Navegación – Mapa del sitio

De l’hacienda au gouvernement

Histoire contemporaine du mouvement indien équatorien
Guillaume Fontaine

Texto completo

Introduction

1Le mouvement indien équatorien est passé par cinq phases distinctes. Dans un premier temps, l´évolution des organisations amazoniennes et andines se caractérisa par une stratégie d´essaimage, de la première moitié des années soixante jusqu´à la “ marche indigène et paysanne ” d´octobre 1980, où convergèrent les deux types d´organisations. Ensuite il entra dans une période noire, durant laquelle le mouvement andin fut durement réprimé, au début des années quatre-vingt, et où s´exacerbèrent les divisions intestines du fait des organisations appuyées par l´État. Puis survint une phase de recentrage, où s´imposa la ligne ethnique1 du mouvement au niveau national, qui s´ouvrit avec la création de la CONAIE et déboucha sur le soulèvement national de juin 1990. S´inaugura alors la décennie des soulèvements, qui devait conduire à la chute de Jamil Mahuad en janvier 2000. Enfin, la phase actuelle est celle de la consécration institutionnelle, avec l´entrée de plusieurs ministres indigènes au gouvernement de Lucio Gutierrez début 2003.

2A l´instar de son homologue colombien, le mouvement indien équatorien s´appuya sur une loi discriminatoire, la Loi des Communes de 1937, qui mit un terme au système de servage ou “ huasipungo ”2. Cela dit, à la différence du mouvement colombien, celui-ci ne pouvait pas faire valoir un statut légal des indiens, dans la mesure où la catégorie juridique d´indien avait disparu après la réforme du régime fiscal de 1857, qui instaura un traitement de “ citoyen ” pour tous les habitants du pays3. Ainsi, durant les années cinquante, la récupération des territoires historiques et la disparition du contrôle social exercée par l´hacienda ouvrirent de nouvelles possibilités pour la reconstitution de circuits et réseaux ethniques plus amples. En l´absence d´espace de négociation avec État, les groupes ethniques multiplièrent les structures et les organismes susceptibles de procurer un cadre juridique à leurs activités productives et commerciales.

3Si l´on s´en tient à l´exemple de la Fédération Indigène des Centres Shuar (FICSH), le mouvement amazonien est plus ancien que le mouvement andin, du moins dans sa version ethnique. Toutefois, l´importance numérique des communautés quichua andines fut déterminante dans la constitution d´un mouvement national, car elles constituent sa base politique la plus active. Cela justifie de présenter le mouvement andin en premier lieu (1) et nous permettra de mettre son évolution en relation avec l´influence exercée par les organisations amazoniennes (2), pour comprendre finalement l´importance de la décennie des soulèvements et l´institutionnalisation croissante du mouvement (3).

1. Ecuarunai et la naissance du mouvement andin

4Deux phénomènes marquants caractérisent le mouvement andin dans les années soixante: le rejet des formes modernes d´organisation en coopératives, qui tendaient à se substituer aux formes d´organisation social traditionnelle et la préférence donnée à une organisation communale revitalisée. Entre 1964 et 1977, le nombre de communes déclarées auprès du Ministère de l´Agriculture et de l´Élevage passa de 931 à 2.026, tandis que le nombre de coopératives ne dépassait pas 465 en 1977. Cela condamna à l´échec la stratégie d´encadrement des populations rurales lancée par l´administration équatorienne en 1961, après la Conférence de Punta del Este. Selon Santana, les raisons de cet échec sont multiples: le mouvement coopératif souffrit non seulement de problèmes techniques et administratifs et de la dépendance de ces structures face aux appareils officiels, mais aussi du manque de coordination entre l´organisation des unités productives et le modèle macro-économique et enfin de la méfiance des paysans envers un modèle d´encadrement qui n´améliorait pas le pouvoir économique, social et culturel4.

5La CEPAL, instigatrice du modèle, croyait que les coopératives de production correspondaient à l´organisation traditionnelle du travail dans les communautés andines, incarnée par la “ minga ” et l´“ ayllu ”, mais cela équivalait à confondre le statut collectif des terres avec son usage et usufruit individuels ou familiaux. En réalité, dans le système de l´ayllu5, la production et l´utilisation des biens n´intéressent que le groupe domestique, ce qui exclut les mécanismes de réciprocité pour assurer le succès de chaque unité domestique. Certes, les producteurs des coopératives animaient un groupe de familles en relations par des liens de parenté ou de voisinage. Mais chacun développe des stratégies spécifiques de reproduction, et chaque groupe se présente comme un ensemble solidaire face aux autres. Or la coopérative menaçait de faire disparaître le mode de reproduction de ce complexe social communautaire par la segmentation horizontale des réseaux familiaux6.

6Par conséquent, en règle générale, les coopératives servirent aux paysans de moyen d´accès à la terre, mais si ces derniers se maintinrent sous ce statut administratif, ce fut plus par obligation légale que par adhésion volontaire. Face à cette menace, le processus de “ communalisation ” apparut comme le meilleur mode d´organisation pour récupérer les territoires ancestraux. D´un côté, il permit la recomposition de l´organisation sociale après la disparition du travail servile dans les haciendas et s´accompagna d´une prolifération d´organisations communales extra-officielles. De l´autre, il favorisa le retour des ouvriers agricoles au statut de paysan, avec la recréation des formes communautaires de fonctionnement et la conversion des coopératives en communes. En outre, il offrit un nouveau cadre aux autorités communautaires, à travers le “ cabildo ”, organe exécutif dont la fonction consistait à assurer la médiation entre les groupes de familles et État – pour l´administration, la justice ou les agences de développement – et garantir une certaine discipline, certaines normes éthiques et responsabilités, de manière à assurer la cohésion sociale. En particulier, le cabildo était le garant des arrangements en relation avec la terre et déterminait la répartition agraire. Enfin, de l´organisation communale dépendait la fragmentation ou la concentration des terres arables, selon les nouvelles réalités démographiques, l´équilibre de forces entre les groupes de familles et la cohésion de la communauté dans son ensemble.

