Navigation – Plan du site

Nation et altérité : l’Argentine aux Expositions universelles de 1867,1878 et 1889 à Paris

Volker Barth

Résumés

L’article s’intéresse à la représentation de l’Argentine lors de trois expositions universelles parisiennes (1867, 1878, 1889). Or, les années 1860 à 1890 correspondent à la lente mise en place d’une identité collective de la nation argentine. Non seulement les institutions étatiques furent successivement crées et ancrées dans l’ensemble du territoire nationale, mais, à travers des discussions extrêmement controversées, un système de valeurs culturelles fut élaboré en constant interaction avec la référence culturelle française, largement prépondérante à l’époque. Par conséquent, le texte interroge les modalités, les intentions et les conséquences des trois mises en scène à l’étranger sur l’arrière fond des débats politiques en Argentine. Les pays européens et plus que les autres la France, la population rurale et surtout la figure du gaucho mais aussi, dans une moindre mesure, la population autochtone servirent les différents courants politiques tantôt comme exemple à suivre tantôt comme contraste négative pour la construction d’un modèle culturel proprement argentin. Ainsi, l’analyser porte sur la façon dont fut établit une identité propre par rapport à des altérités en constante évolution.

Haut de page

Texte intégral

1Les Expositions universelles du XIX siècle furent des lieux où l’aspiration politique d’un Etat-nation et la question sur quelles valeurs culturelles celui devrait être basé se négociaient devant les yeux d’un public international. La tâche consistait à symboliser une identité nationale propre à l’aide d’un choix d’objets et de se distinguer ainsi des autres pays invités. Le va et viens entre identité et altérité fut constant omniprésent.

2Le cas de la participation de l’Argentine aux expositions universelles françaises de 1867, 1878 et 1889 en fournit un bon exemple. Car dans la seconde moitié du XIX siècle la jeune république de l’extrémité sud du Nouveau monde se trouvait au plein milieu d’un processus de consolidation nationale en référence constant aux models européens et notamment français. Après la révolution pour l’indépendance et des décennies de conflits internes, la question de la spécificité culturelle de la nation argentine se posa à partir des années 1860 d’une manière de plus en plus urgente. (Chiaramonte/Souto, 2005: 311-312; Quijada Mauriño, 2005: 821-848) Les années qui suivirent se caractérisent par une lente émancipation culturelle qui fut discuté d’une façon très controversée. Les différentes sections argentines au sein des expositions universelles françaises y jouaient – en tant que sites concrets de la construction symbolique – un rôle important.

3La France occupait une place de prédilection dans l’idéologie de l’élite intellectuelle du pays et notamment de sa capitale Buenos Aires. Aussi bien pour les intellectuels que pour les hommes politique libéraux elle constitua un idéal culturel et civilisateur et ainsi un point de référence pour la mise en place de l’Etat argentin. Après tout, la Révolution française et l’invasion napoléonienne de l’Espagne qui en fut la conséquence marquèrent les débuts de l’indépendance de l’Amérique latine. L’Art et les sciences françaises, et non ceux de l’Angleterre en tant que premier partenaire économique, incarnaient pour la classe dirigeante l’archétype de la civilisation européenne dont ils voulaient créer un digne successeur sur les bords du Rio de la Plata. L’autoreprésentation nationale à l’occasion des Expositions universelles devait fournir la preuve que l’Argentine avait la volonté et les capacités de suivre la Grande Nation jusqu’aux sommets de la civilisation.

4Dans cette perspective, les trois expositions dont il est question ici relèvent d’un intérêt particulier puisqu’elles furent organisées dans des contextes politiques radicalement différents. Tandis que l’Exposition universelle de 1867 était la fête splendide du Second Empire de Napoléon III, les expositions de 1878 et 1889 célébraient la Troisième République crée en opposition ouverte avec le régime impérial du neveu de Bonaparte. Ainsi, les trois expositions invitaient l’Argentine à une représentation choisie devant sa référence culturelle sous des systèmes politiques diamétralement opposés.

5Pour l’invention d’un soi symbolique, c’est-à-dire la mise en scène d’une culture nationale intelligible, cohérente et attirante les expositions universelles posaient un double problème. D’un coté, elles s’attachaient au terme programmatique d’universalité : des cultures différentes devaient former le puzzle d’une seule civilisation ; des modèles civilisateurs alternatives n’y trouvait pas leur place. De l’autre coté, la France en tant que pays hôte cherchait à prouver sa propre supériorité culturelle dans le face à face avec des nations apparemment moins civilisées. Ce deuxième aspect s’accentua progressivement entre l’exposition de 1867 avec l’invention des pavillons nationaux, l’exposition de 1878 avec la première rue de Caire et la fête du centenaire de la Révolution française en 1889 qui proposa aux visiteurs des villages entiers des peuples autochtones.

6 A ces questions de prestige et d’idéologie s’ajoutaient des intérêts financiers. Car le primitif retardé, inoffensif et divertissant fut une grande attraction populaire. Pour les commissaires argentins cette quête de profit de la part des hautes responsables français était potentiellement dangereuse. Bien que l’Argentine soit un partenaire politique important pour la France au sein des ces événements internationaux - cela surtout en 1878 et 1889 quand les monarchies européens refusaient de participer et les Etats latino-américains avancèrent au statut des Républiques sœurs - plusieurs responsables français exigeaient une démarcation plus nette entre les deux Etats et insistaient sur l’exposition d’objets « exotiques ». Parallèlement, les commissaires argentins cherchaient à mettre en scène un Etat moderne, européen et – à ne pas oublier – blanc.

7Finalement, la participation argentine aux expositions universelles françaises montre que l’altérité est un phénomène relatif. Chaque identité propre est constamment renégocié, redéfini et remodelé par rapport à différentes formes d’altérités. « Soi » et « Autre » ne sont pas des concepts essentialistes, mais relèvent inévitablement d’une certaine perspective d’observation. Sur l’arrière-fond des débats politiques internes, les trois sections argentines montrent combien l’élaboration d’une identité nationale dépend du choix d’une altérité de laquelle les différents acteurs cherchent à se démarquer.

L’Exposition universelle de 1867

8En 1853, après la chute du dictateur Rosas, l’Argentine obtenait sa première constitution. (Smit, 1986: 24; Oszlak, 2004: 122) L’économie de la Confederación Argentina releva alors presque exclusivement de l’importation des matières premiers et de l’exportation modeste des produits manufacturés.(Smith, 1986: 16) La chiffre de production était généralement basse et même l’agriculture, pilier de l’économie argentine dans les décennies à venir, ne se développa que lentement.

