Navegación – Mapa del sitio

Pérou : le rêve de l’Etat-nation des intellectuels de la génération de 1900

Patricia Salinas Desmond

Resúmenes

Enfants de la défaite de la Guerre du Pacifique et de la crise d’identité qui s’en suivit, cette génération de jeunes intellectuels, liés au pouvoir oligarchique par une relation ambivalente d’appartenance et de contestation, désiraient reconstruire et régénérer leur pays. L’examen de leurs travaux met en évidence des points de vue et des niveaux d’engagement fort différents, mais qui participent tous d’une tentative de dévoilement de la réalité nationale et de réflexion sur les implications de la construction d’un Etat-nation moderne. Ces contestataires libéraux et réformistes croyaient qu’une patrie, une nation, une nationalité et une citoyenneté se construisent grâce à l’exercice de la raison, à l’instruction publique, au service militaire, et au gouvernement d’une élite éclairée, démocratiquement reconnue comme telle. Grâce à leur élévation morale et à leur savoir-faire technocratique, ils étaient convaincus de faire des analyses justes et de pouvoir administrer au pays les bons remèdes pour régler ce qu’ils appelaient la question nationale, la question sociale et la question indigène. Ces jeunes intellectuels rêvaient de créer une démocratie libérale moderne idéale, une société de citoyens responsables, une économie développée, qui participent pleinement au concert des nations. Certains d’entre eux ont d’ailleurs eu leur part dans une certaine modernisation de l’administration et du fonctionnement de l’Etat. Et si leur rêve ne s’est pas réalisé, les questions qu’ils avaient alors posées, il y a un siècle, sont toujours pertinentes.

Inicio de página

Texto completo

1Quatre-vingt ans après l’Indépendance, après une succession de dictatures et de guerres civiles, de gouvernements élus et de caudillos militaires, la bourgeoisie créole avait définitivement remplacé l’aristocratie de l’ère coloniale. Malgré des modifications sociales et ethnoculturelles dans les villes, quelques révoltes agraires locales, l’existence de manifestations urbaines de plus en plus nombreuses et fréquentes, (Stein, 13-28) l’ordre oligarchique régnait sur l’ensemble du territoire.

2Le conflit majeur, douloureux et traumatique de la Guerre du Pacifique avec le Chili (1879-1883) et la défaite péruvienne, qui avait entraîné l’occupation de la capitale et une perte importante du territoire national, furent un coup de tonnerre dans le ciel apparemment immuable de la « société » péruvienne. Défaite et occupation furent ressenties comme un traumatisme identitaire et un désastre collectif majeur. L’oligarchie créole (« criolla ») avait affermi son pouvoir, mais la blessure due aux conséquences de la guerre restait ouverte.

La « République aristocratique »

3Depuis 1895, le Pérou vivait en effet sous un régime oligarchique que l’on a appelé la « République aristocratique » ( República aristocrática ), qui durera un quart de siècle, remplacée en 1919, par les « Onze ans » (El Oncenio) du dictateur Augusto Leguía. Ce système, qui défendait les intérêts privées et collectifs de cette élite, fonctionnait grâce à une administration corrompue, à la solde des pouvoirs locaux, à une alternance politique fondée sur l’union ou l’entente entre deux partis (« Partido civil », « Partido demócrata »), un système électoral censitaire tel que seulement 2% de la population pouvait voter, à une totale ouverture au capital étranger et à une économie basée sur l’exportation agricole et minière.

4Le pouvoir central s’appuyait sur des centres de décision privés, les élites locales et le clientélisme des propriétaires d’haciendas et gouvernait grâce à une élite citoyenne plus large que l’ensemble des grandes familles, que nous pouvons qualifier de « cercle social supérieur ». Mais cette oligarchie n’avait pas de véritable projet politique, sa seule aspiration était son bien-être et le maintien de ses privilèges.

