Navegación – Mapa del sitio

La langue guarani, symbole instrumentalisé de la construction de la nation paraguayenne

Christine Pic-Gillard

Resúmenes

La nation paraguayenne s’est construite sur le mythe d’un être hybride composé du meilleur de la culture guarani et du meilleur de la culture hispanique. Cette hybridation a trouvé son expression au niveau linguistique dans le bilinguisme guarani/castillan, mythe qui s’est élaboré au cours des siècles du Paraguay colonial au Paraguay démocratique contemporain. L’instrumentalisation de la langue guarani a certes permis de construire une identité nationale spécifique basée sur le bilinguisme et la bi-culture partagés par tous les citoyens. Pourtant de nouveaux obstacles surgissent qui mettent en question l’opportunité de développer une langue minoritaire au moment où l’espagnol est en expansion dans la zone des Amériques et où la maîtrise de l’anglais semble être un gage de réussite pour les états émergents. Au moment où le mythe de l’être hybride hispano-guarani était en passe de devenir une réalité par l’imposition de l’enseignement bilingue, un nouveau mythe est en train de naître, celui de la Nation Guaraní.

Inicio de página

Texto completo

1La nation paraguayenne s’est construite sur le mythe du métissage créé dès le début de la colonisation par les missionnaires et les colons. Il y eut, en effet, rencontre : culturelle par l’utilisation des mythes guaranis par les évangélisateurs catholiques ; linguistique par l’expansion de la langue guaranie dans la société coloniale ; biologique par les mariages interethniques. Le fruit de cette rencontre mythique est un être hybride fait du meilleur du Guaraní et du meilleur de l’Espagnol. Cette représentation mythique du métissage a soutenu la construction d’une nation paraguayenne retranchée derrière ses barrières identitaires, isolée du reste du continent sud-américain par les guerres des XIX et XX siècles et par les dictatures. La constitution d’un Etat démocratique en 1989 a donné naissance à une autre nation qui se construit sur d’autres mythes : le bilinguisme et l’interculturalité.

2 Ces nouveaux mythes liés au multiculturalisme renforcent-ils la nation paraguayenne ou au contraire développent-ils les communautarismes ? La langue guaranie, symbole de la nation paraguayenne, mais langue minoritaire dans un monde globalisant, peut-elle encore être le ciment de la nation ?

La construction du mythe

Mythes guaranis utilisés par les Jésuites

3Les premiers Jésuites arrivèrent sur la côte atlantique en 1549, puis ils essaimèrent vers l’intérieur du continent. Ils arrivèrent à Asunción en 1588, ville fondée en 1537 mais qui n’était alors en fait qu’un fortin. L’évangélisation ne consistait alors qu’à baptiser le plus grand nombre d’indiens ; le plan d’évangélisation jésuite ne se mit en place qu’à partir du début du 17e siècle lorsque le roi d’Espagne concéda à la Compagnie de Jésus le droit d’évangéliser les Guaraní du Guairá. Onze réductions furent fondées entre 1622 et 1629 par le Père Antonio Ruiz de Montoya. La particularité de l’évangélisation jésuite consistant à se faire « barbares parmi les barbares » selon Ignace de Loyola - c’est-à-dire à apprendre le guaraní pour s’intéresser à la culture guaranie et s’en servir à des fins évangélisatrices - permit la publication de catéchismes en guaraní et d’ouvrages métalinguistiques. En outre la connaissance des mythes guaranis servit de base à l’évangélisation.

4 Dès leur arrivée les chroniqueurs furent frappés par le peu de religiosité dont faisaient montre les autochtones. En effet, les Tupí-Guaraní considéraient la religion comme étant partie intégrante de la vie, d’où l’absence de rituels. Les Jésuites comblèrent l’espace vide de rituels par les leurs. Les chroniqueurs et les missionnaires eurent cependant connaissance de la mythologie tupi-guarani mais, comme ces derniers n’étaient ni païens ni hérétiques, ils en retinrent ce qui s’inscrivait dans la mythologie chrétienne en créant des ponts entre les deux cultures. Cette attitude montre un certain respect des Jésuites envers ces hommes en état « d’innocence primitive » qui leur apparaissaient comme des chrétiens qui s’ignoraient.

