Navegación – Mapa del sitio

Libéralisme et sciences sociales en Argentine à la fin du dix-neuvième siècle :des Lumières à la nouvelle «connaissance sociale»

Eduardo Zimmermann

Texto completo

In the school of political projectors, I was but ill entertained, the professors appearing, in my judgment, wholly out of their senses, which is a scene that never fails to make me melancholy

Jonathan Swift, Gulliver’s Travels, 1726.

1Le rapport entre le «nouveau libéralisme» de la fin du dix-neuvième siècle et les changements sociaux, économiques et politiques qui ont traversé les sociétés occidentales pendant cette période est bien connu. Ce n’est que récemment que différents versants historiographiques ont mis l’accent sur le rôle joué, dans la redéfinition de la pensée libérale, par la structuration institutionnelle des sciences sociales et, surtout, par la forte mise en valeur de la nouvelle «connaissance sociale», le genre de connaissance pratique offert par ces nouvelles disciplines dans leur application comme fondement des politiques publiques de l’état. D’après Ira Katznelson, «la nouvelle connaissance sociale de cette période peut être comprise comme un aspect constitutif de la révision des doctrines, des institutions et des politiques du libéralisme.» Pour Sanford Elwitt, à travers cette révision, «la main invisible du laissez faire s’est rendue face au gant de velours des sciences sociales.» Selon cette perspective, la transformation de la pensée politique de cette période peut être mieux comprise si on la met dans le contexte des changements subis par l’éducation supérieure dans les sociétés occidentales, et des rapports entre l’état, les intellectuels et les mécanismes de production et de distribution d’un nouveau type de connaissance sociale1.

2Tout en reflétant les traits particuliers du développement économique et social argentin, des phénomènes semblables ont affecté, au début du vingtième siècle, aussi bien les premières expressions des sciences sociales nationales que la pensée libérale défendue par une bonne partie des élites politiques et intellectuelles. Il convient donc de rappeler le contexte historique et théorique de ces phénomènes locaux. Par ailleurs, la localisation de ces processus dans ce cadre plus large cherche à incorporer l’expérience des nouvelles nations dans l’histoire de la pensée politique occidentale et ses transformations2.

3Une bonne partie du libéralisme occidental, essaya de s’adapter à la nouvelle réalité des sociétés profondément marquées par les changements introduits par l’expansion du capitalisme industriel et par la participation politique élargie : cette reélaboration comprend aussi bien le «nouveau libéralisme» britannique fondé sur une conception «positive» de la liberté pour des auteurs tels que T.H.Green ou Leonard Hobhouse (qui allait manifester sa position politique dans le ministère libéral de Lloyd George du début du siècle), que la «solidarité» française de la Troisième République; les variantes réformistes sociales dans le libéralisme allemand et le réformisme social dans la Restauration espagnole, ou encore -plus proche de l’expérience argentine- les mouvements progressistes en Australie, au Canada et aux Etats-Unis3.

4La convergence des nouvelles tensions sociales et du problème de la citoyenneté a été envisagée, en général, par des « intelligentsias» administratives inspirées d’un fort esprit rationaliste et scientiste. Celles-ci se sont fiées à leur capacité pour développer des politiques publiques fondées sur une nouvelle «connaissance sociale», en tant qu’instruments aptes à développer le processus de création, de réforme et d’adaptation de nouvelles institutions politiques, économiques et sociales. La science politique allait s’interroger sur la nature de l’état et sur les mécanismes de représentation : l’économie et la sociologie, sur les points problématiques de la question sociale ; l’histoire allait être appelée, en tant qu’outil pédagogique, pour affronter les questions concernant l’identité nationale4. Les sciences sociales se sont développées, par conséquent, comme un essai pour comprendre les nouveaux phénomènes et comme un instrument pour donner des bases solides aux politiques publiques orientées à leur traitement. Deux traits qui les caractérisent.

5Tout d’abord, ces essais visent à dépasser quelques-unes des alternatives de la philosophie et de la théorie politique en cours (positivisme et idéalisme ; individualisme et collectivisme) en produisant une «convergence», une «via media» qui rende plus aisée l’accumulation de nouvelles connaissances «scientifiques» sur la société ainsi que l’élaboration d’un nouveau consensus idéologique qui devait redéfinir les relations entre l’état et la société5.

6Ensuite, le mouvement fluide de rapport international entre les différents groupes  « d’ experts» qui ont encouragé un intense mouvement transnational d’idées, de politiques et d’instruments législatifs qui étaient finalement imités, copiés, transformés ou adaptés aux propres réalités6. Dans la période du surgissement des sciences sociales il a existé une tension incontestable entre les ambitions universalistes propres à la pensée scientifique et les demandes des particularismes nationaux où se développaient les nouvelles disciplines. D’après ceux-ci, les conflits sociaux internes et les propres traditions intellectuelles déterminaient l’organisation de ces nouvelles disciplines. Cependant, les rapports internationaux étaient présents aussi dans le développement des sciences sociales qui servaient comme fondement à ces nouvelles politiques et, Mauricio Tenorio conclut,

au-delà des organisations nationales, le langage et les caractéristiques des sciences sociales occidentales ont été évalués d’après des paradigmes scientifiques globaux, des traditions transnationales de réforme sociale, et des idéologies politiques et économiques de portée mondiale7.

7Des innovations théoriques et méthodologiques dans les différentes disciplines – qui obéissaient souvent à ce processus d’internationalisation des nouvelles connaissances – ont été accompagnées, comme nous l’avons vu par de grandes transformations dans la structuration de l’éducation supérieure. Celles-ci ont profondément affecté les universités et même l’image des intellectuels, aussi bien en Europe qu’en Amérique. Depuis la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, l’expansion de l’éducation supérieure a été parallèle à la transformation des universités; une transformation qui, dans la plupart des pays, a suivi le modèle de la réforme universitaire allemande qui liait l’enseignement et la recherche. Ces changements ont transformé également l’image du professeur universitaire dont l’idéal est devenu celui du chercheur capable d’ouvrir de nouveaux chemins vers la connaissance8.

8Le processus par lequel les nouvelles sciences sociales s’insèrent dans le contexte d’une université rénovée par la recherche et par la nouvelle autorité des professeurs universitaires à surgit dans diverses circonstances décisives. La première fut la limitation progressive des domaines occupés par les nouveaux experts et les simples amateurs de ces connaissances à travers la codification de certains critères de démarcation. Les débats sur l’arrivée d’un «prolétariat intellectuel» à cause de la surabondance d’hommes de lettres dans les sociétés européennes (des débats qui se déplaçaient aussi vers les nouvelles nations américaines), étaient un des aspects de ce processus de démarcation commencé parmi les professeurs européens. Le but était fondamentalement d’éloigner les opportunistes du marché intellectuel, dans une lutte pour établir l’autorité symbolique des nouvelles disciplines et des nouveaux mécanismes institutionnels de production de connaissances9. D’autres démarches ont complété ce processus : la différenciation entre les nouvelles disciplines et les domaines traditionnels du savoir et leurs structures ; la création de nouvelles institutions (des organisations professionnelles, des publications) ; et l’accès au système universitaire à travers de nouvelles chaires et des centres de recherche. Finalement, la légitimation de ces experts dans leur rôle d’inspirateurs des nouvelles politiques publiques était fortement marquée par ce nouveau prestige de la culture scientifique universitaire10.

9En nous plaçant dans le contexte argentin de la fin du dix-neuvième siècle, nous trouvons que l’évolution de la pensée libérale marquait certaines caractéristiques particulières qui ont eu un rôle important dans le rapport entre les sciences sociales et la pensée politique de cette période.

Le libéralisme argentin vers la fin du dix-neuvième siècle

10Le libéralisme latino-américain comprenait une variété de thèmes qui dépassaient l’identification contemporaine avec le laissez faire économique. Des thèmes qui allaient depuis la préoccupation pour l’établissement de garanties constitutionnelles protectrices des droits individuels jusqu’à l’appui à un processus de sécularisation sociale en vue de réduire ou d’éliminer l’influence de l’Église Catholique. Dans le cas argentin, en outre, le libéralisme acquit vers la fin de ce siècle-là un air d’optimisme généralisé qui constituait finalement une vraie «idéologie de progrès»11.

