Navegación – Mapa del sitio

Quel devenir pour l’Etat, la nation, l’Etat-nation dans la Bolivie d’Evo Morales ?

Christine Delfour

Resúmenes

Créer un Etat, une nation, un Etat-nation est, pour la Bolivie, une quête inachevée depuis la fondation de la République en 1825. Néanmoins deux étapes importantes marquent ce processus : la première, dans les années 50, lorsque le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) assure le passage de la modernisation à la modernité, avec le suffrage universel, la réforme agraire et les nationalisations, mais refuse à l’Indien son altérité radicale. La seconde étape, dans les années 90, lorsque les gouvernements successifs promulguent une Constitution « pluriethnique » et votent les lois de participation populaire. Elle culmine avec l’accession au pouvoir d’un président indien, Evo Morales, en décembre 2005. Parmi les questions abordées : quelle(s) identité(s) nationale(s) ? Qu’est-ce que le concept « pluri-multi » ? Qu’entend-on par « disponibilité ethnique » ? Quel est l’apport du « cycle rebelle » ? Quel modèle de développement économique ? Quel(s) dispositif(s) d’organisation territoriale ? Quelles relations entre mouvements sociaux, partis et Etat ? Comment éviter le risque de bipolarisation ?

Inicio de página

Texto completo

1La fin des années 90 et le début des années 2000 marquent l’arrivée au pouvoir des forces politiques indiennes dans un contexte démocratique. Une des caractéristiques des mouvements indiens qui se cristallisent en grande partie dans le Mouvement vers le socialisme (Movimiento al socialismo-MAS) est de s’être coulée dans le moule de la représentation indienne tout en maintenant leur potentiel historique de mobilisation populaire.

2La conception de la nation, de l’Etat, de l’Etat-nation dans la Bolivie d’Evo Morales résulte d’une histoire où le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR-1952-1964) a été une étape décisive dans le passage de la modernisation à la modernité. Parmi les points de non retour : le suffrage universel, la réforme agraire, les nationalisations, la reconnaissance non pas encore d’une nation indienne mais d’une nation « chola » (métis), avec toutes les limites d’un concept qui accepte l’Indien non pas dans son altérité, mais dans la mesure où il est un « citoyen producteur/consommateur ». (Delfour, 2007: 66-78)

3Autres éléments accélérateurs de ce passage à la modernité : la pression internationale exercée sur les gouvernements latino-américains par les organisations indiennes, par les institutions internationales (Nations Unies, Groupe Contadora), par des ONG (Conseil mondial des Eglises), par de grands blocs régionaux (Union européenne, etc.), mais aussi, en interne, par la démocratisation de l’éducation et par l’accès des Indiens à des postes de responsabilités, notamment dans l’Etat. Autre transformation majeure : les mouvements et partis politiques d’opposition abandonnent le paradigme « classiste » en faveur d’un paradigme qui prend en compte l’ethnicité. Le point d’orgue institutionnel de ces mutations est la reconnaissance dans la Constitution de 1994 d’un Etat « pluriethnique et multiculturel ». Le véritable coup d’envoi est l’élection d’Evo Morales en décembre 2005 avec plus de 53% de suffrages.

4A partir de cette nouvelle donne intérieure, mais également en tenant compte du contexte de mondialisation ainsi que des transformations fondamentales auxquelles ont à faire face les Etats dans la quasi-totalité des pays, quelle lecture peut-on faire aujourd’hui des grands enjeux boliviens : où en est la question de la nation et des ethnies ? Les modes de mobilisation et la nature des mouvements sociaux ? La conception de l’Etat et la recomposition du territoire ? La démocratie et la lutte contre la pauvreté ?

Une Nation avec ou sans Indiens ?

  • 1  Le gouvernement de Frías en 1874 promulgue la Ley de Exvinculación qui remplace la propriété colle (...)

5Cette question fondamentale se pose de façon récurrente en Bolivie depuis la création de la République. Alors que le statut d’Indien était reconnu dans la période coloniale, l’avènement de la République se traduit simultanément par une affirmation théorique/rhétorique de l’égalité des citoyens et par une exclusion de fait des Indiens. La citoyenneté est limitée aux propriétaires terriens, de facto aux Blancs. Les Indiens perdent progressivement leurs terres communautaires, l’exercice de leurs droits originaires, leur identité, en vertu des lois de 1880. En revanche, ils sont soumis à des devoirs nouveaux : les tributs, les corvées dans les grandes propriétés. Les nombreuses révoltes indiennes au cours du XIX et du XX siècle sont provoquées par le prélèvement des tributs et les mauvais traitements physiques et moraux plutôt que par des revendications ethniques – à quelques exceptions symboliques importantes telles que la révolte de Zárate Wilka en 1889 et celles des Apoderados Generales de Jesús de Machaca en 19201.

  • 2  Nataniel Aguirre, (1843-1888). Député, préfet, ministre d’Etat et écrivain. Parmi ses œuvres les p (...)

