Navegación – Mapa del sitio
Immigration française

Lettres sans réponse : entre le regret, la nostalgie et l’intérêt

L’émigration française vers le Mexique dans la seconde moitié du XIXème siècle1
Rosalina Estrada Urroz

Resúmenes

Las cartas que analizamos constituyen un camino para comprender las alegrías, angustias y tristezas que invaden a aquellos que migran y a sus familias que tienen los ojos puestos en los puertos de salida y de llegada. Estos sentimientos recorren el tiempo y cambian según los éxitos o fracasos de la migración. Mujeres solas o engañadas, hijos abandonados, padres que han perdido el sustento, madres, concubinas y esposas que permanecen en tierras francesas y remiten misivas de indagación ya sea a través de su letra propia o por medio de terceros que tienen una mayor autoridad. A la emoción y tristeza de la partida se le agrega la repetida angustia, el viaje es acompañado por aquellos que se quedan, misivas que testimonian el seguimiento y que tienen como objetivo, guiar, preguntar y quejarse de la ausencia. Los sentimientos que se expresan tienen diferentes texturas, desde aquella que llora la ausencia del marido, hasta la angustia por los nietos que han quedado solos en tierras mexicanas.

Inicio de página

Entradas del índice

Palabras claves :

Cartas, emigración francesa, monjas, XIX
Inicio de página

Texto completo

À la recherche de la terre promise

  • 1  Traduction de l’espagnol : Jean Hennequin
  • 2  Chantal Cramaussel, “Imagen de México en los relatos de viaje franceses : 1821-1862”, in : México (...)

1Les voyageurs qui partent coloniser des terres lointaines n’oseraient certes pas traverser montagnes et océans, ni braver les tempêtes, s’ils n’étaient animés de grandes illusions. C’est ainsi que se cristallise et s’alimente la décision de partir, sans cesse nourrie de projets, de conversations, de lettres. L’imaginaire autour de la terre promise se construit également à partir d’utopies qui s’expriment en paroles de voyageurs. Le projet d’une nouvelle vie est conçu bien avant le départ, alors même que l’on n’entrevoit pas encore le port d’arrivée. S’inspirant de Humboldt, de nombreux voyageurs français suivirent ses pas, voyant dans le Mexique l’une de ces terres promises susceptibles de contribuer au progrès des connaissances scientifiques ainsi qu’à leur propre enrichissement, grâce aux activités minières qui exercèrent sur eux une profonde attirance. D’autres caressaient le désir de faire fortune dans le commerce. Comme le signale Chantal Cramausell, parmi les émigrés français arrivés de bonne heure au Mexique et pour les raisons les plus diverses, figuraient “des gens d’humble extraction, disposés à quitter leur lieu d’origine à la recherche d’une vie meilleure”2.

  • 3  Cf. l’ouvrage réalisé sous la direction de Leticia Gamboa, Los Barcelonnettes en México, Miradas r (...)
  • 4  Evelyne Sanchez, “Les enjeux territoriaux des politiques migratoires et de colonisation intérieure (...)

2Notre travail se propose de récupérer, par le biais de la correspondance, les sentiments et les intérêts ayant animé les émigrés et leurs familles tout au long de leur voyage et de leur séjour. Cette correspondance, qui s’inscrit dans une période au cours de laquelle le Mexique vécut de profonds bouleversements, part des années qui firent suite à ce qu’il a été convenu d’appeler la première intervention française, pour terminer au lendemain de la seconde. Si ces missives laissent affleurer les conflits correspondant aux conjonctures, elles nous révèlent également des problèmes communs concernant la migration. Ces années ayant précédé l’Empire de Maximilien connurent déjà un certain flux migratoire, quoique de moindre ampleur que celui qui s’établira par la suite avec les Barcelonnettes et qui a fait l’objet de diverses études3. Les convulsions qui secouent alors diverses régions du pays nous permettent peut-être de comprendre la gamme des sentiments ressentis lorsqu’on s’efforce d’obtenir des nouvelles de parents et d’amis, bien que la situation économique ne laisse pas de se manifester, l’avenir des absents étant également motif de préoccupation. La migration européenne vers le Mexique, en tant que projet, apparaît à partir du moment où ce pays conquiert son indépendance et a pour but de coloniser des terres, surtout frontalières, face aux dangers que représentent les voisins du nord, et à la nécessité d’indépendance vis-à-vis de l’Espagne. Si la frontière joue un rôle important dans cette migration, l’état de Veracruz se constitue lui aussi en un espace expérimental, sorte de “frontière” entre le Mexique et l’Europe. Ces tentatives de colonisation, conçues et mises en œuvre par des politiques migratoires clairement définies, sont accompagnées de migrations individuelles, où ceux qui voyagent entreprennent l’aventure à titre personnel4.

  • 5  C. Dauhpin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres, Une correspondance familiale au XIX (...)
  • 6  À propos de l’importance du cérémonial, cf. le texte de Jeanne Soust, “Cartas y palabras : los ros (...)
  • 7  Cf. les tableaux en annexe sur la souffrance due à l’absence, le temps et les rituels.

3Le voyage vers le Mexique est riche en vicissitudes, de même que l’histoire qui est en train de se construire dans ce pays. À travers les lettres que les parents des émigrés adressent à ceux-ci par le biais de la représentation diplomatique dans les diverses localités où ils se sont établis, ainsi qu’à travers les copies qui en sont transmises au consul, nous nous sommes efforcés de reconstruire les sentiments et les souffrances ressentis par les émigrés et leurs familles au fil du temps. Comme le signalent certains auteurs ayant travaillé sur le genre épistolaire5, ce corpus pourrait être considéré comme relativement banal : paroles et histoires se répétant en une infinité de formules qui, en fin de compte, veulent toutes dire la même chose, un fonds sans cesse rebattu de mots stéréotypés et d’images éculées, sorte de cérémonial que l’on retrouve dans la plupart des lettres : salutation pour s’excuser de déranger, brève formule finale afin de prendre congé du destinataire et de lui manifester tout le respect qu’il mérite, non sans le remercier d’avance pour les services demandés6. Cependant, ces lettres révèlent aussi les mots de l’absence. De temps à autre, un scandale vient agrémenter le travail, le rendant plus intéressant de par son caractère inusuel, bien qu’il puisse également être considéré comme un élément exotique, le cas extrême laissant entrevoir ce qui demeure normalement caché et n’apparaît que de façon voilée dans la vie quotidienne. Toutefois, nous voyons apparaître la dimension spatio-temporelle qui sépare les corps et pouvons ainsi nous faire une idée de la gamme des expériences vécues7.

Des missives à la recherche de solutions

4Bien que fortement corsetées par la forme, ces missives expriment, au travers de mots soigneusement choisis, des sentiments et des désirs, ainsi que les tristesses, les réussites ou les difficultés rencontrées. Le reproche adressé au parent dont on est sans nouvelles depuis des années se présente comme un acte de nostalgie, d’amour et de besoin. Le consul en est le récepteur et c’est à lui qu’il revient d’entreprendre les recherches. Tantôt le manque de nouvelles est de courte durée, tantôt il se prolonge sur vingt, trente, voire quarante ans. C’est la nécessité qui détermine le moment où l’on s’enquiert de ses parents ou de ses amis, ce sont les circonstances affectives et économiques qui rendent urgente la réponse. Les lettres proviennent de la famille ou des amis de la famille, chacun ayant ses raisons particulières de vouloir s’enquérir : ainsi, c’est parfois la maladie qui pousse à demander des nouvelles, face à l’approche ou à la possibilité de la mort. Cette préoccupation est à double sens : la mère malade désire voir pour une dernière fois son fils ; celui qui se trouve de l’autre côté de l’océan est supposé ne pas être en bonne santé. Les mots se répètent : “mon fils qui …”, tels sont les mots de l’absence, mots dits et ressentis, qui sans cesse martèlent les questions. D’un côté comme de l’autre, les réponses, quand elles existent, ne semblent guère fréquentes. Lorsque nous retrouvons des lettres revenues à leur destinataire, celles-ci nous confirment le manque de nouvelles de part et d’autre.

5Cette correspondance constitue pour nous un précieux moyen de comprendre la situation, non seulement de ceux qui ont émigré, mais aussi des familles demeurées en France et qui continuent à avoir le regard tourné vers le port de départ et celui d’arrivée, bien souvent réduites à l’abandon affectif et économique. Les sentiments les plus divers parcourent le temps, variant en fonction du succès ou de l’échec de l’émigration : femmes seules ou trompées, enfants abandonnés, parents privés de tout soutien, mères, concubines et épouses demeurées en France et adressant des lettres d’indignation, soit à travers leur propre plume, soit par l’intermédiaire de tiers qui disposent d’une plus grande autorité.

6Hommes et femmes, tous sont impliqués dans la migration. Car celui qui voyage est toujours accompagné de ceux qui sont restés, leurs lettres témoignant qu’ils le suivent au long de son parcours afin de le guider, de lui poser des questions et de se plaindre de son absence. Les maris qui ont laissé leur femme en France ne voyagent pas seuls, car celles-ci les accompagnent à travers leurs lettres, leur prodiguant des conseils, à la recherche de relations mais aussi de reproches. Les sentiments exprimés ont différentes textures, depuis la femme qui pleure l’absence de son mari parti à la recherche d’un avenir plus souriant, jusqu’à l’angoisse ressentie pour les petits-fils demeurés seuls en terre mexicaine. Cette correspondance nous permet de voir cet(te) “autre” qui est resté(e) et à qui l’on pense deux fois, qui demeure inscrit(e) dans la mémoire de ceux qui partent, comme nous le révèlent quelques rares lettres, mais qui se manifeste également à travers l’absence. Quand les liens sont-ils définitivement rompus? Quand débute le processus de recherche? Il s’agit là de temps et de circonstances fort dissemblables, l’abandon et la mort en étant les accidents extrêmes.