5La grande majorité des Péruviens n’était que des figurants et une main-d’œuvre en quête d’identité et exclus de la citoyenneté : migrants de la campagne à la ville devenus les ouvriers d’une industrialisation naissante, masses paysannes indiennes auxquelles appartenaient alors deux Péruviens sur trois. Le recensement de 1940 révèlera qu’il y avait encore au Pérou, vingt ans plus tard, 31 % de la population qui ne parlait que quéchua et que 57 % des plus de 15 ans étaient analphabètes. Aux différents niveaux : localité, province, département ou Etat, propriétaires terriens, élus, fonctionnaires des administrations, prêtres, juges, policiers et militaires étaient liés par des rapports de connivence ou des relations contraignantes de sujétion.

Le besoin de « régénération »

6Avec le traumatisme de l’après-guerre et l’immobilisme d’un pouvoir radicalement conservateur, nous avions là des circonstances favorables à l’ouverture d’un temps d’incertitude, de remise en question et de table rase, propices à la recherche identitaire, au mouvement des idées, au projet de société et à l’imagination, devant la nécessité de se transformer, d’organiser la reconstruction, de s’industrialiser, et de trouver des solutions aux problèmes politiques, économiques, ethniques et sociaux.

7Ces idées de reconstruction, de régénération et de sursaut national ont été à la fois très présentes en Espagne avec la génération de 1898, durant la crise ouverte par la perte de son empire colonial, et au Pérou, avec celle de 1900. Le « régénérationnisme » étant une prise de conscience nationaliste et une attitude patriotique critique, indépendamment des appartenances politiques de droite ou de gauche.

8Le « régénérationnisme » péruvien existait, avant 1906, hors de l’Université. Son chantre le plus radical était le poète, philosophe et journaliste, Manuel González Prada, (González Prada, 1975: 147) ancien combattant de la guerre du Pacifique, qui fustigeait dans ses écrits et ses discours le pouvoir oppresseur d’un Etat en lutte contre la société, au point que l’un de ses écrits les plus virulents est devenu un morceau d’anthologie pamphlétaire. (González Prada, 1956: 23) Régénérer le Pérou ne pouvait vouloir dire qu’éliminer les fléaux qui le touchent, au moins ceux que l’on pouvait alors percevoir : absence de citoyenneté pour la majorité de la population, immenses inégalités sociales, précarité, archaïsme technologique, analphabétisme, maladies endémiques, clientélisme politique, absence de lois et de règlements, faiblesse de l’Etat, corruption et inefficacité de l’administration.

9Les jeunes universitaires de la génération de 1900 furent grandement influencés par la voix insistante et prophétique, profondément moderne et en avance sur son temps, de M. González Prada, même s’ils ne partageaient pas son radicalisme et son point de vue. Pour cette génération, comme le remarquait Raúl Porras Barrenechea, en 1951, dans une conférence à l’occasion du quadricentenaire de la fondation de l’Université de San Marcos, le Pérou était un malade qu’il fallait soigner. (Porras Barrenechea: 93)

Le malaise des enfants de la bourgeoisie

10Les fils de l’oligarchie, de la bourgeoisie et du « cercle social supérieur » qui avaient vingt ans au moment de la défaite du Pérou et de l’occupation chilienne et ceux qui étaient nés dans la capitale soumise virent, pour les uns, s’effondrer les certitudes et, pour les autres, naître la difficulté de se construire une identité. Deux évidences allaient marquer ces jeunes bourgeois péruviens : le Pérou était à refaire et ce pays n’était pas seul au monde. Tous étaient inscrits dans la trame sociale complexe formée par les réseaux d’appartenance et de reconnaissance du système oligarchique. Des entrelacs dans lesquels chaque individu s’inscrit dans une composition singulière dont les éléments sont le nom, les alliances, les amitiés, l’influence politique, les valeurs, l’éducation, la culture, et souvent, l’argent et le patrimoine. (Malpica, 1981) Aussi tous avaient plus ou moins suivi le même parcours. Les études secondaires se faisaient généralement dans des collèges privés de la capitale, comme le collège jésuite de La Inmaculada ou celui de La Recoleta des pères français des Sagrados Corazones.