6A la fin du XIX et au début du XX siècle, le débat fait rage : on peut le réduire schématiquement à quatre thèses : la première, celle d’Alcides Arguedas (1910), qui s’exprime à la suite des pertes de territoire national (guerres du Pacifique et de l’Acre), considère que si la nation est perdante, si elle est frappée par le destin, si elle est maudite de Dieu, c’est parce qu’elle est peuplée d’une majorité d’Indiens, alcooliques, paresseux et incapables de défendre le territoire. Selon la seconde thèse, soutenue par Franz Tamayo et Daniel Sanchez Bustamente, l’Indien n’est pas la cause du mal national, il est le premier propriétaire du sol mais il doit être éduqué, non pas en l’acculturant mais en l’alphabétisant dans sa langue vernaculaire et en le rapprochant des non-Indiens. Toutefois l’un des deux auteurs, F. Tamayo (1910), met en garde contre le risque du poids politique que vont prendre les cholos «éduqués » dans les centres urbains. La troisième thèse, incarnée par Tristan Marof (1934), prône un « communisme incaïque » inspiré par les révolutions russe et mexicaine symbolisé par un slogan «  la terre au peuple (indien) et les mines à l’Etat ». La quatrième thèse, esquissée par Nataniel Aguirre2, bien qu’antérieure aux trois premières (1880), est, dans une certaine mesure, annonciatrice de positions contemporaines plus progressistes. Il est un des premiers à affirmer publiquement la priorité historique et culturelle de l’Indien et à revendiquer ses droits primordiaux, ses droits de naissance, son appartenance à la nation bolivienne.

Le mouvement universel du métissage

7Avec la fondation du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR) en 1941, on a pu parler de rupture aussi bien dans l’idéologie que dans la politique lorsque le parti prend le pouvoir en 1952. Pour José Carlos Quiroga, un des idéologues du MNR, la nation repose sur la terre et la race indo-métisse : « Nous affirmons notre foi dans le pouvoir de la race indo-métisse (…) notre volonté de raviver les traditions autochtones afin de modeler la culture bolivienne». (Cespedes, 1956 : 249) L’objectif est d’assurer la continuité entre le monde ancien et la modernité. Dans la société des années 40 et 50, le nationalisme est la reconnaissance officielle des cholos. C’est la reconnaissance des masses indiennes qui n’avaient jusqu’alors aucun statut d’hommes ni de citoyens. C’est la mobilisation d’un peuple constitué de paysans, d’ouvriers, de cols blancs, d’artisans, de commerçants, de représentants des professions libérales – tous métis ou indo-métis – qui se rassemblent tous (c’est le fameux « multiclassisme »), au-delà de leurs revendications catégorielles, au nom de leur appartenance à la nation bolivienne.

8Cette « rupture » n’est peut-être, avec le recul, qu’une « fissure » voire une régression en termes de « nationalité ». Avant le MNR, on ignorait l’Indien. A partir de la révolution nationaliste, l’Indien se fond dans la nébuleuse chola où il perd toute son identité originelle. Pire, son identité d’Indien est transformée en une identité nouvelle – précisément l’identité chola – qui n’est autre que l’identité d’un citoyen « moderne ». Le mineur indien, le paysan indien, est transformé en « producteur » et en « consommateur ». En termes d’altérité et d’indianité, il n’y a aucune avancée. En termes de citoyenneté, il y a, en revanche, des progrès significatifs : l’Indien a le droit de vote. Il peut se syndiquer. Il peut accéder à l’éducation. Il peut être propriétaire de terres, etc. – mais il ne peut pas s’affirmer en tant qu’indien. Il n’en reste pas moins que – pour la première fois – les Boliviens se considèrent comme appartenant à une même communauté de citoyens.

Le concept « pluri-multi »

9Il faut attendre les années 1970-80 pour que s’exprime, avec le Mouvement Katariste, une remise en question du modèle de métissage universel du MNR et une affirmation d’identité indienne : « nous ne sommes plus les paysans de 1952», est-il précisé dans le Manifeste de Tiawuanaku de 1973, « on nous a réduit à être de simples paysans. On nous a ôté notre identité de peuple aymara. On nous a dit que nous serions libres si nous renoncions à être indiens. Nous avons essayé. Mais ce n’est pas vrai. Soyons à nouveau Aymaras ! » Il faut également attendre les années 1990 pour que cette émergence d’indianité soit officiellement prise en compte, voire récupérée, par le gouvernement de Sanchez de Lozada (1994), et qu’elle s’inscrive dans un large mouvement international de reconnaissance de droits des peuples indigènes évoqué précédemment.

10Ce concept de nation pluriethnique est reconnu pour la première fois dans la Constitution de 1994. Mais une fois encore, ces déclarations théoriques ne sont pas suivies des réalisations attendues. C’est face à cette désagrégation aux facettes multiples que se mobilisent des acteurs nouveaux, sur des revendications concrètes, selon des modalités qui rompent avec les anciennes pratiques syndicales et qui rejoignent des pratiques communautaires traditionnelles. Les acteurs nouveaux sont des femmes, des cocaleros, des membres d’associations de quartiers (juntas vecinales). Les revendications relèvent de l’emploi (coca), de la qualité de la vie quotidienne (par exemple, le droit à l’eau) mais aussi de l’intérêt national (maîtrise des ressources énergétiques, gaz naturel et pétrole). Les nouvelles modalités d’organisation se nourrissent des pratiques traditionnelles de représentations et de décisions (ayllu).

11C’est face au désenchantement des promesses non tenues d’une nation  « pluri et multiethnique » mais aussi face à la volonté de créer, au-delà d’une nation de nations, une nation « interethnique », que se développe ce qu’on appelle le « cycle rebelle ».

