Navegación – Mapa del sitio

Construire la mémoire collective de l’Indépendance : les manuels d’histoire au Guatemala à la fin du XIXe siècle

Emilie Mendonça

Resúmenes

L’histoire de l’Amérique Centrale, trop souvent noyée dans une histoire globale de l’Amérique Latine, présente bien des spécificités : ainsi l’Indépendance, conquise non pas par les armes mais par un trait de plume, bien loin des mouvements populaires. De plus l’Indépendance du royaume du Guatemala en 1821 est rapidement menacée par la brève annexion de l’Amérique Centrale à l’empire mexicain d’Iturbide, avant la création d’une Fédération des Provinces Unies à la vie courte mais mouvementée. Avec cette naissance somme toute problématique, comment définir un événement fondateur et unificateur alors que le peuple n’y a pas participé, et comment en transmettre la mémoire ? Telles sont les questions qui guident cette étude de l’Indépendance narrée dans les manuels d’histoire utilisés dans le Guatemala libéral de la fin du XIXe siècle — époque de l’élaboration de l’histoire nationale par Marure ou Montúfar, et moment de fondation de l’école publique obligatoire, instrument essentiel de l’édification d’un passé collectif.

Inicio de página

Texto completo

1La célébration du bicentenaire de l’Indépendance de l’Amérique Centrale ne donnera que difficilement lieu à l’éloge de gestes révolutionnaires ou d’actes héroïques, puisque l’Indépendance ne s’y déroula pas sur les champs de bataille, mais dans un simple bureau, loin des combats épiques menés par Bolívar ou San Martín. Il faut ajouter à cette situation singulière les péripéties qui s’ensuivirent, avec tout d’abord l’annexion à l’empire mexicain d’Iturbide, puis, après plusieurs années de conflit, la dissolution de la fédération centraméricaine. Comment poser alors une date de naissance pour les cinq Etats-nations centraméricains ? Comment définir un véritable événement fondateur, et rassembleur, puisque le peuple n’y a pas participé? Et comment en transmettre la mémoire ?

2Pour tenter de répondre à ces questions, nous allons nous pencher sur le cas du Guatemala, sujet de nos recherches de doctorat, et à l’un des appareils essentiels de la construction de la mémoire collective et de l’identité nationale: l’école primaire publique, gratuite, laïque et obligatoire instaurée en 1875 par les réformateurs libéraux. Destinée à former et conformer les esprits de la jeune république guatémaltèque, l’école participe par là-même, de manière plus ou moins consciente, à la formation d’un imaginaire collectif. C’est pourquoi nous nous proposons d’étudier les manuels d’histoire utilisés par les écoliers guatémaltèques à la fin du XIXe siècle sur les bancs de l’école libérale, afin de voir sous quel jour est présentée l’Indépendance aux futurs citoyens. En déchiffrant l’événement tel qu’il est raconté aux enfants, il s’agit en effet d’élucider la fonction idéologique de l’enseignement de l’histoire, et la construction d’un imaginaire collectif dont nous tenterons donc de délimiter les traits. Après une rapide présentation de notre corpus et un bref rappel des faits de l’Indépendance centraméricaine et guatémaltèque, nous nous attacherons ainsi à étudier les narrations proposées aux enfants, afin d’analyser le tableau de l’Indépendance qui leur est proposé, et les manières de susciter attachement et admiration, pour finalement tracer les limites de cette collectivité imaginaire.

Rappel des faits: aléas et soubresauts de l’Indépendance du Guatemala

  • 1 Nous synthétisons ici les divers travaux sur l’histoire du Guatemala indiqués en bibliographie.

3Avant de nous lancer dans l’analyse de l’Indépendance telle qu’elle est contée aux écoliers guatémaltèques de la fin du XIXe siècle, sans doute faut-il rappeler succinctement les événements qui ont marqué ce tournant majeur de l’histoire de l’Amérique Centrale1. À la fin du XVIIIe siècle, le royaume du Guatemala est composé des actuels Etats du Costa Rica, du Nicaragua, du Salvador, du Honduras et du Guatemala, siège de l’Audience Royale, ainsi que des provinces devenues depuis mexicaines: le Soconusco et le Chiapas. Région quelque peu délaissée par l’Espagne au profit des plus riches et prolifiques royaumes de Nouvelle Espagne ou du Pérou, le royaume de Guatemala est régi par les mêmes règles que l’ensemble des colonies espagnoles du Nouveau-Monde, et souffre des mêmes maux: monopolisation des postes administratifs par les Espagnols, commerce interdit avec les autres colonies, développement industriel par conséquent peu important.

