Navegación – Mapa del sitio
Vision socio-économique

Argentins et Équatoriens à Madrid: deux modes de reconstruction sociale dans un contexte migratoire

Paola Garcia

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Cet article se propose d’analyser les stratégies de réorganisation sociale que les immigrés argentins et équatoriens, très différenciés sociologiquement et culturellement, mettent en œuvre en Espagne.

2Lorsque la communauté d’immigrés atteint une masse critique suffisante, elle reconstruit et réorganise sa sociabilité en adoptant différentes stratégies qui tendent en général à consolider le groupe ou, au contraire, à le dissoudre1. Les Équatoriens semblent favoriser la création du lien social entre compatriotes. Ils résident massivement dans certains quartiers de Madrid2, privilégient les rassemblements dans les parcs madrilènes3 et disposent de multiples associations constituées majoritairement par de jeunes adultes âgés de 25 à 35 ans. Les Argentins pour leur part, ne semblent pas avoir à première vue de lieux géographiques de référence spécifiques à leur groupe. Toutefois, à l’image des Équatoriens, les Argentins ont développé des structures associatives susceptibles de les représenter et de favoriser la constitution d’espaces de sociabilité4 propres à leur collectif. Mais, notre travail de terrain, réalisé sur la période de 2002-2006 à Madrid, montre que les regroupements communautaires argentins ne semblent pas déterminants dans les processus d’intégration, contrairement à ceux des Équatoriens. En effet, les associations argentines, à l’image de celle de la Casa Argentina de Madrid, ne parviennent pas à impliquer durablement les jeunes adultes argentins qui constituent la grande majorité des nouveaux migrants. À l’aune de ce constat, plusieurs questions émergent. Quel est le rôle de ces regroupements communautaires ? Pourquoi le collectif équatorien, contrairement aux Argentins, s’investit-il dans différentes formes de regroupement ? Enfin, comment expliquer leur importance dans le processus d’intégration des Équatoriens dans la société espagnole ?

3Pour répondre à ces questions nous avons organisé notre travail autour de deux parties. La première tente de définir les caractéristiques des espaces de socialisation des immigrés argentins et équatoriens dans le cadre des rassemblements informels. Dans la deuxième partie, nous nous intéressons aux associations des deux groupes et nous analysons leurs modes de fonctionnement.

Espaces informels de socialisation et de sociabilité des immigrés equatoriens et argentins installés à Madrid

4Parmi les différentes formes d’organisation sociale des populations d’immigrés, nous nous intéresserons dans un premier temps aux espaces informels de socialisation. Nous avons choisi plus précisément les rassemblements d’Équatoriens qui se déroulent dans certains parcs madrilènes et les rencontres entre Argentins dans un cyber-café de la capitale.

5Le parc El Retiro, celui de la Casa de Campo ou encore le Parque del Oeste accueillent des centaines voire des milliers d’Équatoriens vivant à Madrid et ses alentours, les jeudis et samedis après-midi et les dimanches toute la journée5. Ainsi que le signalent José Antonio Vidal Rodríguez et Carmen Moreno Lorite (2000: 43), les immigrés équatoriens se sont appropriés, depuis quelques années, ces espaces publics et les ont transformés en espace de socialisation systématique: « Un punto de encuentro entre familias e individuos del colectivo ecuatoriano en su conjunto y de pequeños grupos regionales y locales ». Ces rassemblements sont semblables aux pratiques traditionnelles de sociabilité existant en Équateur : les gens ont en effet pour habitude de se retrouver en famille les week-ends dans des parcs ou dans des espaces ouverts pour y déjeuner, jouer au basket-ball, au volley-ball, etc.6 Cette pratique n’est pas spécifique à la ville de Madrid mais se retrouve dans d’autres villes d’Espagne, à l’image de Barcelone et d’Italie7.

6Contrairement aux Équatoriens, les Argentins privilégient des espaces fermés comme lieux de socialisation, à l’image d’appartements, de cafés, de pubs, etc. Cette socialisation, qui correspond à celle pratiquée en Argentine, est naturellement possible dans la mesure où, les Argentins disposent de revenus plus élevés que d’autres collectifs vivant à Madrid8. Au cours de notre travail de terrain, nous nous sommes rendus dans un cyber-café, situé dans un bâtiment de la Plaza del Sol, où transite un grand nombre d’Argentins et qui, au fil des années, est devenu un point de rencontre de la communauté. Les propriétaires argentins y affirment clairement leur appartenance nationale grâce au drapeau argentin installé à l’entrée du local, à diverses affiches touristiques des régions de l’Argentine qui recouvrent les murs et à la vente de produits typiquement nationaux comme la Hierba Mate et le dulce de leche.

7Dans la partie qui suit, nous montrons comment les parcs mais également le cyber-café remplissent des fonctions bien précises pour chaque communauté d’immigrés.

Des espaces d’entraide

8Les parcs peuvent être tout d’abord considérés comme des espaces informels de solidarité, des lieux de rencontre qui permettent aux immigrés équatoriens d’agir et d’interagir dans une société d’accueil dont ils méconnaissent le fonctionnement et les règles du jeu. Les nouveaux arrivés et les immigrés qui ne bénéficient pas de réseaux de solidarité efficaces échangent des informations avec les personnes résidant en Espagne depuis plus longtemps. Ces dernières peuvent répondre à leurs interrogations concernant le travail, le logement, les démarches administratives permettant l’obtention de papiers en règle, les associations susceptibles de les aider, les paroisses auxquelles ils peuvent se rendre, etc. Ainsi, comme l’explique Ramón9, un jeune Equatorien âgé de 28 ans et arrivé à Madrid depuis peu : « En el parque compartimos nuestras experiencias y nos ayudamos a buscar trabajo, nos enteramos también, por ejemplo, cómo tramitar los papeles que aseguren nuestra estancia legal ». Ces espaces d’entraide sont d’autant plus importants dans le contexte migratoire que les réseaux familiaux, qui en Équateur garantissaient en partie l’accès aux modes de subsistance10, sont souvent fortement désarticulés. En Espagne, les individus tentent donc de reconstruire ces réseaux d’entraide d’origine en les élargissant et en créant d’autres modes et espaces de solidarité.

9Le cyber-café constitue également un lieu d’entraide qui s’avère tout de même moins efficace que celui des Équatoriens. Un tableau à la disposition de tous les clients a été installé, sur lequel figurent parfois des petites annonces proposant un emploi ou une colocation. Des informations sur les processus de régularisation sont également affichées ainsi que des adresses utiles, comme celles de l’ambassade d’Argentine à Madrid et des consulats se trouvant dans les différentes villes d’Espagne. Par ailleurs, les activités de certaines associations apparaissent également, en particulier celles de la Casa Argentina de Madrid, à laquelle certains membres du cyber-café sont liés.

Des espaces de sociabilité et de convivialité

10Les rassemblements dans les parcs et le cyber-café contribuent ensuite à la création de liens interpersonnels en devenant des espaces de sociabilité et de convivialité.

11Ils permettent à certains de sortir de l’isolement dans lequel ils vivent. C’est le cas, par exemple, des femmes équatoriennes, employées de maison et hébergées pour certaines au sein même de leur lieu de travail (internas). Ces femmes peuvent difficilement établir de liens avec d’autres compatriotes en raison de leur charge de travail11. Ainsi, le jeudi et le dimanche, seuls jours de repos dont elles bénéficient, elles se rendent dans les parcs et se retrouvent avec des compatriotes. D’autres Équatoriens ont émigré sans leur famille et n’ont pas de réseau familial ou amical en Espagne leur permettant de développer une véritable sociabilité. Ils se rendent donc dans ces lieux de rencontre où ils peuvent, en définitive, oublier leur quotidien difficile. Cecilia12, jeune Equatorienne résidant à Madrid depuis 2000, déclare : « El encontrarse aquí con su gente es la mejor forma de olvidarse de las dificultades que estamos viviendo, de los problemas de trabajo y de los papeles y, además, es barato ». Il est vrai que les rassemblements dans les parcs permettent une sociabilité à moindre coûts. Ce facteur est particulièrement important pour les Équatoriens, qui bien souvent envoient la quasi-totalité de leur salaire à leur famille restée en Équateur13. Ils ne prélèvent que l’indispensable pour assurer le paiement de leur loyer, de leurs titres de transport et de leur nourriture.

12Les espaces de sociabilité et de convivialité du collectif équatorien s’organisent essentiellement autour de l’appartenance régionale ou locale d’origine. Les parcs se définissent comme des espaces de rencontre privilégiés de personnes originaires de la Sierra, zone andine de l’Équateur. Les Serranos favorisent une sociabilité intra-communautaire, s’identifient et reconstruisent leur identité à partir d’un système de valeurs et de représentations traditionnel, caractérisé par des référents historiques et sociaux fortement déterminés par l’origine et la territorialité. La Sierra est encore aujourd’hui marquée par le poids de la ruralité14 qui conditionne des conduites et des modes d’identification à partir du collectif. Toutefois, à l’intérieur même du groupe des serranos présents en Espagne, il existe des groupes plus traditionnels que d’autres. Les Équatoriens originaires de la capitale, par exemple, participent naturellement davantage aux processus d’individualisation même si un grand nombre d’entre eux ne sont que la première génération à être né ou à avoir grandi dans une zone urbaine15. Ils portent donc encore en eux l’héritage culturel et symbolique rural de leurs aînés16.