7Dans les communautés andines, le mouvement indien fut soutenu par la Fédération Équatorienne des Indiens (FEI), une organisation d´obédience communiste, et la Fédération Nationale d´Organisations Paysannes (FENOC), de tendance démocrate-chrétienne7. Composée de médiateurs étrangers aux communautés de la Sierra, ces deux fédérations exprimaient et traduisaient les demandes sociales locales en demandes politiques, s´érigeant ainsi en “ médiateurs ventriloques ”, selon l´expression de Guerrero, surtout pour institutionnaliser les conflits agraires. Ibarra analyse la formation du mouvement andin comme la conséquence de la crise du modèle “ agro-exportateur ” et la modernisation de l´agriculture. Guerrero ajoute que l´appui du Parti Communiste fut nécessaire pour que surgisse la FEI. Mais selon Zamosc, ce dernier ne réussit jamais à s´implanter en zone rurale et, par conséquent, assuma un rôle limité dans la réforme agraire lancée en 1964. A partir de 1972, ces revendications furent reprises par le mouvement Ecuarunari8, créé sous l´égide de l´Église catholique9.

8Ecuarunari surgit du mouvement entraîné par la Réforme Agraire de 1964 et du changement idéologique amorcé par Église catholique à la suite de Vatican II et de la Conférence Épiscopale d´Amérique Latine. Il fut stimulé par le mouvement des Jeunesses Agraires Catholiques (MIJAC), pour contrecarrer l´influence de la FEI dans les communautés quichua des Andes. Durant le congrès fondateur de juin 1972, s´élabora la stratégie d´essaimage qui allait donner lieu à la multiplication des organisations provinciales. Celles-ci apparurent dans les provinces de Loja, Azuay, Bolivar, Chimborazo, Tungurahua, Cotopaxi, Imbaburra et Pichincha, sous la houlette du secteur progressiste de Église catholique, incarnée par la Mission Andine puis par l´éphémère Mouvement Révolutionnaire de Gauche Chrétienne, apparu en 1974.

9Il serait faux de dire que ces organisations surgirent du néant. Toutefois il est indubitable que l´influence d´Ecuarunari fut décisive dans leur évolution vers un mouvement unifié, dont le mot d´ordre peut se résumer dans le triptyque: lutte contre la discrimination raciale, pour la terre et pour le contrôle de l´historicité. En ce sens, la majorité se définirent comme des organisations de lutte pour le changement des structures sociales “ injustes, discriminatoires et marquées par l´exploitation ”10. La majorité de ces organisations prit distance avec Église catholique à mesure que se radicalisaient les conflits agraires. En outre, les organisations créés dans les années quatre-vingt firent montre d´une volonté d´équilibre entre les orientations idéologiques, mettant l´accent sur la dimension ethnique de leur action et de leurs besoins. Enfin, l´apparition d´Ecuarunari modifia les pratiques sociales, en établissant une distinction entre les méthodes d´action des organisations syndicales et celles des communautés quichua, entre stratégies d´occupation et de négociation. Dès lors, s´instaura une différence entre les revendications strictement économiques des uns et les revendications également culturelles des autres. Cependant, cette fédération maintint une orientation de classe, plus qu´ethnique, jusqu´à son rapprochement avec les organisations amazoniennes dans les années quatre-vingt.

10Les organisations de la Côte étaient moins bien structurées. Leurs associations coopératives n´avaient pas une définition idéologique très précise, mais elles présentaient à n´en pas douter des affinités avec leurs homologues de la Selva. Les populations qu´elles représentaient furent également affectées par l´avancée de la frontière agricole et la pénétration des entreprises agro-industrielles et forestières, nationales ou étrangères. Il en résulta la quasi-disparition de certains groupes, en particulier les chachi, tsachila et awa coayquer11.

2. La vitalité du mouvement amazonien

11De son côté, le mouvement amazonien se structura autour de deux groupes ethniques dominants dans la région: les shuar et les quichua12. A la différence de leurs homologues andines, ces organisations demeurèrent en marge de l´influence des syndicats liés aux partis politiques et furent appuyée par les missions salésienne, carmélite, joséphine et évangélistes. Le mouvement associatif lancé par les shuar, avec la création de la FICSH assura en quelque sorte la relève du mouvement de communes amorcé par les quichua de la Sierra et la Selva.

