Skip to navigation – Site map

La constitution d’une élite républicaine au Chili : un engagement au service de l’Etat

Nathalie Jammet

Abstracts

Since the independence, the education was an area focused by the Chilean State. The National Institute, founded during the Patria Vieja, and then the University of Chile, created in year 1842, plays a key part in training of the republican elites, in the setting up of the science in Chile and in the spreading of the national values. In order to “give substance” to the institutions, the rationalization of the bureaucracy was launched by putting educative measures in place by the Chilean State. They allowed setting up criteria of skill and qualification to be used in the recruitment of state employees. Therefore, it makes the Republic governable.

Top of page

Full text

1Les chefs du mouvement d’émancipation au Chili on été confrontés à un dilemme : comment concilier le “bon gouvernement” avec un idéal républicain qui se voulait égalitaire ? La réalité chilienne - 90% d’analphabètes- rendait difficile l’application de cette notion d’égalité avec la volonté de constituer un Etat stable. C’est l’idée du gouvernement de la sanior pars (Bravo Lira, 1990) qui s’imposa, couplée à un conservatisme qui se traduisit par des critères financiers conditionnant le droit de vote et l’accès à certains emplois. Cependant, l’idéal intégrateur ne fut pas pour autant oublié et dès le début du processus d’indépendance des réformes furent mises en place pour diffuser les Lumières.

L’instruction publique et l’Etat

  • 1  Titre III.

2En effet, le premier règlement constitutionnel chilien, de 1812, établit que “los gobiernos deben cuidar de la educación e intrucción pública como una de las primeras condiciones del Pacto social”1. Il prévoyait la fondation d’une “grande institution” , l’Institut National, officiellement créée par le décret du 27 juillet 1813.

  • 2  Titre VIII, De la educación pública.
  • 3  Aurora de Chile, expression qui apparait dans de nombreux articles.
  • 4  Titre XXII, articles 254-255.
  • 5  Titre XXII, article 257.
  • 6  Chapitre XI, article 153.

3La Constitution de 1818 définit un partage des responsabilités pour le développement de l’instruction publique entre le Sénat et le Cabildo. La constitution de 1822 établit que le Congrès devrait fournir le plan général d’éducation2. Les programmes devraient être nationaux et insister sur les devoirs de l’homme en société. L’instruction publique était considérée comme un moyen de “moraliser” la société chilienne volontiers décrite comme en la infancia ou sin luces3. La constitution de 1823 reprit le partage des responsabilités entre Sénat, Conseil d’Etat, préfet et Cabildo et introduisit l’idée de la prise en charge financière par l’Etat: “La patria se encarga de la educación graciosa de los hijos de los beneméritos”  ainsi que des jóvenes prometedores4. Toutes les constitutions chiliennes affirment l’engagement de l’Etat dans le développement de l’enseignement: “La instrucción pública, industrial y científica, es uno de los principales deberes del Estado” 5 en 1823, “La educación pública es una atención preferente del Estado” en 1833. Cette dernière constitution introduisit le compte rendu annuel du Ministre au Congrès6 et établit sans équivoque la notion de estado docente puisque le Congrès devrait fournir le plan général d’études et qu’une “superintendencia de Instrucción pública”, responsable de l’inspection des écoles devait être créée et placée sous la tutelle du gouvernement.

4L’Etat chilien s’arrogea donc un rôle prépondérant dans la définition et la mise en place d’une politique d’éducation comme en témoignent la fondation de l’Institut National décrétée par un gouvernement en but alors à mille dangers et affaires prégnantes.

L’Institut National

  • 7  Jusqu’en 1837.
  • 8  La question des examens fit l’objet de multiples conflits antre l’Etat chilien et les autorités re (...)
  • 9  Cela alla jusqu’à une volonté d’uniformisation des textes scolaires. En effet, une circulaire du 2 (...)

5L’Institut National était un projet ambitieux. Situé dans la capitale, il réunit dans un premier temps: l’Université de San Felipe, le convictorio carolino, le séminaire de la cathédrale et l’Académie de San Luis, une école technique fondée par Manuel de Salas en 1797. Il était divisé en deux sections: civile et religieuse7 et devait englober tous les niveaux d’enseignement, de l’école élémentaire au titre universitaire de licenciado (Labarca, 1939 : 77). De même, c’était le seul établissement habilité à délivrer des diplômes ce qui obligeait tous les élèves quelque fût leur établissement à valider leur examen devant une commission d’enseignants de l’Institut National8. L’établissement devait fournir des enseignements généraux et techniques gratuits. La gratuité de l’enseignement public et l’uniformisation des programmes9 constituèrent les crédos de l’instruction publique au Chili au XIXe siècle. L’Institut national devait être considéré comme un établissement pilote et servir de modèle. Tous les élèves ne venaient pas des élites car l’Etat prenait aussi à son compte les frais d’internat des élèves défavorisés et méritants. Il s’agissait d’un vivier où l’Etat pourrait puiser ses employés.