4Les Cortès de Cadix provoquent dans les provinces centraméricaines, tout comme dans le reste de l’Amérique Latine, des réactions plus ou moins énergiques, sous la forme de quelques insurrections finalement maîtrisées par les forces du capitaine général et président de l’Audience Bustamante y Guerra. La Restauration espagnole de 1814 permettra ainsi au représentant de la Couronne de réprimer toute nouvelle velléité indépendantiste, et de punir les tenants de la Constitution de 1812, déclarée nulle et non avenue. A la répression du dirigeant s’ajoutent la prudence et la modération de l’oligarchie centraméricaine désireuse d’allier prise de contrôle politique et conservation de sa position socio-économique, autant de facteurs expliquant le climat fort calme qui caractérise la période 1814-1820. La révolution libérale espagnole, et les promptes réactions latino-américaines, notamment le Plan d’Iguala au Mexique, vont cependant rapidement réveiller des esprits sensibilisés à la question de l’Indépendance. Bientôt les journaux El Editor Constitucional et El Patriota, tenus par José Cecilio del Valle et Pedro Molina, expriment les opinions de deux groupes aux opinions divergentes, pour ou contre l’Indépendance de la mère-patrie. Le nouveau Capitaine Général Gabino Gaínza, soucieux de préserver le territoire qu’il administre et la position que lui et les dirigeants en place occupent, s’avère être une pièce clé de l’Indépendance du royaume de Guatemala, puisqu’il se laisse convaincre par les fervents indépendantistes et organise une réunion des représentants des divers pouvoirs et forces économiques le 15 septembre 1821, avec la promesse d’être, le cas échéant, le premier dirigeant de l’Amérique Centrale indépendante. Les principaux membres de l’oligarchie intellectuelle, économique et politique se trouvent alors réunis pour discuter de l’opportunité de l’Indépendance: tandis que certains préfèrent attendre les résultats des mouvements menés dans les royaumes avoisinants, notamment le Mexique, d’autres sont en faveur d’une déclaration immédiate. Après des débats animés, c’est finalement cette dernière option qui l’emporte, et le 15 septembre 1821, dans un bureau du palais de la capitale, est signée la déclaration d’Indépendance de l’Amérique Centrale, à laquelle souscrivent bientôt les autres provinces du royaume du Guatemala.

5Bien vite surgit la question de l’annexion à l’Empire mexicain d’Iturbide: celui-ci, arguant que l’Amérique Centrale n’est pas encore apte à former une république indépendante, propose aux dirigeants d’annexer la région au Mexique. Après consultation des différentes provinces et villes, l’annexion est décidée, avec l’appui des plus conservateurs et malgré le refus de certaines provinces ou villes. L’Indépendance sans conflit meurtrier laisse donc place à l’annexion, source des premières luttes armées entre villes et provinces centraméricaines. On citera par exemple les tensions internes au Salvador, où les régions de Santa Ana et San Miguel, pro-annexion, s’opposent au reste du pays, à tel point que le Général mexicain Filísola est envoyé pour pacifier la région et obtenir le rattachement de l’Amérique Centrale toute entière. Mais son expédition sera de courte durée puisqu’à la nouvelle de la chute d’Iturbide au Mexique, il repart, en permettant au passage l’organisation d’un Congrès, tel que prévu par les dirigeants de 1821.

6Après dix-huit mois d’annexion, l’Amérique Centrale redevient ainsi indépendante, pour former la Federación de las Provincias Unidas de Centroamérica. Ce nouveau départ n’apporte cependant pas le calme, puisque les tensions vont s’exacerber et se cristalliser. De 1823 jusqu’à 1839, la vie de la Fédération est ainsi marquée par les aléas des tensions et combats idéologiques et physiques entre provinces et hommes d’Etat. Le gouvernement fédéral s’oppose ainsi fréquemment aux gouvernements nationaux, amenant par exemple le président Arce à faire emprisonner le chef d’Etat guatémaltèque Barrundia en 1825, arrestation qui entraîne un regain de tension et la prise d’armes du Salvador au nom de la légalité. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres des luttes intestines qui jalonnent la décennie suivante, entre libéraux et conservateurs, pouvoir central et pouvoirs nationaux, centralisme et fédéralisme.

7Tantôt la fin de mandat du président hondurien de la Fédération Francisco Morazán (1839), tantôt sa mort (1842), sont considérées comme date de l’éclatement définitif de la Fédération centraméricaine qui laisse place à cinq républiques indépendantes qui se sont déclarées officiellement comme telles dans les années suivantes.

Manuels d’histoire au Guatemala, manuels d’histoire centraméricaine

8Face à cette Indépendance aux multiples facettes et étapes, et en ces célébrations du bicentenaire, nous prétendons donc nous pencher sur la transmission de cet événement aux générations ultérieures par le biais des manuels scolaires.

  • 2 On se reportera notamment aux programmes de 1882, et à la brève analyse qu’en a proposée Magda Let (...)

9Nous avons sélectionné pour cela les manuels scolaires d’histoire publiés à la fin du XIXe siècle, durant la Réforme Libérale guatémaltèque qui débute en 1871 après un gouvernement conservateur de trente ans. Sous la houlette de Justo Rufino Barrios, les libéraux au pouvoir rétablissent l’école primaire gratuite, laïque et obligatoire, et uniformisent programmes, cycles scolaires et autres examens: on ne peut alors que s’interroger sur les finalités d’un tel travail, et notamment sur les caractéristiques de cette uniformisation des esprits par le biais de l’école. Nous n’entrerons pas ici dans les divers aspects de cette interrogation, et ne nous attarderons que sur la construction d’une histoire commune, dont la trace qui reste à l’historien est le manuel d’histoire, puisque les programmes en eux-mêmes sont en général forts succincts. Tout juste y apprend-on que l’histoire et la géographie du pays et de l‘Amérique Centrale seront enseignées simultanément à partir de la seconde année de scolarisation, avec toutefois une nette prédominance de la géographie. L’histoire telle qu’elle apparaît dans les courtes indications données aux enseignants est faite de grands hommes et de grands événements, essentiellement la Découverte et la Conquête, l’Indépendance et la révolution de 18712.

  • 3 La première édition semble dater de 1887. Nous avons personnellement utilisé Agustín Gómez Carrill (...)