7Ces missives nous invitent à extraire de multiples considérations qui s’expriment à travers des paroles d’espoir, mais évoquent également les risques et les difficultés susceptibles de se présenter. À travers elles nous pouvons entrevoir non seulement cet appétit de fortune que nous avons déjà mentionné, mais aussi les valeurs qui prédominent au sein d’une société aussi conservatrice que la société française où la femme joue un rôle essentiel dans la construction, la préservation et la bonne marche de la famille, bien que nous puissions également constater que des principes tels que la morale et l’honneur sont souvent en butte à de graves difficultés au cours de la migration. Il n’est pas facile de construire une famille lorsqu’on en est séparé par un océan. Ces lettres révèlent également un certain monde libertin, qui se manifeste par le manque d’avenir des mariages, l’honneur tournant tout entier autour du fait d’avoir un bon mari ou de récupérer les pauvres enfants d’un descendant qui a perdu la vie. Celui qui quitte la France ou celle qui reste en terre mexicaine, surtout s’il s’agit d’une femme, demeure constamment sous surveillance depuis le port de départ. Le comportement de celle qui a émigré seule ou qui est devenue veuve, est toujours suspect.

  • 8  Évoquer Hartog et ses régimes d’historicité nous conduit à envisager également cette variante, le (...)

8Ces missives nous permettent de nous approprier deux temps vécus de façon différente8 : le temps de celui qui est resté et le temps de celui qui est parti, l’attente de nouvelles étant source d’incessante anxiété pour celui qui est resté, la lenteur s’emparant de sa vie à travers le désir angoissé de recevoir une lettre. Celui qui s’en va ne se contente pas de traverser des eaux inconnues, de découvrir de nouvelles terres, ainsi qu’une autre conception du temps : il est aspiré par le tourbillon du voyage ainsi que par le difficile chemin qu’il lui faut emprunter afin de commencer une nouvelle vie. Profitant parfois de la compagnie de parents établis depuis quelque temps au Mexique, il doit affronter son nouveau destin, un destin où la lumière et l’obscurité se présentent à des heures différentes, où il existe des manières différentes de s’alimenter, d’entrer en rapport avec autrui et où la nécessité d’apprendre une nouvelle langue le confronte à des obstacles quotidiens. Les lettres sans réponse se constituent en un temps mort, un temps immobile où l’absence s’accroît et les questions demeurent sans réponse. Les raisons en sont multiples : ingratitude, mort, nouvelle vie. La migration comporte toujours deux parties, car elle met en jeu des chaînes affectives qui à tout moment risquent de se rompre. Le temps et la recherche de nouveaux horizons sont des facteurs adverses. Pour ceux qui restent, l’espoir repose tout entier sur celui qui s’éloigne, car il apparaît dans l’imaginaire comme celui qui compensera un jour l’absence, avec l’affection et le bien-être convoités, l’amour et l’intérêt ne semblant pas s’exclure l’un l’autre.

  • 9  À propos de cette discussion, voir le texte d’Anna G. Jónasdóttir, El poder del amor, ¿Le importa (...)

9L’utilisation du mot “intérêt” ne vas pas sans poser problème, dans la mesure où la théorie féministe a soulevé tout un ensemble de discussions remettant en cause la finalité avec laquelle il est employé ; notre intention est ici de souligner les désirs dont sont porteurs les hommes et les femmes quant aux parents qui ont émigré ; néanmoins, un tel intérêt ne saurait être examiné en dehors de son contexte : dans le cas des femmes mariées, veuves et célibataires, il nous révèle la situation précaire dans laquelle celles-ci vivent en France, où le célibat et le veuvage ne se contentent pas de perpétuer leur pauvreté, mais mettent en cause leur honneur et leur réputation. Quoi qu’il en soit, nous voyons se révéler simultanément “des besoins et des intérêts”, termes qui donnent une “…signification historique spéciale à la théorisation politique sur le sexe/genre dans la société contemporaine”9. Cependant, un tel intérêt n’est pas attribué uniquement aux femmes : pères, frères, fils, neveux sont impliqués dans cette tendance qui relève sans doute parfois de l’ambition, mais dans d’autres cas aussi d’un besoin légitime.

10Comme nous l’avons signalé dans l’un de nos travaux précédents, ces lettres varient quant à leur texture. De fins papiers à en-tête, comportant des formules parfaitement frappées et à la rédaction impeccable, jouxtent l’imperfection et l’écriture phonétique. La calligraphie en est inégale, parfois difficile à saisir. Ces missives proviennent de différents secteurs sociaux, depuis ceux qui offrent leur aide pour le retour, jusqu’à ceux qui, dans leur misère, songent au bien-être que pourrait leur procurer un parent qui aurait fait fortune. Ces lettres possèdent leur propre temps de départ et d’arrivée et, de même que le voyageur, elles sont en attente de dates précises, définies à l’avance par le paquebot ; mais si la date de départ est connue, celle d’arrivée ne l’est jamais, l’attente pouvant être due aux circonstances les plus diverses :

  • 10  Ariane Bruneton-Governatori, Jacques Staes, “Cher père et tendre mère…” Lettres de Béarnais émigré (...)

Naufrage, incendie à bord de navires, cargaisons pillées, lettres saisies, malveillances de tous ordres, autant d’obstacles au bon acheminement des lettres sans compter les fantômes buvant en route les baisers envoyés pour reprendre la crainte qu’avait toujours Kafka!10

11Outre la lenteur des diligences sur la terre ferme, les lettres doivent arriver au port de départ, pour traverser ensuite l’océan et être remises à leur destinataire : un long trajet qui n’est pas toujours couronné de succès.

12Il n’est pas surprenant que de nombreuses lettres possèdent une écriture phonétique, parfois difficile à transcrire. Qui sont donc ces hommes et ces femmes qui s’en vont, qui sont ces personnes qu’ils ou qu’elles laissent en France, quels sentiments se reflètent à travers le départ, comment s’alimentent-ils de l’imaginaire concernant le pays d’arrivée? Voilà autant d’éléments que nous aimerions examiner au travers de lettres, de notes, voire d’inventaires – de même que les professions et occupations des hommes, et que la compagnie et les conseils des femmes.

L’angoisse des parents, des épouses, des frères et des sœurs

13L’angoisse que ressent la famille pour le fils, le mari ou le frère qui part en voyage commence très tôt, la première préoccupation étant l’insécurité du parcours, qui n’a pas d’itinéraire fixe. L’attente a souvent lieu dans le port, et l’incertitude concernant le départ constitue un important motif de préoccupation pour la famille. Si la distance est motif de souffrance, l’acheminement des lettres est une autre cause d’incertitude, d’autant plus que le temps s’allonge entre la date de départ et celle d’arrivée. Les jours sont comptés et se transforment en un chapelet de souvenirs, de reproches, de tristesses.

14Tout n’est qu’incertitude, à moins que quelque parent ne les attende de l’autre côté de l’océan ; il n’est donc pas surprenant que le souci des femmes porte sur le lieu d’arrivée et le lieu d’accueil du mari ou du fils, ainsi que sur l’aide que celui-ci peut recevoir en chemin. L’absence redouble la tristesse, les jalousies voilées, les récriminations discrètes, de même que la surveillance à distance. “L’attente n’est pas une attente vide” : il existe toujours la probabilité qu’arrive la lettre qui viendra remplir le vide ; elle sera lue et relue, passera d’une main à l’autre, donnera lieu à tels ou tels commentaires, pour faire ensuite l’objet d’une réponse de la part de tous ; son sens s’enrichit lorsqu’on en commente le contenu : autant de mots porteurs de sentiments et d’intérêts.

15La recherche des parents, des frères, des fils et des filles, ainsi que des membres de la famille en général, est une constante qui poursuit un double but : avoir des nouvelles de la situation économique de l’émigré, ainsi que de l’aide que celui-ci est susceptible d’apporter à la famille restée de l’autre côté de l’océan. Les fils auront toujours l’obligation et la possibilité d’offrir le soutien dont a besoin leur vieux père, ainsi que leur mère devenue veuve ou tombée dans la misère. C’est pourquoi la demande de nouvelles, tout empreinte d’ambiguïté, s’inscrit entre l’ambivalence de l’affectivité et celle de l’intérêt économique. Le doute et la dette constituent également un motif d’angoisse ou de souci. La précarité des ressources des émigrés se traduit par d’importantes difficultés à payer les obligations souscrites, ainsi que par le manque d’envoi d’argent en faveur de ceux qui sont restés au pays. L’absence du corps qui n’est plus là est compensée par d’autres soucis : l’avenir de la famille, celui des enfants et le paiement des dettes, les nouvelles arrivant au compte-gouttes.

  • 11 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre Marie Anne Tricon au consul afin de lui demande (...)
  • 12 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.
  • 13 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de l’épouse Lavergne, née Roux, adressée au con (...)