Les stratégies de développement du système éducatif

6Le recensement scolaire réalisé à Santiago en 1813 précisa qu’il y avait alors dans la capitale sept écoles primaires avec 664 élèves. Le règlement de 1813 sur l’instruction primaire, premier texte normatif en la matière, établit que des écoles primaires devaient être créées dans tous les villes et villages de plus de cinquante âmes. Les caisses vides de l’Etat chilien ne permettant pas le développement rapide d’un réseau d’instruction, deux solutions furent proposées: la première fut une délégation aux municipalités et aux couvents de l’obligation d’entretenir ou de mettre en place des écoles primaires, ce qui évitait à l’Etat central d’investir directement dans l’enseignement primaire. Les couvents se montrèrent très réticents jusqu’au décret de Diego Portales du 12 juillet 1832 qui les obligea à financer les écoles publiques municipales à défaut d’en ouvrir eux-mêmes.

  • 10  Jusqu’en 1854, le nombre d’écoles primaires privées fut supérieur à celui des écoles publiques. La (...)
  • 11  Décret du 6 décembre 1828. Les bourses furent accordées avec une plus grande parcimonie au Colegio(...)

7La deuxième solution consista à accorder une aide financière aux établissements privés10, non confessionnels, par le biais de crédits de fonctionnement et par l’instauration de bourses pour les élèves méritants de milieux défavorisés. Ce fut le cas pour les écoles primaires mais aussi pour certains établissements d’enseignement secondaire, par exemple le Liceo de Chile, créé par le Libéral espagnol José Joaquín de Mora, et son pendant conservateur, le Colegio de Santiago, dirigé par F. Meneses puis par le Vénézuélien Andrés Bello11.

  • 12  Ces deux lycées contribuèrent aussi à faire évoluer les mentalités, les élites étant jusqu’alors h (...)

8Ces établissements introduisirent des cours nouveaux comme l’étude de la langue castillane chère à Bello et d’une langue étrangère ainsi que des cours de sciences naturelles, considérés à l’époque comme très novateurs. Peu de temps après l’arrivée au pouvoir des Conservateurs, les deux établissements fermèrent leurs portes et les bourses accordées furent reversées à l’Institut National tandis qu’un grand nombre de professeurs y poursuivirent leurs cours. Ainsi, on peut dire que les initiatives privées ont précédé et largement favorisé le développement de l’Institut national dans la mesure où elles contribuèrent à rénover les programmes et à séculariser l’enseignement secondaire et à fournir des enseignants12.

9En effet, le manque de ressources humaines rendait difficile le développement de l’enseignement. Le règlement de 1813 avait fourni des détails sur les compétences nécessaires aux enseignants: ces derniers devaient savoir lire, écrire et compter et bénéficier d’un certificat de moralité. En dépit de la faiblesse des critères retenus, les personnes aptes à enseigner au Chili étaient peu nombreuses, surtout à un niveau intermédiaire ou supérieur, d’autant plus que les personnes instruites préféraient généralement se tourner vers d’autres professions. La course aux enseignants prit parfois des tournures pour le moins étrange comme en témoigne Diego Barros Arana qui rapporte dans sa monumentale Historia de Chile l’anecdote suivante:

  • 13  “(…) y se recuerda también la valiente protesta de don Andrés Bello desde las columnas del periódi (...)

Las pocas escuelas eran reguladas por hombres cuya preparación intelectual rara vez pasaba de leer y escribir. Algunos de ellos eran soldados realistas, prisioneros en la guerra de la independencia, mientras otros provenían de filas menos estimables. Se recuerda el proceder de una Corte de justicia que, juzgando a un individuo por el delito de robo en una iglesia, lo condenaba a ser maestro de escuela (…)13.

  • 14  Aussi appelé “monitorial”.

