Navegación – Mapa del sitio

Texto completo

1Les articles qui composent le numéro 19 des Cahiers ALHIM sont le résultat du colloque Regards sur deux siècles d’indépendance : significations du bicentenaire en Amérique latine organisé par l’équipe Amérique Latine Histoire et Mémoire et qui a eu lieu le 11 et 12 février 2010 à l’Université de Paris 8. L’objectif de ce colloque était la réalisation, grâce à un riche échange d’idées entre chercheurs, jeunes et confirmés, d’un travail de réflexion conjoint et interdisciplinaire au sein des sciences sociales sur la commémoration des différentes phases des processus politiques qui ont eu comme résultat la formation de nouvelles entités politiques, indépendantes de la Couronne espagnole.

2Depuis la professionnalisation du métier d’historien qui a lieu à la fin du 19ème siècle dans les différents Etats-Nations latino-américains, le processus d’indépendance est compris et interprété comme le résultat de l’éveil des nations qui ont été subjuguées par le despotisme espagnol pendant toute la période coloniale. Le processus politique qui mène à l’Indépendance est considéré, alors, comme le point de départ de l’histoire contemporaine des nations latino-américaines.

3Les interprétations libérales traditionnelles des récits structurés depuis le 19ème siècle dominent l’historiographie latino-américaine et dessinent ses histoires officielles. Le nationalisme imprègne l’explication et le métarécit des indépendances. Le récit historique est pensé dans chaque pays comme la “geste nationale” fondatrice de la nation, une histoire “épique” lue d’une manière téléologique. La nation existe a priori et le processus d’indépendance est étudié comme une tension entre la liberté moderne américaine, le despotisme colonial et le retard espagnol. Parallèlement, les guerres d’indépendance sont étudiées en tant que substrat historique commun de la nation, moment où un peuple homogène, dirigé par ses héros, gagne sa liberté face à l’ennemi espagnol (Chust et Serrano, 2007).

  • 1  Voir l’article de Nuria Tabanera Garcia.

4A partir des années 1960 une nouvelle génération d’historiens va remettre en question l’analyse traditionnelle des sources et des interprétations1. Sous l’influence des débats autour de la dépendance, des nouveaux concepts comme révolution, continuité coloniale, classe, factions, sont utilisés dans l’analyse de la période de l’indépendance. Le lien entre le nationalisme et le récit de l’indépendance commence à être remis en question par cette “historiographie révisionniste”.

5Accompagnant le renouvèlement de l’historiographie de l’indépendance, le débat marxiste interprète la période des indépendances comme la lutte entre l’impérialisme et l’anticolonialisme. Les analyses marxistes considèrent l’indépendance comme une série de révolutions qui sont considérées comme des luttes de libération nationale. Le nationalisme n’y est souvent vu que comme un procédé idéologique des Etats dominants destiné à cimenter la solidarité de leur population ou à accroître leur contrôle sur elle. La nation tend ici à être décrite comme une production stratégique des Etats qui se trouvent agencés dans un ordre mondial hiérarchisé. Sous l’influence de ce débat marxiste, l’histoire sociale développe les études sur la participation populaire dans les guerres d’indépendance et analyse les causes économiques et sociales qui ont déclenché ces processus.

6De nouveaux axes d’interprétation se développent aussi dans un contexte de changement dans les études des sciences sociales sur la nation. Les nouvelles propositions théoriques vont avoir une claire influence sur les historiens qui travaillent sur les indépendances. La reconceptualisation du terme nation aide à développer un point de départ différent pour l’analyse de la période. La remise en question du récit romantique de la naissance de la nation, des héros, des pères fondateurs de la patrie, ouvre les portes à une histoire qui prend la nation comme une donnée historique qui se structure autour d’un travail théorique d’historisation de la nation.

7Les travaux de Charles Tilly (Tilly, 1975) sur l’Europe occidentale montrent que ce sont les Etats qui font la guerre au même titre que les guerres créent les Etats. Selon Tilly, les Etats nationaux prennent assise grâce à la coopération avec des sociétés civiles difficiles à contrôler complètement.

8Pour Ernest Gellner, c’est le nationalisme qui crée les nations. E . Gellner pense que le nationalisme n’est pas l’éveil d’une force ancienne mais la conséquence d’une nouvelle forme d’organisation sociale, fondée sur de hautes cultures dépendantes de l’éducation et profondément intériorisées qu’il incombe à l’Etat de protéger. Le nationalisme se servirait des cultures préexistantes qu’il transforme, généralement, au cours du processus (Gellner, 1989).