13Les Costeños, population dans l’ensemble urbaine et métisse, originaire de la zone côtière sont moins marqués par les formes d’appartenance traditionnelle et communautaire. Le processus d’individualisation qui les caractérise semble plus avancé comme le montre le témoignage d’un jeune Costeño, Lionel17 :

Por lo general, si te vas al Retiro, te encuentras con muchas personas de la Sierra, si te vas atrás de Moncloa, también lo mismo. Son muy pocos los lugares donde está la gente de la Costa. Porque se dispersa. El serrano por lo general siempre arma su grupo, se aglutina, se aglomera en una zona. En cambio el costeño forma su grupo y se independiza un poco de todo.

14Les Costeños ne favorisent pas exclusivement les relations inter-ethniques et sont susceptibles de s’intégrer à d’autres réseaux. Ainsi, comme le signale Fresneda (2003)18 dans son travail consacré à l’étude de la représentation sociale de la douleur :

Entre los correlatos en las representaciones de la salud mental, se ha podido detectar en los costeños una mayor apertura a la interrelación con el medio, con los españoles, tomando como ideal el de aquel que sabe presentarse y relacionarse con gran habilidad social. (…) Esta forma de ser (...) en principio les alejará del discurso comunitarista y les permitirá afirmar su proyecto migratorio con mayor libertad (...).

15Les Costeños semblent donc plus individualistes et ouverts au monde extérieur que les Serranos. Ces comportements s’expliquent probablement par le fait que la région côtière a toujours été plus entreprenante et dynamique économiquement et socialement que la zone andine. Elle a en effet connu un fort développement économique – basé sur les exportations agricoles – permettant à la ville de Guayaquil de devenir un pôle industriel et un centre d’affaires de tout premier ordre19. Les Costeños vivent donc dans un environnement qui s’est modernisé plus rapidement que celui de la Sierra entraînant des changements socio-culturels importants. Les systèmes de représentation traditionnels se sont pluralisés, garantissant peut-être aux Costeños une plus grande adaptabilité à la modernité espagnole.

16Un degré d’individualisation important s’observe également chez les personnes d’origine urbaine, appartenant à la classe moyenne et ayant reçu un enseignement secondaire ou universitaire. Généralement, plus le degré d’instruction est élevé, moins l’appartenance traditionnelle est privilégiée. C’est pourquoi, lorsque ces personnes « instruites » prennent part aux rassemblements dans les parcs, elles forment le plus souvent un groupe distinct et expriment un vif désir de différenciation vis-à-vis des personnes d’origine paysanne20.

17Le cyber-café argentin constitue également un espace de sociabilité et de convivialité car comme le signale Mariano21, son fondateur :

Esto del cíber, empezó de forma muy familiar, sólo era para los amigos argentinos. Estábamos en esta misma planta en un local más pequeño con diez ordenadores usados en malas condiciones, alguna red, todo esto lo armé con un amigo, y empezó a funcionar. (...) A medida que fue pasando el tiempo, el negocio se convirtió en la casa de la gente o mejor dicho de los jóvenes argentinos que estábamos acá. Las personas no solamente venían para consultar Internet o para buscar información sobre alojamiento o laburo sino también para juntarse porque era, y de alguna forma sigue siendo, como un punto de encuentro para ellos.

18Dans ses débuts, en 2000, le cyber-café est donc un lieu de rencontre exclusif du collectif argentin, avant même d’être un espace d’entraide. À cette date, les Argentins n’arrivent pas encore massivement et leurs besoins d’assistance sociale ne sont pas aussi importants que ceux des immigrés arrivés démunis après la crise de décembre 2001. Ainsi, Luisa22, immigrée argentine arrivée à Madrid en 2000, décrit l’ambiance qui régnait dans le cyber-café et ce qu’il représentait pour la communauté argentine d’alors:

El cíber era un reducto de argentinos. (...) Ese lugar lo descubrió mi novio, y empezamos a ir todos los días, era un lugar donde uno se sentía muy cómodo, porque imaginate, uno recién llegado, sin papeles, buscando trabajo, buscando casa, buscando todo, llegar a un lugar en donde escuchen radio nacional y que te inviten a tomar un mate. Allí estabas casi como en casa (....) Bueno y como espacio de integración y de sociabilidad, qué sé yo, no socializabas con españoles, socializabas con argentinos. Había clientes españoles pero como siempre no eran mayoría. Después fue cambiando un poco. Pero en un principio eran todos argentinos, te movías sólo entre argentinos, muchos sin papeles, muchos con papeles. (...) Lo que pasa, y eso fue mi caso en los primeros meses, cuando yo llegué la crisis en Argentina no se había desatado entonces no había mucha gente, no había nadie. O sea, había argentinos pero estaban acá en un plan muy... como yo en un plan relajado. Había gente viniendo pero no fue la gran oleada que fue después. Era un ambiente más de encuentro, no era tanto lo de la asistencia social. Era un ambiente muy relajado, más de colegas, de amigos. Había muchas amistades, muchos no pagaban cuando usaban las compus pero bueno, los chicos lo administraban así. Se organizaban partidos de fútbol. Mucha gente vivía junta. Muchos, muchos chicos vivían juntos, se pasaban de una casa a la otra. Todo esto fue en el 2000, luego empezaron a venir más argentinos, muchos más y el cíber siguió cumpliendo una función social.

19Toutefois, en raison du caractère commercial du cyber-café et du changement de propriétaire survenu en 2003, la nature de cet espace est redéfinie. Il est dès lors davantage considéré comme une entreprise et le besoin d’élargir la clientèle à d’autres groupes se fait sentir comme l’explique Carla23, nouvelle propriétaire :

En 2003, mi hermano y yo empezamos a encargarnos del cíber. Mi papa fue en realidad el que lo compró porque nosotros no teníamos el dinero. La cosa es que yo creo que hay que diferenciar lo que puede ser un negocio y lo que puede ser un club social y yo fui muy responsable de que el tema de que fuera un club social se acabara. Se sigue dando información, poniendo los avisos pero antes era toda una barra de gente que se instalaba en el sillón a rascarse todo el día. Entonces, ese tema de que estén todos los días los amigos en el sofá, lo fui cortando porque era una cosa que para mí no tenía mucho sentido. Pero sigue siendo un lugar donde se reúne la gente. Lo que pasa es que antes cumplía un rol mucho más varonero, era un club social de adolescentes más que un local. Cambió un poco la honda, que a la vez permitió la entrada de gente mayor y de españoles. (...) El hecho de que por allí haya menos patotas de amigos ha hecho que haya más gente en plan muy serio. Era un grupo de gente de entre 25 y 30 años que iba a hacer sus levantes y esas cosas, en plan muy informal.

20Les espaces de sociabilité des Argentins ne sont pas, en réalité, exclusivement communautaires. L’Argentine, de tradition agricole par sa structure productive, se caractérise pourtant par une population massivement urbaine24 au sein de laquelle la construction du lien social se définit non pas tant à partir du collectif mais, plutôt, à partir de stratégies individuelles. L’immigré est donc susceptible d’intégrer d’autres groupes comme, par exemple, celui des Espagnols. En outre, en raison de la meilleure image dont ils jouissent auprès de la société d’accueil, les Argentins parviennent plus facilement que d’autres collectifs à incorporer leurs espaces de sociabilité25. Ainsi, même si certains privilégient les formes de sociabilité intra-nationale, ils favorisent en majorité la constitution de réseaux élargis plus cosmopolites.

Les espaces de socialisation

21Les espaces de rencontre identifiés peuvent, seulement dans certains cas, être considérés comme des lieux de socialisation. Le cyber-café peut difficilement être défini comme un espace de reproduction des pratiques sociales du pays d’origine dans la mesure où, s’agissant d’un local commercial, aucune activité familiale n’y est développée. De plus, étant donné que la plupart des personnes qui y transitent appartiennent à la même catégorie générationnelle (18-35 ans) et se trouvent, en général, en phase de constitution de groupes familiaux, il n’existe pas de véritables interactions entre les différentes générations.

22La situation des Équatoriens est quelque peu différente. En raison du caractère éminemment familial du projet migratoire et de l’efficacité du réseau communautaire d’entraide26, au bout de quelques années, le migrant parvient à faire venir une partie de la famille en Espagne (frères, parents, oncles et tantes, parfois même grands-parents). Il reconstitue donc un noyau familial qui lui permet une certaine socialisation d’origine dont « l’activation » se manifeste dans les rencontres dans les parcs. Cette socialisation s’exprime, par exemple, à travers les pratiques ou les comportements alimentaires27 qui permettent, dans le contexte migratoire, d’unir symboliquement l’individu à la société d’origine et participent à la reconstruction de l’identité du groupe. Une des caractéristiques majeures des rassemblements d’immigrés équatoriens tient à la présence de femmes qui commercialisent des plats typiques qu’elles finissent de préparer ou qu’elles réchauffent sur place, comme elles le faisaient dans les rues des villes équatoriennes. À travers leurs activités commerciales, ces femmes donnent la possibilité aux immigrés d’affirmer un élément référentiel distinctif et de revendiquer leur appartenance non seulement nationale mais également régionale. Les habitants de la Sierra et ceux de la Costa ont en effet des traditions culinaires différenciées et chaque région se targue de ses plats typiques28.

