Navegación – Mapa del sitio

La photographie au service d’un mythe fondateur de la nation : l’exemple des images de la Révolution mexicaine

Marion Gautreau

Resúmenes

L’analyse de la réutilisation de la photographie de la Révolution Mexicaine par la presse illustrée de Mexico pendant la Post-Révolution (1910-1940) révèle comment un vaste corpus iconographique d’origine (l’ensemble des photographies de la guerre civile prises pendant les affrontements, soit de 1910 à 1920) peut subir une décantation progressive aboutissant à une sélection de plus en plus restreinte des images. Les quelques photographies qui survivent à cette décantation drastique véhiculent une image purement symbolique de la Révolution, opérant ainsi un lissage et une simplification de la complexité du conflit. La construction identitaire du Mexique au XX siècle s’étant basée sur le nationalisme et le mythe fondateur de la Révolution, les aspects symboliques, voire mythiques, de la guerre civile soulignés par la photographie ont naturellement trouvé leur place au sein de la représentation de l’identité nationale mexicaine. Cette étude insiste donc sur le rôle de la photographie de presse révolutionnaire et de la presse illustrée dans la consolidation du discours officiel post-révolutionnaire et dans le processus de construction de la nation mexicaine au XX siècle.

Inicio de página

Texto completo

1Les affrontements de la Révolution Mexicaine se sont déroulés sur une décennie, de 1910 à 1920. Avec le renversement du régime dictatorial de Porfirio Díaz, la mise en place de principes démocratiques par Francisco Madero et la ratification d’une nouvelle constitution en 1917 sous le gouvernement de Venustiano Carranza, les dix années de guerre civile ont bouleversé la donne politique. Cependant, la portée de la Révolution Mexicaine s’étend bien au-delà de l’année 1920. Ce conflit a en effet constitué une référence, devenue mythe –dans le sens que lui donne Mircea Eliade (1963: 12) de récit d’une création à l’origine de la réalité existante- pour construire les différents gouvernements post-révolutionnaires ainsi que pour comprendre l’histoire du Mexique au XXe siècle. Comme le résume clairement Eduardo de la Vega Alfaro :

La Revolución mexicana fue el primer gran movimiento sociopolítico ocurrido en América Latina durante el siglo XX. Más que en lucha armada o la economía, el impacto de dicho movimiento sería determinante en el terreno sociocultural, donde sus mitos, arquetipos, prototipos y estereotipos ejercieron (y aún ejercen) gran influencia como fenómenos de identidad y de contribución a la consolidación del tipo de Estado emanado de la conflagración que derribó la dictadura liberal encabezada por P. Díaz. (Miquel, Pick, Vega, 2004: 49)

2Les historiens se sont davantage tournés vers la peinture -et les célèbres muralistes des années vingt et trente- et vers la littérature -avec le courant de la « novela de la revolución » (roman de la révolution)- pour tenter de déchiffrer l’influence de la guerre civile sur le terrain culturel. En revanche, les photographies de la Révolution qui ont été, et sont toujours, abondamment utilisées à des fins illustratives, n’ont pas souvent fait l’objet d’études historiques cherchant à comprendre dans quelle mesure elles auraient pu participer à ce phénomène culturel global de consolidation du régime post-révolutionnaire et, partant, à la mythification de la Révolution. Le processus de construction identitaire autour du nouveau concept de nation mexicaine issu de l’idéologie post-révolutionnaire s’articule principalement autour de la mise en place d’une symbolique nationale, qui passe certainement par le discours textuel ou oral (les nombreux discours présidentiels, par exemple), mais également par le discours visuel.

  • 1  Nous appréhendons la page de revue illustrée comme un iconotexte, c’est-à-dire comme un ensemble c (...)
  • 2  Six revues illustrées de Mexico ont été retenues : El Mundo Ilustrado (1910-1914), La Semana Ilust (...)

3Nous cherchons donc à analyser dans quelle mesure et grâce à quels procédés les photographies de la Révolution Mexicaine ont permis de construire cette symbolique nationale en exaltant et en renforçant l’un des principaux mythes fondateurs du Mexique contemporain. Nous tenterons de répondre à cette question à travers l’analyse du discours iconotextuel1 véhiculé par la presse illustrée2 de Mexico de 1910 à 1940, période de la mise en place de ce mythe ; l’étude de ces photographies de presse cherche à montrer comment cette iconographie spécifique, qui se présente comme un relais du discours politique officiel, a été mise au service tant du patriotisme que de la symbolique révolutionnaire, et, par conséquent, au service de l’édification de cette nation mexicaine rénovée souhaitée par les dirigeants au pouvoir dans les années vingt et trente.

Les usages de la photographie en adéquation avec le discours officiel

4Thomas Benjamin, dans son ouvrage La Revolución. Mexico’s Great Revolution as Memory, Myth and History, s’attache à décrypter l’émergence du concept de « révolution » avec une majuscule et le chemin de ses réemplois jusqu’à nos jours. Ce que l’auteur appelle « La Revolución » est pour lui le concept par rapport auquel les différents gouvernements mexicains vont se positionner tout au long de la première moitié du XX siècle :

Contemporaries told stories, drew comparisons, and made arguments about recent events in particular ways to justify their actions, to condemn their enemies, to win converts, and to do much more. Their talking, singing, drawing, painting and writing invented La Revolución : a name transformed into what appeared to be a natural and self-evident part of reality and history. This talking and writing was alsopart of an older, larger, and greater project of forjando patria, forging a nation, inventing a country, imagining a community across time and space called Mexico. (Benjamin, 2000: 14)

  • 3  Tous les ans, le 1er septembre, le président mexicain rend son informe (rapport) devant la Chambre (...)

