Navegación – Mapa del sitio

D’un citoyen à l’autre : les premières constitutions de Haïti et de Cuba

Sylvie Bouffartigue

Resúmenes

Les révolutions des deux grandes îles du monde caraïbe, Haïti et Cuba, inaugurent et clôturent le cycle des Indépendances latino-américaines. L’histoire de ces deux îles esclavagistes qui devaient l’opulence de leurs créoles à la production et le commerce du sucre, se fait écho à bien des titres. Au moment de la rédaction de leur première constitution respective, dans des contextes certes très différents qu’il nous incombera de rappeler, la question de l’accès à la citoyenneté se posa de manière problématique. En effet, à l’heure de rompre avec le modèle colonial esclavagiste, il fallait se positionner sur la question d’une nation créole articulée sur des critères ethniques, ou non. Nous nous baserons sur les premiers textes constitutionnels afin de déterminer comment et en fonction de quelle genèse politique et sociale, les fondements de l’identité nationale collective furent posés au début. A la fin de ce XIXe siècle, émergeait des ruines des empires européens un continent de Républiques constitutionnelles aux mains des Créoles.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Les révolutions des deux grandes îles du monde caraïbe, Haïti et Cuba, inaugurent et clôturent le cycle des indépendances latino-américaines. A l’heure de fonder un état de droit, les questions de la nationalité et de la citoyenneté se posèrent, aiguës et fondamentales, dans ces deux sociétés riches d’un sucre jusqu’alors produit intensivement dans le cadre d’un système esclavagiste. De fait, les logiques historiques, sociales, politiques, culturelles conditionnent la construction idéologique de la Nation. Ils déterminent en corollaire la nationalité et la citoyenneté, concepts essentiels puisqu’ils déterminent, dans un état constitutionnel, à quels habitants seront attribués des droits et des devoirs.

2Leur étude nous éclaire sur des faits de civilisation particulièrement cruciaux en leur temps pour les nations concernées, mais aussi pour le monde antillais, et au-delà, pour le monde latino-américain. Haïti et Cuba se font écho à bien des égards. C’est d’ailleurs en cela que réside le principal écueil de ce travail, qui n’est par ailleurs en rien une approche juridique de textes constitutionnels. Ni antagoniques, ni complémentaires, les processus ayant mené à la définition de la citoyenneté dans l’une et l’autre des terres en révolution n’ont pas même été contemporains. Et si la similarité des contextes économiques et sociaux est patente, la singularité des deux cas ne l’en est pas moins. Mais pour nous, c’est justement l’ensemble des similitudes et des différences entre la société et l’histoire des deux îles voisines modulé par leur influence réciproque qui nourrissent la possibilité de mettre ces deux conceptions en regard, dans une perspective civilisationniste.

3Ce travail a été entrepris dans le cadre d’un cours universitaire, et nous n’exposerons ici que quelques analyses et conclusions partielles. En effet, il suffit de signaler qu’en Haïti comme à Cuba plusieurs constitutions furent promulguées successivement pour entrevoir la diversité des pistes de recherches. L’étude de leurs modifications respectives aurait été très instructive, mais, compte-tenu de la nécessité de contextualiser ces périodes denses et complexes, il nous a semblé que le cadre de cet article eût été inadapté. Parce qu’elles ont une forte résonance symbolique, nous nous sommes restreinte à l’étude des premières constitutions de chacune des deux républiques indépendantes : la Constitution de Haïti du 20 mai 1805 et la Constitución de la República de Cuba dite Constitución de Guáimaro du 10 avril 1868. Nous nous référerons toutefois à une sélection de textes juridiques antérieurs, qui nous permettront de mettre en lumière les problématiques et les cheminements indispensables à leur compréhension.

4Nous tenons à remercier chaleureusement Madame Marie Michèle Raymond, responsable du Dépôt Légal de la Bibliothèque Nationale d’Haïti, pour l’aide chaleureuse et efficace qu’elle nous a apporté, malgré des conditions matérielles bien difficiles.

Le passage capital de la « criollité » à la citoyenneté

  • 1  Cette date est en effet celle de la reddition de l’Espagne puis de la signature du Traité de Paris (...)

5Les révolutions d’indépendance d’Haïti et de Cuba, écrivions-nous, ouvrent et clôturent le cycle des indépendances latino-américaines. En effet, il est d’usage, en particulier dans la perspective de l’histoire caraïbéenne, de considérer le soulèvement de la colonie française de Saint-Domingue comme le point de départ du basculement du continent vers le nationalisme constitutionnaliste et républicain. Le renoncement de l’Espagne à ses dernières colonies, Cuba et Porto-Rico, en 18981, mit fin, à l’inverse, à la présence coloniale européenne. Pourtant, la parenté politique entre la révolution abolitionniste des esclaves de la colonie française et le mouvement émancipateur des créoles hispano-américains du continent, puis des Antilles hispaniques, n’apparaît pas, dès lors qu’on s’y attarde, d’une indiscutable évidence. Mais, dans les deux cas, avec plus d’un demi-siècle de décalage, les analogies comme les différences s’expliquent par le modèle colonial européen et par la structuration sociale et culturelle de ces sociétés esclavagistes.

6Les prémisses et la mise en place de la création des deux états-nations illustrent cette constatation. Si l’on peut considérer que ce furent chaque fois les bouleversements en métropole (Révolution française à partir de 1789, invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes en 1808 et instauration du constitutionnalisme républicain) qui créèrent une situation extraordinaire dans les colonies, les réactions des créoles français et des créoles hispano-américains, bien qu’entrant dans des logiques semblables, se distinguèrent au gré des circonstances et des opportunités. Mais chaque fois, une des questions-clés qui sous-tendit le positionnement des uns et des autres se révéla être la question du statut de l’esclave.

L’intransigeance extrême des créoles de Saint-Domingue...

  • 2  L’historien Y. Benot a toutefois montré que les premières manifestations attestées, en Guadeloupe, (...)
  • 3  Rigaud, mulâtre farouchement opposé à Toussaint, se rallia ultérieurement à l’expédition Leclerc v (...)
  • 4  Une étude plus détaillée des archives de police et un croisement des Mémoires pourrait fournir d’i (...)
  • 5  Le roman de l’auteur indépendantiste E. Bacardí, Vía Crucís, développera magistralement cet aspect (...)

7Certes, la Révolution de 1789 et l’instabilité politique purent déclencher à Saint-Domingue des troubles et contribuer à l’émergence de partis répondant aux lignes de fractures de la situation révolutionnaire en France2. Mais très vite, un consensus très large s’élabora chez les grands et les petits blancs autour de la question de la préservation des intérêts sucriers, du maintien de l’esclavage et de la ségrégation institutionnelle. Rompus, dans le cadre de l’Exclusif colonial qu’ils entendaient mettre à bas, à l’exercice conflictuel de la négociation avec la métropole, les créoles de Saint-Domingue, avec âpreté et ténacité, n’eurent de cesse d’imposer leurs vues, au coeur-même des nouvelles instances du pouvoir républicain, usant de leurs députés puis de l’influence du club Massiac. Les contradictions et les lâchetés d’une Convention enferrée dans la division, contribuèrent à l’escalade vers une violence extrême à Saint-Domingue. Les affrontements entre communautés se multiplièrent, augmentèrent en sauvagerie, se généralisèrent, marqués d’une violence haineuse : tentative avortée, grâce aux affranchis, de sédition des blancs en mai 1790 ; lynchage sauvage du chevalier de Mauduit, colonel du régiment de Port-Aux-Prince, par une foule de blancs en décembre 1790 ; soulèvement du mulâtre Vincent Ogé, roué en février 1791 ; en mai de la même année, prise de la capitale Port-Aux-Prince par les généraux mulâtres, Jacques Beauvais et André Rigaud3, etc. Il suffirait de dresser l’inventaire des conflits entre grands blancs, métropolitains, mulâtres ou affranchis, petits blancs et esclaves pour se faire une idée du caractère explosif de la situation, si révélateur de l’état de désagrégation de la société insulaire4. Plus tard, la violence des esclaves révoltés marquerait les esprits ; mais les créoles rescapés, exilés à Cuba, surprendraient par le paradoxal affichage de leur radicalisme révolutionnaire associé à un esclavagisme forcené, contradiction à la source de l’explosion de Saint-Domingue5, opinions partagées dans le cercle des planteurs orientaux.

8Le décret du 11 août 1789, qui abolit les droits féodaux, sembla ainsi aller dans le sens d’une prochaine et égalitaire abolition des privilèges y compris dans les possessions d’outre-mer :

Art. 10. Une constitution nationale et la liberté publique étant plus avantageuses aux provinces que les privilèges dont quelques-unes jouissaient, et dont le sacrifice est nécessaire à l’union intime de toutes les parties de l’empire, il est déclaré que tous les privilèges particuliers de provinces, principautés, pays, cantons, villes et communautés d’habitants, soit pécuniaires, soit de toute autre nature, soient abolis sans retour, et demeureront confondus dans le droit commun de tous les Français.

Art. 11. Tous les citoyens, sans distinction de naissances, pourront être admis à tous les emplois et les dignités ecclésiastiques, civiles et militaires, et nulle profession utile n’emportera dérogeance.

9Mais la Convention française ne voulut pas affronter ses créoles pour imposer fraternité et égalité dans ses colonies antillaises, comme ultérieurement le firent les Constituants espagnols des Cortès de Cadix ; elle se soucia d’éviter qu’ils ne rallient à une puissance esclavagiste étrangère ou ne s’emparent du pouvoir au nom d’une identité naissante. S’appuyant sur l’argutie qu’une colonie n’est pas une province, l’on préféra sauver le sucre et le commerce extérieur de la France, en excluant du cadre d’application de la loi de la Nation les possessions françaises et leurs ressortissants. Lorsque la déclaration du 26 août 1789 proclama à la face du monde les Droits de l’Homme et du Citoyen, elle exclut, à nouveau, les habitants de couleur des colonies françaises.

  • 6  D’où, entre autres réactions, la saillie douloureuse de Condorcet : « Ajoutons un mot à l’article (...)
  • 7  Cette décision illustre de manière exemplaire la position intenable de la Convention. Le décret ne (...)

10Bien sûr, le 8 mars 1790, les Philanthropes arrachèrent à l’Assemblée l’octroi des droits civiques aux affranchis. Mais le 28 mars 1790, le décret Barnave, du nom de son instigateur, membre du Club Massiac, légalisa le principe inique d’un statut juridique d’exception pour les colonies6, en vertu de quoi l’application du décret du 8 mars fut limitée (15 mai 1791) aux seuls mulâtres nés de parents affranchis7.