10Quant aux manuels utilisés en classe, en plus du manuel acheté par le Secrétariat à l’Instruction Publique en 1888, Elementos de la historia de Centroamérica, du guatémaltèque Agustín Gómez Carrillo, dont nous étudierons l’édition de 18933, on trouve également dans les inventaires le plus ancien ouvrage de Miguel G. Saravia, Compendio de la historia de Centro-América, et un autre travail du même Agustín Gómez Carrillo publié en 1883, Estudio histórico de la América Central. Afin de conserver une certaine cohérence à ce petit corpus qui ne comprend que des manuels d’histoire de l’Amérique Centrale, nous laisserons volontairement de côté le premier manuel d’histoire du Guatemala publié par Aguirre Cinta en 1899, d’autant plus qu’il est publié sous le gouvernement Estrada Cabrera (1898-1920), qui marque un tournant dans les politiques générales et éducatives. Nous écartons également le troisième manuel d’histoire publié par A. Gómez Carrillo en 1892, Compendio de la Historia de la América Central, avant tout destiné aux écoles honduriennes.

  • 4  On citera notamment l’accord du 3 septembre 1892, qui mandate le même Agustín Gómez Carrillo pour (...)

11Si le Guatemala entend constituer un système éducatif propre, on peut d’ores et déjà remarquer que les manuels utilisés portent non pas sur l’histoire du Guatemala mais bien sur celle de l’Amérique Centrale. Même si certains accords gouvernementaux prévoyant la rédaction d’une histoire officielle du Guatemala permettent de comprendre que cette histoire est encore en construction à l’époque qui nous intéresse4, et d’expliquer que les manuels s’inscrivent non pas dans un Guatemala dont l’histoire est en travaux, mais dans l’aire centraméricaine, on ne peut que s’interroger sur la mémoire collective qu’il s’agit ici de façonner, dans les écoles guatémaltèques, mais autour de l’Amérique Centrale. En nous attardant sur la manière dont est narrée l’Indépendance dans ces différents livres scolaires, nous nous pencherons donc, entre autres, sur la collectivité qu’il s’agit ici de modeler, et les techniques utilisées pour cela.

L’Indépendance racontée aux enfants: le 15 septembre 1821

L’inévitable Indépendance

  • 5 On lira à ce sujet les préfaces et introductions des trois manuels, déjà commentées par M. L. Gonz (...)

12Les manuels qui nous intéressent abordent l’histoire de l’Amérique Centrale depuis l’époque précolombienne jusqu’à la réforme libérale, voire jusqu’à l’époque de leur rédaction pour le manuel d’A. Gómez Carrillo de 1893. Ce dernier, tout comme Miguel G. Saravia, affirme dès les premières pages de ses ouvrages qu’il ne s’agit pas ici de juger, d’analyser ou de prendre parti, mais tout simplement de raconter5. L’explication n’est cependant pas totalement absente. Ainsi, chez Miguel G. Saravia, l’Indépendance du 15 septembre 1821 marque le début d’un nouveau chapitre : l’histoire moderne et contemporaine, qui débute avec un premier paragraphe consacré aux “ causas de la independencia ” (Saravia, 1879 : 81). Chez Gómez Carrillo, où l’Histoire n’est pas clairement divisée en grandes parties, bien que la répartition histoire précolombienne/histoire coloniale/histoire indépendante soit annoncée dans les premières pages, le récit de l’Indépendance est éclaté entre un chapitre intitulé “ Período corrido de 1801 à 1821 y proclamacion de la Independencia ”, et un autre intitulé “ Período que principia con la proclamación de la Independencia y se extiende hasta la actualidad ”; dans l’édition de 1883 les deux moments sont séparés par un récapitulatif des divers gouverneurs et capitaines généraux (Gómez Carrillo, 1883 : 83, 116). Cette division en deux phases persiste dans le manuel de 1893, sans que soient intercalés d’autres chapitres entre 1801-1821 et le chapitre suivant, “ Sucesos que siguieron á la Independencia: anexión á Méjico, y campaña que terminó con la ocupación de la ciudad de Guatemala por las fuerzas del General Morazán en 1829 ” (Gómez Carrillo, 1892: 58, 70). Tandis que chez Saravia l’histoire moderne débute avec l’Indépendance dont il va s’empresser d’expliquer les causes, chez Gómez Carrillo cet événement apparaît à la fois comme la fin d’une étape, 1801-1821 et la fin de l’ère coloniale, et le début d’une nouvelle phase de l’histoire centraméricaine.

13Malgré cette légère différence, il est intéressant de constater que les causes invoquées par les deux auteurs, à quelques années d’intervalle, sont quasi identiques, même si elles ne sont pas évoquées dans le même ordre. On retrouve ainsi dans les trois ouvrages l’expression d’un mécontentement des criollos envers les Espagnols vivant en Amérique Centrale. Chez Saravia se dégage ainsi l’idée d’un ressentiment des Centraméricains envers les fonctionnaires espagnols, dont les raisons ne sont pas détaillées. Présentant le phénomène comme naturel, l’auteur se contente ici d’user d’une métaphore que l’on retrouve fréquemment au sujet des Indépendances latino-américaines, celle de la mère et de ses enfants :

Así como una persona desde que llega á cierta edad se separa de sus padres y reasume toda la responsabilidad de lo que hace, así también los pueblos cuando han obtenido cierto grado de desarrollo, tratan de elevarse al rango de nacionalidades independientes. (Saravia, 1879: 85)

