Navegación – Mapa del sitio

Les premiers partis politiques cubains et leur influence dans la constitution de l’Etat-nation (1878-1902)

Dominique Soucy

Resúmenes

La trêve décrétée par le Pacte du Zanjón, qui mettait fin à la première guerre d’indépendance cubaine (1868-1878), allait instaurer un contexte nouveau qui permettrait l’organisation d’une vie politique locale, institutionnalisée par la création des premiers partis politiques en 1878 : notamment le Partido Liberal Autonomista et celui de la Unión Constitucional. Autour de ces deux groupes - le premier progressiste, le second conservateur -les élites insulaires allaient pouvoir s’exercer au jeu du politique et développer une culture politique cubaine, empreinte de particularités et de contradictions qui se refléteraient de façon plus ou moins marquée dans la Constitution de 1901 et la République proclamée en 1902. Il s’agira ici de réfléchir à l’héritage laissé par ces deux partis – le plus souvent écartés du processus de construction nationale par l’historiographie classique - dans la constitution d’une identité politique cubaine.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Cuba, la Perle des Antilles, le joyau de l’empire colonial, fait figure d’exception dans l’histoire des constructions nationales en Amérique latine, aux côtés de sa voisine Porto Rico. Alors que le continent s’organise au début du XIX siècle en Républiques indépendantes, Cuba reste dans le giron espagnol et amorce une lente évolution et progression vers un Etat-nation qui ne verra le jour qu’en 1902. Il ne s’agit pas d’expliquer ici les raisons de cette indépendance tardive (Estrade, 1982: 89-117) mais plutôt de réfléchir à la configuration de la société civile protonationale et à ses conséquences sur la constitution de l’Etat-nation lui-même. A la différence des colonies continentales, qui fondèrent des Républiques sur des identités à construire, Cuba bâtit son Etat-nation autour d’une identité déjà bien élaborée qui offrait une assise relativement solide à la citoyenneté nouvelle.

  • 1  Deux autres partis furent créés en août 1878 : le Partido Liberal Nacional (Parti Libéral National (...)

2La trêve décrétée par la signature du Pacte de Zanjón le 10 février 1868 mettait fin à la première guerre d’indépendance cubaine (1868-1878) et instaurait dans l’île un climat politique et social sensiblement plus tolérant, notamment grâce à la promulgation de la Constitution espagnole de 1876. Malgré ses défauts et sa mise en application discutable, le Pacte ouvrait une nouvelle ère constitutionnelle à Cuba et son premier article, qui concédait à l’île les mêmes conditions politiques et administratives qu’à Porto Rico, allait marquer le début d’une évolution politique profonde. Ce contexte nouveau permit en effet l’organisation d’une vie politique locale, institutionnalisée par les premiers partis : le Partido Liberal (Parti Libéral) (Autonomiste à partir du 1881, PLA) et celui de la Unión Constitucional (Union Constitutionnelle) (UC), qui seront fondés à quelques jours d’intervalle, en août 1878. Autour de ces deux groupes — le premier libéral, le second conservateur — les dirigeants insulaires allaient s’exercer au jeu du politique et développer une culture politique cubaine, empreinte de particularités et de contradictions qui se refléteraient de façon plus ou moins marquée dans la Constitution de 1901 et la République proclamée en 19021.

3Emile Durkheim considérait l’apparition de l’Etat comme intimement liée au processus de configuration et de diversification de la société et à la multiplication en son sein des fonctions et des divisions sociales, (Durkheim, 1902: 169-176) c’est-à-dire lorsqu’une société, « encore incohérente (…) prend de plus en plus conscience de soi » et que l’équilibre qui se met alors en place « est un commencement d’organisation » de ladite société. (Durkheim, 1902: 90) Or, c’est précisément ce qui se joue entre 1878 et 1902 à Cuba : la société civile se structure, multiplie et consolide ses institutions locales. Les rôles sociaux se diversifient, se modifient et se définissent dans un cadre nouveau d’institutionnalisation des rapports économiques, politiques, sociaux et culturels au sein d’organisations et d’associations diverses  qui se développent alors qu’apparaissent les associations politiques, presque en compléments sociaux de ces dernières (Piqueras, 2005: 151-154).