Le « cycle rebelle » (2000-2005)

12L’origine du cycle est double : d’une part, le rejet de la politique néolibérale initiée par Víctor Paz Estensorro sous le nom de « Nouvelle politique économique » (Nueva Política Económica – NEP) qui, bien que contemporaine du retour à la démocratie, ne fait que renforcer la « matrice coloniale », notamment par la privatisation des grandes entreprises d’Etat (mine, pétrole, eau) ; d’autre part, la méfiance à l’égard du nouveau concept de « pluri-multi » (pluriethnicité, multiculturalité) perçu comme une stratégie de récupération d’un Etat qui, malgré quelques concessions rhétoriques sur la reconnaissance de l’identité et de la culture indiennes, poursuit et accélère une politique d’inégalité et d’exclusion envers la majorité indienne. On connaît la force des mouvements sociaux des années 2000-2005 qui ont entraîné la chute de deux présidents et la convocation d’élections en 2005 qui ont permis la victoire du MAS.

13Pour Alvaro García Linera, sociologue et actuellement vice-président de la Bolivie, le cycle rebelle n’est pas un mouvement identitaire strictement « indianiste », même si cette composante est essentielle, mais un ensemble complexe caractérisé par «l’irradiation de l’identité ethnique à d’autres sphères et espaces subalternes qui articulent luttes de classes et luttes ethniques ». (García Linera, 2002 ; Zavaleta Mercado, 1983) La dimension ethnique se réarticule dans des ensembles systémiques : régional, genre et classe entre autres. Elle s’exprime également dans des mouvements associatifs de quartiers qui impliquent une forte mobilisation de femmes García Linera précise :

Ces ensembles n’ont pas à être homogènes, ni harmonieux, ni équilibrés étant donné que toutes sortes d’antagonismes qui viennent des contextes dans lesquels ces ensembles sont intégrés ont une influence. Bien que l’ethnicité ait des dynamiques propres, la discrimination est le résultat et, en même temps, le levier reproducteur de mécanismes d’exploitation et de domination qui nous obligent à penser l’ethnicité sans la réduire à sa variable strictement culturelle. (…) C’est ainsi que les interférences des dynamiques de classe et de genre peuvent être présentes dans les identités ethniques et dans les conflits interethniques. (Iglesias Turrion, 2007: 57)

Classe, race, genre, etc…

14Poursuivant les réflexions de A. García Linera, Marta Cabezas, spécialiste en anthropologie sociale et du genre, souligne le lien entre classe, race et genre et considère que, dans le cycle rebelle il existe :

Une double, triple jusqu’à quadruple identité et appartenance organisationnelle sans qu’aucune ne prévale sur les autres dans le mouvement social de telle façon que le cycle rebelle se nourrit de la lutte des classes, du nationalisme indigène et révolutionnaire, des revendications ethniques et de l’indianisme, du puissant caractère anti-impérialiste du mouvement cocalero et des luttes de quartiers en lien étroit avec la lutte contre la privatisation des services de base et l’émergence d’une nouvelle génération de droits humains comme le droit à l’eau. (Iglesias Turrion, 2007: 199)

15Un fondement majeur de cette nouvelle conception de l’identité repose sur la distinction et la relation dialogique entre « mémoire longue » et « mémoire courte », théorisée par Silvia Rivera Cusicanqui (1986). Pour cette sociologue, professeure à l’Université Mayor San Andrés de La Paz, la « mémoire longue » est « le temps où le mythe, l’idéologie et l’histoire vont ensemble » et la « mémoire courte », celle de la révolution de 1952, celle aussi du cycle rebelle qui a généré tout à la fois une identité anti-impérialiste et une « politique des besoins vitaux dont l’expression ultime prend la forme de luttes pour la récupération des ressources naturelles, notamment l’eau et le gaz ». (Iglesias Turrion, 2007: 199) La mémoire longue catalyse les identités indiennes alors que la  mémoire courte active les identités nationale, de classe et de genre. Selon un autre sociologue, Luis Antezana, l’imaginaire anticolonial fait resurgir aujourd’hui les luttes anticoloniales du passé dans lesquelles s’enracinent, non sans une certaine dose de mythification et de réinvention créatrice, les rébellions indigènes d’aujourd’hui en leur conférant une forte dimension émancipatrice. Bref, il s’agit d’un processus interactif « un regarder derrière qui est aussi un aller de l’avant ». (Antezana, 1970)

Les relations complexes entre mouvement sociaux, partis et Etat

16L’histoire de la Bolivie est ponctuée de mobilisations populaires puissantes et parfois violentes qui s’inscrivent dans des stratégies et des tactiques d’opposition. Au XIX et au XX siècles jusqu’aux années 50, les mobilisations sont contre l’Etat, qu’il s’agisse de révoltes indiennes qui s’insurgent contre les formes multiples du servage ou des révoltes blanches qui exigent toujours plus d’autonomie régionale. Les rôles étaient clairs : l’Etat gouverne, les partis mènent les débats et luttent pour conquérir le pouvoir. Les mouvements sociaux – ou ce qui en tient lieu à l’époque – sont extérieurs à l’Etat auquel ils s’opposent et aux partis qu’ils débordent. L’innovation du parti au pouvoir (MNR), c’est de s’être appuyé sur les mouvements sociaux (artisans, paysans et mineurs), de les avoir encouragés mais aussi de les avoir mis en concurrence afin de les maîtriser, bref, d’avoir pratiqué une véritable politique d’instrumentalisation.

17Dans le nouveau contexte du « cycle rebelle », les rapports entre mouvements sociaux, partis et Etat sont radicalement transformés. Les mouvements sociaux sont trop puissants pour qu’ils puissent être instrumentalisés par l’Etat (comme dans les années 50) et ils sont trop multiformes et trop contradictoires pour revitaliser des partis qui ont perdu toute crédibilité et/ou pour se muer, eux-mêmes, en « parti » - au sens habituel du terme. C’est dans ce statut d’entre deux – entre une structure partisane et une mobilisation populaire – que réside la force, la faiblesse, l’ambiguïté des acteurs du cycle rebelle qui, pour se référer à nouveau au vocabulaire traditionnel, constituent beaucoup plus qu’une juxtaposition de revendications multiples et sectorielles, mais beaucoup moins qu’un dispositif cohérent à l’échelle de la nation capable d’incarner et de réaliser un projet politique national.