23Dans le parc de l’Oeste, par exemple, chaque groupe régional consomme donc ses spécialités culinaires. S’il est vrai que l’on retrouve les spécialités des deux régions, force est de constater la présence écrasante de vendeuses originaires de la Sierra qui révèle que la majorité des personnes présentes dans le parc proviennent de cette région. Les vendeuses de la Costa, en grande partie originaires de Guayaquil, se font rares, tout comme les gens de cette région. Le groupe se constitue donc à partir de son appartenance nationale, puis des sous-groupes se forment en fonction de l’appartenance régionale, locale et parfois même socio-culturelle, puisque certains qui s’auto-définissent comme « blanc-métis »29 refusent tout contact avec leurs compatriotes identifiés comme « Indiens-paysans ».Toutefois, pour tous, la sociabilité entre compatriotes permet dans une certaine mesure de maintenir vivante la culture d’origine et d’apaiser les contradictions identitaire30 éprouvées depuis l’installation en Espagne. Ainsi :

Este lugar de encuentro les sirve pues para mantener la ilusión de una cierta cercanía a su país a través de los sabores y los olores de su cocina tradicional, del sonido de su música popular, de la contemplación de los rostros y figuras tradicionales y del constante murmullo de los acentos patrios, brindándoles el consuelo que necesitan por la falta de contacto directo con sus familiares y amigos ausentes31.

24Grâce à l’interaction entre compatriotes, le groupe parvient, en définitive, à maintenir une certaine cohésion identitaire et à actualiser le lien avec le pays d’origine, le village, le quartier, la famille, les amis, les voisins, etc.

Les formes de sociabilité et de socialisation formelle : les associations d’immigrés

25Un autre espace de sociabilité et de socialisation important s’articule autour d’organisations formelles et structurées, à l’image d’associations qui peuvent être de natures diverses : politiques, syndicales, religieuses, sportives, culturelles ou de défense des immigrés. L’implication des membres y est plus forte que dans les organisations informelles puisque ce sont eux qui dotent l’association des statuts définissant les activités et s’investissent dans le suivi régulier de celles-ci. Notre travail de terrain, nous a conduit à nous intéresser plus particulièrement aux associations destinées à la défense des immigrés en raison de leur visibilité sociale et médiatique.

26Alors qu’en 2000, Moreno Lorite et al. 32 s’étonnait de l’incapacité des immigrés équatoriens à créer des organisations ou des associations susceptibles de les représenter, en 2004 Belbachir Slimani33 en dénombrait dix-huit « d’envergure variable »34, toutes présentes majoritairement dans les lieux de forte concentration du collectif équatorien35, à savoir la communauté de Madrid, de Barcelone, de Valence et de Murcie. Toutefois, ce chiffre semble être en deçà de la réalité puisque, selon divers dirigeants d’associations, il existerait 150 associations équatoriennes sur l’ensemble du territoire espagnol, dont seule une soixantaine bénéficierait d’un statut légal36. Parmi les associations équatoriennes répertoriées, on compte Ecuador Llactura à Barcelone, la Asociación sociocultural ecuatoriana « Galapagos » à Saragosse, la Asociación de Ecuatorianos en Aragon, Nuevo Ecuador à Pampelune, Amazonas de Perlata et Aprodes en Navarre, Adeyade à Madrid et la Asociación Hispanoecuatoriana Rumiñahui présente à Madrid, à Valencia, à Murcie, à Ségovie et en Estrémadure. Le moment de consolidation et de structuration de ces associations se situe en 2001, date de l’entrée en vigueur de la Ley de Extranjería 4/2000.

27Les associations argentines sont, pour leur part, moins nombreuses puisque, selon les données de l’ambassade argentine en Espagne37, il n’y en aurait pas plus d’une trentaine dans toute la péninsule. Pourtant, l’univers associatif argentin s’inscrit dans une temporalité historique plus longue, qui commence dans la deuxième moitié des années 1970, lorsque de nombreux Argentins, fuyant la dictature de 1976, s’installent en Espagne. C’est donc dans le contexte de l’exil qu’en 1978, la première association, la Casa Argentina de Madrid, est créée. Toutefois, avec le retour de la démocratie en 1983, ces associations n’ont plus de raison d’être et disparaissent. À partir de 1984-85, sous l’impulsion des exilés restés en Espagne, de nouvelles institutions ayant pour but de promouvoir la culture et l’histoire de l’Argentine font leur apparition, aux côtés d’autres associations qui se mobilisent en faveur des victimes de la dictature, à l’image de la Asociación Argentina Pro-derechos Humanos, créée en 1989. Mais, face à l’arrivée d’une nouvelle vague d’immigrés à la fin des années 1980, en pleine période d’hyper-inflation en Argentine, les associations existantes développent des activités spécifiques garantissant leur accueil. Enfin, les années 2001, 2002 et 2003 marquent une nouvelle phase dans la construction du milieu associatif argentin. L’importance et la soudaineté du flux migratoire qui caractérisent cette période provoquent l’émergence de nouvelles associations38, la redynamisation des associations existantes39 et la réactivation d’anciennes structures, comme la Casa Argentina de Madrid40.

L’assistance aux immigrés

28Les associations argentines et équatoriennes développent des activités d’assistance sociale qui favorisent l’insertion de l’immigré et contribuent à améliorer ses conditions de vie. Elles le guident dans ses démarches administratives, l’orientent sur les possibilités de logement et de travail, lui fournissent une aide juridique lorsque cela est nécessaire, etc. Cependant, les associations argentines se distinguent par l’importance qu’elles accordent à l’assistance psychologique à travers la multiplication de groupes de discussions. Ainsi, la Casa Argentina de Madrid crée en 2002 une Comisión de Acogida qui, parallèlement aux informations légales qu’elle dispense, a pour but de servir de groupe de soutien psychologique : l’individu peut exprimer ses frustrations, ses douleurs et ses peurs comme l’indique le témoignage de Silvia, Argentine, impliquée dans  les activités de la Comisión de Acogida .

Yo cuando llegué a Madrid sentí la necesidad de contactarme con la Casa Argentina porque quería contactarme con argentinos y fue allí donde conocí a Diana y a Carla. En ese momento yo la estaba pasando mal. Fui entonces a esa Comisión de Acogida. Allí me dieron información; me contacté con otros argentinos. Caritas prestaba la estructura y el local y todos los que estaban allí eran voluntarios. En la primera reunión, éramos diez personas, de las cuales cuatro eran de la comisión. Actualmente va más gente. Es gente que necesita un lugar donde hablar porque no la están pasando bien (...) En las reuniones está apareciendo gente que está aquí desde hace 8 o 9 meses y que recién viene a las reuniones. Llegó a un punto que sabe que no va ni para atrás, ni para delante y necesita un punto de contención. También hay gente en la comisión de acogida que ha llegado desde hace 48 horas. El argentino por lo general es muy orgulloso y es bastante difícil que busque ayuda. Es difícil que llegue un argentino que no tenga dónde vivir, qué comer, etc. Pero sin embargo, se dio el caso de una chica de 30 años, contadora, que se apareció un día y que vivía en un albergue de Cáritas. Luego consiguió trabajo como interna en una casa.

29La Comisión de Acogida constitue un espace exclusivement intra-national dans la mesure où, seuls des Argentins y prennent part, et intergénérationnel puisque les participants ont entre 17 et 62 ans41 :  

A la comisión de acogida, no sólo llegaban jóvenes sino también gente de 40 años que se encuentra con el problema de ser ya mayores. Esas personas se dan cuenta de que no sólo los discriminan en Argentina sino también en España.

30La Casa Argentina de Barcelona est également très impliquée dans l’accompagnement psychologique des immigrés. Elle propose des groupes de Contención y Atención Psicológica42 et a lancé une vaste réflexion sur ce thème en créant des ateliers CAPP (Contención y Atención Psicológica y Psicopedagógica)43. Ce souci particulier de prise en charge psychologique correspond sans doute à la tradition historique de la société d’origine et au grand développement de professionnels dans ce domaine, présents aujourd’hui en Espagne44.

Activites culturelles

31Les associations des deux collectifs proposent également des activités culturelles dont le but est de renforcer les liens identitaires entre les membres de chaque communauté et de réactiver constamment les liens avec la communauté d’origine.

32Ainsi, l’association Ecuador Llactacaru se donne entre autres objectifs « el mantenimiento de los lazos identitarios, afectivos y culturales de los inmigrantes con sus respectivos países de origen »45. L’association Rumiñahui se propose pour sa part de « cultivar nuestras raíces culturales y que se difundan en el territorio espanol »46. Enfin, des membres de l’association Ecuador Llactacaru ont créé un groupe de danse traditionnelle dont l’objectif est de diffuser en Catalogne la culture équatorienne indigène et métisse47.

33Ces activités ont également pour finalité d’enraciner les enfants équatoriens dans une mémoire collective différente de celle qui est transmise par le système éducatif espagnol. L’héritage culturel et historique doit être préservé précisément à travers des activités familiales comme l’indique le vice-directeur de l’association Rumiñahui, Vladimir Paspuel48 :

Nosotros somos ante todo una organización reivindicativa. Ayudamos a los más necesitados, a los que atraviesan más dificultades, pero sin olvidar la cuestión cultural. Es importante que la gente no se desarraige de todo este bagaje cultural que hemos traído porque eso es importante. Quien olvida sus raíces pues no tiene buenos cimientos para crecer aún más. Entonces por ejemplo nosotros estamos en esta cuestión de reivindicar lo que son nuestras culturas, nuestras raíces, los grupos étnicos que viven en nuestro Ecuador, su riqueza cultural, su riqueza gastronómica, su idiosincrasia. Eso también lo reivindicamos y eso también lo queremos demostrar y mostrárselo a la sociedad española para que de esa manera se vea más enriquecedora. A la gente le agrada, le gusta tener contacto con su cultura aunque fuera efímero, momentáneo con ese pasado. Le invitamos a la gente a mantener, a recordar lo que ha sido su país, su historia para que los hijos, los que han nacido aquí o han venido de pequeños, no olviden que geográficamente nuestro país tiene veintidós provincias, cuatro regiones naturales, que tenemos un gobierno muy distinto al de aquí, que no se trata de una monarquía, que no tenemos autonomías sino una división territorial provincial. Existen provincias, cantones, pueblos y caseríos. No nos tenemos que olvidar de nuestra música, de nuestra gastronomía y que también nosotros somos la gente que llevamos esta cultura.