14C’est ainsi sans surprise qu’on trouve sous la plume de Gómez Carrillo la même image:

tenía que realizarse una ley de la naturaleza, emancipándose los hijos, que ya estaban en aptitud de formar nuevas familias, sin sujeción á la tutela en que antes se hallaran. (Gómez Carrillo, 1883: 89)

15Cette “ loi de la nature ” qu’évoque Gómez Carrillo suggère donc que l’Indépendance était inéluctable. Dans l’Estudio de 1883, l’auteur évoque ainsi non seulement les rivalités entre espagnols et criollos, mais aussi l’agonie d’un système qui touche à sa fin, symbolisée par le vieillard qu’on place à sa tête: “ el señor Domas, en su ancianidad, parecía llamado á personificar la agonía en que entraba la dominación ibérica en estas tierras ”. Selon Gómez Carrillo, “ la caída era inevitable ” (Gómez Carrillo, 1883: 85). Si Miguel G. Saravia insiste moins sur l’aspect inévitable de cet événement, on retrouve néanmoins chez lui comme chez Gómez Carrillo l’influence des révolutions française et américaine parmi les causes, externes, de l’Indépendance : les idées et les actions des hommes d’Etat et combattants européens et nord-américains ont réveillé les consciences et éclairé les esprits latino-américains, permettant l’épanouissement du désir de liberté chez la population centraméricaine:

Conforme avanzaba el siglo, crecía también la afición á la libertad y al gobierno propio: hablábase en todos los círculos sociales de sacudir la tutela española, si bien muchos de los que así opinaban no eran estimulados más que por el deseo de excluir de los empleos á los nacidos en la Península y disfrutar ellos solos de las ventajas de la administración, sin cuidarse de los principios políticos ni de formas de gobierno. (Gómez Carrillo, 1883: 85; Gómez Carrillo, 1892: 59)

16En laissant d’ores et déjà planer le spectre de la rupture entre véritables patriotes et oligarques soucieux de préserver leurs intérêts, Gómez Carrillo, plus particulièrement dans l’Estudio de 1883, souligne de nouveau l’inéluctabilité de l’Indépendance dont l’idée a germé et crû dans les esprits, à tel point que Bustamante et l’administration espagnole ne peuvent plus s’y opposer: “ no era dado oponer diques al torrente de los sentimientos é ideas ”; “ había sonado la hora de cámbios radicales y profundos ” (Gómez Carrillo, 1883: 86). Ce flot d’idées que rien n’endigue, inspiré des mouvements français et étatsunien, est aussi enrichi des nouvelles venues du reste de l’Amérique espagnole. De fait, chez Miguel Saravia, l’Amérique Centrale apparaît comme encerclée par les colonies luttant pour l’Indépendance, et est en quelque sorte obligée de suivre ce mouvement général:

Hidalgo y Morelos en México, el Libertador Simon Bolívar, San Martín y otros próceres en la América del Sur, dirijieron con heroísmo la guerra de la Independencia; y Centro-América, situada en medio de aquellos países, no pudo permanecer agena al movimiento general de insurrección.

17Chez Gómez Carrillo on retrouve les mêmes Hidalgo, Morelos, Bolívar et San Martín, “ héroes legendarios de la grandiosa epopeya hispano-americana ” (Gómez Carrillo, 1883: 88). De manière plus précise encore, selon l’historien guatémaltèque, c’est finalement l’Indépendance mexicaine qui semble déclencher le mouvement indépendantiste guatémaltèque si l’on en croit l’édition de 1883 de Elementos de la historia de Centro-América:

Entonces se percibieron en el país los vivos rayos de luz que despedía la nueva nación mexicana; los guatemaltecos halagaron á Gainza ofreciéndole el mando de Centro-América libre y soberana, y le instaron para que convocase una reunión general de funcionarios y corporaciones. (Gómez Carrillo, 1883: 90)

Réunion d’officine et clameurs populaires

18Aux causes externes déjà identifiées par l’historienne Magda Leticia González Sandoval dans ces mêmes manuels - l’influence des Etats-Unis et de la France, puis des agitateurs des autres colonies espagnoles – s’ajoutent donc le ressentiment et les tensions entre criollos et fonctionnaires espagnols, pour donner naissance aux principaux “ germes ” qui ont poussé les esprits guatémaltèques à réclamer l’Indépendance du royaume. La loi de la nature fait de l’Indépendance, notamment chez Gómez Carrillo, un événement inévitable et logique ; il nous reste à présent à voir comment est narrée l’Indépendance elle-même.

19Chez Miguel G. Saravia, seules deux pages traitent de ces faits, expliquant le rôle des penseurs et journalistes tels que Molina et Valle, ou encore du capitaine général Gabino Gaínza, avant de présenter la réunion dont naît la déclaration d’Indépendance du 15 septembre 1821:

En aquella reunión memorable, varios concurrentes estrenaron con libertad su opinión: el señor Valle, en un largo discurso, trató de probar que aunque nuestra emancipación debía acordarse, era oportuno observar antes el resultado de los sucesos de México; pero el pueblo que asistía á tan importante acto, pidió á voces la Independencia, y ésta fue proclamada el 15 de Setiembre de 1821. (Saravia, 1879: 88)