12La FICSH, qui rassemble les provinces de Zamora, Morona Santiago et Pastaza, fut créée sous l´égide des missionnaires salésiens. Dès l´origine, elle défendit le principe de l´autodétermination du peuple shuar dans un État équatorien pluraliste, ainsi que l´autosuffisance économique comme base du développement. L´organisation se structura en trois niveaux: les centres, qui furent créés selon le modèle des communes, développé dans les Andes; les associations, qui jouissaient d´un statut individuel approuvé par le Ministère de Bien-être Social (dont dépendait la Direction Nationale des Populations Indigènes); et la fédération, organisée en commissions (arbitrage et de propriété foncière, éducation, travail et coopératives, etc.). La défense du territoire s´articula vite avec des programmes dans le domaine de la santé, l´éducation et la production. Pour contrecarrer l´influence des salésiens dans le Morona Santiago, était apparu une autre organisation shuar, sous l´égide de l´Union Missionnaire Évangéliste, en 1963, sous le nom d´Association de Développement Jivaro de l´Orient (ADJOE), qui développa également un projet d´élevage. En 1976, cette organisation prit distance avec les évangélistes et refusa l´éponyme discriminatoire de “ jivaro ” en se transformant en Association Indépendante du Peuple Shuar Équatorien (AIPSE). Dès lors, elle sortit peu à peu de l´isolement où la maintenait la mission évangéliste et se rapprocha de la FICSH, ce qui se matérialisa par un accord entre les deux organisations en 1986.

13Selon Morin, la FICSH marqua le début d´un processus qui devait servir de modèle à tous les groupes indigènes de la région amazonienne, jusqu´à la création de la Coordination d´Organisations Indigènes du Bassin Amazonien (COICA), en 1984, par les organisations d´Équateur, du Pérou, de Bolivie, de Colombie et du Brésil13. Cette généralisation est sans doute excessive, si l´on tient compte de la particularité de la FICSH, qui eut dès l´origine une vocation plus sociale que politique. En outre, des organisations telles que le Congrès de Communautés Amuesha au Pérou, ou le Conseil Régional Indigène du Cauca en Colombie jouèrent un rôle tout aussi important dans la diffusion du modèle d´organisation et furent directement à l´origine de la COICA. Cependant, l´analyse de Morin reste valide quant au mode de représentation et d´organisation. Nul doute que la FICSH joua un rôle clef dans la formation des organisations amazoniennes Équateur En particulier, les quichua créèrent quatre organisations provinciales dans les années soixante-dix, influencées par ce modèle et par l´expérience des communautés andines14. En revanche, l´organisation des groupes minoritaires (huaorani et cofan) ne prit forme que dans les années quatre-vingt, bien que les siona et secoya fussent déjà représentés depuis 1977 en une Organisation Indigène Siona-Secoya de Équateur.

14En général, les bases de ces organisations se fondèrent dans les années soixante et commencèrent à associer la défense du territoire et la protection de l´environnement, en réponse à la colonisation, accélérée à la même époque par l´irruption de l´industrie pétrolière dans la région et par la loi de réforme agraire et de colonisation de 1964. Ce processus déboucha sur la rencontre des représentants des cinq fédérations à Puyo (Pastaza), en 1980, d´où naquit la Confédération des Nationalités Indigènes de l´Amazonie Équatorienne (CONFENIAE). Dès le début, le programme de la CONFENIAE associa la récupération et l´élargissement des territoires traditionnels avec la défense de la culture, l´éducation bilingue et la santé, sous le concept de “ nationalités ” insérées dans un “ État plurinational ”. Elle demanda l´abrogation de la Loi de Réforme Agraire et la dissolution de l´Institut de Colonisation de la Région Amazonienne Équatorienne, ainsi que la restitution des terres usurpées par les missions.

15Pour la CONFENIAE, la question territoriale renvoie à trois types de problèmes, qui se résument dans le triptyque “usurpation, droit ancestral et légalisation” et s´articule ave la protection de l´environnement et l´insertion contrôlée de la région amazonienne à l´économie de marché. D´autre part, la dimension ethnique recouvre trois types de demandes, qui se résument dans le triptyque “ identité, éducation bilingue et culture ”, et s´articule avec l´amélioration des conditions de vie – en particulier alimentaires – et la santé (par la réhabilitation de la médecine traditionnelle). Dès le début, les objectifs prioritaires furent la défense et la légalisation des territoires, qui prit la forme d´une lutte sur deux front: l´abrogation de la loi de réforme agraire et de colonisation et la conservation de l´environnement et l´utilisation rationnelle des ressources naturelles. Cette stratégie posa les bases du renforcement de la capacité technique et financière des organisations.

3. La décennie des soulèvements nationaux

16Dans un contexte de répression par le régime militaire finissant et le premier gouvernement de transition démocratique, les organisations amazoniennes et Ecuarunari convergèrent pour créer, en 1980, le Conseil de Coordination des Nationalités Indigènes de Équateur (CONACNIE), d´où devait naître la Confédération des Nationalités Indigènes de Équateur (CONAIE), en 1986.

17La création de la CONACNIE peut être analysée comme une tentative de canaliser les forces vives des organisations amazoniennes, sous prétexte de surmonter les divisions entre les différentes organisations. Loin de supprimer la ligne de fracture entre “ ethnicité ” et lutte de classes, la fusion des deux mouvements historiques confirma la propension hégémonique des organisations andines. De même, selon Ibarra, Ecuarunari appuya la création de la CONFENIAE pour contrecarrer ses orientations ethniques – ce qui explique en partie pourquoi la FCSH prit rapidement distance avec cette organisation. En effet, le troisième congrès des organisations amazoniennes, en 1984, marqua un rapprochement avec les organisations andines, qui se confirma avec l´adhésion de la CONFENIAE a la CONAIE, en 1986. Le rôle de la CONFENIAE dans la création de la CONAIE se justifiait par la nécessité de consolider la présence politique des indiens au niveau national et international, afin d´assumer des responsabilités nouvelles dans le processus de changement politique, social et économique du pays. Cependant, l´histoire montre que cette tendance ne se laissa pas étouffer, surtout compte tenu de la vitalité et de l´indépendance relative de la CONFENIAE, qu´illustre son adhésion à la COICA dès sa création.