5À travers les observations de T. Benjamin et l’analyse des informes presidenciales3 de 1917 à 1940, il est possible de délimiter dans quelle mesure l’utilisation de la photographie révolutionnaire s’est ajustée au discours officiel et à ce projet de « forger la patrie ».

  • 4  Le 23 juin 1911, La Semana Ilustrada consacre une pleine page et deux photographies à la cérémonie (...)
  • 5  Decena Trágica : Cette expression fait référence aux dix jours, du 9 au 19 février 1913, pendant l (...)

6Le principe commémoratif par la photographie se met en place au tout début de la guerre civile. Les premières images remémorant un martyr de la Révolution montrent des vues de la cérémonie en l’honneur d’Áquiles Serdán, un partisan de Francisco Madero mort le 18 novembre 1910, deux jours avant le début officiel des affrontements4. Mais il faut attendre la Decena Trágica5 et l’assassinat de F. Madero et José María Pino Suárez le 22 février 1913 pour que les magazines illustrés publient des photographies d’archives en souvenir de ces hommes et de ces événements. (Revista de Revistas, 20 février 1916)

  • 6  Pour Á. Obregón, nous n’évoquons ici que les photographies d’archives publiées après sa mort, surv (...)
  • 7  Voir deuxième point de cet article.

7Ce réemploi des photographies à des fins commémoratives est constant entre 1913 et la fin des affrontements, en 1920, et se poursuit dans les années vingt, bien qu’assez timidement. En adéquation avec un discours officiel prudent dans l’utilisation de « La Revolución » comme justification de la légitimité des gouvernements d’Álvaro Obregón (1910-1924) et de Plutarco Elías Calles (1924-1928), nous n’avons relevé qu’une vingtaine de pages sur la Révolution Mexicaine de 1921 à 1931 dans les trois revues illustrées dépouillées sur cette période. (Revista de Revistas, El Universal Ilustrado, Jueves de Excélsior) Ces quelques pages ont cependant permis de tracer les grandes lignes de ce qui allait devenir la commémoration de la guerre civile par la photographie au cours des années trente. La seule date clef qui est mise à l’honneur à deux reprises, la Decena Trágica, est celle qui sera le plus souvent commémorée par la photographie jusqu’en 1940. Par ailleurs, les cinq principaux personnages de la mémoire de la Révolution sont d’ores et déjà sur le devant de la scène : Francisco Villa, Emiliano Zapata, F. Madero, V. Carranza et A. Obregón6. En outre, avec leurs reportages sur les soldaderas et les juanes, les revues pointent du doigt un aspect visuel de la Révolution qui devient peu à peu un archétype de la « mexicanité »7. Enfin, grâce à notre distance temporelle, nous distinguons déjà parmi ces quelques pages quatre futures images-icônes de la guerre civile : F. Villa sur la chaise présidentielle avec E. Zapata au Palais National, le portrait de F. Villa avec sa femme Austreberta Rentería, ainsi que deux portraits de soldaderas devenues célèbres, « la Negra » et « la Santa ». Avant le renouveau photographique sur la Révolution dans les années 1930, s’annoncent déjà en filigrane les personnages et les dates qui passerons à la postérité ainsi que l’impact de certaines photographies spécifiques.

  • 8  “El fotoperiodismo y la publicidad, que se ocupan de registrar y promover, son […] los espejos de (...)

8Dans les années trente, contrairement à la décennie précédente et suivant en cela le tournant pris par le discours officiel à partir de l’informe presidencial rendu par P. E. Calles en 1928, de 1932 à 1940, la presse illustrée de Mexico consolide l’usage de la photographie révolutionnaire à des fins commémoratives. La virulence des discours gouvernementaux sur la nécessité de l’union de la famille révolutionnaire et de l’exaltation des valeurs de la Révolution se retrouve dans cet ensemble iconographique, qui devient alors l’un des relais du principal mythe fondateur du Mexique au XX siècle. Comme l’écrit Alejandro Castellanos, dans les années trente, « le photojournalisme et la publicité, qui s’occupent d’enregistrer et de promouvoir, sont […] les miroirs de l’identification collective »8. Le fait d’exhiber de façon récurrente la mémoire de la Révolution à travers les photographies d’archives oriente donc l’identification collective vers l’un des piliers fondateurs de la nation mexicaine moderne, comme le souligne Andrea Noble :

In the aftermath of the revolution in Mexico, discourses of memory came to play an important role in the post-revolutionary drive to institutionalize the armed struggle as a foundational narrative of national identity, where identity was to be forged on a notion of national unity.            (Noble, 2004 : 202)

Le patriotisme en images: rejet de l’ennemi et exaltation du peuple

9À travers le choix de quelques photographies d’événements marquants et symboliques de la Révolution, ainsi qu’avec la mise en relief des portraits de certaines figures révolutionnaires, la presse illustrée des années trente favorise la mythification de cette guerre en lissant, grâce au discours iconotextuel, la complexité du conflit. L’utilisation de la photographie à des fins commémoratives renforce donc le patriotisme, les symboles et les mythes issus de la Révolution Mexicaine.

Veracruz 1914

  • 9  Le Maximato est la période allant de 1929 à 1934 pendant laquelle se sont succédés à la tête du Me (...)
  • 10  La période du cardénisme correspond au mandat présidentiel de L. Cárdenas, de 1934 à 1940.