34Toutefois, il convient de s’interroger sur l’identité culturelle qui est revendiquée par les associations et qui prétend être transmise aux jeunes générations. Les référents identitaires mobilisés à travers les noms et les dénominations données aux associations équatoriennes affirment une appartenance régionale indigène de la Sierra. Tel est le cas, par exemple, de la Asociación Cultural Aragonesa Raíces Andinas ou la Asociación Cultural de Ecuatorianos Quechuas49. Pour sa part, la Asociación Ecuador Llactacaru signifie en quetchua « Equateur terre lointaine »50 tandis que la Asociación Rumiñahui porte le nom de celui qui symbolise la résistance indigène équatorienne face au conquistador espagnol51. En revanche, il n’existe aucune association s’auto-définissant comme costeña, à notre connaissance. Cette absence est peut-être due au fait que les personnes originaires de cette région ne partagent pas avec les Serranos une identité territoriale aussi affirmée et ne construisent pas aussi fortement leurs modes de socialisation à partir du collectif. En outre, il semblerait que les Serranos, forts de l’expérience contestataire et revendicatrice des mouvements indiens52, tendent à réorganiser plus efficacement des groupes de pression en Espagne et jouissent, par conséquent, d’une dynamique associative plus grande.

35Les associations argentines pour leur part organisent leurs activités autour de deux axes : d’un côté, les activités artistiques (expositions de peinture, de photographie, spectacles de tango, etc.) et, de l’autre, les espaces de sociabilité créés autour du tango, du maté et de l’asado. L’ensemble des associations argentines propose ponctuellement, et surtout à l’occasion de la célébration de la fête nationale du 25 mai, de réunir leurs membres pour partager un asado. De même, certaines, comme la Casa Argentina de Madrid, organisent des Mateadas où les participants peuvent également danser le tango :

Todos los domingos compartimos una rueda de mates tan característica de nuestro país. La distancia de nuestros seres queridos crea un vacío que cuesta llenar, pero juntos intentamos sobreponernos con este espacio en el que los mates, la buena y variada charla (nuestro deporte nacional más apreciado), las clases de tango, y alguna partida de truco, nos ayudan a crear nuevos lazos de amistad y grupos de contención afectivos53.

36La Casa Argentina de Barcelona propose une activité similaire appelée Rondas de mate et souligne la fonction éminemment sociale de cette boisson :

El mate es una de aquellas creaciones culturales que, más allá de satisfacer paladares y acompañar soledades, se caracteriza por alentar a aquella ancestral tendencia humana que consiste, simplemente, en “estar con otros”. El mate circula..., ronda..., y se constituye en una viva metáfora por la que transitan la emoción, la palabra, el deseo. El mate permite la emergencia de un decir..., y un no decir; escuchar, advertir, callar... y mirar. El mate invita a hablar, y ser hablados; es decir, permite escucharnos y, al hacerlo, poder poner en cuestión, en un movimiento retroactivo, lo que acabamos de decir54.

37Ces activités constituent alors des moments de détente et de partage pour les immigrés: « La gente va a las mateadas ya cuando tiene ganas de compartir lo bueno, no sólo lo malo »55.

38L’asado, le mate et le tango peuvent être considérés comme des expressions culturelles propres de la nation et affirment clairement une appartenance nationale. Les appartenances régionales ou locales paraissent peu opérationnelles dans la réorganisation du lien social entre compatriotes argentins hors des frontières. Elles continuent naturellement à indiquer une appartenance socio-culturelle mais ne sont pas un élément agglutinant56 ou un marqueur identitaire fort comme dans le cas des Équatoriens. Ceci est particulièrement visible dans les appellations des associations argentines. À la différence des équatoriennes, toutes les associations argentines revendiquent une appartenance nationale et se distinguent par la simple évocation du lieu géographique où elles se trouvent en Espagne : la Casa Argentina de Madrid, la Casa Argentina de Barcelona, de Valencia, Argentinos en Salamanca, etc. En outre, aucune référence n’est faite à une identité ethnique : les Argentins installés en Espagne sont en majorité de souche européenne et ne construisent pas leur identité à partir d’un groupe ethnique spécifique, comme certains immigrés équatoriens, à l’image des Otalaveños.

39Nous pensons que l’atténuation des identités régionales et locales chez les immigrés argentins et, au contraire, leur persistance chez les Équatoriens est liée à l’identité territoriale qui dans les deux cas se manifeste différemment. La population argentine se caractérise par une certaine propension à la mobilité et au déracinement, liée à son histoire migratoire. En revanche, les populations équatoriennes ont un enracinement territorial et social plus ancien, historiquement stable et socialement précis. L’identité des Équatoriens se construit par distinction57 : un individu est originaire de telle région, de tel village par opposition à un autre. De sorte que le lieu de naissance comme espace identificateur est fondamental et jusque dans les années 1970, qui marquent le début de l’exode rural, les gens naissaient et vivaient toujours sur la terre de leurs ancêtres.

Les activités politiques en Espagne et en Equateur

40De plus en plus d’associations équatoriennes concentrent leurs actions dans le domaine politique espagnol et, parfois même, équatorien au détriment bien souvent d’autres activités. Cela sans doute en raison de l’actualité qui est ponctuée, en Espagne, par les différents processus de régularisation et en Équateur, par la crise socio-politique qui conduit en 2005 à la destitution du président Lucio Gutiérrez. En outre, pour la première fois de leur histoire, les immigrés sont appelés à participer aux élections présidentielles de 2006, permettant dans certains cas aux associations d’immigrés de devenir un nouvel acteur politique.

41Les associations d’immigrés équatoriennes ont commencé à occuper l’espace politique espagnol à la suite de l’entrée en vigueur de la Ley de Extranjeria 4/2000 en janvier 2001 et à la suite de l’accident tragique de Lorca qui cause la mort de douze équatoriens, le 3 janvier 200158. Cet accident met alors en lumière les conditions de vie précaires des immigrés et des marches de protestation59, des occupations d’églises60, etc. sont organisées afin d’obtenir la régularisation des ressortissants équatoriens. Rapidement, les associations comprennent leur intérêt à s’associer à d’autres groupes d’immigrés et à participer plus largement au débat sur l’immigration en Espagne61. Le 26 octobre 2003, la Federación Nacional de Asociaciones de Ecuatorianos en España est créée dans le but de regrouper les différentes associations équatoriennes et de favoriser ainsi de nouvelles dynamiques plus opérationnelles dans la lutte pour les droits des immigrés. Depuis, à chaque processus de régularisation, et plus récemment lors de celui qui a été organisé par le gouvernement de Zapatero en 2005, les associations équatoriennes se mobilisent, multipliant les contacts avec les dirigeants et les institutions politiques espagnoles.

42Ainsi, grâce à ces associations d’immigrés, les Équatoriens sont devenus progressivement des acteurs sociaux visibles et incontournables de la vie politique espagnole. Elles ont fait émerger « des problèmes publics » et se sont efforcées de proposer des solutions, de sorte que, comme le souligne le vice-président de l’association Rumiñahui :

Hoy en día queremos tener una incidencia política más importante y no dedicarnos tanto a la atención al día a día de los inmigrantes. Obviamente, no hay que desprenderse pero esta atención ya la hacen otras organizaciones. Se ocupan de la vivienda, de proporcionar servicio jurídico, etc. Para qué hacer lo que hacen otras organizaciones y que lo tienen bien montado, que reciben financiamiento del estado español y que tienen personas allí que están liberadas para esas actividades. Nosotros queremos tener mayor incidencia a nivel político. Ya hemos tenido reuniones con el Secretario de la Delegada de Gobierno para las Migraciones. Estamos en contacto, hablando constantemente y dando aportaciones sobre la ley de Extranjería. Nosotros nos reunimos a debatir y analizar para ver cuáles serían los parámetros para una posible otorgación de los papeles a la gente, estamos hablando de cerca de un millón de personas indocumentadas. Queremos sugerirle a la administración lo que sería lo más viable.

43En vue de peser davantage sur la scène politique espagnole, les associations Rumiñahui, Ecuador Llactacaru et Aprode ont interpellé le président équatorien, en visite en Espagne en décembre 2002. Elles lui ont remis un compte-rendu des conditions d’existence des immigrés équatoriens et ont fait de nombreuses propositions62.

44Pour leur part, les associations argentines bénéficient en Espagne d’une visibilité médiatique plus grande que leurs homologues équatoriennes63. Cette visibilité s’explique en partie en raison de la bonne acceptation des Argentins dans la société espagnole et de la mobilisation de dirigeants expérimentés appartenant pour la plupart à la génération des exilés. Ces derniers jouissent d’une expérience politique active, d’une stabilité économique favorisant leur implication au sein des organisations et comptent également sur un ensemble de réseaux et de contacts établis depuis plusieurs années. Ainsi, certaines associations, à l’image de la Casa Argentina de Madrid, bénéficient de l’appui important d’organisations espagnoles (Novara, 2005 : 227) :

Cáritas64 facilitó su Escuela de Voluntariado para las reuniones de la Comisión de Acogida, el MPDL65 puso a nuestra disposición sus medios informáticos, papelería e imprenta, la Cruz Roja y la UGT66 colaboraran en las jornadas con los que intentamos llegar a mayor públicos, USO67 facilita regularmente uno de sus locales para nuestras asambleas, y se podría enumerar un largo etcétera. Desde la Comisión de Acogida podemos afirmar que hemos llamado a una puerta y se nos abrieron cuatro.