18En fait, la naissance de la CONAIE confirma la réorientation du mouvement indien équatorien vers la formulation d´un projet politique qui répondrait aux réalités particulières des groupes ethniques et contribuerait à élaborer une alternative politique pour transformer la société équatorienne. Les principaux points de ce projet furent réunis en un “ projet de Loi des Nationalités Indigènes ”, élaboré avec la participation de la FENOC et du Parti Socialiste en 1988. Ce projet, qui fut rejeté en première lecture par le Congrès, recommandait une réforme constitutionnelle, pour ratifier la reconnaissance de Équateur comme pays “ multiethnique et plurinational ”. On peut y voir l´expression d´un nationalisme pluraliste, qui lie le destin de la population indienne à celui de la population équatorienne en un mot d´ordre contre le néo-colonialisme15. Cela expliquerait que le mouvement indigène national ait gagné en légitimité face aux autres acteurs sociaux, tout en défendant une conception ethnique de la nationalité. Cependant, c´est faire peu de cas des divisions entre les deux courants historiques, qui assumèrent un rôle décisif dans le mûrissement du mouvement. En fin de compte, si la dimension à proprement parler ethnique ou culturelle défendue par certaines organisations de la Sierra et les organisations amazoniennes ne disparut jamais, c´est parce que Ecuarunari ne parvint pas à canaliser leurs demandes. Néanmoins, la tendance hégémonique du mouvement andin annonce la décennie des soulèvements indigènes et préfigure le rôle protagoniste de la CONAIE dans la politisation du mouvement national.

19En juin 1990, les organisations andines et amazoniennes convergèrent une nouvelle fois vers Quito, en l´occurrence pour rappeler au Président Borja ses promesses électorales. Il lui fut remis un document résumant en 16 points le “ projet de Loi des Nationalités Indigènes ”. Lancé par les communautés shuar dans la province de Morona Santiago, le soulèvement s´étendit rapidement aux vallées andines. La participation fut particulièrement faible sur la Côte, mais très importante dans les provinces d´ Imbaburra, Cotopaxi et Chimborazo, qui affichaient à la fois les plus forts taux de population indigène et les conflits agraires les plus aigus16.

20Selon Santana, dès le début, il fut patent que le gouvernement voulut réduire la négociation aux questions administratives. Dans un premier temps, il s´efforça donc de “ liquider ” quelques affaires courantes, tandis que l´armée prenait contrôle des zones rurales de la Sierra pour six mois. Ainsi, le gouvernement laissa sans réponse le principal problème posé par les indigènes, c´est-à-dire la revendication d´un espace légitime pour inclure l´ethnicité à l´agenda politique et au système institutionnel. Deux ans plus tard, le document présenté par la CONAIE fut rejeté par le Président de la République, au motif qu´il était anti-constitutionnel et que la conception officielle de la pluri-nationalité ne saurait en aucun cas impliquer la partition du territoire national ni le renoncement de la part de État à ses prérogatives administratives. Certes, la politique indigéniste de État changea notablement, en particulier à travers la création de la Direction Nationale de Populations Indigènes et la légalisation de nombreux territoires dans la région amazonienne. Ainsi, en mai 1992, près de 4,5 millions d´hectares avaient été légalisés, dont 70% pour des communautés indigènes17. Cependant, l´administration Borja s´efforça de diviser le mouvement indien en accédant aux demandes des groupes minoritaires de la Région Amazonienne, tout en ignorant celles des groupes andins.

21Dès lors il n´est pas étonnant qu´un nouveau soulèvement ait été organisé en juin 1994, en oppositions à la volonté de modifier la loi de réforme agraire. Le projet de loi présenté par le successeur de Borja, Durán Ballén, mettait en cause la propriété publique des terres réputées vierges et le régime d´irrigation au profit de la propriété privée. Il présentait en outre le désavantage de mettre un terme à la réforme agraire amorcée en 1964. C´est la CONAIE qui, cette fois, convoqua la “ mobilisation pour la vie et la réforme agraire ”, laquelle devait paralyser la capitale durant deux semaines et conduire de nouveau à l´état d´urgence. Cette affrontement donna lieu à un débat publique au cours duquel les représentants de la CONAIE négocièrent un par un les articles du projet de loi. Un mois plus tard, ce dernier fut déclaré anti-constitutionnel, ce qui déboucha sur un accord garantissant les principaux acquis de la réforme agraire et la réforme de l´Institut National de Développement Rural. Simultanément, le mouvement indien acquit une audience nationale, notamment grâce à la diffusion quotidienne des débats télévisés18.

22Un troisième soulèvement survint, contre le régime populiste de Abdalá Bucarám, qui avait succédé à Duran Ballén en 1996. Ce mouvement, entraîna la destitution de Bucarám, le 5 février 1997, et donna lieu à un Front Patriotique comprenant non seulement la CONAIE, mais aussi la Fédération Unitaire de Travailleurs, le Front Populaire et la Coordination de Mouvements Sociaux (une coalition hétéroclite de citoyens qui s´efforçait de représenter les ouvriers, employés du secteur public, enseignants scolaires, étudiants, défenseurs des droits de l´homme, communautés ecclésiales de base, etc.). Dans l´intérim qui suivit la chute de Bucarám, le Front Patriotique fit pression sur le Congrès pour élire une Assemblée Constituante et obtint, en mars 1997, le remplacement de l´infamant Ministère Ethnique par le Fonds National Pour le Développement des Peuples Indigènes. Au même moment, Fabian Alarcon ouvrit à la CONAIE un espace de participation sans précédent, avec la création du Conseil de Planification et Développement des Peuples Indigènes et Noirs (CONPLADEIN). Ce conseil, sous la tutelle de la Présidence de la République, remit à l´ordre du jour le Projet de Développement des Peuples Indigènes et Noirs (PRODEPINE), élaboré en mai 1996 mais qui ne devait entrer en vigueur qu´en janvier 1998, pour une durée de cinq ans, avec l´appui financier de la Banque Mondiale. En décembre 1998, il fut remplacé par le Conseil National de Développement des Nationalités et Peuples de Équateur (CODENPE), compte tenu de la définition constitutionnelle des indigènes et noirs auto-proclamés “ peuples ” et “ nationalités ”.