9Neuf ans plus tard, en 1862, Bartolomé Mitre devint le premier président d’un Etat argentin de facto réuni. (Halperin Donghi, 1982: 71) Bien que celui soit défié dans des intervalles plus au moins régulières par des caudillos locaux, disposant d’un pouvoir presque illimité au sein de leurs gigantesques haciendas, la question de l’identité nationale fut désormais à l’ordre du jour. Aussi bien Mitre que son successeur Sarmiento se voyait confrontés avec deux problèmes fondamentaux dont devait dépendre la future de l’Argentine. Premièrement, la création et l’application d’institutions nationales ; il fallait explorer, contrôler et administrer l’ensemble du vaste territoire de la République ; à cause de voies de communication insuffisants, les énormes espaces quasiment sans population de la pampa argentine ne furent guère en relation. Les gouvernements de Mitre et de Sarmiento étaient chargés de la fondation d’un Etat « ex novo ». (Oszlak, 2004: 100)

10Parallèlement à l’établissement d’une structure étatique contre les menaces intérieures et extérieures, la deuxième tâche centrale fut la définition d’une culture nationale susceptible de transformer l’Etat en Etat Nation. Ainsi commença le « proceso de invención de un pasado » (Halperin Donghi, 1982: 61) qui caractérisa le XIX siècle argentin. L’emploi des grands moyens logistiques et financiers témoigne de la place qu’occupait la participation argentine aux expositions universelles dans ce processus. Les responsables argentins des expositions devaient inventer la nation au niveau symbolique et visualiser ses mythes fondateurs. Il fallait formuler les « ficciones orientadoras » (Shumway, 2002 : 14) et élaborer la base de la future conscience nationale.

11Pas plus tard qu’en 1858, en plein milieu de la guerre civile, l’Argentine avait organisé sa première exposition nationale agricole à Buenos Aires avant qu’elle ne se présente en 1867 pour la première fois sur la scène internationale. La participation, qui en vue de la portée de cet événement international fit l’unanimité, obligeait la commission argentine pour l’exposition à un immense effort logistique. Il s’agissait de transporter des objets caractéristiques de toutes les contrées du pays à la Capitale pour les envoyer ensuite à l’autre coté de l’Atlantique où ils devaient être rassemblés en modèle miniaturisé de la nation.

12Le gouvernement central ne disposait pas d’informations fiables concernant l’infrastructure des provinces lointaines. Le premier défi engendré par la participation à l’exposition universelle était d’obtenir des données statistiques auprès des autorités régionales sur le nombre du bétail, les surfaces cultivées et la force industrielle de manufactures locales. Avant la visualisation de la nation à l’étranger venait la détermination du potentiel national. (Oszlak, 2004: 141)

13Pour effectuer cette tâche il fallait créer des institutions nationales compétentes. La plus importante d’entre elles fut la Sociedad Rural, crée en 1866, dont divers membres occupaient le poste de commissaire d’exposition lors de participation de la república aux expositions internationales. Une agriculture nationale forte était non seulement censée de déclencher la modernisation économique du pays mais elle était plus propice de laisser un souvenir positif sur la scène international que l’exposition d’une industrialisation traînante par rapport aux pays européens. (Smith, 1986: 28)

14Ainsi l’exposition universelle de 1867 devint une impulsion importante pour la formation de l’Etat Nation argentine. Il ne faut pas oublier qu’au milieu des années 1860 le pays contait tout juste 1,5 millions d’habitants dont deux tiers vivait dans des taudis de bois couvert de paille [ranchos].(Oslak, 2004: 23)Jusqu’à la fin des années 1870 l’immense territoire national fut administré tant que peut par à peine 13.000 fonctionnaires auxquels s’ajoutaient un nombre tout aussi insuffisant des soldats. En effet, le président Mitre voyait dans l’organisation d’une armée de pied performante une des tâches prépondérant pour le contrôle du territoire. A cause des conflits incessants avec les indiens autochtones d’un coté et les caudillos régionaux de l’autre le Ministère de la guerre absorbait presque la moitié du budget d’Etat. (Oszlak, 2004: 110)

15Mais à cette époque, l’Argentine fut surtout occupé à défendre ses frontières extérieures. Entre 1865 et 1870 la república fut impliqué, aux côtes du Brésil et de l’Uruguay, dans la guerre sanglante de la triple alliance contre le dictateur paraguayen Lopez. Ces cinq années de guerre décimèrent toute une génération du pays et ruinèrent les finances de l’Etat. Mais cette guerre fut aussi une des premières occasions ou bien le premier appel à la population de s’engager en tant que citoyen pour leur nation. Contrairement aux luttes contre les caudillos, motivées par des intérêts et des identités régionales, cela fut pour beaucoup de jeunes argentins la première participation à une action fondamentale de l’Etat.(Halperin Donghi, 1982: 75)

16Ainsi, le nouveau président Sarmiento, élu en 1868 au milieu de la guerre, interpréta cette guerre pas uniquement comme une menace : il y vit une occasion pour la jeune nation de se forger une identité. Pendant que son prédécesseur Mitre avait, avec l’organisation d’une puissante armée qui était en train d’être anéanti dans des luttes loin de la patrie, mis l’accent sur la pacification et la consolidation de l’Etat, Sarmiento se concentra sur l’idée du progrès et ainsi sur le concept clé des expositions universelles françaises. (Villavicencio, 2005: 179-199) Cela aboutissait notamment à l’établissement d’un système d’éducation nationale copié sur des modèles français et états-uniens. Logiquement, l’éducation occupa une place centrale au sein des sections argentines aux expositions universelles. Juan María Gutierrez, doyen francophile de la nouvelle université de Buenos Aires, fut nommé président de la section argentine en 1867.(Pelosi, 1999: 33)

  • 1  «Paris forma parte de la mitología argentina» (Oszlak, 2004: 162 ; Pelosi, 1999: 21).

17Cette nouvelle université s’inspirait du modèle français de la même manière que le système législatif argentin s’appuyait sur le Code civil français. Pour les intellectuels aisés de Buenos Aires, dont Mitre et Sarmiento en faisaient partie, le voyage en France faisait depuis longtemps parti intégrale de l’éducation. Depuis les premiers décennies du XIX siècle « Paris forma parte de la mitología argentina ». (Oszlak, 2004: 162) Pour la génération des romantiques littéraires de 1837 comme Gutierrez ou l’ex ambassadeur en France Alberdi, Paris, ville des lumières et capitale des droits de l’homme, fut une référence incontestable pour toute ordre étatique1.

18Ainsi, l’Exposition universelle de 1867 fut pour l’Argentine bien plus qu’une simple occasion d’augmenter l’importation et l’exportation. Elle permit de se laisser inspirer par l’idéal culturel et de se présenter devant lui comme un pays paisible, civilisé et prospère. Cette présentation réclamait un choix d’objets représentatifs qui se transformèrent sur le site de l’exposition en symboles de la nation. Ainsi l’exposition ne permit non seulement d’élaborer un corpus de symboles mais d’en tester la force d’attraction envers les visiteurs. Dans un deuxième temps l’attrait pouvait même être quantifié dans une certaine façon à travers les chiffres d’immigrants venus de l’Europe. « Gobernar es poblar » avait postulé Alberdi bien des décennies plus tôt, et l’immigration fut unanimement considérée comme la base indispensable du progrès. Ainsi le parlement autorisa la somme énorme, vu la situation financière désastreuse, de 45.000 pesos argentins pour préparer l’exposition.

