voter, ne se privait pas d’exprimer publiquement sa sympathie pour un parti déterminé.

21Ce divorce entre citoyens potentiels et votants effectifs, ainsi que la violence réitérée à l’occasion des élections, furent l’objet de critiques permanentes dans le débat public. Cela suscitait des changements dans la législation, destinés à éviter la fraude et la manipulation électorales. Cependant, le mécanisme de base a fonctionné de la même façon pendant plusieurs années, en dissociant les routines électorales, intensément compétitives mais limitée, de l’activité des partis, plus large, plus relâchée et avec un plus grand pouvoir de convocation. Ce n’est qu’à partir de 1874, lorsque ce simple conflit limité aux urnes déboucha sur une révolution armée, que les vainqueurs essayèrent de changer de méthode. Le président Avellaneda, après avoir mis en déroute l’armée nationale du porteño rebelle Mitre, alors chef du Parti Nationaliste (libéral), a essaya de résoudre, en tant que Président de la République, le problème des candidatures. Son projet de conciliation comprenait l’accord des têtes de partis afin de produire les candidats sans délibération et d’éviter ainsi une instance décisive dans la confrontation électorale. Malgré le peu de succès obtenu par ce projet, la tentative allait marquer le chemin suivi plus tard par Roca et le Parti Autonomiste National : contrôler la concurrence électorale d’en haut, réduire l’incertitude, produire le suffrage à partir du «gouvernement électeur».

22De cette façon, le modèle électoral et de partis, animé et mis en pratique par les libéraux, s’épuisait. Mais nombre de ces caractéristiques, réelles ou imaginées, allaient être revendiquées plus tard, comme des exemples d’une ère républicaine où avait régné l’esprit civique d’un peuple vertueux14.

Opinion publique et sphère publique

23Dès les premières décennies du XIXème siècle, avec l’instauration du principe de souveraineté populaire et des formes représentatives de gouvernement, l’expression «opinion publique» s’introduisait dans le langage politique du Rio de la Plata. En Europe aussi bien qu’en Amérique, cette expression a eu des acceptions très différentes en variant, de façon significative le long des années. Lorsque les élites porteñas sont arrivées au pouvoir dans les années 1860, ce concept superposait déjà plusieurs couches de notions différentes auxquelles s’associaient des institutions et des pratiques diverses. En tant que source décisive de légitimité politique, l’opinion publique représentait pour les libéraux au gouvernement, un tribunal neutre qui produisait et exprimait de façon rationnelle la volonté collective de la nation. La presse et les associations étaient des institutions clés dans leur formation, tout comme le parlement, qui était l’espace par excellence de la représentation. Les libertés civiles, de la presse, la liberté de réunion et d’association, agissaient en tant que droits fondamentaux pour garantir l’autonomie de l’opinion15.

24Dans l’expérimentation politique inaugurée à ce moment-là, l’institution de l’opinion publique allait se superposer, dans la pratique, à la voix du peuple de Buenos Aires et celui-ci avec le public concret qui se manifeste à partir de l’expansion d’instances d’association et d’organisation de la société civile «porteña». Les élites libérales ont établi une relation particulière avec le public de la ville, et cette relation a contribué, au début, à sa consolidation au sein du pouvoir même si, par la suite, elle agira en limitant sa légitimation à l’échelle nationale.

25Pendant les années qui suivirent la chute de Rosas, Buenos Aires connut une vraie explosion de l’activité associative et communicative. Des sociétés d’aide mutuelle, des clubs sociaux, culturels et sportifs, des loges maçonniques, des cercles littéraires et des athénées, des comités de fêtes carnavalesques, et des commissions de différentes sortes: celles-ci et d’autres formes de groupements et d’action collective se sont regulièrement multipliées. En même temps, on assistait à la diffusion d’une presse vigoureuse, représentée par des journaux et par des publications politiques, commerciales, culturelles et scientifiques qui circulaient largement parmi la population urbaine16.