Le rôle de l’Université de San Marcos et de sa revue

11Ensuite, l’Université de San Marcos de Lima, qui avec 800 étudiants (80 % de l’enseignement supérieur du pays) était de loin la principale université du pays, les accueillait, entre quinze et dix-sept ans. Là, ils y poursuivaient au moins deux filières d’études, voire trois, mélangeant les disciplines (lettres, droit, esthétique ou sciences politiques) jusqu’à l’obtention du doctorat, grâce à des thèses rapides. Une fois leurs études terminées, ces diplômés étaient cooptés comme professeurs par l’Université, où ils enseignaient et par les administrations centrales où ils occupaient des postes de hauts fonctionnaires.

12Mais cette université, machine parfaite à reproduire les élites, allait, paradoxalement, donner à cette génération les armes intellectuelles qui leur permettraient de critiquer l’ordre établi, d’en analyser les maux et d’imaginer des remèdes. Leur rupture avec la pensée dominante de leurs parents et de la période précédente était devenue possible. Grâce à un groupe de professeurs rénovateurs, l’Université de San Marcos de Lima, après une succession de périodes de rayonnement et de décadence, était redevenue, au début de ce vingtième siècle, trois cent cinquante ans après sa fondation, une institution phare du pays, un lieu de débats d’idées, d’analyses et de propositions, un creuset, où s’affrontaient et se combinaient deux courants de pensées.

13Le premier était un courant positiviste de tendance spencérienne, dominant depuis la fin du siècle précédent, qui, ici, était plus une attitude intellectuelle qu’une doctrine. Le second, qui le supplantera comme un antidote au scientisme, était un courant idéaliste de type bergsonien, combiné au mouvement « ariéliste » de l’Urugayen José Enrique Rodó. Ce mouvement sera assez important pour que ce terme d’ariéliste désigne souvent ensuite cette génération. Ces deux pensées et leur confrontation ont donné à ces étudiants des années 1900 une certaine rigueur méthodologique, une croyance au déterminisme et une capacité critique notable.

14Leurs interrogations, leurs analyses et leurs points de vue se sont exprimés dans leurs publications et dans la revue de l’Université, la Revista Universitaria, passage obligé, où tous ont régulièrement écrit, entre 1906 et 1920. Au point où cette revue est un vrai un objet miroir, reflet des questions que posait le devenir du pays et des réponses données par cette élite intellectuelle concernant leur rôle social et leur vision de la problématique nationale.

15Grâce à elle, nous pouvons nous faire une idée assez précise de la pensée et du profil contrasté de ces dizaines de jeunes bourgeois réformistes dont les figures de proue, célèbres grâce à la qualité indéniable de leurs travaux et de leurs recherches, s’appellaient Francisco García Calderón, Victor Andrés Belaunde, Juan Bautista de Lavalle, Luis et Oscar Miró Quesada ou José de la Riva Agüero.

16Nous avons redécouvert aujourd’hui, grâce à la publication des textes et de commentaires sur la période, à l’occasion de la célébration du centenaire, les auteurs de cette génération de 1900, qui ont eu le courage de critiquer leur milieu d’origine et le système dont ils étaient bénéficiaires. Même si le reste de leur vie, n’a pas pour la majorité d’entre eux confirmé cet élan qui s’est manifesté alors qu’ils étaient doctorants ou jeunes professeurs.

Des textes de dénonciation et de proposition

17Ces textes peuvent se diviser en cinq catégories. Premièrement, des études sur la culture indigène, concernant son histoire, son archéologie, ses mythes et ses langues. Deuxièmement, des textes de dénonciation des injustices dont les Indiens étaient victimes (inégalité devant la loi, spoliations, oppressions économiques, sociales et culturelles). Troisièmement, des écrits en faveur des paysans et des ouvriers : des propositions de lois, des règlements ou des réformes administratives ou économiques pour améliorer leur sort, les insérer dans la communauté nationale ou leur rendre justice en faisant respecter le droit, en intégrant pour la première fois la question indigène dans la question sociale. Quatrièmement, une critique du système éducatif et des propositions de réformes. Enfin cinquièmement : une analyse critique de l’Etat, de la représentation et la citoyenneté et des proposition de réforme, de modernisation et de démocratisation politique. Comme il est impossible de dresser une liste de plusieurs dizaines de publications, nous n’en citerons que quelques unes parmi les quatre dernières catégories.