23Le début du processus d´élection de la Constituante eu lieu durant la consultation nationale du 25 mai 1997, mais le Congrès ne convoqua pas d´élection avant mai 1998. C´est pour cette raison que, conformément à la nouvelle légitimité que lui conférait la victoire sur Bucaram, le Front Patriotique installa sa propre “ Assemblée Constituante du Peuple ” le 12 octobre 1997, dans le prolongement de la “marche pour un État plurinational” organisée par la CONAIE. La “ Constitution du Peuple ” fut présentée devant le Congrès le 19 décembre 1997, mais celui-ci la rejeta en bloc, ce qui obligea les organisations sociales à changer de tactique, exerçant de discrètes pressions sur les députés et délaissant les marches et grèves pour la négociation dans l´antichambre du pouvoir. Finalement, la Constitution fut promulguée en juin 1998, révélant l´ampleur du changement à travers un chapitre entièrement consacré aux droits collectifs, qui reconnaissait l´existence des peuples indigènes et noirs ou afro-équatoriens, ainsi que les circonscriptions territoriales indigènes, dont le statut restait bien entendu à définir par une loi organique.

24Cette victoire constitutionnelle de la CONAIE stimula son opposition à la politique économique menée par le gouvernement Mahuad, qui entra en fonctions en 1998. Les mesures liées au plan d´ajuste structurel provoquèrent une vague de soulèvements indigènes et de grèves générales en mars, juin et décembre 1999. Ces mobilisations  confirmèrent le rôle croissant de la CONAIE dans la vie politique du pays, ainsi que sa capacité démonstrative de plus en plus grande, surtout quand le secteur indien s´associait avec des acteurs aussi puissants que les fédérations de transports et le syndicat des ouvriers de l´industrie pétrolière. Ce processus culmina la nuit du 21 janvier 2000, où 6.000 à 8.000 membres et sympathisants de la CONAIE convergèrent vers le Palais Présidentiel, entraînés par l´ex-député de Pachakutik, Napoleón Saltos, tandis que le Président de la CONAIE, Antonio Vargas, assumait le pouvoir au côté du général Mendoza et de l´ex-Président de la Cour Suprême, Carlos Solorzano Constantine. Cela dit, on était loin des deux millions de personnes qui avaient envahi les rues des principales villes du pays pour exiger la destitution de Bucaram.

25Au lendemain du coup État qui conduisit le Vice-Président Gustavo Noboa à assumer le pouvoir, ce mouvement installa une session permanente du Parlement National des Peuples de Équateur19. Un mois plus tard, le Président Noboa prit l´initiative d´un “ Grand accord national ” pour analyser les propositions de la CONAIE et de la Fédération des Indigènes Évangélistes (FEINE). Cependant, les commissions eurent quelque difficulté à parvenir à des accords, compte tenu de l´ampleur et l´hétérogénéité des thèmes à traiter20. Entre-temps, la Coordination de mouvements sociaux et la CONAIE prétendirent annuler le projet de loi de transformation économique et de dollarisation élaboré par le gouvernement Mahuad et repris à son compte par Noboa. Il s´agissait d´organiser une “ consultation national populaire ” sur la dissolution du Congrès et de la Cour Suprême de Justice (réputés “ corrompus et inutiles ”), la non-dollarisation de l´économie, l´adoption d´un moratoire de 20 ans sur la dette externe, la non-privatisation des entreprises publiques et l´amnistie pour les participants au coup État.

26Pour obliger le Tribunal Suprême Électoral (TSE) à convoquer cette consultation populaire, la CONAIE et la Coordination de mouvements sociaux devaient réunir les signatures de citoyens représentant au moins 8% du corps électoral, conformément à la Constitution. Les organisations sociales parvinrent à rassembler un demi million de signatures, mais plus de la moitié furent invalidées par le TSE, pour falsification ou manipulation du questionnaire. Cet épisode, qui faisait écho à l´échec du coup État, posa dès lors le problème de la représentativité de la CONAIE et, apparemment, mit en doute sa légitimité au sein de la société civile. Surtout, au-delà de l´apparente union des mouvements sociaux, surgirent des divisions au sein du mouvement indigène national. La première dispute avait éclaté au moment du coup État, entre l´assemblée directrice de la CONAIE et celle de Pachakutik, car le parti de Nina Pacari avait refusé de s´associer aux événements du 21 janvier. Une nouvelle dispute éclata dans les semaines qui suivirent, entre la direction de la CONAIE et sa principale organisation, Ecuarunari, chacune rejetant sur l´autre la responsabilité de l´échec du coup État A cela s´ajoutait la division traditionnelle entre les organisations andines et amazoniennes, les premières reprochant aux autres de ne pas s´être suffisamment mobilisées en décembre 1999.