5 Dans les mythes fondateurs tupi-guarani, les Jésuites retinrent le héros civilisateur Sommay. Sommay ou Sumé dans les textes portugais, avait enseigné l’agriculture et l’organisation sociale. Ce héros ayant laissé des traces de pas sur le sol près de la baie de Rio, les Jésuites en déduisirent qu’il s’agissait de San Tomé - le passage était facile de Somé à Tomé - dont les Ecritures disent qu’il est allé porter la bonne parole à travers le monde. Les Jésuites firent une relecture de la mythologie tupi-guaraní à la lumière de cette interprétation, extrayant de cette mythologie les faits les plus semblables à leur propre univers religieux.

6Un autre mythe fondateur pouvait renvoyer à un mythe chrétien, celui de la recherche de la Terre Sans mal. Ce mythe évoque plus l’Eden perdu que le paradis céleste. La Terre Sans Mal est un lieu où les fruits abondent et où la mort n’existe pas. Mais les chroniqueurs de l’époque assimilaient ce lieu de délices aux « Champs Elysées », en particulier parce que les descriptions qu’en faisaient les Indiens, lesquels évoquaient des orgies, n’étaient pas très morales selon la conception chrétienne. De plus une localisation géographique sur terre, accessible aux vivants, ne correspondait pas à l’idée d’une séparation entre la terre, lieu de souffrances des vivants, et le ciel, lieu de repos éternel des âmes. Les Jésuites ne se sont pas beaucoup intéressés à ce mythe, trop éloigné de leurs conceptions, si ce n’est pour empêcher les prophètes d’organiser de grands déplacements de populations pour aller à la recherche de la Terre Sans Mal.

7L’historien paraguayen Efraim Cardozo (1989) s’est fait l’écho des analogies entre les mythologies chrétienne et guarani : « Les Carios se sentirent très attirés par la nouvelle religion qui possédait tant d’éléments analogues à ceux de leurs anciennes cosmogonies ».

8 Les Jésuites n’avaient aucun projet de métissage culturel en fondant les réductions, bien au contraire puisque la Réduction avait pour fonction de soustraire les Indiens à l’influence européenne. Pourtant, dans les faits, ils ont activement participé à ce métissage par leur apprentissage de la langue guarani d’une part mais aussi par l’enseignement de la musique et des arts européens aux Indiens « réduits ». Peut-être faut-il d’ailleurs employer le mot d’acculturation pour désigner ce double mouvement d’assimilation des éléments culturels guaraní et espagnols. Ils ont donc contribué à la création de l’être mythique hybride qui commence à prendre forme à cette époque et naîtra véritablement avec les mouvements de construction nationale.

Le mythe du métis

9Avant même de découvrir le Paraguay, porte du Pays de l’Argent, Juan de Ayolas était persuadé d’y trouver une terre riche où des Indiens agriculteurs pouvaient être des amis. Il s’agissait des Carios ou Guaraní établis au-delà des collines de Lambaré. En effet, lorsque J. de Ayolas et sa centaine d’hommes débarquèrent, les Carios renoncèrent vite à la guerre, offrant six femmes au chef de l’expédition et deux à chacun des soldats. Les Indiens promirent d’aider à la conquête de la Sierra de la Plata. Le mythe du Paradis de Mahomet naquit par ces offrandes, prémisse au mythe du pays métis. La naissance de la ville de Asunción participe elle aussi au mythe. J. de Ayolas mort, ce fut Irala avec quelques autres expéditionnaires qui construisirent le premier fortin dans l’endroit primitivement visité. Lieu paradisiaque, abrité, fertile. Les Carios souhaitaient s’allier à ces hommes puissants, détenteurs des armes à feu, pour conquérir les terres du Chaco occupées par leurs ennemis de toujours. Deux caciques se mirent à leur disposition, abandonnant leurs noms guaranis pour des noms espagnols. Les Espagnols s’installèrent en août 1537 dans le fortin baptisé Nuestra Señora de la Asunción, en compagnie des nombreuses femmes indigènes données en cadeau. Les Jésuites, commentant la fondation de la ville, écrivaient vers 1620 que « la fondation de la ville se fit plus par les liens de parenté que par la conquête [...] en peu de temps il y eut une telle quantité de métis qu’ils purent aller peupler toutes les autres villes qui existent maintenant, jusqu’à Buenos Aires».

  • 1  Pour des références précises des différents textes de loi et décrets M. Mörner (1971).

