Navegación – Mapa del sitio

« Regards sur deux siècles d’indépendance : significations du Bicentenaire en Amérique latine », Université Paris 8, Jeudi 11 et vendredi 12 février 2010

Programme

Plano

Inicio de página

Tomás Pérez Vejo (Escuela Nacional de Antropología e Historia de México) :

« Criollos contra peninsulares: la bella leyenda »

PRESENTACIÓN DEL PROBLEMA

  • 1  Un ejemplo de esto puede ser el libro, por lo demás un espléndido trabajo, de Eric Van Young La ot (...)

El primer centenario de las independencias, coincidente con un momento de exaltación nacional y nacionalista, fue el broche de oro final de una historiografía que hizo de la nación el gran protagonista de la historia y que, desde la perspectiva actual, tiene más interés como objeto de estudio en sí misma que como aportación al conocimiento de lo ocurrido un siglo antes. El riesgo del segundo centenario no es ya esta exaltación nacionalista, aunque por supuesto esta seguirá vigente en las conmemoraciones oficiales, sino el de una historiografía “acumulativa”, centrada en estudios parciales, que seguirán añadiendo más y más información, sobre los conflictos étnicos, sociales, económicos, políticos y regionales por los que se combatió en la segunda y tercera década del siglo XIX y que, pareciera, podrían explicar las causas de las llamadas guerras de independencia1. Tengo dudas, sin embargo, de que está acumulación de información vaya a permitir un mejor conocimiento de lo ocurrido. El problema es más de enfoque conceptual que de trabajo de archivo.

  • 2  Sobre él véase Pérez Vejo, Tomás, “El problema de la nación en las independencias americanas: una (...)

La conmemoración de los bicentarios sería una buena ocasión para una relectura de las independencias a la luz de nuevas propuestas teórico-metodológicas capaces de poner en cuestión la trama conceptual sobre la que articulamos nuestros relatos sobre lo ocurrido. Una de estas propuestas tiene que ver con el lugar ocupado por la nación en el proceso independentista y que podría resumirse en la afirmación de que las naciones no fueron la causa de las guerras de independencia sino su consecuencia. No me voy a ocupar aquí directamente de este problema2 sino de otro directamente relacionado, y que en parte le sirve de sustento, el de la existencia de dos formas de identidad colectiva de carácter protonacional, definidas por el lugar de nacimiento, criollos (nacidos en América) y peninsulares (nacidos en Europa) y el de las guerras de independencia como el resultado de un enfrentamiento entre ambos grupos. Una afirmación que hoy muy pocos historiadores se atreverían a mantener de mantener de forma explícita, pero que sigue siento el trasfondo último de muchas interpretaciones sobre la guerras de independencia.

La propuesta de este trabajo es tanto discutir esta idea como desentrañar las funciones que ha cumplido en una historiografía que ha tendido a interpretar las guerras de independencia hispanoamericanas como guerras de liberación nacional. Para lo cual necesita partir de la existencia previa de identidades colectivas con densidad política en el interior de la Monarquía Católica y lo más parecido que ha encontrado es un supuesto conflicto criollos-peninsulares. Mi propuesta es que las naciones no fueron la causa de las guerras de independencia y que el enfrentamiento entre peninsulares y criollos, en el que la interpretación anterior se sustenta, es poco más que una bella leyenda, un mito historiográfico que forma parte del proceso de imaginación nacional latinoamericano y no de la realidad histórica.

CRIOLLOS CONTRA PENINSULARES

  • 3  Para algunos ejemplos de estos estudios véanse Burkholder, Mark A. y Chandler, D.S.,  From impoten (...)

La afirmación de que las guerras fueron un enfrentamiento entre criollos y peninsulares encuentra justificación en toda una larga tradición que nos habla de un conflicto secular, agudizado con las reformas borbónicas, entre criollos y peninsulares por la ocupación de cargos en la burocracia de la Monarquía3. Una afirmación que se suele acompañar, como prueba irrefutable, de las quejas de muchos criollos, como Simón Bolívar, sobre que no se les permitía ocupar cargos políticos y el desplazamiento, durante toda dinastía borbónica, de los criollos en beneficio de los peninsulares. Pruebas menos irrefutables de lo que a primera vista pudiera parecer. En el caso concreto de Bolívar más parece que su familia, llegada a América a finales del siglo XVI, estuvo siempre en el poder. El desplazamiento, si es que lo hubo, fue hacia la autoridad y la riqueza. El primer Bolívar, el “quinto abuelo” que le gustaba decir al Libertador, ocupó ya diversos cargos al servicio de la Corona, no demasiado importantes, pero finalmente era un peninsular. Sus descendientes, además de acumular riquezas y enlaces familiares, no necesariamente en este orden, hasta convertirse en una de las familias más ricas y aristocráticas de Caracas, tampoco parece que se alejaran demasiado de los puestos de gobierno (regidores, alcaldes, procuradores, etc.), incluidos los más cercanos al Libertador, el padre fue coronel de milicias, su tío Esteban ministro del Tribunal de la Contaduría en Madrid y el propio Simón Bolívar era ya subteniente de milicias cuando viaja a España, muy joven, para ampliar su carrera. Viaje en el que, por cierto, a su paso por México se hospeda en casa del presidente de la Audiencia. Es posible que los criollos estuviese alejados del poder pero en todo caso el vástago de los Bolívar parece que no demasiado. Sus afirmaciones sobre que la Monarquía Católica era como un despotismo oriental, más opresivo que los de Turquía y Persia, por la marginación en que tenía a los naturales hay que tomarla como lo que es, propaganda en tiempos de guerra.

Habría que ser bastante más cautos, también, con respecto al desplazamiento de los criollos por los peninsulares a lo largo del siglo XVIII y a la voluntad de la Monarquía de la exclusión de aquéllos de los cargos políticos y administrativos. La construcción de un Estado moderno y centralizado exigió a los Borbones la creación de un cuerpo de funcionarios cuya fidelidad no se viese tentada por intereses familiares, locales o de otro tipo. Algo extremadamente difícil de conseguir en una sociedad de Antiguo Régimen en la que estas fidelidades eran precisamente el centro de la vida pública y privada. Hubo, como consecuencia, una voluntad explícita de desmontar el entramado de redes políticas, sociales y económicas en las que tradicionalmente habían vivido inmersas las élites de la Monarquía, criollas y no criollas, y que pudo ser percibido por éstas como un intento de desplazamiento de sus cotos tradicionales de poder. Un conflicto que tiene que ver con la modernización del Estado y con la voluntad de crear un aparato burocrático lo más desligado posible de las élites locales, no con la de excluir a las personas en función de su lugar de origen.

El conflicto surgió porque los intereses de la Monarquía y los de sus élites no tenían porque ser siempre coincidentes. Las élites locales buscaban el monopolio del poder local; la Monarquía que la alianza del poder y la riqueza no interfiriese en sus intereses. La actitud de los reformistas borbónicos no fue, en este aspecto, demasiado diferente a la de no importa qué organismo burocrático de voluntad totalizadora, si acaso más moderada. Al fin y al cabo nunca llegó a exigir el celibato a sus funcionarios, caso de la iglesia católica, o a arrancarlos de sus familias de origen, caso de los jenízaros turcos. Al margen, por supuesto, de las filias y fobias que determinados altos funcionarios pudieran tener, como parece fue el caso de José de Gálvez, ministro de Indias de 1776 a 1787, el periodo en que las reformas se dejaron sentir con mayor intensidad en la América borbónica, quien en su correspondencia particular muestra un desprecio absoluto hacia los nacidos en América.

  • 4  Para estos datos véase Marchena Fernández, Juan, Oficiales y soldados en el ejercito de América, S (...)

Las cifras generales tampoco muestran este supuesto desplazamiento de los criollos por los peninsulares a lo largo del siglo XVIII. En el caso del ejército, por ejemplo, si durante el periodo 1740-1759 el 68% de los soldados eran americanos en el de 1780-1800 la cifra sube al 80%. En los oficiales el aumento fue todavía más espectacular, para las mismas fechas casi se dobla, pasando de 33% al 60%4. Más que de una pérdida de poder de los criollos habría que hablar de una toma de poder por los criollos.

Pero aquí tampoco importan tanto los datos concretos como el esquema general interpretativo en que se enmarcan. Para afirmar la exclusión de los criollos, se pasan por alto aspectos tan significativos como el que los cargos burocráticos en la Monarquía Católica no estaban vinculados al lugar de nacimiento, a la “nacionalidad”, sino a las redes familiares de las que se formaba parte, importaba de quién se había nacido no dónde se había nacido;  que existen diferentes burocracias sobrepuestas, eclesiástica, local, “imperial”, etc., con redes y formas de captación diferenciadas; y que los puestos burocráticos en ningún Estado, incluidos los contemporáneos, se reparten de manera homogénea entre los originarios de los distintos territorios sino que varía en función de las características socioeconómicas, las culturas locales, las redes de poder, etc.

  • 5  Véase Dedieu, Jean Pierre, “Dinastía y élites de poder en el reinado de Felipe V”, en Fernández Al (...)

Las posibilidades de ocupar un cargo en la burocracia de la Monarquía Católica no eran, efectivamente, homogéneas para todos sus súbditos, menos todavía las de ascender a través de sus complicadas redes de poder. Variaron en función del momento histórico, el origen social,… y también, posiblemente, del origen geográfico, pero no porque hubiese una exclusión por el lugar de nacimiento sino porque eso significaba estar integrado en determinadas redes de poder o no. A lo largo del siglo XVIII, por ejemplo, se produjo una especie de toma del poder por lo que Jean Pierre Dedieu ha llamado el colectivo norteño5. Por una serie de motivos, que no vienen aquí al caso, el cambio de dinastía fue acompañado por la llegada masiva a las redes burocráticas de la Monarquía de personas originarias del norte de la Península (Navarra, País Vasco, Cantabria, Asturias y norte de Burgos), que pusieron fin a la anterior hegemonía castellano-andaluza. Es la causa de que la burocracia americana en el momento de la independencia, tanto la civil como la eclesiástica y militar, esté llena de vascos, cántabros y asturianos, especialmente de los dos primeros. En esos años, formar parte de una familia de la pequeña hidalguía norteña facilitó, sin duda, el éxito en la burocracia de la Monarquía. Pero esto fue la consecuencia, y no parecería necesario tener que decirlo, de la toma del poder por nuevos grupos familiares, no de la conversión de Castilla, Andalucía y América en “colonias” de un norte peninsular en esos momentos completamente marginal en la estructura económica y política de la Monarquía.

  • 6  Mark S. Burkholder y D.S. Chandler han demostrado, por ejemplo, que en la década de 1760 la mayorí (...)

La nómina de funcionarios “criollos” es, al margen de estas consideraciones, alta en todos los niveles6. Quizás lo que habría que preguntarse es si no estaban sobrerepresentados en relación con lo que representaban sobre la población del conjunto de la Monarquía. Al fin y al cabo la élite criolla americana no dejaba de ser un grupo extremadamente reducido con respecto al conjunto de la población, no ya de la Monarquía sino incluso de América.

El conflicto entre peninsulares y criollos fue magnificado por la publicística de la independencia hasta convertir los abusos de los primeros, supuestos o reales, en la causa última de los enfrentamientos bélicos de 1810. La hostilidad hacia los “españoles” en el momento de la proclamación de las diferentes independencias, fruto a su vez del martirologio americano construido cuidadosamente por la prensa insurgente durante todo el conflicto bélico y del carácter extremadamente sangriento que las guerras tuvieron en algunos momentos, no hizo sino favorecer la aceptación de este discurso que acabó siendo hegemónico y que sirvió, además, para forjar el nacionalismo y la identidad nacional de los nuevos Estados nacidos de la independencia. Pero este discurso es también, lo mismo que la nación, la consecuencia del desarrollo del propio conflicto, no su causa. El resultado de una dinámica amigo/enemigo que acabó rompiendo todos los puentes entre dos comunidades que originariamente ni siquiera probablemente se imaginaban diferentes. Y el resultado, sobre todo, de la invención de memorias separadas en el interior de un grupo humano que si se caracterizaba por algo era por su homogeneidad racial y cultural.

La mejor prueba de que el conflicto criollos/peninsulares era en el fondo marginal la tenemos en que la propaganda insurgente la utiliza sobre todo para convencer a los criollos de que cambiasen de bando, no contra los peninsulares. Lo importante es convencer a los criollos de que los peninsulares son sus enemigos. En los inicios de la crisis la división criollos/peninsulares es, de hecho, extremadamente frágil. El enfrentamiento se fue exacerbando a medida que la propaganda de la insurgencia consigue modelar una imagen negativa de gachupines y chapetones como el otro por antonomasia y romper el sentido de pertenencia a una misma comunidad.

 Pero no fueron sólo las palabras sino también, y quizás sobre todo, los hechos los que acabaron definiendo dos comunidades aparentemente irreconciliables. El propio enfrentamiento bélico agudizó conflictos reales o imaginarios y el carácter sangriento y cruel de las guerras acabó construyendo un foso de odio entre los dos grupos. Algo a lo que contribuyeron tanto los insurgentes como los realistas. En los primeros porque hay una voluntad explícita de construir este imaginario de enfrentamiento de dos comunidades definidas por el lugar de nacimiento; en los segundos porque aún no habiéndola el resultado de sus acciones no fue demasiado diferente

Los insurgentes se dieron cuenta desde muy pronto de la utilidad de canalizar las tensiones sociales y étnicas (ricos/pobres, blancos/indios y castas) como un enfrentamiento europeos/americanos. Es obvio que no sólo los europeos eran blancos y ricos pero los imaginarios son una forma de percibir la realidad, no la realidad. Derivar las tensiones sociales y étnicas hacia un problema de identidades en conflicto fue, sin duda, uno de los mayores éxitos de la insurgencia. Hacer a unos imaginarios españoles los responsables únicos de la desigualdad económica y de la exclusión étnica permitió canalizar las viejas tensiones de una sociedad estratificada a partir de categorías raciales. El objetivo fue convertir el odio al blanco en odio al gachupín o al chapetón, de manera que poco a poco la palabra español perdió su antiguo significado de blanco para pasar a ser sinónimo de extranjero, tiranía y crueldad.

Para los realistas hubiese sido un suicidio político, dado el carácter minoritario de los peninsulares, buscar ahondar la separación entre las dos comunidades. Sin embargo eso fue exactamente lo que lograron, tanto con sus palabras como con sus acciones. Con sus palabras, porque en algunos casos la propaganda realista presenta la guerra como una nueva conquista de América, lo que implícitamente significa identificar a los insurgentes con los pueblos conquistados; con sus acciones porque si ya durante la vigencia de la Constitución de Cádiz las autoridades virreinales tendieron a ver la insurgencia como un simple problema de orden público y, en consecuencia, buscaron reprimirlo a sangre y a fuego, después del regreso de Fernando VII al poder el recurso a la violencia se convirtió prácticamente en la única propuesta política, una violencia que fue atribuida a los “españoles”, al margen de que las tropas realistas estuviesen compuestas mayoritariamente de americanos.

La imagen de dos comunidades enfrentadas e incompatibles es, básicamente, el resultado de la experiencia bélica y del régimen de terror impuesto por los dos bandos en lucha. Una imagen que sólo acaba cuajando, en la mayoría de los países, una vez proclamada la independencia, cuando ya todo el aparato propagandístico de los nuevos Estados logra convertir al español en el otro que antes no había sido, causa tanto de la explotación económica de los americanos como, sobre todo, de la sangre derramada en las guerras. El responsable único del terror del que habían hecho uso indiscriminado tanto realistas como insurgentes.