16Les mères s’enquièrent du sort de leurs enfants : tantôt uniquement pour s’informer de leur état de santé ou pour savoir où ils se trouvent, tantôt pour savoir comment ils gagnent leur vie et s’ils reviendront bientôt au pays. Les motifs économiques constituent l’une des principales raisons de la recherche, car il faut avoir une procuration de l’absent afin de pouvoir liquider les successions familiales, surtout lorsque le père ou la mère sont morts. En 1851, Marie Anne Tricon demande des renseignements sur son frère Jean Baptiste, bijoutier de son état ; la dernière lettre qu’elle a reçue de lui date du 20 janvier 1836 : il jouissait alors d’une situation aisée et accumulait des fonds en vue de son retour en France ; d’autres détails permettent de savoir qu’il avait un ami intime répondant au nom de Giloux, qui était apparemment pâtissier, et dont on savait qu’il continuait à jouir d’une bonne situation. Mais depuis cette dernière lettre on n’a plus reçu aucune nouvelle de lui. Marie Anne Tricon demande donc que l’on consulte ses registres afin de savoir où il se trouve, précisant ses soucis à travers un certain nombre de questions : est-il mort ?, à quelle date ?, que peut-il avoir laissé ? Ou bien est-il encore en vie ? Elle supplie respectueusement le consul de bien vouloir lui transmettre ces informations11. Par l’intermédiaire d’un tiers, le père, la sœur et un beau-frère s’enquièrent de l’endroit où se trouve Jean Mivielle, natif de la Gironde, qui se consacre au commerce de la draperie, étant donné qu’il y a plus d’un an que l’on est sans nouvelles de lui. C’est la triste situation de la famille en France qui les pousse à entreprendre ces recherches, affirment-ils, non sans avoir décrit auparavant les problèmes qui les affligent. La mort de la mère de Jean Mivielle, le 21 mars 1859, a mis la famille en situation difficile. Des quatre fils qui lui ont survécu, deux sont âgés de huit et treize ans. Quant aux deux aînées, Jeanne Mivielle, mariée à Monsieur Anduvan, et Françoise Mivielle, qui vient de se marier, elles sont également en difficulté. La succession de la mère ne comprend qu’une petite maison avec un jardin ; en raison du mauvais état de l’immeuble il n’y a guère de possibilités de vente : c’est pourquoi la famille est intéressée à ce que les démarches s’effectuent le plus rapidement possible, car il y a un acheteur avec qui le prix a déjà été négocié. La part d’héritage revenant à chacun est des plus réduites : selon le testament, un quart de l’héritage revient à l’une des filles, Marianne Anduvas, raison pour laquelle il ne reste pas grand chose pour les autres bénéficiaires. Si l’on parvient à localiser Jean Mivielle, qu’on lui demande d’envoyer une procuration, celle-ci devant être authentifiée selon les normes françaises. Bien qu’âgé de 65 ans, le père Mivielle est en parfaite santé. La lettre est signée par M. Dulaul12. Depuis la France, cette même année l’épouse de M. Pierre Lavergne entreprend des recherches sur son mari, médecin à Acapulco, parti pour le Mexique dix ans auparavant. En raison de la situation agitée du pays, elle ne parvient pas à obtenir de ses nouvelles ; c’est pourquoi elle demande au consul de lui faire savoir que la procuration qu’il lui avait donnée en 1831 est désormais périmée et qu’elle ne peut donc pas toucher la part d’héritage de Réné Charchy, ni s’occuper d’affaires susceptibles de compromettre le bien-être de ses enfants13.

  • 14 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Lettre de la veuve Tortillu à son fils afin d’avoir de (...)
  • 15 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’A. Bounior, adressée au ministre plénipotenti (...)
  • 16 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’A. Bounoir à ses beaux-frères afin de les exh (...)
  • 17 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Monsieur Clément à Monsieur le consul de la (...)

17Madame Tortillu écrit à son fils en 1867, ayant grand espoir de le voir revenir rapidement : elle est non seulement préoccupée par l’instabilité qui règne dans le pays, mais sait également qu’il est blessé à l’hôpital14. La note adjointe à la lettre du consulat établit que le fils en question répond au nom de Xavier Sfliéger, qu’il a embarqué le 14 décembre. Cette correspondance peut avoir été motivée par le seul désir d’obtenir des nouvelles, comme le montrent les renseignements demandés au sujet des beaux-frères d’A. Bounior, répondant au nom de Capdejelle. Ceux-ci travaillaient au service d’une entreprise appartenant à un ingénieur mexicain, chargée de l’entretien du palais de l’empereur15. La lettre qui leur est remise par l’intermédiaire du consul français a pour but de les exhorter à revenir au pays avant le départ des troupes françaises et insiste sur le fait que la famille est désolée de leur séjour au Mexique. Le porte-parole de la famille leur annonce que celle-ci serait disposée à les aider à payer le voyage et qu’ils ne se fassent pas de souci s’ils doivent laisser toutes leurs affaires au Mexique : l’essentiel est de sauver sa vie, car les journaux publient des informations alarmantes sur le pays : “Tous rapportent que les Mexicains sont mal disposés en faveur des Français. Enfin tout fait prévoir une catastrophe … après le départ de troupes.” Il s’agit là d’une lettre qui signale les graves problèmes que doivent affronter en chemin ceux qui désirent retourner en France16. Monsieur Clément n’a pas de nouvelles de son fils François Nicolas, ingénieur des mines de la Compagnie de la Garde Mobile de Paris, parti de France en 1850 pour se rendre en Californie ; mais en 1864, date à laquelle est écrite la lettre, son père suppose qu’il se trouve au Mexique. L’estime de celui-ci pour son fils se traduit par les termes dont il use à son égard : “Mon fils, Monsieur, vient de bonne famille… ce jeune homme est un sujet distingué, qui n’a jamais cessé de me donner de la satisfaction lorsqu’il était près de moi”. Pour un père âgé de plus de soixante-dix ans, la seule chose qui pourrait lui faire plaisir serait de revoir son fils avant d’arriver au terme de son existence17.

  • 18 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée à l’ambassadeur par M. Nieffer ou Tief (...)
  • 19 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A., Mexique, dossier A-12.
  • 20 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A., Mexique, dossier A-12.

18Vers la fin de la période d’intervention, la situation des Français au Mexique devient délicate ; les demandes de rapatriement sont constantes, tantôt motivées par l’impossibilité de gagner sa vie, tantôt par la faillite des affaires qui ne sont plus viables avec la fin de l’empire. Monsieur Nieffer (ou Trieffer) sollicite une aide au rapatriement en faveur de lui-même, de son épouse et de son fils de neuf ans, étant donné que les lignes télégraphiques ont été confisquées sous prétexte qu’elles avaient été mises au service du corps expéditionnaire ; dans ces conditions, affirme-t-il, il ne lui est plus possible de continuer à vivre au Mexique, car sa famille a perdu sa source de revenus18. Dans une lettre datée de l’année 1868, Monsieur Naudinat déclare être sans nouvelles de son fils Basile, ancien soldat au cinquième régiment, premier bataillon ; celui-ci aurait été vu il y a deux ans par deux personnes, alors qu’il exerçait le métier de boulanger et gagnait beaucoup d’argent. Présumant qu’il pourrait être mort, le père s’inquiète, car il “…était mon unique soutien”19. Un autre père demande des nouvelles de son fils, Alfred Mayer, qui était au service de l’empereur ; préoccupé par le bien-être de son fils dont il ne sait rien depuis 1866, il se demande s’il “doi[t] encore espérer le revoir”. Une lettre écrite à Puebla en 1868 signale que ledit Mayer habite en cette ville et a une famille ; mais aucun détail n’est donné concernant ses activités20.

  • 21  Il s’agit du capitaine Henri Madelor, qui a été témoin de la chute de Maximilien et en fait le réc (...)
  • 22 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Monsieur Morineau au Ministre, lui suggérant (...)

19La situation des troupes demeurées au Mexique semble provoquer le désespoir des citoyens français qui résident en ce pays, comme il ressort de certaines lettres qui d’une part sollicitent le rapatriement et, d’autre part, réclament d’autres solutions face au départ du ministre de la légation française au Mexique, suggérant qu’afin de permettre aux troupes retenues à l’intérieur du pays de quitter celui-ci sans problème, le capitaine Madelor21 demeure quelques mois de plus au Mexique et fasse en sorte que le rapatriement s’effectue sans entrave, surtout pour les troupes qui se trouvent à Zacatecas et à Guadalajara. La lettre de Monsieur Morineau termine sur une note d’espoir, souhaitant que le gouvernement mexicain veuille bien donner la liberté à ceux qui sont retenus en ce pays22.

  • 23 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Mme la veuve Valentini au consul de France a (...)

20Les familles qui vivent cette situation sont dans l’incertitude ; certains expéditionnaires fixent leur résidence au Mexique et s’intègrent de différentes manières à la société, en dépit des difficultés du moment. Leur accueil semble contradictoire, car si certains désirent retourner au pays, d’autres restent au Mexique où ils trouvent un travail qui leur permet de survivre. Ainsi, Jean Baptiste Valentini est recherché par sa mère devenue veuve, qui depuis 1864 n’a plus reçu aucune nouvelle de lui ; grâce aux recherches entreprises par le consul de France au Mexique, il s’avère que celui-ci se trouve à Monterrey, où il travaille pour le compte de la compagnie M.M. Madera y Cía, établie en cette ville23.

21Cette recherche devient plus angoissante pour les pères ; ainsi, l’organiste de la cathédrale de Perpignan recherche son fils, Jules Petit ; il ne possède que peu d’informations à son sujet, et avant de s’adresser au consul il effectue des recherches auprès de connaissances habitant à Puebla et à Veracruz. Il exprime les sentiments qui l’envahissent face à l’absence de son fils : “Son silence m’effraie, car c’était un noble cœur et un excellent fils” ; les lettres du père demeurent sans réponse, ce qui le pousse à s’adresser au ministre des Affaires étrangères à Paris, dont il ne reçoit pas plus de réponse. Ses lamentations continuent :

  • 24 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

Oh! Monsieur le consul si vous pouviez être témoin de ma douleur, de celle de la mère et de tous ses frères, vous sentiriez, vous qui êtes, peut-être, père de famille, combien est grand le désespoir qui me domine depuis que je suis à la recherche de mon fils bien aimé!24

  • 25 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée à Monsieur Farines, agent consulaire d (...)

