Navegación – Mapa del sitio

L’héritage problématique du libéralisme argentin

Tulio Halperín Donghi

Entradas del índice

Mots-clés :

Argentine, libéralisme
Inicio de página

Texto completo

1Le libéralisme occupe-t-il une place importante dans l’héritage des idées et des idéologies que l’Argentine a accumulé le long de son expérience historique ? Il y a soixante-dix ans la réponse positive paraissait si évidente que l’idée même de formuler cette question aurait eu quelque chose d’absurde dans un pays où le plus distingué porte-parole intellectuel du marxisme-léninisme pouvait proclamer «par mes ascendants, mon éducation et ma culture, je me sens enraciné avec fierté dans la tradition libérale de ma terre natale»1, tandis que ceux du catholicisme anti-moderne attribuaient à une faveur très spéciale de la Providence le fait que leur prédication, commençait à ouvrir quelques brèches infimes dans la fermeté inébranlable de la tradition passionnément revendiquée depuis l’autre bord idéologique par Aníbal Ponce. De son côté, le sénateur conservateur Matías Sanchez Sorondo, ayant déjà perdu l’espoir de rompre la barrière d’indifférence que ses collègues et coreligionnaires avaient dressée contre ses invitations passionnées à faire entrer l’Argentine dans l’école du fascisme montant, percevait, derrière cette forte négative à reconnaître les signes qui annonçaient partout la naissance d’un nouvel ordre, le poids écrasant avec lequel continuait à graviter l’héritage d’un passé où l’image de la patrie s’était identifiée dans l’imaginaire des Argentins avec celle de «la Liberté en personne coiffée de bonnet rouge et habillée en bleu et blanc, telle qu’on la représente dans les gravures populaires»2.

2En revanche, formulée aujourd’hui, cette question n’a rien d’absurde. Ce n’est pas qu’en Argentine tous les héritages idéologiques, provenant d’un passé que la transition vertigineuse que vit aujourd’hui le monde fait apparaître davantage lointain, pèsent de moins en moins: lorsque l’héritage libéral était déjà fièrement revendiqué par Aníbal Ponce, les prophètes du retour au Moyen-Age voyaient juste lorsqu’ils percevaient que l’obstacle que cet héritage soulevait sur son chemin commençait à paraître moins écrasant. Et bien que -comme on pouvait d’ailleurs l’attendre dans un pays aussi extraverti que l’Argentine- la prise de distance face à l’héritage du libéralisme s’exprimât dans des termes qui reflétaient de très près les modifications dans le climat des idées en vigueur dans le Vieux Monde, il n’en était pas moins vrai qu’en même temps affleuraient à travers elle des tensions que la version argentine du libéralisme traînait depuis ses origines, mais dont les conséquences n’ont vu le jour que lorsque fut achevée la pleine instauration de la démocratie appelée à ajouter la dernière touche à la construction d’un pays nouveau sous le signe libéral.

3Une des sources de ces tensions avait été partagée par toutes les expériences libérales latino-américaines. En effet, déjà dans ce qui n’était pas encore l’Argentine on avait commencé à trouver valable la caractérisation présentée par Andrés Bello concernant la double tâche que l’Amérique Latine, sans en être totalement consciente, s’était imposé dès qu’elle dans la lutte pour l’indépendance: alors que l’indépendance était une exigence profondément ressentie par les sociétés qui se lançaient dans la lutte, il n’en était pas de même pour les demandes libérales de transformation du cadre social, institutionnel et politique que le mouvement avait inscrit sur ses drapeaux. La conséquence en était que le triomphe du libéralisme exigeait comme condition préalable la formation d’une nouvelle société apte à reconnaître ses idéaux comme propres. Lorsqu’on examine, en effet, à quoi faisait référence le libéralisme naissant en Amérique Latine à la fin de l’étape guerrière de la révolution (au moment où il proclamait que la victoire sur l’Espagne n’aurait pas été complétée tant que les caractéristiques qui perpétuaient dans les nouvelles nations l’héritage économique, social et culturel de l’ancienne métropole n’auront pas été effacées), on découvre que la liste des transformations pressantes aurait pu être justifiée aussi en invoquant l’urgence pour compléter les réformes du despotisme éclairé.

4Mais bien vite cependant, ceux qui réfléchissaient aux problèmes posés par l’instauration d’un nouvel ordre libéral sur les ruines de l’héritage de l’empire espagnol, ont remarqué que la question ne se posait pas exactement dans ces termes. Pendant qu’en 1838 Echeverría, en convoquant à la lutte contre l’ancienne Espagne -qui continuait à gouverner spirituellement les nations émancipées, avait adopté les termes courants de toute l’Amérique Latine ; en 1845, Sarmiento propose déjà un diagnostic plus complexe des maux argentins : d’une part, reprenant Echeverría, il évoque «la conscience nationale, intime, plébéienne laissée par l’Inquisition et l’absolutisme hispanique»; de l’autre -après avoir attribué une plus grande influence à «la configuration du terrain et aux habitudes que cela génère»- il souligne «l’influence des idées opposées qui ont bouleversé le monde politique» notamment «la démocratie consacrée par la révolution de 1810» et «l’égalité, dont le dogme à pénétré jusqu’aux couches inférieures de la société»3.

5Sarmiento a donc remarqué que, alors que pour le reste de l’Amérique Latine les défis qu’affronte le projet libéral proviennent d’une société trop statique qui résistait aussi passive qu’obstinément tous les efforts pour la transformer, en Argentine, en revanche, ceux qui veulent imposer un nouvel ordre libéral doivent affronter les réactions d’une société trop mobile et indisciplinée, capable de s’approprier à sa façon des «idées qui ont transformé le monde politique» et d’en faire des obstacles encore plus redoutables que l’héritage de l’absolutisme et l’Inquisition. Cette découverte, que d’autres avaient déjà fait ailleurs, est celle des conséquences que pose, pour l’implantation du projet libéral, un trait de ce que l’on se plaisait à appeler alors la sociabilité dans les régions du Río de la Plata. En 1842, par exemple, le général San Martín se plaignait du manque de respect qu’il trouvait dans la région du Plata par contraste avec celui que la plèbe chilienne démontrait envers ses supérieurs4. Dix ans plus tôt, Rosas avait justifié son option en faveur du fédéralisme en invoquant l’absence dans ces mêmes régions du profil de société fortement hiérarchique qui avait permis au Chili d’adopter un régime centralisé5. Si les conséquences déduites par San Martín et Rosas de ce trait divergent de celles qu’allait proposer Sarmiento, tous les trois coïncident néanmoins dans la caractérisation de ce trait : avant que l’Argentine n’apparaisse comme une nation, la société avait déjà créé une sociabilité démocratique.

6Pour ceux qui, en Argentine, avaient adopté comme propre le projet libéral, ce trait de la démocratie – dans laquelle ils reconnaissaient tout comme leurs camarades du reste de l’Amérique Latine, le but de leur effort- constituait un danger qui guettait le chemin vers ce but. Même Echeverría, qui pourtant en 1838 avait fait de «Démocratie» un des trois «mots symboliques» sous l’invocation desquels il avait mis le Credo de la Joven Generación Argentina, allait trouver dix ans plus tard, que la concession du «suffrage et la lance au prolétaire» avait été l’erreur fatale qui, commise par la faction unitaire, avait ouvert le chemin à la dictature de Rosas. Et même après que l’étape «rosista» fut enfin révolue et que l’Argentine entama la construction d’une nouvelle société et d’un nouvel état, Bartolomé Mitre proclamait qu’il fallait faire de la démocratie, déjà imposée par l’instinct à la fois aveugle et clairvoyant des masses, le principe inspirateur d’un ordre institutionnel qui ne pouvait provenir que d’une élite capable de traduire le langage de l’instinct à celui de la raison. Cette conviction, pourtant, ne l’empêchait pas de célébrer qu’en brandissant la lance en 1820, les masses argentines avaient mis irrévocablement le pays naissant sur le chemin de la démocratie.

7La tâche ainsi définie par Mitre accordait à la démocratie le rôle principal, à la fois dans le passé et l’avenir de l’Argentine, mais pas dans le présent. Au moment où il écrivait, le devant de la scène devait être occupé d’une part, par une élite consacrée à construire pour elle-même un solide foyer institutionnel, et de l’autre, par des masses qui, portées par leur instinct toujours sûr, sauraient s’aligner derrière ceux qui seraient devenus leurs plus fidèles interprètes. Sarmiento, en revanche, attribuait à ces mêmes masses un rôle différent de celui que Mitre leur réservait quoique tout aussi subordonné. Dans ces guides, il ne voyait pas des interprètes mais des précepteurs des masses qui devaient être éduquées afin d’exercer sans danger la souveraineté que le nouveau cadre institutionnel leur reconnaissait. L’un et l’autre discernaient très bien que l’étape qui s’ouvrait demanderait aux masses argentines la disposition – qui leur avait manqué jadis - à accepter d’être guidées par ceux qui dirigeraient cette énorme transformation. Néanmoins, si Mitre espérait que ces guides auraient déjà appris à interpréter avec tant de précision les ambitions des masses argentines que celles-ci reconnaîtraient de bon gré comme propres les directives qu’elles recevraient d’eux, Sarmiento était plus près de reconnaître que, à cause de l’expérience accumulée par ces mêmes masses sous le gouvernement de Rosas, il serait plus facile de maîtriser les réactions6.

8Sarmiento n’atteignait pas cependant, la franchise brutale de Juan Bautista Alberdi qui célébrait l’héritage le plus riche de l’expérience «rosiste» : l’éducation minutieuse par la terreur. Cette éducation rendait superflue de craindre que les turbulences auxquelles les masses avaient été confrontées ne transforment l’expérience constitutionnelle inaugurée après la chute du dictateur en une guerre civile comme celles qui avaient frustré les deux précédentes7. Précisément, en se fiant à cette situation, Alberdi s’était décidé à proposer dans ses «Bases» un programme national pour l’étape qui s’ouvrait. Celui-ci comportait un projet de constitution destiné à fournir le cadre institutionnel pour la nouvelle étape qu’il appelait celle de la république possible. Protégés par un monarque avec un masque républicain, des immigrants et des capitaux d’outre-mer seraient convoqués à collaborer avec la construction des bases matérielles, économiques et culturelles qui feraient de cette république possible un pays capable de vivre enfin dans le cadre d’une vraie république, dont la vie politique et institutionnelle allait être dirigée finalement par les principes libéraux dont l’adoption au moment d’entrer dans l’ère constitutionnelle représentait avant tout un engagement pour l’avenir. Néanmoins, la réalisation de cette heureuse métamorphose -estimait Alberdi- exigeait que les masses conservent la passivité et la docilité durement acquises à l’école du «rosisme».

