Navegación – Mapa del sitio

Miguel Hidalgo ou les récits d’une figure emblématique de l’indépendance mexicaine

Dalila Chine

Resúmenes

Les représentations d’une figure emblématique comme celle de Miguel Hidalgo dans les manuels scolaires mexicains constituent une source incontournable pour tout chercheur qui s’intéresse au rôle joué par l’iconographie dans la construction de l’identité nationale mexicaine. A l’heure où sonnent les cloches des festivités organisées dans tout le pays à l’occasion du bicentenaire de l’indépendance, nous revenons dans cet article sur les variations du discours liées à ce personnage érigé comme icône pour l’ensemble des écoliers. A travers les manuels scolaires d’histoire de 1960 à 2000, nous chercherons à comprendre la manière dont est construit le récit de l’indépendance par le biais de ce symbole ainsi que la place légitime qu’occupe ce dernier dans la formation d’une conscience nationale. Par un effet cathartique, les images et le discours sur Miguel Hidalgo visent à créer une filiation paternelle, sorte de pacte entre le petit écolier et sa communauté. L’indépendance est contée aux enfants de l’école primaire comme une histoire familiale, une histoire mouvementée avec ses bonheurs et malheurs, une histoire qui, en somme, cherche à faire participer ces futurs citoyens en leur inculquant des valeurs à respecter, valeurs jugées nécessaires pour une intériorisation du sentiment patriotique.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 La fin des années 1950 marque un tournant décisif dans la politique éducative mexicaine puisque l’ (...)

1Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons tout particulièrement à la construction de la figure de Miguel Hidalgo. Considéré comme le Père de l’indépendance mexicaine, ce héros et martyr à la fois est omniprésent et demeure vivant notamment à travers la statuaire qui orne les édifices officiels ou encore les places publiques. L’Education Nationale (la SEP, Secretaria de Educación Pública) en a fait également l’un des pères fondateurs de la nation et l’a érigé en symbole national dans ses manuels scolaires où l’épopée de cet ancêtre fait partie intégrante de l’apprentissage du sentiment patriotique mexicain. Les manuels scolaires gratuits, apparus dans les années soixante et distribués par l’État dans toutes les écoles primaires1, sont un des moyens privilégiés de comprendre la manière dont les institutions officielles ont cherché à modeler des comportements et à orienter des attitudes sociales. Le “modèle Hidalgo” est repris et se décline dans les livres d’histoire mais aussi dans les livres de lecture, ce qui lui confère un double aspect: celui d’homme “de carne y hueso” qui a participé à l’histoire nationale et celui de personnage fictif qui donne naissance à un récit épique et sacralisé. En privilégiant cette figure charismatique, une interprétation spécifique de l’histoire est mise en relief. Nous tenterons de montrer comment cette histoire illustrée cherche à rassembler différents membres d’une “communauté imaginée” et à transmettre des valeurs qui dépassent le simple fait historique. Pour ce faire, nous nous attacherons à ce que les manuels donnent à lire, aux sources qu’ils sélectionnent, et au sens historique qu’ils produisent. Après un bref récapitulatif de l’architecture du récit de l’indépendance mexicaine, nous nous attarderons sur la mise en scène de celui-ci qui se base sur certains éléments tel que la fête du Grito de Dolores et sur les exploits héroïques du personnage. Nous verrons enfin que cette mise en scène de la grande Histoire relève de l’émotion et du tragique.

2Nous avons utilisé cinq manuels d’histoire qui correspondent à la période allant des années soixante à nos jours. Cet écart de plus de quarante ans va nous permettre d’évaluer si le récit sur l’indépendance mexicaine a différé ou non ainsi que la place occupée par la figure Hidalgo dans le récit de l’indépendance mexicaine.