9Le travail de Benedict Anderson (Anderson, 1996) caractérise le sentiment national comme un fait mental sous-tendu par le développement des moyens de communication de masse. Anderson présente la nation comme une communauté politique imaginée grâce à une représentation collective. La plus grande faiblesse de l’analyse d’Anderson par rapport à l’espace latino-américain est l’ébauche d’explication de la formation des nations grâce à la mobilité des fonctionnaires royaux et au rôle des éditeurs de journaux provinciaux, somme toute mineur. L’immense étendue de l’empire espagnol en Amérique et l’isolement de ses régions rendent une telle simultanéité peu croyable.

10L’historien britannique Eric Hobsbawm considère que la nation n’est ni une entité sociale fondamentale ni immuable. Les travaux d’Hobsbawm conceptualisent la nation comme un phénomène double qui est essentiellement construit depuis le sommet mais qui ne peut être compris que depuis une vision de la base, c’est-à-dire, à partir d’hypothèses, d’espoirs, de besoins, de nostalgies et d’intérêts, formulés et éprouvés par les gens ordinaires (Hobsbawm, 1983, 1992). Les indicateurs de recherche se centrent sur l’école, l’armée, mais aussi l’église, ainsi que les législations en direction des minorités. Pour Hobsbawm, l’école contribue à standardiser l’apprentissage, à faciliter l’intégration d’un nombre croissant de citoyens, à favoriser la mobilité sociale, à établir un moyen de communication uniforme à travers la langue nationale, à légitimer l’Etat et à glorifier son histoire par le biais de l’enseignement civique, historique, mais aussi littéraire. L’élément le plus important est sans doute la légitimation mutuelle entre les institutions étatiques et la culture commune dispensée par l’Etat grâce à l’école. Tous ces éléments contribuent à la formation d’une conscience nationale commune.

11La proposition théorique d’Anthony D. Smith se structure autour de la variante “ethnique” dans sa phase “pré-indépendance”, octroyant aux conflits et aux problèmes politiques et religieux une importance supérieure aux conflits linguistiques et de classes dans l’essor du nationalisme. Smith estime que l’ethnie ou la nation préexistent à leur formalisation politique. L’Etat ne serait que le résultat d’une pression qui aboutit à la conformité au système politique mondial.

12A partir des années 1970 les études postcoloniales (Bhabha, 1994 ; Said, 1978) élaborent une théorie influente en articulant les pensées de Jacques Derrida, de Jacques Lacan et de Michel Foucault. Les cultural studies se réalisent autour d’une vision hégémonique de l’histoire paneuropéenne et du colonialisme dont l’universalisation fut conçue en termes purement diffusionnistes. Les cultural studies, à travers la théorie littéraire, fournissent des outils critiques permettant d’analyser les écrits produits par les auteurs issus des pays qui ont eu une histoire de colonisation. Les études postcoloniales travaillent sur deux problèmes principaux : la question de l’identité et celui du passage du colonialisme à l’indépendance. 

  • 2  Cette approche repose sur l’idée que le monde atlantique constitue une unité d’analyse, un vaste e (...)

13L’influence des travaux sur l’espace latino-américain du développement et le renouvellement des études atlantiques (Assayag, 2008) poussent les chercheurs à dépasser le cadre strictement national pour porter un regard plus élargi sur le processus révolutionnaire2. L’historiographie actuelle essaie de changer les échelles et les points de départ de l’analyse de la période des indépendances. Le renouvellement apporté aussi par les études surgies de la nouvelle histoire politique et culturelle (Sirinelli, 1997, 1998) ainsi que les analyses des discours (Scott, 2009) proposent aux historiens un regard différent sur cette période historique.

14C’est dans cette perspective que s’inscrit l’article de Nuria Tabanera Garcia qui présente le panorama actuel du contexte politique et académique autour de la préparation des différentes célébrations du bicentenaire dans l’espace hispano-américain. L’auteure montre que deux lignes d’analyse, fortement influencées par le discours politique du présent, se dégagent parmi les groupes d’historiens chargés d’organiser et construire l’argumentaire historiographique des commémorations. Le “mythe des origines”, d’une part, continue à être présent dans la mémoire publique comme la culmination de la fondation de la nation. Face à cette ligne interprétative, un argumentaire critique se dresse contre le récit traditionnel du passé qui est considéré comme une construction rétrospective, anachronique et téléologique. Malgré cette division au sein du monde académique, Nuria Tabanera considère que la célébration des bicentenaires est une occasion pour mettre sur la scène de l’opinion publique le débat historiographique autour du bicentenaire.

15Bien que 1810 cristallise les faits historiques qui ont fondé le récit traditionnel des histoires nationales, le volet historiographique de ce volume développe une critique solide des histoires nationales nées au 19ème siècle qui continuent à être utilisées encore aujourd’hui comme base du récit identitaire national. L’article de Tomás Pérez Vejo ouvre et centre le débat qui se déroule tout au long du volume autour de la question de la relecture critique des histoires nationales traditionnelles et le changement de l’angle d’analyse des processus d’indépendance.