26Les associations et la presse se présentaient comme des institutions porteuses de civilisation ; leur expansion étant le symptôme du développement d’une société libre, moderne et démocratique. Cette evaluation était partagée par une majorité de porteños : immigrants et natifs, blancs et noirs, travailleurs et patrons, vieux et jeunes, riches et pauvres; enfin, des hommes et des femmes de tous les secteurs participaient régulièrement à la vie associative et communicative de la ville. Leurs institutions agissaient non seulement dans le domaine limité de la représentation, de la défense ou de la protection des intérêts et des opinions spécifiques de leurs bases, mais elles ont constitué une connexion qui traversait l’ensemble de la société et cherchait à l’articuler aussi bien horizontalement que verticalement. La presse et les associations ont tissé un vaste réseau institutionnel définissant un espace d’initiatives et d’actions partagées ainsi que des échanges et des liens divers entre ses parties acquérant ainsi une visibilité dans la ville. Elles engagèrent en outre, un dialogue soutenu avec l’état et les autorités politiques et conformèrent par là même, une sphère publique politique.

27Les institutions ont joué un rôle central dans la mobilisation du public urbain. Les théâtres, les rues et les places étaient les endroits favoris pour les célébrations, les contestations, les commémorations, les festivités et les démonstrations de tout genre. Des milliers d’hommes et de femmes participaient à ces activités qui étaient généralement colorées et pacifiques. Considérées comme l’expression la plus achevée de l’esprit civique des porteños, ces mobilisations éveillaient l’enthousiasme d’une grande partie de la population. Dans les rues, le peuple se manifestait. La présence de dizaines de milliers de personnes, de gens «de toutes les langues, de toutes les races», «fils de la république universelle», était exaltée dans les discours et dans les textes écrits17. On défilait en colonnes, derrière des bandes de musique, des étendards et des bannières d’associations et de collectivités diverses en formant un ensemble visiblement hétérogène. En même temps, la variété se fondait dans l’image d’un peuple unique, le peuple de Buenos Aires qui, au-delà des différences sociales, ethniques, politiques, produisait une volonté commune, faisait entendre une seule voix. La présence physique incarnait l’idéal de l’opinion publique, notion abstraite et controversée, atteignant par son action populaire son point d’orgue d’exaltation.

28La sphère publique qui se forme dans ces années-là se conçoit comme une instance d’harmonie et de civilité. Pendant que la société se modernisait rapidement malgrè des contradictions, traversée par des tensions et par différents clivages, les initiatives de la société civile et ses actions collectives n’attiraient généralement pas l’attention sur ces conflits. Bien au contraire, ces actions étaient menées au nom du «peuple» et dans la poursuite du «bien commun», en exigeant la représentation de l’ensemble.

29Les élites politiques de Buenos Aires notèrent ces expressions de la société civile porteña en les stimulant tout en essayant d’influencer leurs orientations. Elles ont courtisé ce public dans lequel elles voyaient l’incarnation du «tribunal de l’opinion» si apprécié, source obligée de légitimité. Pour ces élites, la ville était leur premier territoire de référence où elles établirent avec succès des vases communicants avec la population et ses organisations. Elles ont écrit et édité des journaux, se sont intégrées à différentes associations, ont défilé dans les rues avec les gens. Des hommes politiques comme Bartolomé Mitre ou Adolfo Alsina, parmi d’autres, ont cherché à forger là leur image de dirigeants et à conquérir le public.

30En même temps, l’opinion publique devait jouer un rôle important dans la construction d’une communauté politique nationale dont elle exprime les authentiques intérêts collectifs. Les institutions et les pratiques associatives et communicatives développées à Buenos Aires prétendaient matérialiser cette volonté. Pour les dirigeants porteños, elles constituaient la manifestation la plus visible de la nation politique et de l’unité de la république.

31Cette représentation de l’opinion publique associée à des pratiques concrètes de la population de Buenos Aires, a été un ingrédient fondamental de la construction politique des libéraux porteños. Paralèlement, cette population a su profiter de la place privilégiée qu’elle occupait dans la nouvelle république et elle a développé des formes d’articulation collective destinées à agir publiquement, à faire écouter sa voix et à devenir l’interlocuteur inévitable des gouvernants. Les limites de cette relation apparurent rapidement, comme nous le verrons. Mais beaucoup d’institutions et de pratiques etablies pendant ces années-là furent durables, et les représentations qui sont nées dans ce cadre se sont maintenues comme une partie de la culture politique argentine dans des combinaisons qui s’eloignèrent du modèle initial.