9Sur ce point aussi, la franchise délibérément brutale de Alberdi (qui a sans doute contribué à faire de celui qui avait espéré devenir le Lycurgue argentin un paria politique presque permanent dans sa terre) rend moins facile de percevoir tout ce que sa vision partage avec celles de Mitre et de Sarmiento. En effet, pour eux aussi, ceux qui étaient appelés à diriger cette vaste transformation devraient faire de l’Etat national l’instrument par excellence pour la mener à bien. Ils sont d’accord aussi pour considérer que le premier objectif devait être de doter cet Etat -auquel la constitution venait de donner une configuration institutionnelle précise- de la vigueur et l’énergie qui manquaient au schéma presque abstrait prescrit pour les Argentins dans la Constitution jurée en 1853, à peine un an après la chute du gouvernement de Rosas. Enfin, ils considéraient également que les défis que cet Etat avait dû affronter (tout d’abord celui que représentait la guerre du Paraguay) avaient forcé encore plus le rythme auquel devait avancer l’installation sur le terrain des institutions qui n’avaient commencé à exister que sur le papier.

10Étant donné son caractère vertigineux, le progrès de l’Etat a démontré très tôt que sa médiation était venue modifier, plus profondément ce que Mitre et Sarmiento étaient disposés à reconnaître, la relation entre l’élite gouvernante et les gouvernés. Les grandes lignes de cette modification peuvent être perçues dans le secteur militaire où l’expansion de l’appareil de l’état fut particulièrement rapide. Il suffit pour s’en apercevoir de comparer ce qu’avait été l’expérience de participation dans la lutte des factions lors de la dernière guerre civile qui avait agité les provinces centrales et andines de l’Argentine dans la deuxième moitié de la décennie de 1860, ainsi que l’a reconstruite pour nous Ariel De La Fuente dans son récent «Children of Facundo»8, et celle qu’allaient vivre quelques années plus tard, les recrues de l’armée nationale, comme le reflète Lucio V. Mansilla dans «Una excursión a los indios ranqueles». Le portrait qu’il y offre, par ailleurs, est d’autant plus fidèle qu’il ne l’a pas tracé pour justifier une conclusion dont l’exactitude pouvait l’intéresser pour persuader ses lecteurs, mais pour mettre en scène les modalités et les conséquences d’une politique indigène dont les aspects problématiques, bien que jamais envisagés de façon explicite et systématique, offrent, à travers un jeu infini d’allusions et de réticences, le thème central d’une œuvre qui semble en manquer.

11La comparaison entre la reconstruction rétrospective du premier et le portrait contemporain du deuxième montre qu’ils partagent plus de points en commun que seraient disposés à l’admettre ceux qui y jouent un rôle directeur. D’abord, l’auto-image proposée des «montoneras» comme si elles étaient surgies de la réaction spontanée des masses opprimées ne suffit pas à cacher qu’elles avaient été convoquées par ceux qui occupaient les plus hauts rangs sociaux dans leur région de recrutement ni que, très fréquemment, ils pouvaient invoquer en plus une autorité provenant de leur place dans l’appareil politico-militaire qui la gouverne. Elle n’empêche pas non plus de constater que pour devenir efficace l’appel aux armes devait être souvent accompagné de promesses précises de récompenses matérielles et professionnelles. D’autre part, la notion que l’armée nationale est le fruit de mobilisations imposées d’en haut par ceux qui ont l’autorité pour le faire, ne tient pas assez en compte des difficultés que, cette autorité doit surmonter pour s’imposer. Ceci ne se perçoit pas seulement dans la tendance qu’avait prise la désertion à devenir un phénomène massif9; on le voit très clairement à l’œuvre dans de nombreuses initiatives, notamment celle du gouvernement de La Rioja qui, au début de la guerre du Paraguay s’était engagé à payer des substituts afin de remplacer le contingent que le gouvernement national avait imposé à la Province.

12Cela n’empêche pas que tous ceux qui vivent ces deux expériences remarquent bien que les «montoneras» et l’armée s’appuient (dans les deux cas d’une façon assez proche) sur des principes d’organisation sociale et politique opposés. La proclamation émise par Juan Facundo Quiroga lorsque, en 1831, il prend la tête de la deuxième division de ce qu’il appelle Armée de la Nation -celle qui à commencé à être organisée par le groupe des provinces qui ont envoyé des représentants à Santa Fe et qui sont prêtes à combattre celle de Buenos Aires, gouvernée par les vainqueurs de la révolution du 1er décembre 1828- le montre clairement. S’adressant aux soldats que la Nation avait mis sous son commandement et investi de l’autorité que lui avait été conférée par ceux qu’il appelle les représentants de la Nation, Quiroga annonce que «celui qui voudra quitter mes rangs peut partir et utiliser la proposition que je vous fais pour la troisième fois». En même temps, il invite à rester à ses côté ceux qui, dans une décision totalement libre, préfèreraient brandir la lance contre les oppresseurs et les opprimés». En reproduisant ce discours dans «Facundo», Sarmiento y avait ajouté un «sic», qui reflétait cette conclusion : lorsque Quiroga invitait à lutter à la fois contre les oppresseurs et les victimes de l’oppression, il démontrait une fois de plus qu’il ne savait pas ce qu’il disait10. Il se trompe, néanmoins, parce que, dans la logique de la guerre civile, les seuls combattants dignes de respect sont ceux qui se sont engagés directement dans la lutte, tandis que les opprimés qui y ont été entraînés par leurs oppresseurs sont coupables de ne pas avoir résisté à les servir11.

13Le modèle de combattant proposé par Quiroga est celui que, de façon quelque peu imaginaire, il croit avoir connu dans les trois armées qu’il avait déjà commandées. Elles avaient été formées, estime-t-il, par «des hommes purement volontaires pour soutenir les droits des peuples sans avoir eu recours à un racolage flatteur, ni au plus lointain espoir du misérable appât du saccage». Le fait que l’image qu’il propose de ces corps ait dépassé la frontière qui sépare la stylisation de la falsification est beaucoup moins important ici que le modèle de combattant proposé. Ce modèle est incarné par un citoyen en armes qui décide de prendre les armes d’une façon tellement libre et autonome que, après l’avoir fait, il est encore libre de revoir sa décision. La reconnaissance de cette liberté et de cette autonomie est la conséquence nécessaire de la rupture -évidente dans les faits même lorsqu’on veut la nier en droit - de n’importe quel ordre hiérarchique où le chef qui convoque à la lutte le fait au nom d’une autorité universellement obéie comme légitime. Or, du moment qu’il ne peut pas exiger qu’on lui obéisse, il ne lui reste plus qu’à solliciter que l’obéissance lui soit accordée par une décision totalement libre. Il en est ainsi, bien que Quiroga ne se prive pas d’invoquer comme légitime l’autorité de laquelle il à été investi par la Représentation des Provinces fédérales : vu que c’est précisément cette légitimité qui est en discussion dans la guerre civile qu’il convoque, cette invocation est valable seulement pour ceux qui coïncident avec lui pour reconnaître comme légitime l’autorité au nom de laquelle il les convoque. Cela prouve jusqu’à quel point la notion qui voit chez le soldat un citoyen en armes, en même temps prolonge et légitime celle qui a fait de ce citoyen le bras armé d’une des factions qui s’affrontent dans la guerre civile.

14On comprend pourquoi Mitre, plus disposé que ses compagnons de génération à reconnaître et à apprécier dans cette vision du combattant ce qui constitue un hommage à l’idéal démocratique, trouve de toutes façons inacceptable un avenir où cet idéal se réalise toujours dans le cadre d’une guerre civile permanente.

15Déjà à vingt-cinq ans, combattant dans les tranchées qui défendaient Montevideo assiégée, Mitre avait envisagé dans trois articles les problèmes posés par cette façon de comprendre l’idéal démocratique. L’expérience accumulée depuis le début de la lutte pour l’indépendance et aussi bien pendant la guerre que pendant la paix, l’amène à des conclusions qui devancent celles présentées dans ses grandes œuvres historiques: la tâche de sa génération était celle d’organiser cette «démocratie inorganique» dans laquelle il reconnaissait l’héritage le plus important de l’expérience historique ouverte lorsque les premiers européens ont foulé les terres du Río de la Plata.

16Afin d’y parvenir, Mitre commence par une critique de ce prétendu art de la guerre qui propose, pour les guerres américaines, des normes différentes de celles adoptées par la stratégie européenne. Voilà le thème central du premier et du troisième articles («La montonera y la guerra regular» et «La montonera sistemada»). Il y il développe un seul argument : loin d’être une invention américaine, la guerre de «montoneras» n’est que la guerre des guérillas. Bien connue dans les deux mondes, les expériences américaine et européenne prouvent que même s’il est significatif, le rôle des guérillas n’est autre que d’être des forces auxiliaires et subordonnées d’une organisation militaire dont le noyau doit être constitué par des forces régulières. L’ignorance de cette vérité élémentaire -conclut-il- à amené inexorablement au désastre.

17L’article central – «Necesidad de la disciplina en las repúblicas»- vise beaucoup plus haut. Mitre avait déjà souligné dans le premier article que la consolidation de la liberté exigeait qu’elle soit défendue par «la force, mais la force intelligente», et que -ajoutait-il- cela demandait la formation d’armées régulières. Dans l’article central, et après avoir affirmé que «la discipline est comme l’âme et le principe vital des armées», il ajoute immédiatement que, tant qu’elle présente des modalités qui varient selon le caractère des différents peuples, l’influence de l’organisation politique adoptée par ceux-ci arrive encore plus loin du moment où elle «l’altère dans son essence, lui imprime un nouveau cachet, lui donne une direction différente». Donc, pendant que  «la discipline aveugle, passive et automatique demandée par les gouvernements absolus aux armées est sans doute leur élément de conservation le plus puissant», dans les républiques doit régir une «discipline raisonnée qui a son origine non pas dans l’habitude ni dans la terreur mais dans la volonté illustrée de l’homme libre, qui rabat les ailes de l’intelligence devant le bien de la Patrie».