4Trop peu souvent l’historiographie cubaine reconnaît l’importance, dans le processus de construction de la nation cubaine, de ces deux partis qu’elle présente au contraire comme des freins à l’indépendance et donc à l’avènement de la République. La république cubaine instaurée en 1902, au terme de la guerre hispano-américaine (1895-1898) et de l’occupation militaire de l’île par les Etats-Unis (1899-1901), fut pourtant le résultat d’un long processus au cours duquel est intervenu l’ensemble des acteurs politiques de la fin du XIX siècle : indépendantistes, certes, mais aussi autonomistes et conservateurs. S’il est indéniable que la finalité politique respective de ces deux dernières tendances rejetait l’option indépendantiste, il reste que leur action au sein de la société se doit d’être prise en compte si l’on se propose d’observer l’émergence d’une identité politique cubaine. La tendance générale a souvent été de confondre la fonction sociale de ces partis et leur programme politique, pour arriver à une condamnation globale de leur action, jugée dès lors anti-nationale. Cet amalgame, visant à minimiser certains apports positifs et mesurables sur la société, a conduit à des raccourcis historiques qui retirent à leurs membres une légitimité à apparaître comme artisans, eux aussi, de la nation cubaine. S’en trouve négligée la mise en évidence de ces courants idéologiques existants au sein des partis, ce qui permet pourtant de nuancer l’interprétation de leur profil et de leurs actions. Il existait, dans chacun des deux partis, des ailes plus ou moins de gauche et de droite, plus ou moins radicales dans leurs revendications, et seule une approche plus individuelle de leurs membres permet d’identifier ces tendances idéologiques qui, dans certains cas, sont devenues divergentes.

5 Ainsi, la composition même du PLA et ses propositions, qui ont inspiré plus d’une fois la méfiance chez les autorités coloniales qui les jugeaient dangereuses pour l’unité nationale, offrent une certaine variété de tendances qu’il est important de distinguer. Parti de la nouvelle bourgeoisie créole, le PLA se crée autour d’anciens réformistes, d’indépendantistes et de jeunes libéraux urbains : une composition qui s’enrichira progressivement d’autres secteurs sociaux et qui inscrira en son sein trois orientations principales : une conservatrice, une progressiste et une progressiste plus radicale. Il est dès lors compréhensible que dans les moments de tensions internes des clans se soient formés et que, lorsque la solution autonomiste semblait le plus difficile à réaliser, de nombreux membres du PLA aient rejoint les rangs des indépendantistes. De la même façon, et peut-être de manière encore plus marquée, l’UC offre un portrait idéologique hétérogène, composé de conservateurs qui occupaient l’éventail complet des degrés possibles du conservatisme, allant du plus radical au plus progressiste. (Roldán de Montaud, 2001: 704 ; Portela Minguélez, 2004: 248) La prise en compte de ces nuances permet d’interpréter plus justement certains discours, certaines alliances ou dissensions comme celle qui se produit, par exemple, au sein de l’UC, lorsqu’une partie de ses membres, l’aile la plus progressiste, quitte le parti en 1893 pour fonder le Partido Reformista (Parti Réformiste).

  • 2  L.M. García Mora a conduit une riche étude sociologique du PLA afin d’établir un profil nuancé du (...)

6On peut en effet regretter que les biographies individuelles des membres, qui sont à la base de l’évolution interne des partis et qui permettent d’élaborer une biographie collective, n’aient été guère étudiées. C’est pourtant en plongeant au cœur de ces parcours individuels complexes, dans les interrelations entre les différentes sphères d’actions des animateurs des partis, qu’il est possible de sortir d’une présentation lisse et homogène du PLA et de l’UC. Cette mise en perspective plus ample, qui fait apparaître les différentes facettes de leur vie publique, apporte les informations et les nuances essentielles à l’interprétation plus objective de leur action2.