22Son fils était arrivé au Mexique avec le 95e régiment de ligne, où il était caporal. Après sa libération, il était resté dans ce pays dans l’intention de travailler comme employé de commerce ; mais n’ayant pas trouvé de travail, il avait décidé de s’enrôler pendant quelques mois dans les troupes qui luttaient contre la guérilla. Après avoir quitté ce corps, il s’était rendu à Veracruz, puis à Puebla. Le père évoque non seulement les problèmes économiques qu’avait connus son fils, mais également ses difficiles relations avec ses parents et ses amis. Car sitôt arrivé à Puebla, Jules Petit avait rendu visite à sa cousine, mariée à Urbain Dartigues ; celle-ci s’était montrée généreuse envers lui, mais il n’avait pas tardé à se rendre compte de la mauvaise réputation dont elle jouissait, ce qui l’avait poussé à s’en aller ; pis encore, la famille avait dit du mal de sa mère, ce qui avait rendu la situation assez tendue. Les données que nous fournit cette lettre nous montrent les liens étroits qui, en dépit de la distance, unissent le père et le fils. Le temps passé sans avoir de nouvelles semble alors s’allonger, surtout si la communication était fluide auparavant. Les renseignements dont dispose le père sont contradictoires : certains disent que son fils se trouve à la Nouvelle-Orléans, d’autres à La Havane ; c’est pourquoi il prie le consul de bien vouloir entreprendre les recherches correspondantes. La lettre est signée par B. Petit, organiste de la cathédrale de Perpignan25.

  • 26 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

23La situation se complique lorsqu’il s’agit d’enfants privés de tout soutien par la mort de leurs parents. Le 29 août 1869, M. Coulban prie le consul de lui donner des nouvelles de ses petites-filles : comment vont-elles? Vivent-elles toujours dans la même maison où elles avaient été placées? Leurs affaires sont-elles en bon chemin et ont-elles fini par s’arranger ?26

L’illusion de la fortune et l’angoisse de l’échec

24Le rêve de la fortune s’exprime à travers l’espoir du retour et de la rencontre avec celui ou celle qui a accompli en ces terres lointaines la mission qu’il s’était fixé. Mais comme il ressort de nos lettres, un tel chemin est sinueux : le rêve est souvent contrarié par des missives qui relatent les vicissitudes vécues en terre mexicaine. C’est ainsi que Jules Vialoire écrit au ministre pour lui demander de l’aide en vue d’un voyage nécessaire à la subsistance de sa famille. Sa lettre reflète l’ingratitude dont ce pays a fait preuve envers lui :

  • 27 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Jules Vialoire à M. le ministre afin de lui (...)

Attiré dans ce pays par le désir de travailler à l’avenir d’une nombreuse famille, j’ai vu mes espérances trompées et les malheurs de toutes sortes tomber sur moi avec un funeste acharnement. En proie à une longue et terrible maladie qui avait déjà conduit au tombeau les deux aînés de mes enfants, je me suis trouvé durant un temps malheureusement trop long dans l’impossibilité de travailler. Mes économies de vingt ans d’une vie honorable ont été englouties, et aujourd’hui mon labeur quotidien me permet à peine de pourvoir à l’entretien de ma famille, et au paiement de dettes que j’avais été obligé de contracter.27

  • 28 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’Adolphe Pernot au consul, afin de lui demande (...)

25L’espoir de construire sa vie au Mexique se répète dans plusieurs lettres adressées au consul : celui-ci est considéré comme la personne indiquée pour dissiper les doutes concernant les possibilités qu’offre le Mexique de construire un patrimoine. En 1864, Adolphe Pernot s’informe auprès du consul sur les conditions que le Mexique peut lui offrir pour se faire une position ; il se trouve à New York et a l’intention “de tenter, sinon la fortune, une amélioration dans ma position” ; il considère les États-Unis comme un pays riche qui pourrait lui avoir donné les moyens de travailler et de construire un avenir pour sa petite famille ; mais il est isolé et veut connaître les conditions de vie et de sécurité que peut lui offrir le Mexique ; il espère que le consul pourra lui donner des informations à ce sujet28.

26Une lettre envoyée depuis Mexico évoque le désir de faire fortune, ainsi que l’espoir de son auteur de faire venir sa “Chère Victorine” dont il a besoin dans sa recherche de la fortune et dont il est surpris de ne pas recevoir de nouvelles :

Mexico 1864

Ma chère Victorine,

  • 29 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-24.

Je suis très surpris de n’avoir pas reçu de vos nouvelles et donc je ne sais à quoi attribuer ce retard. Vu ceci je ne vous ai pas écrit, je suis à penser tout le jour que peut-être le sujet qui vous empêche à me rendre compte de ce qui se passe à la maison, car sa serait la moindre des choses de votre part. Dans le mois de novembre je vous ai écrit pour que vous me donniez les résultats de la maison, et de mes affaires, et des renseignements sur le mariage que tu me dis que tu as (…). Car je n’en ai pas jusqu’à présent aucune chose certaine, vous n’avez pas daigné me répondre, tu me connais Victorine, vous m’obligerez à me rendre à Paris tel que je suis parti. Ma chère Victorine … que je suis seul, et que je ne dénie personne, parce que les Mexicains… des voleurs ce qui fait que je ne puis rien entreprendre seul. Le jour d’aujourd’hui je ne peux rien faire vu que je suis seul et qu’il faut que je ferme les portes à tout instant pour faire le dehors il y a à faire dans ce pays, ma chère Victorine, mais pour cela il faut entre deux et intéressé, par conséquence je voudrais ma chère Victorine que tu viennes me rejoindre et je t’assure que dans peu de temps notre affaire pourrait se faire. D’ailleurs informe auprès  Mr. Foucault armateur qui a resté huit ans à Mexico, il te dira ce que c’est que le pays s’il n’y avait pas de ressource je ne te dirais pas de venir, au reste si tes jeunes gens ne veulent pas venir vends leur la maison vient t’en avec moi, et tu t’en trouveras plus heureuse qu’à Paris que tu me dis dans une de tes lettres que tu tires le diable par la queue, à quoi sert de languir à Paris tandis que nous pourrons mieux faire, du reste c’était convenu à mon départ du Havre…29

L’héritage, un motif de conflit

  • 30 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

27Le vide laissé par ceux qui sont partis est un mélange d’amour et d’intérêt : les lettres ne sont pas naïves et révèlent le désir de savoir où se trouvent les absents, en même temps qu’elles traduisent des soucis économiques. Des intérêts légitimes et illégitimes s’expriment sous forme de réclamation afin de bénéficier d’un héritage perdu ou d’un héritage possible. Nombreuses sont les difficultés qui se présentent pour effectuer les démarches de succession, non seulement en raison de la distance, mais aussi parce que l’on ignore où se trouvent les bénéficiaires. Et tout aussi nombreuses sont les histoires de fils qui s’ignorent mais ont l’intuition de leur existence. Certaines lettres expriment une double indignation : interrogation indignée concernant d’abord l’existence, puis manifestation d’autres intentions allant au-delà de cette interrogation. C’est ainsi que la sœur de Clément Resnes veut connaître l’état civil de son frère, savoir où il se trouve, s’il a des enfants et s’il est toujours en vie ; mais elle finit par demander dans quel état se trouvent ses possessions, ses affaires et ses titres et s’il a laissé un testament. La lettre au consul est accompagnée d’une autre missive, qu’elle adresse à son frère afin de savoir s’il est encore en vie30.

  • 31  Le registre des Français, en date du 30 avril 1849, atteste que M. Ernest Masson avait alors 75 an (...)
  • 32 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Léon Raymond au consul de France au Mexique, (...)

28La mort de l’émigré constitue un bon motif pour adresser des lettres au consul, afin de connaître la fortune qu’il a accumulée. Tel est le cas de Monsieur Ernest Masson, naturalisé mexicain et “considéré comme un notable”, vivant au Mexique depuis 30 ans31. Une personne non identifiée se présente à Paris comme étant chargée de trouver ses héritiers, est reçue par Monsieur Bossange, son ancien associé qui a 96 ans et ne peut donner aucune nouvelle à son sujet. Le neveu présume qu’Ernest Masson a au Mexique des enfants illégitimes qui ne sauraient avoir droit à son héritage, mais considère également que “d’un autre côté, les enfants fussent-ils légitimes, Mon Oncle Ernest Masson a-t-il voulu rendre après sa mort, à sa famille dépouillée, les cinq cent mille francs qu’il avait emportés au Mexique et qui nous appartenaient ? ”. Le neveu se demande si les héritiers n’ont pas reçu la visite, à Paris, d’un aventurier qui n’est nullement autorisé à les rechercher, car les héritiers légitimes et illégitimes sont déjà en possession des biens de son oncle. Il demande au consul de bien vouloir lui donner des nouvelles sur la situation, étant donné que toute la famille désire faire valoir ses droits. Sa mère, Anne Louise Masson, veuve Raymond, décédée, était la sœur légitime d’Ernest Masson ; Adolphe Masson, frère du défunt, vit à Paris ; il insiste sur le fait qu’il pourrait éventuellement y avoir des ayants droit plus directs à la succession. La lettre est signée par Léon Raymond32.

La condition précaire de celles qui restent ou s’en vont

  • 33  Chantal Gleyses, La Femme coupable, Petite histoire de l’épouse adultère au XIXe siècle, Imago, Pa (...)

