Navegación – Mapa del sitio

La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges

Pedro Navarro Floria

Resúmenes

Entre les XIX et XX siècles, chaque Etat latino-américain a construit son espace de domination par la conquête militaire, des missions religieuses ou par le biais d’autres stratégies, en l’étendant à une diversité de «territoires nationaux». Le type de relation que chaque Etat a établi par la suite avec ces espaces marginaux illustre les fonctions que remplit le territoire -et particulièrement les marges de celui-ci. Ces fonctions sont à mettre en relation avec les nationalismes du passé et avec les processus actuels d’intégration, pour comprendre comment certains de ces espaces jadis marginaux –notamment ceux qui limitent avec des Etats voisins- deviennent centraux ou attirent à nouveau l’attention sur eux. Nous proposons un regard comparatif sur les processus de formation territoriale des Etats latino-américains afin de mieux comprendre certains problèmes territoriaux actuels et futurs de la région.

Inicio de página

Texto completo

  • 1  Il existe quelques tentatives de synthèse et d’états de la question successifs. Deux exemples, l’u (...)

1L’historiographie du dernier quart de siècle consacrée aux frontières américaines des XVIII et XIX siècles a connu une croissance et un approfondissement remarquables1. La raison de l’intérêt accru des historiens pour cette période provient, sans doute, de la révision de la périodisation du XIX siècle qui mettait l’accent sur un événement précis, les révolutions d’indépendance, comme point de départ. La formation des nations latino-américaines est perçue de nos jours comme le résultat d’un long processus de «  réforme et dissolution des empires ibériques» (Halperin Donghi, 1985 et 1969) entre 1750 et 1850. Les clés de la construction identitaire des nations latino-américaines modernes se trouveraient dans une crise coloniale étendue suivie d’une non moins «  longue attente» et non seulement dans la conjoncture politique de l’indépendance. Cet effilochement de l’ordre colonial latino-américain se superpose, au moins à partir de l’indépendance, à la construction d’un nouvel ordre républicain -si on s’en tient à ses formes politiques et institutionnelles- et néocolonial, si on se concentre sur les modalités de son insertion dans le système-monde.

  • 2  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir P. Navarro Floria (1994).

2La composante territoriale a été une forte préoccupation durant les cycles des réformes éclairées du XVIII siècle et de la construction des Etats au XIX siècle. Dans le premier cas, cette préoccupation visait à déterminer et à consolider la portée et les limites des empires coloniaux qui se sentaient menacés par la concurrence extérieure et par leurs contradictions internes2. Dans le deuxième cas, elle cherchait d’une part à étendre l’espace de domination des nouveaux Etats sur les territoires encore non conquis qui étaient considérés comme inhabitables ou sous contrôle de la résistance indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoires comme vides, «  sauvages» ou «  déserts», et leur conception comme «  frontières internes» que l’Etat se devait d’abolir. D’autre part, le processus de construction des Etats les obligeaient à déterminer avec clarté leurs limites avec les Etats voisins. La transformation conceptuelle des territoires non étatiques en «  déserts» et la privation de droits sur ceux-ci qui en résultèrent pour les nations indigènes préexistantes (Navarro Floria, 2002 ; Roulet et Navarro Floria, 2005: 16-21) fut un des processus caractéristiques de cette époque de transition.

3L’intensité d’une «  préoccupation territoriale» qui est parfois devenue une obsession comparable à celle des nationalistes espagnols à propos des nationalismes périphériques de la Péninsule (Bohoslavsky, 2006a: 1; 2006b: 18, 87-95) semble être, dans le cas latino-américain, une caractéristique dérivée -comme le remarquent diverses études récentes- de l’insuffisance «  de la race, de la langue ou de la culture» ou encore du pacte civil comme critères pour la «  fondation de la nationalité» (Cavaleri, 2004: 12). Dans son étude du cas argentin, Quijada (2000) identifie ce qu’elle nomme l’«  alchimie de la terre  » comme une composante-clé de la matrice de la nation civique opposée à celle de la nation ethnique: l’élément unique que tous les Argentins auraient en commun –qu’ils soient indigènes, créoles, ou immigrants du XIX et du XX siècles non apparentés entre eux- serait l’expérience de partager un territoire. De là découlerait la non-historicité de ce territoire -c’est-à-dire, l’idée selon laquelle il s’agit d’«un espace qui est perçu comme ayant toujours été» le même (Quijada, 2000:182)- et son exaltation à la catégorie de composant primordial de la nationalité. A partir de là, il devient aussi nécessaire de rendre leur historicité aux processus temporels et spatiaux de formation des territoires nationaux comme partie de la révision des paradigmes nationalistes relatifs aux nouveaux modèles d’intégration latino-américaine.