7Par ailleurs, une telle approche de ces partis néglige la prise en compte du travail de structuration de la société cubaine que ses membres, entre 1878 et le début de guerre en 1895, ont accompli. Que leur action ait été un frein pour l’indépendance, nous ne saurions le démentir : l’UC prônait le maintien du régime colonial et le PLA ne dérogeait pas de la consigne suivante : « tout par l’évolution, rien par la révolution ». Mais il serait erroné de se limiter à juger leur programme politique pour valoriser leur action dans la société en construction ou nier leur patriotisme.

8Bien que reconnaissant au PLA une certaine identité cubaine, essentiellement par opposition aux partis plus clairement espagnols, plusieurs auteurs se sont faits le relais de cette construction bipartiste de l’histoire, qui oppose sans nuances les indépendantistes aux autres, c’est-à-dire à ceux qui ont défendu une autre option que la solution armée. Dans cette lignée, P. Estrade émet un jugement sévère concernant le PLA, se référant à José Martí pour étayer son propos :

J. Martí s’est aperçu que l’autonomisme professé par le « señorío » servait de paravent à une politique antinationale et antidémocratique. Il ne juge donc pas le P.L.A. sur sa doctrine mais sur les effets pratiques et sur les incidences nationale et sociale prévisibles de la politique de ses dirigeants. (Estrade, 1987 : 433)

9Si pour J. Martí, la « seule utilité reconnue à l’autonomisme (…) est d’avoir prouvé, par son inutilité, qu’il n’y avait d’autre voie que la guerre d’indépendance », (Estrade, 1987: 439) il semble pour le moins risqué de prendre assise sur une interprétation faite par un contemporain des événements pour analyser un siècle plus tard la période en question. Le recul historique devrait permettre une prise de distance critique quant aux perceptions et jugements de J. Martí qui, en tant que leader du mouvement indépendantiste d’alors et contemporain des autonomistes, ne pouvait en tout état de cause appréhender objectivement — ce à quoi aspire l’historien — le processus de construction de la société civile auquel il prenait lui-même part. J. Martí nous offrait une vision personnelle du mouvement, en accord avec son idéal dont le radicalisme se heurtait bien évidemment aux propositions des autonomistes qui lui apparaissaient alors comme des obstacles à son propre projet politique.  

10Centrer la réflexion sur une évaluation du patriotisme des autonomistes ou sur les conséquences négatives de leur action pour l’indépendance détourne à notre sens la recherche à partir de données objectives et significatives. Une part importante de la population cubaine de l’époque se reconnaissait dans le programme autonomiste et soutenait ses propositions évolutionnistes et pacifistes, marquée sans aucun doute qu’elle était par le souvenir récent de la première guerre d’indépendance dévastatrice, qui avait secoué l’île entre 1868 et 1878 mais aussi, et surtout, civiquement réveillée par cette dernière. Comme le souligne très justement J.A. Piqueras, la guerre avait mis debout la société qui, malgré l’échec de la guerre, ne renoncerait pas facilement à cette idée de souveraineté et de liberté. (Piqueras, 2005: 154) Cet épisode avait en outre mis en exergue deux réalités décisives pour l’évolution de Cuba : la caducité du système en place qui étouffait la colonie à tous niveaux mais aussi la prématurité de l’option indépendantiste. Et c’est sur la base de ces postulats que les acteurs politiques cubains organiseront dans l’île la vie politique, dans le cadre limité et contrôlé par les autorités coloniales, alors que les indépendantistes travailleront depuis l’étranger à l’organisation du mouvement révolutionnaire. Ainsi, l’avènement de la république en 1902, au terme de la dernière guerre d’indépendance (1895-1898) et de l’occupation de l’île par les troupes étasuniennes (1899-1902), fut le résultat d’un ce processus long de vertébration nationale, auquel prit part, à différents niveaux, l’ensemble des principaux dirigeants sociaux cubains, qu’ils fussent indépendantistes, autonomistes ou même conservateurs. Pour les indépendantistes, il s’agissait de libérer le pays pour ensuite consolider sa société et former ses citoyens, de faire Cuba, dans l’esprit de Massismo D’Azeglio qui déclarait en 1861, alors que se réunissait le premier parlement de l’Italie unifiée, « l’Italie est faite, il reste à faire les Italiens ». (Bertrand, 2003 : 3) Pour leur part, les autonomistes déclaraient que la mission de leur parti était de « faire un pays », (Bizcarrondo, 160) un objectif entendu comme civique et pédagogique ; il fallait d’abord « créer des habitudes politiques », (Bizcarrondo, 159) éduquer les Cubains et les former à l’exercice de leurs droits. Les conservateurs de l’UC, dont la seule mission déclarée était de maintenir le statu quo, intervinrent bien évidemment de façon distincte, en semant notamment d’embûches le développement du PLA et en l’entraînant sur le terrain de la joute politique quasi-continuelle.