29La condition féminine s’avère fort précaire à travers ces missives, la vie des femmes apparaissant empreinte de toutes sortes d’incertitudes. Leurs mariages rendus éphémères par le départ des maris qui n’envoient ni nouvelles ni argent, détériorent leur condition. Car en France, au XIXe siècle, les femmes qui n’ont pas d’indépendance matérielle recourent au mariage comme unique salut et comme “véritable émancipation”. Mais cela ne laisse pas d’avoir de graves conséquences, car hantées par le désir de trouver un protecteur, elles acceptent à la légère des hommes en situation précaire, qui leur transmettent également leurs angoisses et leurs problèmes. Quant aux femmes qui s’en vont, soit en tant que célibataires soit en quête de mari, elles sont surveillées depuis le port de départ, comme si l’on n’avait pas confiance en leur avenir. Leur condition précaire jette une ombre de doute sur leur bonne conduite, car leur état civil peut les conduire à emprunter des chemins inconvenants33. Par ailleurs, le veuvage provoque un changement du regard que la société porte sur le comportement féminin : la femme devenue veuve est non seulement vulnérable, mais aussi exposée à des “comportements inadéquats”.

30Les femmes apparaissent dans ces lettres pour diverses raisons : mères qui s’enquièrent du sort de leurs enfants, femmes qui ne donnent pas de nouvelles d’elles-mêmes, épouses abandonnées qui ont perdu toute trace de leur mari. C’est une longue histoire pour les femmes demeurées sur le sol français. Les archives diplomatiques renferment certaines lettres singulières qui auraient dû faire partie d’une correspondance, mais qui, du simple fait de leur présence dans ces archives, nous révèlent les sentiments et les chemins difficiles empruntés par leurs auteurs.

  • 34 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Béranger à son mari, 11 avril 1847, S (...)
  • 35 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Béranger à son mari, 20 juin 1847, Sé (...)
  • 36 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettres de Madame Béranger à son mari, 20 juin 1847 et (...)

31La correspondance que Madame Béranger adresse à son mari, sur le point de partir pour le Mexique, nous révèle l’angoisse de l’absence ainsi que les problèmes que l’épouse doit affronter seule. Sa première lettre est datée d’avant le départ de son mari, le 11 avril 1847, tandis que la dernière est du 13 novembre 1848. Dès les premières lignes affleurent les sentiments que provoque le voyage : “Je ne fais que pleurer avec Édelie, la nuit je pleure et pour toujours à toi”34. Mais ces lettres ne se contentent pas de transmettre les conflits suscités par l’absence ; dans une lettre du 20 juin 1847, d’autres angoissent se font jour : “Je pense bien que tu n’oublies pas l’embarras où tu m’as laissée de toute façon lors de ton départ ; eh bien, mon amour, je suis toujours dans le même tourment et crains surtout les peines”35. Les marchandises à payer, les trahisons d’anciens amis et le constant souvenir de l’absent, sont autant d’éléments qui reviennent sans cesse dans ces lettres. Après s’être rendue apparemment au port de départ de son mari, elle lui écrit à nouveau afin de lui raconter ses expériences et son retour au foyer : “Ils m’ont trouvée bien changée, enfin tout va bien, à la maison les affaires ne vont pas fort, mais ça va un peu, Édelie a bien mis tout au courant.” Après lui avoir donné de ses nouvelles, l’épouse se transforme à nouveau en une véritable conseillère, lui indiquant le chemin à suivre pour le retour : au Havre, il trouvera une bonne pension bourgeoise où l’on sert trois repas par jour, dans des conditions très favorables. Nous percevons également la voix de l’espoir à travers les renseignements qu’elle a pu recueillir en interrogeant une dame qui a voyagé avec elle, car elle lui confirme : “…que tu feras de bonne affaire à Mexico et pour l’eau gazeuse…qu’il avait une dame de Bordeaux qui avait voulu faire emporter une machine pour cela elle a discuté qu’elle gagnera de l’argent mais les fonds lui ont manqué et elle est partie pour cela…”36. Les diverses lettres que Madame Béranger adresse à son mari, puis que sa fille Édelie adresse à son père, nous offrent un panorama assez complet du sens que possèdent la compagnie masculine et le mariage pour les femmes, les épouses et les filles demeurées en France. Voici les termes dans lesquels la fille s’adresse à son père afin de le remercier de son amour et de vanter les qualités de son mari :

Mon cher père,

Je ne puis vous dépeindre combien m’a rendue heureuse votre chère lettre en date du 12 février, combien m’a fait plaisir de voir cette douce amitié que vous témoignez à nos deux enfants qui vous aiment de tout leur cœur comme un père chéri, j’ai été on ne peut pas plus contente de voir que vous saviez apprécier toutes les qualités de mon cher Albert, De votre beau-fils qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour me rendre heureuse ainsi que sa mère qu’il aime de tout son cœur …. Ce n’est pas un gendre, mais c’est un de vos fils que vous avez retrouvé. Il est impossible mon bon père que vous puisiez vous figurer ce que c’est que ce jeune homme, rempli d’instruction ; jugez un peu par ses lettres son style, et son écriture, un cœur collant, un amour pour le travail qu’il est impossible de surprendre son intelligence dans rien ne peut approcher et mêlez à cela une digne amitié pour moi et pour ma mère, que bien souvent me trouvant trop heureuse j’ai toujours peur que quelque accident ne vienne me l’enlever ... on ne peut trouver un meilleur mari, un meilleur fils ; voici donc dans 9 mois le 18 Mai que je vais être mariée et cela en m’a demande qu’un deux jour, car il faut vous dire que fort heureusement je ne suis pas enceinte, maman en est très contente car c’était la seule peur et j’espère bien ne pas avoir d’enfants d’un an moins 4 ou 5 enfants, attendant que nous sommes bien jeunes. Son courrier me pressant avec insistance m’empêche de vous écrire plus longuement, mais je me réserve pour le mois prochain, et j’attends avec impatience et désir une bonne lettre de vous, courrier par courrier. Dans cette attente recevez, cher père, mes embrasements filiales et suit pour la vie votre fille qui vous aime.

  • 37 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’Édelie Béranger à son père, sans date, Mexiqu (...)

Édelie Béranger37

  • 38 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Maithuat au consul, lui demandant au (...)
  • 39 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Geneviève B. de Fanelli au général Bazaine, (...)

32Au nom de sa mère, une sœur demande des nouvelles de Josephine Corlet, qui tient un bureau de tabac, car cela fait plusieurs mois que l’on est sans nouvelles d’elle38. De son côté, Geneviève B. de Fanelli signale que depuis qu’elle a émigré pour accompagner son père à La Havane elle a mené une vie honorable, mais qu’en raison de son veuvage elle a dû se rendre au Mexique afin de toucher certaines sommes d’argent qu’on lui devait et s’est vue impliquée dans un procès qui lui a fait perdre tous ses moyens économiques ; c’est pourquoi elle demande qu’on lui accorde une aide pécuniaire et, si possible, qu’elle soit prise en charge par le premier convoi de l’armée française se rendant à Veracruz, ce qui lui permettrait de se rapprocher de La Havane, mettant ainsi fin à ses tribulations39.

  • 40 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Marie Loraine adressée au consul de France a (...)
  • 41 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul de France au Mexique afin de (...)
  • 42 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Schsmith adressée au consul de France (...)

33Les femmes restées en France vivent l’angoisse de ne pas avoir de nouvelles de leurs maris partis pour les missions les plus diverses. L’absence provoque une situation difficile, car certaines se trouvent privées de tout soutien et ignorent où se trouve leur conjoint. En 1861, Marie Loraine, épouse Mage, demande au consul de lui donner des nouvelles de son mari parti pour le Mexique en 1851, la laissant seule et sans ressources à la tête d’une famille nombreuse ; depuis son départ, il n’a jamais écrit pour dire où il était. L’épouse entreprend diverses recherches, dont les résultats sont contradictoires : la légation française au Mexique lui confirme le décès de son mari le 31 mai 1859, tandis que le ministère des Affaires étrangères déclare ne pas avoir connaissance dudit Mage. C’est pourquoi elle demande au consul de bien vouloir effectuer des recherches afin de déterminer quelle était la situation de son époux avant son décès40. En 1863, le consul reçoit une demande de renseignements concernant Monsieur Roberjot, établi depuis un certain temps au Mexique ; son épouse, qui est à Paris, lui a écrit à plusieurs reprises sans obtenir de réponse, si bien qu’elle veut savoir s’il est encore en vie ; son mari était sellier de son état, elle demande au consul si celui-ci a changé de profession. Monsieur Poupart, qui lui répond, a prétendu effectuer les recherches à titre personnel, mais celles-ci se sont avérées infructueuses41. Madame Schsmith, sage-femme, demande des nouvelles de son mari, “tailleur d’habits”, qui est âgé de 41 ans et a débarqué à Veracruz le 22 ou le 24 mars 1864, sa lettre est datée du 15 juillet de cette même année42.

  • 43 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au consul, 1er août 1868, Série A, Mexique, dos (...)
  • 44 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre à l’ambassade, Série A, Mexique, dossier A-12.

34 Antonelli Castillo de Lerini demande au consul de lui fournir des renseignements concernant son conjoint, parti de New York en 1866 ; elle désire savoir où il se trouve, craignant “qu’il lui soit arrivé un malheur”43. Joséphine Robert demande l’acte de décès de son mari, qui l’a abandonnée après l’avoir épousée. Elle est demeurée en France tandis que son mari est parti avec un officier mexicain pour le Mexique, où il a trouvé la mort après la grande bataille. C’est par hasard qu’elle a appris sa mort, par l’intermédiaire d’un volontaire de passage à Paris afin d’y effectuer des démarches ; c’est grâce à cette circonstance, affirme-t-elle, qu’elle a reçu cette information qu’elle n’aurait sans doute pas obtenue par d’autres moyens44.

