Navegación – Mapa del sitio

Laura Castellanos, México armado : 1943-1981, México, Ed Era, 2007 (Trad en français:  Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection 1943-198,  par Teresa Brisac, 2009)

Vicente Romero

Entradas del índice

Mots-clés :

guérilla, Mexique, PRI, révolution

Palabras claves :

guerrilla, México, PRI, revolución
Inicio de página

Texto completo

1La prise de San Cristobal de las Casas en 1994 a été le choc qui servit d’impulsion à la journaliste mexicaine Laura Castellanos pour plonger dans les archives journalistiques afin de connaître quatre décennies d’histoire des groupes armés révolutionnaires au Mexique. Entre 1995 et 2002, une équipe de cinq personnes a consulté des sources hémérographiques et a effectué des entretiens avec les survivants de ces groupes armés et des personnes des secteurs sociaux qui leur étaient proches. La rédaction de près de 400 pages du livre Le Mexique en armes a pris fin en 2007, année de l’édition Era, en castillan, au Mexique.

2Ce compte-rendu correspond à l’édition canadienne Lux, en français, parue en 2009. Il synthétise le contenu concernant le contexte mexicain et international et le rapport entre l’émergence et l’évolution des groupes armés avec les intérêts sociaux et économiques en jeu ainsi qu’avec les politiques publiques et répressives de l’Etat-PRI. Finalement il fait de brèves observations sur le rapport entre les sources consultées, la perspective et le contenu du livre, ainsi que sur les facteurs qui pourraient expliquer la radicalité des groupes urbains armes.

La Révolution de 1910 confisquée par le PRI et les raisons du malaise social

3Composé de cinq chapitres et d’un épilogue, le livre de Laura Castellanos apporte une vue panoramique de la naissance, des idées et des avatars de 30 groupes armés mexicains sur l’ensemble du pays entre 1943 et 1982. Ces organisations armées ne sont pas le fruit de la seule décision de leurs dirigeants. C’est le produit de la révolte face aux injustices et face à la non reconduction de la réforme sociale et au non  respect des droits à la terre pour les classes les plus pauvres du pays. Réforme et droits issus de la Révolution de 1910 et gravés constitutionnellement en 1917.

4En effet, depuis 1940 les gouvernements du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) avaient mis fin aux projets de réforme sociale et politique. Pliant le pays aux besoins de l’économie de guerre et de la post-guerre états-unienne, les Gouvernements d’Avila Camacho, d’Alemán, de López Mateos, de Díaz Ordaz, d’Echeverría et de López Portillo ont encouragé les exportations agricoles et de matières premières (sucre, coton, viande, pétrole), laissant à l’abandon les petits producteurs agricoles liés au marché intérieur (coopératives, communautés paysannes et indigènes -les ejidos-, petits paysans). Ainsi, la « croissance économique » par les exportations qui se prolonge jusqu’aux années 1960 signifiera dépendance agro-alimentaire, inflation et croissance de la dette publique dès 1976. Ces Gouvernements n’ont pas seulement arrêté la réforme agraire. Ils ont favorisé l’expansion des grandes propriétés terriennes pour l’agro exportation et pour l’élevage de bétail en masse, par exemple, en accordant des « certificats d’inaffectabilité » (1946) aux grandes propriétés agricoles privées. Ils ont facilité l’appropriation des terres communales, voire leur location ou achat, par les nouveaux  acquéreurs, provenant du secteur agricole et touristique.

5En confisquant politiquement la Révolution de 1910, pour contrecarrer le mécontentement populaire et parvenir à une stabilité politique, le parti au pouvoir s’est servi ‘institutionnellement’ des « caciques » politiques régionaux corrompus (comme les Figueroa au Guerrero, semblables aux « gamonales » en Colombie, plus anciens dû à l’histoire du bipartisme dans ce pays) et des syndicats « charros » (vendus) au service du pouvoir fédéral et des caciques. Quand ces réseaux ne pouvaient faire face à l’ampleur du mécontentement social, ces luttes étaient jugées illégales, auxquelles on répondait souvent par une répression sanglante. Toute tentative d’autonomie syndicale, comme celle des cheminots, fut persécutée. Vers 1946, le Parti communiste mexicain fut déclaré illégal sous prétexte de « liens avec une puissance étrangère ».