27Après un essai manqué, en septembre 2000, la CONAIE parvint à paralyser une nouvelle fois les voies d´accès à la capitale, un an après le coup d´État, le gouvernement réagit avec une brutalité et une maladresse particulière, en ordonnant l´arrestation d´Antonio Vargas (CONAIE), Salvador Quishpe (Ecuarunari) et Luis Villacís (Front Populaire), “ pour raisons de sécurité ” selon le mot du Ministre de l´Intérieur, Juan Manrique21. Cette mesure eut pour effet la radicalisation et le mécontentement des populations indiennes, jusqu´alors peu mobilisées et plutôt divisées entre les organisations très actives de la région andine et du centre du pays (en particulier les provinces de Chimborazo, Tungurahua et Imbabura) et les organisations amazoniennes, qui ne participèrent que modérément au soulèvement. Cette gestion aussi autoritaire que bureaucratique du conflit eut donc pour résultat de renforcer l´union du mouvement indien, ce qui conduisit le Président à décréter l´état d´urgence et déboucha sur de violents affrontement à Tena, début février 2001. Du reste, ce soulèvement prit l´allure d´un dernier combat pour une direction de la CONAIE appelée à être renouvelée dans le courant de l´année22, et qui faisait l´objet de forte critiques au sein du mouvement indien, notamment pour son autoritarisme et pour avoir personnalisé les négociations avec le pouvoir exécutif, ce à quoi s´ajoutèrent des accusations de malversations et de clientélisme. La figure d´Antonio Vargas fut toutefois, quelque peu effacée dans le courant des négociations, tandis que se révélait celle du vice-président de la CONAIE, Ricardo Ulcuango, et celles des maires de Cotacachi et Guaranda, Auki Tituaña et Mariano Curicama.

28En fin de compte, l´accord signé le 9 février 2001 entre le gouvernement et les organisations sociales semblait loin de proposer une alternative à la réforme structurelle la plus radicale jamais entreprise en Équateur23 Les principaux accords traitaient de la création d´une commission de dialogue sur la réforme fiscale, le paiement de la dette et la réforme de la Sécurité Sociale, la restructuration et le renforcement de la Banque Nationale d´Investissement et la Corporation Financière Nationale dans les attributions de crédits spéciaux aux PME, ainsi que les micro-entreprises et le sauvetage des banques contrôlées par l´Agence Générale des Dépôts. Du reste, l´administration Noboa s´engagea à prendre des mesures symboliques, comme augmenter le budget de l´administration indigéniste (en particulier le CODENPE), associer les organisations sociales aux projets d´investissement social pour l´échange de la dette externe, trouver une solution aux conflits fonciers, soutenir les migrants, donner une nouvelle impulsion à la décentralisation et appuyer les projets de la Coordination des gouvernements alternatifs locaux, condamner le “ Plan Colombie ” ou encore assurer que la future série d´appels d´offres pour l´exploration pétrolière se réalise conformément à la Constitution et aux conventions internationales en vigueur. A cela s´ajoutèrent des mesures de caractère nettement conjoncturel, comme le gel du prix de l´essence pour un an, la réduction de 40 centimes de dollar du prix du gaz domestique et l´établissement de tarifs spéciaux de transports publics. En revanche, le gouvernement fut inflexible quant à l´augmentation de la TVA de 10 à 12%.

29L´intégration de deux ministres de Pachakutik dans le nouveau gouvernement représente à ce jour le plus haut degré de participation du mouvement indigène à la politique publique24. Cependant, ces deux leaders historiques, durent siéger au côté du ministre de l´Économie néolibéral, Mauricio Pozo. Cette cohabitation n´allait pas sans poser problème à la CONAIE, comme le montrèrent les rumeurs de scission au sein de la nouvelle gauche, dans les trois premiers mois de la présidence de Gutierrez25. Qu´il s´agisse de l´opposition à la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA), au “ Plan Colombie ” ou à la dollarisation, il y a loin entre l´attitude critique du candidat et le “ virage pragmatique ” du président Gutierrez. En ce sens, le secteur radical du mouvement indien risquait rapidement de devenir un obstacle à la “ politique de co-gestion ” inaugurée avec Pachakutik... à moins que cette politique de responsabilités partagées ne devînt un moyen de neutraliser le mouvement indien populaire. Sur ce point, Gutierrez entretenait la plus grande ambiguïté, que résume ce commentaire tautologique à la presse : “ nous serons unis jusqu´à ce que le divorce nous sépare ”26.

30De fait, le “ divorce ” fut prononcé en juin 2003, lorsque les deux ministres de Pachakutik-Nouveau Pays remirent leur démission au Président de la République, tandis que la CONAIE annonçait son retour dans l´opposition. Le gouvernement amorça aussitôt un rapprochement spectaculaire avec les organisations amazoniennes, semant la  division dans les rangs du mouvement national. Ainsi s´ouvre un nouveau chapitre de la politique néo-indigéniste, que risque de rendre encore plus conflictuelle la perspective d´une série d´appels d´offre pour ouvrir à licitation les “ blocs ” pétrolifères dans le sud de l´Amazonie et l´opposition organisée par le mouvement écologiste radical et les organisations quichua, shuar et achuar des provinces de Pastaza et Morona Santiago.