Des actions qui expriment des choix de société

18Ces mouvements et les actions qu’ils ont menées, ont attiré l’attention nationale et mondiale : la guerre de l’eau, la guerre de la coca, la guerre des paysans de l’Altiplano contre la réforme agraire, la guerre contre les politiques de privatisations de la richesse nationale, la guerre des hydrocarbures et du gaz, etc. Ce qui fait la différence avec les mouvements sociaux des années 50-90, c’est que le mineur et l’ouvrier des entreprises de l’Etat ont abandonné leur identité de classe pour affirmer leur identité ancestrale d’indien. C’est que les Indiens qui quittent la campagne et s’installent massivement autour des grandes villes vivent au quotidien de nouvelles formes d’exclusion et d’inégalité. C’est aussi que les Indiens s’organisent non plus sur un modèle syndical classique mais en associations de quartiers qui s’inspirent des modèles pratiqués par les communautés indiennes. Ils créent des organisations ad hoc (par exemple, la Coordinadora de agua) qui fédère des intérêts divers autour d’une revendication précise.

  • 3  Entretien d’Oscar Olivera par Erick Fajardo Pozo : « Crónica de un año de agonía neoliberal en las (...)

19A la différence des mobilisations des paysans aymaras dans le département de La Paz et même du mouvement cocalero qui se développe à partir d’un outil syndical existant (la Confederación sindical única de trabajadores campesinos de Bolivia - CSUTCB), la guerre de l’eau, par exemple, débute par un conflit social local qui mène à la victoire de la population mobilisée contre l’entreprise privée et le gouvernement qui la soutient. Comme le remarque Cécile Casen, cette analyse est confirmée par Oscar Olivera qui résume ainsi ces nouveaux processus : « La coordination naît avec le problème de l’eau mais l’eau n’est pas sa raison d’être ; c’est plutôt l’objectif de remettre en cause l’ordre politique et économique qui est à l’origine de la crise de l’eau et d’autres choses »3.

Entre « souveraineté populaire » et « souveraineté nationale »

20Quelles sont les incidences de ces nouvelles formes d’expression des mouvements sociaux sur la conduite des politiques nationales, voire sur le rôle de l’actuel chef de l’Etat ? Quelle peut être la politique d’un chef de parti (le MAS) qui affirme « fort heureusement, le peuple est savant. Et il faut reconnaître ce savoir, le respecter et l’appliquer. Rien ne sert d’imposer d’en haut ou d’importer depuis l’extérieur des politiques ou recettes économiques ». (…) Et le président E. Morales poursuit :

Les organisations sociales, les conseils « amautas » que j’admire tant sur l’Altiplano pacénien, ces syndicats ruraux et urbains, ces organisations appelées « capitanías » dans l’Est bolivien sont le réservoir des connaissances, des connaissances scientifiques de la vie, pour défendre la vie, pour sauver l’humanité. Il convient de partir de ces organisations pour mettre en œuvre des politiques et non d’imposer des politiques au service de groupes de pression en Bolivie ou à l’extérieur. (Morales Aima, 2006)

21Il y a là un véritable changement de paradigme qui est, certes, une avancée fondamentale en termes de démocratie, mais qui est difficile à concrétiser dans la mesure où il implique une rupture culturelle et perçu comme dangereux car il remet en question des intérêts économiques, des pouvoirs politiques et des représentations ethniques. Il risque de contribuer à renforcer les tensions et les conflits.

22Quelle peut être la conception de la nation tiraillée entre une « souveraineté populaire » rendue à un peuple jusqu’alors privé de parole et une « souveraineté nationale » autonome face aux puissances étrangères ? Le politiste Erwan Sommerer analyse cette tension centrale dans le discours d’investiture du président E. Morales dans ces termes :

Tensions entre, d’une part, la reconnaissance de la diversité des cultures et identités qui composent la nation bolivienne et, d’autre part, une nette tendance à en appeler à un peuple unique et solidaire face à l’extériorité constituée par les élites oligarchiques et leurs alliés internationaux. On trouve là les deux pôles de l’espace public fondé sur une gestion complexe de l’homogénéité et de l’altérité. (Rolland, 2007: 112)

La bipolarisation de l’espace national

23A la différence des autres pays latino-américains, le territoire national bolivien ne connaîtra un tracé définitif qu’en 1935, après une série de guerres avec le Chili (1879), le Brésil (1904) et le Paraguay (1935). Par ailleurs, dès l’avènement de la République, la création d’un espace national est minée de l’intérieur. Les rivalités, qui se multiplient entre les villes (Sucre, Potosí, Cochabamba, La Paz), culminent dans la « Guerre fédérale » qui opposent les villes du Nord de l’altiplano à celles du Sud. Cette tendance à la fragmentation est renforcée, dans la période républicaine, par l’absence d’une politique nationale d’infrastructures qui aurait pu limiter l’isolement entre l’altiplano à l’est et les terres basses de l’Oriente bolivien. Il faut attendre la révolution nationaliste de 1952 pour que soit construite la première route reliant Cochabamba à Santa Cruz. C’est dire que l’enclavement spatial des villes et des départements a renforcé les réflexes localistes et régionalistes et attisé d’anciennes rivalités. Avec le développement économique sans précédent de Santa Cruz dans les années 60 puis de Tarija dans les années 80 (gaz, hydrocarbures et agriculture extensive), ces deux régions revendiquent de plus en plus violemment leur autonomie. On assiste, depuis le début des années 2000, a un processus de bipolarisation territoriale qui menace gravement l’unité nationale.