11L’échéance de la rupture avec le statu quo et l’esprit du Code Noir étaient sans cesse repoussés. La principale modification consista donc en la reconnaissance très limitée de droits civiques au groupe à la fois ethnique et socio-économique des mulâtres libres. Ouvriers, musiciens, artisans, fermiers voire même petits planteurs propriétaires d’esclaves à Saint-Domingue, leur identité sociale et le poids qu’ils jouaient dans les économies des îles devenait impossible à nier. Mais elle coûtait aux Créoles car elle conduisait in fine à l’acceptation du caractère pluri-ethnique des sociétés antillaises. Par ailleurs, la ségrégation subies par les gens de couleur affranchis et leur « parenté » ethnique avec les esclaves conduisait à les considérer globalement comme faisant partie d’une classe dangereuse, susceptible d’encadrer et de conduire un soulèvement abolitionniste. Signalons que ce postulat systématique ne se vérifia aucunement : si, à Cuba, l’alliance autour du nationalisme de libération se réalisa finalement sans intégrer le critère ethnique, Haïti se trouva déchiré durant des décennies par la mise en opposition des communautés sur des critères ethniques, qui furent une entrave à la création d’une identité unificatrice.

  • 8  Les motivations des Espagnols et des Anglais, alors esclavagistes, étaient liées à la préservation (...)

12Ce fut le prêtre vaudou Boukman, à Bois-Caïman, la nuit du 14 août 1791, qui conduisit la révolte des esclaves. L’insurrection s’étendit comme une traînée de poudre dans le nord du pays. Alors même que l’île s’embrasait pour imposer l’abolition, la légalité de la traite, lucratif commerce pour les villes françaises de la façade atlantique, et la légalité de l’esclavage dans les colonies étaient votées à Paris (24 septembre 1791). Toussaint Louverture, à la tête de l’insurrection, se tourna vers les voisins espagnols et vers les Anglais. Les deux puissances encore esclavagistes lui permirent un temps de mener l’offensive contre cette France révolutionnaire qui réprimait les aspirations libertaires des insurgés8.

13La décision de l’Assemblée d’accorder la citoyenneté aux citoyens libres de couleur, le 4 avril 1792, fut associée à l’envoi de trois commissaires civils à Saint-Domingue, pour la faire appliquer. Polvorel et Sonthonax (Dorigny, 1997: 127), l’un maçon, l’autre membre de la société des Amis des Noirs, débarquèrent dans une île à feu et à sang, à la tête d’une armée. La mise en application de ce nouveau décret provoqua le soulèvement des créoles blancs. Ce fut en s’alliant les forces des esclaves insurgés que les commissaires réussirent à sauver l’île des Anglais et des Espagnols, maintenant associés aux créoles et aux royalistes français. Ils proclamèrent l’abolition pour les esclaves qui se battraient pour la République.

14Devant les ralliements massifs, Polvorel abolit l’esclavage dans l’Ouest le 26 août 1793 et Sonthonax dans le Nord le 29 août. Le 4 février 1794 (le 22 Germinal, an second de la République Française), la Convention accueillit les 3 délégués – un député blanc, Louis-Pierre Dufay, un mulâtre libre, Jean-Baptiste Mills et un ancien esclave noir, Jean-Baptiste Belley - venus présenter et défendre la décision. Tout en acclamant ces représentants, l’assemblée proclama à son tour l’abolition et la « liberté universelle ».

15Le décret est bref :

N° 2262 DE LA CONVENTION NATIONALE du 16. jour Pluviose, an second de la République Française, une & indivisible, qui abolit l’Esclavage des Nègres dans les Colonies. La Convention Nationale déclare que l’esclavage des Nègres dans toutes les Colonies est aboli ; en conséquence elle décrète que les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens Français, & jouiront de tous les droits assurés par la constitution. Elle renvoie au comité de Salut Public, pour lui faire incessamment un rapport sur les mesures à prendre pour assurer l’exécution du présent décret.

16La clef est bien là : « hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens Français, & jouiront de tous les droits assurés par la constitution ».

17Toussaint délaissa les empires rivaux, alliés d’occasion, pour se réunir avec un état révolutionnaire qui accordait la nationalité et, par voie de conséquence, la citoyenneté, à tous dans l’empire français. Ainsi, dans ce ralliement, il n’y avait aucune velléité anti-coloniale, il n’y avait pas de revendication indépendantiste. Pourrait-on, d’ailleurs, évoquer l’émergence d’un sentiment pré-national au sein d’une des communautés de Saint-Domingue ? Sans doute pas : l’aisance avec laquelle créoles, esclaves, mulâtres ou affranchis s’allièrent tour à tour avec des puissances rivales, en fonction seulement de leur intérêt ethno-communautaire, montre qu’aucun lien social ne rassemble la population.

18 Toussaint, militaire zélé au service de la France, se vit progressivement promu jusqu’à être nommé par Sonthonax «commandant en chef de la colonie de Saint-Domingue» (15 mai 1797). Ce fut au nom de la France coloniale abolitionniste qu’il lutta contre les Anglais (1798), écrasa Rigaud et les mulâtres insurgés contre la nomination au pouvoir d’un général noir (1799) et pacifia les esclaves. Mais il menaça également de se soulever à nouveau contre la France lorsque, fin 1796, le Directoire parla de rétablir l’esclavage. Bonaparte l’ayant confirmé dans son grade de général en chef (juin 1800), Toussaint réalisa l’intégrité territoriale et en paracheva la sécurité en occupant la partie espagnole de l’île, hostile à la France et esclavagiste (26 janvier 1801).

19Gouverneur de la colonie, il entreprit d’en assumer pleinement la gouvernance, gérant par décrets, avant de convoquer l’Assemblée Centrale afin de « poserles bases constitutionnelles du régime de la colonie française de Saint-Domingue ». La première constitution de la colonie, le 3 juillet 1801, est un texte dont on peut qualifier l’esprit d’autonomisant (« le territoire d’une seule colonie, qui fait partie de l’empire français »). Composé de quatre sous-titres et de dix-huit articles, il cadrait également les principes du projet politique de Toussaint pour Saint-Domingue. Tout, dans ce texte, oeuvrait à concilier l’exigence de liberté absolue et les désiderata de la métropole, comme l’encadrement de la relance de l’économie et l’organisation de l’agriculture sur la base de la petite propriété. Le premier titre, consacré au statut de l’île, formalisait cette acceptation du maintien dans l’empire colonial français, par ailleurs mentionné à plusieurs reprises, ainsi que l’autonomie exceptionnelle de l’île (qui « est soumise à des lois particulières ») pour l’époque :

Titre Premier : Du Territoire

Art. 1er.- Saint-Domingue dans toute son étendue, et Samana la Tortue, la Gonâve, les Cayemites, l’île-à-Vache, la Saône, et autres îles adjacentes, forment le territoire d’une seule colonie, qui fait partie de l’empire français, mais qui est soumise à des lois particulières.

Art. 2.- Le territoire de cette colonie se divise en départements, arrondissements et paroisses.

20Nulle aspiration à l’indépendance politique ni à la souveraineté. L’absence de sentiment national, en 1801 encore, était explicite dans l’article premier, placé en tête par convention. Les années de guerres avaient donné un gouverneur à Saint-Domingue, un gouverneur noir, qui avait imposé l’abolition. Mais elles ne semblaient pas avoir permis, dans l’éclatement communautaire et la haine raciale, de cristalliser, même partiellement, une identité nationale propre. La citoyenneté se définissait dans le cadre de l’Empire colonial français, comme conséquence de l’application absolue des valeurs de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.

21Le second titre du texte de 1801 définissait le statut des habitants, donnant une réponse aux attentes de la population de couleur et satisfaisant leur constante exigence depuis les premiers troubles :

Titre II : De ses Habitants

Art. 3.- Il ne peut exister d’esclaves sur ce territoire, la servitude y est à jamais abolie. Tous les hommes y naissent, vivent et meurent libres et Français.

Art. 4.- Tout homme, quelle que soit sa couleur, y est admissible à tous les emplois.

Art. 5.- Il n’y existe d’autre distinction que celle des vertus et des talents, et d’autre supériorité que celle que la loi donne dans l’exercice d’une fonction publique.

La loi y est la même pour tous, soit qu’elle punisse, soit qu’elle protège.

22Dans l’esprit de ce texte, c’était l’abolition de l’esclavage qui était prioritaire. Le cadre d’une République impériale permettait de la garantir de manière pérenne, en l’inscrivant, pour la seconde fois, dans un texte constitutionnel. Notons la variante de la seconde phrase de l’article trois, reprise directement de la Constitution française, insistant sur la nationalité : française, des habitants de Saint-Domingue. L’égalité des droits était également reprise des textes constitutionnels français, avec mention précise, toutefois, du caractère désormais anti-constitutionnel de la ségrégation (articles 4 et 5). L’article 5 entérinait que, dans la colonie de Saint-Domingue, les privilèges étaient désormais abolis et la citoyenneté accordée à tous les habitants du territoire de l’Empire, conformément – enfin – à l’esprit de 1789.

  • 9  La constitution suivante (16 thermidor an X) dite constitution de l’an X, instaurera le consulat à (...)

23Peut-être, en France, prit-on ce document comme prémisse d’une évolution séparatiste. Ce fut un des aspects évoqués pour justifier les événements qui allaient suivre. Pourtant, ce texte respectait le texte de la récente constitution du 13 décembre 1799 (22 Frimaire An VIII), qui fonda le consulat9. Elle respecta même à la lettre son article 91, dont le contenu eût pu être jugé préoccupant (sic) :

Article 91. Le régime des colonies françaises est déterminé par des lois spéciales.

24Le fait est que Napoléon ambitionnait de reconstruire un empire français aux Amériques. Sans doute, lié de près aux intérêts et à la mentalité créoles et peu respectueux des principes humanistes, fut-il sensible à l’urgence de relancer l’économie pour financer d’autres points budgétaires. Les Espagnols et les Anglais, dans leurs colonies antillaises, modernisaient leur propre production sucrière, supplantant Saint-Domingue en plein processus de transformation. Une certaine raison d’état aurait donc justifié l’ignoble retour en arrière.

  • 10  Elle revenait sur les droits sociaux mais maintenait l’abolition de l’esclavage.

25Mais il faut également considérer que la Constitution de 1801 s’inscrivait, dans la lettre et dans l’esprit, dans la continuité littérale de la Constitution de l’An 1, tout en respectant la constitution de l’an III, pourtant rétrograde.10 Mais surtout, elle s’imposait comme bouclier à la promulgation de la constitution de l’An VIII, en rupture complète avec l’esprit révolutionnaire. L’absence du préambule (ou déclaration des droits) en était un des signes patents. La nouvelle définition de la nationalité résonnait également, pour les Antillais, lugubrement :

Article 2. Tout homme né et résidant en France qui, âgé de vingt et un ans accomplis, s’est fait inscrire sur le registre civique de son arrondissement communal, et qui a demeuré depuis pendant un an sur le territoire de la République, est citoyen français.

  • 11  ... composée de 40 vaisseaux, 27 frégates, 17 corvettes et autres bâtiment, un premier contingent (...)