La naissance et la diversité des groupes armés

6Face à cette politique de l’Etat-PRI, le Parti communiste et le PPS de Lombardo Toledano se sont montrés très modérés dans leur opposition. Le Parti communiste l’était parce qu’il restait accroché à sa tactique d’ « unité nationale », issue du début de la Deuxième guerre mondiale. Mécontents avec leurs dirigeants, certains militants et jeunes communistes convergèrent sur des positions plus radicales avec d’autres courants d’opposition populaire dont certains issus de la mouvance de la théologie de la libération. Un cas à part fut celui du leader paysan Rubén Jaramillo, soldat de Zapata dans son jeune âge, pasteur baptiste, proche de l’ex-président Lázaro Cárdenas et lié à des militants du Parti communiste. Son groupe alternera entre action politique légale et  soulèvement armé, selon les besoins et les circonstances.

7La plupart des groupes armés furent organisés et dirigés par des instituteurs d’écoles rurales, par des maîtres en formation ou des étudiants. Certains de ces groupes prirent les armes pour défendre et garantir la continuité des luttes populaires. Entre autres, celles des travailleurs de la canne à sucre et des ejidatarios du Morelos -continuateurs directs des luttes de l’époque de Zapata- ; des paysans et des Tarahumaras du Chihuahua contre les entreprises forestières ; des enseignants et des étudiants contre les autorités corrompues, pour l’autonomie des syndicats et des centres d’éducation supérieure. Ils ont pris les armes aussi parce qu’ils considéraient que la guérilla ou la guerre populaire étaient le seul moyen de parvenir à changer le pays, pour instaurer une société plus juste et socialiste. Pour les jaramillistes, leur référent mythique était le zapatisme des années 1910 ; pour les autres, la révolution cubaine, les guérillas latino-américaines et la guerre de libération au Vietnam. Ces derniers suivaient les conceptions foquistes de Che Guevara ou de guérilla urbaine de Carlos Marighella. Mis à part les créateurs du Mouvement armé révolutionnaire (MAR), formés en Corée du Nord, les membres de ces groupes furent formés au maniement des armes dans leur propre pays.

8La Ligue Communiste du 23 Septembre figure parmi les groupes les plus radicaux. Issue de la fusion de groupes de jeunes provenant particulièrement du mouvement chrétien radical de la théologie de la libération et de la jeunesse communiste, elle est implantée dans différents Etats du pays. Ses théoriciens concevaient les universités comme des usines, comme une nouvelle branche de la production  aussi importante que les usines. Les universités permettaient de dispenser une éducation de masse qui reproduisaient  le système de domination, sur le plan culturel et économique. Les étudiants ne seraient pas seulement des alliés du prolétariat mais la propre avant-garde révolutionnaire de celui-ci. Remettant en question les « vieilles vérités du marxisme », la Ligue considérait que ce secteur devait  « diriger » la révolution socialiste (p.253-255). Le sensationnalisme de ses actions recevait un écho immédiat dans les médias. Délaissant l’action politique, ces groupes urbains privilégiaient les « expropriations »  et les enlèvements d’entrepreneurs, de diplomates et des hommes politiques liés au pouvoir (ou de membres de leur famille) pour obtenir de rançons.

9On peut remarquer néanmoins qu’il y a eu des formes d’action politique et de méthodes de certains groupes armés, étudiés dans le livre de Castellanos, qui auraient pu se transformer en mouvements de large assise populaire, rendant beaucoup plus difficile leur isolement et leur anéantissement. On peut en retenir trois exemples : A) La participation organisée et avec une approche « de genre » avant la lettre des femmes jaramillistes du Partido Agrario Obrero Morilense. Un texte du 10 février 1951 signé par 85 femmes affirmaient : « Les femmes doivent avoir tous les droits politiques qu’ont les hommes, et nous croyons que nous ferons meilleur usage de ces droits que les hommes qui sont devenus serviles et conformistes et partagent les  privilèges les plus détestables des politiciens qui trahissent et volent le peuple » (p. 51-52). B) L’importance accordée toujours par Lucio Cabañas et le Parti des Pauvres à la réalisation d’assemblées régulières avec des villageois (p. 151-152). C) La vocation du Front de Libération National, l’ancêtre de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), de concevoir ses actions dans une stratégie d’accumulation de forces à long terme, et de ne pas faire reposer sa croissance « ni sur le fétiche de l’argent, ni sur le fétiche des armes » interdisant à ses membres de pratiquer des « expropriations » et des enlèvements. (p. 299-301).