10Les politiques raciales de l’Etat et de l’Eglise à l’époque coloniale ne faisaient pas obstacle au mariage entre Espagnols et Indiennes, d’autant que le nombre de femmes blanches était extrêmement réduit et que le concubinage inter-racial était interdit. Le mariage devait seulement être librement consenti, entre deux personnes célibataires. La Couronne espagnole avait adopté un schéma très simple de statut social. Il n’y avait que deux catégories : les Indiens et les Espagnols. Etaient déclarés Espagnols les péninsulaires, les créoles et les métis nés d’unions légitimes. Les métis étaient appelés « mancebos de la tierra », c’est à dire « fils de la terre » ; ils allaient apparaître comme une menace potentielle, par leur grand nombre mais aussi parce qu’ils participèrent dès 1572 à une conjuration à Asunción aux cris de « Libertad ! Libertad ! ». Par ailleurs les métis masculins de cette première génération avaient la sinistre réputation de violer les jeunes filles. A la même époque le père Martin Gonzalez leur attribuait le dessein de tuer leurs pères européens pour s’emparer de leurs terres. Pourtant les nobles étaient assez fiers de cette progéniture, même turbulente, donnant des titres de noblesse à leurs fils et mariant leurs filles aux capitaines espagnols ayant lignage. Ce fut le cas du gouverneur Irala. Leur goût de la guerre fut exploité à des fins de conquêtes de nouveaux territoires où fonder des villes. Finalement la politique menée consista à assimiler les métis, à les faire disparaître dans la catégorie des Espagnols, avec en contre-point une volonté de mettre à part les Indiens non métissés1.

  • 2  Encomienda : Concession que le roi attribuait à un encomendero qui en assumait la protection et y (...)

11La population indienne chuta considérablement dès le début de la colonisation, ce qui généra une volonté de protéger les indiens dans des systèmes de réserves : les réductions jésuites et les encomiendas2. Mais le Traité de Madrid de 1750, qui obligea sept Réductions à transmigrer de l’autre côté du fleuve Uruguay, puis l’expulsion des Jésuites du Paraguay en 1768 et son corollaire la destruction des Réductions, ainsi que l’abandon du système d’encomienda, accentuèrent encore la baisse démographique chez les Guaraní. Très peu retournèrent à une vie communautaire traditionnelle ; beaucoup se mélangèrent aux populations déjà métissées des villages.

  • 3  Cité par C. Boidin (2005).

12Les historiens paraguayens du XX siècle utilisèrent ces faits pour contribuer à l’élaboration du mythe national du peuple métis. Ainsi Natalicio Gonzalez écrivit que « L’Espagnol et le Guarani disparurent dans l’embrassade féconde de la première heure »3. De même les anthropologues dans les années 50-70 (Metraux, Shaden, Cadogan) considérèrent qu’il existait une continuité entre l’Indien Tupi-Guarani et le paysan métis paraguayen : « ...la culture guarani et son substrat biologique sont représentés à profusion dans l’actuelle population métisse, surtout au Paraguay, où s’est développé une culture hybride ibéro-indigène sui generis ». (Shaden, 1998) Une autre thèse, défendue jusqu’aux années 1990, allait plus loin encore, déclarant que le métissage aurait donné naissance à une nouvelle race. C’est ce que prétend S. Vera (1996) : « Qu’il y ait quelque chose d’espagnol et quelque chose de guarani, ne signifie pas hybridité mais troisième ethnie culturelle avec les valeurs et les contre valeurs des deux ethnies originelles ».

13La figure mythique du paraguayen est celle du paysan métis guaranophone. C’est une figure qui apparut aussi sous les traits du soldat-paysan lorsque la patrie fut en danger lors des deux grandes guerres, celle de la Triple Alliance (1864-1870) et celle du Chaco (1932-1935). Le guaraní devint alors langue des opérations militaires et des discours politiques, langue d’expression esthétique et d’identité nationale. Par leur attitude de dénigrement de la langue guaranie, les étrangers contribuèrent à faire du guaraní un enjeu national, à en renforcer la portée symbolique identitaire. La peur pour la patrie en danger, le mépris des ennemis, l’éloge des chefs, les célébrations ne pouvaient s’exprimer que dans la langue du peuple. (C. Pic-Gillard, 2007 : 377-387) Le général dictateur populiste Stroessner l’avait bien compris qui l’utilisait dans ses discours au peuple, tout en mettant en place des stratégies éducatives pour développer l’usage de l’espagnol.

  • 4  Centro de Estudios Paraguayos Sociológicos.