26De fait, dès les derniers jours de janvier 1802, une « petite armée »11 débarquait à Saint-Domingue, ainsi que dans les autres Antilles françaises, sous couvert de rétablir l’ordre public. Des généraux mulâtres et noirs faisaient partie du corps expéditionnaire. Les troupes de Leclerc emprisonnèrent Toussaint. Mais la répression féroce laissait présager le pire des retournements ; les nouvelles de Guadeloupe où, disait-on, l’esclavage avait été rétabli après que les troupes napoléoniennes eussent écrasé la garnison, confirmaient ces inquiétudes. Huit ans plus tard, Napoléon revenait sur le décret d’abolition.

27 L’arrêté Richepance du 28 messidor an X, légitimé essentiellement par des motifs économiques, géo-politiques et moraux (sic), se fondait sur la base d’un argumentaire abject, au nom de valeurs dénaturées (« les vrais principes »). Nous en citons ici les considérants et la décision :

Considérant que par l’effet de la révolution et d’une guerre extraordinaire, il s’est introduit dans les noms et les choses de ce pays des abus subversifs de la sûreté et de la prospérité d’une colonie ;

Considérant que les colonies ne sont autre chose que des établissements formés par les Européens, qui y ont amené des noirs comme les seuls individus propres à l’exploitation de ces pays ; qu’entre ces deux classes fondamentales des colons et de leurs noirs, se sont formés des races de sang-mêlé toujours distinctes des blancs, qui ont formé les établissements ;

Considérant que ceux-ci seuls sont les indigènes de la nation française et doivent en exercer les prérogatives ;

Considérant que les bienfaits accordés par la mère patrie, en atténuant les principes essentiels de ces établissements, n’ont servi qu’à dénaturer tous les éléments de leur existence, et à amener progressivement cette conspiration générale, qui a éclaté dans cette colonie contre les blancs et les troupes envoyées sous les ordres du général par le gouvernement consulaire, tandis que les autres colonies soumises à un régime domestique et paternel, offrent le tableau de l’aisance de toutes les classes d’hommes en contraste avec le vagabondage, la paresse, la misère et tous les maux qui ont accablé cette colonie, et particulièrement les noirs livrés à eux-mêmes ;

De sorte que la justice nationale et l’humanité commandent autant que la politique le retour des vrais principes sur lesquels reposent la sécurité et les succès des établissements formés par les Français en cette colonie, en même temps que le gouvernement proscrira avec ardeur les abus et les excès qui s’étaient manifestés anciennement et qui pourraient se remontrer encore.

(...) (les considérants sont suivis de 19 articles formant un nouveau code)

Jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné, le titre de citoyen français ne sera porté dans l’étendue de cette colonie et dépendances que par les blancs. Aucun autre individu ne pourra prendre ce titre ni exercer les fonctions qui y sont attachées (...)

Le Général Richepance (28 messidor, an X ; 17 juillet 1802)

28L’emprisonnement du héros et gouverneur Toussaint, ne suffit pas à rendre la résistance inopérante. Le 13 octobre 1802, Pétion se rebellait. D’autres officiers de Toussaint – Cristophe, Dessalines, Geffrard, Clervaux – allaient se rassembler, les uns sous le commandement de Cristophe, les autres sous celui de Dessalines. Le drapeau haïtien fut créé à ce moment-là, très précisément le 18 mai 1803, à partir d’une ré-interprétation du drapeau tricolore : la bande bleue représentait désormais les noirs et la bande rouge les mulâtres. La devise « La liberté ou la mort » remplaça définitivement l’inscription de la République française. L’on comprendra que le concept de liberté invoqué ne se limitait pas à la métaphore de la revendication du droit politique mais bien à celui de la liberté absolue.

29Quoi de plus éloquent, pour exprimer l’évolution de l’état d’esprit à Saint-Domingue que cette symbolique ? Peut-être l’anecdote historique qui suit : le général français Lavalette proposa une reddition à Pétion, général de l’armée de l’Ouest, en échange de l’amnistie et de la promesse de non-rétablissement de l’esclavage (sic), proposition à laquelle Pétion aurait répondu : « Il est trop tard, nous avons résolu de vivre libres et indépendants ou de mourir». Ce fut donc, au moins pour la légende nationale, à l’occasion de cette ultime trahison de la Mère Patrie révolutionnaire que surgit l’exigence d’état indépendant et souverain.

30Mais, à la différence de ce qui se passerait bientôt à Cuba, cette aspiration n’était pas le fruit d’un consensus des communautés composant la nation et réunies par l’identification à une culture, une histoire ou un destin commun. Ce qui primait dans cette aspiration, c’était d’établir la liberté, en trouvant une forme légitime d’état qui la garantirait une bonne fois pour toutes. Les précédents compromis avec la France coloniale ayant tous conduit à l’échec, la création d’un Etat de droit, indépendant et souverain paraissait donc la seule solution désormais envisageable, malgré le coût qu’elle était susceptible d’avoir à long terme (isolement diplomatique, blocus commercial...).

  • 12  L’on évoque 30 à 40 000 morts haïtiens.
  • 13  Emporté rapidement par la maladie, il laissa une Pauline inconsolable.
  • 14  Nom que s’étaient donné les résistants.

31Le 16 octobre 1803, Pétion prit Port-au-Prince ; la chute du Cap, le 19 novembre 1803, mit fin à cette guerre rapide et meurtrière,12 marquée de cruautés inouïes et de massacres massifs.Dessaline entrait triomphalement le 29 novembre dans la capitale. Le 4 décembre, le successeur de Leclerc,13 Rochambeau quittait l’île. Ce jour-là, le drapeau des «indépendants»14 fut hissé sur le Môle Saint-Nicolas.

 ...le pragmatisme tardif des créoles de Cuba

32 Quelques années plus tard, dans les colonies espagnoles continentales, les créoles réagirent avec opportunisme à la vacance du pouvoir métropolitain : le roi ayant abdiqué suite à l’invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes en 1808, ils s’en emparèrent. Ils ne rompirent avec la légitimité coloniale qu’au moment des Cortès de Cadix, à partir de 1812, face à l’impossibilité d’obtenir l’autonomie pour les colonies et au risque de voir leurs privilèges menacés, sur leurs propres terres d’Amérique, par l’idéologie politique du constitutionnalisme libéral « afrancesado ». (Marchena Fernández, 2006: 145-181)

  • 15  (1762-1835). Varela fut son disciple.
  • 16  La déclaration exacte de J. A. Caballero fut :«Nos parece que en país donde existe la esclavitud y (...)

33A Cuba, le Capitaine Général don Salvador de Muro y Salazar était resté en poste et avait encouragé les créoles à envoyer des Députés aux Cortès de Cadix. Le projet autonomique patricien défendu par José Agustín Caballero15, membre éminent de la Sociedad Económica de Amigos del País, était éloquent quant à la question du droit de vote. Il prônait, arguant du nombre d’esclaves et de mulâtres libres à Cuba, qu’il fût accordé seulement aux Espagnols aisés de sang pur16. On retrouvait là une aspiration identique à celle des créoles révolutionnaires de Saint-Domingue, enfermés dans l’exclusive du maintien de leur suprématie sociale et de la revendication de leur liberté politique.

34La voie des grandes îles des Caraïbes, héritières de la place de Saint-Domingue dans la production et le marché du sucre, fut conditionnée par l’intérêt des créoles. Contrairement à la plupart de leurs homologues du continent, ils optèrent pour le maintien d’un pouvoir colonial fort, représenté par le Capitaine Général, acceptant des formes de lobbying. De toute évidence, ce pouvoir garantissait, par la présence militaire, le maintien de l’ordre. Il faut ajouter que le pouvoir colonial joua sans mesure avec l’évocation du « péril noir », comme le montre la chercheuse espagnole Consuelo Naranjo, pour effrayer les créoles dès lors que leur pression était estimée excessive. Ainsi, la supposée Conspiration de la Escalera, que l’on connaît essentiellement par la terrible répression qu’elle déclencha dans les milieux affranchis et les milieux blancs abolitionnistes, (Labarre, 1986: 127-141) secoua l’opinion publique cubaine. Il faut dire que ces événements se déroulèrent l’année-même où le recensement démographique confirma la supériorité numérique de la population de couleur : l’analogie avec Haïti inquiétait.

  • 17  Il faut préciser tout de même que S. Bolivar lui-même estimait en 1824 qu’il était plus sage pour (...)
  • 18  (1765-1837).
  • 19  (1788-1853).
  • 20  « En la isla de Cuba no hay opinión política, no hay otra opinión que la mercantil ».

35Dans les années qui suivirent, malgré les tentatives des indépendantistes abolitionnistes, bolivariens ou maçons17, il n’y eut même pas à Cuba de création d’une Junte créole, comme l’autonomiste Arango y Parreño18, figure éminente de l’Illustration réformiste créole. Prudent vis-à-vis des dangers sociaux liés à l’esclavage, il prônait par ailleurs une organisation rationnelle du peuplement et une augmentation de l’immigration blanche, afin d’assurer une éventuelle transition vers le salariat. (Infante, 1992: 37-59) L’idée de nationalité fit ainsi son chemin, strictement conditionnée par trois prémisses : la contestation du système colonial intransigeant, la lutte contre les intérêts commerciaux coloniaux et le maintien de l’esclavage. Cette posture idéologique arracherait bien des commentaires au Père Varela19, lui-même penseur réformiste, considéré comme précurseur de la théorisation de la Nation, dont cette amère constatation : « Dans l’île de Cuba, il n’y a pas d’opinion politique, il n’y a d’opinion que la mercantile »20, résumait tristement la situation.

  • 21  (1797-1879).
  • 22  « O España concede a Cuba derechos politicos, o Cuba se pierde para España ».

36Ce fut ainsi que le Réformisme laissa sa marque sur les quarante années postérieures, en dépit des révoltes d’esclaves et de quelques tentatives insurrectionnelles républicaines. Les « penseurs » réformistes évacuèrent la question de l’esclavage. Le réformisme politique, qualifiée par Eduardo Torres Cuevas de « colonne vertébrale de la pensée réformiste » peut être considéré comme une vaste entreprise créole de négociation permanente des taxes et des impôts avec le pouvoir colonial. Il actait un fonctionnement clientéliste et lobbyiste, usant de sociétés savantes et industrieuses, dans une société immuable : il leur sembla ainsi obtenir quelques satisfactions comme lorsque Ferdinand VII, dans une phase de Restauration espagnole, octroya le décret de libre commerce (1819). Mais, dans ce mode de fonctionnement, les créoles, d’eux-mêmes, renonçaient finalement à l’exercice d’un pouvoir politique institutionnel, ne fût-il que local, tout en engageant un permanent rapport de force avec les autorités coloniales. La phrase de Saco21 : « Ou l’Espagne concède à Cuba des droits politiques, ou Cuba est perdue pour l’Espagne »22 résume l’éternel argument créole vis-à-vis du pouvoir.

  • 23  Citons par exemple les titres suivants : « Mi primera pregunta. ¿La abolición del comercio de escl (...)