Les enjeux sous-jacents

24Quels sont – au-delà des intérêts économiques – les enjeux sous-jacents à ces tensions historiques qui s’exacerbent au cours des dix dernières années ? Les enjeux sont essentiellement la place de l’Indien dans la société bolivienne, la reconnaissance des communautés indiennes (propriété des terres, modalités de gouvernance, etc.), la construction d’un Etat pluriethnique et multiculturel qui ne soit pas réduit à une annonce rhétorique, le positionnement de la nation bolivienne dans un monde néolibéral symbolisé par les Etats-Unis et les entreprises multinationales, une meilleure prise en compte des inégalités économiques sociales et de genre, bref, tout ce qui peut participer à la refondation de la Nation – non seulement en termes de concept mais également en termes de projets et d’actions.

25Avec le retour de la démocratie au début des années 80, des étapes importantes sont franchies y compris sous des gouvernements néo-libéraux (Paz Estenssoro et Sanchez de Lozada) et sous l’influence du premier vice-président indien de la République (Víctor Hugo Cárdenas). Principales étapes : l’affirmation du caractère « pluriethnique et multiculturel » de la nation bolivienne (constitution de 1994) ; la mise en place de la Loi de participation populaire dans le cadre de la réforme territoriale (1994) ; la Loi de décentralisation administrative de 1995 ; la percée de députés indiens lors des élections présidentielles de 2002 ; le décret de 2005 du président Carlos Mesa relatif à l’élection directe des préfets de départements ; la victoire du MAS d’E. Morales aux élections de décembre 2005 (53,7%) ; l’élection d’une assemblée constituante (le 2 juillet 2006) qui ne donne pas au MAS la majorité des deux tiers nécessaire à l’adoption de la Constitution et, le même jour, le référendum sur l’Autonomie des départements. Seuls deux départements sur neuf sont en faveur de l’autonomie : Santa Cruz et Tarija. Ce résultat qui marque une étape nouvelle dans la fracture entre l’Orient et l’Occident du pays augure mal les débats de la Constituante.

La radicalisation des deux Bolivies

26Les difficultés aujourd’hui sont d’autant plus grandes que les différents décrets et lois sont loin d’avoir été appliqués dans leur totalité et que les gouvernements successifs jusqu’à 2005 n’ont pas eu le courage de prendre à bras le corps le passage des principes à la réalité. Ils n’ont pas su anticiper les conséquences politiques, économiques et sociales en germe dans la naissance d’une nation pluri et multi ethnique. Aucune partie n’est véritablement satisfaite : ni les tenants du statu quo qui pensent avoir tout perdu, ni les populations indiennes qui se perçoivent toujours comme exclues. Ces dernières considèrent que la territorialisation indigène avance trop lentement : par exemple, pour la région des basses terres, la Confederación indígena de Bolivia (CIDOB) estime que 8% seulement des Tierras Comunitarias de Origen(TCO) revendiquées sont totalement ou partiellement titularisées. (Rolland, 2007: 242) Les populations indigènes considèrent également – et sur ce point elles sont rejointes par les classes moyennes urbaines – que les politiques néolibérales pratiquées jusqu’en 2005 n’ont pas modifié leur niveau de vie, qu’elles ont même renforcé les inégalités et que les partis politiques traditionnels n’ont pas su répondre à leurs préoccupations. Ainsi s’explique, en partie, l’ascension du MAS depuis le début des années 2000 et la constitution d’une majorité électorale en faveur de la renationalisation des ressources naturelles (hydrocarbures, gaz, eau, mines).

27Pourquoi les réflexes autonomistes des départements de Santa Cruz et de Tarija se radicalisent-ils à partir des années 90 pour atteindre leur paroxysme au début des années 2000 ? Dans les années 50, le MNR, dont l’un des axes politiques est la construction de la nation, réussit à calmer le jeu grâce à sa volonté de modernisation de la Bolivie et grâce à un soutien au développement économique tout particulièrement aux régions tentées par l’autonomie. Pendant les années de régime autoritaire, les départements de Santa Cruz et de Tarija renforcent leur potentiel industriel et agricole. Le retour de la démocratie crée les conditions qui permettent à ces deux départements de revendiquer au grand jour une autonomie d’autant plus souhaitable, à leurs yeux, que le boom des hydrocarbures et le développement de l’agrobusiness les propulsent sur le plan mondial. Les différentes lois qui, à partir de 1994, accordent certains droits aux populations indiennes renforcent les départements dans leur volonté de conquérir le droit à l’autonomie. Le résultat du référendum sur les autonomies qui entérine leur volonté autonomiste contraint les Constituants à prendre en compte la question de l’autonomie dans le processus de refondation de la Nation.