  • 2  Cf. Congreso Nacional. Cámara de Diputados. Sesión de 1865, Buenos Aires 1866, séance du 30.9.1865 (...)

19Cette somme ne fut pas uniquement utilisée pour le transport des objets. Elle finança aussi la publication des données statistiques récoltées. Les commissaires argentins argumentèrent que ces livres et brochures seront une aide précieuse pour se démarquer des autres nations de l’Amérique du Sud. Grâce à des descriptions détaillées de la géographie et de l’infrastructure en langue française, anglaise et allemande, des immigrants potentiels pourraient être convaincus de la richesse naturelle, de l’hospitalité et du potentiel économique de la pampa argentine2.

20Malgré ces immenses efforts logistiques et financiers fournis, l’autoreprésentation argentine au cœur de la civilisation universelle fut relativement modeste. Les nations industrielles de l’Europe dominaient largement l’exposition et la démarcation par rapport aux autres pays latino-américains, stipulée comme un des buts principaux de la participation lors du vote budgétaire au parlement, n’était pas aussi nette qu’espérée. Cela s’explique en partie par l’entassement de l’ensemble des Républiques latino-américaines dans un espace insuffisant. En plus, l’Argentine n’exposa que dans trois des dix groupes d’exposition : les arts libéraux, les vêtements et les métiers bruts. La dernière réunira la grande majorité des objets argentins. Vu le retard industriel sur le plan international, la commission argentine avait purement et simplement renoncé à participer dans le groupe VI (Instruments et procédés des arts usuels). Sous l’égide des membres de la Sociedad Rural la section évoqua surtout le potentiel naturel du pays en invitant les spectateurs à venir l’exploiter.

21Cependant, l’absence d’un discours délibérément nationale ne fut pas uniquement une conséquence des buts économiques de la participation : elle était également dû aux organisateurs français. Tous les pays de l’Amérique latine partageaient une façade commune à l’entrée de leur section. Cette façade fut dessinée par l’architecte français Alfred Chapon qui n’avait jamais mis le pied sur le continent qu’il était censé représenter. Il s’inspira surtout des ornements aztèques ce qui s’accorda peu avec l’intention de la république du Rio de la Plata de se présenter en tant qu’Etat blanc, progressiste et européen.

22A l’intérieure de trois salles consacrées à l’Argentine le visiteur trouva surtout des très nombreuses céréales, bois, minéraux et méthodes d’élevages bovines. Parmi ces échantillons d’agriculture, la spécificité culturelle de ce pays fut visualisée par un personnage qui évolua dans des décennies à venir vers le symbole national par excellence : le gaucho. Dans le groupe de vêtements se dressaient deux mannequins en bois déguisés en gaucho qui pour beaucoup de visiteurs incarnaient l’archétype de l’habitant de la pampa argentine. Pourtant les riches décorations de leurs vêtements et de leurs bottes en cuir furent non seulement regardés comme des éléments culturels caractéristiques. Pour quelques commentateurs ce luxe démonstratif fournissait une explication pour le retard industriel de l’Argentine. Même les journalistes argentins y voyait des signes de « vanidad y ostentación » d’une tranche de la population qui semblaient s’intéresser d’avantage à leur apparence qu’au dur travail quotidien dont devait dépendre le développement industriel. (La Nación, 3.7.1867, 2) De cette manière les gauchos, cette classe rurale pauvre, nomade et traditionnellement hostile à toute forme d’autorité, se transforma sur le Champ de Mars en hommes coquets et vaniteux.

23Néanmoins, la section argentine arriva à charmer et à convaincre. La presse française y apercevait une « civilisation conquérante » et tira la conclusion que « la République Argentine a bien mérité de l’Exposition ». (Malzac, 1867: 354-5) Non seulement les produits proprement agricoles mais surtout la démonstration des richesses du sol à l’aide des échantillons d’or, d’argent, de zinc, de marbre ou des cristaux prouve le potentiel économique d’un pays qu’aspirait à devenir une vraie force commerciale. Vu de cet angle, l’Argentine avait obtenu « sa carte de nationalisation » à l’exposition de 1867. (Malzac, 1867: 354)

24En dehors de ces louanges, les commentaires dans la presse française montrent aussi jusqu’à quel point la jeune république restait étrange et inconnue dans l’Europe de la deuxième moitié du XIX siècle. Avant de communiquer quelque symbolique nationale que se soit, il fallait familiariser le public avec la morphologie du pays en lui enseignant des données fondamentales. A l’entrée de la section le visiteur ne trouvait non seulement des brochures gratuites, mais aussi une grande carte en relief indiquant dans des couleurs différents les principaux villes, fleuves, tracés de chemins de fer, etc.

L’Exposition universelle de 1878

  • 3  Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Año 1874, Buenos Aires 1875, séan (...)
  • 4  Ibid.
  • 5  Ibid.

25Vu les commentaires largement positifs, la participation à l’exposition de 1867 constitua un succès pour le gouvernement argentin. En 1874 le parlement accorda 60.000 pesos pour la participation aux expositions agricoles de Londres et Santiago de Chile ainsi que pour celle à l’exposition universelle de Philadelphie prévu pour 1876. Logiquement, les arguments restèrent les mêmes qu’en 1867. Les députés insistaient sur la nécessité de se faire connaître « ante la opinión de las naciones »3 et de se présenter en tant que « nación joven »4 dont le potentiel énorme attendait toujours sa réalisation sur le plan industriel. Pour cela il fallait en fin attirer une immigration européenne massive, regardé comme « consiguiente y necesaria » pour développer le pays5. Dans des sections d’exposition il fallait une fois de plus mettre l’accent sur les richesses du sol toute en soulignant que l’immigrant trouvera des condition idéale pour les faire fructifier à son guise.

  • 6  Cf. Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Año 1874, Buenos Aires 1875, (...)

26Lors du débat relatif à la participation argentine à l’Exposition universelle de 1878, jugée sensiblement plus important que le premier World’s Fair états-uniens deux ans plus tôt, plusieurs parlementaire plaidaient pour l’instauration des commissions régionales afin de mieux préparer l’événement6. Selon eux, la simple collecte des données statistiques par une commission centrale située à Buenos Aires comme celle qui fut pratiquée en vue de l’exposition de 1867 ne suffisait plus. L’expérience avait montré que les habitants de la capitale n’étaient pas suffisamment familiers avec les objets venus des provinces pour en pouvoir choisir les plus représentatifs. A l’époque les commissaires furent parfois véritablement surpris du contenu de boites envoyées à Buenos Aires. Par conséquent, la commission centrale devait engager des spécialistes locaux et garder constamment le contact avec eux. Ainsi la préparation de l’exposition engendra la mise en place d’un vaste réseau de communication avec Buenos Aires comme nœud central.

