Navegación – Mapa del sitio

« Construction de l’Etat-Nation et résistances au Chile: de l’Indépendance au Front populaire »

9 et 10 Juin 2011

Université Paris Vincennes-Saint-Denis,  2, rue de la Liberté 93526 Saint Denis

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 200, avenue de la République 92001 Nanterre

Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense ou Université Paris Vincennes- Saint -Denis

Dates du colloque : 9 et 10 Juin 2011

Dates de réponse à l’appel : avant le 15 octobre 2010

L’équipe de Recherche « Amérique latine histoire et mémoire » (ALHIM), du Laboratoire d'Etudes Romanes Amérique latine contemporaine. Littérature et socio-histoire (E.A. 1570), de l’Université de Paris Vincennes Saint-Denis, dirigée par le Pr. Perla Petrich, et le « Groupe de Recherches Ecole, Culture, Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen » (GRECUN) dirigé par le Pr. Thomas Gómez, du Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines (E.A. 369) dirigé par le Pr. Marie-Claude Chaput de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, organisent un colloque sur : « Construction de l’Etat-Nation et résistances au Chili, de l’Indépendance au Front populaire ».

L’objectif principal de ce colloque est de considérer les multiples facettes et significations du processus de construction de l’Etat-Nation au Chili et les résistances qu’il a suscitées, en mettant en relation les chercheurs de diverses institutions scientifiques.

Responsables du colloque :

Perla PETRICH, Université Paris Vincennes Saint-Denis

Thomas GOMEZ, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Organisateurs :

Enrique FERNANDEZ DOMINGO, Université Paris Vincennes Saint-Denis

Nathalie JAMMET, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Alvar de la LLOSA, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Appel à contribution

Issu de l’empire espagnol d’Amérique, le Chili est un des premiers pays à créer un Etat stable qui très tôt formera une conscience nationale. En effet, la première session du Congrès national chilien, l’un des tout premiers d’Amérique latine, se réunit dès le 4 juillet 1811.

 Deux cents ans plus tard, il nous semble opportun de nous intéresser aux processus d’institutionnalisation qui ont suivi l’indépendance politique et de nous pencher sur la spécificité et les caractéristiques de la construction de l’Etat-Nation au Chili.

Il conviendra d’étudier la formation des institutions (Armée, Justice, Administration), des cultures qui participèrent à la naissance de la vie politique (partis, clubs et sociétés), ainsi que les discours sur l’intégration et la citoyenneté qui pourraient fournir des éléments de réponse au succès et à la viabilité des institutions chiliennes.

Il faudra s’interroger sur les stratégies mises en œuvre pour créer un imaginaire collectif qui  rendit possible une certaine cohésion et le développement d’un projet national qui légitima l’action et la volonté des Indépendantistes. Une attention toute particulière sera donc portée à l’éducation (création d’instances administratives spécifiques, programmes scolaires, fondation des écoles normales, débat public/privé, etc.) et aux manuels scolaires qui virent le jour dans les trois décennies qui suivirent l’Indépendance.

Etant donné l’importance revêtue par la notion de territoire, nous étudierons précisément les questions de souveraineté qui aboutirent à des conflits, non seulement avec les pays voisins mais aussi avec les peuples indigènes. On s’intéressera à l’aménagement du territoire et à l’intégration effective des habitants, en dépit de la « folle géographie chilienne ». Nous nous interrogerons aussi sur le regard porté par les voyageurs, les premiers contacts établis avec des puissances étrangères et l’établissement de relations diplomatiques dictées à la fois par des affinités mentales avec certains modèles d’organisation politique et par la nécessité d’élargir les relations commerciales.

Par ailleurs, la construction de l’Etat, tout comme la définition du territoire, ont provoqué des résistances qui sont à l’origine de la permanence ou de la naissance d’autres identités que celle dictée par les autorités et leur système éducatif. L’étude des mouvements et des résistances populaires et indigènes permettrait sans doute de nuancer le rôle prépondérant de l’Etat dans la construction du Chili moderne.

Loin de se limiter à une histoire nationale, ce colloque a aussi pour objectif de confronter le processus de construction de l’Etat-Nation naissant avec les systèmes mis en place dans des pays voisins, afin d’établir des parallèles ou des différences, et de mieux souligner ainsi les modèles qui, par transfert, participèrent à la formation de l’Etat-Nation au Chili.

Langues du colloque : français, espagnol

Merci d’adresser par mail un résumé de 500 mots environ ainsi qu’un bref C.V. mentionnant vos coordonnées professionnelles aux trois organisateurs avant le 15 octobre 2010, en précisant en objet « colloque Chili » :

nathalie.jammet@yahoo.fr

enrique.fernandez@yahoo.fr

adelallo@u-paris10.fr

Les communications définitives seront à remettre avant le 8 mai 2011.

Les articles retenus seront publiés dans une revue scientifique de l’Université Paris Vincennes Saint-Denis ou de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org