La révolution

32L’article 21 de la Constitution Nationale de 1853 stipulait que «Tout citoyen est obligé à s’armer en défense de la Patrie et de cette Constitution». Cette clause ouvrit le chemin à la formation de milices citadines en autorisant la résistance contre la tyrannie. Dans la tradition coloniale espagnole, les peuples avaient déjà le droit de se rebeller face au despotisme. Dans le nouveau cadre républicain, résister au tyran est devenu un droit et une obligation des citoyens. Ce droit fût à l’origine de la plupart des nombreuses révolutions et soulèvements du XIXème siècle.

33Souvent, l’historiographie a interprété ces soulèvements comme des éruptions anachroniques qui interrompaient le cheminement vers la modernisation de la vie politique et la consolidation de l’Etat. Cette vision est fondée non seulement sur des conceptions théoriques du pouvoir et de la politique dans la modernité, très enracinées dans l’historiographie argentine du XXè siècle18, mais aussi sur les points de vue des contemporains eux-mêmes pour lesquels la violence représentait l’opposé de la civilisation et du progrès. Cependant, et paradoxalement, ces mêmes contemporains trouvaient que dans certaines circonstances le recours aux armes n’était pas contraire à la civilité, tant s’en faut. L’usage de la force en vue de restaurer la Constitution soi-disant violée par un gouvernement despotique était considéré non seulement comme un droit, mais aussi comme un devoir civique.

34Ce concept n’était pas né, évidemment, en Argentine et on peut le rattacher au droit à la rébellion présent dans plusieurs traditions idéologiques circulant à l’époque19. Dans ce contexte, les révolutions ne sont pas un reliquat du passé, mais des formes d’action associées aux principes et aux normes propres au processus de modernisation politique. Les libéraux furent les animateurs et les protagonistes de ces pratiques ayant eu leurs épicentres, précisément, dans la puissante province de Buenos Aires.

35Entre 1852 et 1890, la ville et ses environs connaissent quatre soulèvements armés contre le pouvoir du moment. Tous sont désignés comme des «révolutions» par ses protagonistes, une dénomination qui n’a jamais été acceptée par ceux contre lesquels l’action était dirigée. La révolution de 1852 a été assez différente des autres. Tout d’abord elle eut lieu avant la sanction de la Constitution et elle marquât le commencement des dix années que l’Etat de Buenos Aires a mis à se séparer de la Confédération. Deuxièmement, elle fut la seule a triompher inaugurant le processus politique qui allait précipiter le triomphe des libéraux porteños sur le restant des forces politiques locales et nationales. Dans cette année 18552, qui inclut les Journées de juin, la révolution de septembre et le siège de la ville par les forces confédérées, se fondent les bases du pouvoir d’une nouvelle organisation dirigée par Bartolomé Mitre.

36Enfin, cette révolution fut un épisode clé dans le mythe fondateur de ce libéralisme qui, à partir de 1862, s’est proposé de diriger la construction de l’État et celle d’un ordre politique national. Dans ce sens elle est devenue un puits de valeurs, de symboles et de représentations bâtissant l’imaginaire collectif des porteños. D’après celui-ci, Buenos Aires était républicaine, autonome et libre. Son soulèvement avait eu lieu en défense de la cause de la liberté, une cause que l’on faisait remonter jusqu’à 1810 lorsqu’une autre révolution, à Buenos Aires également, avait inauguré l’histoire. En même temps, le protagoniste en était le peuple et le triomphe revenait à l’action collective de la citoyenneté en armes. L’institution milicienne de la Garde Nationale allait prendre des connotations héroïques, et les jeunes «lions» allaient occuper la place symbolique des auteurs décisifs de la débâcle ennemie, en devenant les porte-étendard de l’honneur et de l’esprit de liberté de la province20.

37A la différence de la révolution de 1852, celles qui ont suivi en 1874, 1880 et 1890 ont été écrasées21. Entreprises par des groupes politiques qui réfutaient le pouvoir central en raison des actes qui, d’après eux, violaient la constitution en général et le droit au suffrage en particulier, et qui se soulevaient pour récupérer les libertés perdues, ces trois révolutions furent désignées comme restauratrices22. Les dirigeants appartenaient aux cercles les plus élevés du libéralisme politique de Buenos Aires. Dans leur discours, l’appel aux armes était un acte imprégné de civisme auquel on parvenait comme une dernière instance après avoir essayé la mobilisation pacifique. A la veille du soulèvement de 1880, on lisait dans le journal La Nación, ami des rebelles :

On a vu de combien de moyens… se sont servis les citoyens pour accomplir le devoir afin que chaque électeur devienne un bras armé pour défendre son droit, et le jour est arrivé où le peuple porte dans une main le fusil et dans l’autre le bulletin d’électeur23.