Conclusion

31L´évolution du mouvement indien équatorien entre juin 1990 et février 2001 montre combien il est difficile pour la CONAIE de dépasser la dimension contestataire de la mobilisation collective, pour passer d´une logique de mouvement social à une logique de participation politique. Certes, les succès obtenus avec la participation dans la Constituante de 1998 représentèrent le plus haut niveau de participation indienne à la politique nationale27, du moins jusqu´à l´inclusion de deux ministres du bloc Pachakutik-Nouveau Pays au gouvernement de Lucio Gutierrez en janvier 2003. De même, il est indéniable que la participation dans la politique néo-indigéniste de État connut de véritables progrès. En ce sens, on peut considérer que les organisations indiennes jouissent d´un haut degré de légitimité institutionnelle. Néanmoins, cette reconnaissance ne signifie pas que la participation des indigènes dans la politique fasse l´objet d´un traitement continu, ni de un travail de réflexion et d´élaboration de projets susceptibles d´améliorer les conditions de vie des populations indigènes. Cela explique a fortiori, la récurrence des soulèvements en Équateur, qui va de paire avec la sorte de populisme indianiste incarnée par certains dirigeants des organisations nationales.

32Il faut reconnaître que la logique de État, qui reconnut les organisations indiennes comme interlocuteurs légitimes, porte en elle plus d´un effet pervers pour ces dernières. Au plan idéologique, elle impose une logique de résultats au prix de la logique de consultation, ce qui se traduit par la formulation de projets de développement dans lesquels les délais et objectifs l´emportent sur le processus. Au pire, ce “ timing ” imposé par l´agenda politique constitue un blocage pour des communautés peu habituées à manier les codes et les pratiques de État et des acteurs économiques. Au mieux, elle renforce le pouvoir des nouveaux chefs, qui se substituent alors aux autorités traditionnelles. Au plan politique, précisément, elle met en question la légitimité de ces autorités et menace d´accélérer la perte d´identité culturelle – en particulier des communautés amazoniennes. Au plan financier, elle oblige ces communautés à mobiliser des ressources supplémentaires, en augmentant la dépendance monétaire envers l´économie de marché ou en les condamnant à demeurer en marche du processus d´organisation. Au plan technique, elle s´appuie sur des mécanismes de communication qui ne conviennent pas toujours à l´isolement géographique des communautés. Obligées de suivre le rythme de réunions et de prises de décision imposé par État, ces organisations doivent alors se prononcer sur des problèmes communautaires sans avoir l´opportunité de consulter la population dont elles tirent leur légitimité.

33Cette forme de démocratie représentative prend une forme encore plus problématique lorsqu´il s´agit de se déplacer vers les centres de pouvoir, où se tiennent la plupart des réunions avec les représentants de État En effet, elle oblige les communautés à s´organiser de telle sorte qu´elles aient au moins un représentant dans ces centres urbains (qu´il s´agisse de Quito ou des chefs lieux de provinces), ce qui crée un niveau supplémentaire d´intermédiation. Or, ni la communication entre les communautés de base et les organisations locales, ni la communication entre celles-ci et les organisations régionales et nationales ne sont aisées. Il en résulte un éloignement entre les nouveaux chefs et la population que ces derniers sont censés représenter. C´est ainsi que se ferme le cercle vicieux entre le processus d´organisation et le divorce politique ou idéologique entre les organisations de la région centrale et celles des espaces périphériques : tandis que les premières se préoccupent de maintenir la lutte en termes abstraits, nécessaires à la création d´une norme conforme à la diversité ethnique nationale, les autres luttent concrètement pour survivre, sans qu´il y ait nécessairement une communication effective entre les deux extrêmes de ces mouvements sociaux identitaires.

Inicio de página

Bibliografía

Andolina Roberto: 1998, “El Proyecto político de la CONAIE como lucha anticolonial, Una (otra) reconsideración de la nación y ciudadanía en el Ecuador”, in Divers Auteurs, En Defensa del pluralismo y la igualdad, Los Derechos de los pueblos indios y el Estado (49 Congreso Internacional de Americanistas, Simposio Político n° 7 en homenaje a Mons. Leonidas Proaño), Quito, Abya-Yala, pp. 49-66.

CONAIE: 1989, Las Nacionalidades indígenas en el Ecuador. Nuestro proceso organizativo, Quito, Abya-Yala, 320 p.

Fontaine Guillaume: 08/2002 b, “Sobre ética, política y ecologismo. Sociedad civil y desarrollo sustentable en Ecuador”, in “Ecuador Debate”, 56, Quito, Centro Andino de Acción Popular, pp. 175-198.

________2003, El Precio del petróleo. Conflictos socio-ambientales y gobernabilidad en la región amazónica, Quito, FLACSO, IFEA, 530 p.

________ 08/2003, “L´Equateur, libéral malgré soi”, in “Problèmes d´Amérique Latine”, 49, París, pp. 101-118.

Guerrero Andrés:  1993, “De sujetos indios a ciudadanos étnicos: de la manifestación de 1961 al levantamiento de 1990”, in A. Adrianzén et al., Democracia, etnicidad y violencia política en los países andínos.

________ 1994, “Una imagen ventrílocua : el discurso liberal de la “desgraciada raza indígena” a fines del siglo XIX”, in B. Muratorio et al., Imágenes e imagineros. Representaciones de los indígenas ecuatorianos, siglos XIX y XX, Quito, FLACSO, pp. 197-252.

________ 2000, “El proceso de identificación : sentido común ciudadano, ventriloquía y transescritura”, en A. Guerrero et al., Etnicidades, Quito, FLACSO, pp. 9-56.

Ibarra Alicia: 1987, Los Indígenas y el Estado en el Ecuador, Quito, Abya-Yala, 262 p.