18Premier exemple touchant à la question sociale : un texte de L. Miró Quesada, fils d’un grand patron de presse, La Legislación del trabajo (« La législation du travail »), publiée dans les quatrième et cinquième numéros de la Revista Universitaria (septembre et octobre 1906). L’auteur déclare à propos des mineurs, des paysans indiens et des employées domestiques :

19« L’humanité et l’intérêt général bien compris exigent de la loi le remède à ces maux ». 

20Il se prononce résolument contre le système de troc, qui rémunérait le travail par des produits alimentaires dont les prix étaient fixés par le patron et qui permettait d’asservir la main-d’œuvre par l’endettement, et contre les « marchands de sueur », des intermédiaires qui engageaient les travailleurs, dégageant de toute responsabilité les employeurs réels. Des modes de travail temporaire, encore actifs aujourd’hui.

21Autre exemple, le texte du juriste Manuel Vicente Villarán, Condiciones legales de las Comunidades indígenas (« Les conditions légales des communautés indigènes »), dans le numéro de septembre 1907 de la Revista Universitaria. L’auteur recentre le problème indigène sur les formes de propriété de la terre et reconnaît que : « Les communautés correspondent à une situation sociale qui ne se supprime pas par décret (…) La communauté protège l’Indien contre le Blanc ».

22Il publia, en octobre 1908, La educación nacional y la influencia extranjera (« L’éducation nationale et l’influence étrangère »), où il affirme que : « L’éducation nationale doit être démocratique. Elle ne doit pas se borner à un groupe de privilégiés, sous prétexte de former une classe dirigeante ». 

23Ces trois textes appartiennent à la catégorie des propositions de réformes des codes ou des différents types de contrats de travail qui constituent la moitié des articles juridiques publiés dans la revue. Leur publication est en étroite corrélation avec les manifestations sociales et les décisions politiques du gouvernement. Tels sont aussi les cas des articles Las garantías individuales (« Les garanties individuelles ») d’avril 1908, La responsabilidad de los empresarios en los accidentes del trabajo (« La responsabilité des chefs d’entreprises dans les accidents du travail »), de février 1911 ou La ciudadanía en nuestra legislación (« La citoyenneté dans notre législation »), publié dans le numéro du 3e trimestre 1918.

24Parmi les textes qui traitent de la question sociale et dénoncent la situation des Indiens, citons El problema social contemporáneo, (« Le problème social aujourd’hui ») d’Andrés Quintana Gurt, publié dans le numéro de la Revue d’octobre 1910. Bien que très élitiste, l’auteur place la question indigène au cœur de la question sociale et écrit :

L’Indien péruvien est aussi esclave dans l’organisation constitutionnelle d’aujourd’hui, qu’il l’était au temps de la pire oppression de l’époque coloniale. Retardé dans l’évolution sociale il ne jouit ni de liberté dans sa vie quotidienne, ni d’égalité dans ses relations avec autrui. 

25Cette position avait déjà été défendue par V. Andrés Belaúnde dans sa thèse de droit El Perú antiguo y los modernos sociólogos (« L’ancien Pérou et les sociologues modernes »), publiée en décembre 1908. Il y déclarait : « La question sociale du Pérou est la question indigène, même si ceux qui cultivent le socialisme d’importation pensent le contraire. Tel est le problème que nous n’avons même pas posé en un siècle de vie indépendante ». 

26Nous citerons comme dernier exemple Las Causas de la criminalidad indígenas en el Perú (« Les causes de la criminalité indigène au Pérou ») du pédagogue José Antonio Encinas, l’un des rares universitaires de San Marcos à être d’origine populaire,publié dans le numéro du 3e trimestre 1919. J. A. Encinas démontre que :

Aujourd’hui, l’Indien n’a plus de repères. Il n’a à réaliser aucune activité sociale ou politique. Ses énergies sont épuisées par un excès de travail contraignant et stérile. Par le truchement d’avocats véreux, les législations civile et pénale concourent à l’exploitation la plus odieuse de l’histoire. 