11Par ailleurs, les libéraux latino-américains ont dû concilier leur préoccupation pour les limites du pouvoir de l’état avec les exigences du processus de construction des nations-états, ce qui n’a pas toujours produit des positions doctrinaires ou politiques totalement cohérentes face au dilemme que posait aux nouvelles nations la dichotomie entre ordre et liberté. À ce propos, on a argumenté qu’en Amérique latine au dix-neuvième siècle les termes «conservateur» et «libéral» ont souvent été interprétés comme complémentaires plutôt que comme opposés. Charles Hale a démontré à quel point l’élaboration européenne d’un «conservatisme libéral» a eu de l’influence en Amérique latine. Inspiré des expériences de la Troisième République française et de la République Fédérale espagnole, il combinait, d’un côté, des éléments de libéralisme politique surtout à travers des garanties constitutionnelles, et de l’autre, la défense d’un état fort et centralisé12.

12En Argentine, la Constitution Nationale de 1853 ainsi que les réformes institutionnelles des années 80, ont reflété la coexistence de forts principes libéraux et l’acceptation de l’esprit conservateur comme une réassurance contre la dangereuse tendance aux luttes intestines et à l’anarchie qui avaient été palpables dans un passé récent. La Constitution Nationale de 1853 avait sanctionné cette formule en suivant la recette de progrès imaginée par Juan Bautista Alberdi : l’accroissement de larges libertés civiles et économiques accompagnées d’une structure de pouvoir politique centralisée et concentrée dans l’exécutif national13. La continuité de cette ligne de pensée est apparue clairement dans les préférences des dirigeants politiques de l’année 80 dont la majorité penchait vers un point de vue conservateur de la politique, en tant que garantie des libertés civiles et économiques et du perfectionnement graduel de l’ordre politique. Dans ce courant, le conservatisme était considéré une attitude d’opposition à des changements brusques et violents dans l’ordre politique pouvant augmenter les risques d’un retour à l’anarchie et aux luttes civiles. On se méfiait de ce qui pouvait constituer un obstacle à ce «printemps de l’histoire» que signifiait l’accès aux chemins du progrès, et non pas comme un refus philosophique de l’arrivée des principes libéraux et progressistes qu’avait affronté le conservatisme européen14.

13En ce qui concerne le développement économique, il y eut un pragmatisme considérable sur le rôle de l’état dans ce processus. Dans un cadre général de limitation du pouvoir de l’état, déterminé par les principes libéraux, dans de nombreux thèmes on a reconnu que l’état avait tenu sa parole et devait continuer à remplir un rôle central. La politique monétaire, la sanction des codes, les débats sur les politiques des taxes et le protectionnisme et sur la concession des services publics à des capitaux privés, en sont quelques exemples. Les groupes dirigeants de la fin du dix-neuvième siècle étaient loin de présenter une position homogène à ce sujet15. L’opinion publique de cette période, en définitive, aurait difficilement perçu l’intervention de l’état dans l’économie comme une coupure révolutionnaire avec la tradition idéologique prédominante. Comme l’a signalé Tulio Halperín Donghi, «en Argentine, la foi dans les lois du marché semblait compatible avec la reconnaissance d’un rôle de l’état plus complexe que d’abattre les barrières légales héritées du passé»16.

14La «culture scientifique», avec l’impulsion que lui donnait le positivisme, tendait à renforcer ce trait : de même que l’on trouvait parfaitement possible la conciliation des principes libéraux avec une concentration du pouvoir et de l’autorité pouvant garantir la stabilité et l’ordre public, on combinait sans grands problèmes l’esprit du laissez faire avec un fort optimisme dans la capacité de la connaissance scientifique pour fournir des outils de contrôle et d’amélioration des conditions du développement social, économique et politique17. A la fin du dix-neuvième siècle, le libéralisme argentin devait répondre à de nouveaux défis posés par le processus de modernisation économique et ses conséquences sociales et politiques. Les sciences sociales et les professeurs universitaires ont pris à ce moment-là une place prédominante dans la définition d’un nouveau type de connaissance sociale permettant de poser sur des bases rigoureuses les politiques de l’état orientées vers le progrès économique, la solution de la question sociale et les nouveaux défis de la représentation politique.

Le domaine intellectuel et les nouvelles sciences sociales en Argentine au changement du siècle

15L’un des traits le plus connu du processus de modernisation de la société argentine de la fin du dix-neuvième siècle est le surgissement d’un «domaine intellectuel» ayant une autonomie croissante, où l’image de l’écrivain professionnel et celle de l’intellectuel «moderne» ont graduellement remplacé celle du lettré traditionnel. Progressivement, le professionnalisme et la spécialisation dans les différents domaines ont établi une démarcation plus claire, aussi bien des différents secteur, que des ces activités et la sphère de l’état. Pour quelques-uns, on peut retrouver les débuts de ce processus long et complexe dans la première génération romantique argentine, appelée Génération du 37, qui a été justement décrite comme la première qui a pu concevoir sa place dans la société dans des termes «modernes», c’est-à-dire, dans des termes d’autonomie face aux pouvoirs constitués. Cependant, il est incontestable que ce processus de «division du travail intellectuel» a pris une impulsion renouvelée au moment du changement de siècle et en particulier pendant les deux premières décennies du vingtième siècle18.

16Ce nouvel espace a maintenu durant assez longtemps encore des frontières plutôt diffuses, et les intellectuels y ont occupé, simultanément, par leur condition de lettrés, le rôle d’administrateurs de l’État, d’écrivains, de formateurs d’opinion et de publicistes, souvent, sans abandonner l’exercice de leur profession d’avocat ou de médecin. En 1896, Paul Groussac résumait violemment cette situation en réclamant que l’on trace une frontière plus précise autour des activités intellectuelles :

Pourquoi dans les pays de langue espagnole ne pénètre pas cette notion qui semble si simple et si élémentaire, que l’histoire, la philosophie et même cette pauvre littérature, représentent des applications intellectuelles aussi exigeantes au moins, bien que pas aussi lucratives, que celles de l’avocat ou du médecin, n’étant pas licite d’entrer dans leurs domaines comme dans un champ sans propriétaire ou dans un terrain quelconque ?

17Dans de telles conditions, de toute façon, les intellectuels ont rempli une fonction centrale, aussi bien dans le processus de modernisation de l’appareil de l’état que dans l’intégration du personnel de l’administration publique et dans l’élaboration d’un discours justifiant ces politiques. En 1914, dans la Revista Argentina de Ciencias Políticas, il ne semblait pas déplacé de proclamer que «la classe dirigeante dans la République Argentine n’est pas monopoliste, elle est universitaire, elle est professionnelle, elle pense»19.

18La création de nouveaux espaces institutionnels où pouvaient se déployer de nouvelles connaissances sur l’économie, la société et la politique fut un autre moment clé de ce processus. L’université était appelée à devenir l’un des territoires où la conquête de ces nouveaux espaces institutionnels allaient avoir lieu. L’université de Buenos Aires se renouvellant, consolide les courants positivistes en faveur des activités en rapport avec les sciences. A partir d’une orientation à dominante professionnelle, la recherche scientifique fait ses premières apparitions à travers la création d’ instituts de recherche. On a commencé à revaloriser la recherche comme faisant partie de la mission de l’université20. Durant les dernières décennies du dix-neuvième siècle s’installe le débat sur le caractère exclusivement professionnel de l’Université de Buenos Aires et sur la nécessité de faire place à la science et à la recherche désintéressée. L’intégration des humanités aux activités universitaires et la création de la Faculté de Philosophie et Lettres en 1896 ont fait partie de ce débat. Les universités ont souvent été sollicitées pour participer à la création d’un nouveau corps de connaissances scientifiques sur les problèmes argentins, soient-ils historiques, littéraires, politiques, économiques ou sociaux. A ce mouvement participèrent activement quelques-unes des personnalités les plus importantes de la vie intellectuelle et universitaire de la fin du siècle : Juan Agustín García, José Nicolás Matienzo, Rodolfo Rivarola et Ernesto Quesada, entre autres. A son tour, la création de l’Université Nationale de La Plata, sous l’impulsion de Joaquín V. González, a représenté un pas en avant dans cette recherche d’ «une université scientifique pour reformer une société.»21.