27La victoire contre le Paraguay fut chèrement payée mais elle avait résolue la question de frontières ; le chemin vers l’institutionnalisation de l’Etat à l’intérieur du territoire était désormais ouvert.(Shumway, 2002: 260) D’un point de vue libéral et progressiste, les indios, gauchos et caudillos pouvaient être considérés comme les derniers obstacles pour l’unification de la nation. Cependant, les luttes pour le pouvoir entre la capitale Buenos Aires et les provinces continuèrent toujours et marquèrent les débats politiques des années 1870. La domination politique et économique de l’ensemble du pays par l’élite libérale et francophile de la capitale fut de plus en plus contestée. Ainsi se forgea un courant nationaliste qui non seulement critiqua des nombreuses décisions politiques mais mis en doute la légitimité des libéraux à définir la culture nationale. Cela concernait aussi le choix des objets à envoyer dans des diverses expositions internationales. Ces débats sur des valeurs fondamentales de la nation peut être résumé en une seule question : Qu’est-ce que la culture du pays avait de spécifiquement argentin ?

28Pour les nationalistes l’Argentine était autre chose qu’une copie incomplète de l’Europe. Après tout, le pays était le résultat d’une guerre d’indépendance contre le maître colonial espagnol. Les commerçants et les entrepreneurs, de plus en plus nombreux, ne comptaient nullement laisser l’économie du pays entre les mains des Anglais comme ce fut le cas jusqu’ici. La force d’attirance de la Grande Nation, quant à elle, avait beaucoup diminuée après sa défaite contre la Prusse dans la guerre de 1870/71. (Shumway, 2002: 272)

29Ni les libéraux, ni les nationalistes formaient pas un groupe politique fermé et clairement défini. Cependant, la francophilie est un critère de distinction et pour les libéraux la France restait le modèle à imiter. Pour eux, Buenos Aires, à l’instar de Paris, était le centre incontestable de la culture, de la politique et de l’économie de la nation et le libre-échange, un des grands messages des expositions universelles, le moyen de développement de prédilection. Dans cette perspective, les gauchos, caudillos et indios furent des ennemies du développement et du progrès. Ainsi, la Campaña del Desierto fut entrepris dans les années 1878/79. Le génocide de la population indigène du sud du pays fut orchestré par le général Roca, dont les succès militaires aidèrent largement à emporter l’élection présidentiel plus tard. (Shumway, 2002: 274)

  • 7  En même temps il ne faut pas oublier, comme l’a souligne Frédéric Martínez pour l’exemple colombie (...)

30 Le nationalisme émergeant fut plus diffus comme idéologie.(Floria, 2005: 1075-93) Il se dévouait principalement à l’originalité et au caractère populaire de la culture argentine. Les oligarques de la capitale qui monopolisaient des richesses appartenant à la population furent les ennemis jurés. La vraie Argentine devait, d’un part, s’imposer contre le pouvoir de la capitale et, d’autre part, arrêter d’imiter l’Europe. Les nationalistes voyaient dans le protectionnisme et l’isolationnisme les principaux instruments pour développer l’économie du pays7 (Shumway, 2002: 310 et suivant).

31Ainsi, le nationalisme argentin avait une forte connotation populiste. Pour un nombre croissant d’argentins les gauchos et, dans une moindre mesure, les indigènes commençaient à symboliser autre chose que des atavisme au sein d’un mouvement progressiste. Bien au contraire : ils représentaient le peuple et la culture authentique du pays. Dans ce sens les nationalistes reprochaient aux libéraux de ne pas croire à l’originalité de l’Argentine. « El discurso nacionalista nace en el crisol ambiguo de la crítica de la imitación ». (Martínez, 2001, 535) Des auteurs comme Mansilla et Hernandez qui publiaient leurs textes pendant la guerre contre les indigènes cherchaient la solution de la question nationale argentine dans une réconciliation ou bien une récupération du passé. Pour eux le modèle progressiste européen ne correspondait pas au caractère argentin et risquait de détruire les traditions culturelles de la nation. Ainsi les nationalistes travaillaient dans les années 1870 pour une « reestructuración de la historia » (Shumway, 2002 : 235) en interprétant le pouvoir des caudillos comme le prélude à la démocratie et les gauchos comme les porteurs des valeurs spécifiquement argentines. Ce système de pensée impliquait même les premières tentatives d’incorporer les autochtones dans l’histoire nationale argentine bien qu’après le génocide cela soit de nature plutôt théorique. Selon Mónica Quijada : « l’adoption du Patagon ancien comme ancêtre commun n’était possible que sur le principe de l’extinction de l’indigène actuel en tant que représentant des stades les plus anciens de l’évolution » (Quijada, 1998: 271)

32Dans la section argentine de l’Exposition universelle de 1878 ces débats ne furent cependant guère visibles. Une fois de plus les porteños libéraux, c’est-à-dire la classe dirigeante de Buenos Aires, signa responsable pour l’exposition. Tout comme en 1867 les commissaires cherchaient à familiariser le public avec le pays, souligner la richesse de son sol et ainsi attirer des immigrés et des investissements européens.

  • 8  Congreso Nacional. Cámara de Senadores. Sesiones de 1876, Buenos Aires 1900, 1321.
  • 9  Archivo General de la Nación. Buenos Aires (dans ce qui suit A.G.N. BsAs) 7-12-5-

33Dans un premier temps, les débats parlementaires qui suivirent l’invitation officielle aboutissaient dans la décision de réutiliser les objets envoyés à l’exposition de Philadelphie et de simplement les transférer à Paris. Mais beaucoup de délègues émettaient des doutes et exigeaient une présentation beaucoup plus ambitieuse - aussi bien au niveau quantitatif que qualitatif - au centre du monde civilisé. Finalement, le parlement libera des moyens supplémentaires pour élargir la section de Philadelphie. Julio Victorica, le président de la commission argentine pour l’exposition de 1878, formulait les principaux objectifs de la participation. Il s’agissait de « complementar »8 la section afin de « crear estímulos » pour se présenter devant l’Europe comme « un pueblo rico e industrioso ». Une fois de plus les argentins devait construire l’image d’un « pueblo joven » que suit l’Europe sur le chemin du progrès9. Par conséquent, il fallait surtout mettre en scène des grosses quantités de matières brutes dont l’exposition peu coûteuse donnait un bon aperçu des richesses du pays. Selon Victorica tout compétition avec l’Europe sur le plan industriel était perdue d’avance ainsi que l’Argentine devait se concentrer sur l’envoi des produits adaptés au marché européen. Ceci pourrait même aboutir dans la création d’un musée d’objets argentins dans la capitale française.