27La forte préoccupation face au « problème national » conduisit certains d’entre eux à se lancer, hors de l’université, dans l’éducation populaire des ouvriers et des paysans ou, dans l’information et les enquêtes de terrain. Parmi ces tentatives, certes généreuses, mais brèves et peu efficaces, citons les initiatives du « Centro universitario » (« Centre Universitaire ») (Alayza Paz Soldán, 1909: 274) et de la « Extensión universitaria » (Le « déploiement universitaire »), que dirigèrent entre autres V. Andrés Belaúnde, J. Bautista de Lavalle et L. Miró Quesada. Plus engagée et plus efficace fut l’action de la « Asociación Pro-Indígena », créée en 1909, à travers ses activités de terrain et les informations diffusées par sa revue El Deber Pro-Indígena (« Le Devoir Pro-Indigène »). (Kapsoli, 1980: 9-11) Ses membres les plus connus furent Pedro Zulen, Dora Meyer et le professeur et sénateur Joaquín Capelo.

28Les jeunes universitaires de province, certes peu nombreux, très sensibles à l’absence d’un Etat de Droit, ne furent pas en reste. L’exemple avait d’abord été donné par l’Université San Antonio Abad de Cusco qui publiait une revue universitaire et le « Centre universitaire de Cusco », qui publiait un bulletin. La réflexion indigéniste dans l’enceinte et autour des universités d’Arequipa, du Cusco et de Trujillo, installées au cœur de provinces où la population était généralement bilingue espagnol / quechua ou monolingue quechua, fut antérieure aux études liméniennes et, surtout, plus proche de la réalité et a débouché souvent sur des actions concrètes. Parmi les membres les plus célèbres de ce groupe se trouve l’anthropologue Luis Valcárcel. (Valcárcel, 147-148 ; 130-150)

Repenser la politique et l’Etat

29De très nombreux articles de sciences politiques, consacrés au droit politique, à l’Etat et à ses administrations centrales, ont été publiés par les universitaires péruviens durant ces vingt premières années du siècle. Ainsi, après un premier article, en 1910, comparant les constitutions anglaise et américaine, le professeur Alberto Salomón va, en 1911 et 1912 publier une série consacrée aux travaux du politologue nord-américain Raymond Garfield Gettell. Les articles traitaient successivement de la théorie de l’Etat, de ses bases démographiques, de son évolution, de ses différentes formes (fédérale, confédérale, centralisée ou régionalisée), des rôles des constitutions, des fondements des libertés individuelles, de la souveraineté nationale et de l’organisation des administrations centrales et des agences gouvernementales.

30Cet aspect organisationnel et administratif, relevant de la détermination des compétences de l’Etat et de la définition d’une politique sectorielle et de ses modalités d’application, est également présent dans les articles sur la politique éducative de Manuel Vicente Villarán, que la revue avait publiés en 1908, et domine largement dans El funcionario como elemento de la administración (« Le fonctionnaire, élément de base de l’administration ») de José Varela Orbegoso (numéro de la Revista Universitaria de septembre 1915), Política minera – Impuestos a la industria minera (« La politique minière– Les impôts miniers») de Jenaro M. Saavedra (numéro de décembre 1915), l’article de Carlos Rospigliosi (2e trimestre 1917), intitulé Orientaciones industriales - Necesidad de crear un Instituto de investigación en el Perú (« Les orientations industrielles – La nécessité de créer un institut de recherche au Pérou »), ou Régimen local (« Le régime local ») de Carlos Concha (3e trimestre 1918), qui analyse historiquement l’organisation et le fonctionnement des municipalités à travers plusieurs pays et étudie le mouvement communal et les collectivités locales (conseils municipaux et départementaux) au Pérou.

La sociologie politique pour comprendre la réalité nationale

31Pour œuvrer à la régénération nationale, c’est-à-dire imaginer et appliquer une autre politique, il fallait à la fois un état critique des lieux, grâce à des concepts interprétatifs permettant un diagnostic de la réalité nationale, et la définition de grands objectifs qui permettent de dresser la liste d’actions possibles et souhaitables à entreprendre. Différents essais de sociologie politique ont largement contribué à cet effort de réflexion critique et de tentative de renouveau politique.