19En 1904, Juan Agustín García signalait comme la cause centrale de la «décadence progressive» de la Faculté de Droit de l’Université de Buenos Aires, «l’indifférence complète et absolue pour le progrès de nos sciences sociales», qui provenait « d’un concept vieilli et faux sur les buts d’une Faculté de Droit et des Sciences Sociales. On croit que son rôle social est former des avocats; ce qui peut être une de ses phases, la plus inférieure…» L’analyse de García reflétait non seulement la volonté de récupérer la recherche en sciences sociales comme une tâche centrale dans les activités de la Faculté de Droit, mais aussi de la doter d’une mission plus ambitieuse liant les développements en sciences sociales aux politiques publiques :

Un pays est un ensemble de phénomènes physico-géologiques (…) qu’ étudie une méthode de sciences naturelles (…) Il est aussi un ensemble de phénomènes moraux, de relations politiques, économiques, juridiques, sociologiques, qui ont leurs traits particuliers et originaux, créées ou cultivées par des hommes ayant leur psychologie individuelle et collective propre, résultat du climat, de la race, de la tradition : c’est ce qu’étudie sa Faculté de Droit et des Sciences Sociales pour que les habitants connaissent tous ces phénomènes moraux (…) Cette science vulgarisée mettra à la portée du citoyen des connaissances indispensables pour diriger sa vie, elle formera des hommes d’état, en nous évitant les experimentations et la solution des problèmes sociaux par ’inspiration divine. Ceci suppose que la faculté soit capable de travail et de recherche produisant des monographies et des thèses pouvant servir concrètement la politique en lui apportant les élements pour résoudre nos problèmes.. Donc, la mission de notre Faculté sera d’étudier l’Argentine dans toutes ses phases morales. Et si cet idéal ne peut être réalisé, on peut la supprimer sans aucune crainte, on rendra un grand service au pays22.

20Comme l’a signalé avec perspicacité Oscar Terán, la valorisation du de la recherche dans les activités universitaires opposait la «culture scientifique» argentine naissante à la tradition de la critique esthétique et littéraire. Pour une partie de l’élite intellectuelle, il fallait d’abord résoudre les difficultés de la société argentine dans son développement. Dans cette perspective, les masses d’immigrants ainsi que les élites autochtones trouvaient urgent qu’un «dressage», qu’une éducation des comportements parvienne à plus de raffinement et de respectabilité23. Pour d’autres, la clé se trouvait dans les nouvelles connaissances qui allaient guider l’action de l’état. Ces nouveaux savoirs ne pouvaient ni ne devaient rester entre les mains d’intellectuels sans liens avec le monde universitaire. C’est dans ce milieu qu’allaient se battre les représentants de ces deux tendances: Ernesto Quesada, premier professeur titulaire de Sociologie à l’Université de Buenos Aires, énergique défenseur des nouvelles sciences sociales ; Paul Groussac et Miguel Cané, sceptiques détracteurs des mérites de ces nouveaux savoirs et de ceux qui les communiquaient24.

21Cette nouvelle culture scientifique devait s’orienter vers la solution pratique des problèmes nationaux. Dans la stratégie des défenseurs des nouvelles disciplines , la connaissance de la réalité nationale devait se trouver en tête de leurs programmes de recherche, tout comme leur orientation méthodologique25. C’est dans cet esprit que les défenseurs de ce nouveau corpus de «connaissance sociale» ont essayé d’établir, dans le développement des nouvelles disciplines, la base des politiques réformistes du début du vingtième siècle.

La nouvelle «connaissance sociale» et le libéralisme réformiste en Argentine

22En Argentine aussi, comme nous l’avons vu, le scientisme est devenu un élément constitutif de l’approche de la connaissance de la société. Il s’accorde avec un nouveau type de discours politique caractéristique des sociétés de la fin du XIXème s.qui subissaient les effets de la deuxième révolution industrielle et de l’expansion de l’économie atlantique Il allait modeler le rapport entre les sciences sociales naissantes, l’état et les politiques publiques26. Dans ce climat intellectuel, la participation des professeurs universitaires à la création et à la direction de nouvelles institutions de l’état était courante. Par exemple, José María Ramos Mejía et Emilio Coni, ont participé activement à la création et à la direction de l’Assistance Publique de Buenos Aires ; Augusto Bunge et José Ingenieros ont dirigé l’un la Section d’Hygiène Industrielle du Département National d’Hygiène et l’autre l’Institut de Criminologie du Pénitencier National. Des rapports similaires ont surgi lors du traitement de ce que l’on a appelé le «problème ouvrier», où José Nicolás Matienzo et Marco Avellaneda ont dirigé le Département National du Travail (DNT), en recrutant des diplômés de la Faculté de Droit27.

23Les nouvelles sciences sociales ont érodé les principes du libéralisme classique. Elles cherchent à donner un rôle plus actif à l’état dans la définition d’un programme public sur l’économie, les problèmes sociaux et la réforme politico-institutionnelle. Le scientisme accordait à ces propositions un caractère modéré, précisément en raison de ses bases scientifiques : la solution du problème social, par exemple, se trouvait dans un programme modéré de réformes qui entraînait l’abandon aussi bien du laissez-faire orthodoxe que du socialisme d’état.

24Ernesto Quesada, dans son premier cours de sociologie, a déclaré avec optimisme : «la solution du problème social dépend de l’orientation sociologique et des lois que la nouvelle science pourra formuler…» Et sur le contenu de ces lois, il a blâmé dans son cours l’individualisme spencérien qui empêchait «toute perspective générale d’amélioration, du fait qu’il la circonscrit à la sphère privée et individuelle», et parce que «un tel retard du philosophisme livresque du XVIII siècle» n’avait pas de rapport avec «une philosophie scientifique moderne»28. Ainsi, le caractère «scientifique» que prenaient les propositions politiques en provenance de ces milieux aidaient à atténuer ou à éliminer toute confrontation idéologique à ce sujet. Ceci a simplifié la collaboration des libéraux avec d’autres courants réformistes, principalement avec les dirigeants socialistes29.

25Les innovations méthodologiques allaient avoir aussi une influence particulière sur la réorientation de la pensée libérale, grâce à l’approche historiciste et particulariste qui ne présupposait pas l’existence de lois et de principes généraux inhérents à la conduite sociale. On abandonnait la «prétention de donner des lois universelles, indépendantes des régions et des structures politiques» proposée , d’après Paul Groussac. De même, le «dogmatisme scolaire» de D. Ricardo, allait être graduellement dépassée au fur et à mesure que s’imposait l’«économie politique nationale» de List ou le point de vue historiciste de Roscher. Juan Agustín García affirmait dans son traité sur les sciences sociales argentines de 1899 que «les sciences sociales doivent être, avant tout, nationales, et par conséquent, leurs propositions, leurs vérités, sont relatives et d’application limitée». Comme l’avait démontré l’école historique, concluait García, «il n’y a pas de lois absolues en Sciences Sociales, il n’y a pas un droit mais des droits ; l’Économie Politique ne peut fixer de principes appropriés à tous les peuples, elle est éminemment relative, et encore plus nationale ; chaque pays crée la sienne, spéciale, adaptée à ses besoins et en accord avec son développement historique». Dans des termes similaires, Marco M. Avellaneda, professeur d’Économie Politique, a remarqué en 1901, le besoin d’étudier les nouveaux problèmes sociaux «en accord avec nos modalités et avec un critère et un esprit authentiquement argentins». Pour Ernesto Quesada, professeur de Sociologie et d’Économie Politique, «chaque nation, étant donné ses particularités ethniques et géographiques, présente un aspect propre du phénomène économique, de façon qu’il existe réellement autant de phases de notre science que de nations» ; des principes qui allaient être répétés inlassablement dans les chaires universitaires pendant ces années-là30.

26Ces opinions reflétaient l’impact de l’école historique allemande et l’éloignement des prétentions universalistes de l’économie politique classique britannique : le nouveau point de vue «sociologique» de la science économique et la transformation logique de l’ «économie politique» en une «économie sociale argentine», allait être partagé par Quesada, Avellaneda et d’autres dans l’enseignement de l’Économie des Facultés de Droit des universités de Buenos Aires et La Plata. Juan José Díaz Arana, professeur aussi d’Économie Politique à la Faculté de Droit de l’Université de Buenos Aires, jugeait l’école historique comme «une saine réaction contre l’école classique». L’école historique comprennait non seulement les Allemands Hildebrand, Knies, Roscher et Schmoller mais également William Ashley avec William Cunningham, pères fondateurs de l’Histoire Économique en Grande Bretagne. En suivant Ashley, Díaz Arana enseignait dans son cours que «les théories économiques modernes ne sont pas des vérités universelles : elles n’étaient pas exactes dans le passé, elles ne le seront pas dans l’avenir». L’Économie Politique «n’est pas un ensemble de vérités absolues, mais la généralisation d’une valeur plus ou moins grande (…), chaque époque a eu ses idées économiques qui ont répondu aux circonstances dans lesquelles elles sont apparues»31.

