Navegación – Mapa del sitio

Introduction1

Martha Judith Sánchez Gómez y Mary Goldsmith

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1La question des migrations est d’une actualité brûlante tant par l’ampleur du phénomène que par ses répercussions sur la vie des individus, des familles, des communautés et les pays.

2En l’an 2000, on comptait 174 781 000 immigrants dans le monde, soit 2,9% de la population totale. Ce sont les pays riches qui en accueillent le plus : la population immigrée représente 8,7% de la population des régions les plus développées et seulement 1,5% de la population des régions les moins développées. En Océanie, 19,1% de la population est née sur un autre continent, en Amérique du Nord, 13% et en Europe 7,7% (UNFPA, 2002).

3La participation des femmes aux migrations n’a cessé d’augmenter depuis la seconde moitié du XXème siècle. En 2000, elles représentent  presque la moitié des migrants dans le monde (48,8%), avec une présence plus forte en Europe (52,4%), en Amérique du Nord (51%) et en Océanie (50,5%). Cela signifie que dans les régions les plus développées elles représentent 50,9% de la population immigrée et dans les moins développées 45,7%. Dans le cas qui nous intéresse, en Amérique latine, les femmes représentent 50,5% des migrants. En réalité, en 1990, les Latino-Américaines étaient les premières à être aussi nombreuses que les hommes dans les flux migratoires internationaux, et de façon notable vers l’Espagne et l’Italie (UNFPA, 2006:23). Vers les Etats-Unis prédominent les migrantes provenant de la zone caraïbe et d’Amérique du Sud. Par contre, on compte plus d’hommes en provenance du Mexique et d’Amérique centrale se dirigeant vers les Etats-Unis (Martínez Pizarro, 2003: 30).

4Dans cette livraison des Cahiers Alhim, sont inclus les travaux présentés lors du 52° Congrès international des Américanistes, Pueblos y Culturas de las Américas : Diálogos entre Globalidad y localidad,  qui s’est tenu à Séville du 17 au 21 juillet 2006, et en particulier dans le cadre du symposium intitulé “Identidades, transiciones y rupturas: mujeres migrantes latinoamericanas”.

5Dans ce cadre, les intervenantes se sont attachées à définir le phénomène de la migration féminine latino-américaine dans une perspective genrée et ethnique tout en soulignant l’évolution de cette approche. Nous partons de l’hypothèse selon laquelle les migrations, tout en étant un phénomène de première importance au niveau mondial, ont été l’objet d’étude qui a privilégié un axe, la population migrante masculine, sans prendre à sa juste mesure le rôle de plus en plus important des femmes. Malgré la diversité des situations vécues par les femmes dans les différents pays de destination, nous nous attacherons à souligner comment les processus migratoires reflètent des inégalités tissées à partir de caractéristiques genrées et ethniques. Les axes de différenciation sociale, comme le genre et l’origine ethnique, trouvent un autre terrain d’application lors des déplacements de ces femmes : les migrantes, de par leur condition de femme et  parfois d’indienne, se retrouvent dans un destin commun marqué, entre autres,  par l’instabilité et la précarité de l’emploi.

6L’analyse a donc porté sur la migration féminine, ses expressions et implications dans les relations de genre, en particulier : la féminisation de la migration et son poids économique, les lois migratoires et le genre, la xénophobie et l’exclusion sociale et les divisions sociales et sexuelles associées à la prostitution.

7Ces thèmes ont été explorés dans différents pays du continent américain et deux pays européens : l’Espagne et le Portugal.  Afin de faire état de la situation de la migration latino-américaine dans ces pays, nous nous appuyons sur les données de la Commission Economique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

8Le tableau n°1 permet de mesurer l’importance du phénomène migratoire en Amérique latine selon deux champs, l’émigration et l’immigration, qui varient d’un pays à l’autre comme le démontrent les études publiées dans ce volume.

Tableau n°1

América Latina y el Caribe. Participación de emigrantes e inmigrantes en la población total, alrededor de 2000.