  • 45 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de la veuve Martin au consul, Série A, Mexique, (...)
  • 46 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul au nom de la veuve Ydrac, Me (...)
  • 47 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul au nom de la veuve Dumont af (...)

35Dans une lettre adressée au consul, la veuve Martin déclare avoir perdu deux de ses fils, tandis qu’un troisième semble être porté disparu. Sa demande reflète la contradiction que nous avons mentionnée ci-dessus, car si d’une part la mère veut savoir si son fils est vivant ou mort, d’autre part la présence de celui-ci est indispensable afin de régler des affaires de famille, étant donné qu’une sœur qui vient de décéder a laissé en héritage une propriété qui ne peut pas être vendue sans la procuration de son frère. On n’a de celui-ci, répondant au nom d’Alfred Martin, que des informations assez incertaines, car il n’est pas resté en un seul lieu, mais s’est déplacé entre Tampico et San Luis Potosí. La mère supplie le consul de bien vouloir faire comprendre à son fils que sa sœur a laissé une maison qui ne peut être vendue sans son accord, et qu’il faut une procuration afin d’entreprendre les démarches. Elle signale également que son autre fils, décédé, a laissé des consignations inutilisables en raison de son absence. Sa lettre s’achève sur une lamentation qui en dit long sur sa situation : “bien penser à une pauvre mère âgée de 62 ans et sans ressource de me donner des nouvelles”45. De même, des recherches sont effectuées concernant un certain Théophile Ydrac, bijoutier à Mexico, qui dans une lettre en date du 29 avril 1859 avait promis à sa mère de lui faire parvenir 50 francs par mois ; la veuve Ydrac, âgée de 80 ans, n’a reçu qu’un seul envoi et se trouve dans la misère46. En 1857, la veuve Dumont, gravement malade, désire avoir des nouvelles de ses fils qui se trouvent au Mexique, il s’agit  de Monsieur et Madame Maillot. Celui qui se charge d’écrire la lettre déclare vouloir “satisfaire au désir d’une mère justement inquiète de ne pas avoir reçu de réponse à ses lettres depuis deux ans”47.

  • 48 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettrede V. Neron à Monsieur Colleau, lui donnant des (...)
  • 49 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Susanne Gancier au général Bazaine, lui dema (...)
  • 50 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Dumas au consul, afin de lui demander (...)

36Les nouvelles que nous avons de Marguerite Lorgus nous permettent d’entrevoir le sort que connaissent les veuves. En 1865 celle-ci vit à Chalchicomula, dépendant exclusivement du soutien économique de son fils ; elle a une fille encore jeune, mais celle-ci a perdu son mari en 1850, si bien que la famille est qualifiée de “pauvre”48. La veuve de Monsieur Sancier écrit au général Bazaine, lui demandant d’intercéder en sa faveur auprès des autorités françaises au Mexique afin de résoudre sa situation en tant que veuve ; elle fournit la preuve de son mariage, dont le contrat stipulait qu’en cas de décès de son époux elle toucherait 6 000 piastres avant tout partage. Une fois réalisé l’inventaire et après avoir touché la dot, elle prend possession du patrimoine restant dont l’actif comprenait, entre autres, le mobilier du café du Havre. Alors que son fils s’était rendu à Tampico afin d’effectuer les démarches de la succession, Madame Lorgus, qui a une procuration pour toucher le loyer dudit café, doit faire face aux enfants illégitimes qui prétextent que son mari n’a pas laissé de testament et ont droit à la succession. Le juge de l’intestat prend non seulement la liberté de vendre le mobilier et de disposer de l’argent à son gré, mais commet en outre l’imprudence de l’en informer. À leur tour, les juges mexicains tendent à faire traîner l’affaire en longueur, les avocats prétendent se faire verser d’importantes sommes, le procureur de l’intestat prend des fonds sans y avoir droit. Madame Lorgus demande donc au général Bazaine ce qu’elle peut faire, le prie d’intercéder en sa faveur auprès du ministre français afin d’empêcher ce genre d’abus, déposant en lui toute sa confiance afin de résoudre l’affaire49. Madame Dumas demande au consul des renseignements sur son mari dont elle est sans nouvelles depuis onze ans, affirmant entre autres : “Je ne puis croire, Monsieur le Consul, qu’un Français quelque soit sa conduite, disparaisse à l’étranger sans que l’on puisse en suivre la trace”. Elle dit avoir besoin de ces renseignements pour régler certaines affaires en France, sa situation étant absolument irrégulière50.

  • 51 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.
  • 52 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

37Plus graves encore sont les préoccupations des mères ayant au Mexique des filles devenues veuves, car elles considèrent que celles-ci sont dépourvues de tout soutien. En novembre 1864, la mère de la veuve Dussain, partie de France en avril de cette même année, s’enquiert de sa fille qui a voyagé en tant qu’artiste de la Troupe Française. “Comme elle est veuve et par conséquent seule”, elle se fait du souci pour sa situation, d’autant plus qu’elle n’a reçu aucune nouvelle d’elle depuis son départ. Elle écrit au consul afin de lui demander de comprendre les angoisses d’une mère qui a besoin d’avoir des nouvelles de sa fille51. Mais les veuves ne sont pas les seules à faire l’objet de recherches, car toute femme partie afin de suivre son mari ou son amant est elle aussi soupçonnée de ne pas être heureuse. En 1857, la mère de Madame Laugier écrit au consul par le biais d’un tiers, lui indiquant que sa fille est partie de France il y a deux ans pour suivre son mari qui est musicien. Elle veut savoir si elle est maîtresse de chant et de piano. Elle se fait du souci pour le bonheur de sa fille, car depuis que celle-ci a quitté ses parents elle n’a pratiquement pas donné de signe de vie, ni à son père, ni à sa mère, ni à son frère, ni même à sa petite fille qu’elle a laissée dans une pension. Qui plus est, lors de son départ elle avait contracté certaines dettes et promis de les payer le plus rapidement possible, mais elle n’a envoyé jusqu’à présent aucune somme à cet effet, et n’a pas répondu aux lettres la sommant de satisfaire à ses obligations. La personne qui rédige la missive insiste sur le caractère confidentiel de ces informations, tout en ajoutant que la mère serait fort reconnaissante envers le consul si celui-ci pouvait lui donner des nouvelles de sa fille. La lettre porte la signature de Monsieur Thergé52.

Des nouvelles malheureuses

  • 53 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au consul du 28 février 1857, adressée à sa sœu (...)

38Les recherches donnent parfois lieu a des réponses douloureuses, car on a toujours l’espoir que l’autre continue à être en vie. Les renseignements voyagent d’un côté à l’autre de la mer et sont en rapport avec les conditions difficiles de l’émigration. Une femme cherche sa sœur qui est partie au Mexique pour suivre son mari et a laissé sa fille en France durant plus de huit ans, à la garde de ses oncles. Atteinte de méningite tuberculeuse, la petite fille meurt à l’âge de treize ans. Un échange de correspondance entre la France et le Mexique révèle la profonde contrariété qu’éprouvent les uns et les autres, aussi bien les parents de la petite fille que les oncles qui se sont occupés d’elle pendant ces longues années. Le conflit est tel que les oncles en viennent à fournir des certificats attestant tous les soins qu’ils lui ont prodigués au cours de sa maladie et précisent que la médecine n’a pas de cure prouvée à ce mal53.

  • 54 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.
  • 55 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12, 1868.
  • 56 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au nom de la veuve Bourelle, afin de s’enquérir (...)

39Les renseignements entre collègues de la représentation diplomatique française au Mexique rendent compte de ces événements, qui sont immédiatement communiqués à la famille. C’est ainsi que l’on apprend, depuis Veracruz, que Monsieur Roberti est mort d’”une maladie de poitrine” à l’Hôpital de la Charité de cette ville, comme beaucoup d’autres qui ont commis la négligence de ne pas s’inscrire au consulat local54. Dans une lettre datée du 21 février 1868 et adressée à M. Farine, l’administrateur de l’hôpital civil et militaire informe celui-ci que Georges Nutran, originaire de Lorraine, est mort de dysenterie le 20 octobre précédent. Il avait été recueilli au bord de la route dans un état de misère extrême, sans aucun papier et portant uniquement deux bagues de faible valeur : ces données étaient destinées à être communiquées à la famille55. Une Française d’un certain âge habitant à la Nouvelle-Orléans recherche son fils dont elle est sans nouvelles depuis six ans, et qui répond au nom de Charles Etienne Gautré. Celui-ci avait quitté sa mère en 1848, pour s’établir au Mexique et travailler comme serrurier mécanicien ; toutes les lettres envoyées par la mère sont restées sans réponse. C’est C. Née qui signe au nom de la veuve Bourdelle. Au verso de la lettre, il est écrit que selon Alexandre, coiffeur à Morelia, Gautré serait mort56.

  • 57 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

40Si les demandes d’actes de décès révèlent un intérêt économique, elles traduisent aussi le fait qu’au Mexique la vie des Mexicains et des Français ne tient qu’à un fil. Ces actes sont nécessaires pour diverses raisons. Ainsi, Eugène Huvel étant mort au retour d’un voyage à Veracruz, son frère demande au consul de lui envoyer de toute urgence son acte de décès, car son neveu doit partir à la conscription dès janvier 1865 : bien qu’étant le seul soutien de sa mère, celui-ci ne saurait être exempté s’il ne fournit la preuve du décès de son père57.