28Fondé en 1950, le Comité pro Santa Cruz regroupe la Fédération de professionnels qui réunit les corporations professionnelles libérales et la Fédération des entrepreneurs privés, puissant lobby qui défend l’économie de marché et la libre entreprise. Le Comité se veut « régional », « apolitique » et se présente comme « civique ». Zéline Lacombe souligne les couples d’opposition qui distinguent, aux yeux du Comité, le champ civique et le champ politique. Champ civique : « politique blanche »/champ politique « politique noire » ; « unir, regrouper »/« diviser, dissocier » ; « représenter les intérêts d’un peuple »/« représenter les intérêts particuliers » ; « forte moralité »/« perte de crédibilité » ; « confiance »/« inefficacité, lenteur » ; « compromis »/« trahison » ; « dialogue, négociation »/« confrontation, conflit ». (Rolland, 2007: 150) Cette idéologie, qui se veut « neutre », est clairement moralisatrice et libérale. Et la prétendue distinction entre le « civique »  et le « politique » n’empêche pas les membres du Comité de jouer un rôle de plus en plus important dans les instances élues.

29Face à cette Bolivie des basses terres se dresse, avec non moins de radicalité, la Bolivie des hauts plateaux. Cette autre Bolivie, plus peuplée, plus indienne et beaucoup plus pauvre – mais qui inclut une grande partie des classes moyennes urbaines – a de très fortes attentes vis-à-vis du président indien qu’elle a élu. Ce qui frappe, en cette fin de la première décennie du XXI siècle, c’est que les acteurs de ces deux Bolivies recourent aux mêmes pratiques de terrain : blocages des routes, marches, cabildo, grèves de la faim, etc. Une fois de plus en 2008 - comme en 1999, en 2000 et en 2003 notamment – on est au bord de la guerre civile. La situation est d’autant plus explosive que l’élection d’un premier président indien apparaît comme un défi insupportable aux oligarchies de Santa Cruz et de Tarija.

Questions autour de la « refondation »

30« Refonder la Bolivie », telle était la promesse d’E. Morales lorsqu’il a accédé à la présidence en janvier 2006. La Constitution qui fait l’objet de l’actuel conflit est la pierre angulaire du projet. La première bataille qu’a du livrer le premier président indigène dans l’histoire de la Bolivie, a été de doter l’Assemblée constituante de son caractère « originaire », comme si c’était la première fois que la Bolivie était indépendante et élaborait ses propres lois. Le projet constitutionnel fait table rase de toutes les Constitutions depuis l’indépendance en 1825. La Constitution entend corriger la situation de marginalisation des indigènes qui représentent 60% de la population, situation qui perdure depuis l’arrivée des Espagnols en 1535.

Le choc de deux civilisations…

31Ce projet est une révolution constitutionnelle et, au-delà, une révolution culturelle, pour ne pas dire un choc de civilisations – à une époque où chacun, en Amérique latine et ailleurs, prône, en réaction contre les thèses d’un Samuel Huntington et de quelques autres, (Huntington, 1995 ; Courbage, 2007) l’interculturalité, la pluriethnicité, les inventions syncrétiques. Il ne faut donc pas s’étonner que ce projet de refondation apparaisse pour la moitié de la Bolivie comme la juste reconnaissance des communautés indiennes et, pour l’autre moitié, comme un projet utopique flou qui, de plus, légitime un régime, à leurs yeux, sur la voie du totalitarisme.

32Quels sont les trois axes fondamentaux -considérés par le MAS comme les piliers de la refondation nationale- qui cristallisent les oppositions ? Le premier concerne l’intégration/incorporation des systèmes d’élaboration des lois et de contrôle politique directement reprise des traditions indigènes. Le second concerne la mise en place d’un système juridique dans lequel coexisterait, à égalité, la justice de tradition occidentale avec la justice de tradition indigène. Le troisième concerne la nouvelle organisation territoriale bolivienne.

33Ces orientations posent des questions cruciales. Par exemple, en ce qui concerne les pratiques de révocation des élus par les assemblées populaires originaires : qui, quand, comment convoque-t-on ces assemblées ? Qui les compose ? Quels peuvent être les motifs invoqués ? Quelles catégories d’élus peuvent faire l’objet de révocation ? Réponses connues à ce jour : ce sont les « mouvements sociaux » qui ont toute légitimité pour exercer ce contrôle politique.

34En ce qui concerne la nouvelle organisation territoriale, quels sont les impacts prévisibles ? La réforme agraire prévoit la restitution des terres aux communautés indigènes qui disposeront collectivement des titres de propriété. Elles seront donc de facto collectivement propriétaires des ressources naturelles et des moyens de production. Par ailleurs, la réforme administrative redistribue les pouvoirs en faveur des communautés indiennes en réduisant le poids des départements existants depuis l’Indépendance (parmi lesquels figurent notamment Santa Cruz et Tarija) et impose un nouveau découpage territorial qui correspond à celui de la période précolombienne. Pour les uns, c’est un juste retour à l’histoire précoloniale. Pour les autres, c’est une violation des droits républicains.

l’exigence de compromis…

35Autre question : comment articuler justice indigène et justice occidentale lorsqu’elles sont en contradiction flagrante, lorsque, par exemple, cas extrême, la première légitime les châtiments corporels alors que la seconde les exclue au nom de la Déclaration des droits de l’homme ? Ou encore lorsque, situation beaucoup plus classique, la revendication indienne pour une terre « originaire » est contrée au nom du droit de propriété privée ? Qui peut faire appel et auprès duquel des deux tribunaux ? Ne risque-t-on pas de créer, avec deux systèmes judiciaires parallèles, deux catégories de citoyens ?