38Dans ce cadre, les milices (à l’époque, la Garde Nationale) avaient une place privilégiée. Elles n’étaient pas seulement une force militaire. Elles étaient considérées comme «la citoyenneté en armes» dont le prestige derivait d’avoir pris part à la résistance contre les invasions anglaises de 1806 et 1807. La révolution de 1852 a alimenté le mysticisme milicien. Depuis lors, la Garde allait jouer un rôle important dans la nouvelle vie politique de la province. En tant que réseaux structurés de citoyens actifs, les bataillons sont devenus des lieux de formation des cadres politiques et ont contribué à la création de liens de loyauté et d’échanges entre les dirigeants et les militants de différents niveaux. Ils ont fonctionné comme des mécanismes électoraux par excellence et ont été des éléments essentiels dans la mobilisation révolutionnaire. Sur le plan militaire, leur efficacité fut limitée, mais ils ont occupé une place symbolique de laquelle ils n’ont pas été déplacés ni par les échecs , ni par la présence des effectifs de l’armée de ligne dans les files révolutionnaires.

39Outre ceux qui participaient directement dans les actions armées, les révolutions concernaient un public plus vaste, le public de Buenos Aires. Dans le discours révolutionnaire on essayait de démontrer qu’il y avait une adhésion importante et spontanée à la cause rebelle, que ‘‘l’opinion’’ était de son côté. Il est sûr que cet appui n’a pas eu la dimension que l’on a voulu lui donner, mais cependant il est evident qu’ il eut une mobilisation beaucoup plus large interessant des secteurs au delà des partis et qu’une partie non négligeable de la population de la ville et de la campagne s’est solidarisée avec les mouvements révolutionnaires. En tout cas, elles n’ont jamais été des évènements isolés et ponctuels protagonisées par des groupes marginaux.

40Ces événements ont entraîné la mobilisation effective de milliers (parfois même de dizaines de milliers) d’hommes. Les troupes régulières, des gardes nationales mobilisées par les rebelles et par le gouvernement pour l’occasion, des volontaires et même des pompiers et des policiers en faisaient partie. Les victimes de ce combat ont oscillé entre quelques milliers et plusieurs milliers d’hommes et dans certaines occasions, comme en 1890, par exemple, on compta des dégâts matériels considérables. Les châtiments imposés aux vaincus furent en général la prison et l’exil, suivis, plus tard, par l’amnistie24.

41Malgré les échecs, le discours révolutionnaire incitait à la célébration. Dans chaque épisode, le peuple de Buenos Aires, «un et indivisible», redevenait le peuple de Mai qui démontrait son amour pour la liberté et son esprit civique une fois de plus, résistait à toutes les agressions du despotisme25. On célébrait alors ce peuple républicain et vertueux, les milices citadines et la révolution comme une pratique légitime. A chaque soulèvement, ces images se réactivaient comme les formules répétées d’un symbolisme politique qui allait se maintenir en vigueur même après les échecs.

Le peuple, un et indivisible ?

42Les libéraux qui sont arrivés au pouvoir en 1862 ont contribué à générer un ensemble de pratiques et de représentations politiques spécifiques associées aux normatives constitutionnelles de légitimation du pouvoir. Elles ont commencé à construire une culture politique qui s’est articulée fortement autour des deux institutions clés dans la relation entre la société civile et la société politique, le suffrage et l’opinion publique, et qui a incorporé en plus le topos de la révolution.

43Dans cette culture politique, l’image du peuple, un et indivisible, a pris une place fondamentale. La dynamique électorale, celle de la sphère publique et celle de l’action révolutionnaire, ont évolué autour de conceptions de la vie politique qui mettaient l’accent sur la vertu civique et sur l’unité. Dans les pratiques forgées par les libéraux, ce peuple générique s’est superposé au peuple concret de Buenos Aires. Dans le cadre de l’activité électorale se créent les partis appelés «de principes» qui ont prétendu représenter l’ensemble national. En même temps, le fait de créer, à l’intérieur des partis, des clubs chargés de l’appel à candidatures et de la production effective du suffrage, a rendu possible le maintien de leur aspiration à incarner l’unité de la république. S’il est vrai que les partis et les clubs ont fonctionné dans tout le pays, leur origine se trouve dans la province de Buenos Aires ils y forgent leur espace de référence et leur moment d’apogée.