  • 3  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (1997).

4Le traitement historique des frontières latino-américaines des XVIII et XIX siècles a dérivé vers d’autres moments de la chronologie historique. Vers des époques antérieures, par exemple, par la prise en considération de la conquête des XVI et XVII siècles comme une série de processus enchevêtré absolument pas unilinéaires ni soudains, dans lesquels entraient en jeu des intérêts, des forces, des avancées et des retours en arrière, des négociations et des transactions3. Au XX siècle, une série importante de nouveaux travaux analysent la formation territoriale des Etats latino-américains comme des processus conflictuels, complexes et relativement inachevés. Une oeuvre prestigieuse et récente d’histoire de l’Amérique latine constate que des régions comme l’Amazonie, l’Araucanie, le Yucatán, le nord-ouest du Mexique, etc. contenaient «  des peuples entiers, comme les yaquis et les apaches de Sonora, les mayas du Yucatán et de Quintana Róo, les araucans du sud du Chili ou les gens du Putumayo, qui en 1870 n’avaient pas encore été incorporés à l’économie nationale ou qui n’avaient même pas été ‘pacifiés’» en raison soit de leur résistance soit du manque de moyens régionaux. (Bauer, 1991: 159-161)

  • 4  Voir un commentaire sur l’historiographie dans le cas du sud argentin chez Navarro Floria (2006b).

5L’analyse des espaces de frontière remet alors en question l’historiographie et la littérature du XIX siècle, fonctionnelles à la construction culturelle des nouvelles nations, qui interprétaient la dynamique frontalière à travers la matrice dichotomique civilisation/barbarie, nation/désert, dedans/dehors, en naturalisant la conquête et en imaginant des espaces nationaux aux bords bien définis, sans aires imprécises et sans possibilité de discussion de leur ordre en formation4. Cette littérature fait partie du système national de signes, au même titre que les sens attribués au territoire et le système symbolique des célébrations patriotiques de chaque Etat. (Maíz, 2007)

6L’intérêt pour la formation des Etats, et particulièrement pour ses aspects territoriaux, se trouve renouvelé au XXI siècle par la globalisation du capitalisme qui a entraîné une crise de l’idée de l’Etat-nation du XIX siècle manifestée, entre autres facteurs, par la création d’instances supra-étatiques -les blocs régionaux- et infra-étatiques -des régions internes, des agences de développement, des nations indigènes, etc.- de plus en plus institutionnalisées et qui réclament pour elles les fragments d’une souveraineté que personne n’attribue désormais exclusivement aux Etats nationaux. La production rationnelle d’un espace progressivement internationalisé, la «  transformation des territoires nationaux en espaces nationaux de l’économie internationale» (Santos, 1993: 71) est une caractéristique de la globalisation qui doit particulièrement attirer l’attention des sciences sociales.

7Dans le contexte de ces processus, les espaces marginaux, articulés tardivement de façon conflictuelle et insuffisante avec les Etats nationaux créés au XIX siècle, émergent comme objets d’analyse historique en suscitant un nouvel intérêt à cause des ressources naturelles qu’ils recèlent ainsi que pour leur fonctionnalité aux nouveaux axes d’intégration ou en raison d’autres facteurs. De ce point de vue, il ne semble pas risqué de supposer que la difficile articulation horizontale des territoires nationaux latino-américains dans le passé fait que leurs marges soient aujourd’hui plus facilement «  verticalisées», c’est-à-dire fonctionnalisées par des acteurs hégémoniques souvent lointains, ou soumises à la nouvelle logique de l’internationalisation du capital.

  • 5  Selon l’IIRSA : « Les Axes d’Intégration et de Développement sont des franges multinationales de t (...)