16Clairement inscrit dans la ligne critique de l’histoire nationale traditionnelle, le travail de Tomás Pérez Vejo a comme fil conducteur la mise en question historiographique d’une des idées structurantes du récit national traditionnel latino-américain : la confrontation entre les “criollos” et les “peninsulares”. T. Pérez Vejo développe son argumentaire en défendant l’hypothèse selon laquelle cette confrontation, qui se trouve à l’origine des guerres d’indépendance et qui donne sens au récit hégémonique sur les indépendances, est une construction discursive autour de la représentation de l’Espagnol comme l’ennemi juré des différentes nations latino-américaines qui se révoltent contre le despotisme espagnol. L’argumentation du professeur T. Pérez Vejo conclut sur la négation de l’existence de deux formes d’identité collective de caractère proto-national qui se trouveraient à l’origine de la lutte pour l’indépendance et considère cette interprétation comme un “mythe historiographique” qui fait partie de l’imaginaire national latino-américain.

17Les articles d’Emilie Mendonça et de Dalila Chine étudient deux cas de transmission de valeurs et de l’image du héros du récit national “patriótico”. E. Mendonça analyse le discours transmis par les manuels d’histoire guatémaltèques à la fin du 19ème siècle comme un outil clé dans la création du récit et de la conscience nationales du Guatemala dont l’indépendance ne se déroula pas sur les champs de bataille, mais dans un simple bureau, loin des clameurs populaires.

18Dalila Chine analyse l’image de Miguel Hidalgo dans les manuels scolaires mexicains entre les années 1960 et 2000, dans une perspective collective ou individuelle selon la période. Les années 1970 présentent le “Père de la Patrie ” comme un protagoniste au sein de la communauté nationale tandis que les années 1990, marquées par le libéralisme, en font une figure héroïque. L’omniprésence iconographique d’Hidalgo continue à caractériser la commémoration de la nation à travers la mémoire du héros.

19Le travail d’Arauco Chiuailaf présente une analyse du mythe de la Guerra de Arauco dont il propose une relecture en retraçant son histoire, sa diffusion et son questionnement par l’historiographie chilienne. Il démontre ainsi l’importance de ce mythe dans la construction de l’identité nationale chilienne.

20L’institution scolaire est bien un outil dans la création de l’Etat-Nation comme le démontre justement, dans le cas du Chili, Nathalie Jammet pour qui l’école joue un rôle fondamental dans la formation des fonctionnaires des nouvelles institutions étatiques, véritables vecteurs du discours officiel qui structure la construction de la mémoire et de l’identité nationale chiliennes.

21Les institutions soudent les nouveaux Etats-Nations mais leur configuration révèle aussi des frictions entre les projets régionaux et centralistes dans la formation unitaire de ces nouvelles Républiques.

22Guillemette Martin analyse la vision régionaliste de l’événement face au discours unitaire et hégémonique de l’état central. Dans une perspective résolument comparatiste, et à partir d’une analyse du traitement des commémorations de l’indépendance dans la presse locale mexicaine et péruvienne des années 1910 au Mexique et 1921 au Pérou, G. Martin souligne comment la commémoration des indépendances focalise un certain nombre d’enjeux locaux qui renseignent sur le degré d’intégration des élites locales à la nation. L’étude s’intéresse tout particulièrement au discours mis en place par les élites provinciales de deux villes alors attachées tant à leur autonomie régionale qu’à leur rôle dans la définition de la “mexicanité” et de la “péruvianité”, à savoir Guadalajara au Mexique, et le Cuzco au Pérou.

23Au-delà de leurs dimensions locales et nationales, les indépendances se prolongent dans une dimension transatlantique. Felipe del Solar étudie le rôle de la maçonnerie dans le développement des réseaux politiques et leur importance dans le processus politique d’indépendance dans la région du Rio de la Plata. Son analyse historiographique porte sur une nouvelle sociabilité qui se présente comme un facteur décisif dans la construction des projets politiques nationaux de l’espace sud-américain. Agustin Mackinlay, sous un angle de transfert intellectuel, analyse l’influence des écrits des Lumières sur le discours politique des indépendances, en s’appuyant sur les écrits de Guillaume Thomas Raynal et de Denis Diderot confrontés au document El Plan de Operaciones, attribué à Mariano Moreno, dont les écrits politiques sont alors publiés dans la Gazeta de Buenos Aires.

24Enrique Sánchez Albarracín aborde le rôle des diplomates dans le processus de la constitution des Etats-Nations latino-américains nés après la période des indépendances. L’auteur analyse la représentation de l’Amérique dans le discours juridique et de politique internationale et sa réappropriation par les diplomates et intellectuels latino-américains.