44Dans le domaine propre à la société civile qui est l’opinion publique, les associations et la presse, qui, dans d’autres pays agissaient en mettant en avant les intérêts et les besoins de groupes et de secteurs divers, se présentaient à Buenos Aires en tant que porte-paroles de l’ensemble, en matérialisant le bien commun. Cette unité existait aussi dans la sphère publique, où l’hétérogénéité sociale, ethnique et culturelle s’est dissoute dans l’unanimité symbolisée par l’image du «peuple dans la rue». Le pouvoir, pour sa part, a toujours considéré que cette sphère publique «porteña» était la source de l’opinion publique nationale.

45Finalement, les révolutions libérales ont eu leur épicentre à Buenos Aires et c’est là où elles ont construit une vraie tradition qui a rattaché les successives rebellions «porteñas» les unes aux autres ainsi qu’au passé lointain et mythique de Mai et à celui plus proche de 1852. Leurs protagonistes ont revendiqué le rôle de représentants du peuple qui se dressait légitimement face au despotisme. Des milliers de personnes ont participé aux mobilisations avant et pendant la lutte, mais les coûts matériels et humains des affrontements ont été absorbés par une épique de la célébration qui mettait l’accent sur l’esprit de liberté qui regnait et qui justifiait les actions populaires.

46En somme, le thème du peuple uni, vertueux et civiquement engagé eut pour rôle d’articuler la culture politique des années 1850 à 1890 et s’est fortement enraciné parmi les habitants de Buenos Aires. Cependant, cette culture subit les agressions d’une réalité politique nationale qui ne pouvait échapper à la dynamique porteña et aux défis des changements sociaux plus généraux mettant en question la valeur de ces pratiques et de ces représentations.

47L’image d’unité de la communauté politique a pu prévaloir dans le cadre de la société patricienne de Buenos Aires qui se présentait comme «le peuple». Mais elle aurait pu difficilement s’étendre à toute la république. Mieux encore, dans la mesure où le clivage politique entre la province principale et les autres a été l’un des axes du conflit de l’organisation nationale, l’identification du peuple «porteño» avec la nation empêchait la représentation de ce clivage à travers d’autres termes que ceux utilisés pour exprimer l’opposition ami-ennemi. Le problème allait être résolu empiriquement. De nouveaux groupes, qui en réalité ne rejetaient pas la tradition libérale mais qui s’efforçaient de la reconstruire sur d’autres bases, ont réussi à rivaliser avec les libéraux porteños. Ces groupes se sont intégrés, de façon pragmatique, à un conglomérat de forces basées dans les différentes provinces, y compris celle de Buenos Aires, et, de ce fait, ont abandonné toute identification avec le peuple de celle-là ou de toute autre région en particulier.

48Dans les années 1870, déjà, ces forces ont commencé à s’imposer au detriment des libéraux porteños aussi bien dans le domaine des urnes que dans celui des armes. Dès qu’elles sont arrivées au gouvernement en triomphant aux élections, ces forces ont disposé de la puissance de feu de l’armée régulière pour anéantir les révolutions. La recherche de l’ordre est devenue une priorité et elle a été associée à la concentration de l’autorité de l’Etat et à son monopole du pouvoir militaire. La consolidation d’une armée nationale et la désarticulation des milices ont été des étapes fondamentales dans l’affermissement d’un Etat centralisé et fort, un processus qui s’est accéléré vers le deuxième quart du XIXème siècle.

49De même, le processus de modernisation a changé progressivement le profil de la société, aussi bien celle de Buenos Aires que celle du reste du pays. La société civile est devenue plus autonome et plus complexe; de nouveaux genres de conflits et de tensions apparaissent – y compris le conflit explicite des classes – dans la sphère publique. Le langage de l’intérêt déplace le discours civique de la vertu, même au sein de la société politique. La notion de parti en tant qu’expression de l’unité de la communauté républicaine est substitué par d’autres qui le considéraient plutôt sous la forme d’institution apte à représenter une diversité sociale sur le plan politique. Mais, tandis que le socialisme, en accord avec ces nouvelles idées, se proclamait le parti des travailleurs et le vieux libéralisme maintenait son langage civique, dans le domaine de la pratique politique, le gouvernement du PAN (Parti Autonomiste National) se consacrait à contrôler d’en haut le processus électoral et annonçait le remplacement de l’action corrompue des partis par une saine administration.