18En Amérique Latine, cette discipline est nécessaire non seulement pour maintenir la cohésion de l’armée mais aussi pour éviter que celle-ci ne devienne le pire fléau du peuple qu’elle à la mission de défendre. En Amérique Latine, «les licences que les «caudillos» ont donné à leurs troupes par un besoin vital» à fait que «même le sergent de district et le milicien portant le sabre dans la ceinture» soient devenus «l’arbitre de toutes les fortunes et même de l’honneur des familles». Dans le cadre de ce que Mitre n’a pas encore appris à nommer démocratie inorganique, le fruit d’une liberté anarchique ne peut être qu’une insupportable tyrannie. Le remède requiert d’adopter une discipline adaptée au cadre républicain dont la caractérisation s’inspire du contraste que Tocqueville avait dressé comparant les armées aristocratiques et démocratiques. Si la discipline des armées aristocratiques -avait-il signalé- se relâche sous la pression de la guerre c’est parce qu’elle s’appuie sur des «habitudes» que la guerre vient troubler. Dans les républiques, en revanche, dans la mesure ou la discipline s’appuie sur l’intelligence, la discipline «devient plus forte devant l’ennemi parce que chaque soldat voit clairement qu’il faut obéir et se taire pour être des vainqueurs».

19C’est donc dans le domaine militaire que se manifeste d’une façon éclatante le danger qui menace l’expérience démocratique argentine depuis le commencement même du cycle émancipateur. En même temps, il devient évident que le prix à payer afin de surmonter ce danger exige qu’elle s’enferme dans le cadre institutionnel strict préconisé par le constitutionnalisme libéral. Dans ce domaine aussi, il devient plus manifeste qu’ailleurs qu’afin de réussir il lui sera indispensable d’acquérir la discipline qui lui à toujours manquée, non plus sous l’influence de «la terreur ou l’habitude» qui avaient été les instruments de discipline par excellence de l’Ancien Régime, mais sous celle d’une intelligence dont la première fonction sera celle de révéler «quand il faut obéir et se taire.»

20En 1846 Mitre anticipait déjà ce trait qui, plus qu’aucun autre, définit aux yeux des masses l’étape d’organisation nationale ouvert à la chute de Rosas : ceux qui y avaient été considérés jusqu’alors comme des citoyens d’une démocratie, soit qu’elle trouve trop souvent une expression pathologique dans la guerre civile, soit qu’elle cherche un refuge contre les dégâts de celle-ci dans un régime à la fois plébiscitaire et despotique, ne pourraient reprendre leur condition de citoyens dans un cadre démocratique nettoyé de ces taches d’origine qu’une fois qu’ils auront achevé une période d’apprentissage dans lequel ils devraient obéir et se taire. Autrement dit, ils devraient commencer par apprendre à être des sujets afin que l’exercice de la citoyenneté ne mette en danger l’existence même de la république.

21Tout porte à croire que ceux qui ont dû accepter cette «capitis diminutio» temporaire ont trouvé que la transition était moins pénible que le suggère l’image proposée par les tenants du révisionnisme historique. Le lecteur du «Children of Facundo» a le droit de s’étonner en constatant que dans cette même province de La Rioja12 on n’allait plus vivre d’autres épisodes qui, même sur une échelle plus réduite, pourraient montrer que le ruban rouge du fédéralisme était encore en mesure de servir de drapeau de recrutement pour la guerre civile. Pour ce silencieux écroulement, les révisionnismes ont une explication on ne peut plus simple : l’extermination des vaincus qui à suivi les deux échecs essuyés successivement par la cause fédérale dans la décennie de 1860 à laissé une leçon qui n’allait plus être oubliée. Mais cette explication à une base très peu convaincante dans les faits : alors que la répression féroce qui, à partir de 1841, avait suivi la conquête de l’intérieur, entreprise alors par Buenos Aires sous le signe fédéral, avait atteint des effets seulement temporaires, celle qui à suivi vingt ans après une nouvelle conquête, entreprise cette fois sous le signe libéral, et même si elle a été marquée par des excès brutaux, elle n’a pas exterminé nombre de dirigeants locaux qui, durant des décennies, attendirent l’occasion de se révolter.

22Ce qui est arrivé dans le vaste territoire intérieur reste encore très mal connu. Ce que nous en savons, néanmoins, suffit pour conclure que la tendance dominante fut l’érosion des réseaux d’alliances et de clientèles dont la cohésion avait été exprimée dans l’adhésion à l’une des factions prêtes à s’affronter dans la guerre civile. La proximité croissante de l’Etat a fait que chacune des anciennes factions cherche à gagner directement sa faveur, en se servant aussi bien de ce qui survit des anciennes solidarités factieuses, que des opportunités de les ignorer en profitant du fait que leur affaiblissement rendait moins dangereux d’en tirer parti. José Posse, par exemple, écrit à Sarmiento depuis Tucumán que dans cette province ceux qui se préparent à garantir le triomphe de sa candidature au Sénat sont les anciens partisans de la faction fédéraliste qui, en 1841, avaient assassiné son propre père, vaincu alors à la guerre civile. De cette façon, inquiet parce que les victoires décisives du libéralisme ont légué la présence permanente de l’armée nationale dans la région, Antonino Taboada, le «caudillo» libéral de Santiago del Estero, réunit, une province après l’autre, des adhésions parmi ses collègues de vieille loyauté fédérale, qui ont encore de meilleures raisons pour s’inquiéter à l’annonce que la guerre civile dans cette région à cessée d’être – on craint que se soit définitif - un instrument viable d’action politique.

23On se tromperait donc, si l’on voyait dans la mutation que l’on vit alors un épisode de circulation des élites à la suite de la victoire d’une faction politique sur une autre. Il s’agit plutôt du surgissement d’une nouvelle manière d’articuler les élites et le pouvoir politique, qui affecte leur composition interne d’une façon moins systématique de ce que l’on aurait pu attendre. Mais pour ceux qui intégraient les cortèges qui avaient accompagné ces élites à l’époque des guerres civiles, sa fin clôt le seul théâtre où ils ont pu avoir un rôle de plein droit dans la politique républicaine. Il n’est pas indispensable d’imaginer qu’ils aient vécu comme une mutilation la perte de cette qualité pour conclure que cette marginalisation de la scène politique rendait presque impossible de faire de l’expérience qu’ils commençaient à vivre la raison de s’identifier avec les traits idéologiques qui sous-tendaient l’ambitieuse expérience d’ingénierie sociale et politique que les vainqueurs de Rosas étaient décidés à mettre en marche.

24Ils le feraient d’autant moins que cette étape allait être marquée par un consensus pour ainsi dire ésotérique qui, comme nous l’avons évoqué, voyait cette période comme celle destinée à introduire les transformations matérielles, sociales et culturelles qui donneraient à l’Argentine la possibilité de vivre en une démocratie où la dispute pour le pouvoir pourrait faire l’économie de la guerre civile. Elle allait être marquée également par un consensus que l’on pourrait appeler exotérique qui proclamant comme un devoir de ceux qui gouvernaient de le faire, en suivant les normes les plus strictes du constitutionnalisme libéral aussi bien en ce qui concerne le respect dû aux libertés civiles et politiques qu’à la pureté des processus électoraux, pierre de touche de la légitimité du pouvoir dans une démocratie représentative. Excepté dans le domaine presque privé des dialogues internes des élites politiques, où dominait par moments une plus grande franchise, ce deuxième consensus inspirait les arguments centraux du débat politique ; il suffit de feuilleter les journaux pour se rendre compte de la place occupé par les discussions pour savoir si le gouvernement de ce moment-là remplissait ou non ces devoirs républicains, dont personne n’aurait osé mettre en doute le caractère sacré.

25La conséquence en était que, pour ceux qui le regardaient essentiellement du dehors, le spectacle qu’offrait la vie civique à cette étape ne montrait qu’une version atténuée de celle qui avait été pratiquée à l’époque des guerres civiles lorsque les attaques par trahison dès qu’un armistice avait été conclu, ou les assassinats en masse de prisonniers après la victoire, avaient ouvert la voie à des épisodes moins sanglants. Pas toujours moins violents, néanmoins, ces épisodes scandaient maintenant le combat cyclique entre les factions politiques pour la conquête des Atrios électorales, où la surprise et la trahison avaient retrouvé leur place de jadis. Néanmoins, la place la plus importante était celle de l’arbitrage, pas du tout impartial, exercé par un Etat davantage en mesure d’imposer son autorité sur les factions rivales.

26Une différence essentielle avec l’étape révolue était, on l’a déjà suggéré, qu’il était possible maintenant de regarder ces conflits du dehors. Les mécanismes qui, à l’étape précédente, avaient entraîné des populations entières dans la lutte avaient cessé de fonctionner avec l’efficacité d’autrefois. Par conséquent, parmi ceux qui, dans l’étape antérieure avaient exercé la citoyenneté en se servant indistinctement du suffrage et de la lance, ils étaient de plus en plus nombreux ceux qui accepteraient de jouer le rôle de spectateurs du drame politique quand bien même, autre fois, ils avaient été acteurs. Pour José Hernández ce dépeuplement progressif de la scène politique était le témoignage de la décrépitude déjà irréversible des organisations qui n’avaient que le nom des partis: ombres posthumes des factions qui avaient combattu dans les guerres civiles passées, elles étaient devenues incapables –malgré ce que prophétisait Mitre – de se transformer en partis dignes de ce nom, qui devaient fleurir dans le pays de haute civilisation qui était le celui auquel l’Argentine était vouée.

27Ainsi donc, à Buenos Aires, où à partir de la chute de Rosas on avait récupéré une vie politique active opposant des factions suivies par des cortèges de multitudes, la dernière fois où la foule à été présente dans un moment de crise ce fut lorsque l’Argentine est entrée en guerre contre le Paraguay. Aidée par la maladresse du président paraguayen, l’habileté de Mitre a fait de cet épisode la réponse à une agression contre le territoire national. Cela n’empêchait pas l’opinion des habitants de Buenos Aires de célébrer cette guerre comme l’épisode destiné à clore le long cycle de guerres civiles avec un échec final et irrévocable de la faction fédéraliste.