Las difficultés du retour pour les “sans-le-sou”

  • 58 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

41Un autre problème que doivent affronter les émigrés à qui la fortune n’a pas souri, est celui de financer leur retour en France, problème qui fait l’objet d’incessantes implorations auprès du consul, afin que celui-ci les aide de différentes façons à exaucer ce désir. Les raisons en sont clairement exposées : la fortune ne les a pas favorisés. En 1857, Juan de la Colombe écrit à la représentation diplomatique depuis Durango afin de solliciter son aide en vue de son retour en France : “je suis entièrement déterminé à quitter le pays parce qu’il n’y a plus moyen de gagner sa vie honorablement, mais pour le quitter il me faut de l’argent…”58.

  • 59 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Veracruz, dossier No. 5.
  • 60 Idem.

42Les obstacles sur le chemin du retour se répètent d’une année à l’autre. C’est ainsi qu’en 1888 Madame Westermann prie le consul de Veracruz d’intervenir en faveur de son fils Eugène, depuis trois ans en cette ville ; elle souhaite qu’il revienne en France, mais ni le fils ni la mère n’en ont les moyens économiques : c’est pourquoi elle fait appel à sa bonne volonté afin que son fils puisse bénéficier d’un tarif réduit à bord du vapeur français, soulignant que “les faibles ressources qui sont en ma possession, je serai obligée de les employer pour l’habillement, pour les premières nécessités de son arrivée”59. La situation se complique du fait que ledit Westermann perd son livret militaire, ce qui l’oblige à demander au consul de lui délivrer un certificat lors de son passage à Veracruz60.

En guise de conclusion

43Ces lettres dispersées à travers le temps et l’espace pourraient être considérées comme dénuées de toute valeur. Cependant, je me propose à travers ces lignes d’étudier cette correspondance sans suite et sans réponse trouvée dans les archives consulaires rapatriées, et qui révèle l’espoir que les citoyens français ayant des parents et des amis émigrés déposaient dans la représentation diplomatique de leur pays au Mexique. Ces missives pourraient donner lieu à une vision pessimiste ; toutefois, comme nous l’avons vu à travers les lignes ci-dessus, l’échec et la fortune alternent pour rendre compte des temps, de l’attente et du voyage.

  • 61  Philippe Artières, Jean François Laé, Lettres Perdues, Écriture, amour et solitude, XIXe-XXe siècl (...)

44Bien que les citoyens français habitant au Mexique entretiennent des rapports formels avec le consul, nous avons néanmoins découvert certaines lettres qui lui ont été confiées mais n’ont pas été remises, ou qui ont été conservées après en avoir envoyé une copie de sécurité ; ces lettres révèlent les avatars de l’émigration. Malgré leur dispersion, ces “fragments d’existence”61 qui se révèlent sous la plume d’inconnus nous laissent entrevoir les problèmes les plus généraux du vide laissé par l’autre tout au long de ses années d’absence, ainsi que les conflits, tantôt uniques, tantôt se répétant de l’une à l’autre de ces lettres que nous nous sommes efforcés de récupérer. Si les signatures et les noms qui les personnalisent sont tantôt lisibles, tantôt d’interprétation incertaine, il nous a été donné à travers eux d’observer les diverses motivations qui sous-tendent l’émigration. Se révèlent ainsi les “minuscules transactions qui véhiculent des émotions” affleurant tantôt en de brefs instants, tantôt au cours de longues années d’attente. Nous avons également découvert des sentiments et des besoins qui sembleraient être contradictoires : bien que l’on ressente l’absence de l’autre, l’intérêt monétaire pourrait conduire à oblitérer ce sentiment, si la volonté de soulager le besoin ne traduisait elle aussi l’attente de l’affection ou de l’amour de cet autre qui est absent.

  • 62 Ibid., p. 10.

45Ces lettres mettent en évidence des besoins et des désirs qui prennent place entre d’importants événements historiques, bien que dans la plupart des cas ceux-ci ne s’avèrent pas déterminants. Certaines de ces lettres ressemblent à des “bouteilles lancées à la mer” et constituent un précieux témoignage de cette incertitude que vivent les hommes et les femmes qui demeurent au pays ou qui franchissent la distance de l’espoir62.

Tableau 1

L’expression, dans les différentes lettres, du temps et de la souffrance due à l’absence

Le temps et l’absence

“1851 – Mon Frère Jean Baptiste Tricon, dit Flameu, fut s’établir à Mexico … la dernière lettre que j’ai reçue de lui est du 20 janvier 1836”.

“Que depuis 11 années mon mari qui à cette époque habitait Mexico a cessé totalement de nous donner de ses nouvelles”.

“Une vieille Française, la veuve Bourrelle, résidant depuis de longues années à la N.-Orléans, n’ayant pas entendu parler de son fils depuis six ans”.

“Une dame est partie de notre ville, il y a deux ans pour aller rejoindre à Mexico M. Laugier, son mari, professeur de musique avec lequel elle demeure en ce moment”.

“J’ai l’honneur de vous informer que depuis le 12 décembre 1866, je n’ai plus entendu parler de mon fils”.

“Il est parti depuis deux ans pour le Mexique et je n’ai pas de ses nouvelle depuis son départ”.

La souffrance due à l’absence

“Je ne puis croire, Monsieur le Consul, qu’un Français quelque soit sa conduite, disparaisse à l’étranger sans que l’on puisse en suivre la trace”.

“bien penser à une pauvre mère âgée de 62 et sans ressource de me donner des nouvelles”.

“Je pense bien que tu n’oublies pas l’embarras où tu m’as laissée de toute façon lors de ton départ ; eh bien, mon amour, je suis toujours dans le même tourment et crains surtout les peines”.

“Je suis âgé de 77 ans – mon seul bonheur pour moi, et mon épouse, serait de voir mon fils avant de mourir…” 

“satisfaire au désir d’une mère justement inquiète de ne pas avoir reçu de réponse à ses lettres depuis deux ans”.

“Les personnes qui s’intéressent à Madame Laugier craignent qu’elle ne soit pas parfaitement heureuse…”.

“Oh! Monsieur le consul, si vous pouviez être témoin de ma douleur, de celle de la mère et de tous ses frères, vous sentiriez, vous qui êtes, peut-être, père de famille, combien est grand le désespoir qui me domine depuis que je suis à la recherche de mon fils bien aimé!”.

“qu’il lui soit arrivé un malheur”.

46Le rituel et la forme

Salutations

1851 Permettez que je vienne vous déranger un moment dans vos nombreuses occupations pour vous soumettre respectueusement les faits suivants.

1857 Mon cher Collègue (correspondance entre consuls)

1857 … cette lettre pour vous demander pardon de la liberté que je prends

1857 Madame Dumont étant gravement malade et lui ayant entendu dire…

1857 Par votre honorée du 11 avril dernier

1857 Malgré que je n’ai pas l’honneur de vous connaître…

1857 J’ai l’honneur de venir très respectueusement solliciter de votre noble cœur, la bonté de prendre en considération la demande que j’ai l’honneur de formuler à l’honorable ambassadeur de France.

1888 Pardonnez-moi la liberté que je prends de venir vous parler de mon fils.

1888 Aujourd’hui je viens m’adresser à vous pour que vous me fassiez, M. le Consul, une bien grande faveur.

Formule finale

1851 J’ose espérer que vous accueillerez favorablement ma prière et m’en honorerez d’une prompte réponse… Dans cette attente recevez, Monsieur le Consul Général, l’expression des sentiments respectueux de votre très obéissant servant

1857 Recevez, monsieur le consul, l’assurance de mes sentiments respectueux…

1857 Je vous prie, Monsieur, d’excuser la liberté que je prends et de vouloir bien agréer l’assurance de mon dévouement sincère

1857 Dans l’espoir d’être honoré de votre respectable réponse, veuillez agréer Monsieur l’ambassadeur, l’assurance de ma plus vive reconnaissance, ainsi que mes éternels remerciements…

1888 Monsieur le Consul, et dans l’espérance que vous daignerez accueillir favorablement nos demandes je vous prie d’agréer, monsieur le Consul, l’expression de mes sentiments...

1888 Agréez, M. le Consul, votre Serviteur et Subordonné des respectueuses salutations.

Inicio de página

Bibliografía

ARTIÈRES Philippe, LAÉ Jean François (2003) : Lettres Perdues, Écriture, amour et solitude, XIXe-XXe siècles, Paris, Hachett

BRUNETON-GOVERNATORI Ariane, STAES Jacques(1996):  “Cher père et tendre mère…” Lettres de Béarnais émigrés en Amérique du Sud (XIXe siècle), Biarritz, J & D Editions.

CRAMAUSSEL Chantal, “ Imagen de México en los relatos de viaje franceses : 1821-1862 ”, dans  México Francia, Memoria de una sensiblidad común, siglos XIX-XX :  textes réunis par Javier Pérez Siller , Puebla, BUAP, El Colegio de San Luis, CEMCA, 1998, p. 333-363.

DAUPHIN C., LEBRUN-PÉZERAT P, POUBLAN D. (1995) : Ces bonnes lettres, Une correspondance familiale au XIX siècle, préface de Roger Chartier, Paris, Bibliothèque Albin Michel.

GAMBOA Leticia, (2008) : Los Barcelonnettes en México, Miradas regionales, siglos XIX-XX, Puebla, BUAP, ICSYH-AVP., Universidad Juarez del estado de Durango.

GLEYSES Chantal (1994) La Femme coupable, Petite histoire de l’épouse adultère au XIXe siècle, Paris.

HARTOG François (2003) : Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil.

JÓNASDÓTTIR, Anna G. (1993) : El poder del amor, ¿Le importa el sexo a la Democracia?, Madrid Ediciones Cátedra, Universitat de Valencia.

MEYER Jean (2000) : Yo el francés, La intervención en primera persona, biografías y crónicas.México,  Tusquets.