50Dans ce nouveau contexte, la culture politique, forgée par le libéralisme porteño se marginalise. Les pratiques au sujet du suffrage, de l’opinion publique et de la révolution qui avaient surgi à Buenos Aires après 1852 et qui s’étaient consolidées avec l’arrivée des libéraux au pouvoir national, déclinent. Sur le plan des représentations, le «peuple» que l’on avait imaginé, a éclaté et l’hétérogénéité de besoins et de volontés, considérées toutes légitimes à ce moment-là, a brisé le concept d’unité qui avait conduit et présidé l’expérience des libéraux.

51Cependant, quelques-uns des aspects fondamentaux de la culture politique forgée pendant ces années-là se sont maintenus bien au-delà de leur moment d’apogée, incorporés bien sûr à de nouvelles pratiques, articulés en une multiplicité de significations parfois fort différentes de celles de leur origine. Quoiqu’il en soit, même aujourd’hui le mot «peuple» évoque souvent l’unanimité, même si l’association entre politique et vertu civique demeure toujours valable.

Inicio de página

Notas

1 Tulio Halperín Donghi : Proyecto y construcción de una nación. (Argentina 1846-1880), Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1980.
2 Tout le long de cet essai, Buenos Aires se rapporte parfois à la totalité de la province et d’autres fois, seulement à la ville. En général, dans chaque cas on précise ce à quoi le mot se réfère, sauf lorsque où, comme il arrive dans ce paragraphe, le sens découle du contexte. Il faut signaler cependant, que dans les discours politiques de l’époque, la portée de la référence devenait parfois ambiguë.
3 Natalio Botana : La tradición republicana, Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo. Buenos Aires, Sudamericana, 1997 (Edition révisée et mise à jour ; première édition 1984), p.14.
4 Différents courants libéraux, mais aussi du républicanisme et de l’humanisme civique, outre les veines romantiques et illustrées plus traditionnelles, imprégnaient les langages politiques de l’époque. La bibliographie sur ces courants est vaste. Cf. parmi d’autres, Botana : La tradición republicana et La libertad política y su historia. Buenos Aitres, Sudamericana, 1991; Halperín Donghi: Proyecto y construcción de una nación, Caracas, Ayacucho, 1980 et «Liberalismo argentino y liberalismo mexicano: dos destinos divergentes» dans son volume El espejo de la historia. Problemas argentinos y perspectivas hispanoamericanas. Buenos Aires, Sudamericana, 1987; Elías Palti: «Orden político y ciudadanía. Problemas y debates en el liberalismo argentino del siglo XIX» dans Estudios interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Vol 5, Nº2, 1994; José Luis Romero: Las ideas políticas en Argentina. México, FCE, plusieurs éditions.
5 On trouve actuellement une vaste littérature sur le suffrage et les élections durant la première moitié du XIXème siècle. Parmi les principaux auteurs qui ont traité le thème pour l’Argentine se trouvent José Carlos Chiaramonte, Ciudades, Pueblos y Estados, Bs.As., Ariel, 1997; J.C. Chiaramonte, F. Herrero et M. Ternavasio «Vieja y nueva representación. Las elecciones en Buenos Aires 1810-1820», en Annino, A., Historia de las elecciones en Iberoamérica, Siglo XIX, Bs.As., FCE, 1995; Pilar González Bernaldo, «Los clubes electorales durante la secesión del Estado de Buenos Aires (1852-1861): la articulación de dos lógicas de representación política en el seno de la esfera pública porteña» dans Hilda Sabato (coord.): Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina. México, Fideicomiso de Historia de las Américas de El Colegio de México et Fondo de Cultura Económica, 1999; Pilar González Bernaldo, Civilidad y política en los orígenes de la Nación Argentina, Bs.As., FCE, 2001; Tulio Halperín Donghi, Revolución y Guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criolla, Bs.As., Siglo XXI, 1972 y, del mismo autor, Historia Argentina. De la revolución de independencia a la confederación rosista, Bs.As., Paidós, 1980, et Marcela Ternavasio, La revolución del voto, Bs.As., Siglo XXI, 2002.