34Selon le vœu des organisateurs français les républiques sud-américaines devaient former une fois de plus une section commune. Bien que les responsables argentins évaluent pendant quelque temps dans possibilité d’une section indépendante, ils y renoncèrent finalement à cause des charges logistiques et financières supplémentaire que cela aurait impliqués.(La República, 13.3.1878, 1) Mais le partage d’un même symbolique ornementale fut désormais clairement regardé comme un problème.

  • 10  Article d’El correo de Ultramar (La Tribuna, 21.9.1878, 1).

35Une fois de plus la façade commune montra des ornements des cultures préhispaniques, mais à la différence avec l’exposition de 1867 la presse nationaliste critiqua cette mise en scène sévèrement et parla de « las menudencias de la arquitectura y el tipo curioso de los incas y los aztecas del país del sol y del oro ». (La Nación, 14.6.1878, 1) Sur 600 m2 l’Argentine fournissait la preuve de ses richesses naturelles et du potentiel énorme de son agriculture et de son élevage. En ce qui concerne le secteur industriel, la promesse d’exposer tous les objets « desde la pluma de avestruz hasta el último » ne fut pas tenue. (La Tribuna, 2.3.1878, 1) Ainsi, la section de l’éducation nationale fut le seul témoignage des ambitions culturelles de la part des libéraux argentins. El correo de Ultramar en faisait l’éloge: « […] no creía que yo estaban tan adelantados en América »10.

  • 11  Après la fin de l’exposition ils furent acquis par la Société anthropologique de Paris.

36Les organisateurs avaient insisté, encore plus qu’en 1867, sur un certain exotisme, ce qui explique en partie l’exposition d’environ 400 objets précoloniaux fabriqués par des indien Cherrua11. Ainsi fut visualisé un passé national argentin que les nationalistes en Argentine commençaient à peine à construire.

37 Contrairement à l’exposition de 1867, l’ensemble de la presse argentine se montra très sévère à l’égard de la section de leur pays. La presse critiqua la taille insuffisante de l’installation et stigmatisa la absence totale de produits industrielles et d’œuvres d’art. La república arriva à la conclusion laconique que l’Argentine n’occupait pas la place qu’elle méritait dans l’exposition. La Tribuna alla même à accuser la section d’être simplement « ridículo » puisque les gauchos, après leur succès en 1867 encore représentés par des mannequins, donnaient l’impression de ne jamais avoir tenus un lasso dans leurs mains.(La Tribuna, 21./22.3.1878, 1) Selon le journal il ne faisait que caricaturer ces véritables argentins.

L’Exposition universelle de 1889

  • 12  La Plata devint la capitale de la province de Buenos Aires.

38Vers la fin des années 1880, deux conflits fondateurs de l’Argentine avaient trouvé leur solution. Premièrement, après la guerre contre les indigènes de la Patagonie, orchestrée par le général Roca en 1878-79, les provinces du sud se dirigeaient vers une certaine stabilité ; l’immigration massive et l’intégration étatique pouvait maintenant commencer à grande échelle. Deuxièmement, en 1880, la plus puissante et la plus rebelle de toutes les provinces, Buenos Aires, fut vaincue. Le chemin vers la centralisation du pouvoir de l’Etat dans la capitale était désormais ouvert.12 Entre temps, le réseau de chemin de fer atteint 2.300 kilomètres et l’ex-président Sarmiento constata en 1883, non sans un certain orgueil, que l’Argentine avait réussit, dans une période de 30 ans, à créer et à établir des infrastructures économiques et politiques performantes. Estanislao Zeballos, un des intellectuels le plus influents du pays et membre de la commission argentine pour l’Exposition universelle de 1889, écrivit une des premières historiographies nationales sur la guerre contre le Paraguay qui devint un des mythes fondateurs de la nation. (Shumway, 2002: 15 ; Oszlak, 2004: 172 ; Halperin Donghi, 1982: 7 et 83) Le récit de l’émergence de la nation argentine devint celui d’histoire de succès.

39D’un point de vue libéral les principaux problèmes de la jeune nation furent définitivement résolus : les frontières étaient stabilisées, les indigènes exterminés, les caudillos rebelles vaincus et, avec le choix de Buenos Aires, un fort lieu de pouvoir central. L’Etat argentin avait trouvé et concrétisé sa forme d’existence sur laquelle on ne pouvait revenir. Commença alors, et cela pour durer jusqu’à la fin du siècle, le grand débat sur le caractère national de l’Argentine, sur sa spécificité, bref, sur l’argentinidad .

40Deux grands sujets émergeaient de cette discussion. Premièrement, on partageait la conviction que l’Argentine ne devrait être perçu comme un pays primitif voire un pays barbare ; toute comparaison avec les pays de l’Afrique ou de l’Asie devrait être évitée. Voilà le conditio sine qua non pour attirer une immigration européenne massive que l’Etat, la regardant comme un objectif économique fondamental, soutenait désormais avec des grands moyens.(Halperin Donghi, 1982: 117) Deuxièmement, de plus en plus d’intellectuels se referait à l’idée du « crisol de razas » (Oszlak, 2004: 156) pour décrire et caractériser la véritable population argentine.(Shumway, 2002: 293) Selon cette idée, le vrai argentin était le résultat d’un long processus de métissage entre les colonisateurs espagnol et la population autochtone bien que l’influence européenne fut regardé comme prépondérant.

41L’invitation pour l’Exposition universelle de 1889 à Paris tombait au milieu de cette discussion générale.(Fey, 1999: 15-28) Encore une fois l’élite libérale et francophile de la capitale occupa les premières places dans l’organisation de la section argentine et encore une fois la question de l’argentinidad  ne fut adressé que timidement. Mais cette fois-ci les critiques furent beaucoup plus virulentes qu’en 1867 et 1878.

42Avec l’attrait des investissements et des immigrants européens les buts économiques et politiques restaient sensiblement les mêmes que lors de la participation aux deux expositions françaises précédentes. Pourtant, les débats parlementaires virent des plaidoiries pour un investissement exceptionnel allant jusqu’à un million de pesos afin d’installer une section aussi splendide qu’impressionnante.(AGN BsAs 7-12-5-11) Les députés réclamèrent la mise en scène d’un pays « todavía incognito », un territoire riche et accueillant, où toutes les conditions étaient réunies pour permettre aux immigrants européens d’y mener une vie heureuse.(AGN BsAs 7-12-5-11)

  • 13  Furent publiés aussi à l’ocassion de l’exposition : La República Argentina …, 1890; Zeballos, 1889 (...)
  • 14  Cf. aussi Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Ano 1887, Vol. 1. Bueno (...)