14Les langues elles-mêmes n’échappèrent pas au métissage. Les études menées par Natalia Krisvoshein de Canese au sein du CPES4 ont montré que le guaraní paraguayen utilisa dès le début du contact avec l’espagnol, de nombreux hispanismes, parfaitement intégrés phonétiquement. De même l’espagnol paraguayen a subi des interférences avec le guarani précolombien, tant au niveau lexical que syntaxique et morphologique. Mais le métissage est allé bien plus loin si nous considérons que le jopara est la forme la plus aboutie du contact entre guaraní et espagnol. Le jopara est une langue mélangée qui utilise deux lexiques et deux codes linguistiques. Les locuteurs désignent leur parler sous les appellations de guaraní jopara ou espagnol jopara, différent des divers guaraniete considérés comme du guaraní de mauvaise qualité. Ils le considèrent comme une langue de métissage. Cependant cette langue métissée, sorte de troisième langue, n’est pas, dans le contexte actuel, reconnu par la Nation comme une langue identitaire. En effet l’idéologie du métissage s’est transformée en idéologie du bilinguisme à partir du retour de la démocratie en 1989 avec l’élaboration de la constitution de 1992 affirmant que le Paraguay est bilingue.

Les mythes fondateurs de la nation contemporaine

Le mythe du bilinguisme

15Si on s’est tient aux faits historiques et à la situation linguistique réelle, le Paraguay est plurilingue et pluriethnique. Pourtant le recensement de 1992, censé mesurer la réalité linguistique du pays, ne rendait pas compte de ce multilinguisme. Selon ce document officiel le Paraguay était bilingue à 50%, guaranophone à 87%, les monolingues guaranophones représentaient 38% de la population et les monolingues hispanophones 7%. L’objectif était de trouver une base pour donner une légitimité au nouveau statut que la Constitution Nationale de 1992 donnait à la langue guaranie qui, de nationale, devint officielle à parité avec l’espagnol ; et donner un sens au plan d’enseignement bilingue interculturel qui allait se mettre en place en 1994. Le jopara n’est pas cité ; il est donc considéré comme une simple variante populaire du guaraní. D’ailleurs il n’est pas fait mention des compétences linguistiques des locuteurs bilingues ni des variétés utilisées par les guaranophones.

  • 5  Mercosur : marché commun entre Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay signé en 1991.

16Le Paraguay en 1992 avait besoin de ses deux langues fondatrices : l’une pour l’identité nationale et régionale dans le cadre du projet Mercosur5, et l’autre pour l’identité hispanique à valeur universelle. Que le bilinguisme soit réel ou supposé, il a été au centre du projet de démocratisation du Paraguay.

17La base légale du bilinguisme repose sur l’article 140 qui affirme que le Paraguay est pluriculturel et bilingue. En accédant à l’égalité juridique avec le castillan, contrairement aux autres langues amérindiennes dont le statut est resté celui de langues nationales, le guaraní sort de son état de langue indigène. La langue guaranie est reconnue comme langue de l’ensemble de la communauté nationale.

18La Constitution prévoit l’usage des deux langues tant dans leur forme orale que dans leur forme écrite ; il fallait donc que le guarani sorte de l’oralité et accède à l’écriture. La loi du 10 Septembre 1992 stipule l’obligation de l’enseignement des deux langues et dans les deux langues dans le cursus scolaire élémentaire, pour tous les enfants paraguayens, quelle que soit leur origine linguistique. La problématique est d’alphabétiser en langue maternelle (soit espagnol soit guarani à l’exclusion de toute autre langue) et d’enseigner la langue de l’autre communauté linguistique. Le projet d’enseignement bilingue interculturel (Proyecto de Educación Bilingüe Intercultural) se propose de faire en vingt-cinq ans de l’ensemble d’une classe d’âge des bilingues coordonnés. Être bilingue coordonné suppose d’utiliser chacune des langues dans des circonstances adaptées à son usage avec des codes distincts. Or, au Paraguay, les bilingues alternent les codes, notamment dans le guaraní jopara. Le projet ne reposait donc pas sur une analyse linguistique du pays ; il s’agissait d’une volonté politique de transformer une société métisse plurilingue en une société bilingue exemplaire. D’ailleurs la société paraguayenne ne se pensait pas comme bilingue puisque un des objectifs définis au Congrès National de l’Education en 1992 le disait clairement : « Faire prendre conscience aux éducateurs, apprenants et parents qu’ils font partie d’une société bilingue et les motiver en ce sens ». (MEC, 1992: 82) Le mythe s’est transformé du métissage en bilinguisme ; deux langues et deux cultures. D’ailleurs si la nation paraguayenne est pluriculturelle, elle n’est plus métisse. C’est la thèse développée par Bartomeu Meliá dans un livre dont le titre est parlant : Una nación, dos culturas (1990). B. Meliá sépare nettement les deux langues et les deux cultures : à la langue maternelle correspond une culture, c’est à dire une manière de concevoir le monde. Dans cette dichotomie le guaraní, langue maternelle majoritaire, retrouve une authenticité, voire une pureté originelle. Le corollaire linguistique est le refus des emprunts à la langue espagnole, comme étant un facteur d’appauvrissement. Le métissage est alors considéré comme une sorte de pollution.