10Avec le regain du patriotisme et du nationalisme pendant le Maximato9, puis pendant les années du Cardénisme10, la commémoration photographique de l’invasion nord-américaine de Veracruz devient plus fréquente. Les gouvernants post-révolutionnaires reprennent à leur compte une cause défendue pendant la période armée de la Révolution pour en faire l’un des fondements de leur légitimité. La présence de marines nord-américains dans le port de Veracruz pendant plusieurs mois en 1914 a déclenché un véritable élan patriotique et un semblant d’union nationale qui ont fait oublier un temps les querelles entre révolutionnaires. Le rappel de cette union vient à point nommé après 1928, lorsque P. E. Calles et ses successeurs plaident pour l’« union de la famille révolutionnaire » au profit de la cohérence et de la solidité de la nation.

  • 11  Il existe cinq autres couvertures en couleurs en rapport avec la Révolution à cette période, mais (...)

11L’invasion de Veracruz est d’ailleurs le seul événement de la Révolution qui fait l’objet d’une couverture photographique en couleurs entre 1921 et 1940 (figure 1)11. L’opposition entre le Mexique et les États-Unis est rendue visuellement sur cette couverture grâce à la division de la page en deux : en haut, à partir de quatre morceaux de photographie détourés, une composition qui représente le Mexique grâce au drapeau et à trois personnages emblématiques de la résistance mexicaine ; en bas, un ensemble de navires de guerre nord-américains symbolisant la menace ennemie. La supériorité nationale réside dans le fait que l’image du Mexique se trouve au-dessus de celle des Etats-Unis et semble « l’écraser » ; proportionnellement, les portraits détourés sont beaucoup plus imposants que les silhouettes des navires nord-américains. La légende fait de cet événement une « épopée » et qualifie d’« héroïque » la défense des trois figures représentées. Malgré les nombreuses pertes subies par les Mexicains lors de cet affrontement, il est resté dans les mémoires comme le symbole d’un triomphe contre l’étranger et l’étendard de la bravoure nationale. Exalter le souvenir des héros de cette lutte à travers l’utilisation de photographies commémoratives dans la presse illustrée post-révolutionnaire participe alors du processus de construction identitaire de la nation qui exploite là visuellement l’idée d’union nationale face à un ennemi commun.

    Figure 1. El Universal Ilustrado, 30 mai 1940. « Lieutenant José Azueta ! Commodore Manuel Azueta ! Élève Virgilio Uribe ! Ce triangle équilatéral, à cause de sa valeur, et non pas à cause de la qualité de ses côtés, est la pierre angulaire de la défense héroïque de Veracruz en 1914 – À l’occasion de l’anniversaire de cette épopée, « ILUSTRADO » dédie cette édition au Département Autonome de la Marine Nationale » © Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique).

  • 12  Voir Jueves de Excélsior, 6 mai 1937, « Elementos que defendieron Veracruz », 13 mai 1937, « Como (...)
  • 13  « La Épica Jornada de Veracruz el día 21 de Abril de 1914 ». « En esta heroica acción se cubrieron (...)

12Toutes les pages sur l’invasion de Veracruz publiées pendant la Post-Révolution adoptent le même ton patriotique12. La première double page du reportage intitulé « La Journée Épique de Veracruz du 21 Avril 1914 » (El Universal Ilustrado, 30 mai 1940) comporte un sous-titre éloquent : « Lors de cette action héroïque, les cadets de l’École Navale de ce port se sont couverts de Gloire en défendant, avec un héroïsme spartiate, la Patrie menacée par l’envahisseur »13. La double utilisation du substantif « héroïsme » et de l’adjectif « héroïque » ainsi que les majuscules à « Gloire » et « Patrie » donnent le ton presque nationaliste du reportage.

13L’invasion nord-américaine de Veracruz, au printemps et à l’été 1914, est l’un des symboles forts de la guerre civile, dont les idéaux constituent certains fondements du discours officiel post-révolutionnaire. L’utilisation par la presse illustrée de cette date clef, et les orientations de lecture qu’elle confère aux photographies choisies pour commémorer ce conflit international au sein de la guerre civile sont en tout point similaires à l’idéologie nationaliste prépondérante dans les années trente et à sa diffusion dans la presse quotidienne. Les images du juan et de la soldadera, héros issus du peuple, viennent également renforcer le patriotisme issu de la Révolution.

« Mexicanité » et héros du peuple

14Les images de soldats (juanes) et de femmes-soldats (soldaderas) issus du peuple sont relativement peu nombreuses pendant la guerre, voire pendant la Post-Révolution, mais le mythe du juan et de la soldadera se forge très tôt et reste, encore aujourd’hui, présent dans la représentation du conflit. La Semana Ilustrada emploie ces termes dès 1911 et toutes les revues publient dès cette époque des photographies des hommes et des femmes du peuple qui viennent grossir les rangs des armées révolutionnaires.

  • 14  Ce terme est employé pour désigner les photographies représentant des personnages mexicains typiqu (...)

15Ce premier type d’iconisation -processus de transformation d’une photographie en image-icône-, celle des portraits de soldats anonymes (hommes et femmes), correspond à l’héroïsation du peuple. Tout en forgeant une mémoire spécifique de la Révolution, celle des humbles au combat, ces photographies tissent encore un lien avec l’iconographie folklorique des « types mexicains »14, propre au siècle précédant la guerre. Cette continuité visuelle explique certainement en partie la permanence de telles images, vues comme des symboles de l’identité nationale mexicaine :

Las imágenes de la identidad cultural nacional, la representación de «tipos» sociales entre los cuales el campesino, la mujer o el maestro, por ejemplo, no cumplen otra función que la de realzar y personificar el sentimiento y el reconocimiento debidos a una historia nacional. (Plu Jenvrin, 2005)

   Figure 2. El Universal Ilustrado, 13 septembre 1928. Sans légende.
© Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique).

  • 15  Comal : disque en terre cuite ou en métal que l’on utilise pour faire cuire les galettes de maïs.
  • 16  Rebozo : Large foulard porté par les femmes mexicaines, souvent sur la tête.
  • 17  Nous définissons un « objectif de lecture » comme la finalité qu’une revue attribue à la publicati (...)