3Nous avons donc consulté les premiers manuels distribués gratuitement dès 1960 Mi Libro de quinto año Historia y Civismo de 1964 (pour les élèves de 9 ans) ainsi que le manuel de lecture Mi libro de Quinto año Lengua Nacional de 1964 car de nombreux textes sont dédiés au personnage. Dans le manuel d’histoire, nous retrouvons un patriotisme exalté. Le chapitre sur l’indépendance mexicaine occupe une dizaine de pages qui relatent les événements. Sont associées également les indépendances centraméricaines et sud-américaines ainsi que l’émancipation politique de l’Amérique. Le deuxième ouvrage concerne le manuel qui a suivi la première réforme éducative réalisée en 1972-1978: l’histoire, la géographie et le civisme sont regroupés sous le terme de Ciencias Sociales cuarto Grado (1974-1975, pour les élèves de 8 ans) sous la coordination de l’historienne de l’éducation mexicaine, Josefina Vázquez de Knauth, en vigueur jusqu’en 1988. Des modifications sont faites notamment dans le traitement des faits de société et des changements historiques. Ce ne sont plus les héros nationaux qui sont considérés comme primordiaux dans la construction de la patrie mexicaine mais désormais sont privilégiées les conduites sociales que doit suivre l’écolier mexicain. Celui-ci - et à travers lui, le peuple mexicain - devient le moteur des grands changements socio-politiques de la nation. L’indépendance ne fait pas l’objet d’un chapitre séparé mais les huit pages sont intégrées dans l’exploration d’une région : celle de Guanajuato. Nous avons à faire à une perspective régionaliste puisque l’indépendance est expliquée à partir de l’histoire d’une région et non pas comme un fait participant à un processus historique.

  • 2 Le terme “avorté” est utilisé ici car le manuel fut retiré suite à des polémiques et des critique (...)

4Dans le manuel “avorté”2 d’histoire de 1992, Mi Libro de Historia de México, Quinto Grado, certains éléments avaient disparu pour l’épisode de l’indépendance comme l’absence du célèbre symbole mexicain associé à Hidalgo et à la lutte pour l’indépendance: “El Pípila”. Mineur du véritable nom Juan José Martínez, il s’était lancé vaillament pour ouvrir et libérer les portes de la Alhóndiga de Granaditas (entrepôt de grains à Guanajuato où s’était enfermée l’armée espagnole) et permettre ainsi la victoire de l’armée formée par Miguel Hidalgo. L’indépendance dans ce manuel y est présentée comme une chronique mais nous avons choisi de le conserver pour en extraire certains aspects du récit qui nous semblaient intéressants. Enfin, nous analyserons le manuel d’histoire de 1994 en vigueur jusqu’en 2002, Historia Cuarto Grado où le thème de l’indépendance est développé sur une dizaine de pages et où l’élève est amené à réfléchir sur les normes de communauté et de participation civique ainsi qu’à connaître les lois qui régissent la société.

5Dans un premier temps, à partir de ce corpus, nous nous sommes attachés à comprendre l’architecture du récit sur l’indépendance. Tous reprennent une même structure générale linéaire : les antécédents de la guerre qui sont le siècle des Lumières, la Révolution Française, l’Indépendance des colonies nord-américaines, la situation injuste des criollos dans les colonies espagnoles et l’invasion des troupes de Napoléon en Espagne. Apparaissent ensuite les moments phares de la guerre d’indépendance : la conspiration de Querétaro, le Grito de Dolores, les campagnes d’Allende et d’Hidalgo, l’exécution du Père de la Patrie puis la victoire des troupes de Morelos. Parmi les permanences, nous retrouvons l’héroïsme du personnage et le discours épuré qui laisse place à de nombreuses illustrations.

6Quelques modifications apparaissent cependant : alors que les manuels des années soixante accordent une place prépondérante à la figure de Miguel Hidalgo, celui de 1974, l’intègre dans une perspective universelle. Miguel Hidalgo est mis sur le même plan que d’autres hommes qui ont permis des changements significatifs pour leur région mais aussi pour leur nation. Le manuel de 1992, nous l’avons dit, résume brièvement la vie du curé et le fait apparaître dans une illustration à la manière des grands hommes nord-américains, tel que Lincoln (figure 1 et 2). Le manuel de 1994 accorde de nouveau une place plus importante au personnage en l’érigeant en figure romantique. Ainsi à partir de cette architecture, nous avons essayé de comprendre ce que les différents auteurs donnaient à voir aux enfants ainsi que les variations discursives sur l’épisode de l’indépendance mexicaine.

Abraham Lincoln, image tirée du site de Eastman

Dry Plate Company,

www.cs.dartmouth.edu/.../lincoln1+2.jpg1860.