45La visibilité des associations argentines et l’appui institutionnel qu’elles reçoivent permet donc aux dirigeants de faire entendre leur voix sur la scène politique et de participer activement au débat sur l’immigration. La principale revendication collective des associations argentines concerne le respect des traités bilatéraux successifs signés par l’Espagne et l’Argentine68 : El Tratado de Reconocimiento, Paz y Amistad du 21 septembre 1863, ratifié en 1864, El Convenio de Emigración signé le 18 octobre 1948, El Convenio de Doble Nacionalidad du 14 avril 1969, ratifié en 1970 et, enfin, El Tratado General de Cooperación y Amistad du 3 juin 1988. L’ensemble de ces accords bilatéraux contraignent les gouvernements des deux pays à faciliter l’installation et l’accès au travail des nationaux de l’autre pays sur leur territoire. Mais, de toute évidence, ces traités bilatéraux ne sont nullement respectés puisque :

(...) Los ciudadanos argentinos no gozan de igualdades de derechos que los españoles en Argentina. Más aún les resulta en la práctica imposible, a la gran mayoría, obtener residencia y autorización para trabajar, aunque dispongan de medios suficientes de vida o posibilidad de trabajo. Y últimamente, enfrentan restricciones para entrar al territorio español. Ello, pese a que la propia Ley Orgánica 4/2000 señala específicamente en su art.36.4 que: « En la concesión inicial de la autorización administrativa para trabajar podrán aplicarse criterios especiales para determinadas nacionalidades en función del principio de reciprocidad »69.

46En refusant de tenir compte de ces traités, le gouvernement espagnol se situe volontairement, selon les associations argentines, dans l’illégalité, comme le souligne l’un des principaux avocats de la Casa Argentina en Madrid, Carlos Slepoy70 :

Queremos que quede claro que se está cometiendo una ilegalidad, que se está violando la constitución española, que se están violando los tratados internacionales. (...) Aunque la situación de ciertos colectivos sea peor que la de los argentinos nos parece insultante el trato que se le está dando a los argentinos.

47En outre, il dénonce l’absence de mémoire historique des Espagnols qui aujourd’hui n’accueillent pas les Argentins dans des conditions favorables comme l’avait fait l’Argentine avec les émigrés espagnols à la fin du XIXème siècle et au XXème siècle71 et comme elle continue d’ailleurs à le faire encore aujourd’hui. Les associations demandent donc une reconnaissance mutuelle qui passe par l’implication effective de l’ensemble des acteurs de cette histoire migratoire, parmi lesquels les émigrés espagnols installés en Argentine :

Es indignante si consideramos el trato histórico y actual que se les da a los españoles instalados en Argentina. En este momento en Argentina hay el doble de paro que acá. Sin embargo los españoles no tienen problema en instalarse en nuestro país. Hay el doble de españoles nativos allá que argentinos acá en España. (...) Nosotros quisiéramos crear lazos con asociaciones españolas en Argentina para que los propios españoles reclamen junto a los argentinos que están aquí en España. Además muchos de ellos tienen ahora a sus hijos en España. Deseamos que si no se consiguiera lo que reivindicamos se encierren muchos argentinos en diferentes lugares de España y que los españoles que viven en Argentina, manifiesten frente al consulado español. Es una tarea difícil pero posible72.

48Mais les associations d’immigrés ne limitent pas leurs interventions au champ politique espagnol, elles prétendent dans certains cas participer activement au processus de changement socio-politique du pays d’origine. C’est précisément le cas de certaines associations équatoriennes qui sont en contact et collaborent avec les organisations paysannes et indigènes comme la CONAIE (Confederación de Nacionalidades Indígenas del Ecuador) et de la FENOCIN (Federación Nacional de Organizaciones Campesinas, Indígenas y Negras del Ecuador). Ainsi, par exemple, l’association Rumiñahui affiche comme objectif « coordinar trabajo y firmar un convenio de cooperación entre las organizaciones »73.

49Cette volonté des associations de participer à la vie publique équatorienne s’est manifestée clairement lors de la destitution du président Lucio Gutiérrez, en avril 2005, qui a conduit une partie du monde associatif à se mobiliser et à intensifier les contacts avec les différents acteurs politiques équatoriens. Ainsi la présidente de l’association Rumiñahui, Dora Aguirre74, affirme que :

Respecto a la situación actual que se está viviendo en el país, nos sentimos angustiados e impotentes, por la poca acción que podemos realizar. Sin embargo, desde las organizaciones de inmigrantes mantenemos estrecho contacto con las organizaciones sociales, indígenas y campesinas de Ecuador, para estar al corriente de las medidas que se toman y apoyarlas. También estamos llevando a cabo talleres de información y discusión con la población migrante, para hacerles llegar nuestras aportaciones a través de las organizaciones de Ecuador.

50Cette implication dans la vie politique équatorienne se manifeste également dans les conflits internes qui opposent bien souvent les dirigeants des différentes associations comme le témoigne le titre d’un article publié dans El Comercio (14/04/05) : « La asociación migrante hace agua por la política » et ce, d’autant plus, à la veille des élections présidentielles équatoriennes.

51L’implication des associations d’immigrés à la vie politique argentine est moins importante que celles des Equatoriens. Bien que certaines aient des contacts directs avec des syndicats en Argentine, peu s’investissent, en définitive, dans la vie politique nationale du pays d’origine et leurs actions semblent davantage tournées vers le pays d’accueil. Les dirigeants des associations argentines sont en majorité des exilés politiques ou des immigrés installés en Espagne de longue date, socialement et professionnellement intégrés dans le pays de réception. L’idée d’un retour en Argentine pour eux n’existe plus et ils s’investissent, désormais, dans la réalité socio-politique de l’Espagne. Mais, même si les associations équatoriennes maintiennent des liens plus étroits avec le pays d’origine, force est de constater tout de même qu’elles manifestent aujourd’hui le désir de jouer un rôle plus important au sein de la société d’acceuil. Ce changement de perspective est sans aucun doute lié à l’installation du collectif équatorien qui se consolide à travers la multiplication depuis quelques années des regroupements familiaux.

Les activités de coopération et de solidarité avec le pays d’origine

52Malgré les différents degrés d’implication des associations équatoriennes et argentines dans la vie politique de leurs pays respectifs, toutes organisent des activités de coopération et de solidarité. Les formes d’identification de ces deux collectifs conditionnent fortement les orientations de ces actions de solidarité et déterminent en partie les interventions des associations dans les processus de transformation sociale que vivent aussi bien l’Équateur que l’Argentine.

53Toutes les associations équatoriennes prétendent mener à bien des activités en faveur de la communauté d’origine. Elles développent une série de micro-projets essentiellement dans les régions d’où proviennent de nombreux immigrés, qui ont alors la sensation de participer directement au développement de leur communauté d’origine. Ainsi, l’association Rumiñahui annonce sur son site interne75 avoir d’ores et déjà obtenu des subventions de l’AMSALA76 et de la communauté Autonome de la Rioja lui permettant d’acheter un autobus pour l’école « Provincia de los Lagos en Ecuador », dans le but de faciliter l’accès à l’éducation au plus grand nombre d’enfants. D’autres subventions de AMSALA et de la municipalité de Colmenar Viejo ont permis d’acheter six et quatorze hectares de terrain pour les écoles à distance « Monseñor Leónidas Proaño » et « Provincia de los Lagos ». Pour sa part, l’association Ecuador Llactaru, qui affirme avoir comme objectif « trabajar, en definitiva, por construir un Ecuador mejor, más libre y democrático, un Ecuador más justo y solidario »77, développe des projets en Équateur dans le domaine de l’éducation, du commerce et du logement. Ainsi, par exemple, l’association finance une garderie qui accueille les enfants de migrants de différents quartiers du sud de Quito et participe dans la même région à la construction de logements pour les plus défavorisés.

54Les associations qui développent une collaboration active avec l’Équateur disposent généralement d’une délégation de l’association à Quito. Tel est le cas, par exemple, des associations Rumiñahui et Ecuador Llactacaru78.

55Les actions de coopération et de solidarité des associations argentines répondent davantage à une vision de nécessité globale que locale. Elles interviennent souvent dans les régions ou les quartiers les plus pauvres du pays, d’où les immigrés sont rarement originaires. C’est le cas, par exemple, de la région de Tucumán ou de Jujuy, où les enfants souffrent de graves problèmes de malnutrition. En outre, l’investissement des associations argentines semble plus ponctuel que celui des associations équatoriennes dans la mesure où il se limite souvent à l’envoi de fournitures scolaires, de vêtements et de médicaments79.

La présence de jeunes argentins et équatoriens dans les associations d’immigrés

56Si l’on en croit les organisations équatoriennes80, les jeunes âgés de 25 à 35 ans représentent la majorité de leurs adhérents81. En revanche, les associations argentines, à l’image de celle de la Casa Argentina de Madrid, déplorent, elles, leur faible présence, fait d’autant plus marquant que la dernière vague migratoire de 2001 était constituée essentiellement de jeunes de cette tranche d’âge.