36La refondation de la nation est une question lancinante qui traverse toute l’histoire de la Bolivie : « une nation avec ou sans Indiens » ? La différence aujourd’hui, c’est que les Indiens sont au pouvoir et qu’ils ont acquis ce pouvoir au cours d’un processus démocratique. La différence, c’est que les enjeux économiques n’ont jamais été aussi cruciaux sur le plan national et mondial. La différence, c’est aussi que les inégalités non jamais été aussi flagrantes. Comme dans tout conflit, la solution passe par la négociation et le compromis. Ce qui semble très difficile aujourd’hui.

… et/ou la construction d’un contrat fondé sur la « disponibilité ethnique » et l’égalité économique et sociale

37Les deux « maux » de la Bolivie ont toujours été : le refus de reconnaître la place de l’Indien dans la Nation  et la pauvreté extrême d’un peuple « mendiant, assis sur un trône d’or ». Sur le plan de la pauvreté, la situation continue à se dégrader : le PIB bolivien est l’un des plus faibles en Amérique latine et, avec les effets encore prégnants des politiques néolibérales, la classe moyenne urbaine –essentiellement constituée de métis– voit son niveau de vie se réduire chaque jour. C’est elle qui a, en grande partie, contribué à la victoire électorale de E. Morales.

38Sur le plan de l’ethnicité, par contre, il y a eu au cours des dernières années, des évolutions radicales qui sont autant de points de non retour. La rhétorique universaliste du XIX siècle n’est qu’un lointain souvenir. La politique assimilationniste du MNR a fait place à une politique pluriethnique et multiculturelle qui n’a satisfait ni les élites oligarchiques, ni les classes populaires. L’élection d’E. Morales à la présidence montre que – quelles que soient les tensions et les frictions qui se multiplient depuis cette élection – une large majorité de Boliviens (53%) a fait confiance à un candidat qui s’affirme en tant qu’Indien.

39Cette capacité nouvelle des Boliviens a accepté leur appartenance indienne – ce que Silvia Rivera Cusicanqui nomme « la disponibilité ethnique » de la population – est confirmée par de récents sondages où l’auto identification indigène (concernant les populations rurales, les migrants urbains mais aussi de larges strates métis des classes populaires) passe de 16% en 1996 à 62% à 2001. (PNUD, 2007) Et S. Rivera de préciser :

L’idée d’altérité face à l’Occident, comme possibilité de sortie de crise, remplace, se substitue à cette espèce de résignation et de défaite de l’ethnicité caractéristique des années 90, tout particulièrement pendant la présidence de Sanchez de Lozada (1993-97). (…) Les barrages de route des années 2002-03 n’ont pas été uniquement une critique active du processus de citoyenneté forcée, vécue dans les années 90 (‘assumer le multiculturalisme étatique’) mais ont préparé le terrain pour le virage vers l’auto-identification ethnique de la population et sont les révélateurs d’une ‘politique de l’ethnicité’ qui a de très grandes répercussions dans les mentalités collectives du pays. (Iglesias Turrion, 2007: 123)

40Mais ce « virage vers l’auto identification ethnique » ne saurait être ni limité, ni assimilé à des revendications strictement communautaires. Il ne saurait masquer l’essentiel qui est toujours la réduction de la pauvreté et la lutte contre les exclusions. C’est là qu’apparaissent les limites des politiques de l’actuel gouvernement qui semble avoir privilégié la reconnaissance des droits des communautés indigènes (certes fondamentaux) au détriment d’actions économiques et sociales innovantes, seules susceptibles, à nos yeux, d’assurer la cohésion sociale et nationale. Une première étape fondamentale a été réalisée : l’Indien, l’indigène, le métis – quel que soit le terme employé – est pour la première fois un acteur reconnu dans la Nation. Mais la deuxième étape, celle d’une égalité économique et sociale réelle de tous les citoyens, doit être engagée sous peine non seulement d’un revers électoral pour le président, mais aussi d’une recrudescence des revendications ethniques et sociales, qui peuvent conduire à un « backlash » à l’égard des populations indigènes. L’espoir ultime est peut-être dans l’affirmation de Waldo Albarracín, Défenseur du peuple (l’équivalent de notre Médiateur de la République): « Les Boliviens ont une culture du conflit, mais pas une culture de la violence ». (Paranagua, 2008)

Inicio de página

Bibliografía

ANTEZANA E. Luís, Bolivia  ¿Reforma agraria o revolución agraria?, Caracas, Poleo, 1970.

ARGUEDAS Alcides, Pueblo enfermo, Barcelona, Vuida de Tasso, 1910.

CABEZAS Marta, «Bolivia : tiempos rebeldes. Coyuntura y causas profundas de las movilizaciones indígenas-populares», en AIBR, Revista de Antropología Iberoamericana, n° 41, may.-jun. 2005.

CALDERON Fernando LASERNA Roberto, Paradojas de la modernidad, La Paz, Fundación Milenio, 1994.

CESPEDES Augusto, El Dictador suicida (40 años de historia de Bolivia), Santiago de Chile, Universal, 1956.

COURBAGE Youssef TODD Emmanuel, Les rendez-vous des civilisations, Paris, La république des idées, Seuil, 2007.

DEL CAMPO Esther (ed.), Democratización y descentralización en Bolivia, Madrid, Los Libros de la Catarata, 2007.

DELFOUR Christine, L’invention nationaliste en Bolivie. Une culture politique complexe, Paris, L’Harmattan, 2005.

GARCIA LINERA Alvaro, « Multitud y comunidad. La insurgencia social en Bolivia», en Revista Chiapas, México, n° 11, Era, 2002.

HUNTINGTON Samuel, The Clash of Civilizations and The Remaking of World Order, New York, Simon & Schuster, 1995.