Figure 2. Mi libro de Historia de México, quinto grado, Secretaría de Educación Pública, 1992, p.68.

7Dans les manuels d’histoire de 1994 et 1992, la mise en scène de cet épisode de l’histoire mexicaine est astucieuse. Elle commence dans la plupart des manuels par une célébration, par la “petite histoire”, celle connue de tous car vécue comme expérience personnelle: celle du 15 septembre, du cri de Dolores, cri qui doit raisonner dans le cœur de tout écolier. Avant de lire le discours exalté sur cette figure, le récit laisse d’abord place au souvenir de la commémoration. L’indépendance est avant tout une fête, fête connue de tous et qui va permettre le glissement aux causes de la rébellion.

  • 3 SEP, Historia Cuarto Grado, México, CNLTG, 1994, p.85.

La noche del 15 de septiembre celebramos el inicio de nuestro movimiento de independencia. En cualquier lugar donde haya mexicanos, esa noche es de fiesta. El centro del festejo, en cada poblado, es casi siempre la plaza principal, adornada con banderas y con focos de colores. Hay un gentío enorme que se divierte, y hay también antojitos, música y cohetes. En el momento culminante, alguna autoridad aparece ante la multitud. Recuerda a los héroes que hicieron de México una nación independiente y soberana (que se goberna por ella misma), lanza vivas en su honor, hace ondear la Bandera Nacional, y una cascada de fuegos de artificio cubre los cielos de México.3

8La nuit du 15 septembre est une incarnation en acte et en spectacle des valeurs nationales. Cette commémoration relève de l’émotion: ici, la joie, les couleurs, le bruit des feux d’artifices se mêlent aux symboles de la nation tel que le drapeau national. La flamme du patriotisme est ravivée par le recours au souvenir et à l’intériorisation personnelle. Cette journée particulière est un temps vécu et partagé fraternellement. Cette commémoration est aussi présentée comme un moment d’une intensité extrême où le personnage de Miguel Hidalgo et d’Ignacio Allende vont entrer en scène:

  • 4 Peintre espagnol qui a dirigé la prestigieuse Academia de San Carlos dès 1902, peinture qui se tro (...)

Hidalgo y Allende adelantaron la fecha de su rebelión. De inmediato, en la madrugada del domingo 16 de septiembre, Hidalgo mandó tocar las campanas de la iglesia para reunir a la gente. Les recordó las injusticias que sufrían y los animó a luchar en contra del mal gobierno. Ahora celebramos cada año el Grito de Dolores, pero esa madrugada el ambiente era tenso.4

9Dès les débuts du chapitre, le récit sur l’indépendance fait appel aux sentiments et au souvenir personnel pour pouvoir basculer dans un épisode tragique, celui qui provoquera la mort du héros national. Cette histoire est présentée comme théâtrale et c’est à partir des volontés de cet homme que le mouvement pour l’indépendance aurait débuté. Plus que théâtrale, Miguel Hidalgo semble rassembler tous les “ ingrédients ” du héros national. L’écolier peut et “doit” l’identifier que ce soit à partir de la page de garde comme dans le manuel Historia Cuarto grado de 1994 ou à partir des différentes illustrations qui apparaissent dans les chapitres (figure 3).

Figure 3. Historia, cuarto grado, Felipe Garrido (ss.cordination), Comisión Nacional de los Libros de Texto Gratuitos, SEP, 1994.

  • 5 Cf. Galván Lafarga Luz Elena, “Héroes, antihéroes y la sociedad mexicana: en los libros de texto (...)

10Les facettes du héros sont multiples: les illustrations qui apparaissent dans les manuels insistent surtout sur la sagesse et l’intelligence mais aussi sur l’expression du corps. On remarque que Miguel Hidalgo apparaît souvent les bras levés et le visage exprimant sa combativité. Dans le manuel d’histoire de 1994, la figure d’Hidalgo est tirée de la fresque de José Clemente Orozco qui se trouve au Palacio de Gobierno de Guadalajara. On y trouve dès cette page de garde la figure très exaltée du leader, érigé comme le protagoniste de l’histoire qui va être racontée aux enfants. Le chapitre sur l’indépendance dans ce manuel commence par la représentation de Miguel Hidalgo de manière plus traditionnelle, représentation d’un sage qui souligne son élan patriotique. Au titre “El grito de Dolores” apparaît une peinture de 1904 réalisée par Antonio Fabrés5. Hidalgo est dans le désert, cheveux grisonnants, vêtu de noir et brandissant l’étendard de la Vierge de Guadalupe (figure 4).