32Certains essais ont tenté d’analyser l’ensemble de ces questions, de mettre en évidence les relations entre-elles et de proposer des solutions. L’un des meilleurs exemples est le livre de Francisco García Calderón, Le Pérou contemporain, édité à Paris en 1906, qui jouera un rôle de révélateur pour cette génération. Son approche sociologique, économique et politique de la réalité nationale, qu’on peut juger aujourd’hui particulièrement libérale et élitiste, fit prendre conscience à tous ces jeunes bourgeois de l’ampleur des problèmes et qu’il était possible d’impulser une dynamique de régénération et de modernisation débouchant sur une société plus démocratique. Le livre, innovant dans sa démarche, suscitera ensuite la rédaction de plusieurs ouvrages ayant la même approche globale.

33 Le plus connu de ces essais sera, vingt-deux ans plus tard, l’ouvrage de José Carlos Mariátegui, Siete ensayos de interpretacíón de la realidad peruana (« Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne ». Devenu un classique, (la première édition de 1928 a fait l’objet de très nombreuses rééditions), cet ouvrage a suscité la polémique (Mariategui, 1957) et fait l’objet de beaucoup de commentaires.

34Autre exemple de préoccupation pour la modernisation et la démocratisation de la vie politique du pays : le discours d’ouverture de l’année universitaire 1920 (2e trimestre 1920), El proceso de nuestra democracia (« Le processus de notre démocratie »), prononcé courageusement par le professeur de droit Humberto Borja devant le dictateur Augusto Leguía. L’orateur présente l’histoire politique du Pérou comme une quête de la démocratie, épisodiquement interrompue et confisquée brutalement par des coups d’Etat et des dictatures.

35Ces appels à la justice sociale, à l’égalité politique et à la démocratie réelle conduisirent à écrire des textes critiques qui s’apparentent à de véritables plateformes politiques, proposant des objectifs stratégiques de modernisation et de démocratisation et des listes de mesures à mettre en œuvre. Tel est le sens du long discours du philosophe V. Andrés Belaúnde, « La crísis presente » (« La crise actuelle »), prononcé lors de l’ouverture de l’année universitaire 1914 et publié dans le revue de San Marcos d’avril 1914.

36L’auteur proposait à la jeune génération, à laquelle il appartient, un objectif politique global, ainsi défini :

Il doit être franchement démocratique, mais nous devons avoir présent à l’esprit qu’on va vers un tel but lentement, qu’il se conquiert. Ne laissons pas perdurer le mensonge dans lequel ont vécu nos pères. 

37Un texte important, qui préfigurait la plateforme politique de l’éphémère « Parti national démocratique », dont il sera l’un des fondateurs avec José de la Riva Agüero, qui n’était pas encore le passéiste ultraconservateur qu’il sera à la fin de sa vie.

Le rêve politique des universitaires

38Le Parti National Démocratique (« Partido Nacional Democrático »), que l’on qualifierait aujourd’hui de « technocratique », fut fondé, en 1915, par J. de la Riva Agüero et ses amis. Ce parti, qui comptait dans ses rangs les plus jeunes et les plus brillants de cette génération, se voulait avant tout rénovateur. Son programme reprenait à son compte les travaux, les thèses et les études, réalisées à l’Université pendant plus d’une décennie.

39Le programme du PND était plus une vision, l’affirmation de principes et l’énoncé de grands objectifs qu’un plan d’action concret, une liste de mesures directement applicables par un éventuel gouvernement. Ecrit par J. de la Riva Agüero, il présentait les réformes nécessaires pour construire un Pérou moderne. Pour la première fois, un parti se lançait, hors d’une consultation électorale, avec un programme et une structure organisationnelle (« Comité Directivo Central », comités de districts, de provinces et de départements, permanences, recherche d’une représentation sociale diversifiée).