SANCHEZ Evelyne, “Les enjeux territoriaux des politiques migratoires et de colonisation intérieure dans le Mexique postcolonial (1823-1880). Les colonies européennes dans l’Etat de Veracruz”, Les Cahiers ALHIM, Amérique Latine Histoire et Mémoire, Paris, No. 15, Université Paris 8, 2008, p. 119-161.

SOUST Jeanne, “Cartas y palabras : los rostros de Eugène”, dans Eugène Latapi (1824-1868), Coédition privée, Famille Latapí, Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades, Puebla, 2004, p.143-164.

Inicio de página

Notas

1  Traduction de l’espagnol : Jean Hennequin

2  Chantal Cramaussel, “Imagen de México en los relatos de viaje franceses : 1821-1862”, in : México Francia, Memoria de una sensiblidad común, siglos XIX-XX, Javier Pérez Siller (coordinador), Puebla, BUAP, El Colegio de San Luis, CEMCA, 1998, p. 333-363.

3  Cf. l’ouvrage réalisé sous la direction de Leticia Gamboa, Los Barcelonnettes en México, Miradas regionales, siglos XIX-XX, Puebla, BUAP, ICSYH-AVP., Universidad Juarez del estado de Durango, 2008.

4  Evelyne Sanchez, “Les enjeux territoriaux des politiques migratoires et de colonisation intérieure dans le Mexique postcolonial (1823-1880). Les colonies européennes dans l’Etat de Veracruz”, Les Cahiers ALHIM, Amérique Latine Histoire et Mémoire, Paris, No. 15, Université Paris 8, 2008, p. 119-161.

5  C. Dauhpin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres, Une correspondance familiale au XIX siècle, préface de Roger Chartier, Bibliothèque Albin Michel, Histoire, Paris, 1995, p. 99-190.

6  À propos de l’importance du cérémonial, cf. le texte de Jeanne Soust, “Cartas y palabras : los rostros de Eugène”, in : Eugène Latapi (1824-1868), Coédition privée, Famille Latapí, Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades, Puebla, 2004, p.143-164.

7  Cf. les tableaux en annexe sur la souffrance due à l’absence, le temps et les rituels.

8  Évoquer Hartog et ses régimes d’historicité nous conduit à envisager également cette variante, le temps vécu étant en réalité l’autre temps. Cf. François Hartog, Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps, La librairie du XXIe siècle, Seuil, Paris, 2003.

9  À propos de cette discussion, voir le texte d’Anna G. Jónasdóttir, El poder del amor, ¿Le importa el sexo a la Democracia?, Feminismos, Ediciones Cátedra, Universitat de Valencia, Instituto de la Mujer, Madrid, 1993.

10  Ariane Bruneton-Governatori, Jacques Staes, “Cher père et tendre mère…” Lettres de Béarnais émigrés en Amérique du Sud (XIXe siècle), J & D Editions, Biarritz, 1996, p. 15.

11 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre Marie Anne Tricon au consul afin de lui demander des nouvelles de son frère Jean Baptiste, Mexique, série A, dossier A-12.

12 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

13 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de l’épouse Lavergne, née Roux, adressée au consul afin de lui demander l’envoi d’une procuration, en date du 26 novembre 1861, Mexique, série A, dossier A-12.

14 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes, Lettre de la veuve Tortillu à son fils afin d’avoir des nouvelles sur sa santé, Lyon, décembre 1867, A-12.

15 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’A. Bounior, adressée au ministre plénipotentiaire chargé de la légation française au Mexique, 1867. A-12 Série Mexique A.

16 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’A. Bounoir à ses beaux-frères afin de les exhorter à revenir le plus rapidement possible, avant le retour des troupes d’intervention, 12 janvier 1867, série A Mexique, dossier 12.

17 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Monsieur Clément à Monsieur le consul de la mer Méditerranée, 17 juillet 1864, Mexique, série A, dossier A-12.

18 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée à l’ambassadeur par M. Nieffer ou Tieffer, demandant de l’aide au rapatriement, sans date, série A, Mexique A-12.

19 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A., Mexique, dossier A-12.

20 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A., Mexique, dossier A-12.

21  Il s’agit du capitaine Henri Madelor, qui a été témoin de la chute de Maximilien et en fait le récit dans un manuscrit de 93 pages. Dans Jean Meyer, Yo el francés, La intervención en primera persona, biografías y crónicas.Tusquets, 2000, p. 462.

22 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Monsieur Morineau au Ministre, lui suggérant de laisser en place au Mexique le capitaine Madelor, Mexico, 26 juin 1869. Série A, Mexique, dossier A-12.

23 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Mme la veuve Valentini au consul de France au Mexique, lui demandant des renseignements sur son fils qui faisait partie du corps expéditionnaire, Série A, Mexique, dossier A-12.

24 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

25 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée à Monsieur Farines, agent consulaire de la chancellerie française à Mexico, par Monsieur B. Petit, organiste de la cathédrale, Perpignan, Pyrénées-Orientales, 12 décembre 1867. Série A, Mexique, dossier No. A-12.

26 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

27 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Jules Vialoire à M. le ministre afin de lui demander de l’aide en vue d’un voyage, Série A, Mexique, dossier A-12, 1804-1805.

28 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’Adolphe Pernot au consul, afin de lui demander des renseignements sur les possibilités de résider au Mexique, 28 mai 1864, Mexique, série A, dossier A-12.

29 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-24.

30 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Série A, Mexique, dossier A-12.

31  Le registre des Français, en date du 30 avril 1849, atteste que M. Ernest Masson avait alors 75 ans et était veuf.

32 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Léon Raymond au consul de France au Mexique, lui demandant de l’aider dans la succession d’Ernest Masson, Paris, 10 février 1864, Mexique, série A, dossier A-12.

33  Chantal Gleyses, La Femme coupable, Petite histoire de l’épouse adultère au XIXe siècle, Imago, Paris, 1994, pp. 35-55.

34 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Béranger à son mari, 11 avril 1847, Série A, Mexique, dossier A-24.

35 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Béranger à son mari, 20 juin 1847, Série A, Mexique, dossier A-24.

36 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettres de Madame Béranger à son mari, 20 juin 1847 et 13 novembre 1848, Série A, Mexique, dossier A-24.

37 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre d’Édelie Béranger à son père, sans date, Mexique, Série A, dossier A-24.

38 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Maithuat au consul, lui demandant au nom de sa mère des renseignements sur sa sœur qui se trouve au Mexique, étant donné qu’elle n’a plus eu de nouvelles d’elle depuis son embarquement à Saint-Nazaire, le 16 septembre 1865, Série A, Mexique, dossier A-12.

39 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Geneviève B. de Fanelli au général Bazaine, lui demandant une aide pécuniaire ainsi que des facilités de transport afin de rentrer à La Havane, Mexique, série A, dossier A-12.

40 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Marie Loraine adressée au consul de France au Mexique afin de lui demander d’entreprendre des recherches concernant Monsieur Mage, son mari, Mexique, série A, dossier A-12.

41 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul de France au Mexique afin de lui demander d’entreprendre des recherches concernant Monsieur Roberjot, Mexique, série A, dossier A-12.

42 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Schsmith adressée au consul de France au Mexique afin de lui demander d’entreprendre des recherches sur son mari, Mexique, série A, dossier A-12.

43 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au consul, 1er août 1868, Série A, Mexique, dossier A-12.

44 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre à l’ambassade, Série A, Mexique, dossier A-12.

45 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de la veuve Martin au consul, Série A, Mexique, dossier A-12.

46 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul au nom de la veuve Ydrac, Mexique, série A, dossier A-12.

47 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre adressée au consul au nom de la veuve Dumont afin d’obtenir des nouvelles de ses enfants, Mexique, série A, dossier A-12.

48 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettrede V. Neron à Monsieur Colleau, lui donnant des nouvelles de Marguerite Lorgus. Mexique, série A, dossier A-12.

49 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Susanne Gancier au général Bazaine, lui demandant d’intervenir dans la succession de son mari, Mexique, série A, dossier A-12.

50 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre de Madame Dumas au consul, afin de lui demander des informations concernant son mari, Mexique, série A, dossier A-12.

51 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

52 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

53 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au consul du 28 février 1857, adressée à sa sœur afin d’éclaircir les circonstances de la mort de sa fille de treize ans, Mexique, série A, dossier A-12.

54 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

55 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12, 1868.

56 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Lettre au nom de la veuve Bourelle, afin de s’enquérir de son fils dont elle n’a pas de nouvelles depuis six ans, Mexique, série A, dossier A-12.

57 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

58 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Mexique, série A, dossier A-12.

59 Centre des Archives Diplomatiques de Nantes. Veracruz, dossier No. 5.

60 Idem.

61  Philippe Artières, Jean François Laé, Lettres Perdues, Écriture, amour et solitude, XIXe-XXe siècles, Hachette Littératures, Paris, 2003.

62 Ibid., p. 10.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Rosalina Estrada Urroz, « Lettres sans réponse : entre le regret, la nostalgie et l’intérêt », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 17 | 2009, Publicado el 05 mayo 2010, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3191

Inicio de página

Autor

Rosalina Estrada Urroz

Instituto de Ciencias Sociales y HumanidadesBenemérita Universidad Autónoma de Puebla AVPRosalina Estrada Urroz es doctora en historia social por la Universidad de París VIII, (Saint Denis, Francia). Investigadora del Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades Alfonso Vélez Pliego de la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla, miembro del SNI. Dirige en el programa de estudios de posgrado diversos seminarios de historia de las sensibilidades e historia cultural. Ha publicado diversos artículos y capítulos de libro y dentro de su proyecto “Cultura y vida privada en Puebla en los siglos XIX y XX. Es editora junto con la Dra. Laura Cházaro del libro En el umbral de los cuerpos, aparecido en 2005.

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org