43Contrairement qu’en 1867 et 1878, les membres de la commission argentine décidèrent de construire leur propre pavillon national et ainsi de monter une section indépendante.(Vitali, 1987: 30-7; AGN BsAs 7-12-5-11) Les commissaires collaborèrent intensément avec les reporteurs de la presse nationale et internationale pour assurer des commentaires positifs. Même une commission indépendante de contrôle fut nommée afin de surveiller les activités de l’ensemble des commissions argentines. Une nouvelle collecte des données statistiques sur l’ensemble du territoire national fut entreprise et ainsi le pays effectua son premier census agricole de son histoire.13 Finalement, le parlement n’accorda pas moins que 640.000 pesos pour l’installation de la section, somme qui fut postulée comme un « credito » dans l’avenir14. (AGN BsAs 7-12-5-11) Il est vrai que pour l’Argentine cette exposition était une occasion en or. Après tout, presque toutes les monarchies européennes avaient refusées de participer à ce jubilée de la Révolution française. Par conséquent, les républiques latino-américaines, se réclament ouvertement du modèle républicain, montèrent en grade sur la scène international.

44Le pavillon argentin, le premier construit par ce pays pour une exposition universelle, était en bâtiment hors du commun. La presse française fut pleine d’enthousiasme, loua son luxe ostensible et le déclara comme étant « un des plus beaux pavillons étrangers ».(A.G.N. BsAs 7-12-5-4) La presse argentine, quant à elle, fut beaucoup plus divisée dans son jugement. Elle oscilla entre rejet total et la désignation moqueuse d’un pavillon à la 1001 nuits.(La Nación, 29.6.1889, 1) Il s’agissait d’un bâtiment démontable en structure de fer revêtis d’une mosaïque de porcelaines turquoises. Ses cinq larges coupoles lui donnaient un aspect imposant. Grâce à un grand nombre de lampes électriques installées derrière des faux diamants colorés, l’illumination nocturne du pavillon devint un spectacle populaire.

45Cependant, personne ne pouvait dire qu’est-ce que ce bâtiment, œuvre de l’architecte français Ballu, avait de spécifiquement argentin. Les sources que nous avons pu consulter pour cet article ne nous permet pas d’établir avec exactitude les raison pour ce choix architectural. Il y avait sûrement des considérations d’ordre logistiques afin d’opter pour la planification et la construction du pavillon sur place. Mais il semble que la commission argentine cherchait à prouver au public européen que la república était capable de construire un pavillon aussi spectaculaire que techniquement sophistiqué.

46Aucun artiste argentin ne contribua à l’ornementation de l’édifice. Des sculpteurs français furent chargés des trois grandes allégories sculptées représentantes le trafic maritime, l’agriculture et l’élevage bovin en Argentine. La façade se distinguait par un énorme relief qui montrait comment la République française souhaitait la bienvenue à sa sœur argentine. Personne d’autre que le vice président Pellegrini et l’architecte Ballu n’avait posé comme modèle pour cette représentation de l’amitié franco-argentine ce qui causa quelques moqueries. A l’intérieur du pavillon les richesses naturelles du pays furent une fois de plus bien mises en évidence. Cependant, avec l’exposition d’un frigorífico, c’est-à-dire un abattoir et chambre froide typique pour la production de viande en argentine, qui se trouvait juste à l’entrée de la section, l’objet le plus spectaculaire fut cette fois-ci de nature industrielle.(A.G.N. BsAs 7-12-5-4. Cf. aussi Vitali, 1987: 31-3; Schiavon, 1989: 11)

47Il n’y avait aucune référence explicite au grand débat identitaire qui se déroulait aux bords du Rio de la Plata. Par contre, une longue série de portraits d’héros nationaux argentins visualisa et personnifia l’histoire nationale depuis l’indépendance. Ainsi, l’émancipation de l’Empire colonial espagnol faisait fonction d’acte de naissance de la nation argentine. Les gauchos, malgré leur popularité auprès du public français, se voyaient repoussés dans une mosaïque modeste sur un des murs du bâtiment et les indigènes ne furent observables pour quelques spécialistes qu’à travers les ornements de la balustrade métallique de l’escalier.(Vitali, 1987, 33-4)

48Néanmoins, quelques journalistes français reconnurent sans problème le « style national » du pays et jugeaient que « nos hôtes ont réuni tout ce qui pouvait nous donner une idée de leur pays, de leurs mœurs, de leurs habitudes ».(A.G.N. BsAs 7-12-5-4) El Mosquito par contre constata d’une façon alarmé que « muchos preguntan si las casas en la República Argentina son así ».(El Mosquito, 7.7.1889, 4) Quoi qu’il en soit, l’inauguration officielle du 25 mai, la journée nationale argentine, fut unanimement regardée comme un succès. Le président français Carnot honora la section avec sa présence et le vice-président Pelligrini qui l’accueillit au nom de la nation argentine déclara que chaque citoyen argentin était un enfant de la Révolution française. La Nación assurait à ses lecteurs que « […] todos creían poder tener un concepto algo más elevado de sí mismos ».(La Nación, 6.6.1889, 1)

49Malgré cette démonstrative harmonie transatlantique, la presse argentine ne ménageait le fond de la section pas plus que sa forme. En dehors du frigorífico seulement les objets de la section de l’éducation avaient droit à des commentaires positifs. Contrairement aux expositions de 1867 et 1878, la república n’avait pas omis le « movimiento intelectual ».(La Nación, 7.5.1889, 1) Plus de 1.000 volumes de littérature argentine - au milieu desquels les œuvres des ex-président Mitre et Sarmiento occupaient une place d’honneur – fournissaient la preuve de la vivacité de l’esprit argentin.(A.G.N. BsAs 7-12-5-4)

50Pour les nationalistes ces objets prouvaient au moins que « sabemos emplear reproductivamente el capital que viene al país ».(La Nación, 7.5.1889, 1) Pour les membres de la Sociedad Rural, une fois de plus très actifs au sein de la commission centrale argentine, la section ne laissait pas le moindre doute que le progrès était bien en marche au pays de la pampa. L’Argentine avait encore besoin d’au moins 60.000 immigrants par an, dont la majorité devrait être dirigée vers le sud du pays, une région désormais pacifiée où les gauchos étaient en voie de domestication. Un collaborateur du journal de la Sociedad Rural postulait plein de conviction qu’immigration et investissement furent la recette pour transformer la Patagonie en le « Piémont » de l’Amérique latine.(Anales de la Sociedad Rural Argentina XXIII (1889), 420) Pour lui, le retard industriel de l’Argentine n’était pas un problème. Il jugea sans complexe que le pays se trouvait à un stade de développement qui correspondait à celui de l’Europe au Xsiècle !(Anales de la Sociedad Rural Argentina XXIII (1889), 421)