Figure 4. Historia, cuarto grado,

Felipe Garrido (ss.cordination), Comisión Nacional de los Libros de Texto Gratuitos, SEP, 1994, p.84.

Figure 5. Historia, cuarto grado,

Felipe Garrido (ss.cordination), Comisión Nacional de los Libros de Texto Gratuitos, SEP, 1994, p.89.

  • 6 Copie d’après une gravure originale tirée de Costumes et moeurs du Mexique édité à Londres par En (...)
  • 7 Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, p. 89.
  • 8 SEP, Ciencias sociales cuarto Grado (1974-1975), México, CNLTG, p. 105.

11Hidalgo est très rarement présenté jeune6. Le seul manuel où l’on peut voir le personnage sous cet aspect est ce même manuel d’histoire de 1994 où une lithographie du peintre italien Claudio Linati7, publiée en 1830, le fait apparaître âgé de “57 ans” (figure 5). Un encadré explique son parcours, l’intelligence et la culture de l’homme, tourné vers les autres, joyeux et dont les valeurs sont le partage et la justice “Le preocupaba que la gente viviera mejor”8.

  • 9  SEP, Mi libro de quinto año, Lengua Nacional, México,CNLTG, 1964 : p. 37.

12Hidalgo véhicule des valeurs qui constituent le socle fondateur de la nation mexicaine. Le lecteur assiste au récit de l’épopée de cette figure, de ses désirs et de sa lutte. Les qualificatifs ne manquent pas pour définir ce personnage : on le désigne comme “el padre de la patria” dans les manuels de 1964 et de 1994 ou on le qualifie de “el cura hidalgo era una persona muy estimada”, “el inteligente cura del pueblo de Dolores”9. Le manuel de 1992, quant à lui, demeure complètement neutre sans donner de qualificatifs spécifiques. La biographie d’Hidalgo est également liée à des vertus civiques, celles de liberté et de justice sociale. Elle est mise au service du patriotisme. Expliquer le processus de l’indépendance aux écoliers passerait ainsi par la création ou la re-création d’une action dramatique qui n’est autre que l’emprisonnement et la mort du héros qui a du faire face à l’ennemi espagnol.

13Le récit de vie de cette figure est présenté comme un exemplum. Véritable patriote, Hidalgo est porteur de bienfaits et d’héroïsme. Ainsi, dans le manuel Mi libro de quinto año, Lengua Nacional de 1964, on note grâce au récit du voyage à travers le pays d’Alberto, petit écolier orphelin récompensé d’avoir obtenu les meilleures notes, des éléments d’histoire de l’indépendance comme l’emprisonnement d’Hidalgo. Dans ce manuel de lecture, qui nous rappelle celui de la III° République Française, Le tour de la France par deux enfants de G. Bruno, l’écolier, accompagné de deux autres enfants, apprendra à découvrir les différentes régions de sa patrie et à aimer les grands hommes. Dans ce voyage initiatique et tout particulièrement dans un chapitre du nom de “Un lugar de devoción nacional”, chapitre qui traite des derniers jours en prison de l’illustre père de la patrie, les enfants s’arrêtent donc sans l’Etat de Chihuahua. Dans un texte du nom de “la celda del padre Hidalgo”, le petit Alberto décrit ses impressions sur le personnage:

Contemplamos, con muda emoción, el histórico lugar. Luego, el maestro dispuso: vamos a hacer nuestra guardia.

  • 10 Mi libro de Historia de México, Cuarto grado, août 1992, p. 42.