57La participation des jeunes argentins aux associations d’immigrés se limite bien souvent à des interventions ponctuelles qui ne permettent pas une intégration pleine et entière à ces institutions. L’investissement de la jeunesse argentine dans les associations répond, en réalité, à des besoins d’ordre matériel, à savoir les questions de logement, de travail et de régularisation. Une fois ces problèmes résolus, il est courant que le jeune se désinvestisse de l’association comme le constate avec regret un des membres de la Casa Argentina de Madrid :

Mucha de la gente que se acerca a nosotros es para resolver sus problemas individuales, incluso cuando participa a cuestiones colectivas siempre tiene que ver con su problema individual. A menudo ocurre que una vez resuelto su problema, la gente desaparezca82.

58Les associations jouent donc plutôt un rôle instrumental et ne sont pas, pour ces jeunes, génératrices de véritables espaces de sociabilité, contrairement à leurs homologues équatoriennes.

59D’une part, le collectif argentin se caractérise par une certaine dispersion géographique et ne privilégie pas systématiquement le réseau d’origine dans la mesure où, il a accès à un réseau de sociabilité plus diversifié. D’autre part, la stratégie identitaire d’assimilation83, qui consiste à favoriser l’identification avec les Espagnols, adoptée par un grand nombre d’Argentins conduit à rejeter tout regroupement associatif articulé autour des compatriotes. Ainsi, il est courant d’entendre des propos tels que « No me vine a España para juntarme con argentinos ». En outre, beaucoup d’Argentins rejette toute identification à l’identité « d’immigré » susceptible de les stigmatiser aux yeux de la société d’accueil, de sorte que : « Mucha gente no se identifica para nada con el hecho de ser inmigrante, cosa que convoca a otros colectivos »84.

60Enfin, les associations argentines sont pour l’essentiel dirigées par les exilés et les migrants des années 1980, qui ont une conscience organisatrice et politique plus importante que les nouvelles générations. En outre, la politique n’est plus aujourd’hui un élément aussi agglutinant comme elle l’a été pour les générations antérieures. Les événements de décembre 2001 ont provoqué un éloignement du monde politique de la part de la jeunesse, qui se méfie désormais énormément des organisations communautaires contrôlées par les « vieilles générations » comme en témoignent les paroles de Verónica85 :

Los argentinos no somos muy unidos. Es difícil para nosotros formar un grupo, siempre la gente quiere controlar fondos. La gente que está metida en la Casa Argentina es gente que hace mucho que está en España. Hasta hace poco era un lugar fantasma. La gente que está metida allí es gente del exilio, gente que se elige a sí misma. No les interesa realmente la gente que está llegando ahora. La gente que llega ahora no cree en las organizaciones. No quiere perder tiempo en peleas de comité. La gente percibe si la cosa va o no para delante.

61Les associations équatoriennes comptent également un certain nombre de leaders. Toutefois, il semblerait que les jeunes soient parvenus à s’y identifier davantage dans la mesure où, bien qu’ils appartiennent aux flux migratoires initiaux (1997-98), ils partagent avec les nouveaux venus leur condition d’immigré économique. En outre, les jeunes acceptent d’être représentés par ceux qu’ils considèrent être plus expérimentés. Dans la tradition andine, la représentation est associée à l’expérience et au niveau générationnel, des facteurs qui continuent, dans une certaine mesure, à être opérationnels dans les contextes migratoires.

62L’implication plus importante des jeunes Equatoriens dans les associations est également liée d’une part, aux plus grandes difficultés que ces derniers rencontrent dans le processus d’installation dans le pays récepteur. Les Equatoriens souffrent davantage de la discrimination sociale que les Argentins, vivent dans des conditions plus précaires et disposent de moyens économiques plus réduits. D’autre part, les difficultés conjoncturelles ou structurelles que traverse le pays d’origine semblent plus graves que celles de l’Argentine. En effet, contrairement à l’Argentine dont certains indicateurs montrent des signes de récupération économique, la crise équatorienne continue de sévir86. Cette réalité encourage sans doute l’investissement des jeunes Equatoriens dans les associations, soucieux de répondre aux carences et à la détresse des populations restées au pays.

63En outre, les différents modes de construction du lien social que nous avons soulignés antérieurement contribuent à l’engagement ou au désengagement de la jeunesse vis-à-vis de l’association. Ainsi, le degré d’individualisation plus important chez les Argentins détermine également leur faible investissement dans l’action collective, contrairement aux Equatoriens dont la dynamique associative est plus importante.

CONCLUSION

64Les regroupements de type associatif (et contractuel) ou bien informel, à l’image des rassemblements d’immigrés dans les lieux publics, remplissent plusieurs fonctions : informel, il constitue essentiellement un espace d’entraide, de convivialité et de socialisation ; associatif, il joue un rôle plus important dans l’assistance – juridique, administrative, etc. – aux immigrés et dans la visibilité culturelle et politique du collectif. Mais l’importance de ces regroupements est fortement liée aux modes spécifiques de sociabilité et de socialisation des migrants développés dans la société d’origine. Ainsi, les Equatoriens qui construisent leur identité à partir du collectif dans leur pays favorisent la création en Espagne du lien social entre compatriotes par la multiplication des rassemblements et des associations. En revanche, les Argentins qui favorisent la création du lien social à partir de relations interpersonnelles en Argentine privilégient en Espagne une sociabilité plus importante avec les Espagnols et s’investissent peu dans des groupes associatifs de leur collectif. La nature du lien social et les modes de construction identitaire dans la société d’origine constituent donc un élément central dans les modes d’intégration des migrants.

65La sociabilité équatorienne donne finalement l’impression d’avoir une plus grande projection dans les espaces transnationaux, mettant ainsi en lumière une interaction probablement plus étroite entre le lieu d’origine et le lieu d’accueil, entre identité de référence et reproduction sociale. Les rassemblements d’immigrés équatoriens et leurs associations cristallisent en définitive ce lien avec la communauté d’origine dans la mesure où ils constituent des espaces qui « réactivent » constamment les référents culturels régionaux ou locaux d’origine. En outre, les associations manifestent une réelle volonté de participer au changement des conditions d’existence sociales du lieu d’origine et de s’impliquer dans les processus de transformation politique de la société équatorienne, c’est-à-dire du collectif de référence.

Inicio de página

Bibliografía

ANUARIO ESTADÍSTICO DE EXTRANJERÍA (2003), Delegación del Gobierno Para la Extranjería y la Inmigración, Ministerio del Interior, Madrid.

AGUIRRE, D., (2004), “Séptimo aniversario de la fundación de la asociación Rumiñahui Hispano-Ecuatoriana”, in Revista de la Asociación Hispano-Ecuatoriana Rumiñahui, año VI, n°4, p. 14-15.

BELBACHIR SLIMANI, C., (2004), “Déterriorialisation/reterriorialisation de la migration équatorienne en Espagne”, Communication présentée dans le cadre de l’Université d’été de Lille 3, 16 Septembre.

BELGRANO, M.; LOPEZ RODRIGUEZ, A.; SLEPOY, C., (2005), « Propuesta de obtención de autorización de residencia y trabajo para los ciudadanos argentinos en España », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coedición Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, p. 211-218.

CAMPANI, G.; CATANI, M.; PALIDDA, S., (1987), “ Réseaux, groupes, “ communautés ”, associations et “ culture folklorique ” chez les immigrés italiens en France ” in C. Camileri , A. Sayad , I. Taboada-Leonetti (dir.) , L’Immigration en France. le choc des cultures, centre Thoas More, 1987

CARRASCO, S., (1992) Antropologia i alimentació: una proposta per al’estudi de la cultura alimentària, Barcelona; Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona.

CHINININ, C., GRANDA, A., (1997), Sociología y problemas socioeconómicos del Ecuador, Ediciones UTPL, Loja, Ecuador.

FONTAINE, G., (2004), “De l’hacienda au gouvernement. Histoire contemporaine du mouvement indien équatorien” in Petrich, Perla (dir), Identités: positionnements des groupes indiens en Amérique Latine, Alhim n°10, Paris, pp: 107-126.

Fresneda, J., (2003), Ecuatorianos en España. La construcción comunitaria de relatos saludables, Tesis defendida en 2003, Universidad Pontificia Comillas, Madrid.

García, P., (2004), « La migración de argentinos y ecuatorianos a España : representaciones sociales que condicionaron la migración », in M.R., Cozzani, Migrations en Argentine II, Cahiers Alhim n°9,  Université Paris 8.

García, P. (2006), « Estrategias identitarias de los inmigrantes argentinos y ecuatorianos en Madrid », in Miguel A. Mateo y Luca Q. Palmas (ed.) Migrar desde las Américas a Europa. Jóvenes, familias y subjetividades en las nuevas  migraciones internacionales, Vol. 2, número especial de la Revista Alternativas, nº6, Universidad de Alicante, I.S.S.N 1133-0473 (sous presse).

GARCIA-RUIZ, J., (2005), Lo religioso y el cambio en las sociedades rurales de Guatemala, Guatemala, PNUD.

GUERRERO A, (2000), “El proceso de identificación: sentido común ciudadano, ventriloquia y transescritura” in Guerrero, A. (Coord), Etnicidades, Flasco, Sede Ecuador, Quito. Ecuador.

KAPLAN, A.; CARRASCO, S., (1999), Migración, Cultura y Alimentación: continuidades y cambios, de Gambia a Cataluña, UAB, Barcelona.

LAPEYRONNIE, D., (1999), “De l’altérité à la différence. L’identité, facteur d’intégration ou de repli?” in Dewitte Philippe (dir), L’immigration et l’intégration. L’états des savoirs, Paris, Editions La Découverte, pp: 252-262.