28Les foules n’ont pas abandonné à partir de ce moment-là la scène politique : en 1877, à la mort d’Adolfo Alsina, chef du libéralisme autonomiste et idole des masses de Buenos Aires, il a semblé que toute la ville s’était vidée pour accompagner ses restes au cimetière. Mais même lorsqu’elles envahissaient la scène, ces foules s’en tenaient à leur rôle de spectatrices : Alsina n’avait pas été moins populaire en 1870 lorsque la faction qu’il dirigeait avait affronté une coalition qui réunissait des dissidents de ses rangs et les libéraux nationalistes commandés par Mitre, et elle avait été honteusement vaincue par des adversaires qui n’étaient pas parvenus à réunir un millier de voix en leur faveur.

29Comme on peut le constater, ceux qui ont accepté de ne plus être des acteurs pour devenir des spectateurs du drame politique n’ont pas pour autant abandonné une passion politique qui les pousse à accepter l’image de ce drame que leur proposent ceux qui ont encore une militance active.

30Alberdi n’avait pas cessé pas de dénoncer la disposition de beaucoup de ses anciens camarades dans les rangs de la Nouvelle Génération à exhumer démagogiquement un style de convocation à l’action politique qu’ils avaient rejeté comme étant vide d’idées. Il n’hésitait pas, non plus, à les accuser d’entraîner le pays délibérément vers un nouveau cycle de guerres civiles, et lorsque, en effet ce cycle à recommencé, les opposants ont recommencé à invoquer les mêmes arguments invétérés pour appeler au combat. Mais en 1880, lorsque ce nouveau cycle s’est achevé avec la victoire de l’Etat national sur la province de Buenos Aires, on a pu croire, à cause de cela, que cette façon de faire appel aux citoyens avait perdu définitivement sa dangereuse efficacité. Depuis lors, le personnel gouvernant n’a plus trouvé nécessaire de dissimuler son mépris envers la simple foi politique au nom de laquelle les citoyens avaient été interpellés, quand bien même cette foi rendait culte aux seuls principes qui dans le cadre institutionnel en vigueur ce personnel pouvait invoquer pour revendiquer comme légitime le pouvoir qu’il exerçait

31Mais l’éclipse de la politique, qui devait permettre aux gouvernants de concentrer leur attention dans l’administration, s’est révélée plus éphémère de ce que le général Roca avait espéré en 1880. Lorsque la politique eut reconquis pleinement le devant de la scène, dans le cadre d’une démocratie devenue vraie grâce à la nouvelle loi électorale de 1912, on a pu découvrir que, dans l’étape tout juste révolue, le spectacle offert par l’exercice de la classe gouvernante aussi bien que les critères proposés par un journalisme factieux pour le juger, les mêmes qu’Alberdi avait censurés, avaient mal préparé les masses argentines pour mener à bien l’apprentissage qui devait les doter du profil citoyen adéquat à cette république enfin vraie, dont l’instauration révélait que le processus qui avait déjà transformé l’Argentine en un pays moderne était arrivé à son terme.

32En effet, il est devenu immédiatement évident que ceux qui devaient offrir la base humaine pour les «partis d’idées», dont les débats pacifiques devaient offrir l’argument central pour la vie politique de cette démocratie enfin authentique, restaient étroitement attachés à la vision de la politique qui avait sous-tendu la première expérience citoyenne des masses argentines, dans un pays qui ne conservait pas de commune mesure avec celui qu’ils habitaient maintenant. Hipólito Yrigoyen, ayant compris que les choses en étaient là a pu organiser le seul parti qui allait se révéler capable de prospérer dans le cadre irréprochablement moderne d’une démocratie de suffrage universel parce qu’il était le seul qui continuait à s’adresser aux citoyens dans les termes déjà préférés par ceux qui l’avaient d’abord convoqués à la lutte pour l’indépendance, puis aux guerres civiles, et, enfin, aux combats parfois sanglants qui ont marqué cette première étape de l’ère constitutionnelle dans laquelle – en inversant la formule de Clausewitz- la politique n’avait été que la suite de la guerre par d’autres moyens.

33Mais le mode d’interpellation préférée d’Yrigoyen ne cachait aucune invitation à retourner à un passé sanglant et sauvage ; et la ressource à laquelle il fit appel pour éviter ce danger est peut-être la seule justification à l’analogie que ceux qu’il avait éloignés du pouvoir prétendaient découvrir entre son style de commandement et celui de Juan Manuel de Rosas. Tout comme Rosas, c’était par le biais de faire de sa faction la dimension politique de la nation qu’Yrigoyen cherchait à éviter la tendance si argentine à s’affronter dans des conflits factieux. Ainsi que les victimes de son savoir faire politique étaient en train de découvrir horrifiées, le chef du radicalisme était sur le point d’implanter l’unanimisme13 dans le cadre institutionnel – qu’on pouvait croire moins propice – d’un régime plus respectueux des libertés civiles et politiques que celui de tous ses prédécesseurs. C’est ce qui explique que les majorités soient devenues chaque fois plus nombreuses à s’aligner derrière une force qui refusait d’être un parti parmi les autres parce qu’elle préférait se voir comme étant la Patrie elle-même mobilisée au service de la Cause nationale de la Réparation.

34Il est évident donc que la foi politique que les masses argentines reconnaissaient comme propre une fois achevé son étape d’apprentissage de la modernité, ne pouvait pas être reconnue comme libérale. Si elle ne pouvait pas être ainsi, ce n’était pas tant parce qu’elle refusait la validité des exigences libérales. En effet, on peut d’abord imaginer ces exigences sous la forme proposée dans les manuels d’histoire des idées politiques selon laquelle face au dilemme entre la liberté et l’égalité elles refusent de sacrifier la première à la deuxième: une force politique qui reconnaissait comme son seul programme la constitution de 1853-1860 qui les avait accueillies pleinement n’aurait pas pu s’y refuser. On peut aussi imaginer ces exigences sous la forme d’un dilemme qui prédomine en Amérique Latine, selon lequel l’exigence qui définit le mieux le libéralisme est d’une rupture pleine avec le modèle d’état confessionnel hérité du passé hispanique de façon à rendre possible la sécularisation intégrale de la vie publique. Dans ce deuxième aspect même si la Constitution n’avait pas renoncé totalement à l’ambiguïté, le radicalisme n’avait pas assumé une position antilibérale. Il s’agissait plutôt du fait que le radicalisme n’en faisait pas des éléments essentiels d’un credo politique qui se définissait avant tout à partir de l’identification passionnée et intransigeante avec l’idée démocratique.

35Mais si le radicalisme à pu se développer pendant des décennies sans avoir eu besoin de se définir face aux dilemmes sur lesquels le libéralisme prenait position, c’était parce que ceux qui avaient gouverné la république possible avaient déjà marginalisé ces problèmes de l’agenda politique. Cette marginalisation était un des corollaires de l’option favorable à un unanimisme qui, bien que différent dans son inspiration, n’était pas moins ferme que celui découvert par Ternavasio dans le rosisme ou celui qui à guidé l’action d’Hipólito Yrigoyen.

36En effet, lorsque la république possible à recommencé à chercher dans l’unanimisme l’antidote contre la tendance de la société argentine à se laisser déchirer par les dissensions politiques, elle à modifié non seulement le diagnostic sur les causes de cette déplorable tendance mais elle à ajouté à cette justification profondément pessimiste du besoin d’obtenir l’appui unanime des gouvernés à l’égard des gouvernants, une autre justification. Celle-ci soutenait que du moment ou l’Argentine, ainsi que davantage d’Argentins commençaient à le remarquer, avait déjà ouvert un chemin vers l’avenir qui devait lui permettre d’atteindre des buts de plus en plus hauts, il deviendrait bien vite évident pour tous que cette unanimité y régnait déjà. Si elle n’était pas autour de celui qui devait la gouverner, elle l’était pour quelque chose de beaucoup plus important, à savoir : ce que devaient faire (ou peut-être ne pas faire) ceux qui allaient la gouverner.

37Alors que Rosas avait attribué l’échec des élites qui avaient guidé l’expérience politique ouverte avec la révolution à leur incompréhension des conséquences politiques du caractère démocratique de la sociabilité argentine qui faisait que la volonté capricieuse de la plèbe ne pouvait pas être ignorée impunément, Echeverría pensait que ce qui avait ouvert la brèche utilisée par la contre-élite opulente mais ignare alignée sous le drapeau du rosisme pour mettre fin à la prédominance de l’élite héritière de la révolution, avait été les divisions internes surgies à leur tour des différends idéologiques qu’il fallait éviter à l’avenir. L’unanimisme proposé par Echeverría donc, devait être le fruit d’avoir surmonté ces dissensions par l’articulation d’un credo qu’elles pourront accepter comme propre parce qu’il doit réunir tout ce que les positions doctrinaires opposées jusqu’à ce moment là avaient déjà de valable ; lorsque cette cohésion sera recomposée, cette élite pourra servir de nouveau comme guide derrière laquelle les masses argentines s’aligneront spontanément.

38Huit ans après, Echeverría lui-même doutera du fait que le triomphe de l’unanimisme parmi les survivants de l’ancienne élite politique arrive à cette conséquence : même si le credo autour duquel l’unité de cette élite devait se refaire, constitue le noyau d’un sens commun politique partagé par toute l’opposition au rosisme depuis longtemps, celle-ci semble plus que jamais incapable de mettre fin à la dictature de Rosas. Il admet donc, que d’autres interprètes sont nécessaires pour atteindre les masses, et ce sera Echeverría lui-même qui, ayant déjà admis que «notre dernier espoir sont les caudillos» cherchera à gagner l’adhésion de ceux-ci en envoyant aux gouverneurs des provinces qui font partie de la Confédération rosiste son «Dogma socialista». Ce texte reproduit en 1846 le Credo de 1838, précédé d’une «Ojeada retrospectiva» destinée à raconter l’histoire des huit années écoulées depuis que ce Credo avait été promulgué et dans lesquelles une succession d’échecs glorieux avait ajouté une nouvelle génération de martyrs à ceux qui avaient été conservés dans la mémoire anti-rosiste. Cette histoire mélancolique ne parvienr pas à persuader aucun des destinataires à se joindre à une entreprise à laquelle une destinée cruelle avait déjà plusieurs fois conduit à l’échec. Mais bientôt ces mêmes destinataires allaient être sollicités avec plus de succès avec des arguments qui vont s’appuyer sur une vision beaucoup moins sombre de la situationque l’Argentine affrontait déjà.