11Le PLA, par essence, fut le parti qui subit le plus les revers du monde politique, soumis qu’il était au contrôle de ses propositions et de ses actions par le pouvoir colonial ; ses membres ont dû apprendre, pour la survie du parti, l’art du louvoiement politique, navigant entre avancées et reculs de leur programme, au rythme des réformes, des restrictions et des censures.

12Formé de Cubains réclamant «l’administration du pays par le pays», (Cabrera, 1899 : XII) le PLA, en proposant une autre voie que l’indépendantisme et le conservatisme, constitua pour nombre de Cubains une option politique satisfaisante étant donné la situation du pays au sortir de la guerre. La création d’un parti oeuvrant pour le consensus au sein de la colonie s’imposa alors comme une nécessité, pour les Cubains bien sûr mais aussi, et surtout, pour l’Espagne : il devenait une soupape dont la métropole gardait le contrôle, réalité dont avait bien conscience une partie des autorités coloniales et que résuma bien le Général Polavieja en 1892 :

  • 3  Memoria al Ministro de Ultramar, 22 de Diciembre de 1892.

El partido autonomista nació respondiendo a la necesidad de crear en el orden político un organismo entre separatistas e integristas, una agrupación que, sin herir de una manera profunda en lo esencial la doctrina de estos, o sea el mantenimiento de la integridad del territorio, alentase la esperanza de los separatistas haciéndoles confiar en que lograrían por la evolución lo que no habían podido conseguir por la revolución ; y hay que reconocer que hubiera sido expuesto e impolítico matar de un a vez las esperanzas de los que durante largos años habían luchado por la independencia3.

13Prônant l’union et l’évolution pacifiste, le PLA affirma dès sa création son refus de la solution armée et la rejetterait jusqu’à sa disparition en 1897, considérant que « le salut, la gloire et la prospérité de Cuba est dans la paix consolidée, l’union de tous ».  (Govín y Torres, 1955: 5) Il inscrivait son action dans un processus long et surtout « naturel » (Del Monte, 1894: XXI) qui devait, à terme, aboutir à « la plus grande décentralisation possible au sein de l’unité nationale ». (Del Monte, 1894) Le parti dut, dans un premier temps, et pour des raisons stratégiques, renoncer à s’appeler Autonomiste et à poursuivre trop ouvertement cet idéal, et défendit pour cela dans un premier temps une politique d’assimilation, exigeant que leur soient accordés les mêmes droits que ceux dont jouissaient les Espagnols de la métropole. Mais très tôt, déjà en 1879, les autonomistes entamèrent une campagne de propagande en publiant une série d’articles dans El Triunfo, l’organe officiel du PLA, où ils formulaient l’objectif autonomiste du PLA et définissaient plus clairement la façon dont ils envisageaient les mécanismes de la décentralisation. (Bizcarrondo, 160) Puis, en 1881, et après une campagne importante menée notamment par son secrétaire Antonio Govín, il put prendre son nom définitif et plus représentatif de sa nature : le Partido Liberal Autonomista (Parti Libéral Autonomiste). Cette affirmation plus ouverte de son identité politique coïncida avec une relative radicalisation de ses revendications et dès lors, son programme se précisa.