Para entender la importancia y el significado del enfrentamiento criollos/peninsulares hay que retrotraerse a los años anteriores al estallido de los conflictos de la independencia, antes que esta división fuese utilizada como elemento de movilización política. La primera cuestión que habría que plantearse es el significado exacto de los términos criollo y peninsular, o si se prefiere gachupín/americano o chapetón/americano. ¿Qué significaba en realidad ser peninsular o criollo en las décadas finales del siglo XVIII y principios del XIX? Posiblemente algo bastante menos concreto que lo que tendemos a pensar.  La identidad social es compleja. Somos muchas cosas a la vez, nosotros y las élites blancas americanas de comienzos del siglo XIX. El lugar de nacimiento es sólo una de las múltiples formas de identidad que una persona puede asumir en diferentes momentos de su vida. No es la única, ni siquiera la más importante. Hay identidades profesionales, familiares, étnicas,… que se sobreponen y actúan sobre la identidad geográfica hasta volverla incluso irrelevante. Ni siquiera ésta última es fija, varía en función de cada contexto concreto.

  • 7  “Antonio Ignacio de Cortabarría al secretario del Despacho de Gracia y Justicia”, 21 de agosto de (...)

La distinción entre criollos y peninsulares tenía más que ver con la forma de integración con respecto a los aparatos burocráticos y la organización económica de la Monarquía que con el lugar de nacimiento, América o la Península. Alguien nacido en la Península pero dedicado a actividades económicas de carácter local, integrado en redes familiares locales y con un universo mental restringido al del área geográfica del que formaba parte es posible que fuera considerado y actuase más como un criollo que como un peninsular. Lo mismo podría afirmarse del funcionario, civil, religioso o militar, vinculado a la burocracia local. Tampoco es algo que nos inventemos ahora los historiadores, ya en 1810 Antonio de Cortabarría explicaba la toma de partido de los oficiales peninsulares en Venezuela a favor de la Junta de Caracas por su matrimonio con mujeres criollas o por su condición de terratenientes locales7. Es decir por su integración en la vida social de la Capitanía General.

Parece obvio, por el contrario, que los grandes comerciantes o mineros que formaban parte de una economía global y cuyo mapa mental era el del conjunto de la Monarquía, lo mismo que los funcionarios virreinales, podían ser considerados “peninsulares”, al margen de dónde hubiesen nacido.

Un ejemplo puede explicar mejor todo lo que aquí se está diciendo. Juan Vicente de Güemes Pacheco, segundo conde de Revillagigedo, fue en sentido estricto un criollo, había nacido en La Habana en 1740. Pocas dudas caben, sin embargo que este alto funcionario, entre otros cargos fue virrey de la Nueva España entre 1789 y 1794, sería casi el ejemplo paradigmático de funcionario “peninsular” al servicio de la Monarquía. Lo mismo cabría decir de algunos de los miembros del Consulado de Comerciantes de la Ciudad de México, nacidos en la Nueva España pero defensores hasta el último momento de la unidad de la Monarquía.

Tal como afirma el historiador alemán Horst Pietschmann:

  • 8  Pietschmann, Horst, “Los principios rectores de la organización estatal en las indias”, en Annino, (...)

No hay que fiarse demasiado del concepto tradicional de criollo que los caracteriza como españoles nacidos en América, concepto cuestionado ya varias veces, pero que se sigue utilizando. Más razonable parece la definición que caracteriza al criollo como persona cuyo centro de vida social y económica estaba en América8.

El problema es que si la definición de criollo deja de indicar un origen geográfico para referirse a una condición socioeconómica pierde cualquier interés como explicación de las guerras de independencia a partir de un conflicto de identidades. Si ante la labilidad del concepto de criollo optamos por convertirlo en una definición socioeconómica se nos abre un campo fascinante para la historia social pero bastante estéril para la historia de las independencias. El problema es que parece que a los historiadores nos resulta extremadamente difícil dejar de utilizar conceptos cuya carga semántica va mucho más allá de aquello que directamente queremos decir con lo que, quizás involuntariamente, contribuimos a alimentar viejos mitos historiográficos completamente desfasados y que ni siquiera necesariamente compartimos.

  • 9  Demélas, Marie-Danielle, “Estado y actores colectivos. El caso de los andes”, en Annino, Antonio y (...)

Veamos un ejemplo, la historiadora francesa Marie-Danielle Demélas analiza, en un interesante trabajo sobre la región andina, la rebelión de Huánuco de 1812 y afirma que “el antagonismo que oponía a los criollos a las gentes de la metrópoli estuvo en el origen de los llamamientos que incitaban a los indios a invadir la ciudad y a saquear los bienes de los ricos”. La interpretación que cualquier lector haría es la de un enfrentamiento entre peninsulares (“gentes de la metrópoli”) de un lado y criollos e indios de otro. Un episodio más, como consecuencia, de las guerras de independencia interpretadas como una lucha entre españoles y americanos. Sin embargo Demélas, historiadora escrupulosa, se ve obligada a incluir una nota en la que precisa que “Igual que en el resto de los Andes, cuando uno se atreve a hablar de la disputa entre criollos y gentes de la metrópoli, la división es menos evidente si el hecho se observa más detenidamente. Las dos facciones presentes estaban compuestas en su mayoría de criollos”9.  No me cabe la mínima duda de que esto es así en los Andes y en el resto de América. La pregunta es ¿entonces por qué seguir hablando de “la disputa entre criollos y gentes de la metrópoli”? Y no es un asunto menor, afecta a la comprensión y explicación de uno de los episodios centrales de la historia del mundo contemporáneo.

  • 10  Citado en Archer, Christon I., “Peanes e himnos de victoria de la guerra de independencia mexicana (...)

Y es que las guerras de independencia como un enfrentamiento criollos/peninsulares resultan absolutamente inverosímiles. Hay un problema de número, los peninsulares eranun porcentaje despreciable de la población de la América española. En 1811 el virrey de la Nueva España Francisco Javier Venegas mandó hacer un censo de la población de la Ciudad de México en el que se indica el lugar de nacimiento de los censados. La capital del virreinato novohispano debía de ser en esos momentos, por su importancia económica y administrativa, uno de los lugares de América en donde el porcentaje de españoles era mayor. Sin embargo, los nacidos en la Península, según el censo de Venegas, apenas llegaban al 2% de la población total de la capital del virreinato. Un porcentaje que debía de ser mucho más bajo en el resto del continente. No parece demasiado creíble que un número tan reducido de peninsulares hubiesen sido capaz de mantener una sangrienta guerra de más de diez años de duración, menos aún si consideramos que, como se queja el general realista Calleja, la mayoría de ellos, dedicados a actividades como el comercio o la minería, mostraron en general una clara “falta de patriotismo y criminal indiferencia”10, y que el apoyo que pudieron recibir de la Península fue casi nulo.

Pero no son sólo los datos generales los que nos indican que estamos ante una guerra de americanos contra americanos. También los particulares nos reflejan esta misma situación de ejércitos realistas en los que la mayoría de sus oficiales, por no hablar de sus soldados, son originarios de América. Lo es Iturbide en la Nueva España, pero lo es también Pío Tristán el jefe del ejército realista que se enfrenta a Belgrano en la batalla de Salta.

Uno de los mejores ejemplos de hasta que punto la historiografía ha sobrevalorado la división criollos/peninsulares como clave del conflicto la tenemos en los posicionamiento de los militares en América frente a la crisis desatada por las abdicaciones de Bayona y la posterior guerra civil. Y antes de seguir adelante es necesario precisar que para los militares de América, ya fueran criollos o peninsulares, la situación resultó bastante más complicada que la que se dio en la Península. En ésta tuvieron que limitarse a elegir entre apoyar a José Bonaparte o a un autoproclamado gobierno nacional que decía representar a Fernando VII preso en Francia. En América, por el contrario, la elección era entre apoyar a las autoridades virreinales, de las que, a su vez, se podía dudar que fuesen representantes del gobierno de José Bonaparte o del de la regencia, o apoyar a unos poderes alternativos que también decían ejercer la soberanía en ausencia del rey ausente pero que, en unos casos reconocían a las nuevas autoridades centrales creadas en la Península y en otros no.

Los ejércitos de la Monarquía en América, tanto los regulares como las milicias, estaban formados tanto por europeos como por americanos aunque, de manera general, con una abrumadora mayoría de los primeros sobre los segundos. Si la clave del conflicto hubiera sido la diferenciación criollos/peninsulares los cuarteles y guarniciones en la que los criollos eran mayoría y/o ocupaban los cargos más altos habrían decantado del lado de los insurgentes y aquéllas en las que ocurría lo contrario, muy pocas, del de los realistas.

  • 11  Un caso excepcional en el conjunto de la América española, ya que a diferencia del resto del conti (...)
  • 12  Miller, Gary, “Status and Royalty of Regular Army Officers in Late Colonial Venezuela”, The Hispan (...)

No ocurrió sin embargo así, y la opción por una u otra alternativa parece haber estado determinada por otro tipo de consideraciones que poco o nada tenían que ver con el origen geográfico de soldados y oficiales, y que habría que estudiar con más detalle. En Venezuela, la guarnición de Caracas11, formada mayoritariamente por peninsulares12, cuando las élites de la ciudad se negaron a reconocer la regencia y proclamaron la Junta de Caracas, tanto los oficiales criollos como los peninsulares se pusieran inmediatamente a sus órdenes. Por el contrario Maracaibo, donde prácticamente todos los oficiales eran criollos, se mantuvo fiel al gobierno de la regencia y en contra de la junta. Se podrían seguir enumerando casos del mismo tipo.

El caso de Caracas tampoco es tan excepcional como a primera vista pudiera parecer. En el otro extremo del continente, en Buenos Aires, las milicias de la ciudad, formadas básicamente por criollos, pasaron de un apoyo incondicional a las autoridades virreinales, hasta el punto de que el virrey Baltasar Hidalgo de Cisneros se sirvió de ellas para acabar con la rebelión de Chuquisaca (Alto Perú) en 1809, a ser unas de las principales responsables del derrocamiento del virrey y la formación de una Junta en 1810.

Como conclusión se podría decir que la interpretación de las guerras de independencia como un enfrentamiento entre criollos y peninsulares es el resultado, por un lado de la necesidad de los nuevos Estados-nación americanos de explicar las guerras como un conflicto de identidades para así poder imaginarlas como guerras de independencia nacional; por otro, del propio desarrollo de la guerra y de las necesidad de construir una imagen del enemigo como el otro ajeno y extraño a la fratría nacional. El objetivo, en ambos casos, impedir que la guerra pudiese ser vista como una guerra civil. La guerra civil que está en el origen de la mayor parte de las sociedades contemporáneas pero que tan difícil resulta integrar en una historia nacional.

Guillemette Martin (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) :

« Commémoration de l’indépendance et unité nationale en Amérique latine : perspectives et limites. Le centenaire de l’indépendance vu depuis les régions. Une perspective comparée Mexique/Pérou, 1910-1921 »

À l’articulation entre le siècle des indépendances et celui de leur bicentenaire, la commémoration du centenaire de la libération nationale constitue pour chaque pays latino-américain une étape essentielle de l’histoire nationale, en tant qu’elle voit se mettre en place de façon durable une série d’éléments composant le discours sur l’identité nationale, en même temps qu’elle exprime des tensions propres à ce moment donné de l’histoire de chaque pays.

Abondamment étudié par les historiens, le centenaire de l’indépendance a essentiellement fait l’objet d’analyses à partir de ses commémorations dans la capitale, perspective qui témoigne autant qu’elle reproduit le fort centralisme exercé par cette dernière sur le reste du pays à cette époque. Ces travaux accordent ainsi une place réduite- lorsqu’ils en accordent une- à ces mêmes commémorations dans les villes de province, dans l’idée que la commémoration du centenaire de l’indépendance hors de la capitale ne fait que copier, à plus petite échelle,  ce qui se passe dans le centre du pays.

De ce fait, si l’on peut considérer la commémoration du centenaire de l’indépendance comme un moment clé de la construction des imaginaires nationaux, c’est aussi un moment de forte centralisation de ce processus de construction par la capitale, et de ce fait un moment qui cristallise une série de tensions entre cette même capitale centralisatrice et le reste du pays.

  • 13  Par « secondaires », on entend non seulement la place de second, juste derrière la capitale, de Gu (...)

L’ambition du travail proposé ici est donc d’offrir une analyse « provinciale » de la commémoration du centenaire de l’indépendance à partir de l’étude de cet évènement historique dans la presse des deux villes « secondaires »13  du Mexique et du Pérou, à savoir respectivement Guadalajara et Arequipa.

Cette perspective doit nous permettre, en confrontant le discours des élites des villes secondaires à celui émis par le centre, de comprendre les tensions et enjeux que revêtent ces commémorations en ce qui concerne les relations entre la capitale et la reste du pays, et ainsi plus largement de réinterroger le processus de construction nationale en Amérique latine à la lumière de ce changement d’échelle.

Notre étude mettra ainsi en regard le traitement qui est fait des commémorations de l’indépendance dans la presse locale de Guadalajara et d’Arequipa en 1910 pour le Mexique et 1921 pour le Pérou, l’approche comparée devant nous amener à saisir avec plus de subtilité les particularités de ces relations capitale/ville secondaire dans chaque pays, en partant de l’hypothèse que chacun des cas choisis nous renseigne différemment sur le degré d’intégration des élites locales à la nation.

Emilie Mendonça (Université de Tours):

 « Construir la memoria colectiva de la independencia: los manuales guatemaltecos de historia a finales del siglo XIX”

(Version provisoire)

A l’occasion du bicentenaire de l’indépendance des Etats latino-américains, on célèbrera sans doute les gestes révolutionnaires, les actes héroïques et le sang versé au nom des intérêts suprêmes de la patrie par les futurs próceres de ces nations nées du divorce d’avec l’Espagne. Mais l’histoire de l’Amérique Centrale ne donnera que difficilement lieu à de tels éloges, puisque l’indépendance ne s’y déroula pas sur les champs de bataille, mais dans un simple bureau, loin des combats épiques menés par Bolívar ou San Martín. De plus, il faudra ajouter à cette situation singulière les péripéties qui s’ensuivirent, avec tout d’abord l’annexion à l’empire mexicain d’Iturbide, puis, après plusieurs années de conflit, la dissolution de la fédération centraméricaine. Comment poser alors une date de naissance pour les cinq Etats-nations centraméricains ? Comment définir un véritable événement fondateur, et rassembleur, puisque le peuple n’y a pas participé? Et comment en transmettre la mémoire ?

Pour tenter de répondre à ces questions, nous allons nous pencher sur le cas du Guatemala, sujet de nos recherches de doctorat, et à l’un des appareils essentiels de la construction de la mémoire collective et de l’identité nationale : l’école primaire publique, gratuite, laïque et obligatoire instaurée en 1875 par les réformateurs libéraux. Destinée à former et conformer les esprits de la jeune république guatémaltèque, l’école participe par là-même, de manière plus ou moins consciente, à la formation d’un imaginaire collectif. C’est pourquoi nous nous proposons d’étudier les manuels d’histoire utilisés par les écoliers guatémaltèques à la fin du XIXe siècle sur les bancs de l’école libérale, afin de voir sous quel jour est présentée l’indépendance aux futurs citoyens. En déchiffrant l’événement tel qu’il est présenté aux enfants, il s’agit en effet d’élucider la fonction idéologique de l’enseignement de l’histoire, et la construction d’un imaginaire collectif dont nous tenterons donc de délimiter les traits. Après une rapide présentation de notre corpus et un bref rappel des faits de l’Indépendance centraméricaine et guatémaltèque, nous nous attacherons ainsi à étudier les narrations proposées aux enfants, afin d’analyser le tableau de l’indépendance qui leur est proposé, et les manières de susciter attachement et admiration, pour finalement tracer les limites de cette collectivité imaginaire.