La réaction de l’Etat-PRI et des classes dominantes envers les groupes armés

10L’Etat-PRI avait  une position apparemment ambiguë sur le plan international, tout au long de ces décennies. Il était rallié à la politique anti-communiste états-unienne tout en entretenant des rapports d’amitié avec le gouvernement cubain issu de la Révolution de 1959 et avec plusieurs groupes armés révolutionnaires d’autres pays latino-américains. Au niveau national, l’Etat-PRI ne cherchait pas à dialoguer avec les groupes armés révolutionnaires mexicains pour aborder et résoudre les causes internes et structurelles du mécontentement populaire. Il cherchera à faire disparaître ces groupes en employant la répression, la guerre antisubversive et la guerre psychologique. Le gouvernement et les grands médias du pays condamnaient leurs actions comme des actes de terreur pour justifier ensuite une répression plus large. L’Etat-PRI réussira ainsi à isoler ces groupes du reste de la population, à les affaiblir et souvent à les anéantir. Des structures de renseignement et de répression spécialisées comme la DFS (1947), le groupe d’enquêtes spéciales C-047 (1965) et la BEA (1976), ont été montées avec l’aide des Etats-Unis. Des responsables militaires ont été envoyés pour se former en Israël (novembre 1973). A leur retour, ils dirigeront les « vols de la mort » pour faire disparaître des opposants. Parallèlement, et se faisant passer comme des amis de la Révolution cubaine, des agents du renseignement de l’Etat employèrent aussi les techniques d’infiltration des groupes armés pour les inciter à des actions suicides et pour provoquer la répression.

11Il convient de souligner que l’exacerbation des méthodes répressives et inhumaines entre  1973 et 1978 est directement liée à une exigence des fractions des classes dominantes du pays. Elle n’était pas le produit de la décision des seuls responsables politiques et militaires. En effet, en septembre 1973, suite à la mort de l’industriel Eugenio Garza Sada à Monterrey lors de la tentative de son enlèvement par la Ligue Communiste du 23 Septembre, la bourgeoisie industrielle de cette ville et de celle de Guadalajara exigent la « répression sans concession » des groupes armés (p. 265-266). Désormais le gouvernement d’Echeverría refusera toute négociation avec ces groupes. Trois années plus tard, sans respecter la Constitution, il soutient la création de la « Brigade Blanche » ou BEA, spécialisée dans la torture et les disparitions sous prétexte de lutte contre les groupes guérilleros. Elle fonctionnera pendant 6 ans, jusqu’en 1982 (p. 326-328). Dès lors et pendant cette période de la « guerre sale » au Mexique,  des techniques de torture et de disparition des opposants et des membres des groupes armées seront appliqués, avec l’utilisation des bâtiments publics comme le tristement célèbre Campo Militar Número Uno ou des prisons comme celles des Oblats, de Lecumberri et de Topochico. Un rapport officiel de 2006 reconnaîtra qu’à cette époque l’armée mexicaine avait été utilisée comme « une structure criminelle » (p. 392-393).

L’évolution des groupes armés et la question des droits humains et politiques

12Vers le milieu des années 1970, au fur et à mesure que la répression s’accroît sur le mouvement social et politique et que les groupes armés s’affaiblissent, on constate le rôle de plus en plus important des femmes aussi bien dans les organisations de défense des  prisonniers politiques et des disparus comme dans les structures des groupes de guérilla urbaine. Les premières organisations des familles de victimes de la « guerre sale » naissent vers 1974 ;  elles sont reçues avec un certain dédain par les groupes armés et leurs requêtes seront ignorées par les autorités. Toutefois, par la pression publique le président López Portillo se voit obligé de promulguer une loi d’amnistie en 1978. Elle bénéficiera d’abord à 242 prisonniers puis à 1000 personnes (dont 800 paysans), en 1979. Le Parti communiste, « le plus vieux parti du pays », pourra enfin fonctionner légalement, presque 40 ans après de sa mise à l’écart. Toutefois le terrorisme d’Etat est toujours à l’oeuvre. Selon Jaime Laguna, sur 100 amnistiés, dix ont été victimes après leur libération soit de disparition forcée soit d’assassinat (p.374).