Iturralde Diego: 04/2000, “Lucha indígena y reforma liberal”, in “Íconos”, 9, Quito, FLACSO, pp. 22-30.

Macas L.: 1993, “Tenemos alma desde 1632”, in D. Cornejo et al., Los indios y el Estado-país, Quito, Abya Yala, pp. 111-134.

Morin Françoise: 1992, “Revendications et stratégies politiques des organisations indigènes amazoniennes”, in “Cahiers des Amériques latines, 13, París, pp. 75-85.

Santana Roberto: 1992 a, Les Indiens d’Equateur, citoyens dans l’ethnicité?, París, CNRS, 360 p.

________1992 b, “Actores y escenarios étnicos en Ecuador: el levantamiento de 1990”, in “Caravelle, 59, Toulouse, pp. 161-188.

Uquillas Jorge: 1993, “La Tenencia de la tierra en la Amazonía ecuatoriana”, in T. Bustamante et al. Retos de la Amazonía, Quito, ILDIS, Abya-Yala, pp. 61-94.

Wachtel Nathan: 1992, “Note sur le problème des identités collectives dans les Andes méridionales”, in “L’Homme”, 122-124, 04/1992, París, pp. 39-52.

Zamosc León: 1994, “Agrarian Protest And The Indian Movement In The Ecuadorian Highlands”, Londres, in “Latin American Research Review”, vol. 29, 3, p. 46.

Inicio de página

Notas

1Pour une discussion de ce concept, Cf. Fontaine, 2003, pp. 160-168.
2Équivalent des “terrazgueros” en Colombie.
3Cf. R. Santana, 1992 a: 18; A. Guerrero, 1994: 201; y A. Guerrero, 2000: 13, 18.
4Santana, Op. Cit.: 69, 75.
5Sur ce point, Cf. N. Wachtel, 1992. Le terme est plus approprié pour les communautés quechua des Andes boliviennes, mais il est utilisé par Whitten au sujet des quichua de l´Amazonie équatorienne. Nous adoptons donc cette terminologie.
6Santana, Op. Cit.: 74-75.
7A. Guerrero, 1993: 84 y 94-95; L. Zamosc, 1994: 46.
8Ecuador Runacunapac Riccharimui, traduction en quichua de “réveil indien”.
9A. Ibarra, 1987: 93; Guerrero, Op. Cit., 1993: 84; Zamosc, Op. Cit.: 46.
10CONAIE, 1989: 206.
11Id.: 158
12Pour une analyse détaillée du mouvement amazonien, Cf. G. Fontaine, 2003, chap. 3 et 6.
13F. Morin, 1992: 75.
14La Fédération d´Organisations Indigènes du Napo (FOIN) en 1973, la Fédération de Communes Union de Natifs de l´Amazonie Équatorienne (FCUNAE) en 1976, la Fédération de Centres Indigènes du Pastaza (FECIP) en 1979 — qui s´est convertie en Organisation de Peuples Indigènes du Pastaza (OPIP) en 1981— et la Fédération d´Organisations Indigènes du Sucumbios de l´Équateur (FOISE) —ex Jatún Comuna Aguarico (Association de Communes de l´Aguarico) – en 1980.
15R. Andolina, 1998: 53.
16Parmi la littérature pléthorique sur les soulèvements de 1990 et 1994, lire en particulier A. Guerrero, Op. Cit., 1993; R. Santana, 1992 b; et L. Macas, 1993.
17Ces territoires se répartissaient comme suit: 1,2 millions d´hectares dans les provinces de Sucumbíos et Napo, 2,1 millions dans celle de Pastaza, 1 million dans celle de Morona Santiago et 0,2 million dans celle de Zamora Chinchipe (Cf. J. Uquillas 1993 b: 70 y 87).
18Pour le détail des négociations, Cf. Guerrero, Op. Cit., 1993.
19Parmi les membres de la junte figuraient Antonio Vargas, Salvador Quishpe (Président d´Ecuarunari), Blanca Chancoso (CONAIE), Napoleón Saltos, Hugo Collante (représentant du commerce de détail), Jorge Loor (chef des affiliés à la Sécurité Sociale Paysanne), ainsi que des syndicalistes de Petroecuador et chauffeurs des coopératives de bus et de taxis.
20En effet, pas moins de sept conventions furent soumises à discussion, dont les thèmes concernaient des problèmes aussi divers que le montant des allocations ménagères, la gestion du Fonds d´Investissement Social d´Urgence, l´attribution de bourses scolaires, la formation dans le secteur électrique ou encore l´attention à l´enfance.
21L´arrestation de Quishpe échoua; de leur côté, Vargas et Villacis furent libérés le 30 janvier 2001, quelques jours après leur interpellation.
22Le congrès de la CONAIE, prévu pour mars 2001 fut reporté à cause des événements.
23La dollarisation fut menée à bien en un délai record de neuf mois, ce qui n´empêcha pas l´inflation d´approcher les 100% en 2000.
24Il s´agit de Nina Pacari comme Ministre des Relations Externes et Luis Macas comme Ministre de l´Agriculture et de l´Élevage.
25Cf. G. Fontaine, 08/2003.
26In “Diario Hoy, 18/02/2003.
27D. Iturralde, 04/2000.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Fontaine, « De l’hacienda au gouvernement », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 10 | 2004, Publicado el 02 febrero 2005, consultado el 30 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/110

Inicio de página

Autor

Guillaume Fontaine

FLACSO Équateur

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org