39Ainsi naissait cette nouvelle modalité de l’unanimisme déjà évoquée. Elle était plus optimiste que les précédentes car elle proclamait qu’il n’était même pas nécessaire de l’imposer : il suffisait que les Argentins découvrent enfin que, grâce aux dures leçons accumulées dans la longue étape où la discorde régnait parmi eux, dans tout ce qui était importante, il avait régné la plus complète unanimité d’opinions. C’est déjà en 1845, la leçon inattendue proposée par Sarmiento dans les deux chapitres qui fermaient la chronique sanglante des décennies de discorde qui avait été le thème des principaux chapitres de «Facundo». Alberdi et Mitre, eux aussi, allaient présenter cette leçon à partir de deux visions de l’expérience historique argentine qui dans d’autres aspects n’avaient presque rien en commun.

40Pour Alberdi, et aussi pour Echeverría, ce qui permettrait à l’Argentine d’avancer en paix vers des sommets chaque fois plus élevés, serait le dépassement des discordes qui déchiraient ses élites. Mais lorsqu’il parle de ces élites il ne fait pas référence, comme Echeverría, au groupe qui provenait des élites urbaines de l’Ancien Régime responsables d’avoir conduit la marche du pays naissant jusqu’à ce que sa tendance inévitable à se diviser contre elle-même l’avait rendue vulnérable à l’attaque de la rustique contre-élite qui gouvernait l’Argentine sous la domination de Rosas. En revanche, c’est précisément à celle-ci qu’Alberdi proposait d’avoir recours afin de tirer le pays du labyrinthe dans lequel il avait réussi à s’enfermer : il suffisait pour cela que ceux qui l’intégraient découvrent que les appétits et les ambitions qu’ils étaient incapables de formuler en un programme de gouvernement précis avaient déjà été formulés dans celui qu’Alberdi lui-même s’apprêtait à présenter dans les «Bases». Alberdi y exposait un programme destiné à ouvrir une étape de progrès matériel vertigineux dans le cadre d’une liberté civile pleine et une sécurité juridique ferme, protégées toutes deux, par un pouvoir fort mais non arbitraire, des dangers implicites dans les tendances anarchiques que les élites lettrées indisciplinées seraient capables de réactiver dans les masses populaires si on leur restituait leur pleine liberté d’action.

41Mitre, refusait de confier à ces masses le rôle essentiellement passif où elles avaient été reléguées implicitement par Echeverría et explicitement par Alberdi. Dans sa vision programmatiquement optimiste c’était l’instinct sûr des masses ce qui conduisait aussi ses guides dont le rôle était de traduire ces mandats inarticulés de l’instinct en programmes précis d’action. Mais, comme Mitre commençait à s’en aprecevoir, cet instinct ne se faisait pas sentir seulement dans le domaine politique ayant ainsi garanti que l’Argentine ait comme unique destinée possible la démocratie : dans le domaine économique également, ce même instinct infaillible avait permis à la masse des ignorants de découvrir même avant les savants que, depuis le début de l’expérience historique ouverte avec la conquête espagnole, l’économie du Rio de la Plata avait su utiliser pleinement les occasions de progrès que chaque moment offrait, et que grâce à cela elle avait déjà connu des progrès que ces savants s’obstinaient à ignorer, et qui étaient destinés à être laissés, à l’avenir, rapidement en arrière.

42Cet instinct-là, en particulier, avait réfuté par avance l’image lugubre que Sarmiento proposait de la région rioplatense où une population trop exiguë avait dû improviser une sociabilité barbare comme seul moyen pour survivre dans la solitude et l’abandon; dans la vision de Mitre, ce même instinct avait permis aux masses d’assumer un rôle hautement positif déjà dans l’étape première de cette entreprise de colonisation où d’immenses hordes de bétail revenues à l’état sauvage avaient occupé l’avant-garde dans la conquête du territoire et dans laquelle –contrairement à ce que soutenait Sarmiento - la colonisation avait déjà été une entreprise civilisatrice: qu’avait été en effet la conquête de la pampa par ce bétail sans maître, si ce n’est «la civilisation qui avance à quatre pattes» ? Puisque depuis son origine elle avait eu l’intuition que pour atteindre une destinée de grandeur il lui suffirait de s’abstenir de dresser des obstacles contre les décrets d’une Providence généreuse qui, sous la plume de Mitre semble être un autre nom pour la Main Invisible, la société rioplatense, de même qu’elle était née démocratique, était née aussi libérale. Le même instinct qui l’avait mise sur la route de la démocratie allait bientôt créer dans son sein et lancer dans l’action ces précurseurs de la lutte contre le monopole colonial qu’avaient été les contrebandiers.

43L’image proposée par Mitre de l’expérience historique argentine est plus proche de celle montrée dans «Facundo» de ce que suggère le ton sur lequel elle nous est présentée, si éloigné de celui très sombre qui domine le texte de Sarmiento. Et elle l’est surtout dans un point essentiel : l’argument central de l’histoire nationale n’est pas la lutte entre une nouvelle civilisation libérale et une autre catholique et absolutiste sous le signe de laquelle l’Espagne avait conquis et colonisé les Indes ; c’est une marche de la barbarie vers la civilisation. Même si Mitre préfère célébrer la ligne droite de continuité du processus qui conduit de l’une à l’autre, Sarmiento se plaît à imaginer toutes deux non pas comme le moment initial et final de cette marche mais plutôt comme étant deux façons de vivre qui se disputent largement leur prépondérance dans les terres du Río de la Plata.

44Il est vrai que Sarmiento, à la différence de Mitre, reconnaît le poids de ce conflit entre deux civilisations dans le drame politique argentin. C’est pourquoi dans Facundo, après avoir matérialisé ces deux civilisations rivales en deux villes14, il soulignait le rôle décisif du conflit entre elles dans le triomphe temporaire de la barbarie, perpétré lorsque Córdoba à cherché son aide pour combattre Buenos Aires, qui avait une alliance fait avec l’avenir. Mais Sarmiento est convaincu que cette même Córdoba à réuni depuis tellement de motifs pour pleurer amèrement cette erreur passée, qu’elle est décidée à ne plus recommencer. C’est la raison pour laquelle le conflit entre deux civilisations qui avait eu de si fatales conséquences pour elle-même et pour tout le pays à cessé d’être une menace pour l’avenir

45Bref, bien que suivant un chemin moins direct, Sarmiento parvient à un diagnostic du présent argentin qui coïncide avec celui que Mitre déduit d’une image du passé rioplatense présenté comme monolithiquement positif depuis son humble point de départ. Mais même s’il ne croit pas, comme Mitre, que l’Argentine est née démocratique et qu’elle est née aussi libérale, il partage avec lui la conviction selon laquelle la cause de la civilisation libérale n’a plus de rivaux à craindre.

46Mais la contribution la plus importante de Mitre à la vision de l’étape ouverte après le renversement de Rosas n’est pas qu’il intègre des motifs déjà présents chez Sarmiento et Alberdi dans un récit qui offre une image systématiquement positive de l’ensemble du passé rioplatense, c’est qu’il invoque cette image comme une caution de celle encore plus éclatante qu’il propose de l’avenir. Ce n’est pas que l’avenir n’avait pas déjà une place centrale dans les publicistes de l’époque. Sans doute, aussi bien Sarmiento qu’Alberdi, qui voulaient persuader leurs compatriotes ce n’était pas futilité que d’essayer d’orienter dans un sens favorable à la cause les éternels conflits qui déchiraient les provinces argentines, avaient averti que pour cela il fallait les persuader que les buts qu’ils voulaient atteindre étaient en effet à leur portée. Tandis que Sarmiento offre à ce propos un catalogue exhaustif des bienfaits que la gestion du «nouveau gouvernement» destiné à remplacer celui du dictateur va apporter à ses gouvernés, Alberdi, toujours prêt à appuyer ses propositions sur des formules lapidaires, déclare avec plus de concision que l’âge d’or de la République Argentine se trouve dans son avenir. Mais dans la vision que Mitre propose, l’avenir à une place encore plus centrale. Déjà chez le jeune journaliste de 1854 et 1857 on découvre l’historien qui – comme beaucoup de ses contemporains depuis Guizot jusqu’à Marx et Engels – va construire ses récits à partir d’un futur qui abrite moins de secrets que le passé. C’est à lui, plus qu’à aucun autre, que l’on doit le rôle central des «grandes destinées» que l’avenir a réservé à l’Argentine dans la vision que le libéralisme élabore du pays et du rôle qui lui est réservé.

47Le «grand récit» que Mitre va déployer dans les œuvres historiographiques, où la célébration rétrospective et l’exaltation prophétique s’appuient réciproquement, est déjà présent dans ses lignes essentielles, dans le bref discours d’hommage au capital anglais avec lequel il à participé à la cérémonie d’inauguration des travaux du chemin de fer du Sud, organisé par des capitaux de cette origine. Dans ce discours on remarque une disposition, encore plus grande que celle qu’il étalera dans ses œuvres, à offrir des prédictions aussi ambitieuses que précises sur ce que ces «grandes destinées» allaient apporter à l’Argentine. C’était l’année 1861, et Mitre, en attendant d’être élu – par un collège électoral unanime – premier président constitutionnel du pays unifié, occupait le pouvoir national après avoir vaincu l’armée fédérale à la tête de la garde nationale de sa province.