19Le Plan d’Enseignement Bilingue mis en place en 1994 a favorisé l’expansion du guarani standard et de l’espagnol, en réduisant les monolinguismes et la diversité linguistique. Les objectifs clairement exposés dans les nombreuses publications du Ministère de l’Enseignement sont la rentabilité scolaire, pour permettre le développement social, humain et économique du pays, et le renforcement de la démocratie. Le Ministère dans ses publications définit les conditions nécessaires pour pérenniser la démocratie, insistant sur la participation et l’autogestion. La responsabilité des résultats obtenus sera partagée entre l’Etat et le Citoyen. Ce discours participatif prend racine dans le substrat culturel guarani ; nostalgie d’une communauté, dans laquelle l’individu jouissait d’une plus grande humanité, « mythe d’une fraternité tribale ». (Crozier, 1994) L’ « Homme Nouveau » qui est esquissé dans le projet d’enseignement bilingue interculturel participait encore de l’Être Hybride métis mais déjà le concept d’interculturalité venait altérer celui de métissage.

Le mythe de l’interculturalité

20Il est facile de comprendre les objectifs de l’enseignement de l’espagnol aux enfants de langue maternelle guaranie, mais l’enseignement du guaraní langue seconde aux enfants hispanophones échappe aux objectifs de rentabilité sociale et aux exigences du marché linguistique. L’enseignement des deux langues est inscrit dans la Constitution Nationale comme un droit et un devoir. Cette disposition s’inscrit dans la conscience que prend l’Etat paraguayen nouvellement démocratique de forger une nation forte dans un état qui n’est plus autoritaire. Or la diglossie, qui pouvait être le fondement d’une société inégalitaire, reposant sur une hiérarchie basée de fait sur le bon usage ou non du castillan, devient un danger avec l’ouverture démocratique. En effet, si dans un état autoritaire les revendications identitaires particularistes ne peuvent s’exprimer, dans un état démocratique les tensions apparaissent au grand jour. Le fait de déclarer constitutionnellement le Paraguay comme pluriculturel et bilingue impose de renforcer l’interculturalité pour éviter une implosion de la Nation. Un grand nombre de textes publiés par le Ministère de l’Education affiche clairement l’objectif d’interculturalité : la connaissance de la langue de l’autre doit permettre l’accès à sa culture et renforcer les liens nationaux. La politique éducative linguistique est présentée comme l’outil de construction d’un rêve : celui d’une société bilingue, démocratique, moderne et intégrée. L’enseignement bilingue est envisagé dans son triple aspect d’outil interculturel, de moyen de développement socio-économique et d’apprentissage de la démocratie.

21L’interculturalité, dans le contexte linguistique paraguayen, consiste d’abord à modifier les attitudes psycholinguistiques, c’est à dire à éliminer les attitudes guaranophobes et construire des attitudes guaranophiles, en particulier parmi les locuteurs de langue maternelle guaranie. En effet les attitudes linguistiques oscillaient entre survalorisation du guaraní et domination du castillan, sans sortir du cadre diglossique qui régissait les rapports entre langue dominée et langue dominante. L’objectif était donc de favoriser l’auto-estime des guaranophones pour leur langue et leur culture par un bon apprentissage en milieu scolaire, et la reconnaissance du statut de langue de culture du guarani par les hispanophones ; l’ascension sociale ne devant plus passer par l’abandon, voire le reniement, de la langue maternelle guaranie. Il s’agissait donc de renforcer le guaraní, à côté de l’espagnol, et à parité avec lui. La mise à égalité dans le statut de langue officielle et dans l’enseignement des deux langues fut aussi une mise à distance de l’une par rapport à l’autre. Le bilinguisme guarani/espagnol n’a pas pris en compte le métissage linguistique concrétisé par le jopara, ni le métissage culturel et mental que soulignait l’écrivain A. Roa Bastos (1982) :

Dans la littérature de ce pays, la nature bilingue de sa culture, scindée entre l’écriture et l’oralité, contraint les écrivains paraguayens, au moment même où ils écrivent en espagnol, à entendre le son d’un discours oral encore informulé mais déjà présent dans la dimension émotive et mythique du guarani.