6 Cf. parmi d’autres, Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una nación, op. cit.; Hilda Sabato: La política en las calles. Entre el voto y la movilización. Buenos Aires, 1862-1880. Buenos Aires, Sudamericana, 1998.
7 Sur ce point, cf. Elías Palti : «  El legado como problema (a propósito de la ponencia de Hilda Sabato)» dans Altamirano (éd.), La Argentina en el siglo XIX, op. cit. Sur un plan plus général, cf. Bernard Manin, The Principles of Representative Government, Cambridge, Cambridge University Press,1997.
8 Dans cette section je reprends partiellement l’argument que j’ai déjà développé dans Hilda Sabato : « Virtudes cívicas, política criolla » dans Carlos Altamirano(ed.), La Argentina en el siglo XX, Buenos Aires, Ariel y Univ. Nacional de Quilmes, 1999.
9 Sur ce point, cf. Elías Palti : «  El legado como problema (a propósito de la ponencia de Hilda Sabato)» dans Altamirano (éd.), La Argentina en el siglo XIX, op. cit. Sur un plan plus général, cf. Bernard Manin, The Principles of Representative Government, Cambridge, Cambridge University Press,1997.
10 Sur les clubs politiques des années 1850 à 1880, cf. entre autres, Pilar González Bernaldo, Civilidad y política en los orígenes de la Nación Argentina. Las sociabilidades en Buenos Aires, 1829-1862, Buenos Aires, FCE, 2001 et «Los clubes electorales durante la secesión del Estado de Buenos Aires (1852-1861): la articulación de dos lógicas de representación política en el seno de la esfera pública porteña» op. cit.; Halperín Donghi: Proyecto y construcción de una nación, op.cit; Alberto Lettieri: La república de la opinión. Política y opinión pública en Buenos Aires entre 1852 y 1862. Buenos Aires, Biblos, 1999; H:Sabato: La política en las calles; James Scobie: La lucha por la consolidación de la nacionalidad argentina, 1852-1862. Buenos Aires, Hachette, 1964.
11 Sur la structure du PAN dans la décennie de 1880 cf. les travaux récents de Paula Alonso, parmi d’autres autres «La política y sus laberintos. El Partido Autonomista Nacional entre 1880 y 1886», dans Hilda Sábato and Alberto Lettieri (coord.), La vida política en la Argentina del siglo XIX. Armas, votos y voces, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, Buenos Aires, 2003; «El Partido Autonomista Nacional y la competencia interliguista en las provincias de Córdoba y el litoral, 1880-1886î, Historia Unisinos, N. 4,Vol. 5, July-December 2001; «La política nacional entre 1880 y 1886 a través del Partido Autonomista Nacional», Documentos de Trabajo de la Universidad de San Andrés, Departamento de Humanidades, N.26, Victoria, 2002; «El Partido Autonomista Nacional y el mercado de la política nacional, 1880 1886», Documentos de Trabajo de la Universidad de San Andrés, Departamento de Humanidades, N. 18, Victoria, 1999. Cf, aussi le livre classique de Natalio Botana, El orden conservador, Buenos Aires, Sudamericana, 1977.
12 Cf. Sabato, H., La política en las calles, op. cit.
13 Le mécanisme pour la sélection des candidats et pour l’élection proprement dite différait de ceux qui ont prévalu dans les années de «l’expérience heureuse» (de la décennie des années 1820) de Buenos Aires ainsi qu’à l’époque de Rosas. Sur ce sujet cf. les travaux de Marcela Ternavasio, en particulier son dernier livre La revolución del voto. Política y elecciones en Buenos Aires, 1810-1852, op. cit.
14 L’exemple le plus connu de cette revendication est celui des révolutionnaires de 1890. Cf. entre autres, Paula Alonso : Entre la revolución y las urnas. Los orígenes de la Unión Cívica Radical y la política argentina en los años 90. Buenos Aires, Sudamericana, 2000; Natalio Botana et Ezequiel Gallo: De la república posible a la república verdadera (1880-1910). Buenos Aires, Ariel, 1997 et Hilda Sabato: «La revolución del 90: ¿prólogo o epílogo?», dans Punto de Vista, Nº 39, 1990.