IGLESIAS TURRION Pablo ESPASANDIN LOPEZ Jesús (coord.), Bolivia en movimiento. Acción colectiva y poder político, Madrid, El Viejo Topo, 2007.

ILDIS (Instituto Latinoamericano de Desarrollo e Investigación Social), Lo pluri-multi o el reino de la diversidad, La Paz, ILDIS, 1993.

LAZARTE Jorge, « Nouvelle constellation de pouvoir en Bolivie », en Olivier Dabene, Amérique latine, les élections contre la démocratie ?, Paris, Sciences Po, Les Presses, 2007, p. 183-213.

MAMANI RAMIREZ Pablo, El rugir de las multitudes. La fuerza de los levantamientos indígenas en Bolivia-Qullasuyu, La Paz, Aruwiyiri, 2004.

Manifeste de Tiawanaku, La Paz, Los Amigos del Libro, 1973.

MAROF Tristán, La tragedia del Altiplano, Buenos Aires, Claridad, 1934.

MORALES AIMA Evo, Discours lors de son investiture comme Président constitutionnel de la République, La Paz, 22/01/2006, www.presidencia.gov.bo

PARANAGUA Paolo, « La Bolivie dans tous ses éclats. Une culture du conflit, pas de violence », Le Monde, Paris, 2 janvier 2008.

PNUD, Informe Nacional sobre Desarrollo Humano 2007. El estado del Estado en Bolivia, La Paz, 2007.

RIVERA CUSICANQUI Silvia, «Oprimidos pero No vencido ». Luchas del campesino aymar y qhechwa de Bolivia, 1900-1980, Ginebra, UNRIS,1986.

ROCA José Luis, Fisionomía del regionalismeo boliviano. La otra cara de la historia, (1979), La Paz, Editorial El País, 2007.

ROLLAND Denis CHASSIN Joëlle, Pour mieux comprendre la Bolivie d’Evo Morales, Paris, L’Harmattan, 2007.

SAINT GEOURS Yves, « Pays andins : Pérou, Equateur, Bolivie », dans François Chevalier, L’Amérique Latine de l’Indépendance à nos jours, Paris, PUF, 1993.

TAMAYO Franz, Creación de la pedagogía nacional (1910), La Paz, Biblioteca del Sesquicentenario de la República, 1975.

ZAVALETA MERCADO René, Las masas de noviembre, La Paz, Juventud, 1983.

Inicio de página

Notas

1  Le gouvernement de Frías en 1874 promulgue la Ley de Exvinculación qui remplace la propriété collective de l’ayllu par la propriété privée. Cette loi marque le début du processus d’expropriation des terres communales qui se réalise à travers la Revisita general de tierras en 1881. Face à cette politique anti-indigène de l’Etat, un mouvement indien, los Apoderados Generales, voit le jour. Il se compose des principales autorités originaires des départements de La Paz, Oruro, Potosi, Chuiquisaca et Cochabamba. Ce mouvement se consolide et aboutit à la formation du premier gouvernement indigène à Peñas autour de Zárate Wilka et Juan Lero. Le projet est violemment réprimé par l’Etat, mais il est le point de non retour de mobilisations qui vont être récurrentes tout au long de la première moitié du XXème siècle. A titre d’exemples : en 1920, à Jesús de Machaca, les ayllus et communautés originaires constituent un gouvernement communal ; en 1930, Nina Quispe fonde la Sociedad República de Collasuyo à travers laquelle il propose la « rénovation » de la Bolivie, etc.

2  Nataniel Aguirre, (1843-1888). Député, préfet, ministre d’Etat et écrivain. Parmi ses œuvres les plus connues : Juan de la Rosa, La Guerra del Pacífico, Represalia de un héroe.

3  Entretien d’Oscar Olivera par Erick Fajardo Pozo : « Crónica de un año de agonía neoliberal en las calles de Bolivia », paru sur le site www.rebelion.org., novembre 2003.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Christine Delfour, « Quel devenir pour l’Etat, la nation, l’Etat-nation dans la Bolivie d’Evo Morales ? », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 16 | 2008, Publicado el 04 noviembre 2009, consultado el 27 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/3038

Inicio de página

Autor

Christine Delfour

Université de Lille 3 Charles de GaulleMaître de Conférences. Actuellement, membre du laboratoire de recherche de l’université de Lille 3 « Centre d’Etudes Civilisations, Langues et lettres Etrangères » (CECILLE) en tant que laboratoire de recherche principal et associée au Centre de recherche Littératures Savoirs et Arts (LISAA – EA 4120) UFR LACT, de l’Université Paris Est Marne-la-vallée. Co-responsable du séminaire transversal Master 2 recherche Mention Langues, Culture et Interculturalité Séminaires thématiques transversaux M 2 UE1 Semestre 1 Intitulé du séminaire : « Les Amériques » Université de Lille 3 Charles de Gaulle. Responsable du Master 2 Pro Relations interculturelles et commerce international (RICI) « Le monde lusohispanique ». Quatre axes de recherche : (1) le nationalisme, la nation, les nationalités, l’Etat-nation et le post-nationalisme ; (2) l’Etat, la société civile, la participation et la démocratie ; (3) le territoire, le développement économique, l’espace et l’Europe. (4) la gouvernance - transversal aux trois premiers : il s’agit là de comprendre les interdépendances et les relations de pouvoir entre l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises, la société civile principalement en Bolivie. Des recherches récentes m’ont amenées à réfléchir sur ces mêmes axes en Espagne pour des problématiques communes aux deux pays : par exemples, les autonomies territoriales. delfour.christine@noos.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org