País

Población total en miles

de personas

Emigrantes

% población

del país

Inmigrantes

% población del país

El Salvador

6 276

14.5

0.3

Nicaragua

4 957

9.6

0.4

México

     98 881

9.4

0.5

Rep.Dominica

8 396

9.3

1.1

Cuba

    11 199

8.7

0.7

Uruguay

3 337

8.3

1.4

Paraguay

5 496

6.7

3.1

Haiti

8 357

6.4

0.3

Ecuador

    12 299

4.8

0.8

Guatemala

    11 225

4.7

0.4

Honduras

6 485

4.7

0.4

Panamá

2 948

4.2

2.9

Bolivia

8 428

4.1

1.1

Colombia

     42 321

3.4

0.2

Chile

15 398

2.9

1.3

Perú

25 939

2.4

0.1

Costa Rica

 3 925

2.2

7.5

Argentina

     36 784

1.4

4.2

Venezuela

     24 311

0.9

4.2

Brasil

   174 719

0.4

0.4

Source: CEPAL, Migración internacional, derechos humanos y desarrollo en América Latina y el Caribe, Santiago de Chile, 2006, p. 15.

9Deux articles ont pour cadre des pays qui comptent plus d’immigrés que d’émigrés: le Costa Rica, avec une immigration nicaraguayenne, et l’Argentine, avec une immigration bolivienne. Un seul pays affiche un équilibre enre les deux pôles que sont l’immigration et l’émigration, le Brésil : deux études portent respectivement sur la migration interne, avec le cas des migrants du Nordeste vers la métropole de São Paulo, et  sur la migration internationale, du Brésil vers le Portugal. Dans cette perspective des migrations vers l’Europe, un article expose la situation de la Colombie où les candidats à l’émigration choisissent l’Espagne. Le Mexique présente d’autres particularités significatives, à la fois et surtout pays d’origine migratoire, vers les Etats-Unis et le Canada, et aussi lieu de passage pour les migrants provenant du Guatemala et également des terres intérieures de l’Etat de Oaxaca.

10Ces thématiques structurent les articles du présent ouvrage dont voici les résumés.

11Beatriz Padilla dans son étude intitulée “Brasileras en Portugal: de la transformación de las diversas identidades a la exotización”, nous montre comment la femme brésilienne, comme d’ailleurs toutes les femmes, quelle que soit leur nationalité et leur appartenance ethnique, en tant que migrante et comme conséquence de la migration, doit affronter  des changements douloureux sur le plan identitaire. Historiquement, les flux migratoires du Brésil vers le Portugal étaient dans leur majorité masculins, mais avec le temps ils se sont féminisés. Cette évolution est le résultat de la réunification familiale et des nouveaux besoins du marché du travail.

12La compartimentation du marché du travail (selon le sexe et l’ethnie) fait que le commerce du sexe soit une des niches dominée par les Brésiliennes. Cependant le fait que dans la société d’accueil l’image stéréotypée de la Brésilienne soit principalement exotique et associée à la prostitution, entraîne que la majorité des immigrées souffre et affronte un réalité qui produit chez elles des changements encore plus dramatiques sur le plan personnel. L’auteure signale aussi que la précarisation de l’emploi et les grandes difficultés pour obtenir la légalisation placent ces femmes dans une situation d’extrême vulnérabilité.

13María José Magliano, dans son article “Migración de mujeres bolivianas hacia Argentina: cambios y continuidades en las relaciones de género”, sort de l’anonymat les femmes migrantes en leur donnant une place centrale à l’intérieur du phénomène migratoire international. Selon l’auteure, l’analyse de la migration à partir de l’expérience des femmes implique une prise en compte d’un ensemble de circonstances qui concernent, de façon significative, la réalité de milliers de migrantes. Elle considère que le genre comme construction sociale, fondement des idéaux, des attentes et des expressions, déclinés au masculin et au féminin, a une influence sur la reproduction des schémas de subordination et d’inégalité, qui touchent spécialement les femmes migrantes. Celles-ci, à cause de leur condition, à la fois de femmes et de migrantes, à cause de leur origine ethnique et de leur appartenance sociale, sont exposées à de multiples discriminations qui accroissent leur vulnérabilité et creusent leur exclusion sociale. A partir des témoignages des migrantes elles-mêmes et de leurs proches, M.J.Magliano redéfinit avec justesse le rôle de la femme bolivienne dans le processus migratoire vers l’Argentine, en privilégiant, dans son analyse, les changements et les invariances dans la construction des identités de genre, comme conséquence de ces déplacements géographiques.