Inmediatamente nos formamos en dos filas, frente a la puerta de la cripta, y el abanderado avanzó dos pasos con la enseña patria en alto.[…]Pisábamos un suelo sagrado. Sobre nuestras cabezas ondeaba la bandera mexicana, como si palpitara en ella el aliento del caudillo de nuestra Independencia. Mi imaginación volaba pensando en la gran deuda que tenemos con él y que estamos obligados a pagar haciendo grande a la Patria y luchando porque en ella imperen siempre la libertad, la dignidad y la justicia social.10

14D’autres termes sont asocies: “el padre, devoción, un misal, rezó el Caudillo”. On retrouve dans cette célébration de l’indépendance des termes chrétiens ou symboles de l’antique liturgie tels que les mots de dogme, de rédemption, de relique, de sacrifice etc. De même que les images religieuses ont apporté les connaissances bibliques, les manuels reprennent la même rhétorique pour sanctifier la figure d’Hidalgo. Le récit de vie du héros ne se réduit plus à la simple transmission de la morale collective: il relève également du sacré.

15Même si la figure d’Hidalgo est omniprésente par le biais de différentes illustrations, il n’en est pas pour autant le seul protagoniste de l’épisode de l’indépendance. Les hordes à ses côtés font l’objet d’illustrations dans le manuel de 1964 ou celui de 1974 (figure 6) où l’on retrouve une partie de la fresque du muraliste Juan O’Gorman. Hidalgo est au centre accompagné des différents membres de la “communauté” tous réunis sous le symbole unificateur de la Vierge de Guadalupe. Dans les manuels de 1992 et de 1994, cette liesse populaire n’est plus visible par le biais d’illustrations mais demeure présente dans les textes qui accompagnent les images d’un Hidalgo cette fois-ci seul:

  • 11  Ciencias sociales Cuarto Grado, op.cit., 1974, p. 106.

Los hombres y las mujeres que siguieron a Hidalgo no eran un ejército; eran un pueblo que querían un gobierno justo. No tenían armas suficientes, pero tomaron palos, hondas, machetes e instrumentos de labranza. Hidalgo comenzó su marcha con seiscientos hombres, que pronto fueron casi ochenta mil. Lo seguían indios, mestizos, criollos y algunos españoles; militares, sacerdotes, peones y mineros iban mezclados, persiguiendo un mismo ideal de justicia.11

  • 12  Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, pp. 94-96..

Siguieron a Hidalgo algunos criollos y muchos indios, mestizos y castas. Salieron de Dolores unos 600 hombres, armados con palos, lanzas y machetes. En el camino se les unía la gente. Pronto sumaron casi 80 000. “¡Viva la Virgen de Guadalupe ! ¡Mueran los gachupines !”, gritaban los insurgentes.12  

  • 13  Ciencias sociales Cuarto Grado, op.cit., 1974, p. 106.
  • 14  Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, pp. 94-96.

16Nous notons donc un glissement du personnage historique, comme unique protagoniste de l’entreprise indépendantiste, au personnage collectif, sujet qui va faire naître le peuple en un temps donné. Ce n’est plus le héros qui est mythifié mais le peuple tout entier qui entre également en scène. Hidalgo, par sa capacité à mobiliser les hordes, devient “père de tous”. Cette filiation paternelle implique respect et devoir collectif. D’autres personnages tels que Morelos s’inscrivent dans la lignée directe du père: “Hidalgo había encargado al cura José Morelos tomar el puerto de Acapulco”13. Le même sort tragique lui sera réservé “fue fusilado en San Cristóbal Ecatepec, en el ahora estado de México, el 22 de diciembre de 1815”14. D’ailleurs, une autre lithographie du même Claudio Linati apparaît dans le manuel de 1994, établissant une comparaison entre les deux personnages. Il y a donc une orientation claire de la lecture qui pousse l’enfant à trouver – ou à lui imposer - des successeurs ou fils héritiers au père de la patrie. L’exécution du père et des fils héritiers, leurs souffrances sont aussi les souffrances du peuple provoquant un effet cathartique.

Figure 6. Ciencias Sociales, cuarto grado,

J.Vázquez de Knauth (ss.cordination), Comisión Nacional de los Libros de Texto Gratuitos, 1974, p.104.