8Voici deux exemples, qui illustrent le changement de perspective concernant les anciennes marges des territoires étatiques : en premier lieu, nous allons nous intéresser à la carte des principaux axes de circulation sud-américains élaborée pour la Géographie Universelle dirigée par Vidal de la Blache et Gallois dans les années 1920 (Figure 1), et à l’actuelle carte des couloirs d’intégration5 proposés par le forum Initiative pour l’Intégration de l’Infrastructure Régionale Sud-américaine (IIRSA) pour l’intégration du sous-continent sur les marchés mondiaux (Figure 2). La comparaison de ces deux cartes montre que : (a) les axes de circulation qui jusqu’au XX siècle articulaient la région avec les marchés atlantiques se sont modifiés, s’orientant plutôt au XXI siècle vers les marchés émergeants de la région Asie-Pacifique ; (b) là où autrefois les chemins de fer, les fleuves et les ports étaient valorisés essentiellement pour l’exportation de productions locales, ils sont devenus maintenant des couloirs de passage pour des marchandises d’origine étrangère ; (c) presque tous les couloirs d’intégration actuelle traversent d’anciens «territoires nationaux» marginaux aux Etats, rendant ainsi nécessaire la réévaluation de leur situation et de leurs ressources ; (d) on observe une reconstitution téléguidée (Santos, 1993:74) des régions par le système technique et rationnel d’actions du capitalisme globalisé.

Figure 1

  • 6  http://www.unesco.org/mab/mabProg_fr.shtml (visitée le 2/11/2007).

9Notre deuxième exemple porte sur la carte de la Réserve de Biosphère récemment créée par l’UNESCO dans l’aire de la cordillère des Andes australes du Chili et de l’Argentine (Figure 3). La création d’une réserve de ce type par un organisme supranational conduit à la revalorisation, et jusqu’à un certain degré à l’internationalisation, d’un espace qui était encore récemment considéré comme marginal par les Etats argentin et chilien. Elle implique aussi un conditionnement et une orientation du le processus d’intégration binationale, dans la mesure où les Nations Unies cherchent à promouvoir la création d’aires transfrontalières protégées6 et où les propres Etats nationaux affectés s’engagent dans une telle démarche -comme c’est le cas, pour cette réserve. Finalement, des processus de ce type montrent jusqu’à quel point l’intégration internationale se trouve conditionnée par les processus de formation territoriale des Etats et par les fonctions que les territoires marginaux remplissaient et remplissent encore vis-à-vis de l’intérieur de l’espace national.

10Dans la plupart des cas, les territoires marginaux coïncident avec les espaces limitrophes entre Etats. Par conséquent, c’est sur eux que s’est jouée, dans le passé, la détermination de la portée des souverainetés territoriales respectives, et que se négocient, dans le présent, les processus de globalisation et d’intégration binationale. Comme l’affirme Bervejillo (1996: 3), si aucun territoire ne peut se maintenir en marge de la globalisation, les opportunités et les menaces que ce phénomène suppose doivent été évaluées à la lumière de l’histoire spécifique à chaque territoire.

11La perspective que nous estimons plus intéressante pour l’analyse de ces espaces marginaux aux territoires étatiques est donc celle qui met l’accent sur les fonctions que ces espaces ont rempli et remplissent toujours dans le contexte des Etats formés au XIX siècle. Esvertit Cobes (1998: 40) identifie deux fonctions essentielles des politiques des Etats latino-américains envers leurs marges. Selon cet auteur ils se sont constitués, en premier lieu, en références idéologiques efficaces pour la production de nationalismes qui projettent la différence vers l’extérieur et postulent l’uniformité à l’intérieur ; en deuxième lieu, en espaces de projection des attentes et des intérêts des élites ou des oligarchies gouvernantes. En effet, les analyses récentes à propos du processus de construction des Etats-nations latino-américains, et en particulier celles qui s’occupent de leur formation territoriale, ne font pas assez attention à l’importance des espaces marginaux et des politiques envers ceux-ci comme indicateurs des constructions identitaires nationales et nationalistes. Partant d’une conception de l’Etat et même de la modernité qui considère la relation entre les administrations étatiques et leurs périphéries comme dispositifs coloniaux représentatifs des intérêts dominants et formateurs de sens communs amples et profonds (Serje, 2005: 17) et en déplaçant cette logique du niveau du système global à celui du système étatique national, «la consolidation de l’identité du centre implique la réification de ses marges». (Serje, 2005:6) De la même façon, on a étudié comment la «littérature de frontière» engendrée fondamentalement par des voyageurs métropolitains dans les marges du monde exploré et systématiquement connu, a produit durant le XIX siècle les territoires nationaux en renvoyant depuis les périphéries jusqu’aux centres des demandes clés à propos de l’entité et de l’identité mêmes des centres de pouvoir et de leurs relations avec les espaces lointains. (Fernández Bravo, 1999: 17) De même, la description et l’inventaire de la nature des espaces récemment conquis, à la fin du XIX siècle -alors qu’ils effacent les histoires et géographies locales pour les ré-écrire dans une autre langue-, sont devenus une narration du progrès futur en racontant, en réalité, une histoire naturelle et morale des nations désirées, depuis leurs propres confins. (Navarro Floria, 2006a)