Quelques précisions.

Rappel des faits : aléas et soubresauts de l’Indépendance du Guatemala

  • 14  Nous synthétisons ici les divers travaux sur l’histoire du Guatemala tels que: LUJÁN MUÑOZ Jorge, (...)

Avant de nous lancer dans l’analyse de l’Indépendance telle qu’elle est contée aux écoliers guatémaltèques de la fin du XIXe siècle, sans doute faut-il rappeler succinctement les événements qui ont marqué ce tournant majeur de l’histoire de l’Amérique Centrale14. À la fin du XVIIIe siècle, le royaume du Guatemala est composé des actuels Etats du Costa Rica, du Nicaragua, du Salvador, du Honduras et du Guatemala, siège de l’Audience Royale, ainsi que des provinces devenues depuis mexicaines : le Soconusco et le Chiapas. Province quelque peu délaissée par l’Espagne au profit des plus riches et prolifiques royaumes de Nouvelle Espagne ou du Pérou, le royaume de Guatemala est régi par les mêmes règles que l’ensemble des colonies espagnoles du Nouveau-Monde, et souffre des mêmes maux : monopolisation des postes administratifs par les espagnols, commerce interdit avec les autres colonies, développement industriel par conséquent peu important, …

Les Cortès de Cadix provoquent dans les provinces centraméricaines, tout comme dans le reste de l’Amérique Latine, des réactions plus ou moins énergiques : certaines juntas s’organisent, quelques conspirations ont également lieu, mais sans jamais venir à bout du président Bustamante y Guerra, qui réprime et tue dans l’œuf toute velléité indépendantiste. Ces tentatives avortées n’empêchent cependant pas une prise de conscience progressive qui s’exprime bientôt dans les journaux tels que El Editor Constitucional ou El Patriota, tenus par Pedro Molina et José Cecilio del Valle, bientôt opposants sur le plan politique. Gabino Gaínza, espagnol nommé Jefe político superior et Capitaine général sera finalement une pièce clé de l’indépendance du royaume de Guatemala, puisqu’il se laisse convaincre par les fervents indépendantistes d’organiser une Junta le 15 septembre 1821, avec la promesse d’être le premier dirigeant de l’Amérique Centrale indépendante. Les principaux membres de l’oligarchie intellectuelle, économique et politique se trouvent alors réunis pour discuter de l’opportunité de l’indépendance : tandis que certains préfèrent attendre les résultats des mouvements menés dans les royaumes avoisinants, notamment le Mexique, d’autres sont en faveur d’une déclaration immédiate. C’est finalement cette dernière option qui l’emporte, et le 15 septembre 1821, dans le calme d’un bureau du palais de la capitale, est signée la déclaration d’indépendance de l’Amérique Centrale. Bien vite surgit alors la question de l’annexion à l’Empire mexicain d’Iturbide : celui-ci, arguant que l’Amérique Centrale n’est pas encore apte à former une république indépendante, propose donc aux dirigeants d’annexer la région au Mexique.  Après consultation des différentes provinces et villes, l’annexion est décidée, avec l’appui des plus conservateurs et malgré le refus de certaines régions. L’indépendance sans conflit meurtrier laisse donc place à l’annexion, source des premières luttes armées entre villes et provinces centraméricaines. On citera ainsi les tensions internes au Salvador, où les régions de Santa Ana et San Miguel, pro-annexion, s’opposent au reste du pays. Le Général mexicain Filísola est finalement envoyé pour pacifier la région et obtenir le rattachement de l’Amérique Centrale toute entière. Mais son expédition sera de courte durée puisqu’à la nouvelle de la chute d’Iturbide au Mexique, il repart, en permettant au passage l’organisation d’un Congrès, tel que prévu par les dirigeants de 1821. Après dix-huit mois d’annexion, l’Amérique Centrale redevient ainsi indépendante, pour former la fédération des « Provincias Unidas de Centroamérica ». Ce nouveau départ n’apporte cependant pas le calme, puisque les tensions vont s’exacerbe et se cristalliser. De 1823 jusqu’à 1839, la vie de la fédération est ainsi marquée par les aléas des tensions et combats idéologiques et physiques entre provinces et hommes d’Etat. Le gouvernement fédéral s’oppose ainsi fréquemment aux gouvernements nationaux, comme par exemple lorsque le président Arce à faire emprisonner le chef d’Etat guatémaltèque Barrundia en 1825, arrestation qui entraîne un regain de tension et la prise d’armes du Salvador au nom de la légalité. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres des luttes intestines qui jalonnent la décennie suivante.

Tantôt la fin de mandat du hondurien Francisco Morazán (1839), tantôt sa mort (1842), sont considérées comme date de l’éclatement définitif de la fédération centraméricaine qui laisse place à cinq républiques indépendantes qui se sont déclarées officiellement comme telles à différents moments : le Guatemala en 1847, mais dès 1838 le Nicaragua, le Honduras et le Costa Rica s’était officiellement séparés de la Fédération, avant le Guatemala en 1839.  

Manuels d’histoire au Guatemala, manuels d’histoire centraméricaine

Face à cette indépendance aux multiples facettes et étapes, et en ces célébrations du bicentenaire, nous prétendons donc nous pencher sur la transmission de cet événement aux générations ultérieures par le biais des manuels scolaires, en étudiant donc la construction de la mémoire de cet événement, au sein d’une identité collective, voire nationale, objet de notre thèse de doctorat.

  • 15  On se reportera notamment aux programmes de 1882, et à la brève analyse qu’en a proposé Magda Leti (...)

Nous avons sélectionné pour cela les manuels scolaires d’histoire publiés à la fin du XIXe siècle, durant la Réforme Libérale guatémaltèque qui débute en 1871 après un gouvernement conservateur de trente ans. Sous la houlette de Justo Rufino Barrios, les libéraux au pouvoir rétablissent l’école primaire gratuite, laïque et obligatoire, et uniformisent programmes, cycles scolaires et autres examens : on ne peut alors que s’interroger sur les finalités d’un tel travail, et notamment sur les caractéristiques de cette uniformisation des esprits par le biais de l’école. Nous n’entrerons pas ici dans les divers aspects de cette interrogation, et ne nous attarderons que sur la construction d’une histoire commune, dont la trace qui reste à l’historien est le manuel d’histoire, puisque les programmes en eux-mêmes sont en général forts succincts. Tout juste y apprend-on que l’histoire et la géographie du pays et de l‘Amérique Centrale seront enseignées simultanément à partir de la seconde année de scolarisation, avec toutefois une nette prédominance de la géographie. L’histoire telle qu’elle apparaît dans les courtes indications données aux enseignants est faite de grands hommes et de grands événements, essentiellement la découverte et la conquête, l’indépendance et la révolution de 187115.

  • 16  La première édition semble dater de 1887. Nous avons personnellement utilisé GÓMEZ CARRILLO Agustí (...)
  • 17  SARAVIA Miguel G., Compendio de la historai de Centro-América, Tipografía El Progreso, 1879, 160 p (...)
  • 18  GÓMEZ CARRILLO Agustín, Estudio histórico de la América Central, Guatemala, Imprenta de P. Arenale (...)
  • 19  AGUIRRE CINTA Rafael, Lecciones de historia general de Guatemala, desde lso tiempos primitivos has (...)
  • 20  GÓMEZ CARRILLO Agustín, Compendio de la Historia de la América Central, Madrid, Imprenta de la Viu (...)

Quant aux manuels utilisés en classe, en plus du manuel acheté par le Ministère en 1888, Elementos de la historia de Centroamérica, du guatémaltèque Agustín Gómez Carrillo, dont nous étudierons l’édition de 189316, on trouve également dans les inventaires le plus ancien ouvrage de Saravia, Compendio de la historia de Centro-América17, et un autre travail du même Agustín Gómez Carrillo publié en 1883, Estudio histórico  de la América Central18. Afin de conserver une certaine cohérence à ce petit corpus qui ne comprend que des manuels d’histoire de l’Amérique Centrale, nous laisserons volontairement de côté le premier manuel d’histoire du Guatemala publié par Aguirre Cinta en 189919, ainsi que le troisième manuel d’histoire publié par A. Gómez Carrillo en 1892, Compendio de la Historia de la América Central20, avant tout destiné aux écoles honduriennes.

  • 21  On citera notamment l’accord du 3 septembre 1892, qui mandate le même Agustín Gómez Carrillo pour (...)

Si le Guatemala entend constituer un système éducatif propre, on peut d’ores et déjà remarquer que les manuels utilisés portent non pas sur l’histoire du Guatemala mais bien sur celle de l’Amérique Centrale. Même si certains accords gouvernementaux prévoyant la rédaction d’une histoire officielle du Guatemala permettent de comprendre que cette histoire est encore en construction à l’époque qui nous intéresse21, et d’expliquer que les manuels s’inscrivent non pas dans un Guatemala dont l’histoire est en travaux, mais dans l’aire centraméricaine, on ne peut que s’interroger sur la mémoire collective qu’il s’agit ici de façonner, dans les écoles guatémaltèques, mais autour de l’Amérique Centrale. En nous attardant sur la manière dont est narrée l’indépendance dans ces différents livres scolaires, nous nous pencherons donc entre autres sur la collectivité qu’il s’agit ici de modeler, et les techniques utilisées pour cela.

L’indépendance racontée aux enfants : le 15 septembre 1821

L’inévitable indépendance

  • 22  On lira à ce sujet les préfaces et introductions des trois manuels, déjà commentées par M. L. Gonz (...)
  • 23  SARAVIA, p. 81.
  • 24  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 83.
  • 25  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 116.
  • 26  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 58 et 70.

Les manuels qui nous intéressent abordent l’histoire de l’Amérique Centrale depuis l’époque précolombienne jusqu’à la réforme libérale, voire jusqu’à l’époque de leur rédaction pour le manuel d’A. Gómez Carrillo de 1893. Ce dernier, tout comme Miguel G. Saravia, affirme dès les premières pages des ses ouvrages qu’il ne s’agit pas ici de juger, d’analyser ou de prendre parti, mais tout simplement de raconter22. L’explication n’est cependant pas totalement absente. Ainsi, chez Miguel G. Saravia, l’indépendance du 15 septembre 1821 marque le début d’un nouveau chapitre : l’histoire moderne et contemporaine, qui débute avec un premier paragraphe consacré aux « causas de la independencia »23. Chez Gómez Carrillo, où l’Histoire n’est pas clairement divisée en grandes parties, bien que la répartition histoire précolombienne/histoire coloniale/histoire indépendante soit annoncée dans les premières pages, le récit de l’indépendance est éclaté entre un chapitre intitulé « Período corrido de 1801 à 1821 y proclamacion de la Independencia »24, et un autre, qui dans l’édition de 1883 est séparé de cette première étape par un récapitulatif des divers gouverneurs et capitaines généraux, et intitulé « Período que principia con la proclamación de la Independencia y se extiende hasta la actualidad »25. Cette division en deux phases persiste dans le manuel de 1893, sans que soient intercalés d’autres chapitres entre 1801-1821 et le chapitre suivant, « Sucesos que siguieron á la Independencia: anexión á Méjico, y campaña que terminó con la ocupación de la ciudad de Guatemala por las fuerzas del General Morazán en 1829 »26. Tandis que chez Saravia l’histoire moderne débute avec l’Indépendance dont il va s’empresser d’expliquer les causes, chez Gómez Carrillo cet événement apparaît à la fois comme la fin d’une étape, 1801-1821 et la fin de l’ère coloniale, et le début d’une nouvelle phase de l’histoire centraméricaine.

Malgré cette légère différence, il est intéressant de constater que les causes invoquées par les deux auteurs, à quelques années d’intervalle, sont quasi identiques, même si elles ne sont pas évoquées dans le même ordre. On retrouve ainsi dans les trois ouvrages l’expression d’un mécontentement des criollos envers les espagnols vivant en Amérique Centrale. Chez Saravia se dégage ainsi l’idée d’un ressentiment des centraméricains envers les fonctionnaires espagnols, dont les raisons ne sont pas détaillées. Présentant le phénomène comme naturel, l’auteur se contente ici d’user d’une métaphore que l’on retrouve fréquemment au sujet des indépendances latino-américaines, celle de la mère et de ses enfants :

  • 27  SARAVIA, p. 85.

 Así como una persona desde que llega á cierta edad se separa de sus padres y reasume toda la responbilidad dd lo que hace, así tambien los pueblos cuando han obetnido cierto grado de desarrollo, tratan de elervarse al rango de nacionalidades independientes27.

C’est ainsi sans surprise qu’on trouve sous la plume de Gómez Carrillo la même image :

  • 28  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 89.

tenía que realizarse una ley de la naturaleza, emancipándose los hijos, que ya estaban en aptitud de formar nuevas familias, sin sujeción á la tutela en que ántes se hallaran28.

  • 29  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85.

Cette « loi de la nature » qu’évoque Gómez Carrillo suggère donc que l’indépendance était inéluctable. Dans l’Estudio de 1883, l’auteur évoque ainsi non seulement les rivalités entre espagnols et criollos, mais aussi l’agonie d’un système qui touche à sa fin, symbolisée par le vieillard qu’on place à sa tête : « el señor Domas, en su ancianidad, parecía llamado á personificar la agonía en que entraba la dominación ibérica en estas tierras ». Selon Gómez Carrillo, « la caída era inevitable »29. Si Miguel G. Saravia insiste moins sur l’aspect inévitable de cet événement, on retrouve néanmoins chez lui comme chez Gómez Carrillo l’influence des révolutions française et américaine parmi les causes, externes, de l’indépendance : les idées et les actions des hommes d’Etat et combattants européens et nord-américains ont réveillé les consciences et éclairé les esprits latino-américains, permettant l’épanouissement du désir de liberté chez la population centraméricaine :

  • 30  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85; GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 59.

Conforme avanzaba el siglo, crecía también la afición á la libertad y al gobierno propio: hablábase en todos los círculos  sociales de sacudir la tutela española, si bien muchos de los que así opinaban no eran estimulados más que por el deseo de excluir de los empleos á los nacidos en la Península y disfrutar ellos solos de las ventajas de la administración, sin cuidarse de los principios políticos ni de formas de gobierno30.

  • 31  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 93.

El influjo de esos principios iluminaba estas posesiones españolas y transformaba la conciencia general; había sonado la hora de cámbios radicales y profundos, que no podían ménos de aceptar los centro-americanos para fundar una nueva sociedad política y civil31.

  • 32  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 86.
  • 33 Ibidem.