20 Si l’on en croit Saravia, c’est à la demande du peuple que l’Indépendance est finalement proclamée: la structure de cette longue phrase souligne en effet d’une part l’opposition de José Cecilio del Valle à une Indépendance immédiate, et, omettant les autres avis et débats qui déboucheront sur la déclaration du 15 septembre, l’auteur se contente d’évoquer les cris du peuple qui semblent donc déterminer l’acte de 1821. L’action ou la pression du peuple sur les décideurs n’est pas absente non plus des récits proposés par Agustín Gómez Carrillo en 1883 et 1892. En effet, dans le premier ouvrage, l’auteur évoque lui aussi cette réunion et notamment les idées modérées de Valle, avant de faire allusion aux autres opinions exprimées: ici c’est bien la majorité des personnes présentes lors de la Junta qui l’emporte, mais si la pression du peuple n’est pas aussi forte, elle est néanmoins présente puisque “ un gentío inmenso, atraído por la novedad, pidiese [la independencia] á gritos ” (Gómez Carrillo, 1883: 91). Après un bilan nuancé des trois siècles de présence espagnole, et deux chapitres détaillant les dirigeants successifs de l’Audience de Guatemala, l’auteur revient sur l’Indépendance, qui reçoit semble-t-il un bon accueil dans le reste des provinces:

Proclamada la Independencia en la ciudad de Guatemala, la gran mayoría de aquella populosa capital, sin distinción de clases sociales, se llenó de júbilo ante la perspectiva de felicidad sin límites que se creía encontrar en tan trascendental suceso; y lo mismo, más ó menos, ocurrió en las otras poblaciones del territorio de Centro-América. (Gómez Carrillo, 1883: 117)

21“Sin distinción de clases sociales”: c’est donc le peuple tout entier qui, selon Agustín Gómez Carrillo, soutient l’Indépendance et se réjouit de ce changement majeur. Dans les Elementos de 1893, on retrouve l’ensemble du peuple mobilisé autour des idées indépendantistes: “ hablábase en todos los círculos sociales de sacudir la tutela española ”, “ en todas las clases sociales se advertía el entusiasmo por la Independencia ” (Gómez Carrillo, 1883: 59, 64). Cette dernière phrase précède l’évocation des différents hommes qui ont effectivement participé à l’Indépendance et la signature de la déclaration, comme si l’auteur, soucieux d’associer le peuple à une Indépendance qui n’a en réalité été décidée et conquise que dans le calme d’un bureau de la capitale par quelques hommes bien choisis, voulait par sa narration insister sur la participation de la masse à cet événement fondateur.

22Un rapide coup d’œil à des travaux récents tels que ceux de Jorge Luján Muñoz permet de nuancer une telle présentation du rôle des masses, puisque l’analyse sociale de l’Indépendance révèle un mouvement essentiellement urbain, qui se développe dans les cercles éduqués détenant le pouvoir politique et économique. Mues par des intérêts différents, voire divergents, les oligarchies de la capitale et provinciales ont ainsi été les moteurs d’un mouvement auquel les classes moyennes et populaires n’ont contribué que de manière sporadique et épidermique, sans réelle conscience des enjeux de la lutte pour l’émancipation (Luján Muñoz, 2006 : 115-119). Et s’il y a bien une multitude présente dans les couloirs et sur la place principale de la capitale, l’historien Luján Muñoz nous révèle que les protagonistes de l’Indépendance l’ont attirée avec musique et fusées ; l’enthousiasme et les réactions de cette foule sont en réalité loin d’être unanimes, puisque si certains saluent l’événement, d’autres huent et chahutent les oligarques ayant voté contre l’Indépendance, avant de saccager leurs portraits en les traînant dans toute la ville. Dans les faits, selon Luján Muñoz, le peuple et les classes inférieures de la société n’ont donc joué que le rôle de “ comparsa, de grupo de fondo, movilizados por los independentistas interesados en mostrar ‘apoyo popular’ ” (Luján Muñoz, 1995 : 419 et ss).

23C’est donc comme en écho à la volonté initiale des politiciens et dirigeants guatémaltèques de 1821 de simuler un mouvement populaire en appâtant une foule ignorante aux abords du palais, que les pédagogues Agustín Gómez Carrillo et Miguel G. Saravia insistent sur la pression exercée par cette foule, par ce peuple tout entier conquis par les idées des Lumières, en enjolivant donc une réalité beaucoup plus nuancée. On ne peut que conclure que nos deux auteurs tentent ici de présenter l’Indépendance comme une victoire populaire, tandis qu’en réalité elle fut le fait d’une poignée d’oligarques éclairés, plus ou moins soucieux de conserver leur position sociale, et de prendre le contrôle du pouvoir politique. L’inexistante guerre d’Indépendance, qui dans d’autres colonies espagnoles a permis la participation du peuple aux combats de l’élite et la formation d’un sentiment d’unité face à la domination espagnole, semble ici maigrement compensée par le rôle d’un peuple spectateur, auquel on tente tant bien que mal d’attribuer un rôle moteur. L’absence de combats et de sang versé, dont sont conscients les auteurs et historiens, est par ailleurs mentionnée et valorisée, soulignant par la même occasion la spécificité de l’Indépendance centraméricaine: “ debe siempre aplaudirse que no haya sido conquistado con sangre como en los demás países de América ” (Gómez Carrillo, 1883: 66).