12En ce qui concerne la deuxième des fonctions postulées par Esvertit, c’est-à-dire du point de vue des intérêts et des attentes des élites gouvernantes, le nord mexicain ; l’Amazonie partagée par le Venezuela, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie et le Brésil ; le Mato Grosso brésilien ; le Chaco bolivien, paraguayen et argentin ; l’Araucanie chilienne ; la Patagonie argentine et chilienne, et sans doute beaucoup d’autres régions d’Amérique latine, ont été et sont encore aujourd’hui l’objet de pratiques d’appropriation symbolique et matérielle telles que la conquête et la soumission des populations préexistantes -indigènes, métisses ou reniées-, l’intégration subordonnée de ces populations au marché du travail, la délimitation, ainsi que l’exploration par des naturalistes ou des fonctionnaires plus ou moins dépendants des Etats, l’inventaire des biens communs en terme de «ressources», l’exposition internationale de la disponibilité de ces biens, d’établissement de cartographies, l’évangélisation au moyen de missions généralement catholiques, la colonisation publique ou privée, la conversion des terres indigènes en terres publiques et leur redistribution au moyen de diverses opérations obéissant à la logique du marché, l’ouverture de voies de communication et la réalisation d’autres oeuvres d’infrastructure et de développement économique. Malgré toutes ces initiatives à travers lesquelles les secteurs dominants ont essayé d’étendre leurs négoces et leurs espaces de domination, les processus de nationalisation des marges –expression que l’on peut prendre comme dénominateur commun des pratiques des Etats latino-américains sur leurs espaces frontaliers- semblent avoir produit des résultats bien inférieurs aux attentes formulées dans le discours triomphaliste des nation-builders du XIX siècle. Des termes tels que stagnation économique, inefficacité et faiblesse étatique, continuité coloniale ou colonialisme interne, méconnaissance de l’espace, divergence entre le territoire réclamé et celui effectivement contrôlé par l’Etat, généralisation de la grande propriété rurale improductive, articulation déficiente et/ou tardive avec les systèmes nationaux, etc., se répètent dans diverses analyses de différents pays de la région (Esvertit Cobes, pour l’Orient équatorien ; Sala i Vila, pour l’Amazonie péruvienne ; Teruel, pour le Chaco argentin ; Pinto Rodríguez, pour l’Araucanie chilienne ; Nicolau, pour l’Amazonie brésilienne ; etc.). En ce qui nous concerne, nous avons développé cette perspective dans une série de travaux récents sur la Patagonie argentine. (Navarro Floria, 2003, 2006a, 2007) Dans le vocabulaire des sciences sociales du XX siècle, cet ensemble de problèmes se résumait par le concept de sous-développement, et au XXI siècle il semble constituer le menu des faiblesses structurales.

13Tant les attentes des élites que les limitations des appareils étatiques sont reflétées dans la construction institutionnelle de ces territoires de frontière, de colonisation ou d’avancée pionnière aux mains des Etats nationaux. Le Vénézuela a eu ses «Territoires Fédéraux», dont celui de l’Amazonie, qui n’ont été transformés en Etats que dans la décennie de 1990. D’autres nations avec une structure politique fédérale, comme l’Argentine et le Brésil, ont suivi des processus similaires. L’Argentine a créé les Territoires Nationaux entre 1862 et 1878 et les a définitivement organisés en 1884, sans pouvoir accomplir ses objectifs initiaux de création de nouveaux Etats provinciaux -selon le modèle américain-, avant les années 1950. (Ruffini, 2007: 79-88) Elle n’a finalement transformé son dernier territoire, la Terre de Feu, en province qu’en 1990. Une situation particulière s’est même produite dans des territoires sur lesquels les provinces avaient avancé et que la nation s’est ensuite appropriée au moyen d’accords de transaction réalisés au sein du Congrès. C’est le cas de la province de Salta par rapport au Chaco, de Corrientes par rapport à Misiones et de Buenos Aires par rapport à la Pampa et la Patagonie. (Ruffini, 2007: 32-33; Navarro Floria, 2003: 63-64) Cependant, la Province de Buenos Aires a conservé son avancée sur le fleuve Río Negro et Mendoza a aussi su défendre sa portion nord-patagonique. Dans le cadre des tensions nationalistes de la première moitié du XX siècle, le Brésil a créé en 1943 les Territoires Fédéraux du Río Branco (aussitôt rebaptisé Roraima, au nord de l’Amazonie contiguë au Venezuela), du Guaporé (par la suite appelé Rondônia, contigu à la Bolivie), du Amapá (contigu aux Guayanas), de l’Iguassú (contigu à l’Argentine) et de Ponta Porã (contigu au Paraguay), et les derniers ont été transformés en Etats en 1988.