51Bien que favorables à l’immigration, les critiques nationalistes insistaient sur la nécessité de développer une symbolique nationale. Pour eux, le pavillon argentin fut une nouvelle occasion manquée. Comment était-ce possible que la république albi-celeste se présente dans un pavillon de couleur vert ? Ces « adornos caprichosos de un gusto dudoso » ne pouvaient communiquer une image authentique du pays : « La parte baja sobre todo es más bien del pabellón brasilero que del argentino ».(El Mosquito, 7.7.1889, 4)

52 Au lieu de présenter une culture argentine forte et indépendante, la nation s’était rabaissée en dépôt de ressources primaires pour l’Europe. En plus cela était fait sans aucun talent scénographique. Les peaux furent « aglomeradas sin gusto » ; les immenses tas de laine arrangé sur le sol du pavillon furent « absolutamente desprovistos de interés ». Plus grave encore, les odeurs de cuir fraîchement tanné étaient carrément « repugnantes ».(La Nación, 29.6.1889, 1) Les commentateurs se demandaient pourquoi à l’exception du frigorífico aucune machine industrielle n’était montrée au public. Comment était-il possible qu’une nation qui dépendait largement de l’élevage n’expose aucun animal domestique ?

53 Mais ce furent les soldats qui surveillaient symboliquement le pavillon qui déclencheraient les attaques les plus acharnées. Ces représentants de l’armée nationale furent vêtus de l’uniforme français du Second Empire(A.G.N. BsAs 7-12-5-4) et le choix de ces soldats censés incarner le type argentin par excellence fut rejeté d’une façon unanime. Ainsi, ces commentaires montrent que le concept de la créolisation de la population avait ses limites. Les commentateurs critiquèrent que les soldats n’étaient pas de race blanche et qu’ils rassemblaient plus à des « mulatos o chinos » !(La Nación, 28.6.1889, 1)

54Le pavillon reflétait rien de plus que l’« orden deseado » (Fernández, 2002: 59) des élites libérales. Lezica, le président de la commission argentine, parlait lors de l’inauguration du bâtiment d’« una nación joven que no tiene tradiciones artísticas que recordar, y que recorriendo el presente con paso rápido y casi vertiginoso, simboliza propiamente un porvenir brillante ».(El Mosquito, 7.7.1889, S. 4) Cela illustre parfaitement les brèches idéologiques qui existaient à cette époque entre nationalistes et libéraux. Tandis que pour les premiers la tache principale consistait à répondre à la question de la spécificité culturelle argentine afin de pouvoir établir sur cette base l’Etat qui correspondait, les derniers insistaient sur le développement industriel du pays. La concurrence des géants agricoles comme les Etats-Unis, le Brésil ou l’Australie était trop grande pour perdre d’avantage du temps. Sans l’immigration européenne la mise en place d’une infrastructure moderne n’était pas possible, et la modernisation était une conséquence logique d’une idéologie progressiste. Les expositions universelles en fournissaient la preuve irréfutable. Selon les libéraux, l’Argentine fut la fille de la Révolution française et d’un point de vu économique il fallait simplement constater qu’« estrechar mas íntimamente los vínculos de dos repúblicas hermanas es un dinero bien colocado ».(El Mosquito, 24.2.1889, 4)

Conclusion

55Finalement, les larges quantités des produits agricoles ne se transformèrent aussi peu en symboles nationaux que ce pavillon fantaisiste qui n’avait rien d’argentin. Les « fábulas de identidad colectiva » (cf. Fernández-Bravo) ne furent que timidement indiquées lors sections argentines aux expositions universelles parisienne de 1867, 1878 et 1889.

56Le destin du pavillon de 1889 montre, bien au contraire, jusqu’à quel point les libéraux espéraient faire profiter leurs compatriotes de la force civilisatrice de la Grande Nation. Pour cette raison ils avaient chargé un architecte français pour la conception du pavillon et des artistes français pour les ornements. La décision d’utiliser une structure démontable témoigne de leur intention de transporter le pavillon à Buenos Aires et de l’y reconstruire une fois l’événement clôturé. Car celui pouvait « por sus formas y por la belleza artística de su decorado pudiera servir de estimulo en nuestro país ».(El Nacional, 7.6.1889, 1)

57Bien que quelques boites se perdirent lors d’une traversé agité de l’Atlantique, le pavillon rouvrira se portes dès 1890 sur la palace San Martín, le héro de l’indépendance argentine. Mais comme la ville ne disposait pas des capitaux nécessaires à cause de la récession de cette année, elle fut obligée de le louer à un entrepreneur qui, sans hésitation aucune, y installa une buvette. Néanmoins, ce bâtiment hébergea en 1898 une grande exposition nationale où le public pouvait admirer, entre autres, quelques indigènes venus de la Terre du feu. Finalement, à l’occasion de la célébration du centenaire de l’indépendance argentine, le pavillon devint le Musée des Beaux Arts de Buenos Aires qui y exista jusqu’en 1932.(Del Carril, 1988: 9; Vitali, 1987: 34-6)

  • 15  Cf. Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Senadores. Periodo de 1878, Buenos Aires (...)

58Bien qu’à cette date le pavillon soit démantelé pour ne plus jamais être rassemblé,(Parise, 1998 (Un galpón): 44-5; Parise, 1998 (El Pabellón Argentino): 44) il illustre une volonté de transférer et implanter les valeurs des expositions universelles en Argentine. A partir de 1867 le pays participa systématiquement et avec des efforts logistiques et financiers croissants à toutes les expositions universelles françaises. L’Argentine attendait de cette participation des véritables poussées de développement15.

59Malgré les critiques parfois très dures de la part de la presse, presque tous les députés jugeaient les résultats prometteurs, positifs et encourageants. En septembre 1889, lors d’une séance parlementaire, quelques uns d’entre eux plaidèrent avec véhémence pour l’organisation d’une exposition universelle à Buenos Aires qui ne vit jamais le jour.(AGN BsAs 7-12-5-11)

Haut de page

Bibliographie

CHIARAMONTE José Carlos SOUTO Nora, «De la ciudad a la nación. Las vicisitudes de la organización política argentina y los fundamentos de la conciencia nacional», en Francisco Colom González (éd.), Relatos de nación. La construcción de las identidades nacionales en el mundo hispánico, Vol. 1, Madrid, 2005, p. 311-332.

DAIREAUX Émile, La vie et les mœurs à la Plata, 2 Vol., Paris, 1889.

DEL CARRIL Bonifacio, «Breve historia de la Plaza San Martín. El Pabellón Argentino y la Exposición Nacional de 1898», en La Nación, 7.7, 1988.

DUCUING François, L’Exposition Universelle de 1867 Illustrée, 2 Vol., Paris, 1867.

FERNÁNDEZ Laura, «Argentina en la Exposición Universal de 1889 : la Utopía oligárquica», en Todo es historia 35, 2002, S. 59.