24On doit applaudir l’acquisition pacifique de l’Indépendance: la formule, bien qu’impersonnelle, semble ici s’adresser indirectement au jeune lecteur, membre d’un peuple que les narrateurs tentent d’associer au 15 septembre 1821 en insistant sur la mixité sociale et le rôle de la population en liesse. Mais si ces quelques éléments paraissent ainsi destinés à susciter l’attachement de l’écolier, encore reste-t-il à voir envers quelle entité et quelle histoire cette affection est dirigée: dans des manuels, rappelons-le, consacrés à l’Amérique Centrale et non au seul Guatemala, attardons-nous sur les épisodes ultérieurs de l’annexion mexicaine et les soubresauts de la vie fédérale.

Les aléas de l’Indépendance

L’annexion au Mexique, parenthèse impose

25Si l’Indépendance de 1821 semble être le fait du peuple et de ses représentants selon nos deux auteurs, l’annexion au Mexique d’Iturbide semble quant à elle plus problématique. Ainsi, Miguel G. Saravia passe sous silence la consultation menée auprès des différentes provinces, tandis que chez Gómez Carrillo ladite consultation est bel et bien évoquée, mais pour une conclusion tout aussi peu démocratique semble-t-il:

En mérito de lo expuesto, y sin atender al voto de los pueblos que rechazaban la idea de formar con México una sola nacionalidad, declarose que las varias provincias del antiguo reino de Guatemala quedaban sujetas al imperio de Iturbide. (Gómez Carrillo, 1883: 123)

26Le caractère impersonnel et imposé de l’annexion est mis en relief par la structure impersonnelle “ declarose ”, qui permet d’insinuer dans l’esprit du jeune lecteur l’impression d’une erreur de l’histoire dont fut victime le peuple centraméricain. Nos deux auteurs, après avoir narré d’un ton neutre les péripéties inhérentes à l’annexion qui divise et oppose diverses villes et régions centraméricaines, insistent finalement sur la courte durée de cette période (dix-huit mois), une parenthèse désenchantée qui se termine finalement, avec la bénédiction du général mexicain Filísola, par le retrait des troupes mexicaines et la réunion du premier Congrès centraméricain en 1823.

La définition du vrai patriote, et de la vraie patrie

27La parenthèse mexicaine et la formation de la fédération des Provinces Unies d’Amérique Centrale dont la Constitution est votée en 1825 permettent aux deux auteurs de définir la nation et le patriotisme tels qu’ils l’entendent. En effet, chez Saravia, les patriotes sont tout d’abord ceux qui s’opposent à l’annexion mexicaine, au nom de la patrie centraméricaine, puis qui combattent vaillamment le soulèvement de 1823 mené par le militaire Rafael Arriza Torres, au péril de leurs vies. L’on voit ainsi comment, après une indépendance de la mère-patrie obtenue pacifiquement, il faut trouver des combats au nom de la patrie, dignes d’être glorifiés par un style élogieux:

Perecieron heroicamente en esta gloriosa defensa, los ciudadanos Andrés Córdova y Miguel Prado; ambos expresaron en sus últimos instantes los sentimientos del mas puro patriotismo, y su noble ardor no se extinguió sino con la vida. (Saravia, 1879: 86)

28On retrouvera ces mêmes héros chez Gómez Carrillo, véritables patriotes qui ne craignent pas de risquer leur vie pour la patrie et donnent l’exemple aux jeunes lecteurs (Gómez Carrillo, 1883 : 127). Mais si le sang est enfin versé au nom de cette patrie, l’annexion au Mexique marque également, pour les deux auteurs, le début de luttes fratricides: la métaphore de la famille est ainsi filée pour souligner l’aspect contre-nature des combats et conflits qui agitent l’ensemble de l’isthme tout au long des années 1820 et 1830. Dans les trois ouvrages qui nous intéressent, s’enchaînent les luttes, les batailles, les mouvements de troupes et les négociations diverses, dans des récits souvent confus. Tant la période de l’annexion au Mexique comme celle de l’indépendance définitive, “ emancipación absoluta ” enfin obtenue, sont en effet marquées par les “ contiendas entre hermanos ” que lamente Gómez Carrillo, et les tensions entre libéraux et conservateurs (Gómez Carrillo, 1883: 127). Si l’un et l’autre auteurs se maintiennent dans une position relativement neutre face aux deux bords politiques, fidèles à l’impartialité qu’ils érigent en principe dans les introductions de leurs ouvrages respectifs, ils ne cachent pas cependant leur fédéralisme convaincu, et partagent peu ou prou la même analyse des causes de l’échec fédéral : une Constitution inadaptée, et des intérêts par trop divergents. Ainsi Miguel G. Saravia explique au lecteur que la constitution fédérale de 1825, inspirée de celle des Etats-Unis, n’était pas adaptée à la réalité centraméricaine. La charte fondamentale nord-américaine, élaborée dans une atmosphère de tolérance religieuse et de progrès ne pouvait s’appliquer à une Amérique Centrale encore peu avancée. Cette “ constitución pegadiza y exótica, hija de imaginaciones exaltadas, y nutrida por los intereses locales y personales ” ne pouvait qu’engendrer tensions et conflits (Gómez Carrillo, 1883: 101). A cette constitution inadéquate il faut ajouter, si l’on en croit Gómez Carrillo, les divergences de motivations et le manque d’hommes formés à la vie politique et à la direction d’un pays. En d’autres termes, l’Amérique Centrale n’était tout simplement pas prête. “ Esta mal preparada tierra ” (Gómez Carrillo, 1883: 131), malgré les efforts d’hommes tels que Francisco Morazán, José Francisco Barrundia et consorts, ne pouvait subsister. En jouant de prolepses et d’analepses, l’auteur guatémaltèque anticipe l’échec de la fédération au fil des mots, et distille au cours des pages l’idée d’une patrie centraméricaine qui n’est plus et devrait être. Ainsi, après avoir évoqué la liesse populaire de 1821, et avant d’aborder la question de l’annexion mexicaine, Gómez Carrillo insère quelques paragraphes consacrés à l’Amérique Centrale, dont voici les premières lignes:

La América Central, unida y compacta, regida por instituciones republicanas, cimentada en los sanos principios democráticos; he ahí el dorado ensueño de los buenos ciudadanos, de los amigos del orden y de la justicia, de los que apetecían para la nueva nación un porvenir lisonjero; tal era la ambición legítima de los que aspiraban á que entre los centro-americanos reinase la fraternidad y que ésta se tradujese en instituciones fecundas y en leyes sabias. (Gómez Carrillo, 1883: 118)

29L’auteur se contente-t-il ici d’évoquer les patriotes de 1821, ou s’adresse-t-il à ses jeunes lecteurs? Ses pensées personnelles sous-entendent, sans y laisser paraître, que tout bon citoyen — et par conséquent tout écolier sérieux — est par devoir animé par le rêve centraméricain. Il n’est pas question d’appeler franchement et explicitement à l’amour patriotique, mais de laisser entendre et sentir cet amour entre les lignes. Le jeu des adjectifs permet par exemple au narrateur de laisser transpirer son dégoût et son incompréhension face à la fédération dissolue : l’Amérique Centrale a dû “ pasar de la desgraciada anexión mexicana al débil federalismo, y del federalismo al doloroso fraccionamiento actual ” (ibidem, nous soulignons). Jouant des métaphores et champs lexicaux antinomiques de la lumière et des ténèbres dans les lignes suivantes, dans un ton quasi lyrique, l’historien-narrateur redonne vie aux événements pour finalement insister sur la survie du sentiment centraméricain. Sentiment auquel est associé le lecteur guatémaltèque grâce à un procédé simple: quand il traite de la nation centraméricaine, l’auteur passe de l’usage neutre des troisième personne du singulier et du pluriel au Nous qui invite le lecteur à s’inscrire dans la communauté des lecteurs, et dans une relation d’identité avec ses camarades et l’auteur. Membres de la même famille centraméricaine, lecteurs, personnages historiques et auteurs sont ainsi appelés à considérer l’Indépendance de 1821 comme la simple application des lois de la nature, et la rupture de la fédération, consommée définitivement avec la mort de Francisco Morazán, comme totalement contre-nature:

No es la división en que hoy viven estos países una ley de la naturaleza entre miembros de una misma familia que crecieron bajo un solo techo como herederos de igual porvenir […]. Empero, no deja de escucharse ya con simpatía la voz del deber, que nos llama á mas juiciosa conducta y á mas sensatos procederes; ya por intervalos se percibe también el eco dulce y armonioso del patriotismo, que recuerda á los hijos de Centro-América los vínculos santos que al fin han de agruparlos bajo una bandera bendecida y bajo una sola ley; y aunque algunos afirmen que la unión es un problema de un orden enteramente moral, un ideal que se resiste à tomar cuerpo y que no encuentra sanción en nuestra organización política y civil, se advierte por fortuna lo contrario cuando ocurren sucesos que amenazan la integridad ó la honra de algun Estado por peligros que vienen de fuera. (Gómez Carrillo, 1883: 140 – nous soulignons)

30L’invasion des flibustiers de William Walker sera ainsi l’occasion de raviver la flamme centraméricaine, face au danger nord-américain, et pour l’auteur il s’agit d’un exemple qui démontre que tôt ou tard, la fédération centraméricaine se reformera. 1847 et la déclaration qui fait du Guatemala une République indépendante n’apparaîssent pas dans l’Estudio de 1883 qui s’arrête avec la rupture de la fédération, tandis que dans les Elementos de 1893 l’événement est évoqué avec neutralité, voire de l’indifférence, contrairement à Miguel G Saravia pour qui le Guatemala a donné alors un “ funesto ejemplo ” (Saravia, 1879 : 123), oubliant que le Guatemala n’est pas le premier à faire une telle déclaration.

Conclusion

31La tâche de l’auteur de manuel d’histoire n’est pas aisée : non seulement doit-il raconter l’histoire, mais il la reconstruit, lui donne une cohérence grâce à son récit, et tend à participer ainsi à la construction d’un imaginaire collectif, du fait même de la diffusion de son travail dans des écoles fréquentées par l’ensemble de la population. De manière plus ou moins consciente, il retracera ainsi l’histoire d’une région ou d’un Etat en les inscrivant dans une logique et une continuité dont elle manque. Comme le souligne Pierre Ansart, le manuel transmet finalement l’ “ image socialement convenable du passé collectif ” (Ansart, 1994 : 57). Faut-il encore que ce passé soit collectif, et s’il ne l’est pas, l’habileté du rédacteur permet de le moduler, pour y faire participer la collectivité, comme nous l’avons vu avec l’Indépendance centraméricaine, acquise sous les vivats de la foule selon nos deux auteurs. Toujours en suivant P. Ansart, on voit comment au-delà du simple apport de connaissances, le manuel d’histoire transmet donc également un rapport affectif, négatif ou positif, au passé, à ses hommes et leurs actes, et participe ainsi à la construction progressive d’un imaginaire commun. C’est alors que le talent de conteur vient compléter le savoir de l’historien, et c’est bien l’analyse du discours qui permet de mettre en lumière les stratégies mises en place pour susciter chez le jeune lecteur admiration, attachement ou dégoût, et former ainsi dans son esprit l’image d’un pays idéalisé dont il est l’héritier.