27Entre 1908 et 1909 Ernesto Quesada a voyagé en Allemagne et en Angleterre en étudiant, dans vingt-deux universités allemandes, les méthodes d’enseignement de l’histoire, à la demande de Rodolfo Rivarola, doyen de la faculté des sciences juridiques et sociales de l’Université de La Plata. À son retour il a publié son rapport, La enseñanza de la historia en las universidades alemanas. Cette étude lui a permis de réfléchir à l’influence de l’historiographie allemande sur toutes les sciences sociales, ce qu’il avait déjà remarqué avant son voyage de 1908-1909. Cette consécration de l’approche historique et de son influence sur les nouvelles disciplines sociales devenait pour Quesada la principale contribution de l’historiographie allemande :

Le ‘sens historique’ qu’elle a introduit dans toutes les connaissances humaines est, peut-être, l’une des plus grandes conquêtes du XIXème siècle, de sorte que tout est envisagé selon un critère historique, comme un moment qui passe et qui doit être analysé exactement comme un moment passé, car rien n’est absolu ni définitif et tout s’est transformé en catégories historiques plus ou moins larges ou concrètes32.

28Ce «sens historique», et par conséquent le refus de toute prétention universaliste, en Argentine eut pour conséquence l’abandon des postulats de l’économie politique classique remplacé par ceux de l’adaptation nécessaire à chaque pays. Les politiques publiques face aux nouveaux problèmes économiques et sociaux ont pu se liberer des marges d’action étroites imposées par le libéralisme classique33.

29Dans le domaine du droit, les nouveaux développements doctrinaires ont marqué egalement les fondements de la pensée libérale classique. Ces développements d’origine européenne ont vite été adaptés par les universitaires argentins. Signalant deux cas précis. Le premier, concerne l’influence de la criminologie positiviste italienne qui considère que le déterminisme biologique ou social à l’origine de la conduite criminelle transforme les notions traditionnelles de responsabilité individuelle et le rapport entre loi positive et valorisation morale. Ainsi, le châtiment des déviances produites par la constitution biologique ou le milieu social ne pouvait avoir comme fondement que des raisons de «défense sociale», et ceci devait être accompagné par des politiques sociales visant à modifier les facteurs déterminants, afin de prévenir le crime34. Encore une fois, à partir d’un renouvellement des sciences sociales on réclamait à l’état une action plus large sur la société.

30Le deuxième cas d’adaptation concerne l’analyse de la responsabilité patronale dans les accidents de travail. L’élaboration des notions d’«obligation sociale» et de «risque professionnel» par des juristes français tels que Maurice Hauriou et Raymond Saleilles, et la loi française de 1898 sur la responsabilité patronale basée sur le concept de risques professionnels, ont été d’importants précédents pour la doctrine argentine. Le concept de risque professionnel signifiait que la responsabilité concernant des accidents sur le lieu de travail ne devait pas être interprétée comme le résultat d’une faute de la part de l’employeur ou de l’employé mais comme une conséquence du manque inévitable de sécurité et de prévoyance de l’ère industrielle. La solution allait venir d’un système de compensation reconnaissant la responsabilité sans attribuer la faute. Cette doctrine a été adoptée en Argentine entre 1902 et 1915 par des projets de législation, des opinions doctrinales et des arrêtés judiciaires. En parallèle avec les chaires universitaires, les juges ont agi en tant que porteurs de la nouvelle connaissance sociale : à travers leurs arrêtés ils ont essayé de combler l’absence de législation «moderne», et de canaliser ainsi le conflit social dans des voies institutionnelles. Finalement, la loi 9688 sur les accidents de travail de 1915 a substitué la notion traditionnelle de responsabilité limitée des employeurs pour les accidents de travail par la conception plus large du «risque professionnel»35.

31Il est incontestable que la conjoncture particulière qu’instaurait l’élargissement des mécanismes de représentation politique au début du vingtième siècle fut un des éléments de la dynamique des «gouvernements electeurs» qui a contribué à renforcer la nouvelle pensée scientiste en général36. Il n’était pas rare de différencier «l’opinion publique», rationnelle, objective, constante, centée sur le soutien des intérêts généraux du pays (et par conséquent devenue une source de légitimité)  et «l’opinion populaire», des opinions sectaires, changeantes, guidées par des préjugés, des passions et des intérêts particuliers, promues par la presse politique37. José Nicolás Matienzo, parlant en 1914 de la nécessaire centralisation de l’instruction sur les affaires publiques trahissait une certaine méfiance envers la capacité  des «nouveaux lecteurs» d’accéder aux formes correctes de connaissance :

Il ne suffit pas de pouvoir lire. Dans certains cas cela peut être même dangereux. Tous les livres et tous les journaux n’éduquent pas l’esprit du lecteur, tous n’ instruisent pas sur ce qu’il a besoin de savoir en tant que citoyen, père de famille ou gouvernant, en tant que travailleur, industriel, commerçant ou professeur38.

32Les nouvelles connaissances scientifiques ont ainsi été légitimées dans la question du rapport entre la politique et le développement de certains savoirs ou connaissances. Ceci se reflétait, d’un côté, dans l’obsession pour assurer une «politique de principes», opposée à la traditionnelle «politique criolla», personnaliste et dirigée par les caudillos, et d’un autre côté, dans la reconnaissance d’un nouveau savoir, différencié de la pratique politique concrète qui devait guider l’analyse et la réforme des institutions argentines : «la préparation scientifique dans les affaires sociales et politiques», d’après Rodolfo Rivarola, influent fondateur et directeur de la Revista Argentina de Ciencias Políticas depuis 1910.

33La Revista Argentina de Ciencias Políticas a occupé une place capitale dans la tentative des cercles intellectuels et politiques pour former une opinion publique rationnelle et objective. C’était un milieu de délibération des affaires publiques indépendamment des intérêts des partis et capable d’orienter le processus de construction de la citoyenneté dans lequel ces groupes étaient fortement insérés. Les intellectuels ainsi réunis orientèrent leur esprit réformiste vers l’étude de différents problèmes: le système présidentiel, le fédéralisme, les partis politiques, la politique fiscale, le fonctionnement du pouvoir judiciaire, la législation du travail, la législation pénale, la politique éducative, l’immigration et les problèmes sociaux. Voilà des thèmes sur lesquels on pouvait trouver des propositions dans les pages de la Revista39.

34Les idées qui ont guidé dans une large mesure l’action de Rivarola et de ses collègues, ainsi que celle d’une partie considérable des dirigeants politiques de cette période sont bien résumées par Leopoldo Maupas dans les pages de la Revista, en 1912: il est nécessaire de former des corps d’experts pour définir les projets politiques independament des résultats électoraux:

Les universités, véritables établissements scientifiques, imposent avec leurs recherches, des orientations à l’action du gouvernement et, avec leurs enseignements, elles forment des individus qui conviennent parfaitement au corps administratif. Les associations libres, en devançant l’action officielle, étudient, proposent et exigent des autorités, des lois et des mesures ayant un caractère politique et administratif qui répondent à leurs intérêts. Dans ces conditions, on comprend le peu d’importance relative des résultats des élections populaires, si ce n’est en ce qui concerne la direction générale de la politique40.

35Le véritable problème de la politique argentine, concluait Maupas, était le manque d’experts par «le manque d’influence de nos universités».

36Cette vision optimiste de l’apport des universités contenait une forte dose de volontarisme, caractéristique de la pensée scientiste, et du climat intellectuel du premier Centenaire. Natalio Botana a remarqué, que les groupes dirigeants avaient une confiance exagérée dans une réforme électorale basée sur un « principe excessif de l’autonomie qui reflétaient un optimisme exagéré de la sphère politique comme entrave ou progrès.» L’effet rénovateur en matière institutionnelle allait être produit par une décision prise d’en haut :

Le changement est l’œuvre de la volonté du législateur, qui balaie le mensonge électoral oppresseur du corps sain de la société, plutôt que le résultat de l’action des forces sociales en train de s’incorporer – ou de rejeter – le système de pouvoir en vigueur41.

37Quelques propositions de réforme sociale surgies durant cette période étaient gagnées aussi par un optimisme ingénu similaire : dans beaucoup de cas, la sanction de la législation sociale et l’incorporation des travailleurs au processus politique promettait une solution au conflit social latent mais ne semblait pas tenir trop compte des réactions des nouvelles forces à ces propositions. Ceci a été suffisamment démontré lors des échecs du projet de code du travail de Joaquín V. González et les tentatives de José N. Matienzo pour monter un mécanisme de conciliation et d’arbitrage au Département National du Travail42.