16La page composée par El Universal Ilustrado le 13 septembre 1928 pourrait tout aussi bien s’intituler El juan que  La soldadera  puisqu’il s’agit du portrait d’un couple de révolutionnaires (figure 2). Mais la rédaction de la revue a choisi d’insister sur le personnage féminin. L’utilisation de l’article défini dans le titre de la page souligne la volonté de présenter cette femme comme l’incarnation d’un modèle. La soldadera est ici uniquement caractérisée comme femme du soldat et non pas comme femme-soldat. Elle ne porte en effet ni fusil, ni cartouchières, mais un panier et, en bandoulière sur son épaule droite, un comal.15 Elle est vêtue d’une jupe très ample qui tombe jusqu’aux pieds, d’un chemisier et d’un rebozo16 porté sur la tête. Le juan,à qui elle fait face, porte une cartouchière sur le torse et son fusil devant lui ; il est vêtu d’un uniforme complet, allant des bottes au chapeau en passant par un sac à dos dans lequel on aperçoit notamment des couvertures. Il est très rare de trouver des images datant de la Révolution sur lesquelles les soldats portent des sacs à dos. Tout autant que l’attitude figée des deux personnages, cette observation nous permet d’affirmer qu’il s’agit d’une photographie de composition. Cette image vise à délimiter clairement le rôle de l’homme et de la femme, celui du soldat et celui de la cuisinière, en les montrant sous un jour favorable : aucun élément ne permet de déceler visuellement les difficultés de la vie de révolutionnaire que le texte dénonce cependant. L’objectif de lecture17 de cette page, plus clairement véhiculé ici par les mots que par l’image, est de souligner le sacrifice des femmes, leur résistance face à l’adversité et la violence à laquelle elles peuvent être confrontées :

  • 18  El Universal Ilustrado, 13 septembre 1928.

Carne de anonimia y de martirio, la soldadera cruza sobre el plano incendiado de nuestras revoluciones, participando del heroísmo de los combatientes. Ella, la compañera de los «juanes», en las largas y difíciles jornadas, ya a través de las abruptas serranías o de la esterilidad calcinante de las landas, constituye el tipo característico de esas mujeres del pueblo que, pulverizando con sus manos el propio dolor y aun cerrando los ojos ante la íntima tragedia, se sacrifican por el compañero de su vida, compartiendo el cansancio y, en ocasiones, sus vicisitudes bélicas. Eterna pasajera de los trenes militares; elemento de las tropas que marchan, abatidas por el cansancio de largas caminatas; número en las fuerzas derrotadas o triunfantes; alegría en las horas tranquilas del vivac, la soldadera es la heroína de nuestros movimientos armados […]18.

  • 19  La photographie de « La Adelita » est un portrait d’un groupe de huit femmes, juchées sur les marc (...)

17Cette page délivre une image stéréotypée de la femme révolutionnaire grâce à l’interaction entre le visuel et l’écrit ; en effet, si le portrait fige pour longtemps la soldadera dans un « type » photographique déterminé, seul le texte permet de souligner deux caractéristiques de sa personnalité, l’héroïsme et le sacrifice. La publication de l’image sans l’univers écrit qui l’entoure n’aurait certainement pas véhiculé le même message. Cette photographie traduit concrètement l’objectif de lecture qui lui est associé : la volonté d’ériger la soldadera en modèle de femme mexicaine courageuse. Par ailleurs, elle laisse entrevoir le processus d’iconisation qui s’opère pour d’autres photographies de soldaderas, comme pour d’autres sujets faisant partie de l’imagerie révolutionnaire. À partir d’un modèle photographique type – celui du juan, de la femme-soldat ou du chef révolutionnaire – des images à l’impact visuel fort, comme celle de « La Adelita »19 ou certains portraits en pied de E. Zapata vont devenir des images-icônes. Elles le deviennent en raison de leurs caractéristiques formelles, mais également de leur lien avec un référent de la « mexicanité » issu de la Révolution, par exemple le référent que constitue la soldadera.

  • 20  Pour une définition plus détaillée de la « mexicanité », voir R. Plu Jenvrin (2005).

18Le concept de « mexicanité » est un concept aux contours assez flous. Il regroupe différentes caractéristiques associées à l’ « être mexicain » et au Mexique en général, qui peuvent aller des traits physiques et psychologiques des hommes (la bravoure, l’honneur, le sacrifice, etc.) à la géographie du pays (volcans, cactus, etc.). L’exaltation de ces caractéristiques à travers la représentation iconographique des événements et des personnages de la guerre civile participe à la construction du mythe de la Révolution à travers un discours visuel, qui reprend les principaux axes du discours textuel officiel.20 L’iconographie constitue alors un support culturel efficace du processus de construction identitaire de la nation.

Ancrer visuellement les symboles et les mythes

Mexico 1913

19En ayant en mémoire le retour au conservatisme avec l’arrivée de V. Huerta au pouvoir après la Decena Trágica, les différents présidents post-révolutionnaires ont toujours dénoncé la Réaction, incarnée soit par l’Église, soit par les détracteurs des idéaux issus de la Révolution. La lutte contre la Réaction a été l’une des raisons de la défense de l’union de la famille révolutionnaire souhaitée par P. E. Calles. La Decena Trágica, symbole de la lutte démocratique incarnée par F. Madero, occupe donc une place prépondérante dans la commémoration de la guerre civile après 1920.

  • 21  Zócalo : place principale de la ville de Mexico. Aussi appelée Place de l’Indépendance ou Place de (...)
  • 22  Cette image a été publiée dès le 23 février 1913 dans Revista de Revistas, puis reprise par La Sem (...)