Malewska-Peyre, H., (2000), «Dynamique de l’identité. Stratégies identitaires», in Costa-Lascoux, J., Hily, M.A., Vermès, G., Pluralité des cultures et dynamiques identitaires. Hommage à Carmel Camilleri, l’Harmattan, pp.: 19-54.

MARGUILIS, M., (ed), (1999), La segregación negada. Cultura y discriminación social, Editorial Biblos, Buenos Aires.

MOREAU, A., (1999), “Culture de l’entre-deux et adaptation psychique des migrants”, in Dewitte Philippe (dir), L’immigration et l’intégration. L’états des savoirs, Paris, Editions La Découverte, pp: 246-251.

Moreno Lorite, C.; Vidal Rodriguez, J.A., (2000), Dos proyectos de intervención social con inmigrantes en el distrito de Moncloa, Junta de Distrito Moncloa, Servivios Sociales, Madrid.

MOURLANE, S., “Solidarités formelles et informelles : les associations d’Italiens en France depuis 1945”, Cahiers de la Méditerranée, vol 63.

NOVARA, D., (2005), « La emigración argentina actual », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coédition Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, pp: 219-238.

OVIEDO CAMPAÑA., E., (2002), Ecuador en España : la realidad de la migración, Universidad Técnica Particular de Loja en Madrid, España.

PEDONE, C., (2006), Estrategias migratorias y poder, Ed. Abya Yala, Ecuador.

retis, J., (2004a), “Tendencias en la representación de los inmigrantes latinoamericanos en la prensa nacional española. Colombianos, ecuatorianos y argentinos:¿iguales o diferentes?” in Diálogo Comunicación y diversidad cultural. Forum Barcelona 2004. Ponencia.

__________(2004b), “¿Miradas compasivas o atemorizadas? La construcción de las imágenes de los inmigrantes ecuatorianos y colombianos en la prensa española” in Construcción social de la inmigración: discursos y comunicación. 4t Congreso sobre inmigración en España, Girona. Ponencia.

REVISTA DE LA ASOCIACIÓN RUMIÑAHUI HISPANO ECUATORIANA, Silencios, (2005), « El encierro de Guadalupe visto por una española », Ano V, n°03.

VVAA, (1995), Ecuador: Pasado y Presente. Colección Ensayo. Edic. Actualizada, Quito.

Articles de presse:

EL COMERCIO (14/04/05) : « La asociación migrante hace agua por la política »

ELMUNDO.ES, 22/04/05, sección Encuentros Digitales, entrevista con Dora Aguirre.

HERALDO DEL CANAR, (02/08/03), “Migrantes socializan en los parques”.

EL MUNDO.ES, (03/01/01), “Accidente en Murcia”.

LA VANGUARDIA, 06/02/05, Josep Playa Maset, « La regularización más ambiciosa ».