37Plus souples en apparence que ceux de Saint-Domingue, les créoles de Cuba choisirent de gérer efficacement l’esclavage, et de lui sacrifier leur liberté politique. Saco, en ce sens, est un cas exemplaire, puisqu’il consacra de nombreuses études à ces thématiques : esclavage, traite, conséquences sur la formation sociale du pays23. Mais ce serait une erreur que d’en déduire qu’il y avait là un semblant d’approche philanthropique. La modernité de ce regard, profondément conservateur et raciste, consistait en la reconnaissance de l’esclavage comme constitutif de la société cubaine, sa connaissance scientifique devant conduire à sa maîtrise. Le réformisme créole, en tant que structuration de la pensée identitaire de la « nation créole » trouvera une expression politique moins uniforme avec le temps. (Torres Cuevas, 2004) Ainsi, en fonction des intérêts contradictoires et divergents de la bourgeoisie créole, il pourra conduire tantôt vers l’autonomisme tantôt vers l’indépendentisme et, à l’intérieur de ces deux postures majeures, tantôt vers la conception d’une nation raciste, tantôt vers une vision non-ethnique et non-communautariste.

  • 24  Manzano, (1797-1854) fut affranchi après que le groupe Delmonte eût, par souscription, racheté sa (...)
  • 25  Allié à une des plus grande famille de la sacarocratie, Delmonte (1804-1853) fut un réformiste abo (...)
  • 26  ...dont les auteurs côtoyèrent également pour la plupart le groupe Delmonte, valorisaient le paysa (...)
  • 27  Romantisme et roman abolitionniste ont été les vecteurs d’un très fort courant progressiste et con (...)
  • 28  Je fais allusion, pour les lecteurs de l’oeuvre, à l’opposition entre la famille Gamboa, hispano-c (...)
  • 29  Sauf peut-être dans le cas du roman de Villaverde, dont nous avons déjà parlé.
  • 30  On peut se référer par exemple à cette étude consacrée à la Louisiane (Scott, 2003: 175-209).

38Il faut bien certainement, pour dessiner un panorama complet de ce premier demi-siècle cubain relativement pacifique, évoquer l’influence de l’abolitionnisme anglais sur les créoles, au milieu du siècle. Associé aux considérations de certains, il contribua au développement, dans les mentalités d’une option aménagée de l’institution esclavagiste. Avec la célébrité du poète- esclave Manzano24 encouragé par les membres de groupe littéraire de Delmonte25, avec la veine littéraire criolliste26, avec les premiers romans abolitionnistes27, se dessinait peu à peu une alternative de société faussement conciliatrice, selon laquelle il aurait été possible d’inventer un esclavage à visage humain, à condition que les maîtres fussent suffisamment empreints d’humanité et de sens moral. Que ce topos ait été utilisé comme illustration d’une troisième voie, comme écriture révisionniste de l’histoire, comme catarsis expiatoire, il contribua à ramener symboliquement les créoles dans leur statut de « bonne élite ». Il put également les dégager de leur responsabilité dans ce système. Cirilo Villaverde est un de ceux qui l’attestèrent dans son roman où les esclavagistes n’étaient déjà plus créoles, mais Espagnols ou créoles d’ascendants d’Espagnols28. Quoi qu’il en fût, si l’on évoquait enfin la situation des esclaves et des affranchis (autrement que pour apprendre à les gérer comme l’avait fait Saco) et que l’on utilisait la littérature pour les rendre visibles (au lectorat créole), on était loin de considérer qu’ils puissent être une partie constitutive de la « nation créole » et encore moins de la « cubanité »29. Le réformisme, expression politique d’un sentiment identitaire cubain contribuait à poser les bases d’une nationalité ethnique. Or, comme l’a montré Rebecca Scott, l’idéologie des révolutionnaires de Saint-Domingue, et la conception d’une citoyenneté étendue telle que Toussaint Louverture l’avait définie des années plus tôt, étaient connues dans les Caraïbes30 : les choix des créoles cubains étaient par conséquent des choix délibérés.

  • 31  A Manzanillo, exactement, dans la région de l’Oriente cubain, la partie sud-ouest de l’île, zone d (...)
  • 32  Cités plus haut : contestation de l’intransigeance du système colonial, lutte contre les intérêts (...)

39En 1868, dans la zone orientale du pays31, lorsque les difficultés fiscales et financières finirent par accabler les planteurs et les poussèrent au soulèvement, Carlos Manuel de Céspedes, général en chef et bientôt premier Président de la République en Armes, soutenait encore une lecture portant trace de ces postulats hérités de la pensée politique réformiste. La première déclaration solennelle des insurgés est un point de référence capital quant à la position du dirigeant indépendantiste. Dans le Manifeste de la Junte révolutionnaire de l’île de Cuba du 10 octobre 1868, figurent bien ces trois éléments32, l’insurrection n’étant rendue inévitable que parce que les deux premiers points n’avaient pas évolué, à la différence du troisième :

Nadie ignora que España gobierna la isla de Cuba con un brazo de hierro ensangrentado; no sólo no la deja seguridad en sus propiedades, arrogándose la facultad de imponerla tributos y contribuciones a su antojo, sino que teniéndola privada de toda libertad política, civil y religiosa, sus desgraciados hijos se ven expulsados de su suelo a remotos climas o ejecutados sin forma de proceso, por comisiones militares establecidas en plena paz, con mengua del poder civil.

40Il faut reconnaître aux insurgés cubains leur maturité politique. Bien qu’ancrés dans une culture politique cubaine, qu’elle fût légaliste ou insurrectionnelle, ils n’en méconnaissaient pas moins les contextes internationaux, américains et antillais. Il reste à étudier de manière détaillée – et ce serait une recherhche d’envergure – les influences existant entre les textes constitutionnels américains et français. Les textes espagnol, et en particulier ceux de 1812, fonctionnèrent plutôt à notre sens comme un repoussoir pour les Créoles latino-américains qui panachèrent souvent la référence nord-américaine à la référence française. La constitution fédérale du Vénézuela (21 décembre 1811) est un exemple de cette hybridation, fruit d’un nécessaire consensus entre créoles modérés et radicaux. Dans le cas cubain, la référence aux constitutions antérieures n’est pas probante. Cette originalité des Constituants est certes le signe d’une posture consistant à inventer un modèle autochtone et non pas de reproduire un modèle étranger. Mais elle s’appuie aussi sur une réflexion politique certaine et sur un postulat radical. (Estrade, 1982: 89-117) La Constitution de Guáimaro peut être, par exemple, taxée de constitution laïque par excellence, puisqu’elle ne contient aucune référence déiste, se distinguant grandement de la constitution nord-américaine, de la constitution vénézuélienne ou argentine et, dans une moindre mesure, de la constitution française qui instaura liberté de culte puis culte de l’Etre suprême. Pourtant, l’exigence démocratique des créoles et l’aspiration à la liberté et à l’égalité butait sur les questions de l’esclavage et la question ethnique :

Nosotros consagramos estos dos venerables principios: nosotros creemos que todos los hombres son iguales, amamos la tolerancia, el orden y la justicia en todas las materias; respetamos las vidas y propiedades de todos los ciudadanos pacíficos, aunque sean los mismos españoles, residentes en este territorio, admiramos el sufragio universal que asegura la soberanía del pueblo; deseamos la emancipación gradual y bajo indemnización, de la esclavitud; el libre cambio con las naciones amigas que usen de reciprocidad; la representación nacional para decretar las leyes e impuestos, y, en general, demandamos la religiosa observancia de los derechos imprescriptibles del hombre, constituyéndonos en nación independiente, porque así cumple a la grandeza de nuestros futuros destinos, y porque estamos seguro que bajo el cetro de España nunca gozaremos del franco ejercicio de nuestros derechos.

  • 33  « En suma, la isla de Cuba no puede prosperar, porque la inmigración blanca, única que en la actua (...)

41En effet, ce n’était pas une abolition immédiate qui était exigée, mais une libération raisonnée et indemnisée, moins lourde donc à assumer pour les créoles engagés dans la lutte comme pour ceux qui hésitaient encore. L’on pourrait analyser cet élément comme une marque de réalisme politique cynique tiré de l’histoire de Saint-Domingue : soit l’on se fondait sur les principes et les créoles perdaient leur capital et le sucre, soit l’on privilégiait les lois du marchés et les esclaves ne voyaient point d’évolution à leur situation. Dans le même programme révolutionnaire, n’était-il pas déploré que le gouvernement colonial ait freiné l’immigration blanche (et salariée), qui aurait été « la seule »33 - sic - à convenir aux créoles cubains ? Le fait que le monde agricole et la bourgeoisie créole citadine aient investi le mouvement indépendantiste joua en faveur du progrès social dans la mesure où ils n’avaient guère d’intérêt dans le maintien de l’esclavage.

  • 34  Les gros planteurs soutiendront en effet l’Espagne contre les Indépendantistes abolitionnistes.

42Ainsi, en 1868, ce ne fut pas simplement une augmentation de la pression fiscale ou de la répression politique qui contribua, certes tardivement, à la révolte de la bourgeoisie sucrière créole, mais bien le fait que l’esclavage n’était plus alors la meilleure forme d’organisation du travail dans les plantations moyennes de sucre et de café34. Cette motivation n’étant donc le fruit ni d’une pure démarche philanthropique ni simplement d’une prise de conscience morale, l’on est en droit de se questionner sur la capacité de ces révolutionnaires à accepter, alors qu’ils maintenaient leurs préjugés racistes (présents dans le souhait de ré-équilibrer le rapport démographique blanc/couleur, qui inquiétait depuis la révolution de Saint-Domingue), une citoyenneté indépendante de la question de l’ethnie.

  • 35  L’argumentaire de l’arrêté Richepance apporte à cet égard un éclairage édifiant.

43A ce stade, à Saint-Domingue comme à Cuba, les créoles avaient usé de tout leur poids pour influencer, à leur avantage, des pouvoirs coloniaux qui estimaient leurs colonies en termes commerciaux et fiscaux35. Avec dix ans d’écart, la question du maintien de la société coloniale en l’état ou de sa transformation fut aussi épineuse à aborder pour la France révolutionnaire que pour l’Espagne libérale. Ce ne fut pas tant alors l’attitude des créoles qui put apparaître décisive. Dans un cas comme dans l’autre, ils se révélèrent également attachés à leur modèle de production et d’organisation sociétale, et peu disposés à modifier le système. Mais les circonstances historiques et le jeu des événements les conduisirent à adopter des stratégies conservatrices différentes.

  • 36  Embûches et malversations bien réelles des esclavagistes, afin d’entraver déplacements et actions (...)

44Considérons donc que les chemins se séparèrent, à la faveur de la salutaire commotion intellectuelle et morale des principes révolutionnaires, par le fait qu’en Haïti, dans une prise de conscience en accord avec les temps, le peuple de couleur se souleva. Malgré les efforts, contradictoires, désordonnés et semés d’embûches36 de l’Etat français quand il souhaita ramener le calme et instaurer la légalité républicaine, les manquements successifs et répétés aux principes constitutionnels conduisirent les insurgés à adopter une attitude d’extrême radicalité. Il est certain que ces événements, auxquels il faut ajouter les déchirures profondes entre les communautés socio-ethniques de Saint-Domingue, contribuèrent à conditionner dans la douleur l’invention de l’identité nationale. Les créoles cubains et l’armée coloniale espagnole, en revanche, usèrent sans vergogne de la répression pour mater insurrections républicaines et abolitionnistes, donnant une image faussement paisible de la dernière étape coloniale de la plus grande des Antilles, où les créoles surent garder la main.