48Dans la vision de Sarmiento et d’Alberdi c’était le moment pour commencer la construction d’une nouvelle nation depuis ses fondations sur cette «tabula rasa» qu’était le désert argentin. Ce n’est pas comme cela que le considère l’orateur: l’Argentine – affirme-t-il – à déjà fait des progrès beaucoup plus solides et plus décisifs dans cette construction de ce que ses concitoyens pensent. Avec moins d’un tiers de sa population -souligne-t-il-, elle à déjà des revenus plus élevés que l’Angleterre à l’époque de sa «glorious revolution». Qui plus est, en invoquant tout ce que les Argentins ont pu avancer dans le passé, il leur annonce la bonne nouvelle: «dans cent quatre-vingt-cinq ans ils pourront être ce que l’Angleterre est actuellement et même plus»15. Avec cette audacieuse prophétie, Mitre met une dernière touche à la vision du présent et de l’avenir qui offre au libéralisme l’argument le plus efficace pour gagner l’adhésion raisonnée des Argentins.

49Mais cette audace entraîne des risques puisque la dimension prophétique qui rend l’argument irrésistiblement attirant, renferme celui qui est propre à n’importe quel pari face l’avenir. Rappelons que Karl Popper refusait toute validité scientifique aux propositions pour lesquelles le marxisme revendiquait ce caractère, en alléguant qu’on ne pouvait pas les falsifier. Le vrai dommage allait arriver au marxisme pour d’autres qui -utilisant une des expressions favorites de la «langue de bois»- ont été bruyamment contredits par «la vie elle-même»16. Ce fut aussi le côté faible de la prophétie de Mitre, car ses destinataires pouvaient y reconnaître sans se tromper une promesse très précise formulée au nom du projet libéral.

50Mais avant que l’heure de vérité n’arrive pour cette promesse, il y avait d’autres aspects dans sa vision de la place du libéralisme au cours du processus historique argentin qui contribuaient à définir le profil que ce libéralisme allait assumer. Évidemment, un libéralisme qui n’a plus d’ennemis ne peut pas devenir la cause qui dans tant de pays latino-américains commence à susciter des adhésions et des oppositions militantes. C’est simplement le trait qui définit mieux qu’aucun autre la civilisation qui est en train d’avancer avec force dans le Río de la Plata, en recueillant les applaudissements raisonnés et mesurés des gens plus lucides et sans trop craindre la résistance des ennemis des nouveautés qui se trouvaient chaque jour de plus en plus au pied du mur.

51Tous n’arrivaient pas aussi loin que Mitre lorsqu’il proclamait que le libéralisme était venu pour donner une expression idéologique aux orientations qui nichaient depuis des siècles dans la conscience collective, et que par conséquent, en Argentine, le libéralisme était le seul conservatisme possible. Ils étaient probablement plus nombreux ceux qui coïncidaient avec une autre conclusion que Mitre n’avait pas rendue explicite mais qui s’imposait non moins fortement à partir de la même prémisse, à savoir : que le libéralisme ne pouvait être que conservateur.

52Les raisons de ce consensus étaient diverses. D’abord rappelons l’expérience accumulée pendant la longue étape d’impuissante opposition au rosisme: dans les dernières années de cette étape, Alberdi ouvertement, et Sarmiento moins explicitement, étaient prêts à proclamer que cette opposition ne pouvait réussir qu’à condition de devenir l’interprète politique des aspirations des classes propriétaires qui avaient commencé à jouir des avantages économiques dérivés de la relative stabilisation politique des dernières années du pouvoir de Rosas. Une fois ce pouvoir disparu, le souci de ne pas contrarier les préférences de ces classes-là a limité leurs élans réformistes, de façon plus rigide dans le cas du premier que du second. Mitre, de son côté, n’oublie pas que l’un des devoirs de son «Parti de la Liberté» est celui d’offrir «son attachement aux intérêts permanents». C’est pourquoi, faisant l’inventaire des secteurs sociaux dont il est sûr qu’ils seront satisfaits de sa gestion de gouvernement, il cite en premier lieu les classes propriétaires.

53Mais cette préoccupation pour rendre le libéralisme compatible avec le conservatisme ne s’appuie pas seulement sur une certaine lecture de l’équilibre des forces en vigueur à l’intérieur de la société sur laquelle le projet libéral cherchait à avoir une incidence: elle est due peut-être davantage aux problèmes particuliers que le libéralisme devait affronter en Europe après l’échec des révolutions de 1848. Deux traits sont à remarquer du processus européen commencé en 1848: le premier, c’est le surgissement d’une gauche politique qui est allée au-delà des versions les plus radicales du consensus libéral. On comprend aisément que ceux qui font partie d’une génération politique dont l’initiateur, Echeverría, avait eu à se défendre parce qu’il avait été perçu en 1846 comme le complice des plus dangereuses utopies socialistes, fassent des efforts pour se distancier encore plus scrupuleusement des positions extrêmes, notamment après que celles-ci se soient montrées capables d’inspirer des actions révolutionnaires.

54Le deuxième, beaucoup plus important, c’est le dénouement des révolutions de 1848. En effet, au fur et à mesure que le temps passe, il devient davantage évident qu’il est désormais impossible de lire le processus politique dans le Vieux Monde comme un progrès, aussi contrasté qu’on le veuille, entre la restauration de l’Ancien Régime (plus nettement expression de l’alliance du Trône et de l’Autel que ne l’avait été le régime renversé par la Révolution Française) et un avenir qui est toujours libéral orthodoxe. En effet, en France, l’Empire établit une dictature appuyée sur le verdict du suffrage universel ; en Italie, l’unité est achevée par un état qui lui sacrifie son ancienne loyauté au principe dynastique, pour invoquer l’aval accordé à chaque étape de son expansion par la volonté populaire exprimée à travers des plébiscites ; en Allemagne, l’ascension de la Prusse a lieu dans un cadre qui respecte mieux le principe dynastique mais qui le combine comme en France avec un appel au suffrage universel. Comme on peut le constater, dans aucune des trois nations les configurations qui s’imposent de façon moins fugace que si elles marquaient seulement des moments en transit entre le point de départ et le but d’un processus linéaire, ne se placent sur la ligne qui devait les unir. En attribuant à l’Argentine un passé où sa société, bien qu’incapable d’en être consciente, était déjà démocratique et libérale par vocation, Mitre entourait d’une aura de cohérence idéologique des solutions qui par ailleurs répétaient dans le Río de la Plata celles qui en Europe ne pouvaient se justifier qu’en invoquant le besoin de s’adapter à des réalités dont la gravitation perdurable avait été révélée par la défaite des mouvements de 1848.

55Dans ce cadre, l’adoption du libéralisme signifie celle d’un projet de construction d’un pays complètement nouveau d’après un modèle où le vieux et le neuf ont atteint un équilibre instable face auquel il est difficile de prédire son évolution. Il serait sans doute injuste d’en faire une raison pour blâmer ceux qui ont planifié et entrepris la fondation d’un pays moderne dans la solitude des pampas, que d’avoir envisagé cette tâche avec une timidité excessive, alors que de leur temps ils étaient plus souvent accusés du contraire17.

56Il ne s’agit pas ici de mesurer combien d’audace ou de timidité ont mis les fondateurs de l’Argentine moderne dans leur engagement avec le libéralisme, mais de constater que leur façon de comprendre l’implantation d’un nouvel ordre dont une des caractéristiques devait être son adéquation aux exigences libérales, faisait qu’en Argentine cette implantation n’ait pas déchaîné les tensions qui dans d’autres pays latino-américains avaient forcé la société tout entière, et non pas seulement ses élites, à prendre parti face à l’irruption du libéralisme. Ajoutons que, par ailleurs, si ces tensions s’étaient produites aussi en Argentine, elles auraient pu menacer d’éloigner les masses populaires de cette passivité temporaire considérée essentielle pour la réussite de la grande transformation en cours.

57Les modalités adoptées en Argentine par le processus de sécularisation offrent un exemple particulièrement pertinent pour explorer les racines et les conséquences de cette divergence avec des règles suivies par ce processus dans d’autres pays latino-américains, que ce soit le Mexique ou le Guatemala ou encore la Colombie ou même l’Uruguay voisin. Ces modalités sont très peu redevables des considérations de prudence inspirées par la capacité attribuée à l’Église de déchaîner des représailles contre ceux qui lanceraient une attaque frontale sur ce qu’elle avait réussi à conserver des espaces publics sous l’Ancien Régime. Elles reflètent plutôt une préoccupation opposée, issue de la notion selon laquelle en Argentine la présence ecclésiastique était trop faible pour que la religion puisse avoir, face aux masses populaires, le rôle à la fois moralisateur et disciplinaire dans lequel - comme l’avait déjà reconnu Echeverría dans la «Creencia» de 1838 - elle n’avait pas pu être remplacée.

58Cette conclusion offrait un des corollaires de la vision exposée par Sarmiento dans «Facundo» selon laquelle le conflit qui déchirait l’Argentine n’opposait pas deux civilisations, mais la civilisation à la barbarie. C’est la raison pour laquelle il était nécessaire de mobiliser pour la lutte contre celle-ci toutes les ressources héritées des modèles successifs de civilisation qui avaient remporté le bon combat contre cette barbarie18. Cela faisait prendre aux promoteurs du modèle libéral une attitude apparemment contradictoire face à Église : d’un côté, ils tâchaient de lui garantir rapidement l’enracinement solide qui lui avait manqué jusqu’à ce moment-là et, de l’autre, ils voulaient la contraindre à se maintenir dans les limites du rôle soigneusement circonscrit qui lui avait été assigné dans le cadre de ce projet.

59Ce qui inspirait cette attitude était encore, plutôt qu’une quelconque timidité devant le sérieux de l’obstacle, l’arrogante conviction qui voyait le libéralisme comme maître de l’avenir. Les signes qui justifiaient cette conviction ne manquaient pas : en inscrivant parmi les droits et les garanties offerts à tous les habitants du sol argentin la pleine liberté de cultes, la constitution de 1853 avançait avec décision sur la norme qui prédominait en Amérique Latine, qui accordait aux dissidents seulement la tolérance pour la pratique privée de leurs cultes respectifs, mais non pas sur la situation sur laquelle elle légiférait : depuis des années, à Buenos Aires, l’église anglicane et la chapelle presbytérienne – construites toutes deux sur des terrains donnés par le gouverneur Juan Manuel de Rosas – célébraient publiquement les cérémonies de leurs cultes dissidents respectifs.