14Sueli de Castro Gomes, dans “A mobilidade do trabalho na metrópole: as mulheres cafezeiras no centro de abastecimento da cidade de São Paulo”, étudie la mobilité des femmes migrantes du Nordeste vers la ville de São Paulo. Elle se penche plus précisément sur la situation des cafezeiras, vendeuses ambulantes de café aux Halles de la métropole (Mercado Central de Abasto), un espace occupé principalement par des hommes. Elle compare les conditions de travail de trois groupes de vendeuses : celles qui sont embauchées légalement par le Mercado Central de Abasto, celles qui travaillent de façon illégale et celles qui associent la vente ambulante et la prostitution. Les premières, pour avoir le droit de travailler payent des impôts et sont conrôlées par l’administration du Mercado Central de Abasto; elles portent un uniforme et circulent librement pour offrir leurs produits. Le second groupe est constitué de travailleuses illégales, plus vulnérables, qui vivent dans la crainte d’un contrôle. Le troisième groupe, ce sont des femmes qui vendent non seulement du café mais aussi leur corps aux nombreux hommes de l’endroit. Bien que ces trois groupes soient bien distincts, toutes les femmes qui travaillent ici courent le risque de subir des violences sexuelles et sont perçues comme des prostituées potentielles.

15Dans “La migración colombiana hacia España, las redes de hogares transnacionales y los cambios en las relaciones de género” Jeanny Posso Quiceno se penche sur les effets de la migration sur les familles transnationales d’émigrés de la Vallée du Cauca (Colombie) installés en Espagne. Elle décrit comment ces familles de migrants s’organisent pour gérer l’argent qui provient de ceux qui ont émigré, et comment leurs membres se répartissent le travail salarié et non salarié, en soulignant les solutions adoptées pour palier l’absence de l’un ou de plusieurs membres dans la réalisation des tâches de première nécessité. Elle analyse les nouveaux rôles attribués aux hommes et aux femmes dans leur nouvelle situation issue de la migration.

16Mary  Goldsmith, dans son étude  “Disputando fronteras: la movilización de las trabajadoras de casa particular en América Latina”, explore les possibilités de mobilisation politique transnationale des employées de maison en examinant l’expérience de la Confederación Latinoamericana y del Caribe de Trabajadoras del Hogar (Conlactraho). Son hypothèse est que la création d’une identité commune aux employées de maison qui dépasse les frontières nationales leur a donné plus de poids politique et a permis de formuler des stratégies politiques autour des problèmes que connaissent les travailleuses migrantes dans le monde. Sa démarche s’appuie sur le cas de migrantes nicaraguayennes qui travaillent comme employées de maison au Costa Rica et l’observation de l’Asociación de Trabajadoras Domésticas  (Astradomes), affiliée à la Conlactraho.

17Martha Luz Rojas Wiesner, dans son article “Mujeres y migración en la frontera sur de México”, analyse les flux migratoires féminins à la frontière sud du Mexique. Elle signale que les femmes, de diverses nationalités, mais surtout en provenance d’Amérique Centrale, passent la frontière avec des objectifs différents : certaines gagnent les Etats-Unis ; d’autres restent un moment au Mexique – mais rarement de façon définitive – pour étudier, travailler ou accompagner leurs proches. Des Mexicaines également rejoignent le frontière nord. Chaque type de migration génère des situations problématiques : la précarité économique, l’extorsion et la violence sexuelle.

18Martha Judith Sánchez et Raquel Barceló, dans leur article “Mujeres indígenas migrantes: cambios y redefiniciones genéricas y étnicas en diferentes contextos de migración”, dresse un bilan des études proposées sur le thème de la migration des femmes indigènes et en particulier des migrantes originaires de l’Etat de Oaxaca (Mexique). Pour les auteures, une redéfinition de la situation de ces femmes dans une perspective ethnique et genrée passe obligatoirement par l’examen des lieux très divers où  sont installées ces migrantes. Celles-ci y ont créé des communautés « satellites » par rapport à leur communauté d’origine ou communauté « centrale ». De nombreux exemples illustrent les multiples changements intervenus dans la vie de ces migrantes.