En laissant d’ores et déjà planer le spectre de la rupture entre véritables patriotes et oligarques soucieux de préserver leurs intérêts, Gómez Carrillo, plus paritculièrement dans l’Estudio de 1883, souligne de nouveau l’inéluctabilité de l’indépendance dont l’idée a germé et crû dans les esprits, à tel point que Bustamante et l’administration espagnole ne peuvent plus s’y opposer : « ·no era dado oponer diques al torrente de los sentimientos é ideas »32 ; « había sonado la hora de cámbios radicales y profundos »33. Ce flot d’idées que rien n’endigue, inspiré des mouvements français et étatsunien, est aussi enrichi des nouvelles venues du reste de l’Amérique espagnole.  De fait, chez Miguel Saravia, l’Amérique Centrale apparaît comme encerclée par les colonies luttant pour l’indépendance, et est en quelque sorte obligée de suivre ce mouvement général :

  • 34  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85.

Hidalgo y Morelos en México, el Libertador Simon Bolívar, San Martín y otros próceres en la América del Sur, dirijieron con heroismo la guerra de la Independencia; y Centro-América, situada en medio de aquellos paises, no pudo permanecer agena al movimiento general de insurreccion”34.

  • 35  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 88.

Chez Gómez Carrillo on retrouve les mêmes Hidalgo, Morelos, Bolívar et San Martín, « héroes legendarios de la grandiosa epopeya hispano-americana »35. De manière plus précise encore, selon l’historien guatémaltèque, c’est finalement l’indépendance mexicaine qui semble déclencher le mouvement indépendantiste guatémaltèque si l’on en croit l’édition de 1883 de Elementos de la historia de Centro-América:

  • 36  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 90.

Entonces se percibieron en el país los vivos rayos de luz que despedía la nueva nación mexicana; los guatemaltecos halagaron á Gainza ofreciéndole el mando de Centro-América libre y soberana, y le instaron para que convocase una reunión general de funcionarios y corporaciones36.

Réunion d’officine et clameurs populaires

Aux causes externes déjà identifiées par l’historienne Magda Leticia González Sandoval dans ces mêmes manuels - l’influence des Etats-Unis et de la France, puis des agitateurs des autres colonies espagnoles – s’ajoute donc le ressentiment et les tensions entre criollos et fonctionnaires espagnols, pour donner naissance aux principaux « germes » qui ont poussé les esprits guatémaltèques à réclamer l’indépendance du royaume. La loi de la nature fait de l’Indépendance, notamment chez Gómez Carrillo, un événement inévitable et logique : l’enfant, arrivé à maturité, se sépare de sa mère. Il nous reste à présent à voir comment est narrée l’Indépendance elle-même.

Chez Miguel G. Saravia, seules deux pages traitent de ces faits, expliquant le rôle des penseurs et journalistes tels que Molina et Valle, ou encore de Gabino Gaínza, avant de présenter la réunion dont naît la déclaration d’Indépendance du 15 septembre 1821 :

  • 37  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 88.

En aquella reunion memorable, varios concurrentes esternaron con libertad su opinion: el señor Valle, en un largo discurso, trató de probar que aunque nuestra emancipacion debía acordarse, era oportuno observar ántes el resultado de los sucesos de México; pero el pueblo que asistia á tan importante acto, pidió á voces la Independencia, y ésta fue proclamada el 15 de Setiembre de 182137.

  • 38  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 91.

Si l’on en croit Saravia, c’est à la demande du peuple que l’Indépendance est finalement proclamée : la structure de cette longue phrase souligne en effet d’une part l’opposition de José Cecilio del Valle à une indépendance immédiate, et, omettant les autres avis et débats qui déboucheront sur la déclaration du 15 septembre, l’auteur se contente d’évoquer les cris du peuple qui semblent donc déterminer l’acte de 1821. L’action ou la pression du peuple sur les décideurs n’est pas absente non plus des récits proposés par Agustín Gómez Carrillo en 1883 et 1893. En effet, dans le premier ouvrage, l’auteur évoque lui aussi cette réunion et notamment les idées modérées de Valle, avant de faire allusion aux autres opinions exprimées : ici c’est bien la majorité des personnes présentes lors de la Junta qui l’emporte, mais si la pression du peuple n’est pas aussi forte, elle est néanmoins présente puisque « un gentío inmenso, atraído por la novedad, la pidiese á gritos »38. Après un bilan nuancé des trois siècles de présence espagnole, et deux chapitres détaillant les dirigeants successifs de l’Audience de Guatemala, l’auteur revient sur l’indépendance, qui reçoit semble-t-il un bon accueil dans le reste des provinces :

  • 39  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 117.

Proclamada la Independencia en la ciudad de Guatemala, la gran mayoría de aquella populosa capital, sin distincion de clases sociales, se llenó de júbilo ante la perspectiva de felicidad sin límites que se creía encontrar en tan trascendental suceso; y lo mismo, mas ó menos, ocurrió en las otras poblaciones del territorio de Centro-América39.

  • 40  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 59.
  • 41  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 64.
  • 42  LUJÁN MUÑOZ Jorge, Breve historia contemporánea de Guatemala, México, Fondo de Cultura Económica, (...)

“Sin distincion de clases sociales”: c’est donc le peuple tout entier qui, selon Agustín Gómez Carrillo, soutient l’indépendance et se réjouit de ce changement majeur. Dans les Elementos de 1893, on retrouve l’ensemble du peuple mobilisé autour des idées indépendantistes : « hablábase en todos los círculos sociales de sacudir la tutela española »40, « en todas las clases sociales se advertía el entusiasmo por la Independencia »41. Cette dernière phrase précède l’évocation des différents hommes qui ont effectivement participé à l’indépendance et la signature de la déclaration, comme si l’auteur, soucieux d’associer le peuple à une indépendance qui n’a en réalité été décidée et conquise que dans le calme d’un bureau de la capitale par quelques hommes bien choisis, voulait par sa narration insister sur la participation de la masse à cet événement fondateur. Un rapide coup d’œil à des travaux récents tels que ceux de Jorge Luján Muñoz permet de nuancer une telle présentation du rôle des masses, puisque l’analyse sociale de l’indépendance révèle un mouvement essentiellement urbain, qui se développe dans les cercles éduqués détenant le pouvoir politique et économique. Mues par des intérêts différents, voire divergents, les oligarchies capitale et provinciales ont ainsi été les moteurs d’un mouvement auquel les classes moyennes et populaires n’ont contribué que de manière sporadique et épidermique, sans réelle conscience des enjeux de la lutte pour l’émancipation42.

  • 43  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 66.

Lorsqu’ils insistent sur  la pression exercée par la foule, par ce peuple conquis par les idées, sans qu’importent les classes sociales, Saravia et Gómez Carrillo enjolivent donc quelque peu la réalité, car quand bien même la foule était dans les rues, elle n’est pas cette masse éclairée par les idéaux de liberté et d’émancipation qu’ils veulent bien nous présenter. On ne peut que conclure que nos deux auteurs tentent ici de présenter l’indépendance comme une victoire populaire, tandis qu’en réalité elle fût le fait d’une poignée d’oligarques éclairés, plus ou moins soucieux de conserver leur position sociale, et de gagner une position politique. L’inexistante guerre d’indépendance, qui dans d’autres colonies espagnoles a permis la participation du peuple aux combats de l’élite et la formation d’un sentiment d’unité face à la domination espagnole, semble ici maigrement compensée par le rôle d’un peuple spectateur, auquel on tente tant bien que mal d’attribuer un rôle moteur. L’absence de combats et de sang versé, dont sont conscients les auteurs et historiens, est par ailleurs mentionnée et valorisée, soulignant par la même occasion la spécificité de l’indépendance centraméricaine : « debe siempre aplaudirse que no haya sido conquistado con sangre como en los demás países de América »43.

On doit applaudir l’acquisition pacifique de l’indépendance : la formule, bien qu’impersonnelle, semble ici s’adresser indirectement au jeune lecteur, membre d’un peuple que les narrateurs tentent d’associer au 15 septembre 1821 en insistant sur la mixité sociale et le rôle de la population en liesse. Mais si ces quelques éléments paraissent ainsi destinés à susciter l’attachement de l’écolier, encore reste-t-il à voir envers quelle entité et quelle histoire cette affection est dirigée : manuels utilisés dans un Guatemala indépendant, les ouvrages de Miguel  G. Saravia et Agustín Gómez Carrillo proposent en effet des histoires de l’Amérique Centrale, et il nous semble donc pertinent de nous intéresser à présent à l’entité centraméricaine telle qu’elle représentée dans ces manuels, en nous attardant notamment sur l’annexion au Mexique, la nouvelle indépendance de 1823 puis la rupture de la fédération.

Les aléas de l’Indépendance

L’annexion au Mexique, parenthèse imposée

Si l’indépendance de 1821 semble être le fait du peuple et de ses représentants, si l’on en croit nos deux auteurs, l’annexion au Mexique dirigé par Iturbide semble quant à elle plus problématique. Ainsi, Miguel Saravia passe sous silence la consultation menée auprès des différentes provinces, tandis que chez Gómez Carrillo ladite consultation est bel et bien évoquée, mais pour une conclusion tout aussi peu démocratique semble-t-il :

  • 44  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 123.

En mérito de lo  expuesto, y sin atender al voto de los pueblos que rechazaban la idea de formar con México una sola nacionalidad, declarose que las varias provincias del antiguo reino de Guatemala quedaban sujetas al imperio de Iturbide44.

Le caractère impersonnel et imposé de l’annexion est mis en relief par les structures impersonnelles telles que « declarose », qui permet d’insinuer dans l’esprit du jeune lecteur l’impression d’une erreur de l’histoire, dont fut victime le peuple centraméricain. Nos deux auteurs, après avoir narré les péripéties inhérentes à l’annexion qui divise et oppose diverses villes et régions centraméricaines, insistent finalement sur la courte durée de cette période, seulement dix-huit mois pour l’un, soit un an et demi pour le second, dans tous les cas une parenthèse désenchantée, à l’encontre de la volonté de certains, et  qui se termine finalement, avec la bénédiction du général mexicain Filísola, par le retrait des troupes mexicaines et la réunion du premier Congrès centraméricain en 1823.

La définition du vrai patriote, et de la vraie patrie

La parenthèse mexicaine et la formation de la fédération des Provinces Unies d’Amérique Centrale dont la Constitution est votée en 1825 permettent aux deux auteurs de définir la nation et le patriotisme tels qu’ils l’entendent. En effet, chez Saravia, les patriotes sont tout d’abord ceux qui s’opposent à l’annexion mexicaine, au nom de la patrie centraméricaine, puis qui combattent vaillamment le soulèvement de 1823 mené par le militaire Rafael Arriza Torres, au péril de leurs vies. L’on voit ainsi comment, après une indépendance de la mère-patrie obtenue pacifiquement, il faut trouver des combats au nom de la patrie, dignes d’être glorifiés :

  • 45  SARAVIA, p. 86.

Perecieron heróicamente en esta gloriosa defensa, los ciudadanos Andrés Córdova y Miguel Prado; ambos espresaron en sus últimos instantes los sentimientos del mas puro patriotismo, y su noble ardor no se estinguió sino con la vida45.

  • 46  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 127.
  • 47 Ibidem.
  • 48  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 101.
  • 49  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 131.

On retrouvera ces héros chez Gómez Carrillo, véritables patriotes qui ne craignent pas de risquer leur vie pour la patrie et donnent l’exemple46. Mais si le sang est enfin versé au nom de cette patrie, l’annexion au Mexique marque également, pour les deux auteurs, le début de luttes fratricides : la métaphore de la famille est ainsi filée pour souligner l’aspect contre-nature des combats et conflits qui agitent l’ensemble de l’isthme tout au long des années 1820 et 1830. Dans les trois ouvrages qui nous intéressent, s’enchaînent les luttes, batailles, mouvements de troupes et négociations diverses, dans des récits souvent confus. Tant la période de l’annexion au Mexique comme celle de l’indépendance définitive, « emancipacion absoluta » enfin obtenue, sont en effet marquées par les « contiendas entre hermanos »47 que lamente Gómez Carrillo, et les tensions entre libéraux et conservateurs. Si l’un et l’autre auteurs se maintiennent dans une position relativement neutre face aux deux bords politiques, fidèles à l’impartialité qu’ils érigent en principe dans les introductions de leurs ouvrages respectifs, ils ne cachent pas cependant leur fédéralisme convaincu, et partagent peu ou prou la même analyse des causes de l’échec fédéral : une Constitution inadaptée, et des intérêts par trop divergents. Ainsi Miguel G. Saravia explique au lecteur que la constitution fédérale de 1825, inspirée de celle des Etats-Unis, n’était pas adaptée à la réalité centraméricaine. La charte fondamentale nord-américaine, élaborée dans une atmosphère de tolérance religieuse et de progrès ne pouvait s’appliquer à une Amérique Centrale encore peu avancée. Cette « constitucion pegadiza y exótica, hija de imaginaciones exaltadas, y nutrida por los intereses locales y personales »48 ne pouvait qu’engendrer tensions et conflits. A cette constitution inadéquate il faut ajouter, si l’on en croit Gómez Carrillo, les divergences de motivations et le manque d’hommes formés à la vie politique et à la direction d’un pays. En d’autres termes, l’Amérique Centrale n’était tout simplement pas prête. « Esta mal preparada tierra »49, malgré les efforts d’hommes tels que Francisco Morazán, José Francisco Barrundia et consorts, ne pouvait subsister. En jouant de prolepses et d’analepses, l’auteur guatémaltèque prépare lentement l’échec de la fédération au fil des mots, et distille au cours des pages l’idée d’une fédération qui n’est plus et devrait être. Ainsi, après avoir évoqué la liesse populaire de 1821, et avant d’aborder la question de l’annexion mexicaine, Gómez Carrillo insère quelques paragraphes consacrés à l’Amérique Centrale, dont voici les premières lignes :

  • 50  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 118.

La América Central, unida y compacta, regida por instituciones republicanas, cimentada en los sanos principios democráticos; he ahí el dorado ensueño de los buenos ciudadanos, de los amigos del orden y de la justicia, de los que apetecian para la nueva nación un porvenir lisongero; tal era la ambicion legítima de los que aspiraban á que entre los centro-americanos reinase la fraternidad y que ésta se tradujese en instituciones fecundas y en leyes sabias50.

  • 51 Ibidem.

L’auteur se contente-t-il ici d’évoquer les patriotes de 1821, ou s’adresse-t-il à ses jeunes lecteurs? Ses pensées personnelles sous-entendent, sans y laisser paraître, que tout bon citoyen — et par conséquent tout écolier sérieux — est par devoir animé par le rêve centraméricain. Il n’est pas question d’appeler franchement et explicitement à l’amour patriotique, mais de laisser entendre et sentir cet amour entre les lignes. Le jeu des adjectifs permet par exemple au narrateur de laisser transpirer son dégoût et son incompréhension face à la fédération dissolue : l’Amérique Centrale a dû « pasar de la desgraciada anexión mexicana al débil federalismo, y del federalismo al doloroso fraccionamiento actual »51 (nous soulignons). Jouant des métaphores et champs lexicaux antinomiques de la lumière et des ténèbres dans les lignes suivantes, dans un ton quasi lyrique, l’historien narrateur redonne vie aux événements pour finalement insister sur la survie du sentiment centraméricain. Sentiment auquel est associé le lecteur guatémaltèque grâce à l’utilisation récurrente dans ces mêmes paragraphes de la première personne du pluriel associée à un souhait explicite de reformation de la fédération:

  • 52 Ibidem.

El sentimiento de la fraternidad común, que ha de traer al fin la vuelta de la unidad, con todas las sublimes virtudes que nacen de la democracia; virtudes de que, en más de sesenta años que llevamos de gobierno propio, no han dejado de dar hermosas pruebas algunos ciudadanos beneméritos, señalados por la mano de la historia á la admiracion  y al aplauso de las generaciones futuras52.