FERNÁNDEZ-BRAVO Álvaro, «Argentina y Brasil en la Exposición Universal de Paris de 1889», en Relics and Selfes. Iconographies of the National in Argentina, Brazil and Chile, http://www.bbk.ac.uk/ibamuseum/texts/FernandezBravo02.htm.

FEY Ingrid E., «Zwischen Zivilisation und Barbarei : Lateinamerika auf der Pariser Weltausstellung von 1889» , en Comparativ 5/6, 1999, p. 15-28.

FLORIA Carlos, «El nacionalismo argentino», en Francisco Colom González (éd.), Relatos de nación. La construcción de las identidades nacionales en el mundo hispánico, Vol. 2, Madrid, 2005.

HALPERIN DONGHI Tulio, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, 1982.

La República Argentina en la Exposición Universal de Paris de 1889. Colección de Informes Reunidos por el Delgado del Gobierno D. Santiago Alcorta. Publicación Oficial, 2 Vol., Paris, 1890.

MALZAC B. de,  «La Section Argentine à l’Exposition universelle», en François Cuing (éd.), L’Exposition Universelle de 1867 Illustrée, Vol. 2, Paris 1867.

MARTÍNEZ Frédéric, El nacionalismo cosmopolita. La referencia europea en la construcción nacional en Colombia, 1845-1900, Bogotá, 2001.

OSZLAK Oscar, La formación del Estado argentino. Orden, progreso y organización nacional, Buenos Aires, 2004.

PARISE Eduardo, «El Pabellón Argentino de la feria de París resucita de a pedazos», en El Clarin, 24.8.1998, 44.

PARISE Eduardo, «Un galpón poco común», en El Clarin, 12.5.1998, 44-5.

PELOSI Hebe Carmen, Argentinos en Francia - Franceses en Argentina. Una biografía colectiva, Buenos Aires, 1999.

PEYRET Alexis, Une visite aux colonies de la République Argentine, Paris, 1889.

QUIJADA Mónica, «Ancêtres, citoyens, pièces de musée : Anthropologie et construction nationales en Argentine (Seconde moitié du XIXe siècle)», en Annick Lempérière et Georges Lomné, Frédéric Martinez et Denis Rolland (éd.), L’Amérique latine et les modèles européens, Paris, 1998, p. 243-274.

_________, «Los confines des pueblo soberano. Territorio y diversidad en la Argentina del siglo XIX», en Francisco Colom González (éd.), Relatos de nación. La construcción de las identidades nacionales en el mundo hispánico, Vol. 2, Madrid, 2005, p. 821-848.

República Argentina. Catálogo oficial de las muestras de minerales exhibidas en la sección argentina anexa a la Exposición de Paris 1889, Buenos Aires, 1889.

SCHIAVON Ricardo, «París 1889, Argentina 1889», en La Prensa, 1.11.1989, 11.

SHUMWAY Nicolás, La invención de la Argentina. Historia de una idea, Buenos Aires, 2002.

SMITH Peter, Carne y política en la Argentina, Buenos Aires, 1986.

TENORIO TRILLO Mauricio, Mexico at the World’s Fairs. Crafting a Modern Nation, Berkeley, 1996.

VILLAVICENCIO Susana, «Republicanismo y americanismo. Domingo Faustino Sarmiento y la emergencia de la nación cívica», en Francisco Colom González (éd.), Relatos de nación. La construcción de las identidades nacionales en el mundo hispánico, Vol. 1, Madrid 2005, p. 179-199.

VITALI Olga, «1889 : La Argentina en la Exposición Mundial de Paris», en Todo es historia 21, 1987, p. 30-37.

ZEBALLOS Estanislao S., Description agréable de la République Argentine. A travers les bergeries, Paris, 1889.

Haut de page

Notes

1  «Paris forma parte de la mitología argentina» (Oszlak, 2004: 162 ; Pelosi, 1999: 21).

2  Cf. Congreso Nacional. Cámara de Diputados. Sesión de 1865, Buenos Aires 1866, séance du 30.9.1865, 447, República Argentina ; Congreso Nacional. Cámara de Senadores. Sesión de 1865, Buenos Aires 1929, séance du 25.9.1865, S. 429 et séance du 30.9.1865, S. 467-9 ; Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Senadores. Periodo de 1865, Loi 164 du 08.10.1865, S. 511 ; Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Año 1868, Buenos Aires 1876, séance du 7.10.1868. S. 503-5.

3  Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Año 1874, Buenos Aires 1875, séance du 29.7.1874, 485.

4  Ibid.

5  Ibid.

6  Cf. Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Año 1874, Buenos Aires 1875, séance du 31.8.1874, 749-51.

7  En même temps il ne faut pas oublier, comme l’a souligne Frédéric Martínez pour l’exemple colombien, que « antes que un sentimiento, el nacionalismo es un instrumento útil para la conquista y la legitimación del poder » (Martínez, 2001: 46).

8  Congreso Nacional. Cámara de Senadores. Sesiones de 1876, Buenos Aires 1900, 1321.

9  Archivo General de la Nación. Buenos Aires (dans ce qui suit A.G.N. BsAs) 7-12-5-

10  Article d’El correo de Ultramar (La Tribuna, 21.9.1878, 1).

11  Après la fin de l’exposition ils furent acquis par la Société anthropologique de Paris.

12  La Plata devint la capitale de la province de Buenos Aires.

13  Furent publiés aussi à l’ocassion de l’exposition : La República Argentina …, 1890; Zeballos, 1889; República Argentina. Catálogo …, 1889 ; Daireaux, 1889 ; Peyret, 1889.

14  Cf. aussi Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Diputados. Ano 1887, Vol. 1. Buenos Aires 1887, séance du 5.8.1887, 468-70; Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Senadores. Periodo legislativo Año 1889, Buenos Aires, sans date, séance du 25.7.1889, 156-7 ; Séance vom 26.7.1888, S. 202 ; séance du 7.8.1888, 259; séance du 6.9.1888, 370.

15  Cf. Congreso Nacional. Diario de Sesiones de la Cámara de Senadores. Periodo de 1878, Buenos Aires 1910, séance du 4.10.1878, 656-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Volker Barth, « Nation et altérité : l’Argentine aux Expositions universelles de 1867,1878 et 1889 à Paris », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://alhim.revues.org/2925

Haut de page

Auteur

Volker Barth

École des Hautes Études en Sciences Sociales / Ludwig-Maximilians-Universität MunichVolker Barth enseigne l’histoire contemporaine à l’université de Cologne (Universität zu Köln). Il a fait ses études d’histoire à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il est conseiller scientifique auprès du Bureau International des Expositions et l’auteur d’une thèse d’histoire sur l’Exposition universelle de 1867 (Mensch versus Welt : Die Pariser Weltausstellung von 1867, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2007, 472 p.).vbarth@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Haut de page
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org