Les divers verrous de la citoyenneté

  • 37  Faite aux Gonaïves, le « premier Janvier mil huit cent quatre, et le premier jour de l’indépendanc (...)

45Revenons maintenant à Saint-Domingue, au lendemain de la déroute des troupes napoléoniennes. Le 1er janvier 1804, les généraux indépendants signèrent la Déclaration d’Indépendance de Haïti37. Ce texte fondateur, rédigé dans la pure convention juridique, débute d’un solennel ...

Citoyens,

Ce n’est pas assez d’avoir expulsé de votre pays les barbares qui l’ont ensanglanté depuis deux siècles; ce n’est pas assez d’avoir mis un frein aux factions toujours renaissantes qui se jouaient tour à tour du fantôme de liberté que la France exposait à vos yeux; il faut, par un dernier acte d’autorité nationale, assurer à jamais l’empire de la liberté dans le pays qui nous a vus naître; il faut ravir au gouvernement inhumain, qui tient depuis longtemps nos esprits dans la torpeur la plus humiliante, tout espoir de nous réasservir; il faut enfin vivre indépendant ou mourir.

Indépendance ou la mort... Que ces mots sacrés nous rallient, et qu’ils soient le signal des combats et de notre réunion.

46« Citoyens »... Le substantif apparaît pour la première fois et est repris à multiples reprises en épithète dans le texte : « Citoyens, mes compatriotes » (§3), « Citoyens indigènes, hommes, femmes, filles et enfants » (§6). Ce procédé surprend, mais le statut, associé à l’état de liberté moderne, fut tant envié, et si durement arraché à une métropole et à un peuple qui s’étaient trop longtemps joué des sans-statuts de la colonie. Le rejet de la France, exprimé en termes extrêmes, et la rupture se concrétisèrent dans l’invention de cette nationalité, définie par le sol dès lors que l’on auto-désignait « indigènes d’Haïti », nom indien de l’île, désormais nom officiel de la nouvelle Nation.

  • 38  Les titres sont ainsi organisés : Déclaration préliminaire, De l’Empire, Du Gouvernement, Du Conse (...)

47La première constitution de l’Etat-nation d’Haïti fut promulguée un an plus tard, le 20 mai 1805. Elle était le fruit du travail non pas d’une assemblée constituante, mais du collectif des Généraux insurgés ayant reconnu l’autorité de Dessalines, dont Christophe, Clervaux, Pétion, Geffrard. Toutefois, le texte était empreint de l’esprit légaliste des constitutionnalistes français et l’on y retrouvait tant des références à la Constitution de l’An I qu’à celle, plus modérée de l’An III. Le régime instauré était impérial ; Dessalines (article 19) était désigné empereur, sur un modèle, d’ailleurs, directement inspiré du régime de la France après 1804 (Constitution impériale de l’an XII). Le texte, organisé en 10 titres et 28 articles,38 aborde dans ses Déclarations préliminaires la question de la citoyenneté, attestant une fois de plus du caractère capital de ce point.

48L’on retrouvait, en premier lieu, l’affirmation de l’existence d’un peuple, défini en termes de droit du sol, seul apte à légitimer, puisqu’il était souverain, l’existence d’un état :

Art. 1er.- Le peuple habitant l’île, ci-devant appelée St-Domingue, convient ici de se former en état libre, souverain et indépendant de toutes autres puissances de l’univers, sous le nom d’Empire d’Haïti.

49Posée ainsi à la face de l’ancienne métropole et des puissances régionales, l’existence du peuple haïtien, l’on affirmait le principe constitutionnel de liberté absolue qui se devait d’y être associé, « à jamais » :

Art. 2.- L’esclavage est à jamais aboli.

50La fraternité et l’égalité étaient les principes qui seraient rappelés consécutivement, dans l’esprit du modèle théorique français. Toutefois, les trois concepts – Liberté, Egalité, Fraternité – étaient ici mis en exergue d’une manière plus claire qu’aucune des constitutions françaises ne l’avait réalisé, on le comprendra.

Art. 3.- Les citoyens haïtiens sont frères entre eux ; l’égalité aux yeux de la loi est incontestablement reconnue, et il ne peut exister d’autres titres, avantages ou privilèges que ceux qui résultent nécessairement de la considération et récompense des services rendus à la liberté et à l’indépendance.

  • 39  « Droits. Article 5. La loi n’a point d’effet rétroactif. Article 6. La propriété est sacrée, sa v (...)

51Il ne faudrait toutefois pas déduire hâtivement que le terme « citoyen » avait été conçu dans un esprit universel. L’aurait-il, d’ailleurs, pu l’être, compte-tenu des quinze années antérieures ? Les articles ultérieurs définissaient de manière excluante l’attribution de la nationalité. Mais auparavant, l’on reprenait des principes directement des textes de l’ancienne métropole39. L’article suivant :

Art. 4.- La loi est une pour tous, soit qu’elle punisse, qu’elle protège.

  • 40  « Droits. Article 3. L’égalité consiste en ce que la loi est la même pour tous, soit qu’elle protè (...)

52était tiré mot pour mot de la première constitution, elle-même réactualisée par l’article 3 de la constitution du 5 Fructidor An III (22 août 1795)40. Toutefois, l’organisation différente des articles 3 et 4 donnait un relief particulier à l’affirmation de la relation entre le principe d’égalité et l’exigence d’égalité devant la loi.

53L’on remarque ensuite les précautions extrêmes prises pour définir la citoyenneté. Paradoxalement, le texte haïtien est plus pointilleux que son modèle français. Il s’agit également d’anticiper sur de possibles retours des créoles planteurs et esclavagistes exilés :

Art. 7.- La qualité de citoyen d’Haïti se perd par l’émigration et par la naturalisation en pays étrangers et par la condamnation là des peines afflictives ou déshonorantes, le premier cas emporte peine de mort et confiscation de propriété.

Art. 8.- La qualité de citoyen haïtien est suspendue par l’effet des banqueroutes et faillites.

54Il est d’ailleurs intéressant de voir comment se mêlaient, dans la définition de la citoyenneté, les questions de patrimoine et de couleur, résultat, on le comprendra également, des leçons tirées du passé :

Art. 12.- Aucun blanc, quelle que soit sa nation, ne mettra le pied sur ce territoire à titre de maître ou de propriétaire, et ne pourra à l’avenir acquérir aucune propriété.

Art. 13.- L’article précédent ne pourra produire aucun effet, tant à l’égard des femmes blanches qui sont naturalisées Haïtiennes par le gouvernement, qu’à l’égard des enfants nés ou à naître d’elles. Sont aussi compris dans les dispositions du présent article, les Allemands et Polonais naturalisés par le gouvernement.

  • 41  Le texte français dit exactement ceci : « Nul n’est bon citoyen, s’il n’est bon fils, bon père, bo (...)

55Par ailleurs, la définition de la citoyenneté, n’était pas uniquement donnée en termes ethniques (avec toute l’ambiguïté de la relation entre noirs et mulâtres, que seul Pétion, par son sage gouvernement tendrait ultérieurement à normaliser). Il existait aussi une nette volonté de définir un modèle de citoyen. Cet « homme nouveau » était une variante du concept hérité de 1789 et repris par le texte de 179541, quand le Directoire visait à rétablir à asseoir un gouvernement et à normaliser la situation dans le pays plutôt qu’à conquérir des droits. Il peut aussi être considéré comme une version normative de ce citoyen haïtien que l’on voyait déjà se dessiner dans le projet de reconstruction sociétal de Toussaint, évoqué précédemment :

Art. 9.- Nul n’est digne d’être Haïtien s’il n’est bon père, bon fils, bon époux et surtout bon soldat.

Art. 10.- La faculté n’est point accordée aux pères et mères de déshériter leurs enfants.

Art. 11.- Tout citoyen doit posséder un art mécanique.

  • 42  Le roman cubain de l’indépendantiste C. Villaverde : Cecilia Valdes, o La Loma del Angel, 1882, es (...)
  • 43  Article 9.

56Toussaint on s’en souvient, ambitionnait de relancer la production de sucre, en abolissant l’unité de production esclavagiste et en la substituant par une petite propriété gérée, dans le cadre de la famille, par un pater familiae... Ici, l’on constatait une évolution et une ouverture, dans la mesure où l’option agricole n’était plus imposée constitutionnellement. Pourtant, l’obligation, pour un citoyen, de posséder un art mécanique pouvait sembler extrêmement dirigiste, voire privatrice de liberté individuelle. Faut-il y voir la volonté de préserver la société, par la voie constitutionnelle, de toute accumulation commerciale, foncière ou financière de capital, par une personne ou une entité étrangère ? Ou discerner dans cette exigence, une dimension identitaire et humaine ? Dans les sociétés antillaises esclavagistes, le travail (ou pratique d’un art mécanique) était attribué aux esclaves, ou aux affranchis42. La communauté évolua au gré de la modernisation de la société et se structura comme classe. Nécessaire à la société, il était privé de toute forme de considération. De plus, les créoles; français et espagnols avaient transplanté le schéma d’ancien régime du travail avilissant, attribué et réservé aux classes dites inférieures, en doublant la ségrégation sociale d’une ségrégation « raciale ». Cette qualification du citoyen par l’obligation d’être un travailleur, au service de la Nation - au même titre, par ailleurs, qu’il devait être un soldat43, établissait donc une citoyenneté dans un esprit moderne et égalitariste.

57L’on pourra enfin critiquer, à nouveau, le modèle paternaliste et très régulateur de l’organisation du peuple, assimilé à une famille, régie par un « tyran » (au sens du droit romain, réactualisé par Bonaparte), qui imposait, en réaction à l’extrême inégalité, une extrême (et réductrice ?) égalité :

Art. 14.- Toute acception de couleur parmi les enfants d’une seule et même famille dont le chef de l’Etat est le père, devant nécessairement cesser, les Haïtiens ne seront désormais connus que sous le nom générique de Noirs.

58Cette citoyenneté, qui avait été refusée, partiellement offerte, puis reprise à la population de couleur depuis 1789, faisait donc office, dans le cadre de la première constitution de l’Etat-nation d’Haïti d’un soin très particulier.

59On le voit, elle fut basée avant toute chose sur l’affirmation, réitérée, du principe de l’absolue liberté des « habitants », ce qui menait à une conception a priori ouverte et intégratrice de la citoyenneté. Pourtant, le caractère strict de la définition du citoyen-type s’impose par son dirigisme intransigeant et ses clauses d’exclusion. L’on pourrait presque opiner que la liberté absolue et l’égalité furent garanties par la limitation de ces principes-mêmes... Mais l’on ne peut ignorer que ce texte, élaboré dans un contexte de crise généralisée et d’implosion de la société insulaire, se devait d’apporter une réponse à la question identitaire : l’indépendance d’Haïti ne fut pas le fruit d’une construction collective ni chez les créoles, ni chez les affranchis, ni chez les esclaves libérés. Elle fut le fruit raisonné de la nécessité de barrer définitivement la route, en jouant la carte de la souveraineté nationale, au rétablissement de l’esclavage (dont il est utile de rappeler qu’il ne serait aboli définitivement, dans les autres territoires français, qu’en 1848).