20Cet événement est particulièrement intéressant du point de vue de la réutilisation de photographies d’archives, car il est propice au réemploi des mêmes images. Quatre photographies ressortent donc des pages commémoratives sur la Decena Trágica de 1921 à 1940 : la photographie de la traversée du zócalo21 par F. Madero ; deux portraits des « traîtres », celui de Manuel Mondragón et Félix Díaz de profil face à un tableau noir  et celui qui réunit V. Huerta, A. Blanquet, M. Mondragón et F. Díaz ; enfin, une vue d’ensemble de la façade du Palais National, devant lequel gisent, sur le zócalo, des cadavres épars22.

21Hormis les photographies des cadavres de personnages célèbres, tels que F. Villa, A. Serdán ou E. Zapata, seules des images de cadavres prises pendant la Decena Trágica trouvent leur place dans les pages commémoratives de la presse illustrée post-révolutionnaire. Deux autres photographies associant cadavres et Palais National sont publiées dans El Universal Ilustrado vingt-deux ans après les faits (figure 3).

22

    Figure 3. El Universal Ilustrado, 21 février 1935. « Page de gauche : la « Porte Mariana » du Palais National. Face à elle les cadavres de quelques malheureux qui n’avaient rien à voir ni avec la rébellion criminelle, ni avec la défense du gouvernement – Image centrale : Canons en batterie à la Ciudadela, pendant la Decena Trágica – Page de droite : Une autre scène macabre du début de la Decena Trágica, suite au très bref combat au cours duquel le général Bernardo Reyes est mort » © Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique)

23Ces images font partie du reportage intitulé « Un crime politique aux conséquences illimitées », qui s’étend sur cinq pages, et traite de l’assassinat de F. Madero et de J. M. Pino Suárez. Il s’achève par la double page reproduite ci-dessus et culmine avec la monstration de la plus grave des conséquences : la mort des innocents. En effet, la légende de la photographie de gauche parle de « malheureux », morts de s’être trouvés au mauvais endroit au mauvais moment ; on distingue nettement au premier plan trois civils baignant dans leur sang et, au centre de l’image, un corps inerte, un cheval à terre et un chapeau qui a roulé à quelques mètres de son propriétaire. Le reste de la place est vide. Il n’y a effectivement ni armes, ni uniformes qui pourraient laisser penser que ces hommes étaient des combattants. Sur l’image de droite, on distingue également des cadavres d’hommes et de chevaux, mais là encore, on n’aperçoit aucun indice d’éléments belliqueux. La légende précise cependant que ce sont des pertes subies au cours des premiers affrontements entre les traîtres et les défenseurs du palais, sans ajouter s’il s’agit de soldats ou de civils. Même après 1920, la publication de photographies de cadavres continue donc d’obéir à l’objectif de lecture servant à dénoncer l’absurdité de la guerre et à montrer le sacrifice du peuple mexicain.

24Pendant la Decena Trágica, les photographes ont produit d’autres images de cette nature, notamment une photographie de cadavres entassés au pied d’un lampadaire et une autre de cadavres carbonisés. La presse illustrée post-révolutionnaire n’a retenu que ces images où les corps inertes sont moins visibles et où ils sont associés au Palais National. La Decena Trágica constituant très certainement le seul moment au cours du XX siècle pendant lequel des morts ont souillé le cœur du pouvoir, le choix d’El Universal Ilustrado s’explique par la force symbolique de telles images.

25L’événement présenté ci-dessus est le plus fréquemment commémoré, dès 1914 et après 1920. C’est également l’événement pour lequel, de façon claire, la sélection et l’agencement des photographies d’archives apparaissent réfléchis et construits. Cette semaine symbolise l’affrontement de la démocratie, incarnée par F. Madero, contre « la Réaction », représentée par V. Huerta. Ce terme, déjà utilisé pendant la guerre, d’après T. Benjamin, est repris par P. E. Calles dans son informe presidencial historique de 1928. Il redevient partie intégrante du discours officiel après cette date. Il n’est donc pas étonnant que l’événement emblématique de cette lutte, présentée comme la lutte entre le progrès et le conservatisme, soit commémoré par la presse illustrée dans les années trente, qui relaie ainsi deux traits caractéristiques du discours sur la nation mexicaine : la modernité et le progrès promus par le nouveau régime mis en place à l’issue de la Révolution.

Des portraits pour la mémoire

26De toutes les images de la Révolution Mexicaine qui ont résisté au passage du temps, les portraits des figures emblématiques de cette lutte sont les plus abondants. Au cours des années trente, se multiplie la publication de photographies des cinq principaux dirigeants militaires de 1910 à 1920 : F. Madero, V. Carranza, A. Obregón, E. Zapata et F. Villa. L’utilisation de leurs portraits par la presse illustrée provoque deux phénomènes conjoints : le renforcement de l’exaltation -voire de la mythification (pour F. Villa et E. Zapata)- de ces figures et l’oubli progressif des inimitiés qui avaient caractérisé leurs relations au cours des années d’affrontements.