22Cependant il n’est pas certain que ce concept de deux langues, donc deux cultures, permette au Paraguay de fortifier une nation qui s’était construite jusqu’alors dans le mythe du métissage.

Un mythe national fragilisé

Deux langues, deux cultures, une nation multiculturelle

23Nous observons actuellement un glissement de l’interculturalité vers la transculturalité en référence au substrat culturel Mbya-Guarani. La presse paraguayenne s’est fait l’écho en 2000 de mouvements indigènes revendiquant une reconnaissance de leur apport à la nation paraguayenne. Par exemple les ethnies du groupe Tupí-Guaraní avaient une grande tradition et une forte expérience du déplacement transnational, construisant ainsi des relations transculturelles qui enrichissaient leur identité. Selon l’anthropologue paraguayen Guillermo Sequera ce mouvement transnational transculturel devrait être reconnu comme un élément de transmission en interaction avec l’ensemble de la nation paraguayenne, dans une forme de dialogue : « La création d’un nouvel art de vivre au Paraguay passe irrémédiablement par le droit de vivre de l’ethnie Mbya dans une nation dite multiculturelle ». (Sequera, 2000) La nouvelle nation multiculturelle serait le garant du respect de l’identité de chacun pour une construction identitaire collective. En juillet 2001 le premier Congrès National d’Education Indigène au Paraguay s’est tenu à Asunción ; cette initiative est révélatrice du nouvel état d’esprit qui consiste à rechercher les différentes racines culturelles et identitaires du pays sur lesquelles construire la nation. L’objectif est ainsi défini en préambule :

Ce congrès est le point de départ d’une série d’actions coordonnées qui contribueront à la construction participative, avec les peuples indigènes, d’une éducation interculturelle et multilingue en cohérence avec ses lignes culturelles, selon ce qu’exprime le mandat constitutionnel. On favorisera de cette manière l’ethno-développement des dits peuples et celui de la nation paraguayenne en général. 

24Les intervenants dans leurs communications vont plus loin que l’interculturalité. L’ historienne Margarita Miró fait la distinction entre le groupe guarani et les autres ethnies. Les Guaraní sont devenus, en majorité, des métis et se sont dissous dans la communauté nationale paraguayenne, qu’elle définit comme guarani-hispanique ; les autres ethnies, refusant de s’intégrer à la culture hispanique, ont gardé leur culture originelle. C’est cette culture originelle, selon elle, qui peut servir de modèle alternatif à l’actuel modèle de développement. Dans son intervention elle utilise à maintes reprise l’expression volver atrás, c’est à dire « revenir en arrière ». Les valeurs fondamentales indigènes seraient présentes dans la culture paraguayenne mais de manière occulte et il convient donc de les retrouver et de les valoriser, afin de se démarquer des valeurs européennes de profit immédiat et de développement à outrance. Le métissage est donc dévalorisé au profit de la pureté ethnique dont la culture respectueuse de la nature propose un modèle harmonieux de développement humain. Dans cette perspective, l’Homme Nouveau que le projet d’enseignement bilingue interculturel mettait en avant, (MEC, 1996) survivance du mythe du métis, disparaît au profit des particularismes communautaires, fragilisant la notion de peuple paraguayen. Peut-être faut-il voir dans cette évolution une des conséquences de l’intégration régionale du Paraguay.

Intégration régionale

  • 6  Acta de Asunción signé en 1995 à Asunción (Paraguay).