40Le journaliste Luis Fernán Cisneros, dans un article parut dans La Prensa du 27 février 1915, intitulé « Los hombres del mañana » (« Les hommes de demain ») l’affubla immédiatement du qualificatif comique de « futurista », qui désigna tout à la fois le parti et ses membres. J. de la Riva Agüero et ses amis revendiquèrent ce qualificatif comme un titre de gloire. Sous la plume acerbe de Mariátegui, ce qualificatif s’étendit ensuite à la génération « novecentista » (« de 1900 ») toute entière.

Un modèle de technocratie éclairée

41Ensuite, un véritable processus d’amnésie a frappé cette période dont l’aventure intellectuelle et politique a tourné court, en 1919, l’histoire ne lui ayant pas permis de faire ses preuves. Cette amnésie a conduit à négliger les intellectuels de San Marcos, leurs travaux, leurs écrits de jeunesse et l’ensemble de leur génération. Ils furent « oublié » parce que, à la fois victimes et complices, ils dérangeaient à droite et à gauche.

42Il est symptomatique que V. Andrés Belaúnde, l’un des principaux fondateurs du PND, ne dise rien de cette période dans La Realidad Nacional (« La réalité nationale ») publiée douze ans après la fin de ce parti — nous savons que pour ces « sanchos fracasados » (des « Sanchos ratés »), comme il qualifiait son groupe dans une lettre de 1916, à son ami J. de la Riva Agüero, l’échec était trop douloureux.

43Tout autant signifiant, le silence de L. Alberto Sánchez dans El Perú, retrato de un país adolescente quand il fait le tour d’horizon de la période et des partis avant 1920. Seul J. Carlos Mariátegui y fera référence, une fois dans le numéro 2 de sa revue Amauta, en 1918, une autre fois, dix ans plus tard, dans les Siete ensayos de interpretacíón de la realidad peruana (« Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne », où il les qualifie d’ennemis de classe.

44Cette « amnésie » est certes la conséquence de la durée éphémère du mouvement, de la « trahison » de nombreux membres du PND qui se rallièrent à la dictature d’A. Leguía, mais surtout, de la force et du radicalisme des mouvements politiques de la décennie suivante, qui feront apparaître dérisoires et rejetteront dans « les poubelles de l’histoire » ces velléités réformistes de la génération « ariéliste ».

45Avec le recul du temps, il est pour nous évident que l’idée de nation et la vision élitiste du pouvoir de ces intellectuels péruviens, cohérentes avec leur condition de privilégiés et la réalité formelle de la République depuis sa fondation, allaient à l’encontre de l’évolution des idées et des mouvements de fond alors à l’œuvre à travers le monde. Si leur rêve politique était réformiste et novateur par rapport à une « République aristocratique » corrompue, irrationnelle et oligarchique, il était, par contre, anachronique, dépassé et irréaliste par rapport à l’affirmation du social, aux nouveaux rapports de forces et à l’émergence d’une conception moderne de la démocratie et d’une interrogation sur la légitimité du pouvoir et sa représentativité.

46Avec l’idée normative de nation, qui était la leur, celle d’une démocratie élective idéale, régie par un Etat de droit, de citoyens éduqués, à l’image des Européens, un hiatus était, de plus, inévitable entre les réalités contingentes du Pérou et leurs rêves qui reposaient sur une représentation abstraite et formelle de la société. L’exotisme de leur vision politique et leur origine sociale les condamnaient à l’élitisme. Leur philosophie politique et leur conception de la démocratie étaient celles des débuts du dix-neuvième siècle français.

47Elles étaient plus fondées sur la continuité, la réalisation d’une société idéale et la stabilité sociale que sur la rupture et la construction d’une vraie démocratie représentative et égalitaire. C’est pourquoi, ils semblent toujours avoir eu un souci pédagogique et un besoin de convaincre, en multipliant les arguments philosophiques (leur société est celle de la Raison, du Bien et du Beau), historiques (les racines, les traditions et les acquis), ou sociologiques (les obstacles et les dangers).