60Dans ce contexte d’urgence, les failles et les faiblesses de la jeune nation firent le lit d’un pouvoir militaire, tyrannique et marqué, de surcroît, par l’instabilité : Dessalines fut tué, Cristophe s’auto-proclama roi, avant de se suicider, Boyer fut destitué...

61Seul Pétion s’imposa comme un chef d’Etat à la hauteur de la conciliation nationale et de la construction d’un régime démocratique, au cours d’une longue présidence de1807 à 1818. Celui qui fut l’hôte de Bolivar lors de son exil de 1815 sut le convaincre de l’urgence d’abolir l’esclavage en Nouvelle-Grenade et d’intégrer la population de couleur à la citoyenneté. Il fit promulguer la Constitution de la République d’Haïti de 1806, aujourd’hui encore considérée comme un modèle de stabilité.

62Mais en 1868, dans l’Oriente de Cuba, l’on gardait à l’esprit non pas les réussites de Pétion, mais bien les troubles qui précédèrent et suivirent son mandat. L’extrême prudence de Céspedes et des premiers créoles insurgés donna certes le ton dès le 10 octobre 1868 : on libéra les esclaves, à condition qu’ils s’enrôlent dans les troupes séparatistes... Ce fut quelques mois plus tard, lorsque le Camagüey se souleva, le 4 novembre 1868, que le virage commença à s’opérer. Il est certain que le fait que la société de Saint-Domingue se soit vertébrée sur le système esclavagiste alors qu’à Cuba, la force de travail esclave fut longtemps supplétive, avant que ne se développât l’économie de plantation à la fin du XVIIIe siècle, détermina différemment la constitution des deux sociétés ainsi que le positionnement idéologique de leurs créoles tout au long de la formation des identités. En effet, dans cette province du Centre, l’activité productive des créoles était moins dépendante de l’esclavage.

  • 44  Le texte fut signé par « le citoyen Carlos Manuel de Céspedes, Président de l’Assemblée Constituan (...)

63De plus, comme les insurgés du Camagüey refusaient de se soumettre à l’autorité suprême quasiment auto-proclamée de Céspedes, la Révolution fut dans un premier temps bicéphale, avec deux gouvernements, et même deux drapeaux distincts, l’un en Orient, l’autre au Centre. Mais, forts des expériences historiques des Antilles et du continent, les insurgés optèrent assez rapidement pour l’unification du mouvement. C’est ainsi que les trois départements soulevés (Orient, Las Villas et le Centre dit Camaguey) envoyèrent leurs représentants siéger dans le village de Guáimaro. Il s’agissait de rédiger la première constitution cubaine, qui donnerait un cadre légal à la lutte révolutionnaire et à la République en Armes un gouvernement national et civil. Au terme des travaux, le texte constitutionnel fut voté le 10 avril 186944.

  • 45  L’intitulé exact est le suivant : « Constitución Política que regirá lo que dure la Guerra de la I (...)
  • 46  Signalons uniquement les points-clefs garantissant cette exigence : « Artículo 1°. El Poder Legisl (...)

64Cette constitution de combat, destinée, ainsi que le spécifie son titre à « régir la Nation tant que durera la Guerre d’Indépendance »45, se composait de 29 articles. Son essentielle raison d’être consistait en la création, dès les premiers mois d’un cadre républicain et démocratique, afin de permettre la reconnaissance diplomatique, et afin d’éviter toute dérive militariste ou caudilliste dont les jeunes nations hispano-américaines avaient fourni des exemples à foison. Céspedes étant lui-même – et le soupçon allait durer jusqu’à son décès – considéré comme potentiellement enclin à cette dérive, les Constituants opérèrent un véritable verrouillage « civiliste », se souciant très particulièrement de l’organisation de l’état et de l’armée en temps de guerre. L’on ne s’étonnera donc pas que l’essentiel de ce texte fondateur fût consacré à la stricte organisation des pouvoirs, à leur séparation et à un équilibrage en faveur du parlement46.

65Or, les députés du Camagüey, que l’on doit considérer comme formant le groupe le plus progressiste – et cela nous renvoie aux dissensions et aux conflits d’intérêt à l’intérieur-même de la bourgeoisie créole (Torres Cuevas, 2004) -, contribuèrent à l’incorporation en priorité d’un autre aspect : la citoyenneté.

66Certes, dans le cas cubain, la liberté ne fut pas déclarée constitutionnelle dès l’article 2... Pourtant, compte-tenu des circonstances, du poids des indépendantistes modérés dans les questions sociales et de celui des préjugés raciaux, le pas franchi, dès le premier texte constitutionnel, ne doit pas être sous-estimé, même s’il fut amené de manière progressive. Rappelons en effet que le premier projet constitutionnel identifié rédigé par Joaquín Infante, lors de la conspiration des années 1809-1812, fondait à Cuba une république esclavagiste. Même s’il n’y a pas en l’espèce de lien direct entre les deux textes, la modification de ce fondement illustre parfaitement l’évolution profonde des idées chez les créoles, même si chez certains la permanence du préjugé raciste et la prévalence de la criollité blanche faisaient barrage à l’acceptation d’une citoyenneté du sol.

67L’on institua en effet en premier lieu le mode d’élection, en fonction des provinces, de la Chambre des Députés, réunie en session permanente :

Art. 2°. A esta Cámara concurrirán igual representación por cada uno de los cuatro estados en que queda desde este instante dividida la Isla.

Art. 3°. Estos estados son: Oriente, Camagüey, Las Villas y Occidente.

68avant de définir quels seraient les citoyens éligibles pour exercer ce mandat :

Art. 4°. Sólo pueden ser representantes los ciudadanos de la República mayores de veinte años.

69Les deux seules conditions semblaient donc être la nouvelle majorité légale, et le fait d’avoir choisi le camp indépendantiste, en ayant rallié l’armée de libération. Cette formulation impliquait donc qu’était citoyen cubain, toute personne ayant choisi de rallier les indépendantistes républicains. Rappelons-nous que le texte haïtien, par sa définition d’une citoyenneté liée au sol, se montrait, dans son principe, ouvert. Mais dans ce contexte de soulèvement, la définition de la nationalité par le choix des valeurs, à l’exclusion de toute considération ethnique, sociale, culturelle ou autre, est remarquable. Anticipons, pour signaler que la conséquence induite par cet article ne resterait pas lettre morte, puisque de nombreux Cubains, dont quelques personnalités de premier plan comme le Général en Chef des deux Guerres Maximo Gomez, acquéraient la nationalité dans le cadre de leur engagement.

  • 47  « Art. 17°. Para ser Presidente se requiere la edad de treinta años y haber nacido en la isla de C (...)

70Le mandat présidentiel, en revanche était plus restrictif, dans la mesure où il fallait pour y prétendre « avoir trente ans, et être né dans l’île de Cuba »47. C’était consécutivement qu’était défini le droit de vote, de manière assez laconique :

Art. 23°. Para ser elector se requieren las mismas condiciones que para ser elejido.

  • 48  Comme ce fut le cas dans la première constitution fédérale du Vénézuéla de décembre 1811, inspirée (...)

71Il est évidemment difficile d’établir sur ce point une comparaison avec l’Empire d’Haïti, puisque le droit de vote, dans le cadre du régime impérial, n’avait tout simplement pas été établi... Il est en revanche plus intéressant de signaler qu’à Cuba, nul « citoyen » n’en était par principe exclu, comme ce fut souvent le cas dans les Républiques d’Amérique du Sud, ne fut-ce que par l’intermédiaire de l’établissement du suffrage censitaire, en faveur, évidemment, des créoles aisés48.

72Toutefois, la définition de la citoyenneté pouvait encore être considérée comme ambiguë dans la mesure où l’esclavage était légal dans l’île. Les députés abolitionnistes remportèrent ce point de divergence, utilisant, auprès des tièdes, l’argument pragmatique des « nécessités de la guerre », ainsi formulé :

Art. 25°. Todos los ciudadanos de la República se consideran soldados del Ejército Libertador.

73Il n’en restait pas moins que l’article 24 imposait, sobrement, la liberté absolue :

Art. 24°. Todos los habitantes de la República son enteramente libres.

  • 49  Art. 26°. La República no reconoce dignidades, honores especiales, ni privilegio alguno ; Art. 28° (...)

74avant de rappeler les principes de la liberté individuelle et de l’égalité établis par la déclaration de 178949.

75Dans cette constitution initiale, et peu diserte, furent posés les principes essentiels de l’état de droit, dont certains ne faisaient guère unanimité. Malgré ces réserves, il est impossible de ne pas reconnaître que la citoyenneté est instituée de manière intégratrice. En effet, faisant fi des préjugés et des intérêts encore prévalant, furent écartées toutes les propositions susceptibles d’établir une ségrégation légale et les Cubains tournent le dos à la probabilité de la création constitutionnelle d’une citoyenneté ethnique. La citoyenneté est attribuée de droit à tout « habitant » des territoires insurgés ; la citoyenneté se retrouve donc associée aux valeurs de la République constitutionnelle. Les indépendantistes cubains abordèrent ainsi la question de l’intégration à la citoyenneté de la population de couleur esclave ou libre, dans un esprit de justice et de fraternité sans égal dans les Antilles et dans le continent.

76Bien qu’il y eût par la suite, quelques tentatives coercitives imposées par décret (notamment sur la liberté de mouvement des affranchies) en des moments de crise militaire, jamais ces tentatives de retour en arrière ne purent être imposées durablement. Cela dit, la définition constitutionnelle de la citoyenneté et l’intégration de tous à la nationalité ne se fit pas toujours sans douleur. Citons le cas du général mulâtre Antonio Maceo, l’un des trois héros de l’indépendance cubaine, qui dut renoncer, en 1874, à commander un régiment dans la province de Las Villas, parce que les hommes des bataillons refusaient d’être subordonnés à un homme de couleur.

77Mais le principe de la citoyenneté ne fut jamais remis en question. A ce titre, les révolutionnaires cubains se montrèrent capables de lutter contre les démons colportés depuis Haïti, et d’inventer une citoyenneté non communautariste, évitant l’écueil des tergiversations et des ambiguïtés légales de bien des Républiques de la Caraïbe continentale quant à la question de l’intégration de leur population de couleur. Contrairement à ce qui s’était passé à Haïti, l’armée contribua à réunir les Cubains autour d’une identité nationale renouvelée. Lorsqu’en 1878, les insurgés capitulèrent, exsangues, et que le pacte de Zanjón fut signé en échange de l’amnistie et d’une abolition progressive (dont le terme était 1884), ce furent des généraux blancs, noirs et mulâtres qui s’opposèrent à ce traité inique, renouant pendant un an avec les combats.