25Le grand creuset que semblait être l’Amérique Latine, dans lequel s’était forgée une identité commune de culture métisse, est un mythe qui vacille à partir des années 1970 quand s’organisèrent les mouvements indigènes revendiquant d’être reconnus dans leurs différences. La problématique n’est plus posée alors en terme d’unité culturelle mais en terme d’intégration, c’est à dire d’unité dans la pluralité. Le Paraguay, qu’isolait la dictature de Stroessner, avait développé une forte conscience d’appartenance nationale au détriment d’une auto-conscience d’appartenance ibéro-américaine et restait éloigné des mouvements de revendication identitaire ethnique. La nation paraguayenne s’affirmait comme hispano-guaraní, sorte d’idéal d’un colonialisme pacifié. La création du Mercosur allait donner au Paraguay l’occasion de se créer une conscience collective supranationale. Par l’harmonisation des politiques éducatives et culturelles le Mercosur a créé un espace d’intégration des peuples qui le composent. L’intégration régionale s’est construite sur la base de valeurs communes, en particulier le plurilinguisme. Le guarani a été reconnu comme langue historique6 par les états membres du Mercosur. Cette reconnaissance s’inscrit dans le cadre de la transculturalité, c’est à dire dans le cadre d’une évolution de l’identité culturelle dépassant les frontières nationales. Le Paraguay, longtemps une île entourée de terres, devint capable de repousser ses frontières mais toujours dans la limite de l’identité hispano-guaranie. Une nouvelle philosophie des frontières naquit avec le Mercosur ; non plus frontière-mur qui sépare mais frontière-pont qui relie les peuples pour créer un espace où fonctionnent les solidarités. (Recondo Gregorio : 1997 : 29) Mais de l’identité hispano-guaranie le Paraguay continue à évoluer vers la prise en compte des valeurs ethniques qui lui semblent maintenant offrir une solution alternative au développement de type occidental. L’espace Mercosur, qui semblait n’être qu’un espace de marché libéral de type occidental, devient un espace culturel dans lequel la partie indigène tente de trouver un mode d’expression. Il ne s’agit plus d’assimiler par le métissage mais d’intégrer les différentes communautés. Le Mercosur, plan d’intégration régionale, renvoie au mythe de l’unité perdue par la conquête espagnole. Dans ce contexte les guaranophones s’organisent pour élargir leur champ d’action et prendre toute la place qui leur revient numériquement.

Entrée en résistance de la langue guarani

26La langue guarani, dans le contexte d’un regain d’intérêt pour les apports indigènes à la nation paraguayenne, est maintenant à la pointe du combat identitaire. Non seulement les valeurs indigènes sont un support à la recherche d’un développement alternatif mais le relatif échec de la réforme éducative et de son plan d’enseignement bilingue, (Pic-Gillard, 2006) ou du moins sa remise en question, incite les guaranophones à revendiquer une place différente de celle que la démocratie leur a assignée.

  • 7  Regroupées sous le nom : Movimiento Campesino Paraguayo ; Okaraygua Ñemongu’e Paraguáipe. Adresse (...)

27Les organisations paysannes paraguayennes, et de nouveau nous remarquons la collusion entre guaranophonie et paysannerie, se sont regroupées pour lancer une série d’appels revendicatifs en direction des hommes politiques paraguayens. Le 23 mars 2007 une lettre ouverte fut adressée par dix-sept organisations paysannes7 aux candidats aux élections présidentielles de 2008, lettre largement diffusée par le courrier électronique. Cette lettre est écrite en guaraní, traduite en espagnol, anglais français et portugais. Dans cette lettre les organisations paysannes rappellent l’état d’« apartheid linguistique » dans lequel a été maintenue la langue guaranie entre 1811, date de l’indépendance, et 2007, alors que le pays est majoritairement guaranophone. Elles dénoncent le pacte hispano-guarani qui visait à tuer la langue guaranie ; l’utilisation de celle-ci par les politiques comme instrument patriotique lors des guerres et pour tromper les électeurs en temps de paix. Elles dénoncent aussi l’échec de la Réforme Educative par le gouvernement lui-même et le mépris dans lequel est maintenu le guaraní, rappelant que s’il est possible à un unilingue hispanophone d’être fonctionnaire, un guaranophone unilingue ne le peut pas. En conséquence elles revendiquent de vivre en guaraní dans un pays guaranophone, tout en pratiquant l’espagnol. Elles prennent l’exemple des Catalans et même des Danois qui vivent dans leur langue tout en pratiquant une autre langue. Il s’agit pour eux de sauvegarder leur identité dans un monde homogène et globalisé.

28Cette lettre n’est pas unique, elle fait partie d’un ensemble revendicatif qui a tenté, tout au long des années 2006 et 2007, de faire du guaraní, non plus une deuxième langue officielle, mais la langue officielle du Paraguay.

Conclusion

29Le mythe du pays métis semble ne plus cimenter la nation paraguayenne. L’Etat, en adoptant le concept de pluriculturalisme et en imposant le bilinguisme, a rompu l’équilibre hispano-guarani ; équilibre basé sur l’acceptation de la diglossie, incompatible avec le concept de démocratie. Le nouveau mythe – Paraguay interculturel bilingue – donne la parole aux communautés indigènes pour un nécessaire rééquilibrage, non plus de l’ordre du mythe mais de l’ordre de la réalité. La langue guarani est de nouveau prise comme instrument de construction nationale, non pas comme symbole d’une nation hispano-guarani mais comme symbole d’une nation guarani. Le guarani est revendiqué comme nouveau ciment de la nation en tant que défense de la spécificité linguistique paraguayenne dans un monde englobant.