38La confiance des groupes dirigeants dans leur capacité à construire et réformer des institutions «d’en haut», a été finalement alimentée par le succès du mouvement de consolidation de l’état et par les résultats visibles du progrès économique ainsi que par la transformation sociale se produisant depuis les dernières décennies du dix-neuvième siècle. Cette attitude s’est vue encore renforcée par la nouvelle «culture scientifique» du début du vingtième siècle représentée par les propositions des nouvelles sciences sociales.

Conclusions

39On a soutenu que les états font les guerres et les guerres font les états, on pourrait dire que vers la fin du dix-neuvième siècle les états avaient besoin des sciences sociales et les sciences sociales avaient besoin de l’état. L’état a trouvé dans les sciences sociales un instrument de justification et un fondement de son action dans certains domaines ; les sciences sociales ont eu recours à l’état comme objet d’étude pour le développement de leurs contenus et comme un élément clé dans leurs processus d’institutionnalisation. Les propositions réformistes libérales en Argentine, au changement de siècle, ont été un reflet de ce rapport. Une partie importante de l’élite dirigeante de cette période, très proche des activités universitaires et disposée à participer au développement de nouvelles institutions de l’état, a articulé un discours réformiste «scientiste», tendant à interpréter et à résoudre les problèmes les plus conflictuels que posait le mouvement de modernisation à l’état argentin: l’immigration, l’urbanisation, l’industrialisation naissante et ses séquelles sociales ; l’éducation et l’identité culturelle argentine, les institutions politiques et les mécanismes de représentation. De leur côté, ces groupes ont augmenté leur présence institutionnelle dans les universités, dans les centres de recherches et l’appareil administratif de l’état : des professeurs d’économie, de sociologie et de droit ; des hygiénistes, des criminologues, des experts en droit du travail, et en statistique, des avocats et des juges ; des historiens, des écrivains et des journalistes ont fait partie de ce mouvement visant à produire la nouvelle «connaissance sociale» et son utilisation depuis l’état.

40Le libéralisme argentin de cette période allait incorporer la marque de la pensée scientiste en continuant une tradition qui, depuis ses origines, avait fusionné les préoccupations propres à la tradition libérale avec le culte du savoir éclairé et une notion d’autorité qui en découlait. «Le comportement éclairé» de la génération romantique de 1837 avait combiné des éléments du libéralisme avec la certitude que la volonté politique modèle la réalité lorsqu’elle est produite par une élite intellectuelle supérieure, légitimée par son savoir, son intelligence et son originalité intellectuelle43. On relève, à la fin du dix-neuvième siècle, de nouveaux éléments dans la pensée libérale concernant la conception de l’état ou des relations entre état, société et individu mélée à l’habituelle relation établie entre le pouvoir et certains types de connaissance. Le libéralisme traditionnel faisait confiance au savoir éclairé des premiers intellectuels «modernes» de la génération romantique auquel va succéder le libéralisme réformiste du début du vingtième siècle recrutant les détenteurs d’une connaissance scientifique spécialisée pour l’élaboration de politiques publiques efficaces. L’autorité de la connaissance savante a été renforcé par l’autorité de la «connaissance sociale» comme source de légitimité de l’action de l’état. Cela produisit des tensions et des contradictions avec les principes libéraux aussi importantes que celles auxquelles avaient dû faire face les générations précédentes. L’alliance du libéralisme et le savoir spécialisé va converger avec des notions conservatrices sur le pouvoir et l’autorité. Il n’a pas été difficile de passer à un réformisme libéral qui ne se bornait pas à accepter l’intervention de l’Etat , qu’elle fonde désormais sur la nouvelle autorité du «scientisme» des sciences sociales émergentes.

41Cet argument a eu des conséquences pour l’évolution du libéralisme, et il a aussi anticipé l’impact que la professionnalisation des sciences sociales allait avoir sur le débat politique et dans la vie civique en général. Les conséquences de la professionnalisation des intellectuels sur leur rôle dans le débat publique ont été signalées maintes fois. La spécialisation intellectuelle, crée des disciplines qui deviennent des professions acquérant une autonomie institutionnelle, provoque un processus de division de la culture publique. L’ intellectuel recherche davantage la reconnaissance de ses pairs que le dialogue avec un public divers, ce qui conduit à l’isolement et à la fragmentation de la culture publique44. « L’arrogante rationalité» des sciences sociales, signale Wolf Lepenies, a provoqué des réactions qui, en cherchant une place pour les passions et les sentiments, conduisent au culte de l’irrationalisme qui se manifeste dans les mouvements totalitaires45. L’histoire latino-américaine avec ses va-et-vient entre essais technocratiques et réactions populistes, semble illustrer largement cette observation.

42En ce qui concerne l’évolution du libéralisme argentin, on peut s’interroger sur les effets de l’élitisme « scientiste », sur une tradition qui était déjà fortement marquée par des notions d’ordre et d’autorité qui ont généré des tensions difficiles à résoudre. Tulio Halperín Donghi a signalé l’étrange paradoxe qui apparaît dans la comparaison entre les libéralismes mexicain et argentin: alors qu’au Mexique, dans une société qui semblait beaucoup plus marquée par l’autoritarisme et l’inégalité, le libéralisme est devenu une sorte d’idéologie nationale qui a pu transcender différents régimes et acteurs, en Argentine, un pays «né libéral» le libéralisme s’est vu réduit à une expression minoritaire au vingtième siècle, étant répudié précisément par manque d’une dimension nationaliste. Ce déclin du libéralisme argentin, conclut Halperín, ne s’explique pas seulement par l’épuisement d’une conjoncture historique favorable à laquelle ce courant s’était identifié mais aussi par le contexte dans lequel le libéralisme s’est incarné dans l’expérience politique argentine46.

43L’une des caractéristiques de l’implantation du libéralisme en Argentine a été sa rare capacité pour trouver une assise populaire semblable à celle du libéralisme mexicain sans ce confondre avec un message nationaliste. En Argentine, la longue tradition du libéralisme a constitué le credo de groupes choisis, légitimés par leur capacité intellectuelle supérieure leur donnant pour «mission» de concevoir et contrôler les institutions grâce à la nouvelle «connaissance sociale» dans les décennies suivantes. L’élitisme intellectuel et l’attachement à une notion d’autorité, très centralisée, sont les caractéristiques que le libéralisme argentin fut incapable d’abandonner, ce qui allait contribuer à marginaliser l’univers des idées politiques argentines tout le long du vingtième siècle.