25La question des origines reste posée dans la construction des Etats-Nations. C’est le sujet central de l’article de Susana Villavicencio qui porte sur l’origine de la structuration du récit national argentin. L’analyse du discours politique de la nation réalisé par Domingo Sarmiento autour de l’opposition entre civilisation et barbarie permet de définir le concept de “nation civique” et de donner une lecture historiographique actualisée de l’œuvre de Sarmiento, en signalant le décalage entre le républicanisme prôné par le discours de la nation civique et la réalité des pratiques politiques en Argentine.

26Depuis le domaine des études littéraires, Romain Magras propose une réflexion sur le rôle de l’intellectuel et son influence sociale dans la construction discursive de la nation. R. Magras analyse la figure de l’intellectuel en tant qu’incarnation de la mémoire vivante de l’origine de la nation. A travers le “dialogue”, différé de cent ans, entre Leopoldo Lugones et Abel Posse, l’auteur étudie la redéfinition de l’identité nationale réalisée par les deux intellectuels argentins. Javier Uriarte réalise, à son tour, une relecture des processus d’indépendance du Paraguay et d’Haïti à travers l’analyse des romans Yo, el Supremo d’Augusto Roa Bastos et Moi, Toussaint Louverture de Jean Claude Fignolé. L’analyse de la figure du héros se structure autour de sa représentation comme héros romancé et autour de la façon dont il est perçu dans le récit des origines des deux nations.

27Dans cette histoire des indépendances, le cas brésilien est tout à fait original, comme le montre Cristina Climaco, dans la mesure où l’ancienne colonie, le Brésil donc, devient métropole en 1807 avant d’accéder à l’indépendance en 1822. Ce processus de l’Indépendance est analysé par Erika Thomas à partir de l’étude de discours cinématographiques et télévisuels opposés, à l’époque de la dictature militaire brésilienne, avec le film de Carlos Coimbra Independencia ou morte (1972), et dans le contexte démocratique, avec le film de Carla Camurati, Carlota Joaquina sorti en 1995 et la telenovela de Carlos Lombardi O quinto dos Inferno diffusée en 2002.

28Ces multiples regards sur deux siècles d’indépendance participent au renouvellement de l’historiographie concernant la construction des Etats-Nations en Amérique latine, portée par la création ou l’adaptation de discours et la projection de figures héroïques au service des Etats qui n’ont de cesse d’écouter la “voix des morts” pour justifier leur présent et construire leur avenir.

Inicio de página

Bibliografía

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

ASSAYAG, Jackie, “Métamorphoses et anamorphoses des ‘miroirs transatlantiques’”, L’Homme : Miroirs transatlantiques, 187-188, 2008, pp. 7-32.

BHABHA, Homi, The Location of Culture, London, Routledge, 1994.

CHUST, Manuel, SERRANO, Jose Antonio, Debates sobre las independencias iberoamericanas, Madrid, Ahila-Iberoamericana, 2007.

GELLNER, Ernest, Nations et nationalismes, Paris, Payot, 1989.

GIRARDET, Raoul, Nationalismes et nations, Paris, 1996.

HOBSBAWM, Eric, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992.

------------------ (ed.), The invention of traditions, Cambridge, Cambridge UP, 1983.

SAID, Edward, Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Editions du Seuil, 1978.

SCOTT, Joan W., Théorie critique de l’histoire. Identités, expériences, politiques, Paris, Fayard, 2009.

SIRINELLI, Jean-François, “L’histoire politique et culturelle”, Sciences Humaines, Hors-série, n° 18, septembre-octobre 1997, pp. 36-39.

------------------, “ De la demeure à l’agora. Pour une histoire culturelle du politique ”, Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 57, n° 1, 1998, p. 121-131.

SMITH, Anthony D., The Ethnie Origins of Nations, B. Blackwell, Oxford, 1986.

TILLY, Charles, The formation of nations States in Western Europe, Princeton, 1975.

Inicio de página

Notas

1  Voir l’article de Nuria Tabanera Garcia.

2  Cette approche repose sur l’idée que le monde atlantique constitue une unité d’analyse, un vaste espace unitaire et intégré au sein duquel doivent être étudiées les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, entre le début du 15ème et le milieu du 20ème siècle dans une perspective transnationale ou comparative, l’idée forte étant de sortir des cadres nationaux et impériaux.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3401/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 396k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec y Enrique Fernández Domingo, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 12 enero 2011, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3401

Inicio de página

Autores

Nathalie Ludec

Université Paris 8 -ALHIM
nludec@univ-paris8.fr

Artículos del mismo autor

Enrique Fernández Domingo

Université Paris 8-ALHIM

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org