14L’expérience acquise au sein de ces partis —à savoir la mise en pratique difficile de leur discours—, s’accompagne d’inévitables reculs, réajustements et désillusions. Entre les premiers mois qui suivent sa création et les premières élections, les membres du PLA tâtonnèrent et subirent des échecs et furent confrontés à des déceptions. Certains de voir se mettre en place un système électoral juste et représentatif, ils devront pourtant s’adapter et s’insérer dans un système frauduleux et surtout favorable à leur opposant, la UC, ce qu’ils ne manqueront pas de signaler comme un danger potentiel pour la paix nationale :

Cuando a un pueblo colonial se le dice :  «depón las armas, abandona todo recelo ; van a abrirse ante ti las puertas de la legalidad constitucional ; las urnas electorales van a recoger el voto de tus ciudadanos para que llegue a la Madre Patria, en cada momento histórico, la expresión de tus necesidades, el eco fiel de tus aspiraciones» (…) ah ! la confianza reina en ese pueblo y el sentimiento de la solidaridad nacional se vigoriza en él. Pero si luego, una voz desapacible o desdeñosa le dice desde lo alto : «Esa legalidad será siempre para ti una ficción, una exterioridad convencional y vacía ; esas urnas no serán consultadas para conocer la opinión de la mayoría sino para recoger los dictados de una minoría privilegiada : no sumes fuerzas, no organices elementos de propaganda, porque la previsión de una ley de circunstancias sabrá esterilizarlas siempre, de modo que la verdad legal no concuerde jamás con la verdad real» !ah ! entonces, por muy confiado y paciente que ese pueblo sea, llegará fatalmente un día en que se aparte con indiferencia y con desvío de comicios. (Montoro, 1894: 227-228)

  • 4  Afin de voir faciliter son entrée au Sénat, le président de l’UC, J.E. Moré, reçut, sans même l’av (...)
  • 5  La loi électorale alors en vigueur, initialement la même que celle appliquée en Espagne mais qui e (...)

15Ainsi, les espoirs politiques nés du Pacto du Zanjón, et rapidement déçus, ont obligé les autonomistes à adapter leur plan d’actions et leurs mesures , en réponse bien sûr à la tromperie et à la corruption dont ils se considéraient être victimes. Dès les premières élections des députés cubains aux Cortes, organisées le 10 mars 1879, le pouvoir colonial fit en sorte de freiner l’avancée du PLA, en appuyant l’UC4 et tentant notamment d’éviter une représentation aux Cortes de son secteur le plus radical. Le PLA réclama une réforme du système électoral avant chaque élection mais ce ne fut qu’à occasion de celles de 1886, lorsque la Loi électorale5 a vraiment été appliquée de façon à défavoriser le PLA, que la crise autour de la question électorale s’intensifia pour s’achever par un appel au boycottage des élections. Les dirigeants autonomistes réclamaient notamment une baisse des droits de contribution exigés pour être électeur ou candidat (plus élevés à Cuba qu’en Espagne) et la création de recensements électoraux effectués sur la base des réalités démographiques insulaires, de façon à sortir du système en place qui les privait de toute possibilité d’occuper la place qui leur revenait sur l’échiquier politique nationale. (Roldán de Montaud, 2001: 158) Ainsi, en réaction à l’injustice du système électoral, le PLA appela à deux reprises ses électeurs à la « lutte » électorale, en 1886 et en 1891, non sans aller à l’encontre de leur idéal :

Ante semejante falseamiento del régimen representativo, ante el deliberado propósito de conculcar en daño del pueblo de esta Isla un derecho garantido por la Constitución, nuestro Partido se penetró de que no era posible seguir concurriendo a la lucha electoral, viciada aquí al mismo tiempo, por las prácticas más abusivas y vejaminosas. Desde entonces surgió poderosa en nuestras filas la idea del retraimiento ; y se hubiera puesto en planta al sobrevenir de las elecciones generales de 1886, si excepcionales e imprevistas circunstancias no hubieran exigido imperiosamente un nuevo sacrificio a la rectitud y pureza nunca desmentidas de nuestras intenciones. (Montoro, 1894: 228)