Si la main de l’histoire désigne les héros, c’est le doigt de l’historien qui les transforme en modèles grâce à ces manuels. On remarquera par ailleurs que c’est quand il traite de la nation centraméricaine que l’auteur passe de l’usage neutre des troisième personne du singulier et du pluriel au Nous qui invite le lecteur à s’inscrire dans la communauté des lecteurs, et dans une relation d’identité avec ses camarades et l’auteur. Membres d’une même famille, l’Amériqeu Centrale, lecteurs, personnages historiques et auteurs sont ainsi appelés à considérer l’indépendance de 1821 comme la simple application des lois de la nature, et la rupture de la fédération, consommée définitivement avec la mort de Francisco Morazán, comme totalement contre-nature :

  • 53  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 140.

No es la división en que hoy viven estos países una ley de la naturaleza entre miembros de una misma familia que crecieron bajo un solo techo como herederos de igual porvenir […]. Empero, no deja de escucharse ya con simpatía la voz del deber, que nos llama á mas juiciosa conducta y á mas sensatos procederes; ya por intervalos se percibe tambien el eco dulce y armonioso del patriotismo, que recuerda á los hijos de Centro-América los vínculos santos que al fin han de agruparlos bajo una bandera bendecida y bajo uan sola ley; y aunque algunos afirmen que la unión es un problema de un órden enteramente moral, un ideal que se resiste à tomar cuerpo y que no encuentra sanción en nuestra organización política y civil, se advierte por fortuna lo contrario cuando ocurren sucesos que amenazan la integridad ó la honra de lagun Estado por peligros que vienen de fuera53.

  • 54  SARAVIA, p. 123.

L’invasion des flibustiers de William Walker sera ainsi l’occasion de raviver la flamme centraméricaine, face au danger nord-américain, et pour l’auteur il s’agit d’un exemple qui démontre que tôt ou tard, la fédération centraméricaine se reformera. 1847 et la déclaration qui fait du Guatemala une République indépendante n’apparaît pas dans l’Estudio de 1883 qui s’arrête avec la rupture de la fédération, tandis que dans les Elementos de 1893 l’événement est évoqué avec neutralité, voire de l’indifférence, contrairement à Miguel G Saravia pour qui le Guatemala a donné alors un « funesto ejemplo »54 — oubliant que le Guatemala n’est pas le premier à faire une telle déclaration.

Conclusion

  • 55  ANSART Pierre, « Manuels d’histoire et inculcation du rapport affectif au passé », in MONIOT Henri (...)

La tache de l’auteur de manuel d’histoire n’est pas aisée : non seulement doit-il raconter l’histoire, mais il la reconstruit, lui donne une cohérence grâce à son récit, et tend à participer ainsi à la construction d’un imaginaire collectif, du fait même de la diffusion de son travail dans des écoles fréquentées par l’ensemble de la population. De manière plus ou moins consciente il retracera ainsi l’histoire d’une région ou d’un Etat en les inscrivant dans une logique et une continuité dont elle manque. Comme le souligne P. Ansart, le manuel transmet finalement l’ « image socialement convenable du passé collectif »55. Faut-il encore que ce passé soit collectif, et s’il ne l’est pas, l’habileté du rédacteur permet de le moduler, pour y faire participer la collectivité, comme nous l’avons vu avec l’indépendance centraméricaine, acquise sous les vivats de la foule selon nos deux auteurs. Au-delà du simple apport de connaissances, le manuel d’histoire transmet donc également un rapport affectif, négatif ou positif, au passé, à ses hommes et leurs actes, et participe ainsi à la construction progressive d’un imaginaire commun. C’est alors que le talent de conteur vient compléter le savoir de l’historien, et c’est bien l’analyse du discours qui permet de mettre en lumière les stratégies mises en place pour susciter chez le jeune lecteur admiration, attachement ou dégoût, et former ainsi dans son esprit l’image d’un pays idéalisé dont il est l’héritier.

Au cours de cette brève réflexion sur l’indépendance centraméricaine présentée dans trois manuels d’histoire utilisés au Guatemala à la fin du XIXe siècle, nous avons ainsi vu comment des phrases simples rédigées au passé, l’utilisation d’un « nous » créant une communauté de lecteurs, future communauté de citoyens, ou encore les champs lexicaux et autres analepses et prolepses permettent aux auteurs de faire entrer leurs jeunes lecteurs dans une belle Histoire à laquelle ils doivent croire. Dans un Guatemala déclaré république indépendante depuis 1847, il est finalement intéressant de voir que la communauté imaginée (pour reprendre l’expression de Benedict Anderson) que l’on tente de modeler n’est pas guatémaltèque mais bien centraméricaine. Et si l’indépendance du Guatemala s’est faite par à coups —1821, puis la séparation du Mexique en 1823 et finalement la rupture de la fédération en 1829 et la déclaration officielle de 1847—, c’est bien 1821 qui reste la date-pivot d’une histoire en construction. La fédération, rêve inachevé, hante les manuels, même si l’édition de 1893 des Elementos de Gómez Carrillo tend à apaiser les élans patriotiques que nous avons soulignés dans l’Estudio de 1883, publié sous un gouvernement engagé corps et âme dans la réunification. Echo des politiques contemporaines de leur rédaction, et caisse de résonnance d’un patriotisme rêvé, les manuels d’histoire publiés sous la Réforme Libérale proposent ainsi, au cœur d’une République indépendante, la création d’une communauté qui va au-delà du réel, dans l’espoir de participer à la refondation d’une Amérique Centrale jamais reconstruite depuis lors.

Dalila Chine (Université Paris 8) :

« Miguel Hidalgo ou les récits sur une figure emblématique de l’indépendance mexicaine »

Dans le cadre de ce colloque « Regards sur deux siècles d’indépendance : significations du Bicentenaire en Amérique latine », nous nous intéresserons tout particulièrement à la figure de Miguel Hidalgo. Considéré comme le Père de l’indépendance mexicaine, ce héros et martyr à la fois, est omniprésent et demeure vivant notamment à travers la statuaire qui orne les édifices officiels ou encore les places publiques. L’Education Nationale en a fait également l’un des pères fondateurs de la nation et l’a érigé en symbole national dans ses manuels scolaires où l’épopée de cet ancêtre fait partie intégrante de l’apprentissage du sentiment patriotique mexicain. Les manuels scolaires gratuits, apparus dans les années soixante et distribués par l’État dans toutes les écoles, sont un des moyens privilégiés de comprendre la manière dont les institutions officielles ont cherché à modeler des comportements et à orienter des attitudes sociales.

C’est par le biais de ce mode de représentations que Miguel Hidalgo devint l’une de ces références nationales et dont les valeurs constituent le socle fondateur de la société mexicaine afin que tout écolier puisse l’identifier et le commémorer. Car c’est bien de commémoration qu’il s’agit puisque les manuels présentent le moment de l’Indépendance comme une fête : celle du Cri de Dolores, fête connue de tous les écoliers et qui va être le point de départ de l’explication des causes de la rébellion. La construction du récit de l’Indépendance est astucieuse : cette histoire est présentée comme théâtrale et c’est à partir des volontés de cet homme que ce mouvement vers l’Indépendance aurait débuté. Le lecteur assiste au récit de l’épopée de cette figure, de ses désirs et de sa lutte. La figure d’Hidalgo est liée à des vertus civiques qui représentent la lutte de la nation contre l’adversité. Reconnaître cette figure dans les manuels c’est pour tous les écoliers mexicains se reconnaître dans le passé de son pays. Nous nous attarderons sur cette construction à travers une étude diachronique des différents manuels pour comprendre le rôle qu’acquiert le personnage Hidalgo dans ce temps historique. Expliquer le processus d’Indépendance aux écoliers passerait ainsi par la création ou la re-création d’une action dramatique qui n’est autre que l’emprisonnement et la mort de l’un des héros nationaux. Le « modèle Hidalgo » est repris et se décline dans les livres d’Histoire mais aussi dans les livres de Lecture ce qui lui confère deux aspects : celui d’homme « de carne y hueso » qui a participé à l’histoire nationale et celui de personnage fictif qui donne naissance à un récit épique et sacralisé.

En privilégiant cette figure charismatique, une interprétation spécifique de l’histoire est mise en relief. Nous tenterons de montrer comment cette histoire illustrée cherche à rassembler différents membres d’une « communauté imaginée » et à transmettre des valeurs qui dépassent le simple fait historique.

Susana Villavicencio (Universidad de Buenos Aires, Argentine):

« Sarmiento y la nación cívica 

¿Por qué Sarmiento y la nación cívica? ¿Es posible ubicarlo en la línea de filiación de nuestras preocupaciones democráticas y republicanas? La cuestión del sentido de nuestra nacionalidad, a pesar de su actualidad, nos reenvía a una interrogación  radicalmente inactual sobre la emergencia del discurso singular que Domingo Faustino Sarmiento diera como origen real o mítico de una tradición de nación cívica.

La nueva mirada historiográfica está dispuesta a admitir que la Revolución de Mayo (objeto de celebración en el Bicentenario) no marcó el origen de la nación argentina, sino que la construcción de la nación es producto de un largo proceso que sólo termina de consolidarse a finales del siglo XIX. Durante ese período de transición hacia el nuevo orden, y en un clima de ideas influido por  las grandes revoluciones de Estados Unidos y de Francia, la república representa en esta parte del continente algo más que un régimen político entre otros,  es el modelo político llamado a llenar las aspiraciones más elevadas de la condición humana. Asimismo, la necesidad de restablecer el orden político luego de la independencia de España implicaba no sólo el reemplazo de un régimen político que había caducado, sino también la necesidad de constituir la nación en el antiguo territorio del virreinato. En esa construcción juega un rol fundamental la representación de la nación en la cual la república aparece para las élites letradas como una “autocomprensión histórica” del proceso que se vivía en América y de las identidades políticas que se estaban gestando.

Nos proponemos recorrer la formulación de la idea de la nación adjetivada civilizada y cívica en el discurso político de Domingo F. Sarmiento. En tanto miembro destacado de las elites ilustradas del siglo XIX argentino, su discurso es representativo de este filosofema, sostenido por esas mismas élites frente a otras formas políticas que, en un momento de confrontaciones violentas y luchas inacabables, eran pensadas como una continuidad del orden colonial o como límites “naturales” al proceso de civilización.

Patrice Vermeren (Université Paris 8) :

 « Simón Bolivar et la critique de l’émancipation »

Nathalie Jammet (Université Nantes) :

« La constitution d’une élite républicaine au Chili : un engagement au service de l’Etat »

Les leaders du mouvement d’émancipation au Chili on été confrontés à un dilemme : comment concilier l’idée du « bon gouvernement » avec un idéal républicain qui se voulait intégrateur et égalitaire. En effet, la notion d’égalité était présentée comme un des piliers de la nouvelle légalité. Cependant, la réalité chilienne – 90% d’analphabètes- semblait rendre difficile la mise en pratique de cette notion d’égalité avec la volonté de constituer un Etat stable.

Ainsi, on considéra que les affaires publiques devaient être gérées par les personnes compétentes et instruites ce qui contribua à laisser une grande part de la population en marge des affaires de l’Etat. C’est l’idée du gouvernement de la sanior pars qui s’imposa, couplée à un conservatisme qui se traduisit par des critères financiers conditionnant le droit de vote et l’accès à certains emplois. Cependant, l’idéal intégrateur ne fut pas pour autant oublié et dès l’aube du processus d’indépendance des réformes furent mises en place pour diffuser les Lumières. L’Etat chilien naissant s’attribua dès lors un rôle important dans la définition et la mise en place d’une politique d’éducation comme en témoignent la fondation de l’Institut National et le Règlement de 1813 sur l’Instruction primaire, décrétés par un gouvernement en but alors à mille dangers et affaires prégnantes.

J’envisage d’étudier dans une première partie la politique d’éducation des gouvernements chiliens en prenant pour base initiale de travail les textes constitutionnels qui établissent la responsabilité de l’Etat en la matière : essais constitutionnels de la Patria Vieja, constitutions de 1818-1822-1823-1833. L’influence des constitutions françaises de l’an I et de l’an III apparaissent de façon évidente dans les constitutions chiliennes en particulier sur le rôle prépondérant accordé à l’Etat en matière éducative.

Cependant, l’Etat chilien se trouva confronté à plusieurs difficultés. Dans un premier temps, les caisses vides de l’Etat rendirent difficile la mise en place de ce réseau. Pour pallier ce problème, deux solutions furent trouvées : la première fut une délégation aux municipalités de l’obligation d’entretenir ou de mettre en place des écoles primaires, ce qui évitait à l’Etat central d’investir directement dans l’enseignement primaire. Dans le même ordre d’idée, les couvents se virent également obligés d’entretenir des écoles primaires. La deuxième solution consista en une aide financière accordée aux établissements privés, plutôt non confessionnels, par le biais de crédits de fonctionnement et par l’instauration de bourses pour les élèves méritants de milieux défavorisés.

Par ailleurs, il existait une autre limite à la mise en place d’un réseau éducatif qui était le manque de ressources humaines. Les personnes aptes à enseigner au Chili étaient peu nombreuses d’autant plus que, les salaires étant très bas, les personnes instruites préféraient généralement investir leur temps et leurs efforts dans des professions plus lucratives. Là encore, trois solutions furent envisagées : la première consista à envoyer des personnes en formation ou en observation en Europe : des bourses furent accordées à quelques personnes pour une formation en Europe de même que D.F. Sarmiento fut envoyé en mission d’observation du système éducatif en Prusse et en France. Un autre mouvement s’opéra dans le sens inverse, le gouvernement se montrant particulièrement ouvert à l’immigration au Chili de personnes qualifiées. Ainsi, les diplomates chiliens avaient dans leurs recommandations de trouver des personnes aptes à mettre en place un système éducatif au Chili. Les cas d’Andrés Bello et de Claude Gay représentent des exemples emblématiques. Enfin, pour convaincre les personnes instruites de consacrer un peu de leur temps à l’enseignement, il était possible de concilier cette carrière avec d’autres activités.

Par la mise en place de ces stratégies, le système éducatif chilien se développa au XIXème siècle, à partir de l’institut National, sorte d’établissement modèle. L’enseignement primaire fut encadré par l’Etat qui jouissait d’un fort pouvoir normatif : programmes, méthode (Lancaster), cours en alternance mais participait peu à sa mise en place. Par contre, l’Etat s’investit beaucoup plus directement dans l’enseignement secondaire et supérieur, à même de lui fournir des serviteurs. L’objectif était en outre de créer, à côté des programmes traditionnels qui formeraient des personnes aux compétences générales, des enseignements techniques nécessaires au développement du pays. Ainsi, la formation de certains corps, Ponts et Chaussées, Mines, faisait partie des objectifs de l’Etat. La fondation, en 1842, de l’Université du Chili, agissant dans un premier temps en tant qu’Académie et de Superintendencia de educación, fut essentielle au développement des filières professionnelles et à l’harmonisation du système éducatif. A tous les niveaux de l’enseignement, une grande importance était accordée à la formation du citoyen par la mise en place d’une mythologie nationale et l’inculcation des valeurs républicaines.