27À plusieurs reprises, les visages de différents leaders de troupes sont regroupés sur une même page, sous un même titre. Revista de Revistas propose par exemple le 24 novembre 1929 une page intitulée « En ce jour anniversaire de la révolution » sur laquelle ses lecteurs peuvent observer les portraits de F. Madero et de son vice-président, J. M. Pino Suárez, ainsi que ceux de V. Carranza, A. Obregón et P. E. Calles (figure 4). Un court texte insiste sur l’importance de la Révolution pour l’histoire mexicaine récente et attribue un rôle spécifique à chacune de ces cinq figures dans son déroulement :

La revolución, como un hecho social de gran trascendencia es algo indiscutible y su influencia en la vida de nuestro país constituye el movimiento histórico de mayor relieve. Con ella entra el país al campo de todas las luchas que tienden a mejorar su porvenir. Ilustramos esta página con las figuras de los hombres a quienes más debe la Revolución : don F. I. Madero, su iniciador; el Lic. J. M. Pino Suárez, colaborador de aquél; D. V. Carranza, continuador del movimiento revolucionario, y los generales A. Obregón y P. E. Calles, que en lo que pudiéramos llamar la tercera etapa de la revolución, han hecho obra fuerte y duradera.

   Figure 4. Revista de Revistas, 24 novembre 1929. Sans légende.
© Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique)

28El Universal Ilustrado publie le 21 novembre 1935 une page similaire intitulée « Los Políticos de la Revolución» sur laquelle on observe également cinq portraits avec un seul changement : le visage de J. M. Pino Suárez est remplacé par celui de L. Cárdenas, qui est, à la date de la publication, président du Mexique depuis un an.

29L’utilisation répétée de ces portraits tend à lisser la complexité du rôle joué par chacun de ces personnages au cours de la Révolution. V. Carranza fut effectivement l’un des généraux de l’armée madériste en 1911 et il reprit la lutte pour venger le premier révolutionnaire après son assassinat en 1913. On peut donc le considérer comme un continuateur de l’œuvre de F. Madero, bien qu’il ne défendît pas tout à fait les mêmes idéaux politiques. En revanche, A. Obregón, longtemps général de l’armée constitutionnaliste dirigée par V. Carranza, trahit vraisemblablement ce dernier en participant à la révolte d’Agua Prieta qui le renversa en 1920. Ce mouvement permit à A. Obregón d’être élu président de la république. Même si pour gouverner il s’appuya, lui aussi, sur certaines valeurs pour lesquelles avaient combattu E. Zapata et F. Madero, on ne peut cependant pas le considérer exactement comme un successeur de V. Carranza. Son rôle dans le déroulement de ce que la revue nomme « la troisième étape de la révolution » -en reprenant d’ailleurs les mots de P. E. Calles- s’avère donc plus complexe que ce que laisse entendre cet iconotexte. Celui-ci met sur un même plan les visages de ces dirigeants révolutionnaires et y associe un texte qui fait accroire que leurs rôles dans le déroulement de la guerre et de ses conséquences s’inscrivent dans une certaine linéarité.

  • 23  Légende d’un portrait de E. Zapata (Revista de Revistas, le 8 novembre 1931).

30La publication répétée des portraits de ces hommes après 1920, souvent en dehors de tout contexte historique précis, permet également d’ancrer leurs visages dans la mémoire visuelle du lectorat de la presse illustrée. C’est une façon de désigner quels personnages méritent de passer à la postérité et, par omission, lesquels peuvent être oubliés. L’usage des photographies de F. Villa et E. Zapata pendant la Post-Révolution est, à ce titre, hautement significative. Les portraits de E. Zapata publiés entre 1921 et 1940 ne sont pas beaucoup plus nombreux que pendant la décennie précédente (une vingtaine), mais, en revanche, le discours qui y est associé change radicalement. Celui qui était considéré comme un bandit à la tête de hordes sauvages par la rédaction de La Semana Ilustrada devient, vingt ans plus tard, le « père de l’agrarisme mexicain ».23 Il est tout simplement considéré comme la personnalité révolutionnaire étant à l’origine du mouvement de réforme agraire qui s’est développé suite à la Constitution de 1917.

  • 24  Les images de F. Villa apparaissent sur une trentaine de pages entre 1910 et 1920, puis sur une ce (...)

31Quant aux portraits de F. Villa, leur nombre se multiplie par trois dans les magazines illustrés après 1920.24 Le discours associé à ce personnage reste longtemps ambivalent puisqu’il ne semble pas avoir défendu un idéal politique ou social précis lors des affrontements. On retient plutôt de sa personnalité deux traits de caractère contradictoires : d’une part, sa cruauté et, d’autre part, sa bravoure mêlée d’une grande générosité. Bien que les légendes et les textes associés à la publication des portraits de F. Villa tentent de perpétuer cette image ambivalente, les photographies choisies mettent uniquement en relief le révolutionnaire courageux et bonhomme, toujours souriant face aux photographes.

32Par conséquent, tant pour F. Villa que pour E. Zapata, l’usage de leur iconographie à des fins commémoratives renforce le mythe de ces deux guérilléros révolutionnaires, qui ne sont plus présentés aux lecteurs de la presse post-révolutionnaire comme à ceux de la presse de la période révolutionnaire. Les mêmes portraits, en raison de l’emploi qui en est fait par les rédactions et des discours textuels qui leur sont associés, deviennent les vecteurs de cette mythification progressive de la Révolution qui a eu lieu pendant une cinquantaine d’années après la ratification de la Constitution en 1917. Ils sont, encore aujourd’hui, des piliers de la symbolique nationale au Mexique ainsi que des emblèmes de l’héritage culturel issu de la Révolution qui a forgé la nation mexicaine au XX siècle.