78Certes, Zanjón fut signé. Les dirigeants révolutionnaires les plus radicaux s’exilèrent, l’amertume au coeur. Avant que le réseau indépendantiste ne se reconstitue, sous l’impulsion de Martí, pour une seconde et ultime bataille contre la métropole espagnole. Mais lorsqu’en 1893, Antonio Maceo passa quelques jours à La Havane, le général de couleur fut reçu et honoré comme le héros qu’il était, sans cesse encadré par la garde prétorienne des « Garçons du Louvre », jeunes créoles huppés de l’élite créole havanaise. Certains de ces jeunes s’engageraient dans son armée deux ans plus tard et lui voueraient tout naturellement et sans plus de préjugé raciste, la véritable dévotion qu’ils estimaient devoir à un fondateur de leur Nation.

79Dans le cas d’Haïti et dans celui de Cuba, les choix constitutionnels qui en furent les fruits montrent combien l’imposition d’une citoyenneté ouverte put permettre que se cristallise l’identité nationale sur des valeurs d’intégration et non d’exclusion, assurant non pas la paix intérieure mais la cohésion de la nation toute entière. Ce fut ainsi dans ces îles que la pensée nationale s’élabora de la manière la plus ouverte et la plus moderne. Ces expériences constituèrent une étape cruciale, qui allait à son tour influencer le cours des événements à venir. En effet, ce fut au long des années quatre-vingt-dix, dans le cadre de la préparation de la Révolution d’indépendance de Cuba et de Porto-Rico que l’on vit se dessiner un discours nationaliste antillais, et une ébauche de discours antillaniste, tous deux empreints de la plus grande modernité.

80Paul Estrade a fait remarquer que cette construction des nationalismes antillais n’avait pas été le fait d’une école de pensée politique, qu’elle n’avait pas non plus fait l’unanimité dans une génération. Mais elle a été représentée et promue par des penseurs et hommes politiques profondément anti-racistes dont le discours, dans les années quatre-vingt-dix, convergea : José Martí, José María de Hostos, Máximo Gómez, Antonio Maceo, Diego Vicente Tejera, Juan Gualberto Gómez, Emeterio Betances, Gregorio Luperón, Alexandre Pétion, Anténor Firmin et bien d’autres.

81L’intellectuel et homme politique José Martí, qui travailla sur l’identité culturelle et historique de Cuba et d’Amérique Latine, fut un des promoteurs de ce concept politique de l’« antillanité ». En 1893, alors que le Cubain oeuvrait à la préparation de la guerre d’indépendance de Cuba et de Porto-Rico, ferraillant dans la presse contre les arguments racistes à nouveau utilisés afin de contrer les républicains indépendantistes, il revenait sur les choix fondamentaux de Guáimaro :

La República no se puede volver atrás ; y la República, desde el día único de redención del negro en Cuba, desde la primera constitución de la independencia el 10 de abril en Guáimaro, no habló nunca de blancos ni de negros. Los derechos públicos, concedidos ya de pura astucia por el Gobierno español e iniciados en las costumbres antes de la independencia de la Isla, no podrán ya ser negados, ni por el español que los mantendrá mientras aliente en Cuba, para seguir dividiendo al cubano negro del cubano blanco, ni por la independencia, que no podría negar en la libertad los derechos que el español reconoció en la servidumbre. (Martí, 1893)

82Puis, déduisait de cette expérience historique rendue possible par la volonté des Députés de l’Assemblée Constituante :

Hombre es más que blanco, más que mulato, más que negro. Cubano es más que blanco, más que mulato, más que negro.

83Au-delà du cas cubain, il résumait l’enjeu qu’avait pu constituer la question de la citoyenneté dans ces îles marquées par l’héritage des cultures esclavagistes.

84Nul doute qu’aujourd’hui encore, l’on peut s’interroger sur les traces que le fait que ces choix aient pu ou non se faire, ont pu laisser, en particulier dans le monde caraïbe.

Inicio de página

Bibliografía

Benot Yves, Les Lumières, l’esclavage, la colonisation, textes réunis par Roland Desné et Marcel Dorigny, Editions La découverte, Coll. Textes à l’appui, 2005.

BOUFFARTIGUE Sylvie, « Les Haïtiens dans l’Orient cubain. A propos du roman Vía Crucís d’Emilio Bacardí Moreau », dans Présences haïtiennes, Université de Cergy-Pontoise, Editions Encrage, 2006.

COLLECTIF, Visiones y revisiones de la Independencia americana, Salamanca, Ediciones Universidad, 3 tomes, 2003, 2005, 2006.

Dorigny Marcel, Léger-Félicité Sonthonax : la première abolition de l’esclavage : la Révolution française et la Révolution de Saint-Domingue / textes réunis et présentés par Saint-Denis : Société française d’histoire d’outre-mer, Paris, Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1997.

ESTRADE Paul, « Remarques sur le caractère tardif et avancé, de la prise de conscience nationale dans les Antilles espagnoles », dans Caravelles, n°38, 1982.

Hector Michel, La révolution française et Haïti, Filiations, ruptures, nouvelles dimensions, Port-au-Prince, Ed. Deschamps et Société haïtienne d’histoire et de géographie, 1995.

INFANTE, ESTRADE, LECUYER, Ramón de la Sagra y Cuba, Edicios do Castro/Ensaio, Vol 1, 1992.

LABARRE Roland, « La conspiración de 1844 : un « complot por lo menos dudoso » y una « atroz maquinación », dans Anuario de Estudios Americanos. Madrid, XLIII, 1986.

Lacroix Général Pamphile de, La révolution de Haïti, Edition présentée et annotée par Pierre Pluchon, Editions Karthala, 1995 (ed. initiale Mémoires pour servir à l’histoire de la Révolution de Saint-Domingue, Paris, Pillet aîné, 1819).

Lynch John, Las revoluciones hispanoamericanas. 1808-1826, Barcelona, Ariel, 1998.

MARCHENA FERNÁNDEZ Juan, « El día que los negros cantaron la marsellesa. El fracaso del liberalismo español en América 1790-1823 », dans Visiones y Revisiones de la Independencia  americana, Salamanca, Ediciones Universidad, 2006.

MARTÍ José, « Mi raza », dans Patria, 16 avril 1893.

Navarro García Luis, La independencia de Cuba, Madrid, MAFPRE, 1992.

PLUCHON Pierre, Toussaint Louverture, de l’esclavage au pouvoir, Paris, l’École, 1979.

SCOTT Rebecca, « Se battre pour ses droits : écriture, litiges et discrimination raciale en Louisiane (1888-1899) », dans Cahiers du Brésil Contemporain, 2003, n°53/54.

Torres-Cuevas Eduardo, Historia del pensamiento cubano, Tomo 1, LH, Ciencias sociales, 2004.

Inicio de página

Notas

1  Cette date est en effet celle de la reddition de l’Espagne puis de la signature du Traité de Paris, entre Etats-Unis et Espagne. Pour certains à Cuba, cette date correspond à l’Indépendance nationale, même si l’île restait occupée par les troupes nord-américaines et gouvernée militairement. Pour les patriotes anti-impérialistes, la date de l’indépendance de l’île ne coïncide pas avec le retrait espagnol, mais avec la proclamation officielle de la République de Cuba en 1902, qualifiée de médiatisée à cause de la limitation de sa souveraineté par l’amendement Platt.

2  L’historien Y. Benot a toutefois montré que les premières manifestations attestées, en Guadeloupe, se déroulèrent avant que l’on n’y eût appris la nouvelle de la prise de la Bastille. Y. Benot : « Les rythmes différents du processus révolutionnaire dans les Caraïbes » (Hector, 1995).

3  Rigaud, mulâtre farouchement opposé à Toussaint, se rallia ultérieurement à l’expédition Leclerc visant à rétablir l’esclavage, avant de finir emprisonné, lui aussi, au Fort de Joux.

4  Une étude plus détaillée des archives de police et un croisement des Mémoires pourrait fournir d’intéressants compléments de données sur les actes de violence individuels ou collectifs, souvent spontanés.

5  Le roman de l’auteur indépendantiste E. Bacardí, Vía Crucís, développera magistralement cet aspect puisque ces émigrés dominicains, peuplant l’Orient de Cuba, y laissèrent une trace forte économiquement, culturellement et politiquement (Bouffartigue, 2006: 111-124).

6  D’où, entre autres réactions, la saillie douloureuse de Condorcet : « Ajoutons un mot à l’article premier de la Déclaration des droits : Tous les hommes ’’blancs’’ naissent libres et égaux en droits ! ».

7  Cette décision illustre de manière exemplaire la position intenable de la Convention. Le décret ne concerne que 5 à 6 % de la population de couleur. Il confirme par conséquent que 95 % de la population de couleur, affranchis et esclaves confondus, sont maintenus dans un statut d’infériorité légale. La loi ne fut pas non plus acceptée par les grands et les petits blancs, dans la mesure où elle ouvrait la brèche dans le maintien de leur propre statut.

8  Les motivations des Espagnols et des Anglais, alors esclavagistes, étaient liées à la préservation de leurs possessions antillaises et des échanges commerciaux. Par ailleurs, le général français Leclerc était convaincu que les Etats-unis avaient aussi joué un rôle : « Ce sont les États-Unis, écrivait Leclerc au Ministre de la Marine le 9 février 1802, qui ont apporté ici les fusils, les canons, la poudre et toutes les munitions de guerre. Ce sont eux qui ont excité Toussaint à la défense, je suis intimement convaincu que les Américains ont formé le plan d’engager à l’indépendance toutes les Antilles parce qu’ils espéraient en avoir le commerce exclusif, comme ils ont eu celui de Saint-Domingue » (Pluchon, 1979: 196).

9  La constitution suivante (16 thermidor an X) dite constitution de l’an X, instaurera le consulat à vie de Napoléon, avant que l’Empire ne fut proclamé par le texte du 28 floréal an XII (18 mai 1804) ou constitution de l’an XII.

10  Elle revenait sur les droits sociaux mais maintenait l’abolition de l’esclavage.

11  ... composée de 40 vaisseaux, 27 frégates, 17 corvettes et autres bâtiment, un premier contingent de 25.000 hommes sous les ordres de Leclerc, beau-frère de Bonaparte, secondé par 13 généraux de division, 27 généraux de brigade et une foule d’officiers. Des renforts les rejoindraient ultérieurement. Dans cette guerre, les Français recoururent aux chiens que l’on utilisait « jadis » dans la chasse aux marrons.

12  L’on évoque 30 à 40 000 morts haïtiens.

13  Emporté rapidement par la maladie, il laissa une Pauline inconsolable.

14  Nom que s’étaient donné les résistants.

15  (1762-1835). Varela fut son disciple.

16  La déclaration exacte de J. A. Caballero fut :«Nos parece que en país donde existe la esclavitud y tantos libertos como tenemos, conviene que el derecho primitivo de sufragio descanse únicamente en la calidad de español de sangre limpia, con bienes de arraigo en tierras o casas urbanas y rurales, sin que para ello sea suficiente la propiedad en mercancías, ganados, esclavos u otros bienes muebles» (Navarro García, 1992: 48).