Les efforts éducatifs ne furent pas vains car ils aboutirent à l’apparition d’une classe moyenne, composée des personnes instruites et du corps enseignant, des personnes généralement acquises aux valeurs d’efforts et de progrès qui sous-tendait le projet national chilien. Ce capital humain récemment créé fut naturellement reversé dans les institutions étatiques ou/et dans l’industrie nationale ou le commerce, participant activement, à plusieurs niveaux au développement du pays.

Je montrerai dans une deuxième partie que le développement des institutions et la rationalisation dont firent l’objet l’armée, la justice mais surtout la bureaucratie contribuèrent à ouvrir la fonction publique, naguère réservée aux élites traditionnelles, à des personnes parfois de milieux modestes.

En effet, au moment de l’Indépendance, les personnes compétentes étaient peu nombreuses étant donné l’abandon intellectuel dans lequel avait été laissé le Chili à l’époque coloniale. De ce fait, la plupart d’entre elles fut amené à jouer un rôle public, que ce soit dans la politique ou dans les structures étatiques. Ces personnes, par les caractéristiques mêmes de la société chilienne, appartenaient toutes à l’élite économique, la seule à pouvoir éduquer ses enfants, en les envoyant dans d’autres universités américaines, comme l’Université San Marcos de Lima ou en Europe. Autre conséquence de ces formations, la fonction publique était uniquement composée de personnes ayant suivi des études de droit, sans compétences dans des domaines techniques.

Cependant, à partir de 1830, une nouvelle politique vit le jour et se substitua à la politique de crise jusque-là adoptée. Dans le domaine militaire, le début de rationalisation mis en place par O’Higgins avec la fondation de l’Académie militaire fut renforcé par une organisation de cette académie, par la création d’une Ecole de la Marine et la fondation de la Garde Nationale, véritables instruments au service de l’Etat. Les grands chefs de guerre de l’indépendance furent généralement exilés ou écartés de la sphère militaire. L’Ordonnance Générale de l’Armée, approuvée le 25 avril 1839 établit une hiérarchie précise, les soldes afférentes, les principes de retraites et de caisse de prévoyance. La loi du 10 octobre 1845 obligea tous les officiers à se faire recenser, interdit la création de nouveaux emplois d’officiers et définit les instances supérieures. Des précisions concernant les soldes furent données par des décrets de 1845 pour l’Armée de Terre et de 1847 pour la Marine et les carrières furent encouragées par l’établissement de primes d’ancienneté. Ainsi, toutes ces mesures contribuèrent peu à peu à normaliser les relations entre l’Etat et une armée qui respectait le rôle qui lui avait été assigné par les constitutions. On voit ainsi que peu à peu les carrières militaires ne furent plus l’apanage exclusif de fils de familles nommés grâce à leur nom car des compétences précises devinrent obligatoires.

Dans le domaine de la justice, le réseau des tribunaux fut densifié. Des tribunaux d’instance furent créés à Copiapó en 1838, Valparaíso en 1840, Santiago en 1855, Linares, Parral, Ovalle en 1857, Los Andes en 1860. Des Cours d’appel virent aussi le jour à Conception et à La Serena en 1850, un tribunal de police fut créé à Santiago en 1857. La création de ces tribunaux répondait à une demande et requérait un plus grand nombre de personnels (Magistrature et Barreau). Dans le domaine de la justice, filière d’études traditionnelle des élites, ce n’est pas tant une rationalisation qui fut opérée, car le modèle reprit, en l’améliorant, celui en vigueur à l’époque coloniale, qu’une croissance en nombre du personnel.

Ce fut dans le domaine de la bureaucratie que les efforts de rationalisations furent les plus importants et ce fut aussi dans ce domaine que l’arrivée de personnel issu des classes moyennes fut la plus évidente. Les mesures prises par le ministre D. Portales en matière de moralisation et de transparence donnèrent le ton des réformes à venir. La notion de « société civile » apparut de manière détournée par l’idée que les fonctionnaires devaient répondre de toute accusation qui leur serait faite par lettre ou voie de presse et par le vote chaque année, à partir de 1842, du budget de l’Etat. Un Etat qui doit donc rendre des comptes.

La première loi donnant des précisions sur les carrières et le statut des élites de pouvoir fut celle du 4 octobre 1834 qui fournit l’organigramme et les salaires des membres et personnel du Congrès. Peu après, la loi du 1er février 1837 établit quatre Ministères, en précisa les attributions, définit les emplois proposés du conseiller ministériel eu portier tandis que la loi du 15 février de la même année établissait des critères de compétences certes flous mais importants car ils donnaient néanmoins un cadre réglementaires aux carrières. On voit donc que les organes centraux de l’Etat furent les premiers organisés : Congrès, ministères, bureau de statistiques créé en 1847 afin de mieux connaître, calculer, quantifier le capital humain et économique du pays.

Après l’organisation des organes centraux, l’Etat poursuivit les efforts d’organisation en se déployant en province. En ce sens, la loi du 10 janvier 1844 sur le régime intérieur est capitale car elle établit en détail l’organisation de l’Etat au niveau national. Les prérogatives des différentes instances sont définies avec précisions ainsi que les compétences nécessaires aux fonctionnaires, l’idée du concours apparaît également. On peut néanmoins remarquer qu’en dépit de cette volonté de définition des compétences pour les employés de la fonction publique, les hauts fonctionnaires échappaient à cette idée de rationalisation et leur nomination était avant tout le fait du maître.

Les efforts éducatifs de l’Etat chilien au XIXème siècle couplés à la volonté de rationalisation de la fonction publique contribuèrent activement à faire apparaître dans la sphère publique et politique de nouveaux acteurs qui n’étaient pas issus des élites traditionnelles. Un secteur public composé de représentants des classes moyennes se développa au même rythme que les institutions. Enfin, le système éducatif qui mettait l’accent sur l’idée de progrès alla dans le même sens que le développement de nouvelles élites issues de l’industrie des mines, du commerce et de la finance, souvent d’origine étrangère mais qui trouvèrent au Chili un projet qui les intégra parfaitement.

Romain Magras (Université Lille III):

 « Le rôle de l’intellectuel. Regards croisés sur les figures de Leopoldo Lugones et Abel Posse »

La célébration de l’anniversaire de la fondation de la Nation est généralement l’occasion de faire le point sur les défis que lui lance l’avenir et, bien évidemment, de dresser un bilan de l’action des politiques. Il n’est pas rare de voir des écrivains entrer en scène pour jouer un rôle différent et complémentaire ou antagoniste de celui des politiques. Ils assument ainsi une fonction sociale qui dépasse celle de créateurs pour incarner le rôle de mémoire vivante des origines, des actes fondateurs de la Nation, de ils redéfinissent l’identité, l’idiosyncrasie nationales pour jouer ainsi un rôle de guide, de conducteur, à l’instar des politiques, non dénué d’un certain messianisme. Ils assument cette fonction à travers une véritable stratégie de construction d’une figure d’auteur servie par une rhétorique bien particulière. En prenant comme point d’appui le rôle joué par Leopoldo Lugones dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Nation argentine, nous mettrons en lumière les modalités de l’émergence d’une figure assez voisine dans l’Argentine du début du XXIème siècle, celle d’Abel Posse

Erika Thomas (Université Lille III) :

« L’indépendance du Brésil : irrévérences cinématographiques et télévisuelles contemporaines »

Bref rappel historique : l’indépendance du Brésil

Le Brésil a été « découvert » en 1500 par le Portugais Pedro Alvares Cabral, devenant ainsi une colonie portugaise. Quelques siècles plus tard, lorsque les troupes napoléoniennes occupent le Portugal en 1807, le prince régent de le dynastie de Bragance, Dom João, décide de s’expatrier, avec la famille royale, au Brésil. Il s’installe à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil. A la mort de sa mère (Marie 1ere du Portugal appelée Marie la Folle) il devient en 1816, Joao VI et entreprend de mettre en œuvre un processus de décolonisation progressif en octroyant au Brésil  son autonomie au sein de l’empire politique portugais (le Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves proclamé l’année précédente). La cour portugaise réclamera l’annulation de l’autonomie du Brésil lorsqu’en 1820 la révolution espagnole contraint Dom João IV à rentrer au Portugal en confiant la régence du Brésil à son fils Pedro. Ce dernier va être rappelé à son tour au Portugal mais il refuse de s’exécuter en proclamant le 9 janvier 1922, sa première phrase légendaire "Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico."/ « Si c’est pour le bien de tous et la féciliyé générale de la nation, dites au peuple que je reste » avant de convoquer une assemblée constituante et de décider qu’aucun ordre de Portugal ne serait appliqué sans son approbation. Ce jour est connu comme « O dia do Fico / Le jour du Je reste » . Une nouvelle lettre de la cour lui parvient en annulant l’Assemblée et en exigeant de nouveau son retour au Portugal. Face à la pression et à la montée de la propagande indépendantiste, Pedro proclame l'indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 à Ipiranga (Sao Paulo)  en prononçant alors sa deuxième phrase légendaire : « Independencia ou morte/ L’indépendance ou la mort ». Il est nommé Empereur Pedro 1er le 1er décembre de la même année. Les premiers pays à reconnaître l’indépendance du Brésil furent les Etats-Unis et le Mexique. Le Portugal exigea la somme de deux millions de livres sterling en paiement pour l’indépendance de sa colonie. La suite de l’histoire est marquée par une continuité des inégalités sociales brésiliennes (pas de réforme agraire, pas d’abolition de l’esclavage), des conflits avec l’assemblée constituante, une guerre avec l’Argentine, et divers événements qui amènent le monarque impopulaire alors, à abdiquer en 1831 en faveur de son fils de cinq ans, Pedro II en confiant à son ministre de l’intérieur et des affaires étrangères, José Bonifácio de Andrade e Silva la gouvernance du Brésil jusqu’à la majorité de son fils. Le règne de Pedro II sera marqué par une certaine modernisation économique et politique du pays (octroi du suffrage universel, abolition de l’esclavage en 1888).  

Expressions médiatiques de l’Indépendance

La vision politiquement correcte du contexte  dictatorial: les 150 ans d’Indépendance

  • 56 Production Oswaldo Massaini, Cinedistri.
  • 57 “ Acabo de ver o filme Independência ou morte e desejo registrar a excelente impressão que me causo (...)

Le 7 septembre 1972, tandis que la dictature militaire brésilienne bat son plein et que la société brésilienne au travers de ses différents medias et de ses différents lieux de savoirs s’apprête à célébrer les cent cinquante ans d’indépendance, un film historique de Carlos Coimbra, Independencia ou morte56, sort en salle et va connaître un immense succès. Le film construit une vision héroïque et romantique de l’Histoire au cours de laquelle le 7 septembre 1822, au bord du fleuve Ipiranga, le prince régent Dom Pedro I, futur empereur du Brésil, défit la couronne portugaise en lançant son célèbre cri : « l’indépendance ou la mort ! » Cette phrase porte une injonction à aimer le Brésil, à mourir pour le Brésil, mise en images et portée à travers les siècles, qui fait un étrange écho au slogan de ces sombres années dictatoriales: « Le Brésil : aime-le ou quitte-le ». Le lien entre le contexte politique de la dictature au moment de la réalisation du film et son contenu idéologique, qui s’étaye sur la fibre patriotique, est une première lecture pour comprendre la façon de rendre compte, d’un point de vue cinématographique, de l’Histoire de l’indépendance. Cette première lecture est d’ailleurs favorisée par le renfort publicitaire causé par un télégramme présidentiel de félicitations et de soutien publié dans le quotidien Jornal do Brasil, le jour de la sortie du film. En substance57, le télégramme du président Medici, labellise d’un visa de qualité gouvernementale en quelque sorte, le film de Carlos Coimbra.

La narration, qui débute à partir de l’abdication de Dom Pedro devenu empereur, se concentre au travers de flash back sur la biographie de Dom Pedro, né au Portugal en 1798, puis envoyé au Brésil à 9 ans, marié à l’age de 19 ans avec l’archiduchesse Dona Leopoldina, Prince Régent en 1821, à l’age de 22 ans, un an plus tard, rappelé au Portugal, moment où il décide de rester au Brésil (« Dia do Fico ») posant ainsi l’acte qui est le premier pas vers la revendication d’Indépendance de ce héros volontaire, déterminé et romantique appelé à devenir empereur du Brésil. L’hymne national est présent dans les moments forts du film, renforçant ainsi, le lien entre Histoire et mémoire.

  • 58  Voir en particulier l’analyse de Carlos Eduardo Pinto “A História numa sala escura... a construção (...)
  • 59  “Se é para o bem de todos e felicidade geral da Nação, estou pronto! Digam ao povo que fico”

Ce qui pose question  au cœur de cette reconstitution romantique qui survalorise également l’amour adultère et tourmenté du protagoniste avec la Marquise de Santos, c’est le fait de représenter l’Indépendance comme un acte résultant d’un processus de volonté individuel (il est d’ailleurs intéressant de relever la quasi absence du peuple dans ce film, il n’y a que des seulement des « représentants » du peuple, des porte-voix)  et comme le produit d’une histoire nationale sans conflits58. Le peuple brésilien s’incarne tout entier au travers de la volonté d’un homme déterminé à agir, comme le rapporte l’historiographie officielle « pour le bien de tous et pour le bonheur général de la nation »59.

La vision ironique dans le contexte du retour à la démocratie: les 200 ans de l’Indépendance

A l’opposée de cette vision hagiographique, le film de Carla Camurati, Carlota Joaquina (1995), film emblématique de la retomada (reprise du cinéma brésilien, condamné depuis l’ère Collor) et réalisé dix ans après le retour à la démocratie, ainsi que la telenovela O Quinto dos Infernos de Carlos Lombardi (quarante-huit épisodes, 2002) célébrant les deux cent ans d’Indépendance, proposent une lecture bien plus subversive des coulisses de l’indépendance du Brésil. Carlota Joaquina et O quinto dos infernos examinent de façon comique, les raisons du départ de la cour portugaise du Brésil, départ qui sera à l’origine du processus d’indépendance incarné historiquement par Pedro I, fils du monarque Dom João VI et de Carlota Joaquina, héritière de la couronne espagnole. Le film et la telenovela cernent les personnages historiques au travers des raisons sur lesquelles s’étayent certains de leurs actes : ainsi, Dom João VI s’installe au Brésil, pour fuir le combat avec les troupes napoléoniennes et exploiter les richesses du sol brésilien. Carlota Joaquina, qui collectionne les amants et ne supporte pas le climat brésilien veut rentrer au Portugal après avoir fait assassiné l’amant qui l’a délaissée. Quant au fils, Dom Pedro I, il est davantage préoccupé par ses diverses conquêtes amoureuses que par la politique brésilienne.

L’histoire de Carlota Joaquina se concentre, pour mieux étayer les racines de l’indépendance du Brésil, sur le personnage de la mère de Dom Pedro, la princesse Carlota Joaquina. En utilisant un dispositif particulier qui relève, comme le précédant film,  du flash back.  Dans ce film, un homme d’aujourd’hui,  raconte à une petite fille boudeuse, les déboires d’une princesse brésilienne.  La restitution de l’Histoire est questionnée d’emblée. Le vieil écossais raconte ainsi l’incroyable histoire de Carlota Joaquina : infante espagnole promise à devenir la princesse du Brésil qui reçoit le portrait de son futur époux, Dom Joao VI elle part à sa rencontre au Portugal. Arrivée là-bas, elle est plus que déçue en voyant son prétendant et, au fil des années, Carlota, devenue une jeune femme, va collectionner les amants et les enfants – neuf au total - des uns et des autres. Son mari Dom João est un lâche qui a peur de tout et qui décide de partir au Brésil par crainte de la révolution française. Au Brésil, son seul objectif est d’exploiter les richesses et fermer les yeux sur les infidélités de sa femme, impulsive et autoritaire. En effet, celle-ci assassinera un amant jardinier en apprenant qu’il va se marier. Puis elle rentrera  au Portugal, où elle se suicidera quelques années plus tard, en laissant son fils au Brésil.