32Au cours de cette brève réflexion sur l’Indépendance centraméricaine présentée dans trois manuels d’histoire utilisés au Guatemala à la fin du XIXe siècle, nous avons ainsi vu comment des procédés tels que l’utilisation d’un “ nous ” créant une communauté de lecteurs, future communauté de citoyens, ou le jeu sur les champs lexicaux, et autres analepses et prolepses, permet aux auteurs de faire entrer leurs jeunes lecteurs dans une belle Histoire à laquelle ils doivent croire. Dans un Guatemala déclaré République indépendante depuis 1847, il est finalement intéressant de voir que la communauté imaginée (pour reprendre l’expression de Benedict Anderson) que l’on tente de modeler n’est pas guatémaltèque mais bien centraméricaine. Et si l’Indépendance du Guatemala s’est faite par à coups - 1821, puis la séparation du Mexique en 1823 et finalement la rupture de la fédération en 1829 et la déclaration officielle de 1847 -, c’est bien 1821 qui reste la date-pivot d’une histoire en construction. La fédération, rêve inachevé, hante les manuels. Echo des politiques contemporaines de leur rédaction, et caisse de résonnance d’un patriotisme rêvé, les manuels d’histoire publiés sous la Réforme Libérale proposent ainsi avec le récit de l’Indépendance centraméricaine, au cœur d’une République indépendante, la création d’une communauté qui va au-delà du réel, dans l’espoir de participer à la refondation d’une Amérique Centrale jamais reconstruite depuis lors.

Inicio de página

Bibliografía

Corpus

AGUIRRE CINTA, Rafael, Lecciones de historia general de Guatemala, desde los tiempos primitivos hasta nuestros días, Guatemala, Tipografía Nacional, 1899, 248 p.

GÓMEZ CARRILLO, Agustín, Compendio de la Historia de la América Central, Madrid, Imprenta de la Viuda de Hernando y Cía, 1892, 284 p.

------------------, Elementos de la Historia de Centro-América, Guatemala, Tipografía La Unión, 1893 (3ª edición), 143 p.

------------------, Estudio histórico de la América Central, Guatemala, Imprenta de P. Arenales, 1883 (2ª edición), 226 p.

SARAVIA, Miguel G., Compendio de la historai de Centro-América, Tipografía El Progreso, 1879, 160 p.

Références utilisées 

ANSART, Pierre, “Manuels d’histoire et inculcation du rapport affectif au passé”, dans Henri Moniot (coord.), Enseigner l’histoire. Des manuels à la mémoire, Berne-Francfort-Nancy-New York, Peter Lang, 1994, pp. 57-76.

GONZÁLEZ SANDOVAL, Magda Leticia, “Die dastellung der nationalen Geschichte in den guatemaltekischen Schulbüchern (1871-1944)”, dans Mickael Riekenberg(dir.), Politik und Geschichte in Argentinien und Guatemala, Frankfurt, Mein, 1994, pp. 243-258.

LUJÁN MUÑOZ, Jorge (dir.), Historia General de Guatemala, Guatemala, Sociedad de Amigos del País, 1998, 5 Vols.

LUJÁN MUÑOZ, Jorge, “Inicios del proceso independentista”, et “Hacia la emancipación”, en Jorge Luján Muñoz (dir.), Historia General de Guatemala, Guatemala, Sociedad de Amigos del país, 1995, Vol. 3, p. 419 et ss.

LUJÁN MUÑOZ, Jorge, Breve historia contemporánea de Guatemala, México, Fondo de Cultura Económica, 2006 (1998), 523 p.  

TORRES RIVAS, Edelberto (coord.), Historia general de Centroamérica, Madrid, FLACSO/Sociedad Estatal Quinto Centenario, 1993, 5 Vols.

Inicio de página

Notas

1 Nous synthétisons ici les divers travaux sur l’histoire du Guatemala indiqués en bibliographie.

2 On se reportera notamment aux programmes de 1882, et à la brève analyse qu’en a proposée Magda Leticia González Sandoval (cf. bibliographie).

3 La première édition semble dater de 1887. Nous avons personnellement utilisé Agustín Gómez Carrillo, Elementos de la Historia de Centro-América, Guatemala, Tipografía La Unión, 1893 (3ª edición), 143 p.

4  On citera notamment l’accord du 3 septembre 1892, qui mandate le même Agustín Gómez Carrillo pour l’écriture d’une “ historia patria ” restée inachevée sous la plume de José Milla y Vidaurre.

5 On lira à ce sujet les préfaces et introductions des trois manuels, déjà commentées par M. L. González Sandoval (cf. bibliographie).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Emilie Mendonça, « Construire la mémoire collective de l’Indépendance : les manuels d’histoire au Guatemala à la fin du XIXe siècle », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 31 diciembre 2010, consultado el 26 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3441

Inicio de página

Autor

Emilie Mendonça

Université François-Rabelais Tours/C.I.R.E.M.I.A.
Bénéficiaire d’une allocation couplée avec monitorat à l’Université François Rabelais (Tours).
emilie.mendonca@univ-tours.fr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org