Inicio de página

Notas

1 Ira Katznelson, «Knowledge about What ? Policy Intellectuals and the New Liberalism », dans Dieter Rueschmeyer and Theda Skocpol, editors, States, Social Knowledge, and the Origins of Modern Social Policies, Princeton University Press, 1996, p. 18; Sanford Elwitt, The Third Republic Defended. Bourgeois Reform in France 1880-1914, Baton Rouge, Louisiana State.
2 Pour des considérations similaires sur la façon d’étudier le constitutionnalisme latino-américain, cf. José Antonio Aguilar Rivera, En pos de la quimera. Reflexiones sobre el experimento constitucional atlántico, México: FCE, 2000, p. 11-13.
3 Une approche à ce sujet pour le cas argentin dans Eduardo Zimmermann, Los liberales reformistas. La cuestión social en la Argentina 1890-1916, Buenos Aires, Sudamericana/Universidad de San Andrés, 1995. La bibliographie sur les «nouveaux libéralismes» européens et nord-américains est vaste. Pour le cas britannique surtout, Michel Freeden, The New Liberalism. An Ideology of Social Reform, Oxford, Clarendon Press, 1978; Peter Clark, Liberals and Social Democrats, Cambridge, CUP, 1978 ; Stefan Collini, Liberalism and Sociology. L.T.Hobhouse and Political Argument in England, 1880-1914, Cambridge, CUP, 1979; pour le nouveau libéralisme français, William Logue, From Philosophy to Sociology. The Evolution of French Liberalism, 1870-1914, Louisiana State University Press, 1983; Sanford Elwitt, The Third Rebublic Defended. Bourgeois Reform in France 1880-1914, Louisiana State University Press, 1986. Pour le cas espagnol, Manuel Suárez Cortina, El reformismo en España, Madrid, Siglo XXI, 1986; Jorge Uría (comp), Institucionismo y reforma social en España, Madrid, Talasa, 2000. Pour les rapports entre la pensée européenne et le mouvement progressiste nord-américain, James Kloppenberg, Incertain Victory. Social Democracy and Progressivism in European and American Thought, 1870-1920, Oxford OUP, 1986, et Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossing. Social Politics in a Progressive Age, The Belknap Press of Harvard University Press, 1998.
4 Ira «Katznelson, «Knowledge about What ? Policy Intellectuals and the New Liberalism», dans Dieter Rueschmeyer and Theda Skocpol, ed., States, Social Knowledge and the Origins of Modern Social Policies , Princeton University Press, 1996; Bjorn Wittrock, «The modern university: the three transformations», dans Sheldon Rothblatt and Bjorn Wittrock, The European and American university since 1800. Historical and sociological essays, Cambridge University Press, 1993; et Bjorn Wittrock, Peter Wagner, and Helmut Wollmann, «Social Sciences and the modern state: policy knowledge and political institutions in Western Europe and the United States», dans Peter Wagner, Carol Hirschon Weiss, Bjorn Wittrock, and Helmut Wollmann, eds., Social Sciences and Moderns States. National Experiences and Theorical Crossroads, Cambridge University Press, 1991. Pour une étude sur les racines intellectuelles du «scientisme» dans la connaissance de la société, cf. F.A.Hayek, The Counter-Revolution of Science Studies on the Abuse of Reason, Indianapolis, Liberty Press, 1979 [1952], et sur les transformations de la signification de « ce qui est social » et ses rapports avec la pensée libérale classique, F.A. Hayek, «What is ‘Social’? - What Does it Mean?», dans Studies in Philosophy, Politics and Economics, Chicago,The University of Chicago Press, 1967, p. 237-247.
5 Pour une interprétation sur la «convergence» de différents courants de philosophie et de théorie sociale et politique vers la fin du dix-neuvième siècle cf. Thomas Haskell, The Emergence of Professional Social Science : The American Social Science Association and the Nineteenth Century Crisis of Authority, The Johns Hopkins University Press, 2000, première édition de 1977, «  Introduction : What Happened in the 1890’s? », p. 1-23. Sur les différents débats surgis autour de l’opposition individualisme-collectivisme dans la pensée sociale et politique au moment du changement de siècle cf. Stefan Collini, Liberalism and Sociology. L.T.Hobhouse and Political Argument in England, 1880-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1979, chap. 1, pp. 13-50. Pour une étude sur les rapports des changements en philosophie et théorie politique qui ont donné origine à la via media entre ces deux termes cf. James T. Kloppenberg, Uncertain Victory. Social Democracy and Progressivism in European and American Thought, 1870-1920, Oxford, Oxford University Press, 1986.
6 Le livre de Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings. Social Politics in a Progressive Age, The Belknap Press of Harvard University Press, 1998 est une brillante étude sur ces rapports entre l’Europe et les Etats-Unis. Un antécédent à ce type d’étude se trouve dans l’analyse du «transfert de technologie sociale» entre l’Allemagne et la Grande Bretagne faite par E.P. Hennock, British Social Reform and German Precedents. The Case of Social Insurance 1880-1914, Oxford, Clarendon Press, 1987. Pour des considérations similaires sur l’importance de ces processus d’imitation et d’adaptation de plans, de projets et de législation internationaux du cas argentin cf. Eduardo Zimmermann, Los liberales reformistas, p. 15-16, et plus récemment, Eduardo Elena, «Imagining a New Argentina : The Internationalism of Argentine Social Reform in the 1930s and 1940s», travail présenté au congrès de la Latin America Studies Association, Dallas, 2003.
7 Mauricio Tenorio Trillo, «Stereophonic Scientific Modernisms : Social Science between Mexico and theUnited States, 1880s-1930s», The Journal of American History, vol. 86, nº. 3, 1999, p. 1161.
8 Pour une analyse de cette conjoncture cruciale dans l’évolution des universités en Occident, Harold Perkin, «The historical perspective», dans Burton R. Clark, éd., Perspectives on Higher Education. Eight Disciplinary and Comparative Views, Berkeley, University of California Press, 1984; et sur «l’âge d’or des professeurs universitaires», cf. Christophe Charle, Los intelectuales en el siglo XIX. Precursores del pensamiento moderno, Siglo XXI de España, 2000.
9 Christophe Charle, Los intelectuales en el siglo XIX, p. 126-127. Pour les antécédents de ces débats dans l’histoire européenne, L. O’Boyle, «The Problem of an Excess of Educated Men in Western Europe 1800-1850», The Journal of Modern History 42, 1970. Pour des débats similaires sur le nombre « excessif » de juristes et de lettrés en Amérique latine et en Argentine au dix-neuvième siècle, cf. Víctor M. Uribe, «Colonial Lawyers, Republican Lawyers and the Administration of Justice in Spanish America», et Eduardo Zimmermann, «The Education of Lawyers and Judges in Argentina’s Organización Nacional (1860-1880), tous deux dans E. Zimmermann, (ed), Judicial Institutions in Nineteenth Century Latin America, Londres, Institute of Latin America Studies, 1999, et pour les débats sur l’éducation lettrée et l’éducation «pratique», Frank Safford, The Ideal of the Practical. Colombia’s Struggle to Form a Technical Elite, Austin, The University of Texas Press, 1976.
10 Rolf Torstendahl, »The transformation of professional education in the nineteenth century », dans Sheldon Rothblatt and Bjorn Wittrock, The European and American university since 1800. Historical and sociological essays, Cambridge University Press, 1993. Sur le processus d’institutionnalisation des sciences sociales en France, cf. Terry Nichols Clark, Prophets and Patrons : The French University and the Emergence of the Social Sciences, Harvard University Press, 1973, et Christian Topalov, «Nouvelles spécialités», dans C.Topalov, Laboratoire du Nouveau Siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Éditions de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999, p. 419-459 ; pour le cas des Etats-Unis, Thomas Haskell, The Emergence of Professional Social Science : The American Social Science Association and the Nineteenth Century Crisis of Authority, The Johns Hopkins University Press, 2000, première édition de 1977, et Dorothy Ross, The Origins of American Social Science, Cambridge University Press, 1991. Pour une analyse comparative, Peter Wagner, Bjorn Wittrock and Richard Whitley, Discourses on Society. The Shaping of the Social Science Disciplines, Kluwer Academic Publishers, 1991.
11 Marcelo Montserrat, «La mentalidad evolucionista : una ideología del progreso », dans Gustavo Ferrari y Ezequiel Gallo, eds., La Argentina del Ochenta al Centenario, Buenos Aires, Sudamericana, 1980.