48Leur modèle n’est pas le consensus et la volonté générale, mais la technocratie élitiste fondée sur une conception de l’intérêt général qui ne repose pas sur la délibération, l’opinion ou l’expérimentation, mais sur la certitude et l’évidence qui s’impose aux esprits éclairés. (Rosanvallon, 1992: 194-198 ; 202-208). Ces contestataires libéraux et réformistes croyaient aussi qu’une patrie, une nation et une « nacionalidad » (« identité nationale ») se construisaient grâce à l’application de lois rationnelles, proches de l’ordre naturel des choses, à l’instruction publique, au service militaire, et à une gouvernance avertie. Convaincus de pouvoir administrer au pays les bons remèdes, ils étaient porteurs d’un rêve : celui de créer, grâce à la prétention de leur élévation morale et à leur savoir-faire technocratique, une démocratie libérale moderne idéale, qui participe pleinement au concert des nations. Ce rêve ne s’est jamais réalisé.

49Pour la gauche péruvienne, la lutte idéologique, à partir de 1930 jusqu’aux années 1980, entre marxistes et non marxistes, ne pouvait permettre qu’une vision, qui nous apparaît aujourd’hui dogmatique, simpliste et caricaturale : les idées antérieures à la création de l’APRA ou à la fondation du parti communiste péruvien ne pouvaient avoir eu pour visées qu’une consolidation et une restauration de la « République aristocratique » sur le déclin. Leurs auteurs, eux, ne devaient être considérés qu’uniquement du point de vue de leur origine sociale et de leurs dérives conservatrices.

50Ils furent, malgré eux, des ennemis pour la gauche et des champions pour la droite, sans trop de regard critique sur leurs œuvres de jeunesse. Peut-être les affrontements d’alors ne permettaient-ils pas un autre regard, qui suppose de pouvoir se reposer des questions sur l’action et l’institution politique, la vérité scientifique, l’heuristique, la philosophie de l’histoire, l’anthropologie, la morale et l’humanisme. Une critique des idéologies qu’ont permis dans le dernier quart du vingtième siècle l’avancée des sciences humaines et les bouleversements géopolitiques.

51Les questions que cette génération se posait dans une période de rupture, d’incertitude et de changement sont, semble-t-il, très proches de celles que les Péruviens se posent aujourd’hui, dans une période de nouvelles incertitudes et de bouleversements planétaires. Peut-être un travail de mémoire est-il tout simplement devenu impérieux et nécessaire pour tenter de comprendre une société problématique, toujours à la recherche de son identité, dans un monde complexe en voie de globalisation qui remet en cause les Etats-nations, les relations internationales, les représentations citoyennes et exige un nouveau contrat social.

Inicio de página

Bibliografía

ALAYZA PAZ SOLDÁN Luís, « Comentarios », en Contemporáneos, Lima, juin 1909.

FLORES GALINDO Alberto, Obras completas, T. IV, Lima, 1993.

GONZÁLEZ PRADA Manuel, « El discurso del Politeama », en Ensayos Escogidos, Lima, 1956, (prononcé en 1888, dans une soirée patronnée par le « Círculo Literario »).

____________, Horas de lucha, Edition Peisa, Lima, 1975, (première édition : 1908).

KAPSOLI Wilfredo, El pensamiento de la Asociación Pro-Indígena, Cusco, Centro Las Casas, 1980.

MALPICA Carlos, Los dueños del Perú, Lima, Ediciones PEISA, 1981, (première édition: 1964).

PORRAS BARRENECHEA Raúl, Mito, tradición y historia del Perú, Escuela de altos estudios y de investigaciones peruanas, UNMSM, 1951.

ROSANVALLON Pierre, Le Sacre du citoyen, Paris, Gallimard, 1992.

STEIN Steve, Lima obrera1900-1930,Lima, Editorial Virrey, 1986.

VALCÁRCEL Luís E., Memorias, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, IEP, 1981.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Patricia Salinas Desmond, « Pérou : le rêve de l’Etat-nation des intellectuels de la génération de 1900 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 16 | 2008, Publicado el 04 septiembre 2009, consultado el 30 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/2934

Inicio de página

Autor

Patricia Salinas Desmond

Université Paris III

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org