De cette union où la mère a le stéréotype d’une nymphomane meurtrière et le père d’un lâche, comment est présenté le fils responsable de l’Indépendance du Brésil ? Il garde l’image du héros national, aimé du peuple pour ses idées libérales, mais il est de santé fragile et, comme sa mère, il collectionne les aventures. Il est, en quelque sorte, un personnage secondaire.  Prenant goût à la vie libre du Brésil, il demande à son père d’y rester afin d’assurer que ces terres seront toujours les siennes (à son père) : « Tu as raison mon fils, il vaut mieux que tu y restes avant qu’un aventurier ne se batte pour son indépendance ». L’indépendance est une affaire de trahison et/ou de meurtre du père.  L’irrévérence de Carlota Joaquina tient à ce que l’historiographie officielle est mise à mal. Sans prétendre nous raconter la « véritable histoire » de l’indépendance du Brésil – il s’agit de la version d’un vieil écossais - elle nous invite à nous interroger sur le contexte de production d’un discours relatif à l’Histoire et aux stéréotypes inhérents à ces contextes.  

Quinto dos Infernos

 (le cinquième des enfers – en référence à l’impôt que payait le Brésil au Portugal et qui représentait un cinquième de sa production en or)

O Quinto dos Infernos est une mini série brésilienne de 48 épisodes (une telenovela en version courte)  produite par la TV Globo et diffusée entre le 8 janvier et le 29 mars 2002 à 23h écrite par Carlos Lombardi, Margareth Boury et Tiago Santiago. La telenovela est annoncée par l’un des auteurs -   Carlos Lombardi  - comme “une version humoristique de l’Histoire du Brésil”. Le succès est tel que, dès l’année suivante, O Quinto dos Infernos sort en DVD. Cette telenovela raconte les coulisses de l’Indépendance brésilienne qui démarre en 1785 lorsque Carlota Joaquina arrive au Portugal pour épouser Dom João IV et que quelques années plus tard, la famille royale décide de s’exiler au Brésil pour fuir les troupes de Napoléon. La telenovela se  termine avec la mort de Pedro 1er.

  • 60 O Estado de S. Paulo, 3/02/02; “História e humor na sala de aula”.“Portugal não sabe se exibirá ‘Qu (...)

La série a été critiquée dans les médias  par des historiens brésiliens et portugais60 pour le traitement caricatural des personnages qui, d’une certaines façon, élaborent une grille de lecture distordue de l’Histoire du Brésil : Dom João est un boulimique apathique et lâche qui se laisse porter par les événements, Carlota Joaquina est une nymphomane autoritaire, Pedro 1er un homme à femmes irresponsable et peu intéressé par la politique. La série, comme le film, élabore une critique acerbe de l’élite portugaise installée au Brésil exploitant les terres et le peuple brésiliens.

Néanmoins, cette « version humoristique » de l’Histoire du Brésil, met en relief des éléments intéressants :

a) L’Indépendance, n’est plus l’acte politique d’un seul homme mais le produit des circonstances amoureuses et sexuelles qui incitent un homme, Pedro 1er,  à rester au Brésil. L’indépendance est le fruit des circonstances.

b) La figure du politique est, comme dans le film Carlota Joaquina, construite au travers d’une lignée familiale lourde : une mère nymphomane, une grand-mère folle, un père lâche. L’homme politique est le fruit des valeurs de sa lignée.

c) Le titre de la telenovela ne se focalise pas sur l’Indépendance ou sur Carlota Joaquina (comme pour les deux précédentes représentations cinématographiques) mais sur Le Brésil perçu comme un enfer d’une part et sur le lien d’un territoire colonisé à l’espace colonisateur (l’impôt des un cinquième) d’autre part: ce faisant, les coulisses de l’Indépendance s’étayent sur la question du lien entre dominant et dominé. En faisant des protagonistes des caricatures, la telenovela discours sur  la cristallisation d’un processus complexe de séparation-individuation autour d’une figure fédératrice et précisément issue du rang des colonisateurs.  En insistant sur le devenir des personnages (au travers de la focalisation sur la lignée) la telenovela nous parle du devenir du Brésil au travers de son Histoire. Même si celle-ci est racontée sur le mode de la caricature et de la satire. Une Histoire mettant en perspective des figures politiques peu impliquées dans la politique et le devenir d’une nation.

L’autonomie politique et sa critique

L’intérêt de ces nouveaux discours cinématographiques et télévisuels questionnant l’indépendance du Brésil, va bien au-delà de la forme satirique qui les porte ou de la possible vérité historique qui les traverse. En effet, au travers du discours construit sur cette période de l’Histoire, se précise en creux, un regard particulier sur le Brésil et ses différentes figures du pouvoir politique affranchies de considérations historiques ou temporelles. En considérant que ces productions contemporaines se sont élaborées en réaction à la version officielle portée par le pouvoir dictatorial qui y retrouvait des valeurs de patriotisme et d’allégeance à l’homme politique, nous pouvons voir dans ces productions une invitation à considérer, dans tout discours relatif au Brésil (qu’il soit filmique, cinématographique, iconique, textuel…)  et quelque en soit son objet (politique, économique, social …) un point de vue. Un point de vue qui n’est pas que le fait de l’auteur du discours mais qui relève d’un champ idéologique contextuel. Finalement nous pouvons considérer ces différentes représentations audiovisuelles de L’Indépendance du Brésil, comme des productions culturelles qui, prétendant représenter  l’Histoire de l’Indépendance du Brésil, donnent aux spectateurs une grille normative de la perception du fait politique : comment comprendre autrement le télégramme présidentiel pour le film de  Carlos Coimbra ? Comment comprendre autrement l’agacement des historiens brésiliens et portugais face à la déformation de l’Histoire ? En réalité, il ne s’agit pas de représentation de l’Histoire, il s’agit de mise à distance (impossible durant la dictature et retrouvée lors du retour à la démocratie) de la figure du politique.

Javier Uriarte (New York University, Etats-Unis):

 « Literatura y “contra-historia”: dictadura, héroe y fundación nacional en Roa Bastos y Jean-Claude Fignolé »

En su lúcido ensayo “Algunos núcleos generadores de un texto narrativo”, Augusto Roa Bastos (1917-2005), discute problemas que rodean la génesis de su novela Yo el Supremo (1974). Allí se refiere a su “proyecto” original en el proceso de escritura del libro, consistente en “escribir una contrahistoria, una réplica subversiva y transgresiva de la historiografía oficial” (1984; 78). No es mi intención aquí mostrar lo evidente, es decir, que ese impulso “contrahistórico” se produce efectivamente en la novela. Más bien busco pensar las formas que ese proyecto adopta, esto es, analizar en qué sentidos puede hablarse de “contrahistoria” y qué formas adopta la misma. Cuando en este ensayo Roa dice escribir “contra la historia de los historiadores” (78), creo ver en este gesto una cuestión de propiedad o de apropiaciones: ¿de quién es la narración histórica? O también, ¿de quién es el héroe? Esto no tiene que ver sólo con los límites -siempre inciertos, siempre problemáticos- entre literatura e historia, entre historia y ficción que atraviesan la novela, sino que se trata principalmente de luchas simbólicas por el discurso. El “proyecto” de Roa es entonces, fundamentalmente “apropiador”, en el sentido en que busca hacer suyo, frente a otros discursos con otras -casi siempre opuestas- lógicas de apropiación, un determinado objeto. Lo que se intenta es construir una figura histórica de acuerdo a proyectos específicos e introducirla en el marco de los mismos, operación que implica una reinterpretación, una relectura de la nación, su origen y sus héroes.  

En relación a la obra de Roa me interesa pensar las formas en que el texto se acerca al personaje histórico de José Gaspar Rodríguez de Francia (que no aparece, como tal, directamente mencionado ni una sola vez a lo largo de todo el texto), lo lee y lo apropia como parte de un proyecto revisionista. Desde ese lugar, sugiero, se entiende con claridad la idea de “contrahistoria”, que el autor no desarrolla demasiado en el citado ensayo. Sí sabemos que él escribe “contra” -y este carácter reivindicador y polémico dará el tono a la novela- “la irrealidad historiográfica fraguada en los moldes del pensamiento reaccionario y liberal” (79), habría que explorar cuáles son esos discursos contra los cuales se escribe la novela, y, sobre todo, cómo es posible apropiarse de la figura del Francia. La construcción que realiza Yo el Supremo de la figura histórica de Francia tiene que ver con -y esto es explícito en el ensayo de Roa- su carácter de fundador de la nación paraguaya. Esta mirada al dictador como fundador y, en esa medida, como héroe nacional, me parece lo más novedoso y polémico de este texto.

En estas páginas pretendo estudiar las formas en que las figuras del tirano y del héroe fundador dialogan en la mencionada novela del escritor paraguayo. ¿Cuándo se funda la nación? ¿Quién la funda y cómo lo hace? ¿Quién está legitimado para hacerlo? ¿Cuáles son los discursos legitimadores de la nación? Una y otra vez estas preguntas han asomado y se ha buscado responderlas de manera definitiva y clara a través de relatos “oficiales” que han buscado adecuarse, en la medida de lo posible, al paradigma democrático occidental. El texto que aquí analizo propone nuevas respuestas al tiempo que perturba esa ilusión de claridad y reflexiona en torno de la figura del dictador como fundador, y en esa medida, como héroe nacional.

Me pregunto entonces cómo es posible reivindicar críticamente a ciertos personajes como héroes nacionales. Me interesa en particular mostrar exactamente cómo Yo el Supremo recupera un relato crítico de la historia nacional, e intenta leer la ambivalencia como propia y necesaria para dicho relato. Pretendo poner de manifiesto las maneras en que este texto reclama la necesidad de un discurso histórico complejo, alejado de impulsos hagiográficos a los que las historias “oficiales” han sido tan propensas en América Latina, y que incorpore y reivindique lo problemático y lo ambivalente como una parte esencial de sí mismo.

¿A través de qué procedimientos se construye el personaje central de la novela de Roa como poseedor de rasgos heroicos y totalitarios al mismo tiempo? En cierto sentido, la novela escapa a la lógica liberal tradicional, que confía únicamente en los caminos abiertos por la democracia (concebida principalmente como derechos electorales) y el libre mercado como “reguladores”, oponiendo libertad y dictadura de un modo tajante y definitivo. Así, este texto reivindica críticamente la posibilidad de que tiranía y liberación -concebidas por el liberalismo tradicional como excluyentes- puedan compartir una misma lógica, puedan acercarse hasta identificarse en algunos puntos.

Hay en Yo el Supremo un intento de problematizar figuras históricas centrales, a través de las cuales se discuten conceptos clave como los de fundación, héroe, nación, memoria, dictadura, liberación, historia. Roa construye su texto como una reivindicación -siempre crítica y problematizadora- de la figura del dictador, José Gaspar Rodríguez de Francia frente a la “leyenda negra” (al decir del propio Roa y de Fernández Retamar) que lo había construido como un déspota. En estas páginas pretendo adentrarme un poco más en la construcción textual de este personaje y en las formas en que la novela pretende otorgarle un lugar nuevo, siempre problemático y polivalente, en el espacio simbólico de la nación.

Llevaré adelante este proyecto a través de la discusión de lo que llamaré los discursos del origen, tanto del héroe como de la nación, cuya aparente condición de definitivos e inamovibles socava la novela. Los problemas vinculados al origen tienen que ver con las formas en que el discurso busca borrar y/o establecer (a veces simultánea, otras veces sucesivamente) un punto originario, tanto de la nación como del héroe en sí. En cierta medida, se trata de procesos casi identificadores: el origen de la nación es el héroe, pero éste último no puede ser “héroe” sin la nación que genera. A la vez, la idea del “héroe” como generador se complementa con la idea del héroe “no-generado” o “autogenerado”: él es su propio origen, así como el de la nación (de ahí la identificación entre ambos). La idea de autogeneración es posible gracias a la introducción del discurso mítico, que permite borronear, enturbiar el “punto” del origen. A diferencia del discurso histórico tradicional, el discurso mítico anula el tiempo medible y precisable, lo cual también repercute en las características del héroe construido, engrandeciéndolo y eternizándolo.

Nuria Tabanera García (Universidad de Valencia, Espagne):

« Pensar hoy el Bicentenario: Sobre las dimensiones actuales de las Revoluciones por la Independencia de América Latina”

Agustín Mackinlay (Université de Leyde, Pays-Bas):

« Un enigma resuelto : Mariano Moreno y el Plan de operaciones”

La digitalización de la Historia de las dos Indias (HDI) de Guillaume-Thomas Raynal abre las puertas a una reinterpretación de los escritos de Mariano Moreno, el líder de la Junta revolucionaria de Buenos Aires en 1810. El artículo presenta el primer análisis sistemático de la influencia de Raynal – y de Denis Diderot, el principal colaborador de Raynal – sobre el pensamiento de Moreno. Comprobamos la influencia decisiva de Raynal y Diderot sobre sus ideas políticas y sobre su tarea de gobierno. Omnipresente en los escritos « oficiales» de Moreno, la HDI también lo está en el Plan de Operaciones, un documento caracterizado por la violencia de sus propuestas. El Plan, generalmente atribuido a Moreno, continúa dividiendo a los especialistas ; algunos lo ven como un  fraude originado en Montevideo en 1813 para desacreditar a la Junta de Buenos Aires. Profundamente influenciado por la imagen del líder fundacional en la HDI, Moreno distingue implícitamente entre la violencia de la fundación y la paz de la administración basada en el gobierno balanceado. Desde esta perspectiva, el Plan es claramente compatible con los escritos de Moreno en la Gazeta de Buenos-Ayres. Palabras claves : Raynal ; Diderot ; Moreno; Plan de Operaciones.

Cristina Climaco (Université Paris 8) :

 « En amont d’une indépendance. Les relations entre Lisbonne et Rio de Janeiro, 1807-1822 »

Il s'agit d'analyser les mutations provoquées par les invasions françaises dans les relations entre la métropole et la colonie, notamment la dislocation du centre de l'Empire vers l'Amérique et la tentative de restructuration de celui-ci. La création du Royaume-Uni du Portugal et Brésil est révélateur du nouveau statut de l'ancienne colonie  au sein du nouvel Empire. De la résistance à ce nouvel ordre résulte la confrontation entre deux visions antagoniques, dont les profondes divergences ne pouvaient mener qu'à l'indépendance du Brésil.