60Cette confiance dans le succès d’un projet qui avançait dans le sens de l’Histoire donnait l’assurance que ceux qui se voyaient eux-mêmes identifiés à des projets alternatifs, pouvaient cependant être utilisés comme des auxiliaires du projet libéral. En France, le radicalisme avait adopté la consigne «pas d’ennemi à gauche», et la conviction qu’il n’avait pas grand-chose à craindre de la gauche allait être largement confirmée jusqu’au moment où l’invention par Lénine d’un «parti d’un type nouveau» est venue changer les données de base de la relation avec celle-ci. En Argentine, la ligne qui dominait dans le libéralisme ne voulait pas, avoir d’ennemis dans une gauche qui se présentait comme une alternative idéologique plutôt que politique. C’est cela qu’Alberdi reprochait dans ses allusions aux prisonniers de Cayenne. Mais ces reproches ne les dérangeaient pas. Quand le représentant français à demandé au ministre des Affaires Étrangères un châtiment exemplaire pour Alexis Peyret qui venait de faire le discours de clôture dans un banquet commémoratif de la Commune, il à été douloureusement surpris par la réponse : le ministre ne comprenait pas que ce haut fonctionnaire exemplaire qu’était Alexis Peyret, qui avait gagné l’estime et la confiance du président Avellaneda, ne puisse pas avoir le droit de choisir librement les personnes qui l’accompagnaient à ses repas. Bien que le diplomate ait attribué cette scandaleuse réponse à l’aveuglement des Argentins face à la très grave menace qui provenait de la gauche révolutionnaire, elle reflétait plutôt la conviction parfaitement justifiée que le fait de croire à la collaboration de Peyret ne supposait nul danger pour l’ordre établi.

61Pendant un temps, il à pu sembler qu’en Argentine la consigne «pas d’ennemi à droite» était également justifiée et pour les mêmes raisons. En 1868, à l’occasion d’un banquet offert par la Maçonnerie pour célébrer que, à la fin de son mandat présidentiel, il reprenait un rôle actif dans ses rangs, Mitre à trouvé opportun d’inclure dans son discours quelques phrases d’affectueux souvenir pour l’archevêque de Buenos Aires. Elles étaient d’autant plus inattendues dans cet exercice d’oratoire maçonnique qu’elles faisaient allusion à un épisode qui ne semblait pas approprié à ce but: «un frère qui portait l’habit religieux -commence Mitre- est décédé il n’y à pas longtemps après avoir prêché la vérité en professant la philosophie», et immédiatement «la porte de son temple et la porte du tombeau se sont fermées sur ses pauvres os». Mais dès que Mitre lui-même à jugé que le moment était venu d’intervenir personnellement pour mettre fin à cette situation intolérable, les résultats ont été plus que satisfaisants : «J’ai pris alors la défense de ce cadavre (...). L’Archevêque de Buenos Aires faisant preuve de charité chrétienne tout en préservant les droits de l’église sur la sépulture eclésiastique, a autorisé le pouvoir civil à enterrer ses morts et les francs-maçons, dont les os étaient autrefois proscrits des cimetières argentins, peuvent aujourd’hui reposer de leurs fatigues dans la mort sous la garde de la confraternité» et pour l’obtenir «mon ministre du Culte et de la Justice, le docteur Eduardo Costa, à eu le rôle principal»19.

62Lu avec attention, ce passage suggère que Mitre trouve que la solution prise par l’archevêque était moins inspirée par la charité chrétienne que par la perception très aiguë, et même par l’acceptation, quoique plus résignée qu’enthousiaste, des limites que cet ordre fixe à sa liberté de décisions, ce qui le pousse à devancer la sécularisation du cimetière public quand il donne son consentement pour y installer un panthéon maçonnique autorisé seulement par le pouvoir civil.

63Mais il est à craindre que le récit fait par Mitre ne rende pas totalement justice aux motivations de monseigneur Aneiros lorsqu’il place sur la même ligne que celle que l’église espagnole, et ensuite celle de l’Amérique Espagnole, avaient maintenue dans leurs rapports avec un souverain qu’elles avaient appris à respecter et à craindre. Elle reflète aussi une accoutumance à l’entrée progressive de la sécularisation dans la vie de Buenos Aires, dont les effets sont peut-être encore plus intenses parce qu’elle passe dans une certaine mesure inaperçue, et dont quelques-unes des conséquences ne deviendront évidentes que quelques années plus tard, lorsque le nom de l’archevêque de Buenos Aires sera à la tête de la liste des candidats à la législature de Buenos Aires proposée par le libéralisme autonomiste et par des candidats francs-maçons bien connus. Celle-ci serait en tout cas, une raison de plus pour trouver raisonnable l’ambition de faire de l’Église un auxiliaire – qui exige sans doute d’être jalousement surveillé – du projet libéral. José Hernández – dont la militance maçonnique à été décidément plus constante et plus fervente que celle de Mitre – s’en était fait écho dans les vers de «Martín Fierro» il proclamait que les habitants de la campagne avaient surtout besoin «d’école, église et droits».

64Jusqu’à 1880 le projet libéral a affronté dans ces termes un sujet qui dans une grande partie de l’Amérique Latine obligeait les masses populaires à prendre parti entre des options séparées par des abîmes. Lisons les chroniques que Martí a consacrées aux progrès libéraux qui à cette même époque se manifestaient au nord de l’Amérique Latine20, où les options ouvertes au libéralisme étaient soit «réprimer avec une main de fer toute tentative de résurrection de ceux qui ont écrit tant de pages noires dans l’histoire glorieuse du pays», soit tomber dans une faiblesse aussi coupable que suicide «envers la plèbe maladroite qui, patriote entre les mains des bons, peut devenir un danger pour la liberté obtenue avec tant d’efforts et un fléau menaçant pour la patrie» si elle est conduite par des mauvais instincts. Nulle part on ne pourrait trouver un plus grand contraste qu’en Argentine où l’effort pour enraciner plus solidement l’église dans les vastes plaines de la pampa et du Littoral est un aspect parmi d’autres d’un effort plus général que l’état libéral consacre à favoriser la création d’un nouveau pays grâce à la modernisation économique appuyée sur l’avalanche d’immigrants européens21.

65C’est sans doute à partir de 1880 que commence à se faire sentir le caractère problématique de cette modalité du libéralisme argentin. D’une part, parce que l’adoption d’un agenda de sécularisation plus proche des modèles qui dominent en Amérique Latine depuis 1810 promet d’offrir un succédané des conflits factieux révolus à tous ceux qui trouveraient trop limitative la réduction de la vie publique à la vie administrative proposée par le président Roca après la fin de l’étape des guerres civiles. D’autre part, à cause de l’influence exercée par Córdoba, qui est encore en partie ce que Sarmiento avait dépeint dans «Facundo», sur la vie nationale. Mais même à Córdoba la tendance à s’aligner sur le modèle latino-américain au sujet des problèmes de sécularisation se trouve freinée. En effet, afin de conserver une certaine influence dans la sphère nationale, les différentes factions de Córdoba devaient se mettre en rapport avec une personnalité ayant un rôle important dans la vie publique dans ce cadre, et il arrive qu’aucune parmi celles-là ne partage les points de vue du catholicisme de la province. Au début des années 1860, le général Wenceslao Paunero peut donc écrire à Mitre que l’évêque et le groupe principal du clergé de Córdoba «sont vraiment libéraux «22. Même s’ils ne le sont pas dans tout -ainsi que vient de le montrer Silvia Roitenburd23, tout le long de cette étape le catholicisme politique de Córdoba à maintenu une hostilité inébranlable envers les innovations libérales-, il est vrai qu’ils ont reçu avec joie l’affermissement de l’hégémonie du libéralisme nationaliste que conduit Mitre aussi bien dans le pays que dans Córdoba elle-même. Déçus par elle, ils ont dû vite chercher un nouveau représentant dans la politique nationale et ils ont cru l’avoir trouvé avec Sarmiento jusqu’à ce que, de nouveau déçus, ils ne reviennent à leur ancienne fidélité à Mitre. Lorsque le «mitrisme» à son tour les déçoit, ils découvrent qu’aucune des factions qui ont des attaches avec le passé n’est capable de leur offrir un foyer politique. Après 1890, ils se tournent vers la «Unión Cívica Radical», organisée à l’intérieur du pays par ce phare de la Franc-maçonnerie qu’a été Leandro N. Alem. Ces expériences le poussent finalement à abandonner la recherche d’un lien avec un parti qui reflète d’une manière fidèle et complète ses perspectives, pour se faire présent en proportion égale dans les forces rivales les plus importantes pour continuer dans chacune d’elles la lutte contre les courants libéraux qui y avaient également afflué.

66La trajectoire suivie par le catholicisme politique dans la région de l’Argentine où il était le plus solidement implanté suggère que là non plus il n’avait jamais eu une possibilité réelle d’animer une authentique agitation des masses autour des politiques de sécularisation comme celle qui s’est déchaînée à plusieurs reprises dans certaines régions mexicaines. Il ne serait donc pas juste d’attribuer à la prudence de ceux qui ont guidé l’expérience de la république possible dans ce terrain conflictuel, le caractère plus limité du conflit suscité par ces politiques aussi bien parmi ceux qui les appuyaient que parmi leurs adversaires. Mais il est incontestable cependant que ceux qui ont placé le thème de la sécularisation en tête de leur agenda politique ne voulaient pas du tout le voir susciter un retour aux tensions qu’ils souhaitaient révolues pour toujours.

67Qui plus est, on pourrait dire que l’agitation n’avait pas besoin d’avancer sur la même route qui avait conduit autrefois à des bouleversements dont on se souvenait avec une horreur justifiée pour éveiller des sentiments de rejet au sein de la nouvelle promotion de dirigeants politiques surgie en 1880. En effet, après avoir pris l’initiative des réformes laïques, ceux-ci allaient assister avec des sentiments mélangés à des mobilisations d’opinion qui, en dépassant les limites des élites – ainsi qu’il est arrivé dans certains congrès catholiques convoqués pour s’opposer au projet de sécularisation ou celui des enseignants identifiés avec ce même projet – révélaient la présence naissante d’un profil de société qui avait chaque fois moins de choses en commun avec celui qu’ils avaient connu et où ils avaient souffert des guerres civiles.