14Des pays unitaires comme la Colombie et le Chili ont pu disposer de leurs espaces territoriaux avec plus de flexibilité depuis leurs administrations centrales. Le Chili a créé de bonne heure, en 1853, les Territoires de Colonisation de Llanquihue et de Magallanes, en 1875 celui d’Angol et en 1927 celui d’Aisén, mais il les a successivement transformés en provinces, comme il l’avait fait pour l’Araucanie à la fin du XIX siècle. Dès sa naissance comme Etat, la Colombie disposait de 75 % de son espace, fondamentalement dans les basses terres orientales d’Orinoquia et d’Amazonie, sous la forme de Territoires Nationaux, qui ont été transformés en départements en 1991.

  • 7  Seulement à titre d’exemple, voir Magnoli (1997).

15Quelques travaux attirent l’attention quant à une véritable inversion des attentes initiales sur les espaces frontaliers. Par exemple, León Solís (2005) a analysé en détail comment les opérations de l’Etat chilien présentées par la tradition politique et historiographique comme la «Pacification de l’Araucanie», ont en fait conduit à la généralisation et l’intensification des violences interethniques. Dans d’autres régions, la conquête violente a été cachée sous l’apparence d’une progression pacifique de la «civilisation», comme dans le cas de la «Campagne du Désert» dans la Pampa argentine. Cela a contribué à ce que, vers la fin du XX siècle, la croissance économique et l’optimisme argentin se limitaient encore à un rayon de 800 kilomètres autour de Buenos Aires, et à ce que les régions du Chaco et de la Patagonie continuent à être pensées comme des déserts, exception faite de quelques rares enclaves. (Rock, 1991: 68-70 et 75-77) Le Paraguay et la Bolivie se sont disputés leur portion respective du Chaco dans une guerre sanglante, entre 1932 et 1935, quand l’existence probable de pétrole dans la région l’a arrachée à l’oubli absolu dans lequel elle sombrait. Le Pérou moderne semblait condamné par sa géographie: le centre politique et économique de son territoire se trouvant séparé par les Andes de son autre moitié forestière, imaginée comme la solution aux problèmes de développement national, bien que jamais pleinement intégrée à la nation. (Klarén, 1991: 235) Le Brésil a connu tout son développement avec des difficultés sérieuses pour rattacher ses différentes parties entre elles, au-delà de la frange côtière et de Minas Gerais, et a produit une riche historiographie sur sa formation territoriale7. Serje (2005: 4-5), dans sa recherche sur la Colombie, souligne la contradiction que constituent les dénommées «zones d’ordre public» dont la caractéristique est le désordre, et les «territoires nationaux» qui sont «les moins nationaux des territoires». Bref, des lieux qui peuvent être considérés comme le revers de la trame ou le négatif photographique de la nation.