19 Esperanza Tuñón, dans “Mujeres mexicanas despulpadoras de jaiba en EEUU”, se propose d’étudier l’expérience de femmes, migrantes et salariées qui, munies d’un contrat de travail en règle, quittent l’Etat de Tabasco (Mexique) pour aller travailler, de façon cyclique et temporaire dans les entreprises de conserverie de fruits de mer  ( les despulpadoras de jaiba extraient la chair des crabes) implantées sur la côte est des Etats-Unis. L’auteure révèle les stratégies de ces femmes pour pouvoir migrer et en même temps remplir leurs fonctions au sein de leur groupe d’origine où les réseaux de femmes jouent un rôle fondamental. Elle signale les coûts et les bénéfices liés à la migration selon chaque cas particulier. Elle souligne l’importance des envois d’argent qui entraînent des  changements dans les relations entre les sexes, tout en insistant sur les conditions de vie et de travail pénibles de ces femmes aux Etats-Unis.

20La réflexion de María Dolores Paris Pombo se fonde sur la valeur des récits de vie et des interviews précis pour illustrer des processus de changement culturel et les relations interculturelles au sein de la communauté triqui installée aux Etats-Unis, originaire de l’Etat de Oaxaca : “Relatos de vida de mujeres indígenas en los Estados Unidos: subjetividades, género y etnicidad”. L’auteure souligne la richesse des informations contenues dans les interviews, qui créent également une relation intersubjective avec les migrantes interrogées. Dans ses conclusions, elle rejoint la théorie de G.Devereux en plaçant le « contre-transfert » au centre de son travail d’enquête.

21Alejandra Aquino, dans “Actoras en la globalización. Mujeres zapotecas en Los Ángeles California”, analyse le processus par lequel les femmes zapotèques de Yalalag deviennent des acteurs sociaux de par leur participation à la marche de prostestation des migrants, du 25 mars 2006 à Los Angeles (Etats-Unis). L’image de victime s’efface devant celle du sujet social en construction. L’auteure étudie les raisons de l’entrée de ces femmes sur la scène politique grâce à leurs propres récits. Leur participation à la marche a provoqué, chez elles, un état émotionnel très positif et leur a permis de valoriser des capacités jusque là tenues pour insignifiantes sur le plan social.

22Mariana Chilton et une équipe de collaborateurs, dans une étude transversale élaborée dans six Etats de l’Union et à Washington DC, se proposent d’évaluer le niveau de bien-être d’enfants de moins de trois ans d’origine latino-américaine, tout en analysant les relations entre bien-être de la mère et l’enfant, aide alimentaire et économique, sous le titre “La alimentación y el bienestar de los ciudadanos estadounidenses más jóvenes de madres mexicanas, centroamericanas y caribeñas”. Ce texte analyse les groupes de migrants qui présentent les plus gros risques d’insécurité alimentaire et de mauvaise santé, chez les enfants. Les données recueillies s’avèrent préoccupantes quant à l’avenir de ces enfants. Bien que citoyens américains pour beaucoup d’entre eux, ils vivent dans des conditions qui les prédisposent à une mauvaise santé, dans des familles qui présentent un risque d’insécurité alimentaire. Cela amène à perpétuer l’existence d’une classe sociale inférieure, sans succès scolaire prévisible et donc mal préparée pour le monde du travail.

23L’article de Bruno Lutz et d’Ivonne Vizcarra Bordi,  “Entre el metate y el sueño canadiense: representaciones femeninas mazahuas sobre la migración contractual transnacional”, considère un sujet peu traité dans le cadre de la migration mexicaine au Canada. Le regard des auteurs porte d’une part sur les représentations sociales et imaginaires collectives que les indiennes mazahuas ont sur les hommes de leur communauté qui ont émigré au Canada, et d’autre part sur les effets de cette migration sur la vie quotidienne de la communauté.

Inicio de página

Bibliografía

CEPAL, Migración internacional, derechos humanos y desarrollo en América Latina y el Caribe, Santiago de Chile, 2006.

MARTÍNEZ PIZARRO Jorge, El mapa migratorio de América Latina y el Caribe, las mujeres y el género, Santiago de Chile, CEPAL, Serie Población y Desarrollo, núm. 44, 2003.  

onu,  International Migration Report 2002, Nueva York, 2002.

UNFPA, Estado de la población mundial 2006, Hacia la esperanza, las mujeres y la migración, Nueva York, 2006.

Inicio de página

Notas

1 Traduction de Nathalie Ludec.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Martha Judith Sánchez Gómez y Mary Goldsmith, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 14 | 2007, Publicado el 25 agosto 2008, consultado el 21 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/1932

Inicio de página

Autores

Martha Judith Sánchez Gómez

Artículos del mismo autor

Mary Goldsmith

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org