68Ce n’était donc pas le cadre où le nouveau groupe qui dirigeait la politique nationale avait espéré mener des réformes qu’il proclamait indispensables pour s’assurer que l’Argentine allait continuer à faire des progrès au rythme du monde. Ce nouveau groupe en était si solidement convaincu qu’il refusait même d’imaginer que ce qui mobilisait ses adversaires pouvait être autre chose qu’un tas de puérilités. Cette arrogance, propre à ceux qui étaient plus sûrs que jamais d’être les maîtres de l’avenir, accentuait les tendances autoritaires déjà présentes dans un projet de construction nationale qui avait placé toute la nation sous la tutelle temporaire de ceux qui s’étaient chargés de la mettre en place.

69Cette façon de concevoir le cadre social où devaient s’introduire les réformes laïques allait se refléter dans l’impact si différent qu’elles allaient avoir en Argentine et en Uruguay, où par contre, elles furent proposées comme un projet qui devait être assumé par toute la société. Les conséquences allaient se refléter à tous les niveaux de la vie uruguayenne : ainsi, par exemple, chaque fois que le journal de la fraction la plus grande du parti du gouvernement, qui était aussi celui de plus grande diffusion dans le pays, mentionnait la divinité, il lui refusait le privilège d’une majuscule. Il rappelait ainsi à chacun de ses lecteurs qu’il offrait au laïcisme extrême de cette fraction un assentiment qui allait devenir moins passif chaque fois que dans ses pages il communiquerait les deuils de sa famille par une annonce qui, d’accord avec les normes strictes d’édition du journal, ne pouvait pas inclure le signe de la croix.

70Le mécontentement éveillé chez quelques-uns des membres des élites politiques par l’écho plébéien, cependant comparativement limité, qui en marge de ses intentions ont suscité ses campagnes de sécularisation -ainsi qu’elle se reflète par exemple dans la réaction de Cané face à ce qu’il appelle «guérilla vulgaire des journalistes»24- devance peut-être la réaction qui éveillera dans ces mêmes élites le fait de découvrir que la société qui est en train de surgir de la gigantesque expérience d’ingénierie sociale qu’elles ont présidé n’est pas prête à leur offrir le tribut de vénération filiale qu’elles avaient espéré recevoir.

71Et cet effet offre -me semble-t-il- une piste bien révélatrice de ce qu’a été le libéralisme, surtout en Argentine : l’acceptation joyeuse de la destinée promise au pays par une providence qui s’était montrée particulièrement généreuse avec lui. Il n’est donc pas surprenant que, au fur et à mesure qu’un secteur de la société argentine découvrait que, pour lui, cette promesse n’allait pas s’accomplir, l’espoir déçu entraîna la méfiance envers la foi politique et idéologique dont il s’était nourri.

Inicio de página

Notas

1 Aníbal Ponce, «Carta abierta al ministro Jorge de la Torre» (8/XI/1936) dans Oscar Terán, Anibal Ponce, ¿El marxismo sin nación?, Mexico, Ed. “Pasado y Presente», 1983, p.234.

2 Senado de la Nación, «Diario de Sesiones», 4/VI/1935.

3 Domingo Faustino Sarmiento, Facundo, ed. Roberto Yahni, Madrid, Cátedra, 1990, pp. 40-41.

4 Lettre à Pedro Palazuelos, Grand Bourg, 26/VIII/1842, dans «Archivo de Don Bernardo O’Higgins», Santiago du Chili, 1946-66, IX, 124-126 (au Chili on a « eu le bon sens de conserver les barrières qui séparaient les différentes classes de la société en conservant la prépondérance de la classe instruite, celle qui a quelque chose à perdre »).

5 Lettre à Quiroga, Buenos Aires, 29/II/1832: “je suis persuadé que la Fédération est la forme de gouvernement la plus conforme à la forme de gouvernement avec laquelle nous avons été éduqués dans l’état colonial sans avoir connu les liens et les titres de l’aristocratie comme au Chili et à Lima », Enrique M. Barba (recop.) Correspondencia entre Rosas, Quiroga y López, Buenos Aires, Hachette, 1958, p.71.

6 Il le manifeste ainsi dans le long passage où il anticipe, dans « Facundo », l’héritage que va laisser Rosas, lequel - en accord avec les desseins d’une Providence aussi capable d’astuces que la Raison hégélienne – « réalise tout ce qui se rapporte à l’avenir de la Patrie », dans Sarmiento, D., Facundo, op. cit., p. 356).

7 L’auteur fait allusion ici aux guerres qui ont suivi la promulgation des constitutions en 1819 et en 1826 (Note du coordinateur).

8 Ariel de la Fuente, Children of Facundo, Caudillo and Gaucho Insurgency During the Argentine State-Formation Process (La Rioja, 1853-1870), Durham, N.C., Duke University Press, 2000.

9 Rappelons que pour éviter cette tendance, dans la guerre de l’indépendance, le Général Belgrano avait recommandé de caserner les troupes qui avançaient sur l’Intérieur dans des endroits éloignés des populations et faciles à surveiller et que, pendant la guerre du Brésil, la masse de déserteurs allait introduire dans la Province de Buenos Aires une présence humaine éphémère et menaçante aussi bien dans le delta du Paraná que dans les marais du fleuve Salado.

10 Sarmiento, D., Facundo, op. cit., p.377-80.

11 De la même façon, dans la poésie de jeunesse de Mitre, les ennemis auxquels il doit faire face dans les guerres civiles uruguayennes sont présentés comme des «esclaves», des serfs qui, du moment qu’ils ont accepté leur servitude ont mérité la fin sanglante qui a suivi leur défaite. Sur ce point, cf. la poésie “José Campón (Página de un diario militar en 1839) », dans Horacio Jorge Becco, Antología de la poesía gauchesca, Buenos Aires, Aguilar, 1972, p.63 :

«Le champ resta semé

d’hommes et de chevaux morts.

Il est resté au milieu des collines

Une grande traînée de sang :

Qui l’a fait ? L’escadron

Qui pour venger ses guerriers,

A passé des légions d’esclaves

Au fil de l’acier. »

12 Il faut rappeler que pendant cinquante ans, à partir de 1820, La Rioja avait été un foyer de soulèvements qui avaient convulsionné quatre fois tout l’intérieur du pays, et qui dans les intervalles entre chaque soulèvement elle avait été troublée par d’autres non moins nombreux mais de moindre portée.

13 Il s’agit du même unanimisme que, comme vient de le démontrer Marcela Ternavasio, Rosas avait essayé d’inculquer -sans succès- à l’opinion à travers de rituels élaborés qui identifiaient l’Etat et le parti et qui étaient renforcés dans les moments de crise par la terreur. Cf. Marcela Ternavasio, La revolución del voto. Política y elecciones en Buenos Aires, 1810-1852, Bs.As., Siglo XXI, 2002, p. 201-245.

14 Ces deux villes étaient Buenos Aires, ouverte à tous les vents du monde et avide d’incorporer toutes les nouveautés qu’ils lui apportaient, et Córdoba, la ville des couvents et des lettrés qui du fond du désert argentin ne se résigne pas à reconnaître que le passé est en effet passé.

15 Bartolomé Mitre, «El capital inglés», dans Tulio Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una nación, Caracas, Ayacucho, 1980, p.303.

16 En français dans l’original (NE)

17 Ainsi Alberdi opposait l’exemple édifiant que l’impératrice Eugènie venait d’offrir en France en accueillant près d’elle les Sœurs de la Charité, au projet de colonisation de la campagne de Buenos Aires, qui voulait l’offrir comme refuge pour des prisonniers politiques du Second Empire -que Alberdi décrivait sans pitié comme des anciens bagnards de Cayenne- ainsi que l’avait annoncé le gouvernement de cette province-là pendant les années de sécession

18 Dans Recuerdos de Provincia, Sarmiento allait montrer sa propre trajectoire comme un exemple particulièrement convaincant du fait qu’il était possible de mettre au service du nouveau modèle libéral l’héritage de l’ancien.

19 «Discurso masónico en el banquete dado en honor de los presidentes Mitre y Sarmiento al sucederse en el mando supremo de la República, octubre de 1868», dans Bartolomé Mitre, Arengas, 2ème édition, Buenos Aires, Casavalle, 1889, p.498-9.

20 Au Guatemala du couvent de la Récollection avec sa belle église [...] on à fait l’École Polytechnique ; de la maison des Frères Pauliens, cachés aujourd’hui dans une petite maison ignorée, on à fait l’École Normale [...] ; un autre couvent aux nefs sobres avec d’immenses cours, vrai palais des moines, Santo Domingo, à été transformé en entrepôt de tabac et d’eau-de-vie », tandis que les familles conservatrices gardent à la maison « comme un précieux souvenir, un morceau de soutane » des prêtres exilés. (« La América Central », dans José Martí, Obras Completas, vol. II, La Havane, Lex, 1946, p.569 et suiv.; citations p.570-71. À Toluca, État de Mexico, « il paraît que l’on pourrait accuser de faiblesse le gouvernement de cet État » où une procession « a parcouru les rues principales et [...] est passé devant la maison de la première autorité de l’État. La loi ordonne la prison pour ceux qui ont célébré un acte religieux en public. Le moine del Carmen a été arrêté et conduit à la prison municipale. Un peu après, la plèbe ameutée, remplissait les rues [...] et s’agitait autour de la maison où était arrêté le moine » (« Los sucesos de Toluca », Revista Universal, Mexico, 23/VII/1875, dans Martí op.cit. p. 758 et suiv.).

21 La grande quantité d’églises gothiques qui surgissent dans les coins les plus inattendus qui avaient été naguère un désert montrent à quel point cet effort est considérable.

22 Paunero à Mitre, Córdoba, 13/V/1862, dans Archivo del General Mitre, t.XI, Buenos Aires, Biblioteca de “La Nación”, 1911, p.95.

23 Silvia Roitenburd, Nacionalismo católico, Córdoba (1862-1943), Córdoba, Ferreyra.

24 «De cepa criolla», dans Miguel Cané, Prosa ligera, Buenos Aires, Rosso, 1919, p.119 et suiv.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Tulio Halperín Donghi, « L’héritage problématique du libéralisme argentin », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/1152

Inicio de página

Autor

Tulio Halperín Donghi

University of California (Berkeley)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org