16Les autonomistes décidèrent finalement de participer aux élections, par dignité et patriotisme, mais avertirent que ce serait la dernière fois si le système électoral en place était maintenu. Cet épisode secoua le parti qui se retrouva partagé entre les partisans du retrait —les plus radicaux— et les autres, une situation qui conduisit les membres à mener une campagne de propagande interne, comme il y en eut tant d’autres par la suite, afin de maintenir la cohésion du parti. Mais l’acquisition progressive d’une expérience politique passait aussi par cette mise en place d’alliances plus ou moins durables, au-delà des clivages politiques initiaux. Par ailleurs, le théâtre politique en construction dont ils étaient les acteurs s’articulait effectivement autour des tensions et des rapprochements intra mais aussi interpartis, ce qui introduisit dans le paysage politique la notion de compromis, de négociation. Si l’on observe l’histoire des deux partis, il est aisé de mettre en évidence ces moments d’adaptation ponctuelle aux circonstances qui, positifs ou non pour l’évolution politique de la nation en devenir, ont contribué à forger une identité politique cubaine, certes faite de contradictions, mais en prise avec les réalités du jeu politique. Les rapprochements entre partis ou factions de partis, que l’historiographie classique a le plus souvent qualifié d’opportunistes, sont à envisager, pensons-nous, comme cet apprentissage nécessaire de la pratique politique, comme l’acquisition progressive d’une « conscience pratique » (Lagroye, 2006: 142) de la politique, inévitablement moins lisse que le discours, et qui plus est dans le contexte colonial cubain.

17A l’issue d’une quinzaine d’années d’existence, les partis politiques cubains avaient rempli leur fonction sociale, à défaut d’avoir accompli leur programme politique. Et c’est en ce sens, croit-on, que leur action doit être valorisée : ils ont doté la société cubaine d’une première expérience politique et ont permis qu’une portion de la société s’exerce au jeu du politique au sein des institutions qu’ils ont générées et acquière de ce fait ce que Jacques Lagroye appelle une « compétence institutionnelle », cette dernière entendue comme:

Un apprentissage réflexif par tâtonnements, par expérience des échecs, par découverte progressive de l’incorrection de certains actes, que sanctionne la réprobation des « collègues », l’avertissement d’un supérieur hiérarchique, ou le simple étonnement des partenaires dans une interaction. (Lagroye, 2006: 143)

18L’Etat-nation qui se mettra en place en 1902 sera à l’image de cet apprentissage « par tâtonnements » des logiques et des règles du théâtre politique. Progressiste dans ses textes, imparfaite dans leur mise en application, la première République cubaine était à l’image de la société qui s’était formée tout au long du XIX siècle, et plus particulièrement au cours des vingt dernières années. Pour comprendre cette république et ses logiques, il nous faut ainsi saisir les mécanismes de construction qui se mettent en place dès le XIXsiècle et sortir, pour cela, des catégorisations classiques des différents acteurs sociaux et admettre les nuances —voire parfois les contradictions— qui émaillent leurs discours et leurs actions.

Inicio de página

Bibliografía

BERTRAND M.  CABANEL P.  DE LAFARGUE B., La fabrique des nations. Figures de l’Etat-nation dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Les Editions de Paris, 2003.

BIZCARRONDO Marta ELORZA Antonio, Cuba/España. El dilema autonomista, 1878-1898, Madrid, Ed. Colibrí.

CABRERA Raimundo, «Prólogo», en Luís Estévez y Romero, Desde el Zanjón hasta el Baire. Datos para la historia política de Cuba, La Habana, La Propaganda Literaria, 1899, p. XII.

DE LA TORRE Mildred, « Las elecciones en La Habana », en La turbulencia del reposo, Cuba 1878-1895, La Habana, Ed. Ciencias Sociales, 1998.

DEL MONTE Ricardo, «Prólogo», en Discursos políticos y parlamentarios, informes y disertaciones por Rafael Montoro, diputado a Cortes 1878-1893, Filadelfia, La compañía Levytype, Impresores y Grabadores, 1894.