17  Il faut préciser tout de même que S. Bolivar lui-même estimait en 1824 qu’il était plus sage pour la stabilité du continent de laisser Cuba et Porto-Rico aux mains des Espagnols. «Más cuenta nos tiene la paz que libertar a estas dos islas (Cuba y PR) : J’ai ma politique à moi. La Habana independiente nos dará mucho que hacer, la amenaza nos valdrá más que la insurrección» écrit S. Bolivar le 20 décembre 1824, dans une lettre à Santander (Navarro García, 1992: 103).

18  (1765-1837).

19  (1788-1853).

20  « En la isla de Cuba no hay opinión política, no hay otra opinión que la mercantil ».

21  (1797-1879).

22  « O España concede a Cuba derechos politicos, o Cuba se pierde para España ».

23  Citons par exemple les titres suivants : « Mi primera pregunta. ¿La abolición del comercio de esclavos africanos arruinará o atrasará la agricultura cubana? Dedícala a los hacendados de la isla de Cuba su compatriota José Antonio Saco, 1837 ; La supresión del tráfico de esclavos africanos en la Isla de Cuba, examinada con relación a su agricultura y a su seguridad, 1845 ; Carta de un cubano a un amigo suyo, en que se hacen algunas observaciones al Informe Fiscal sobre fomento de la población blanca en la isla de Cuba, etc. », presentado en La Habana, en diciembre de 1844 a la Superintendencia General delegada de Real Hacienda, por el Sr. D. Vicente Vázquez Queipo, Fiscal de la misma, y publicada en Madrid en 1845, 1847 ; La esclavitud en Cuba y la revolución de España, 1868 ; Historia de la esclavitud desde los tiempos más remotos hasta nuestros días, 1875-1877. 3 t.

24  Manzano, (1797-1854) fut affranchi après que le groupe Delmonte eût, par souscription, racheté sa liberté. L’engouement pour son écriture et la compassion à son égard semblent avoir été très sincères.

25  Allié à une des plus grande famille de la sacarocratie, Delmonte (1804-1853) fut un réformiste abolitionniste. Cet homme cultivé sut réunir autour de lui nombre d’intellectuels et d’hommes de lettres qui contribuèrent sciemment, par leur oeuvre, à fonder les prémisses d’une identité nationale créole, articulée sur la culture et l’histoire.

26  ...dont les auteurs côtoyèrent également pour la plupart le groupe Delmonte, valorisaient le paysage cubain, jouant avec l’association terre/patrie, dans la lignée du philosophe Varela. S’ils décrivirent magnifiquement la campagne cubaine, ils dépeignirent rarement les champs de canne sans les « humaniser » d’esclaves travaillant en chantant gaiement...

27  Romantisme et roman abolitionniste ont été les vecteurs d’un très fort courant progressiste et constructif. Ces oeuvres, censurées en leur temps bien qu’elles aient circulé sous le manteau, sont considérées comme fondatrices de la littérature nationale cubaine. Elles avaient la particularité, en dépit de leurs qualités et des prises de conscience qu’elles purent susciter, de porter un regard très compassionnel sur le sort des protagonistes esclaves, tout en les maintenant dans un statut périphérique et subalterne de celui des protagonistes créoles. Citons : Petrona y Rosalia composé en 1838 par F. Tanco y Bosmeniel et publié en 1925 ; Francisco. El ingenio o las Delicias del Campocomposé en 1838 par Suarez y Romero et publié à New York en 1880 ou Sab, de G.Gomez de la Avellaneda, roman composé en 1841, interdit à Cuba et diffusé à Madrid en 1844.

28  Je fais allusion, pour les lecteurs de l’oeuvre, à l’opposition entre la famille Gamboa, hispano-créole, qui pratique châtiments corporels et torture morale, à laquelle on oppose la jeune Isabel Illincheta, qui fait « tourner » sa plantation avec une autorité douce, compréhensive, étant aimée (sic) de ses esclaves.

29  Sauf peut-être dans le cas du roman de Villaverde, dont nous avons déjà parlé.

30  On peut se référer par exemple à cette étude consacrée à la Louisiane (Scott, 2003: 175-209).

31  A Manzanillo, exactement, dans la région de l’Oriente cubain, la partie sud-ouest de l’île, zone de petites et moyennes plantations de canne ou de café, loin encore d’opérer leur conversion industrielle. Cette région, à la forte proportion d’esclaves, constitua dès lors comme un foyer révolutionnaire des plus intransigeants. Ce fut dans cette région que la République de Cuba Libre se maintiendra pendant les dix premières années de la Guerre de Libération.

32  Cités plus haut : contestation de l’intransigeance du système colonial, lutte contre les intérêts commerciaux coloniaux, maintien de l’esclavage.

33  « En suma, la isla de Cuba no puede prosperar, porque la inmigración blanca, única que en la actualidad nos conviene, se ve alejada de nuestras playas por la innumerables trabas con que se la enreda y la prevención y ojeriza con que se la mira », Manifeste de la Junte révolutionnaire de l’île de Cuba, 10 octobre 1868.

34  Les gros planteurs soutiendront en effet l’Espagne contre les Indépendantistes abolitionnistes.

35  L’argumentaire de l’arrêté Richepance apporte à cet égard un éclairage édifiant.

36  Embûches et malversations bien réelles des esclavagistes, afin d’entraver déplacements et actions tant de Polvorel et Sonthonax que des trois députés porteurs de la nouvelle de l’abolition.

37  Faite aux Gonaïves, le « premier Janvier mil huit cent quatre, et le premier jour de l’indépendance d’Haïti », cette déclaration collective est signée par ceux qui seraient conduits à diriger le pays : « Dessalines, général en chef; Christophe, Pétion, Clerveaux, Geffrard, Vernet, Gabart, généraux de division; P. Romain, E. Gérin, F. Capois, Daut, Jean-Louis Francois, Férou, Cangé, L. Bazelais, Magloire Ambroise, J.-J Herne, Toussaint Brave, Yayou, généraux de brigade; Bonnet, F. Papalier, Morelly, Chevalier, Marion, adjudants-généraux Magny, Roux, chefs de brigade; Chareron, B. Loret, Macajoux, Dupuy, Carbonne, Diaquoi aîné, Raphael, Malet, Derenoncourt, officiers de l’armée; Boisrond Tonnerre, secrétaire ».

38  Les titres sont ainsi organisés : Déclaration préliminaire, De l’Empire, Du Gouvernement, Du Conseil d’Etat, Des Ministres, Du Secrétaire d’Etat, Des Tribunaux, Du Culte, De l’Administration, Dispositions générales.

39  « Droits. Article 5. La loi n’a point d’effet rétroactif. Article 6. La propriété est sacrée, sa violation sera rigoureusement poursuivie ».

40  « Droits. Article 3. L’égalité consiste en ce que la loi est la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. L’égalité n’admet aucune distinction de naissance, aucune hérédité de pouvoirs ».

41  Le texte français dit exactement ceci : « Nul n’est bon citoyen, s’il n’est bon fils, bon père, bon frère, bon ami, bon époux », Devoirs, Article 4.

42  Le roman cubain de l’indépendantiste C. Villaverde : Cecilia Valdes, o La Loma del Angel, 1882, est une source richissime d’enseignements sur le quotidien et les activités des affranchis, à Cuba, dans les années 1830. Il ne peut certes être transposé à la situation de Saint-Domingue puis d’Haïti, mais il peut fournir au lecteur, complémentairement aux récits de voyages et en l’absence d’une littérature créole réaliste et abolitionniste, des éléments de représentation. On peut consulter l’édition française suivante : Cécilia Valdés ou La Colline de l’Ange, traduction de J. Lamore, 1984.

43  Article 9.

44  Le texte fut signé par « le citoyen Carlos Manuel de Céspedes, Président de l’Assemblée Constituante, et par les citoyens Députés, Salvador Cisneros Betancourt, Francisco Sánchez, Miguel Betancourt Guerra, Ignacio Agramonte Loynaz, Antonio Zambrana, Jesús Rodríguez, Antonio Alcalá, José Izaguirre, Honorato Castillo, Miguel Gerónimo Gutiérrez, Arcadio García, Tranquilino Valdés, Antonio Lorda y Eduardo Machado».

45  L’intitulé exact est le suivant : « Constitución Política que regirá lo que dure la Guerra de la Independencia ».

46  Signalons uniquement les points-clefs garantissant cette exigence : « Artículo 1°. El Poder Legislativo residirá en una Cámara de Representantes.» ; « Art. 7°. La Cámara de Representantes nombrará el Presidente encargado del Poder Ejecutivo, el General en Jefe, el Presidente de las sesiones y demás empleados suyos. El Jeneral en Jefe está subordinado al Ejecutivo y debe darle cuenta de sus operaciones » ; « Art. 8°. Ante la Cámara de Representantes deben ser acusados, cuando hubiere lugar, el Presidente de la República, el Jeneral en Jefe y los miembros de la Cámara. Esta acusación puede hacerse por cualquier ciudadano: si la Cámara la encuentra atendible, someterá el acusado al Poder Judicial. » ; « Art. 14°. Deben ser objetos indispensablemente de ley: las contribuciones, los empréstitos públicos, la ratificación de los tratados, la declaración y conclusión de la guerra, la autorización al Presidente para conceder patentes de corso, levantar tropas y mantenerlas, proveer y sostener una armada, y la declaración de represalias con respecto al enemigo » ; « Art. 22°. El Poder Judicial es independiente, su organización será objeto de una ley especial. » ; « Art. 29°. Esta constitución podrá enmendarse cuando la Cámara unánimemente lo determine ».

47  « Art. 17°. Para ser Presidente se requiere la edad de treinta años y haber nacido en la isla de Cuba ».

48  Comme ce fut le cas dans la première constitution fédérale du Vénézuéla de décembre 1811, inspirée du constitutionnalisme nord-américain (Lynch, 1998:195).

49  Art. 26°. La República no reconoce dignidades, honores especiales, ni privilegio alguno ; Art. 28°. La Cámara no podrá atacar las libertades de culto, imprenta, reunión pacífica, enseñanza y petición, ni derecho alguno inalienable del pueblo.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sylvie Bouffartigue, « D’un citoyen à l’autre : les premières constitutions de Haïti et de Cuba », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 15 | 2008, Publicado el 29 junio 2009, consultado el 24 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/2883

Inicio de página

Autor

Sylvie Bouffartigue

Université de SavoieMaître de Conférences à l’Université de Savoie. Membre de l’équipe « Liberté dans les Amériques » de son Laboratoire LLS, elle collabore également depuis des années au GRIAHAL-HAH (CICC-Université de Cergy-Pontoise). Elle travaille essentiellement sur les XIX et XX siècles cubains, périodes de formation et de confortation des identités nationales. Roman, littérature historique, iconographie, image fixe ou animée sont quelques-uns des supports qu’elle étudie dans la perspective de l’analyse de la structuration du discours historique, arc-boutant de l’identité collective. Sylvie.bouffartigue@univ-savoie.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org