16Cette projection relativement manquée des attentes des secteurs dominants sur les marges des nations aurait contribué à réalimenter les fonctions exposées par Esvertit : la représentation de ces espaces marginaux comme un condensé, en même temps des frustrations et des espérances nationales, leur établissement comme objets du désir des meilleurs plans et des projets étatiques, ainsi que des mythes nationalistes et conspiratifs les plus délirants du XX siècle. Si les State builders du XIX siècle n’ont pas réussi à articuler ces espaces dans le corps de leurs nations pour avoir privilégié leur représentation d’abord comme déserts vides et ensuite comme le théâtre du progrès futur, produisant ainsi des plans et des projets de cabinet plus expressifs de leur «désir territorial» (Lois, 2006) que des connaissances et des possibilités réelles, les nationalismes du XX siècle, comme le propose Bohoslavsky (2006a: 6-8) pour le cas argentin, ont trouvé là des motifs d’interpellation, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la nation. À l’intérieur, par une demande d’une plus grande «conscience territoriale» mais aussi dans le domaine des interprétations géopolitiques et des relations internationales, en brandissant à tout venant la menace constituée par le supposé «cercle territorial» tracé par les pays voisins-ennemis, et en entreprenant une révision historiographique des limites du territoire de l’Etat.Dans le cas argentin, par exemple, on a réussi à instaurer l’idée selon laquelle le pays proviendrait d’une Vice-royauté du Río de la Plata progressivement désarticulée par des intérêts étrangers, qu’il faudrait restaurer. (Cavaleri, 2004) Lacoste (2003: 343-353) montre par des exemples la confrontation de deux nationalismes symétriques dans les cas argentin et chilien, qui a produit presque simultanément, dans la première moitié du XX siècle, tant la représentation d’une «Argentine fantastique» historiquement dépouillée de son territoire par le Chili, que son revers : un «Chili fantastique» diminué par l’Argentine. Bohoslavsky (2006a: 2 ; 2006b) identifie aussi toute une tradition mythique focalisée sur l’idée d’un complot -anarchiste, communiste, juif, nazi, anglais, américain ou chilien, selon le moment- destiné à enlever la Patagonie à l’Argentine, et il attire l’attention au sujet de la récurrence de la connotation géographique présente dans les diverses versions du discours nationaliste. Ainsi, les nationalismes ont sacralisé le territoire et ils ont réussi à faire coïncider la notion de souveraineté avec celle de souveraineté territoriale, transformant de ce fait le territoire en matérialisation de l’identité nationale.

17L’actuel processus de globalisation reformule les vieilles peurs nationalistes dans les termes d’une série de menaces dont la potentialité augmente dans les territoires subissant des faiblesses structurales. En plus de la marginalisation ou de l’exclusion, de l’intégration subordonnée et de la crise environnementale, le risque de démembrement ou de fragmentation des vieilles unités territoriales occupe une place important parmi les défis qui se présentent aux nouvelles géographies. (Bervejillo, 1996)

18La recherche au sujet des constructions identitaires à partir de la territorialité et sur leurs conséquences pour les actuels processus d’intégration régionale et de globalisation suppose, nécessairement, l’analyse comparative de pratiques spatiales concrètes. Certaines d’entre elles sont particulièrement expressives des fonctions remplies par les espaces marginaux dans la formation territoriale passée et actuelle des Etats latino-américains. En revenant aux exemples déjà cités, le tracé de voies de communication et la création, tout au long du XX siècle, d’aires protégées, sont utiles à ce sujet. Des voies de communication qui dans un premier temps mettaient en rapport les centres étatiques avec leurs périphéries, et qui cherchent actuellement à connecter les centres entre eux et avec des centres de pouvoir extrarégionaux, traversent souvent des espaces jadis périphériques. Les territoires publics de réserves naturelles, de parcs nationaux, etc., créés à partir de l’évaluation esthétique et symbolique de certains paysages pour leur jouissance et/ou leur exploitation nationale, sont récréés actuellement dans un contexte mondial différent, qu’ils soient internationalisés ou privatisés avec l’apparent propos de permettre la déprédation des espaces des non-réserves et/ou la transformation du wilderness –ce qui est intact, vierge, sauvage- en marchandise. Il est frappant de constater, comme dans tant d’autres cas, la régularité avec laquelle des processus historiques semblables traversent simultanément toute l’Amérique latine.

Inicio de página

Bibliografía

BAUER Arnold, «La Hispanoamérica rural, 1870-1930», en Leslie Bethell (ed.), Historia de América Latina, Barcelona, Crítica, T. 7, 1991, p. 133-162.

BERVEJILLO Federico, «Territorios en la globalización. Cambio global y estrategias de desarrolloterritorial»,http://moodle.eclac.cl/file.php/1/documentos/grupo2/territorios_en_la_glob.pdf (visitada el 29/10/2007).

BOHOSLAVSKY Ernesto, «Territorio y nacionalismo en Argentina, 1880-1980 : del espacio al cuerpo nacional», en Encuentro de Latinoamericanistas Españoles : Viejas y nuevas alianzas entre América Latina y España, Santander, 2006, http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/10/42/25/PDF/BOHOSLAVSKI.pdf (visitada el 24/10/2007).

____________, Los mitos conspirativos y la Patagonia en Argentina y Chile durante la primera mitad del siglo XX : orígenes, difusión y supervivencias, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, Tesis doctoral, 2006b.