15 Sur l’incorporation des différentes notions d’» opinion publique » et leur usage dans la première moitié du XIXème siècle, cf. les travaux de José Carlos Chiaramonte, Ciudades, Pueblos y Estados, op. cit.; Pilar González Bernaldo, Civilidad y política en los orígenes de la Nación Argentina, op. cit., Noemí Goldman, «Libertad de imprenta, opinión pública y deba constitucional en el Río de la Plata (1810-1827), en Prismas, Nº 4, 2000 et du même auteur «Formas de gobierno y opinión pública, o la disputa por la acepción de las palabras, 1810-1827», en Sábato, H., y Lettieri, A., La vida política en la Argentina del siglo XIX, op. cit., et Jorge Myers, Orden y Virtud. El discurso republicano en el régimen rosista, Bs.As., Universidad Nacional de Quilmes, 1995. Sur le concept d’opinion publique chez les libéraux «porteños», cf., entre autres, Alberto Lettieri : « Formación y disciplinamiento de la opinión pública en Buenos Aires, 1862-1868 » dans Entrepasados, Nº6, 1994 et La república de la opinión. Política y opinión pública en Buenos Aires en la década de 1850, Bs.As., Biblos, 1999, Halperín Donghi, T., Proyecto y construcción de una nación, op. cit.; Elías Palti: «La Historia de Belgrano de Mitre y la problemática concepción de un pasado nacional» dans Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana «Dr. Emilio Ravignani», 3e série, Nº 21, 2000.
16 Les paragraphes suivants s’appuient sur Sabato, H., La política en las calles, op. cit.
17 Les citations proviennent des chroniques publiées dans La Nación, 19/1/1878 et El Pueblo, 2/6/1864.
18 Tulio Halperín Donghi, « Un cuarto de siglo de historiografía argentina, 1960-1985» dans Desarrollo Económico , Nº 100 (1986).
19 En général ce droit s’associe à la tradition républicaine, mais on peut le trouver aussi dans la tradition libérale. Sur la discussion à propos de la vigueur de ce droit dans le libéralisme, cf., entre autres, Stephen Englehart et John Allphin Moore, Jr.(éds), Three Beginnings : Revolution, Rights, and the Liberal State, New York, Peter Lang, 1994 ; en particulier l’article de Richard Ashcraft : « Revolution, Legitimacy, and Lockean Liberalism ».
20 Cette hipothèse dans A. Lettieri La República de la Opinión …, op. cit.
21 Cf. Hilda Sabato, «  El ciudadano en armas : violencia política en Buenos Aires, 1852-1880» dans Entrepasados, Nº 23, 2002; faisant parti à l’origine du livre collectif édité par Michael Riekenberg, Stefan Rinke et Peer Schmidt (hsg), Kultur-Diskurs : Kontinuität und Wandel der Diskussion um Identitäten in Lateinamerika im 19. und 20. Jahrhundert, Stuttgart, Verlag Hans-Dieter Heinz, 2001. Dans cet article, on peut trouver une bibliographie relativement étendue sur ces révolutions.
22 Cette hypothèse dans Alonso, P., Entre la revolución y las urnas, op. cit. Cf. aussi Botana y Gallo: De la república posible, op. cit., et Carlos Malamud: «La restauración del orden. Represión y amnistía en las revoluciones argentinas de 1890 y 1893» dans Eduardo Posada Carbó (éd.): In Search of a New Order: Essays on the Politics and Society of Nineteenth-Century Latin america, Londres, ILAS, 1998.
23 La Nación, 3/6/1880.
24 Carlos Malamud : ‘The Origins of Revolution in Nineteenth-Century Argentina’ dans Rebecca Earle (éd): Rumours of Wars: Civil Conflict in Nineteenth-Century Latin America, London, 2000.
25 L’expression se trouve dans Eduardo Gutiérrez : La muerte de Buenos Aires. Buenos Aires, Hachette, 1959.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Hilda Sabato, « Le peuple «un et indivisible». Pratiques politiques du libéralisme «porteño» », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 30 mayo 2017. URL : http://alhim.revues.org/1072

Inicio de página

Autor

Hilda Sabato

Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Buenos Aires (PEHESA–Institut Ravignani) et CONICET

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org