12 Charles A. Hale, «The Reconstruction of Nineteenth-Century Politics in Spanish America: A Case for the History of Ideas», Latin American Research Review vol. viii, Nº. 2, 1973; «Political and Social Ideas in Latin America, 1870-1930», The Cambridge History of Latin America vol. IV; et The Transformation of Liberalism in Late Nineteenth-Century Mexico, Princeton, Princeton University Press, 1989. Sur liberté et ordre en Amérique latine au dix-neuvième siècle cf. aussi Natalio Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Sudamericana, 1984; Tulio Halperín Donghi, «Una Nación para el desierto argentino », dans Proyecto y Construcción de una Nación, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1980; José Luis Romero, « El pensamiento conservador latinoamericano en el siglo XIX», dans José Luis Romero y Luis Alberto Romero eds., Pensamiento Conservador 1815-1898, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1978, p. ix-xxxviii; Vincent C. Peloso and Barbara A. Tenenbaum, editors, Liberals, Politics, and Power. State Formation in Nineteenth-Century Latin America, Athens and London, The University of Georgia Press, 1996, introduction et Frank Safford, « Politics, ideology and society », in Leslie Bethell, (éd.) Spanish America after Independence c.1820-c.1870, Cambridge University Press, 1987, p. 85-86.
13 Sur l’influence de la constitution chilienne de 1833 sur la pensée d’Alberdi, cf. N. Botana, La Tradición Republicana, op. cit.; sur le régime de Portales et la sanction de la constitution chilienne, cf. S. Collier, Ideas and Politics of Chilean Independence 1808-1833, Cambridge, Cambridge University Press, 1967.
14 Sur la pensée des présidents Roca, Juárez Celman et Pellegrini à ce sujet cf. leurs «Mensajes de Apertura al Congreso», de 1886,1892,1899, 1901 et 1902, dans H. Mabragaña, Los Mensajes, Buenos Aires, 1910, vols. 4, 5 et 6. Une analyse plus détaillée du discours politique sur le progrès et la politique pendant cette période dans Paula Alonso «En la primavera de la historia. El discurso político del roquismo en la década del ochenta a través de su prensa », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana Dr. E. Ravignani, 3ème série, Nº. 15, 1997. Dans Charles Hale, The Transformation of Liberalism, on étudie le développement d’une opposition similaire entre «administration» et «politique» dans la pensée des «scientifiques» mexicains de la fin du siècle dernier.
15 Une révision des différentes positions sur ces thèmes on peut la trouver dans E. Zimmermann, Los liberales reformistas, op. cit., chap. 2, pp. 41-67.
16 Tulio Halperín Donghi, «Argentina : Liberalism in a Country Born Liberal», dans Joseph L. Love et Nils Jacobsen éd., Guiding the Invisible Hand. Economic Liberalism and the State in Latin America History, New York, Praeger Publishers, 1988, p. 105.
17 Pour une analyse comparative de ce trait dans les régions appelées d’implantation récente, cf. John Fogarty, «Social Experiments in Regions of Recent Settlement : Australia, Argentina and Canada», dans D.C.M. Platt compilateur, Social Welfare 1850-1950, Londres : MacMillan, 1989, pp. 179-199.
18 Pour le rôle joué par la génération du 37, cf. Jorge Myers, «La revolución en las ideas : la generación romántica de 1837 en la cultura y la política argentinas», dans Noemí Goldman (direction), Revolución, república, confederación (1806-1852), tome III de la Nueva Historia Argentina, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1998. Une interprétation déjà classique sur la modernisation et le professionnalisme des écrivains, la constitution d’un domaine intellectuel et le surgissement de nouvelles formes de sociabilité parmi les intellectuels argentins du début du vingtième siècle dans Carlos Altamirano et Beatriz Sarlo, «La Argentina del Centenario : Campo intelectual, vida literaria y temas ideológicos», dans Ensayos argentinos. De Sarmiento a la vanguardia, Buenos Aires, CEAL, 1983. Pour une comparaison avec des expériences similaires en Amérique latine, Julio Ramos, Desencuentros de la modernidad. Literatura y política en el siglo XIX, Mexico : FCE, 1989.
19 Paula Bruno, Paul Groussac entre dos siglos. Un maestro sin discípulos, Thèse de mastère, Programme d’études doctorales en Histoire, Université de San Andrés, 2002, pp. 45-57. Je souligne. Osvaldo Saavedra, «Partidos y programas. El socialismo», Revista Argentina de Ciencias Políticas, vol VIII, 1914, pp. 35-43. Sur les intellectuels et le rapport entre culture lettrée, politique et état cf. aussi Miguel Dalmaroni, «Escritores argentinos y políticas del Estado liberal durante la modernización (1888-1917)», Université de San Andrés, Foro de Crítica Cultural, avril 2003 ; et Graciela Beatriz Bosch, Confrontaciones discursivas dans la «Revista Argentina de Ciencias Políticas». Regeneracionismo y reformismo en Argentina, fines del siglo XIX y principios del XX, Thèse de mastère, Faculté Latino-Américaine des Sciences Sociales, 2001.
20 Tulio Halperín Donghi, Historia de la Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires: Eudeba, 2e édition, 2002, p. 97-99.
21 Pablo Buchbinder, Historia de la Facultad de Filosofía y Letras, Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires, Eudeba, 1997, pp. 21-33; Darío Roldán, Joaquín V. González, a propósito del pensamiento político liberal (1880-1920), Buenos Aires, CEAL, 1993, p. 101-105.
22 Juan Agustín García dans lettre à Manuel Láinez sur la grève des étudiants de la Faculté de Droit de 1904, dans Juan Agustín García, Obras Completas, Buenos Aires, Ediciones Antonio Zamora, 1955, vol. II,pp. 1386-87. Déjà en 1899 García avait signalé les universités comme l’instrument qui devait modifier le caractère excessivement utilitaire de l’Argentine. «Los universitarios. Discurso pronunciado en la colación de grados del 8 de julio de 1899. » Ibid., vol. I, p. 531.
23 Cf. l’introduction à Fernando Devoto et Marta Madero (dir), Historia de la vida privada en Argentina, tome II, Buenos Aires, Taurus, 1999, pour quelques considérations sur ce trait particulier du souci civilisateur de la part de l’élite argentine de cette période-là.
24 Sur ces polémiques, Oscar Terán, Vida intelectual en el Buenos Aires fin-de-siglo (1880-1910). Derivas de la «cultura científica», Buenos Aires, FCE, 2000; Paula Bruno, Paul Groussac entre dos siglos…, op. cit., et E. Zimmermann, Los liberales reformistas, op. cit. Dans son discours prononcé au moment d’assumer la charge de doyen Miguel Cané avait blâmé la prétention de»promouvoir déjà comme une science, avec ses lignes fixes et immuables, un ensemble d’hypothèses ou de constations empiriques, et dire sociologie, avec le même sens que l’on utilise pour algèbre ou mécanique. (…) ne croyons pas que si nous nous remplissons la bouche avec des mots nous parvenons à remplir le cerveau avec des idées.». Miguel Cané «El espíritu universitario y el método científico», dans Discursos y conferencias, Buenos Aires: «La Cultura Argentina», 1919, p. 32. Cf. aussi Paul Groussac, «La paradoja de las « ciencias sociales», La Biblioteca, año I, vol. II, septembre-décembre 1896, pp. 309-320. La défense de Quesada du statut scientifique de la nouvelle discipline on peut la trouver dans Ernesto Quesada, «La Sociología. Carácter científico de su enseñanza », Revista de la Universidad de Buenos Aires, vol III, 1905.
25 De la même façon le processus de création et d’expansion des statistiques et des recensements nationaux a contribué non seulement à mesurer «scientifiquement» cette réalité nationale mais aussi à consolider une image du développement historique argentin qui consolidait fortement quelques-unes des visions qu’en avaient les élites dirigeantes. Pour l’étude et l’analyse des recensements nationaux et des statistiques argentines, les travaux les plus importants sont ceux d’Hernán Otero, «Estadística censal y construcción de la nación. El caso argentino, 1869-1914», Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana «Dr. Emilio Ravignani», nº 16-17, 1997-1998; et Hernán González Bollo, Para medir el progreso de la Argentina moderna. Formación y consolidación de una burocracia estadística nacional en el Estado conservador, Thèse de Mastère, Programme d’études post-doctorales et Mastère en Histoire Argentine et Contemporaine, Université Torcuato Di Tella, 2000.
26 Le fait de récupérer la contribution d’idées et de nouvelles formes de connaissance dans les processus de formation des politiques publiques n’entraîne pas la négation du rôle représenté par les conflits sociaux et par les acteurs de ces conflits dans ce processus. Par exemple, sur le rôle que la conduite conflictuelle des organisations ouvrières et de l’anarchisme ont eu dans les initiatives des élites dirigeantes argentines face au «problème ouvrier», cf. E. Zimmermann, Los liberales reformistas, pp.11-14, 131-137, 150-161. La production académique sur ces processus s’est penchée davantage sur l’étude exclusive de ces traits «conflictuels» et a laissé étrangement de côté l’analyse des mécanismes de création et de diffusion de ces nouvelles formes de connaissance qui ont affecté le contenu et le style des politiques de l’état. Cf. comme exemples, Juan Suriano, «Introducción : una aproximación a la definición de la cuestión social en Argentina», dans Juan Suriano, compilateur, La cuestión social en Argentina 1870-1943, Buenos Aires: Editorial La Colmena, 2000, pp. 10-26; et Ernesto Isuani, Los orígenes conflictivos de la seguridad social argentina, Buenos Aires: CEAL, 1985.
27 Pour plus de détails, E. Zimmermann, Los liberales reformistas, pp. 70-74.