17Ainsi les manuels scolaires s’articulent sur un double discours: enseigner pour pouvoir ensuite commémorer par le corps. Enseigner l’histoire de l’indépendance passe par “la petite histoire”, par l’émotion et par l’omniprésence iconographique d’une figure emblématique. Donner à comprendre l’épisode de l’indépendance aux écoliers passerait par la réactivation d’un rituel populaire, celui de la fête, et par le souvenir commun. A partir de la description d’une célébration connue de tous, les écoliers sont amenés à comprendre l’histoire des grands hommes. Les images dans les manuels font appel à une pensée mythologique en érigeant Miguel Hidalgo comme un être de bonne volonté et père de tous. C’est aussi faire appel à une mémoire nationale qui se base sur un récit épique et sacralisé, mémoire pour reprendre les termes de Pierre Nora dans les lieux de mémoires, qui s’enracine dans le concret, dans l’espace, l’image et l’objet. Cette histoire nationale racontée aux enfants ne “ parle ” aux enfants que si elle est vécue. Le discours est certes synthétique car destiné aux enfants et les traits de cette période sont grossis mais les manuels s’attachent à ériger les grands hommes comme des êtres sacrés que tout un chacun doit vénérer. Cette sacralité participe de la commémoration des origines de la nation. Les enfants doivent revivre le récit de l’indépendance, vivre les images par le corps, pour pouvoir s’approprier les épisodes de l’histoire nationale.

Inicio de página

Bibliografía

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national, réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La découverte, 2002.

BARTHES, Roland, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

BOURDIEU, Pierre, Le sens pratique, Paris, Ed. Minuit, 1980.

COVO-MAURICE, Jacqueline, “ Lire les images pédagogiques (L’enseignement de l’Histoire au Mexique) ”, dans Texte et Image dans le monde hispanique contemporain, travaux du PILAR (Presse, Imprimés, Lecture dans l’Aire Romane), Université de Haute-Bretagne Rennes 2, mai 2001, pp. 99-112.

FLORESCANO, Enrique, Imagénes de la Patria, México, Taurus, 2005.

GIRARDET, Raoul, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986.

Halbwachs, Maurice, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997.

NORA, Pierre (sous la direction de), Les lieux de mémoire. La République, La Nation, Les France, Paris, Gallimard, 1984-1992.

PEREZ SILLER, Javier, RADKAN GARCIA, Verena, Identidad en el imaginario nacional reescritura y enseňanza de la Historia, México, El Colegio de San Luis, 1998.

Secretaría de EducaciÓn PÚblicA, Mi Libro de quinto año, Historia y Civismo, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos, 1964.

------------------, Mi Libro de quinto año, Lengua Nacional, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos, 1964.

------------------, Ciencias Sociales, Cuarto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos,1974-75.

------------------, Mi Libro de historia de México, Quinto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos,1992.

------------------, Historia, Cuarto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos,1994.

THIESSE, Anne-Marie, La création des identités nationales, Paris, Seuil, 2001.

VAZQUEZ de KNAUTH, Josefina, Nacionalismo y educación en México, México, El Colegio de México, 1975.

Inicio de página

Notas

1 La fin des années 1950 marque un tournant décisif dans la politique éducative mexicaine puisque l’État mexicain sous la présidence d’Adolfo López Mateos lance la production d’un nouvel auxiliaire didactique à caractère gratuit et obligatoire: les manuels scolaires (libros de texto). En 1957, le Consejo Nacional Técnico de la Educación élabore un plan d’études pour les écoles qui vise à homogénéiser le contenu de l’enseignement primaire. Par une réforme du nom de Plan Nacional para la Expansión y el Mejoramiento de la Enseñanza Primaria ou Plan de Once Años, l’éducation devient nationale, solidaire, gratuite et obligatoire. Cette réforme dénommée “Educación para Todos”  attribue un caractère démocratique et gratuit à l’enseignement publique.

2 Le terme “avorté” est utilisé ici car le manuel fut retiré suite à des polémiques et des critiques sévères de la part des enseignants, associations ou différents cercles sociaux à cause de “l’amnésie” de certains grands épisodes de l’histoire mexicaine (tel que la révolution estudiantine de 1968). Le groupe éditorial du nom de “NEXOS” a vu donc son manuel Mi libro de historia de México rejeté. Une nouvelle réédition sera faite la même année. A ce sujet, Cf. l’article de M. Arce Lamoneda Huerta, “El proceso de renovación de la enseñanza de la historia en la secundaria : 1992-1993”,