13A la fin des années 1970, très affaiblies, la plupart des organisations armées vont changer de stratégie, privilégiant désormais l’action politique. Certains de leurs militants adhéreront à Corriente Socialista ou à l’Asociación Cívica Nacional Revolucionaria (ACNR). La première organisation et une fraction de l’ACNR à leur tour prendront part à la création du Parti Démocratique Révolutionnaire, en 1989. D’autres groupes, moins nombreux certes, maintiendront leur stratégie de lutte armée (entre autres : le FRAP ; l’UP et le PDLP –qui donneront naissance en 1989 au PROCUP-PDLP puis au EPR en 1996 ; le FLN qui devient dans les années 1980 le EZLN).

14L’épilogue du Mexique en armes, rédigé par Alejandro Jiménez del Campo, fait le point sur la situation tant des droits humains comme des groupes armés au début du XXI siècle. Il constate que malgré l’arrivée d’un autre parti au pouvoir, la justice n’a pas été toujours rendue aux  victimes de la terreur d’Etat et à leurs familles. Un rapport officiel de 2006 dénombre 1650 victimes dont au moins 693 cas indiscutables de disparus (p. 393-394).  D’autre part, Jiménez décrit la renaissance, depuis 1994, des groupes guérilleros implantés surtout dans les zones rurales à forte population indigène (en particulier, dans le « couloir guérillero » qui comprend Puebla, Guerrero, Oaxaca et Chiapas). Il y avait au Mexique 16 groupes en 1999 et 5 000 combattants en 2002. Jiménez explique leur réémergence par le contexte politique des deux dernières décennies. En effet, depuis le gouvernement de Salinas de Gortari, et avec l’application de l’Accord de Libre échange nord-américain (ALENA), l’assujettissement de l’économie du pays à celle des Etats-Unis s’est accentué, avec des effets très graves pour les populations rurales. Précisément, des indiens Lacandon et les métis du Chiapas se sont soulevés sous la direction du EZLN le jour de l’entrée en vigueur de ce traité, le 1 janvier 1994, comme une forme ferme d’exprimer leur basta à être déconsidérés et à être les oubliés de  toujours. En 1994, 1995 et 1998 les gouvernements mexicains ont envoyé de forts contingents de l’armée au Chiapas pour réprimer le nouveau mouvement zapatiste et pour occuper militairement le terrain. Pour sa part, l’EZLN a réagi en se montrant beaucoup plus flexible, en développant une stratégie globalisante plus politique que militaire, donnant à son action un écho dans l’ensemble du pays et bien au-delà des frontières.

Quelques remarques

15Après cette longue mais nécessaire synthèse, il convient dans  ce compte-rendu de faire deux brèves remarques :

16Sur les sources. Comme le soulignait dans sa préface l’aujourd’hui regretté Carlos Montemayor (il est décédé en début de cette année de 2010), pour connaître la réalité de la répression des  groupes armés au Mexique, la source principale à consulter ne pouvait être les archives publiques. En effet, le fait d’avoir accordé une importance particulière aux entretiens avec les protagonistes populaires (entretiens réalisés en bonne partie par Alejandro Jiménez) a contribué de façon significative à ce que l’équipe de Laura Castellanos présente cette histoire avec une approche et une perspective anti-autoritaires. Toutefois, la consultation des archives des journaux de plus grand tirage de l’époque semble avoir eu un effet partiellement déformateur, dans la mesure où Laura Castellanos a fini par accorder relativement plus d’attention aux groupes armés agissant dans les grandes villes. Par exemple, comme ces journaux privilégient généralement le sensationnalisme, Le Mexique en armes suit mieux les actions de la « Ligue communiste 23 septembre » ou de l’Union du Peuple, tandis qu’il n’approfondit pas sur le FLN, probablement parce que plus silencieux, avec une assise rurale et indigène et donc éloigné de l’intérêt des médias.