CAVALERI Paulo, La restauración del Virreinato. Orígenes del nacionalismo territorial argentino, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2004.

ESVERTIT COBES Natàlia, «La visión del Estado ecuatoriano sobre el Oriente en el siglo XIX. Reflexiones en torno a la legislación (1830-1895)», en Pilar García Jordán, Núria Sala i Vila (coords.), La nacionalización de la Amazonía. Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 39-75.

FERNANDEZ BRAVO Álvaro, Literatura y frontera. Procesos de territorialización en las culturas argentina y chilena del siglo XIX, Buenos Aires, Sudamericana / Universidad de San Andrés, 1999.

GARCIA JORDAN Pilar, «Misiones, fronteras y nacionalización en la Amazonía andina : Perú, Ecuador y Bolivia (siglos XIX-XX)», en Pilar García Jordán, Núria Sala i Vila (coords.), La nacionalización de la Amazonía, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 11-37.

HALPERIN DONGHI Tulio, Reforma y disolución de los imperios ibéricos, 1750-1850, Madrid, Alianza, 1985.

____________,  Historia Contemporánea de América Latina, Madrid, Alianza, 1969.

HEVILLA María Cristina, «El estudio de la frontera en América. Una aproximación bibliográfica», en Biblio 3W. Revista Bibliográfica de Geografía y Ciencias Sociales, Barcelona, n°125, en http://www.ub.es/geocrit/b3w-125.htm (visitada el 24/10/2007).

KLAREN Peter F., «Los orígenes del Perú moderno, 1880-1930», en Leslie Bethell (ed.), Historia de América Latina, Barcelona, Crítica, T. 10, 1991, p. 233-279.

LACOSTE Pablo, La imagen del otro en las relaciones de la Argentina y Chile (1534-2000), Buenos Aires, FCE / Universidad de Santiago de Chile, 2003.

LEON SOLIS Leonardo, Araucanía : la violencia mestiza y el mito de la «pacificación», 1880-1900, Santiago, Universidad Arcis, 2005.

LOIS Carla, «Técnica, política y deseo territorial en la cartografía oficial de la Argentina (1852-1941)», en Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, Barcelona, X-218-52, en http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-218-52.htm (visitada el 24/10/2007).

MAGNOLI Demétrio, O corpo da pátria. Imaginação geográfica e política externa no Brasil (1808-1912), São Paulo, UNESP/Moderna, 1997.

MAIZ Claudio, «Del auge a la caída de los héroes históricos en la narrativa hispanoamericana», en III Congreso Interoceánico de Estudios Latinoamericanos, Mendoza, 3 al 5 de octubre de 2007.

NAVARRO FLORIA Pedro, Ciencia y política en la región norpatagónica : el ciclo fundador (1779-1806), Temuco, Universidad de La Frontera, 1994.

____________, «El desierto y la cuestión del territorio en el discurso político argentino sobre la frontera sur», en Revista Complutense de Historia de América, Madrid, n° 28, 2002, p. 139-168.

____________, «La nacionalización fallida de la Patagonia Norte, 1862-1904», Quinto Sol, Santa Rosa, n° 7, 2003, p. 61-91.

____________, «Paisajes del progreso. La Norpatagonia en el discurso científico y político argentino de fines del siglo XIX y principios del XX», en Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, Barcelona, X-218-76, http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-218-76.htm (visitada el 24/10/2007).

____________, «Guerra de frontera y guerra de representaciones. Avances y perspectivas sobre la frontera y su historiografía en el siglo XIX», en Jornada Académica de discusión de avances de investigación en Historia Argentina : fuentes, problemas y métodos, Rosario, 20 oct. 2006.

____________, «Landscapes of an uncertain progress. Northern Patagonia in Argentine scientific journals (1876-1909)», in Journal of Latin American Cultural Studies, London, 16:2, 2007, p. 261-283.

NICOLAU Marcelo da Costa, «Olhares do Estado Novo sobre a Amazônia», en Carla Lois (coord.), Imágenes y lenguajes cartográficos en las representaciones del espacio y del tiempo: I Simposio Iberoamericano de Historia de la Cartografía, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, en http://www.historiacartografia.com.ar/historiacartografia.pdf (visitada el 24/10/2007), p. 40-45.

NOCETTI Oscar R. Mir, Lucio B., La disputa por la tierra. Tucumán, Río de la Plata y Chile, 1531-1822, Buenos Aires, Sudamericana, 1997.