DURKHEIM Emile, De la division du travail social, Paris, Félix Alcan éditeur, 1902.

ESTRADE Paul, «Remarques sur le caractère tardif, et avancé, de la prise de conscience nationale dans les Antilles espagnoles», en Caravelle, n°38, 1982.

_________, José Martí (1853-1895) ou des fondements de la démocratie en Amérique Latine, Paris, Ed. Caribéennes, 1987, Tome 1.

GARCÍA MORA Luis Miguel, « Quiénes eran y a qué se dedicaban los autonomistas cubanos », en Cortés Zavala, Naranjo Orovio, Uribe Salas, El Caribe y América. El 98 en la coyuntura imperial, México, I.I.H. Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, 1999.

GOVÍN y TORRES Antonio, «Discurso del 28 de septiembre de 1878», en Discursos de D. Antonio Govín y Torres (ed. por J. Tarafa y Govín), La Habana, (s.e.), 1955.

LAGROYE Jacques, Sociologie politique, Paris, Presses de Sciences Politiques et Dalloz, coll. Amphi, 2006 (5e éd. revue et commentée).

MONTORO Rafael, «Discurso pronunciado en el teatro Tacón en el gran Meeting autonomista del 22 de febrero de 1892», en Discursos políticos y parlamentarios, informes y disertaciones por Rafael Montoro, diputado a Cortes 1878-1893, Filadelfia, La Compañía Levytype, Impresores y Grabadores, 1894.

PIQUERAS José Antonio, Sociedad civil y poder en Cuba. Colonia y poscolonia, Madrid, Ed. Siglo XXI, 2005.

PORTELA MIGUÉLEZ María José, Redes de poder en Cuba en torno al partido Unión Constitucional, 1878-1898, Cádiz, Universidad de Cádiz, Servicio de publicaciones, 2004.

ROLDÁN de MONTAUD Inés, La restauración en Cuba : el fracaso de un proceso reformista, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2001.

Inicio de página

Notas

1  Deux autres partis furent créés en août 1878 : le Partido Liberal Nacional (Parti Libéral National) et le Partido Liberal Democrático (Parti Libéra Démocratique), mais ils eurent une vie éphémère qui s’acheva par une dispersion des membres entre les deux principaux partis, principalement le PLA. 

2  L.M. García Mora a conduit une riche étude sociologique du PLA afin d’établir un profil nuancé du parti, ce que l’historiographie avait jusque-là négligé de faire. Mais il s’agit d’un profil socio-professionnel et il manque une approche plus idéologique (García Mora, 1999: 53-72).

3  Memoria al Ministro de Ultramar, 22 de Diciembre de 1892.

4  Afin de voir faciliter son entrée au Sénat, le président de l’UC, J.E. Moré, reçut, sans même l’avoir demandé, le titre de Comte de Casa Moré (Roldán de Montaud, 2001:158).

5  La loi électorale alors en vigueur, initialement la même que celle appliquée en Espagne mais qui en réalité avait été enrichie d’une série d’amendements contraignants, avait été promulguée en janvier 1879. La loi désavantageait, par les critères d’éligibilité, tant l’électorat du PLA que les candidats insulaires aux Cortes, par le système de droits d’inscription (De la Torre, 1998: 71-134).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Dominique Soucy, « Les premiers partis politiques cubains et leur influence dans la constitution de l’Etat-nation (1878-1902) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 15 | 2008, Publicado el 30 junio 2009, consultado el 30 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/2889

Inicio de página

Autor

Dominique Soucy

Université de Franche-ComtéDominique Soucy est Maître de conférences en civilisation latino-américaines à l’Université de Franche-Comté. Ses recherches portent sur le processus de construcción de la nation et de la société civile à Cuba et sur les groupes dirigeants qui y ont pris part. Elle travaille actuellement sur les réseaux sociaux intégrés par les élites havanaises au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle est l’auteur entre autres de Masonería y Nación. Redes masónicas y políticas en la construcción identitaria cubana (1811-1902).

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org