30Un nouveau mythe est en train de naître, celui de Nation Guaraní. Il n’est pas certain que les 87% de guaranophones paraguayens se reconnaissent dans cette représentation, à moins que les prochains gouvernements renouent avec la volonté politique des concepteurs du plan d’enseignement bilingue et les dépassent dans la révolution linguistique qui consisterait à faire du Paraguay un pays visiblement de langue guaranie.

Inicio de página

Bibliografía

BOIDIN Capucine, « Guerre et Métissage au Paraguay : Deux compagnies rurales de San Ignacio Guasu (Misiones 2001-1767) », en Nuevo Mundo Mundos Nuevos, n° 5, 2005, disponible sur internet : http://nuevmundo.revues.org/documento910.html

CARDOSO Efraim, Paraguay de la conquista, Asunción, El Lector, 1989.

CLASTRES Hélène, La Terre Sans mal. Le prophétisme Tupi-Guarani, Paris, Seuil, 1975.

CORVALAN Graziella KRIVOSHEIN DE CANESE Natalia, El español del Paraguay en contacto con el guaraní, Asunción, CPES, 1983.

CROZIER Michel, La société bloquée, Paris, Seuil, Col. Essais, 1994.

MELIA Bartomeu, Una nación, dos culturas, Asunción, 1990.

MINISTERIO DE EDUCACION Y CULTO, ElDesafío Educativo, Asunción, MEC, 1996.

____________, Paraguay Bilingüe, Asunción, MEC, 1992.

MIRÓ Margarita, « Identidad, diversidad y globalización. Aportes de las Culturas indígenas », en Primer Congreso de Educación Indígena en el Paraguay. Memoria. Asunción, 2001.

MORNER Magnus, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine, Paris, Fayard, 1971.

PIC-GILLARD Christine, « L’enseignement obligatoire du Guarani, langue amérindienne nationale et officielle au Paraguay : objectifs et objections. », dans Pourquoi apprendre des langues ?, Francfort, Peter Lang, 2006.

____________, « Les rôles du Guarani dans les guerres du Paraguay », en Les Guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, Paris, Colibris, 2007.

ROA BASTOS Augusto, Fils d’Homme, Préface (Traduction de Iris Gimenez), Paris, Belfond, 1982.

RECONDO Gregorio, Identidad, Integracion y Creación cultural en América Latina. El desafío del Mercosur, Argentina, Editorial Belgrano, 1997.

SEQUERA Guillermo, « La insubordinación cultural de los Mbya-Guaraní », en Última Hora Digital, Correo Semanal, mayo 2000, http://www.ultimahora.com.py/Edic-Ante/mayo2000

SHADEN Egon, Aspectos fundamentais da cultura guarani, Sao Paulo, Edsup, 1974.

____________, Aspectos fundamentales de la cultura guarani, Asunción, Biblioteca Paraguaya de Antropología, 1998.

Inicio de página

Notas

1  Pour des références précises des différents textes de loi et décrets M. Mörner (1971).

2  Encomienda : Concession que le roi attribuait à un encomendero qui en assumait la protection et y levait des tributs.

3  Cité par C. Boidin (2005).

4  Centro de Estudios Paraguayos Sociológicos.

5  Mercosur : marché commun entre Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay signé en 1991.

6  Acta de Asunción signé en 1995 à Asunción (Paraguay).

7  Regroupées sous le nom : Movimiento Campesino Paraguayo ; Okaraygua Ñemongu’e Paraguáipe. Adresse électronique : onp.mcp@gmail.com

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Christine Pic-Gillard, « La langue guarani, symbole instrumentalisé de la construction de la nation paraguayenne », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 16 | 2008, Publicado el 04 noviembre 2009, consultado el 28 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/3007

Inicio de página

Autor

Christine Pic-Gillard

Université de La Réunion (France)Membre du laboratoire CRICCAL Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Docteur, enseignante titulaire à l’Université de la Réunion en Langue, Littérature, Civilisation espagnoles et hispano-américaines. Axes de recherche : identité nationale, enseignement en langue maternelle, plurilinguisme, pluriculturalisme.christine.pic-gillard@wanadoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org