Disponible en ligne : http://biblioweb.dgsca.unam.mx/diccionario/htm/articulos/sec_12.htm> qui souligne que “La aparición de los nuevos libros de texto de historia como parte del programa emergente cuentan, por un lado, con una serie de aciertos como son el abordar la historia reciente, dejar de lado una visión maniqueísta de la historia, y eliminar algunos mitos dentro de la historia oficial, aunque por otro lado, también cuentan con ciertas deficiencias como son errores de información, ausencia de recursos para que el alumno participe en la construcción del conocimiento, serias omisiones, etc., errores que provocaron una polémica de grande dimensiones dentro de la sociedad nacional; innumerables artículos fueron publicados en la prensa y se organizaron debates en diferentes organismos o instituciones con la participación de historiadores, maestros, padres de familia, partidos políticos y sindicatos, entre otros. Las discusiones, no obstante, se caracterizaron esencialmente por su fuerte carga política, aunque intervinieron en ellas elementos de análisis pedagógico y académico”.

3 SEP, Historia Cuarto Grado, México, CNLTG, 1994, p.85.

4 Peintre espagnol qui a dirigé la prestigieuse Academia de San Carlos dès 1902, peinture qui se trouve aujourd’hui au Palais National.

5 Cf. Galván Lafarga Luz Elena, “Héroes, antihéroes y la sociedad mexicana: en los libros de texto de Historia (1994-1997)”, en Javier Perez Siller, Verena Radkan Garcia, Identidad en el imaginario nacional reescritura y enseňanza de la Historia, México, El Colegio de San Luis, 1998, p.205-228. L’auteur souligne que “la imagen del “anciano” ha sido tan fuerte que, […], tendrán que pasar varias generaciones para poder cambiar su imagen. La idea de un Hidalgo joven es un elemento que todavía queda como parte de los invisibles dentro de la historia de nuestro país.”

6 Copie d’après une gravure originale tirée de Costumes et moeurs du Mexique édité à Londres par Engelman, (Graf Coindet & Cie) de 1830. Voyageur européen du XIXe siècle, Claudio Linati, élabora une typologie des différents types mexicains dans Trajes civiles, militares y religiosos de México (1828).

7 Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, p. 89.

8 SEP, Ciencias sociales cuarto Grado (1974-1975), México, CNLTG, p. 105.

9  SEP, Mi libro de quinto año, Lengua Nacional, México,CNLTG, 1964 : p. 37.

10 Mi libro de Historia de México, Cuarto grado, août 1992, p. 42.

11  Ciencias sociales Cuarto Grado, op.cit., 1974, p. 106.

12  Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, pp. 94-96..

13  Ciencias sociales Cuarto Grado, op.cit., 1974, p. 106.

14  Historia Cuarto grado, op.cit., 1994, pp. 94-96.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 1.
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-1.png
Ficheros image/png, 100k
Leyenda Figure 2. Mi libro de Historia de México, quinto grado, Secretaría de Educación Pública, 1992, p.68.
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-2.png
Ficheros image/png, 1,0M
Leyenda Figure 3. Historia, cuarto grado, Felipe Garrido (ss.cordination), Comisión Nacional de los Libros de Texto Gratuitos, SEP, 1994.
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 40k
Leyenda Figure 4. Historia, cuarto grado,
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 28k
Leyenda Figure 5. Historia, cuarto grado,
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-5.png
Ficheros image/png, 828k
Leyenda Figure 6. Ciencias Sociales, cuarto grado,
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3412/img-6.png
Ficheros image/png, 1,2M
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Dalila Chine, « Miguel Hidalgo ou les récits d’une figure emblématique de l’indépendance mexicaine », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 02 enero 2011, consultado el 24 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/3412

Inicio de página

Autor

Dalila Chine

Doctorante Université Paris 8
Doctorante en Études Hispaniques et Latino-américaines de l’Université de Paris 8 et en co-tutelle avec le département d’Histoire de l’Universidad Autónoma de Puebla (Mexique). Titre de la thèse : Les symboles patriotiques mexicains : discours et iconographie dans les libros de texto gratuitos (1960-2000). ATER au département de LEA, Université Paris 12 (site Sénart). Axes de recherche : histoire de l’éducation au Mexique/ histoire culturelle/analyse d’image/iconographie patriotique. dalichine@yahoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org