Inicio de página

Notas

1 Campani, G.; Catani, M.; Palidda, S., (1987), “ Réseaux, groupes, “ communautés ”, associations et “ culture folklorique ” chez les immigrés italiens en France ” in C. Camileri , A. Sayad , I. Taboada-Leonetti (dir.) , L’immigration en France. le choc des cultures, centre Thoas More, 1987.
2 L’article de M. D. Alías et de M. Neudecker, qui a pour titre, « La pequeña Quito empieza en Ventas », en témoigne (El País, 26/09/04).
3  Les Equatoriens se rassemblent essentiellement dans les parcs madrilènes El Retiro, Casa de Campo ou encore le Parque del Oeste. Cf. Moreno Lorite et al., (2000).
4 La notion de sociabilité est dans ce travail entendue comme toutes formes de relations dans un cadre plus ou moins organisé.
5 Il s’agit des principaux jours de repos des travailleurs en Espagne. Le jeudi est souvent accordé aux employés de maison.
6 Il existe à Quito deux grands parcs appelés Metropolitano et Carolina où les familles passent leurs week-ends. Les quiteños ont également pour habitude de se retrouver dans le Valle de los Chillos o Cumbaya.
7 Heraldo Del Cañar, (02/08/03), “Migrantes socializan en los parques”.
8 Les Argentins sont plus nombreux que les Équatoriens à bénéficier d’un statut légal en raison de leur double nationalité, ce qui leur permet d’avoir accès à des emplois moins précaires et à des salaires plus élevés car déclarés. En outre, ils n’envoient pas de devises en Argentine dans des proportions similaires à celles des Équatoriens: en 2004, l’Argentine a reçu 270 millions de dollars contre 1,74 milliards pour l’Équateur (BID, 2004). Ils disposent en conséquence de revenus plus élevés pour faire face à leurs dépenses personnelles.
9 Ramón a 28 ans et est originaire de la région de Guayaquil, Equateur. Au moment de l’entretien en 2003, il vivait illégalement en Espagne depuis quatre mois. En Equateur, il travaillait comme vendeur jusqu’à ce que le pays « se dollarise » en 2000. Puis, il a commencé à travailler comme agent de sécurité dans un supermarché, dans des magasins, etc. En Espagne, il est agent de nettoyage dans des bureaux.
10 Dans les sociétés andines traditionnelles, le père de famille transmettait un terrain au fils marié pour qu’il y construise sa maison, ainsi qu’un lopin de terre pour qu’il organise sa production et puisse subvenir aux besoins de sa famille. Ce modèle perd sa capacité opératoire dans le contexte de l’exode rurale et de la migration internationale. Dès lors, l’individu a besoin d’élargir son réseau au-delà du noyau familial afin de multiplier les possibilités d’accès au marché du travail. Cf. Garcia-Ruiz, J., (2005), Lo religioso y el cambio en las sociedades rurales de Guatemala, Guatemala, PNUD.
11 Moreno Lorite,c., Vidal Rodríguez, J.A., (2000), Dos proyectos de intervención social con inmigrantes en el distrito de Moncloa, Junta de Distrito Moncloa, Servicios Sociales, Madrid.
12 Cecilia, originaire de Quito en Equateur, est arrivée à Madrid en 2000.
13 Selon les chiffres publiés par le Banco Mundial Interamericano de Desarrollo (BID, 2004), l’Équateur a reçu de l’étranger en 2004 l’équivalent de 1,74 millard de dollars.
14 Nous ne disposons pas de données statistiques spécificiques sur la région de la Sierra. En revanche, les données fournies par l’Instituo Nacional de Estadística y Censos de Ecuador (INEC), nous permettent d’affirmer qu’en 2001, 39% de la population équatorienne réside dans les campagnes.
15 Le phénomène de l’exode rural se produit en Équateur dans les années 1970. Cf. Oviedo Campaña., E., (2002), Ecuador en España : la realidad de la migración, Universidad Técnica Particular de Loja en Madrid, España.
16 Fresneda, J., (2003), Ecuatorianos en España. La construcción comunitaria de relatos saludables, Tesis defendida en 2003, Universidad Pontificia Comillas, Madrid.
17 Lionel, 28 ans, est originaire de Guayaquil en Équateur. Il travaillait comme prothésiste dentaire. Lorsque nous l’avons interrogé en 2003, il vivait à Madrid depuis deux ans et ne parvenait pas à trouver un emploi dans sa profession.
18 Fresneda, J., (2003), Ecuatorianos en España. La construcción comunitaria de relatos saludables, Tesis defendida en 2003, Universidad Pontificia Comillas, Madrid.
19 Chininin, C., Granda, A., (1997), Sociología y problemas socioeconomicos del Ecuador, Ediciones UTPL, Loja, Ecuador.
20 Moreno Lorite, C., Vidal Rodríguez, (2000), Dos proyectos de intervención social con inmigrantes en el distrito de Moncloa, Junta de Distrito Moncloa, Servicios Sociales, Madrid.
21 Mariano est originaire de la province de Buenos Aires. Lorsque nous l’avons interrogé en 2003, il vivait à Madrid depuis trois ans. En Argentine, il était informaticien.
22  Luisa est originaire de Buenos Aires et s’installe à Madrid en 2000.
23 Carla est originaire de San Francisco (province de Córdoba) où elle travaillait comme traductrice dans une entreprise. Elle arrive à Madrid en 2000 et travaille tout d’abord dans la restauration puis dans le secrétariat.
24 Selon les statistiques fournies par l’Instituto Nac.ional de Estadística y Censos en 2001, 89,3% de la population est d’origine urbaine.
25 Cf. Garcia (2006)
26 Pedone, C., (2006), Estrategias migratorias y poder, Ed. Abya Yala, Ecuador.
27 Nous entendons par comportements alimentaires une réalité englobant d’une part, les aliments et leur manipulation, chargés d’attributs culturels, et d’autre part, les groupes humains qui participent et qui organisent le système alimentaire s’adaptant en permanence pour rester solidaire de leur système socio-culturel (Carrasco, S., (1992), Antropologia i alimentació: una proposta per al’estudi de la cultura alimentària, Barcelona; Publicacions de la Universitat Autònoma de Barcelona. )
28  L’alimentation de la Sierra est essentiellement à base de porc et de maïs, alors que celle de la Costa est à base de poissons.
29 Nous empruntons à Fresneda (2003) cette terminologie. Il s’agit généralement de jeunes célibataires d’origine urbaine, issus de la classe moyenne, disposant de moyens économiques, bénéficiant d’une formation professionnelle ou universitaire. Ils rejettent ainsi toute identification avec la catégorie ethnique et culturelle de « l’Indien » à partir de laquelle la société espagnole définit bien souvent le collectif équatorien.
30 Malewska-Peyre, H., (2000), «Dynamique de l’identité. Stratégies identitaires», in Costa-Lascoux, J., Hily, M.A., Vermès, G., Pluralité des cultures et dynamiques identitaires. Hommage à Carmel Camilleri, l’Harmattan.
31 Moreno Lorite, C., Vidal Rodríguez, J.A., (2000), Dos proyectos de intervención social con inmigrantes en el distrito de Moncloa, Junta de Distrito Moncloa, Servicios Sociales, Madrid.
32 Ibid
33 Cf. Belbachir Slimani, C., (2004), « Déterriorialisation/reterritorialisation de la migration équatorienne en Espagne », Communication présentée dans le cadre de l’Université d’été de Lille 3, 16 Septembre 2004.
34 Informations recueillies auprès du ministère des Affaires Étrangères équatorien.(Ibid).
35 Anuario Estadístico de Extranjería (2003), Delegación del Gobierno Para la Extranjería y la Inmigración, Ministerio del Interior, Madrid.
36 Cf. El Comercio (14/04/05) : « La asociación migrante hace agua por la política ».
37 Voir le site de l’ambassade Argentine en Espagne: http://www.portalargentino.net/centros/. Site consulté en mars 2005.
38 La Asociación Argentinos en Valencia voit le jour en octobre 2004, Casa Argentina de Barcelona est fondée en juillet 2001 et Argentinos en Manresa-Catalunya  est créée en décembre 2002
39 Parmi celles-ci, le Centro Argentino Navarro créé en 1993, le Centro de Argentinos de Asturias dont la création remonte à 1985 et la Asociación Argentina « Costa del Sol » qui voit le jour en 1984.
40 Voir le site internet de la Casa Argentina de Madrid où apparaissent toutes les informations concernant la réactivation de cette ancienne structure associative en février 2002 : http://www.casaargentinademadrid.org/#. Site consulté en mars 2005.
41 Toutefois, bien que l’ensemble des participants ait entre 17 et 62 ans, la majorité a entre 30 et 50 ans. Cf. Novara, D (2005), « La emigración argentina actual », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coédition Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, pp: 219-238.
42 Cf. http://www.casalargentino.org. Site consulté en mars 2005.
43 Ibid
44 Novara, D., (2005), « La emigración argentina actual », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coédition Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, pp: 219-238.
45 Cf. http://www.llacta.org/organiz/llactacaru/index.htm. Site consulté en mars 2005.
46 Cf.http://www.eurosur.org/ruminahui/asoc.htm.. Site consulté en mars 2005.
47 Cf. http://www.llacta.org/décembre organiz/llactacaru/servicios/serv02.htm.
48 Entretien réalisé en décembre 2004.
49 Belbachir Slimani, C., (2004), “Déterriorialisation/reterritorialisation de la migration équatorienne en Espagne », Communication présentée dans le cadre de l’Université d’été de Lille 3, 16 Septembre 2004.
50 Cf. http://www.llacta.org/organiz/llactacaru/servicios/serv02.htm
51 Le lecteur consultera le site de l’association : http://www.eurosur.org/ruminahui/asoc.htm.
52 Fontaine, G., (2004), “De l’hacienda au gouvernement. Histoire contemporaine du mouvement indien équatorien” in Petrich, Perla (dir), Identités: positionnements des groupes indiens en Amérique Latine, Alhim n°10, Paris, pp: 107-126.
53 Voir http://www.casaargentinademadrid.org.
54 Voir http://www.casalargentino.org.
55 Silvia, âgée de 37 ans, vivait à Madrid depuis un an au moment de l’entretien en 2003. En Argentine, elle était ingénieur-réseau alors qu’en Espagne elle gagnait sa vie en tant que figurante dans les émissions de télévision.
56 Les immigrés argentins semblent constituer des groupes régionalement hétérogènes même s’il est vrai que les Porteños s’installent majoritairement à Madrid ou à Barcelone et que les provincianos préfèrent des villes intermédiaires comme Málaga ou Valence.
57 Cf. Camilleri,C., Kastersztein, J., Lipiansky, E., M., Malewska-Peyre, H., Taboada-Leonetti, I., Vasquez, A., (1990), Stratégies identitaires, PUF, Paris.
58 En janvier 2001, douze Equatoriens sont morts à la suite d’un accident qui a révélé leurs conditions d’existence précaires et la situation d’exploitation dont ils étaient victimes. La fourgonnette, surchargée, dans laquelle ils voyageaient, a été heurtée par un train de banlieue.
59 Le 9 janvier 2001 une “Marcha por la dignidad y la vida” de 70 km est organisée de Lorca à Murcie, rassemblant 3000 personnes. Cf. Aguirre, D., (2004), “Séptimo aniversario de la fundación de la asociación Rumiñahui Hispanoecuatoriana”, in Revista de la Asociación Rumiñahui Hispanoecuatoriana, año VI, n°4, p. 14-15.
60 La première occupation d’église a eu lieu le 14 janvier 2001 à Lorca. Puis s’ensuivent d’autres à Valence et à Madrid, parmi lesquelles celle de l’Église de la Virgen de Guadalupe à Madrid. Cf. Revista Asociación Rumiñahui, Silencios, (2001), « El encierro de Guadalupe visto por una española ».
61 Belbachir Slimani, C., (2004), “Déterriorialisation/reterritorialisation de la migration équatorienne en Espagne”, Communication présentée dans le cadre de l’Université d’été de Lille 3, 16 Septembre 2004.
62 “Propuestas de los migrantes ecuatorianos en España, presentadas en Madrid al Presidente electo de Ecuador, Sr. Lucio Gutiérrez, el 18 de diciembre de 2002”. Le document est consultable sur http://www.llacta.org/organiz/llactacaru/coms/c0028.htm
63 Retis, J., (2004a), “Tendencias en la representación de los inmigrantes latinoamericanos en la prensa nacional española. Colombianos, ecuatorianos y argentinos:¿iguales o diferentes?” in Diálogo Comunicación y diversidad cultural. Forum Barcelona 2004. Ponencia.
64 La Confédération oficielle des entités d’action caritatives et sociales de l’Eglise Catholique en Espagne (Cáritas) a été créée en 1947.
65 Movimiento por la paz, el desarme y la libertad (MPDL) est une organisation de développement, d’action sociale et d’aide humanitaire, créée en 1983.
66 Il s’agit du syndicat de l’Union Générale des Travailleurs.
67 Il s’agit du syndicat de l’Union Syndicale Ouvrière.
68 Belgrano, M.; Lopez Rodríguez, A.; Slepoy, C., (2005), « Propuesta de obtención de autorización de residencia y trabajo para los ciudadanos argentinos en España », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coedición Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, p. 211-218.
69 Ibid (2005 : 216).
70 Entretien avec Carlos Slepoy réalisé en septembre 2005.
71 Cette image est évidement contestée par les nombreuses études faites sur le sujet qui prouvent qu’en Argentine, comme ailleurs, les étrangers ont été victimes de fortes discriminations sociales et que leur conditions d’accueil n’ont pas toujours été bonnes (Marguilis, M., (ed), (1999), La segregación negada. Cultura y discriminación social, Editorial Biblos, Buenos Aires.
72 Entretien avec Carlos Slepoy réalisé en septembre 2005.
73 Cf. http://www.eurosur.org/ruminahui/principal.htm.
74 ElMundo.es, 22/04/05, sección Encuentros Digitales, entrevista con Dora Aguirre.
75 Cf. http://www.eurosur.org/ruminahui/principal.htm.
76 La Asociación misionera Salvatoriana para Latinoamérica (AMSALA) est une ONG catholique espagnole qui favorise le développement et l’évangélisation.
77 Cf. http://www.llacta.org/organiz/llactacaru/servicios/serv02.htm
78 Cf. Aguirre, D., (2004), “Séptimo aniversario de la fundación de la asociación Rumiñahui Hispanoecuatoriana”, in Revista de la Asociación Hispanoecuatoriana Rumiñahui, año VI, n°4, p. 14-15 et http://www.llacta.org/organiz/llactacaru/servicios/serv02.htm
79 Cf. http://www.nodo50.org/aapdh/
80 Les dirigeants de l’association Rumiñahui , Ecuador Llactacaru et Adeyade font le même constat.
81 Cette tranche d’âge concentre la majorité des immigrés équatoriens (Anuario Estadístico de Extranjería, 2003).
82 Carlos Slepoy, avocat de la Casa Argentina de Madrid, a été interrogé en septembre 2005.
83 Cf. Camilleri,C., Kastersztein, J., Lipiansky, E., M., Malewska-Peyre, H., Taboada-Leonetti, I., Vasquez, A., (1990), Stratégies identitaires, PUF, Paris.
84 Actis, W., « Las políticas migratorias y su impacto en las formas de inserción de la población inmigrante en España », in Migraciones, claves del intercambio entre Argentina y España, coedición Siglo Veintiuno de Argentina Editores et Ediciones de la Casa Argentina de Madrid, Buenos Aires, p. 211-218 : 216.
85 Jeune argentine arrivée à Madrid en 2001 et interrogée en 2004. Verónica vivait dans la banlieue de Buenos Aires et travaillait comme comptable. En Espagne, elle travaille dans le service domestique : elle s’occupe d’une personne invalide.
86 Cf. Balance Preliminar de las Economías de América Latina y el Caribe 2005, CEPAL.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Paola Garcia, « Argentins et Équatoriens à Madrid: deux modes de reconstruction sociale dans un contexte migratoire », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 12 | 2006, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/1452

Inicio de página

Autor

Paola Garcia

Université Paris XII

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org