10Pour pallier le manque d’enseignants, plusieurs solutions furent envisagées. La première solution, correspondant à une situation d’urgence, fut dès la Patria Nueva et grâce au soutien personnel du Directeur Suprême Bernardo O’Higgins de promouvoir le système d’enseignement de Lancaster14. En effet, un certain J. Thompson, disciple de Lancaster, fut engagé par le gouvernement chilien pour mettre en place une première Ecole normale, la Escuela lancasteriana, à Santiago. En 1821, elle comptait 200 élèves (Labarca, 1939 : 80). Le principe était un enseignement dispensé de façon pyramidale: le maître enseignant à des moniteurs, lesquels devaient ensuite enseigner à des élèves en petits groupes. Ce système permettait donc d’instruire avec peu d’enseignants un grand nombre d’élèves. Cependant, il était difficile à appliquer car les élèves étaient souvent absents, indisciplinés et n’avaient aucunement l’habitude du travail intellectuel tandis que les moniteurs recevaient une instruction rapide et manquaient d’autorité. De plus, ce système, s’il pouvait offrir une instruction ne répondait que partiellement aux principes définis dans la mesure où il ne permettait pas une éducation globale de l’individu. En dépit de ces critiques, ce fut la méthode employée au Chili jusqu’à la création de l’Ecole Normale en 1842.

  • 15  Le Budget de 1845 prévoit ainsi la dépense de 3500 pesos pour subventionner trois personnes en for (...)

11La seconde solution consista à envoyer des personnes en formation à l’étranger. Des bourses furent ainsi allouées à de jeunes Chiliens afin qu’ils pussent achever leur instruction en Europe. Les budgets ventilés de l’Etat font apparaître une ligne budgétaire à cet objet pour le Ministère de la Justice, du culte et de l’Instruction publique15. Bien entendu, les lauréats devaient par la suite retourner dans leurs pays et y diffuser les lumières acquises à l’étranger sous peine de devoir rembourser au Trésor public les sommes investies.

  • 16  Décret du 22 janvier 1864.

12De même, l’Etat chilien, qui avait confié à D. F. Sarmiento la fondation d’une véritable Ecole Normale, subventionna la mission d’observation des systèmes éducatifs qu’il réalisa aux Etats-Unis et en Europe entre 1845 et 1848. A son retour au Chili, Sarmiento modifia le règlement de l’Ecole normale (1854), en fit un internat, étendit les programmes et, croyant au pouvoir des femmes pour illustrer un peuple, déploya ses efforts pour créer une école normale d’institutrices. Les élèves de l’Ecole normale étaient presque tous boursiers (88%) et ils s’engageaient, moyennant le versement d’une caution, à travailler pendant au moins six ans dans une école publique choisie par l’Etat16.

  • 17  Règlement constitutionnel de 1812. Idée reprise dans d’autres constitutions. Beaucoup d’enseignant (...)
  • 18  Contrat signé à Paris le 11 avril 1828.
  • 19  J. A. Portès, Claude Gay, J. Coupelon, C. Clochard, H. Beauchemin, H. Masson, A. Seghers, J. Gelli (...)
  • 20  J. Pasamán, L. Sazie, W. Blest.

13Parallèlement, un autre mouvement s’opéra dans le sens inverse, le gouvernement se montrant particulièrement ouvert à l’immigration au Chili de personnes qualifiées puisque “El extranjero deja de serlo si es útil”17. Ainsi, les diplomates chiliens avaient dans leurs recommandations, dès l’aube de l’indépendance, de trouver des personnes aptes à mettre en place un système éducatif au Chili. Les cas d’Andrés Bello, de C. A. Lozier et de Claude Gay représentent des exemples emblématiques. La fondation du Colegio de Santiago initia une méthode qui se répandit beaucoup à partir de 1842 et la création de l’Université du Chili. Il fut fondé par le Français Pierre Chapuis qui fit venir au Chili plusieurs professeurs18, dont beaucoup jouèrent un rôle important dans le développement futur du système éducatif19 . De même, J.J. Mora engagea l’Espagnol J. A. Gorbea pour dispenser les cours de mathématiques du Liceo de Chile. Par la suite, certaines filières de l’Université du Chili –mathématiques et médecine- furent ouvertes presque exclusivement par des professeurs étrangers20.

  • 21  La loi du 19 novembre 1818 interdit de cumuler plusieurs salaires pour les employés publics.

14Enfin, pour convaincre les personnes instruites de consacrer un peu de leur temps à l’enseignement, il était possible de concilier cette carrière avec d’autres activités ce qui était assez rare car très tôt des incompatibilités de rémunérations publiques furent établies par les lois chiliennes21. Une autre possibilité, encouragée dans les lieux fortement urbanisés, était d’établir des écoles par alternance qui permettaient aux enseignants de diffuser plus largement leur savoir mais aussi d’augmenter leur faible rémunération. Car, même si le Règlement de 1813 soulignait:

Estos individuos por la importancia de su ministerio, y por el servicio que hacen a la Patria deben ser mirados con toda consideración y honor (…); quedan exentos de todo servicio militar y cargas concejiles, y el Gobierno les tendrá presentes para dispensarles una particular protección,

15cela n’allait pas jusqu’à leur offrir un salaire décent.