PINTO RODRIGUEZ Jorge, «La Araucanía en el imaginario de autoridades, empresarios e intelectuales chilenos, 1850-1930», en XI Jornadas Interescuelas/Departamentos de Historia, Tucumán, Argentina, 19 al 22 de septiembre de 2007.

QUIJADA Mónica, «Imaginando la homogeneidad : la alquimia de la tierra», en Mónica Quijada, Carmen Bernand y Arnd Schneider,Homogeneidad y nación. Con un estudio de caso : Argentina, siglos XIX y XX, Madrid, CSIC, 2000, p. 179-217.

ROCK David, «Argentina en 1914 : las pampas, el interior, Buenos Aires», en Leslie Bethell (ed.), Historia de América Latina, Barcelona, Crítica, T. 10, 1991, p. 67-88.

ROULET Florencia NAVARRO FLORIA Pedro, «De soberanos externos a rebeldes internos : la domesticación discursiva y legal de la cuestión indígena en el tránsito del siglo XVIII al XX», en Boletín TEFROS, Río Cuarto, 3-1, http://www.tefros.com.ar/tefros/revista/v3n1p05/completos/soberanosext.pdf (visitada el 24/10/2007).

RUFFINI Martha, La pervivencia de la República posible en los territorios nacionales. Poder y ciudadanía en Río Negro, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2007.

SALA I VILA Núria, «La proyección de la legislación estatal amazónica en la selva sur del Perú (1898-1930)», en Pilar García Jordán, Núria Sala i Vila (coords.), La nacionalización de la Amazonía, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 77-98.

SANTOS Milton, «Los espacios de la globalización», en Anales de Geografía de la Universidad Complutense, Madrid, n° 13, p. 69-77, http://www.ucm.es/BUCM/revistas/ghi/02119803/articulos/AGUC9393110069A.PDF(visitada el 29/10/2007).

SCHROTER Bernd, «La frontera en Hispanoamérica colonial : un estudio historiográfico comparativo», en Colonial Latin American Historical Review, Albuquerque NM, n° 10-3, 2001, p. 351-385.

SERJE Margarita, El revés de la nación : territorios salvajes, fronteras y tierras de nadie, Bogotá, Uniandes, 2005.

TERUEL Ana A., «El borde occidental del Chaco argentino : los intentos de integración al Estado-nación en la segunda mitad del siglo XIX», en Pilar García Jordán, Núria Sala i Vila (coords.), La nacionalización de la Amazonía, Barcelona, Universitat de Barcelona, 1998, p. 155-174.

Inicio de página

Notas

1  Il existe quelques tentatives de synthèse et d’états de la question successifs. Deux exemples, l’un à partir de l’histoire coloniale et l’autre à partir du présent, sont Schröter (2001) et Hevilla (1998).

2  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir P. Navarro Floria (1994).

3  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (1997).

4  Voir un commentaire sur l’historiographie dans le cas du sud argentin chez Navarro Floria (2006b).

5  Selon l’IIRSA : « Les Axes d’Intégration et de Développement sont des franges multinationales de territoire où se concentrent des espaces naturels, des installations humaines, des zones productives et des flux de commerce actuels, dans lesquels des investissements en infrastructure aideront à créer de nouvelles opportunités de développement durable pour leurs habitants » (http://www.iirsa.org/EjesIntegracion.asp?CodIdioma=ESP, page visitée le 24/10/2007, traduction de l’auteur).

6  http://www.unesco.org/mab/mabProg_fr.shtml (visitée le 2/11/2007).

7  Seulement à titre d’exemple, voir Magnoli (1997).

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 2
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3112/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 716k
Leyenda Figure 3
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3112/img-2.png
Ficheros image/png, 35k
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3112/img-3.png
Ficheros image/png, 943k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Pedro Navarro Floria, « La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 16 | 2008, Publicado el 01 diciembre 2009, consultado el 28 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/3112

Inicio de página

Autor

Pedro Navarro Floria

CONICET et Universidad Nacional del Comahue (Argentina) Chercheur au Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET) et à l’Universidad Nacional del Comahue (l’UNCo), Argentine. Directeur du Centro de Estudios Patagónicos de l’UNCo, Argentine. Domaines de recherche: histoire de la Patagonie, notamment la construction idéologique et représentationnelle du territoire et son impact politique.pnavarro@jetband.com.ar

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org