17Sur les facteurs qui peuvent expliquer la radicalité des groupes urbains armés. L’émergence des groupes armés ruraux issus des classes populaires qui exigeaient le maintien et le renouvellement du pacte social de 1917 et qui adhèrent aux modèles révolutionnaires des années 1960-1970, était en quelque sorte le contrepoids logique au contrôle de l’Etat post-révolutionnaire par des clans et réseaux de clientélisme de nouveau type. A travers le parti au pouvoir, ces clans et réseaux donnent de la stabilité à la nouvelle domination sociale. Cette domination sociale et ce clientélisme de nouveau type ont été contestés par les luttes sociales et armées des secteurs sociaux de l’appareil productif affectés par la politique de l’Etat-PRI (paysans, indigènes liés à la terre, cheminots, travailleurs de l’électricité, etc.). Cet aspect contextuel figure implicitement entre les lignes du livre de Laura Castellanos. Il reste à creuser les facteurs sociaux qui ont conduit ces groupes armés urbains à avoir une radicalité exacerbée. Comme on l’a vu, le secteur des instituteurs d’écoles rurales et les étudiants universitaires était la souche sociale d’où sont sortis la plupart des dirigeants et cadres des nouveaux groupes armés. De par leur origine sociale paysanne et indigène toute récente et par leur idéologie révolutionnaire, bon nombre des jeunes membres de ces groupes armés ressentaient avec force la désolation, la désespérance et l’épuisement qui régnaient dans le Mexique profond, comme l’exprime Juan Rulfo dans El llano en llamas (1953). Cette déception n’est pas suffisante pour expliquer la radicalité de ces groupes. Il sera nécessaire de prendre en compte les facteurs d’ordre politique et démographique. Le premier mériterait d’être plus développé : pour ces nouveaux membres de la classe moyenne, l’ascension sociale et politique était impossible sans se plier aux réseaux clientélistes de pouvoir liés au PRI. Ils vivent donc un blocage politique doublé d’une forte tension. Face à ce blocage politique, ajoutons le facteur démographique : la croissance massive du nombre d’étudiants et d’enseignants dans les années 1960-1970, dans plusieurs villes du pays, créa, chez certains d’entre eux, une sorte de confiance surdimensionnée dans la puissance de ce même secteur social. Leur implantation dans différentes régions du pays  a rendu possible la constitution d’un mouvement social très dynamique et doté d’une réactivité politique très aigue. Parallèlement, ces nouveaux groupes armés ont négligé les peuples indigènes et les autres secteurs productifs. De fait leur radicalité leur fut fatale : une radicalité proche de celle de Pancho Villa mais orpheline de peuple.

Laura Castellanos et sur son courage de chercheuse

18Nous ne pouvons pas clore cette note sans faire référence aux harcèlements dont Laura Castellanos a été victime récemment (lire, entre autres, l’introduction à l’entretien fait par Christiane Passevant, diffusé en juillet 2010, sur http://divergences.be/​spip.php?article2044 . Consulté le 28 août 2010). Carlos Montemayor dans sa préface avait qualifié, avec raison, ce livre de « réfléchi et documenté, honnête et courageux » puisqu’il « naît de la perspective des combattants populaires, non de celles des répresseurs » (p. 9). A présent, je salue  le  courage citoyen de Laura Castellanos qui continue ses recherches dans la même perspective. Que ce compte-rendu soit à la fois une demande pour que, au Mexique les chercheurs et journalistes puissent jouir des garanties nécessaires pour réaliser leur travail en toute liberté.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3394/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 85k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Vicente Romero, « Laura Castellanos, México armado : 1943-1981, México, Ed Era, 2007 (Trad en français:  Le Mexique en armes. Guérilla et contre-insurrection 1943-198,  par Teresa Brisac, 2009) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 03 noviembre 2010, consultado el 24 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/3394

Inicio de página

Autor

Vicente Romero

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org