Graciela Montaldo (Columbia University, Etats-Unis):

« XXI-XIX: de la nación al mundo”

En 1995 Josefina Ludmer propuso componer “Una máquina para leer el siglo XIX”. De diseño modernista, la propuesta de la máquina atendía a las conexiones posibles, naturales o tensas, entre prácticas: específicamente, la máquina conectaba la literatura con la política y se organizaba en varios niveles y a través de varias categorías (Estado, guerra, subalternos, etc.). Cuando en 2010 la celebración de los “bicentenarios” de la independencia se coloca en un lugar destacado de la escena política de varios gobiernos latinoamericanos, interesados en recuperar el valor histórico y político de términos tales como “nación”, “Estado”, “comunidad”, “pueblo”, “exclusión”, podemos revisar críticamente esos relatos y convertir al siglo XIX y las independencias en un artefacto de desagregación; no en una máquina que conecte sino en un dispositivo más parecido a una producción de vacío que descomponga la historia latinoamericana del siglo XIX, que ha sido articulada según férreos principios binarios, según categorías estrictas, fórmulas firmes y metáforas permanentes. Gran parte de las interpretaciones que el siglo XX hizo del XIX ha sostenido sus mismos presupuestos culturales e ideológicos. Quizás el mirador del bicentenario dé la oportunidad de recolocar esas versiones y narrar el siglo XIX desde el XXI.

Lo que convencionalmente llamamos “siglo XIX” es el conjunto de textos y prácticas que ponen en discusión la nueva escena que se genera con los procesos de Independencia; mi propuesta es revisar categorías y relatos fundadores de la identidad latinoamericana en el marco de la globalidad que se inicia con las exploraciones científicas, con las revoluciones de independencia y con los nuevos vínculos económicos. Quisiera ver en textos fundadores del pensamiento latinoamericano (Simón Bolívar, Andrés Bello, Domingo F. Sarmiento, entre otros) y con el apoyo de los trabajos transatlánticos (M. L. Pratt, Jeremy Adelman, Sibylle Fischer) cómo la independencia y la nación se constituyen a través de la dimensión global de los procesos culturales. Esta ponencia también se propone como una actualización crítica, que revise las versiones canónicas sobre la independencia latinoamericana (Halperín Donghi, Ángel Rama, Julio Ramos, Doris Sommer, Josefina Ludmer, entre otros) para presentar algunas nuevas formas de organizar las lecturas.

Enrique Sánchez Albarracín (INSA-Université de Lyon 1):

« De l’indépendance politique à l’émancipation culturelle: le rôle de la diplomatie latino-américaine »

Aux XIXe et XXe siècles les républiques hispano-américaines se construisent, en marge de l'Espagne, dans le cadre d'une longue émancipation historique qui dépasse largement les limites chronologiques des proclamations d'indépendance. L'éclatement de l'empire colonial a provoqué l'apparition sur la scène internationale de nouveaux Etats qui recherchent désormais leurs propres alliances stratégiques tout en opérant des processus de construction nationale fondés sur des héritages territoriaux et identitaires complexes. La défense des intérêts continentaux face à la pénétration économique et militaire des puissances occidentales, la fin des révolutions et des guerres internes, la liquidation du patrimoine colonial, le règlement des conflits frontaliers, l’insertion des nouveaux ensembles politiques dans l’économie mondiale ou l’absorption d’immenses flux migratoires constituent à la fois des obstacles récurrents au développement du progrès économique et social et des défis majeurs pour les jeunes républiques d’Amérique Latine.

Dans ce contexte de rupture politique d’abord, mais ensuite de réappropriation, d’affirmation puis d’ouverture, les diplomates latino-américains vont jouer un rôle primordial, oeuvrant à la reconnaissance juridique et géographique des nouveaux Etats-Nations, favorisant l’insertion des économies régionales sur les marchés internationaux et suscitant finalement la reconnaissance de la légitimité culturelle et intellectuelle de l’Amérique Latine dans le monde.

Nous nous proposons à travers ce travail, qui s’appuie à la fois sur des sources historiographiques et biographiques diverses, des correspondances, des témoignages, des essais et des oeuvres littéraires, d’évaluer la contribution de la diplomatie latino-américaine au processus d’émancipation et d’affirmation identitaire des nations latino-américaines au cours de leur deux siècles d’indépendance politique.

Felipe del Solar (Université Paris 7) :

« Francs-maçons et Sociétés secrètes: réseaux militaires pendant les guerres de l’indépendance en Amérique du sud »

L’historiographie concernant le problème de l’influence de la Franc-maçonnerie  a été fortement marqué par l’opposition entre détracteurs, qui défendent la théorie du complot international, et les apologistes, qui exagèrent le rôle joué par les frères. Si en France l’étude de la Franc-maçonnerie est ouvert àl’Espace européen on a plutôt négligé les  importantes interactions avec l’Amérique Latine.

Nous nous proposons d’analyser la sociabilité maçonnique du début du XIXème siècle, en tant que phénomène global avec divers moments d’expansion dont le centre se situe en Europe et la périphérie en Amérique Latine. Nous considérons également ce type de sociabilité comme un vecteur de mutation de l’Ancien Régime dont les membres constituent les vrais agents culturels de transformation des structures politiques et sociales.

S’il est exact que la Franc- maçonnerie n’a pas directement réalisé l’indépendance de l’Amérique du sud (comme aurait prétendu l’abbé Barruel dans le                                                                                                                                                                                                     cas de la Révolution Française) il n’est pas moins vrai que de très nombreux maçons ont participé militairement et ont joué un rôle de première importance dans les événements qui on abouti à l’indépendance.

Pour conclure,  l’analyse des réseaux que nous proposons sera permettra évaluer heuristiquement l’influence des francs-maçons dans la guerre de l’indépendance, rendant compte des structures des loges, des profils et des trajectoires de ses membres et des ses réseaux intercontinentaux de coopération. C’est ainsi que, à la veille du bicentenaire des indépendances latino-américaines, notre travail ouvrira un nouveau débat pour mettre en évidence l’influence de la Franc- Maçonnerie -négligée jusqu’ici par l’historiographie traditionnelle- comme un facteur fondamental dans le succès des combats pour l’indépendance dans l’Amérique du Sud.

Bibliografía

BAGNO, Marcos, O processo da independência do Brasil, 2000 Ática

LABAKI Amir, (dir), O cinema brasileiro, Publifolha, São Paulo, 1998.

PARANAGUA Paulo Antonio (dir) Le Cinéma Brésilien, Editions du Centre Pompidou, Paris 1985.

RAMOS Fernão, MIRANDA Luiz Felipe (dir) Enciclopedia do cinéma brasileiro, Editora Senac, São Paulo, 1997.

THOMAS Erika Le cinéma brésilien, du cinema novo à la retomada, L'Harmattan, coll. Audiovisuels et Communication, 2009.

Erika THOMAS, Les telenovelas entre fiction et réalité, L'Harmattan, coll. Audiovisuels et Communication, 2003.

VILLA, Marco Antonio, Sociedade e história do Brasil , Independência do Brasil , 1999 Instituto Teotônio Vilela

Inicio de página

Notas

1  Un ejemplo de esto puede ser el libro, por lo demás un espléndido trabajo, de Eric Van Young La otra rebelión (Van Young, Eric, La otra rebelión. La lucha por la independencia de México, 1810-1821, México, Fondo de Cultura Económica, 2006) en el que se hace un pormenorizado análisis del trasfondo social, étnico y económico de la guerra de la independencia: el problema es que este trasfondo ya existía en las décadas previas a la independencia y siguió existiendo varias décadas después sin que antes ni después fuese motivo de un conflicto generalizado como el que tuvo lugar a partir de 1810. La impresión es que se está explicando lo accesorio y no lo principal.

2  Sobre él véase Pérez Vejo, Tomás, “El problema de la nación en las independencias americanas: una propuesta teórica”, Mexican Studies/Estudios Mexicanos Aug 2008, Vol. 24, No. 2, pp. 221–243.

3  Para algunos ejemplos de estos estudios véanse Burkholder, Mark A. y Chandler, D.S.,  From impotence to authority : the Spanish Crown and the American audiencias, 1687-1808, Columbia, University of Missouri Press, 1977; Lohmann Villena, Guillermo, Los ministros de la Audiencia de Lima en el reinado de los Borbones, 1700-1821, Sevilla, Escuela de Estudios Hispanoamericanos de Sevilla, 1974; y Arnold, Linda, Bureaucracy and bureaucrats in Mexico City, 1742-1835, Tucson, University of Arizona Press,1988.

4  Para estos datos véase Marchena Fernández, Juan, Oficiales y soldados en el ejercito de América, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-americanos de Sevilla, 1983, pp. 112-113 y 300-301.

5  Véase Dedieu, Jean Pierre, “Dinastía y élites de poder en el reinado de Felipe V”, en Fernández Albadalejo, Pablo (ed.), Los Borbones. Dinastía y memoria de nación en la España del siglo XVIII. Madrid, Marcial Pons, 2001, pp. 381-399.

6  Mark S. Burkholder y D.S. Chandler han demostrado, por ejemplo, que en la década de 1760 la mayoría de los cargos de las audiencias de México, Lima y Santiago de Chile estaban ocupados por españoles americanos (Burkholder, Mark A. y Chandler, D. S., From impotence to authority : the Spanish Crown and the American audiencias, 1687-1808, Columbia, University of Missouri Press, 1977)

7  “Antonio Ignacio de Cortabarría al secretario del Despacho de Gracia y Justicia”, 21 de agosto de 1812.

8  Pietschmann, Horst, “Los principios rectores de la organización estatal en las indias”, en Annino, Antonio y Guerra, Francois-Xavier (Coods.), Inventando la nación. Iberoamérica. Siglo XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 2003, pp. 64-65.

9  Demélas, Marie-Danielle, “Estado y actores colectivos. El caso de los andes”, en Annino, Antonio y Guerra, Francois-Xavier (Coods.), Inventando la nación. Iberoamérica. Siglo XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 2003, p. 350.

10  Citado en Archer, Christon I., “Peanes e himnos de victoria de la guerra de independencia mexicana. La gloria, la crueldad y la “demonización” de los gachupines, 1810-1821”, en Rodríguez O., Jaime E., Revolución, independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, Fundación Mapfre-Tavera, 2005, p. 238.

11  Un caso excepcional en el conjunto de la América española, ya que a diferencia del resto del continente la americanización de su cuerpo de oficiales fue siempre muy baja. La mayoría de los datos que se utilizan a continuación están sacados del artículos de Anthony MacFarlane, “Los ejércitos coloniales y la crisis del imperio español, 1808-1810”, Historia Méxicana, LVIII, 2008, pp. 229-285.

12  Miller, Gary, “Status and Royalty of Regular Army Officers in Late Colonial Venezuela”, The Hispanic American Historical Review, 66:4, 1986, pp. 675-676.

13  Par « secondaires », on entend non seulement la place de second, juste derrière la capitale, de Guadalajara et d’Arequipa en termes démographiques et économiques, mais également l’intériorisation de ce sentiment d’être « second », qui implique un refus de la  soumission au discours centralisateur de la capitale, après de longues décennies d’une relative autonomie, et la revendication d’un rôle plus important au niveau national. Cette problématique de la ville secondaire est au cœur de la thèse de doctorat dans laquelle s’inscrit ce travail sur le centenaire de l’indépendance.

14  Nous synthétisons ici les divers travaux sur l’histoire du Guatemala tels que: LUJÁN MUÑOZ Jorge, Breve historia contemporánea de Guatemala, México, Fondo de Cultura Económica, 2006 (1998) ; LUJÁN MUÑOZ Jorge (dir), Historia General de Guatemala, Guatemala, Sociedad de Amigos del País, 1998, 5 vols ; TORRES RIVAS Edelberto (coord.), Historia general de Centroamérica, 5 vols.

15  On se reportera notamment aux programmes de 1882, et à la brève analyse qu’en a proposé Magda Leticia González Sandoval dans "Die dastellung der nationalen Geschichte in den guatemaltekischen Schulbüchern (1871-1944)", in M. RIEKENBERG (dir.), Politik und Geschichte in Argentinien und Guatemala, Frankfurt, Mein, 1994, p. 243-258.

16  La première édition semble dater de 1887. Nous avons personnellement utilisé GÓMEZ CARRILLO Agustín, Elementos de la Historia de Centro-América, Guatemala, Tipografía La Unión, 1893 (3ª edición), 143 p.

17  SARAVIA Miguel G., Compendio de la historai de Centro-América, Tipografía El Progreso, 1879, 160 p.

18  GÓMEZ CARRILLO Agustín, Estudio histórico de la América Central, Guatemala, Imprenta de P. Arenales, 1883 (2ª edición), 226 p.  

19  AGUIRRE CINTA Rafael, Lecciones de historia general de Guatemala, desde lso tiempos primitivos hasta nuestros días, Guatemala, Tipografía Nacional, 1899, 248 p.

20  GÓMEZ CARRILLO Agustín, Compendio de la Historia de la América Central, Madrid, Imprenta de la Viuda de Hernando y Cía, 1892, 284 p.

21  On citera notamment l’accord du 3 septembre 1892, qui mandate le même Agustín Gómez Carrillo pour l’écriture d’une « historia patria » restée inachevée sous la plume de José Milla y Vidaurre.

22  On lira à ce sujet les préfaces et introductions des trois manuels, déjà commentées par M. L. González Sandoval, op. cit.

23  SARAVIA, p. 81.

24  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 83.

25  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 116.

26  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 58 et 70.

27  SARAVIA, p. 85.

28  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 89.

29  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85.

30  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85; GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 59.

31  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 93.

32  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 86.

33 Ibidem.

34  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 85.

35  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 88.

36  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 90.

37  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 88.

38  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 91.

39  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 117.

40  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 59.

41  GÓMEZ CARRILLO, Elementos…, p. 64.

42  LUJÁN MUÑOZ Jorge, Breve historia contemporánea de Guatemala, México, Fondo de Cultura Económica, 2006 (1998), p. 115-119. 

43  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 66.

44  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 123.

45  SARAVIA, p. 86.

46  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 127.

47 Ibidem.

48  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 101.

49  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 131.

50  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 118.

51 Ibidem.

52 Ibidem.

53  GÓMEZ CARRILLO, Estudio…, p. 140.

54  SARAVIA, p. 123.

55  ANSART Pierre, « Manuels d’histoire et inculcation du rapport affectif au passé », in MONIOT Henri (coord.), Enseigner l’histoire. Des manuels à la mémoire, Berne-Francfort-Nancy-New York, Peter Lang, 1994, p. 57.

56 Production Oswaldo Massaini, Cinedistri.

57 “ Acabo de ver o filme Independência ou morte e desejo registrar a excelente impressão que me causou. Está de parabéns toda a equipe diretor , atores ,  produtores e técnicos pelo trabalho realizado que mostra o quanto pode fazer o cinema brasileiro inspirado nos caminhos de nossa história . Este filme abre amplo e claro horizonte para o tratamento cinematográfico de temas que emocionam e educam comovem e informam as nossas platéias . Adequado na interpretação , cuidadoso na técnica ,  sério na linguagem , digno nas intenções e sobretudo muito brasileiro Independência ou Morte responde à nossa confiança no cinema nacional . Emílio G. Médici Presidente da República”. InJornal do Brasil. Rio de Janeiro, Ano LXXXII, n. 139, 07/09/1972, Caderno B, p.2.

58  Voir en particulier l’analyse de Carlos Eduardo Pinto “A História numa sala escura... a construção da memórianacional através de filmes históricos durante a ditadura civilmilitar” in Revista Cantareira, Universidade Federal Fluminense, Rio de Janeiro, 2004.

59  “Se é para o bem de todos e felicidade geral da Nação, estou pronto! Digam ao povo que fico”

60 O Estado de S. Paulo, 3/02/02; “História e humor na sala de aula”.“Portugal não sabe se exibirá ‘Quinto dos Infernos’", O Estado de S. Paulo, 28/01/02; Quinto dos infernos".

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org