Conclusion

33L’analyse du réemploi des photographies de la Révolution Mexicaine à des fins commémoratives dans trois des principales revues illustrées de la ville de Mexico entre 1921 et 1940 mène à deux conclusions significatives pour la compréhension du rôle de l’image de fait historique dans la construction d’une symbolique nationale au service de la construction identitaire de la nation. On constate tout d’abord une grande adéquation entre le discours officiel en provenance des plus hautes instances gouvernementales et le discours iconotextuel associé aux images publiées dans la presse hebdomadaire permettant de présenter cette iconographie comme un relais culturel du pouvoir et de son discours sur la nation mexicaine moderne. D’autre part, les choix opérés par les rédactions, tant pour la commémoration des événements que pour celle des personnages, contribue au lissage de la complexité de la guerre et à la mise en relief de certaines dates-clefs et figures révolutionnaires consolidant visuellement la présentation simplifiée du conflit recherchée par les autorités afin de faciliter la compréhension de la Révolution comme mythe fondateur de l’État-nation. Cette simplification permet d’appréhender la Révolution comme un tout homogène, moment et événement unique duquel seraient extraites les valeurs exaltées à des fins idéologiques par les gouvernements post-révolutionnaires. Cette analyse permet de souligner l’influence des rédactions de la capitale dans la mise en valeur ou, au contraire, la mise au rebut, de certains aspects de l’image photographique de la guerre civile. Elle permet également de comprendre les premières étapes de la décantation du corpus originel des images de la Révolution ayant mené à ces quelques images-icônes qui subsistent aujourd’hui, alimentant, encore et toujours, le mythe de la Révolution. Ce mythe fondateur ayant constitué l’un de principaux vecteurs de la construction identitaire de la nation mexicaine au XX siècle, il nous semble légitime de souligner le rôle de la photographie de presse dans la commémoration et l’ancrage de ce mythe au sein de l’imaginaire collectif mexicain et donc, d’insister sur le fait que, au même titre que le muralisme, les photographies de cette période participent au processus culturel de construction de la nation à travers la consolidation d’une symbolique nationale.

Inicio de página

Bibliografía

Sources premières

El Mundo Ilustrado, Mexique, septembre 1910 - juillet 1914.

El Universal Ilustrado, Mexique, mai 1917 - décembre 1940.

Jueves de Excélsior, Mexique, juin 1922 - décembre 1940.

La Ilustración Semanal, Mexique, octobre 1913 -mars 1915.

La Semana Ilustrada, Mexique, septembre 1910 - septembre 1914.

Revista de Revistas, Mexique, septembre 1910 - décembre 1940.

Articles et ouvrages

ANDERMANN Jens ROWE William, Images of Power : Iconography, Culture and the State in Latin America, New York, Oxford : Berghahn Books, 2004.

BENJAMIN Thomas, La Revolución. Mexico’s Great Revolution as Memory, Myth and Hystory, Austin, University of Texas Press, 2000.

CASTELLANOS Alejandro, « Las herencias del mito : fotografía e identidad en México, 1920-1940 », en Gustavo Curiel, Renato González Mello, Juana Gutiérrez Haces (coord.), Arte, Historia e Identidad en América : Visiones comparativas, XVII Coloquio internacional de Historia del Arte, México, UNAM, IIE, 1994, Vol. 2, p. 647-654.

ELIADE Mircea, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1963.

MIQUEL Ángel PICK Zuzana M. VEGA ALFARO Eduardo (de la), Fotografía, cine y literatura de la Revolución mexicana, Cuernavaca, Universidad Autónoma del Estado de Morelos, 2004.

MONTANDON Alain (Dir.), Iconotextes, Actes du colloque du 17-19 mars 1988 à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Paris, Ophrys, 1990.

MORALES Miguel Ángel, « La célebre fotografía de Jerónimo Hernández », en Alquimia, n° 27, mai-août 2006, p. 68-75.

PLU JENVRIN Raphaële, « La «Mexicanidad» como soporte para la representación de la institución presidencial en el México post-revolucionario : ¿hacia qué definición de la nación », en Histoire(s) de l’Amérique latine [En ligne], Vol. 1, n° 1, 11 octobre 2005

Inicio de página

Notas

1  Nous appréhendons la page de revue illustrée comme un iconotexte, c’est-à-dire comme un ensemble combinant éléments textuels (titre, article, légende des photographies, etc.) et éléments visuels (photographies et dessins) et qui doit être analysé comme un tout. Le terme iconotexte a été originellement appliqué à des œuvres artistiques (Montandon, 1988: 5).

2  Six revues illustrées de Mexico ont été retenues : El Mundo Ilustrado (1910-1914), La Semana Ilustrada (1910-1914), La Ilustración Semanal (1913-1915), Revista de Revistas (1910-1940), El Universal Ilustrado (1917-1940), Jueves de Excélsior (1923-1940).

3  Tous les ans, le 1er septembre, le président mexicain rend son informe (rapport) devant la Chambre des députés sur l’année qui vient de s’écouler et fait un bilan, ministère par ministère, des œuvres accomplies et du chemin qu’il reste à parcourir. Cette tradition politique est encore en vigueur aujourd’hui.

4  Le 23 juin 1911, La Semana Ilustrada consacre une pleine page et deux photographies à la cérémonie en l’honneur de Serdán organisée à Puebla, en présence de sa veuve et de certains membres de la famille Madero. Le 1er décembre 1912, la pose par F. Madero de la première pierre du monument à Serdán fait la couverture intérieure d’El Mundo Ilustrado, qui consacre également une deuxième page à cet événement. Revista de Revistas relaie l’information sur une demi-page, avec trois photographies de la cérémonie, le 1er décembre 1912 également.

5  Decena Trágica : Cette expression fait référence aux dix jours, du 9 au 19 février 1913, pendant lesquels le gouvernement de F. I. Madero fut renversé. Ce dernier, ainsi que son frère Gustavo et le vice-président de la République, J. M. Pino Suárez, furent assassinés. V. Huerta, ex-général de l’armée fédérale sous F. Madero, s’installa à la tête du pays qu’il gouverna de façon dictatoriale jusqu’à l’été 1914. C’est pendant la Decena Trágica que la ville de Mexico connut les plus forts affrontements de la guerre civile.