28 Ernesto Quesada, «La Sociología. Carácter científico de su enseñanza», Revista de la Universidad de Buenos Aires, vol III, 1905, p. 34; Ernesto Quesada, Herbert Spencer y sus doctirnas sociológicas, Buenos Aires: Librería de J. Menéndez, 1907, p. 58.
29 Sur les collaborations entre groupes libéraux et socialistes durant cette période, E. Zimmermann, Los liberales reformistas, pp. 55-60.
30 Paul Groussac, «La paradoja de las «ciencias sociales», La Biblioteca, an I, vol. II, septembre-décembre 1896, pp.309-320; Juan Agustín García, Introducción al Estudio de las Ciencias Sociales Argentinas (1899),p. 89-90; Marco Avellaneda, «Nuestros problemas. Necesidad de estudiarlos con un criterio nacionalista.» (1901), dans Del camino andado, Economia Social Argentina, Buenos Aires, Cooperativa Editorial, 1919, p. 24; E. Quesada, El problema nacional obrero y la ciencia económica, La Plata, 1907, p. 6. Pour d’autres exemples de ce point de vue cf. aussi Raúl Orgaz, La sociología como ciencia nacional, Atlántida, vol. VI, 1912, pp. 337-349.
31 Juan José Díaz Arana, Sumario de las clases de Economía Política, Buenos Aires, 1908, p. 17. Díaz Arana suivait presque littéralement Ashley : cf. William J. Ashley, An Introduction to English Economic History and Theory (1888-1893) 2 vols., N. York: Augustus M. Kelley, 1966, pp. ix-xii.
32 Ernesto Quesada, La enseñanza de la historia en las universidades alemanas, La Plata, 1910, p. 556. Quesada remarquait aussi les apports institutionnels de l’historiographie allemande. Par exemple, sur la façon d’organiser l’enseignement de l’histoire dans les universités argentines, Quesada recommandait avec ferveur le système de séminaires «à l’allemande» (il corrigeait Estanislao Zeballos qui s’y opposait) et suggérait à l’Université de La Plata la création d’un Institut d’Histoire Universelle imitant l’institution que Karl Lamprecht (à qui il a dédié le livre) avait créé à l’Université de Leipzig. Cf. La enseñanza de la historia, pp. 1034-1148. Sur l’influence de Lamprecht dans la pensée de Quesada cf. Lewis Pyenson, «Uses of Cultural History : Karl Lambrecht in Argentina», Proceedings of the American Philosophical Society, 146 (2002), pp. 235-55. Sur le processus d’institutionnalisation de l’historiographie argentine, cf. Fernando Devoto, (comp), La historiografía argentina en el siglo XX, Buenos Aires , Centro Editor de América Latina, 1993; Alejandro Cattaruzza et Alejandro Eujanián, Políticas de la historia . Argentina 1860-1960, Buenos Aires: Alianza Editorial, 2003.
33 E. Zimmermann, Los liberales reformistas, pp. 83-91 sur ces caractéristiques du début des sciences sociales argentines. Pour le ‘défi historiciste’ dans le développement des sciences sociales aux Etats-Unis, Dorothy Ross, The Origins of American Social Science, p. 106-122.
34 Eduardo Zimmermann, «Racial Ideas and Social Reform. Argentina, 1890-1916», Hispanic American Historical Review, vol 72, 1, 1992; Zimmerman, Los liberales reformistas, pp. 127-131. Sur l’histoire de la criminalité en Amérique latine, Carlos Aguirre et Robert Buffington, éds., Reconstructing Criminality in Latin America, Wilmington, DE : SR Books, 2000; Ricardo D. Salvatore, Carlos Aguirre et Gilbert M. Joseph, éds., Crime and Punishment in Latin America, Durham University Press, 2001.
35 Sur ces développements dans la doctrine légale française, cf. Ruth Harris, Murders and Madness. Medicine, Law and Society in the Fin de Siècle, Oxford: Clarendon Press 1989, pp. 105-120. Pour l’évolution de cette doctrine durant la période en Argentine, E. Zimmermann, Los liberales reformistas, pp. 93-94, 194-195 ; pour le rôle des juges en tant qu’interprètes de ce point, Line Schjolden, «Rethinking State-Labor Relations : Workers and the Courts in Argentine, 1900-1943», travail présenté au congrès de la Latin America Studies Association, Dallas, Texas, 2003 ; et sa thèse doctorale Suing for Justice : Labor and the Courts in Argentina, 1900-1943, University of California, Berkeley, 2002.
36 Sur les origines de la science politique en Argentine cf. Pablo Bulcourf et Martin D’Alessandro, «La ciencia política en la Argentina. Desde sus comienzos hasta los años 80», Revista de Ciencias Sociales, Universidad Nacional de Quilmes, nº. 13, novembre 2002. Sur les différentes formes qu’a pris le projet d’une science politique en Grande Bretagne au dix-neuvième siècle, Stefan Collini, Donald Winch et John Burrow, That noble science of politics. A study in nineteenth-century intellectual history, CUP, 1983. Pour les origines de la discipline aux États-Unis, John G. Gunnell, «In search of the state : Political Science as an emerging discipline in the U.S.», dans Wagner, Wittrock and Whitely, Discourses on Society. p. 123-161.
37 Sur les «gouvernements électeurs» en Argentine au moment du changement de siècle, Botana, El orden conservador, pp. 65-81. Sur la «logique patrice» présente dans l’idée de représentation politique et opinion publique en Amérique latine au XIXème siècle, François-Xavier Guerra, «Las metamorfosis de la representación en el siglo XIX», dans Georges Couffignal, compilateur, Democracias posibles. El desafío latinoamericano, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1994, et Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Mexico, Editorial Mapfre/Fondo de Cultura Económica, 1993, p. 269-274. Sur opinion publique et presse politique en Argentine au début du siècle, E. Zimmermann, «La prensa y la oposición política en la Argentina de comienzos de siglo. El caso de La Nación y el Partido Republicano», Estudios Sociales, Año 8, Nº 15, 1998.
38 José Nicolás Matienzo, «Los deberes de la democracia», Revista Argentina de Ciencias Políticas, vol. VIII, 1914.
39 Jorge Myers, «La ciencia política argentina y la cuestión de los partidos políticos: discusiones en la Revista Argentina de Ciencias Políticas (1910-1916) » et Eduardo Zimmermann, «José Nicolás Matienzo en la Revista Argentina de Ciencias Políticas: Opinión pública y reforma institucional en la Argentina de comienzos de siglo», dans Darío Roldán, (ed), El debate político en la Argentina a principios del siglo XX. La Revista Argentina de Ciencias Políticas y el momento del Centenario, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2004, sous presse). Sur le rapport entre politique et connaissance illustrée dans la RACP cf. aussi Graciela Beatriz Bosch, Confrontaciones discursivas en la «Revista Argentina de Ciencias Políticas». Regeneracionismo y reformismo en Argentina, fines del siglo XIX y principios del XX, Thèse de mastère, Faculté Latino-américaine des Sciences Sociales, 2001.
40 Leopoldo Maupas, «Trascendencias Políticas de la Nueva Ley Electoral», Revista Argentina de Ciencias Políticas, Tome IV, 1912, cité par Myers, «La ciencia política argentina...».
41 Natalio Botana, El orden conservador. La política argentina entre 1880 y 1916, Buenos Aires, Sudamericana, 1979, p. 282.
42 Sur ces projets cf. Eduardo Zimmermann, Los liberales reformistas, chap. 8 et 9.
43 Jorge Myers, «La revolución en las ideas…» pp. 390, 411.
44 Thomas Bender, «The Cultures of Intellectual Life : The City and the Professions», dans Thomas Bender, Intellect and Public Life. Essays on the Social History of Academic Intellectuals in the United States, The Johns Hopkins University Press, 1993. Pour le cas argentin, comme exemple de la validité de ces préoccupation, cf. les débats sur l’historiographie argentine et sa pauvre participation au débat public contemporain dû à la spécialisation et au professionnalisme. On trouve quelques remarques à ce sujet dans le livre d’entrevues de Roy Hora et Javier Trímboli, Pensar la Argentina. Los historiadores hablan de historia y de política, Buenos Aires : El cielo por asalto, 1994.
45 Wolf Lepenies, Between Literature and Science : the Rise of Sociology, Cambridge University Press, 1988, p.14.
46 Tulio Halperín Donghi, «Liberalismo argentino y liberalismo mexicano : dos destinos divergentes», dans El espejo de la historia. Problemas argentinos y perspectivas latinoamericanas, Buenos Aires, Sudamericana, 1987; Tulio Halperín Donghi, « Argentina: Liberalism in a Country Born Liberal », dans Joseph L. Love et Nils Jackobsen Eds., Guiding the Invisible Hand. Economic Liberalism and the State in Latin America History, New York, Praeger Publishers, 1998. Sur le libéralisme argentin au vingtième siècle cf. Ezequiel Gallo, «Las ideas liberales en Argentina», dans Anibal Iturrieta Ed., El pensamiento político argentino contemporáneo, Buenos Aires: GEL, 1994; Eduardo Zimmermann, «La idea liberal», dans Carlos Altamirano (éd.), La Argentina en el siglo XX, Buenos Aires: Ariel 1999; Jorge Alfredo Nállim, The Crisis of Liberalism in Argentina, 1930-1946, thèse doctorale, University of Pittsburgh, 2002.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Eduardo Zimmermann, « Libéralisme et sciences sociales en Argentine à la fin du dix-neuvième siècle :des Lumières à la nouvelle «connaissance sociale» », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 26 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/1102

Inicio de página

Autor

Eduardo Zimmermann

Universidad de San Andrés (Buenos Aires - Argentina)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org