6  Pour Á. Obregón, nous n’évoquons ici que les photographies d’archives publiées après sa mort, survenue le 17 juillet 1928.

7  Voir deuxième point de cet article.

8  “El fotoperiodismo y la publicidad, que se ocupan de registrar y promover, son […] los espejos de la identificación colectiva”  (Castellanos, 1994: 651).

9  Le Maximato est la période allant de 1929 à 1934 pendant laquelle se sont succédés à la tête du Mexique, P. Ortiz Rubio, E. Portes Gil et A. L. Rodríguez. Mais le pouvoir était réellement détenu par P. E. Calles, que l’on appelait alors le Jefe Máximo, d’où le nom de Maximato donné à cette période de présidences fantoches.

10  La période du cardénisme correspond au mandat présidentiel de L. Cárdenas, de 1934 à 1940.

11  Il existe cinq autres couvertures en couleurs en rapport avec la Révolution à cette période, mais ce sont des peintures ou des dessins et non pas des photographies.

12  Voir Jueves de Excélsior, 6 mai 1937, « Elementos que defendieron Veracruz », 13 mai 1937, « Como fue el desembarco de los invasores en 1914 », 20 mai 1937, « Algunas anécdotas de la invasión Norteamericana en 1914 ».  

13  « La Épica Jornada de Veracruz el día 21 de Abril de 1914 ». « En esta heroica acción se cubrieron de Gloria los cadetes de la Escuela Naval de aquel Puerto, al defender, con heroismo espartano, la Patria amenazada por el invasor ».

14  Ce terme est employé pour désigner les photographies représentant des personnages mexicains typiques, caractérisés par leur appartenance à une ethnie ou à un corps de métier. Cette pratique photographique était également en vigueur en Espagne à la même époque.

15  Comal : disque en terre cuite ou en métal que l’on utilise pour faire cuire les galettes de maïs.

16  Rebozo : Large foulard porté par les femmes mexicaines, souvent sur la tête.

17  Nous définissons un « objectif de lecture » comme la finalité qu’une revue attribue à la publication de certains types de photographies par le biais de leur mode de publication.

18  El Universal Ilustrado, 13 septembre 1928.

19  La photographie de « La Adelita » est un portrait d’un groupe de huit femmes, juchées sur les marchepieds et les plateformes d’un train, vêtues de jupes amples et portant les rebozos caractéristiques des soldaderas révolutionnaires. Cette photographie fait partie des quelques images de la Révolution constamment reproduites actuellement. Elle a récemment été attribuée au photographe J. Hernández. (Morales, 2006).

20  Pour une définition plus détaillée de la « mexicanité », voir R. Plu Jenvrin (2005).

21  Zócalo : place principale de la ville de Mexico. Aussi appelée Place de l’Indépendance ou Place de la Constitution.

22  Cette image a été publiée dès le 23 février 1913 dans Revista de Revistas, puis reprise par La Semana Ilustrada le 10 février 1914, un an après la Decena Trágica. Elle a ensuite été réemployée dans Revista de Revistas le 12 février 1933, puis dans Jueves de Excélsior le 17 février 1938.

23  Légende d’un portrait de E. Zapata (Revista de Revistas, le 8 novembre 1931).

24  Les images de F. Villa apparaissent sur une trentaine de pages entre 1910 et 1920, puis sur une centaine de pages entre 1921 et 1940.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda     Figure 1. El Universal Ilustrado, 30 mai 1940. « Lieutenant José Azueta ! Commodore Manuel Azueta ! Élève Virgilio Uribe ! Ce triangle équilatéral, à cause de sa valeur, et non pas à cause de la qualité de ses côtés, est la pierre angulaire de la défense héroïque de Veracruz en 1914 – À l’occasion de l’anniversaire de cette épopée, « ILUSTRADO » dédie cette édition au Département Autonome de la Marine Nationale » © Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique).
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/2982/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 108k
Leyenda    Figure 2. El Universal Ilustrado, 13 septembre 1928. Sans légende. © Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique).
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/2982/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 128k
Leyenda     Figure 3. El Universal Ilustrado, 21 février 1935. « Page de gauche : la « Porte Mariana » du Palais National. Face à elle les cadavres de quelques malheureux qui n’avaient rien à voir ni avec la rébellion criminelle, ni avec la défense du gouvernement – Image centrale : Canons en batterie à la Ciudadela, pendant la Decena Trágica – Page de droite : Une autre scène macabre du début de la Decena Trágica, suite au très bref combat au cours duquel le général Bernardo Reyes est mort » © Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique)
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/2982/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 136k
Leyenda    Figure 4. Revista de Revistas, 24 novembre 1929. Sans légende.© Coll. Bibliothèque Lerdo de Tejada (México, Mexique)
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/2982/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 106k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marion Gautreau, « La photographie au service d’un mythe fondateur de la nation : l’exemple des images de la Révolution mexicaine », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 16 | 2008, Publicado el 27 octubre 2009, consultado el 23 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/2982

Inicio de página

Autor

Marion Gautreau

Université Toulouse II - Le MirailDocteur en Études Romanes (espagnol) de l’Université Paris 4-Sorbonne. Titre de la thèse : « Les photographies de la Révolution Mexicaine dans la presse illustrée de Mexico (1910-1940) : de la chronique à l’iconisation ». Maîtresse de conférence au département d’études hispaniques et hispano-américaines de l’Université de Toulouse II – Le Mirail. Axes de recherche : histoire de la photographie / histoire de la presse / histoire du Mexique contemporain (XIX et XX siècles) et de l’Espagne contemporaine (XX siècle) / analyse d’image / iconographie de guerre. marion.gautreau@yahoo.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org