  • 22  Jusqu’en 1854, le nombre d’écoles primaires privées fut supérieur à celui des écoles publiques. La (...)

16Malgré les déclarations d’intention, l’Etat chilien encadra fortement l’enseignement primaire- création de commissions de contrôle et d’inspection et d’un poste de Protecteur en 1868, mais participa peu à son financement effectif22. La contribution financière se limita souvent à l’octroi de terrains ou de locaux ou à une exemption du paiement de certains impôts.

  • 23  Les élèves inscrits à l’école primaires passèrent de 23.156 en 1853 à 85.838 en 1876, ce qui repré (...)
  • 24  Les disparités sont évidentes entre les facultés en termes d’enseignants et d’étudiants. Ainsi, en (...)

17Par la mise en place de ces stratégies, le système éducatif chilien se développa au XIXe siècle23, à partir de l’institut National, vitrine de l’enseignement au Chili, d’où sortirent tous les présidents chiliens du XIXe siècle et un grand nombre de ceux du XXe siècle. D’autres lycées publics furent créés peu après à La Serena en 1821, Talca en 1827, Cauquenes en 1837, Concepción et San Felipe en 1838. L’Etat investit beaucoup plus directement dans l’enseignement secondaire et supérieur, à même de lui fournir des serviteurs. L’objectif était en outre de créer, à côté des programmes traditionnels qui formeraient des personnes aux compétences générales, des enseignements techniques nécessaires au développement du pays. La fondation, en 1842, de l’Université du Chili, agissant dans un premier temps en tant qu’Académie (Serrano, 1994) et de Superintendencia de educación, fut essentielle au développement des filières professionnelles24 et à l’harmonisation du système éducatif, la responsabilité de l’enseignement primaire incombant tout particulièrement à la Faculté de Lettres et de Sciences humaines.

La diffusion des valeurs nationales

  • 25  L’histoire du Chili faisait partie des enseignements importants dispensés à l’Ecole Normale.
  • 26  Historia general de la independencia de Chile de D. Barros Arana, Historia de la literatura coloni (...)

18A tous les niveaux de l’enseignement, une grande importance était accordée à la formation du citoyen par la mise en place d’une mythologie nationale25 et l’inculcation des valeurs républicaines. L’Université du Chili joua dans ce domaine un rôle fondamental de chilénisation. Le décret de création recommandait en effet “se dará (…) una atención especial a la lengua, literatura nacional, historia y estadística de Chile” pour les Lettres et Sciences humaines, “dedicará la Facultad una atención particular a la geografía e historia natural de Chile y a la construcción de todos los edificios y obras públicas (…)” pour la Faculté de Sciences, “se dedicará especialmente a la redacción y revisión de los trabajos que se le encarguen por el Supremo Gobierno” pour la Faculté de Droit, “se dedicará especialmente al estudio de las enfermedades endémicas” pour la Faculté de médecine. Des concours étaient lancés chaque année sur des sujets nationaux et donnèrent lieu à des publications dans les Annales de l’Université.26

  • 27  Voir aussi la loi de 1879 sur l’enseignement secondaire.

19L’Université était conçue comme un vivier de spécialistes dont la fonction était de créer les sciences et l’histoire du Chili mais aussi de fournir un conseil et une aide au gouvernement. En ce sens, l’Université du Chili ne fut pas au XIXème siècle un véritable établissement d’enseignement. Elle avait par contre un rôle essentiel dans le contrôle du systeme éducatif et attestait de l’obtention de compétences27 car l’article 17 précisait: “sin el grado de licenciado, conferido por la Universidad, no se podrá ejercer ninguna profesión científica, ni después de cinco años de la promulgación de la presente ley, obtener cátedra en el Instituto nacional”. Ce fut en effet dans les carrières de l’enseignement que les concours apparurent en premier (1842) et que furent définis et appliqués des critères de compétences précis.

  • 28  En 1878, il y avait 830 enseignants du premier degré dans les écoles publiques (Amunátegui, 1898 ( (...)

20Les efforts éducatifs ne furent pas vains car ils aboutirent à l’apparition d’une classe moyenne, composée des personnes instruites et du corps enseignant28, des personnes généralement acquises aux valeurs d’efforts et de progrès qui sous-tendait le projet national chilien. Ce capital humain récemment créé fut naturellement reversé dans les institutions étatiques ou/et dans l’industrie nationale ou le commerce, participant activement, à plusieurs niveaux, au développement du pays.

La création d’une bureaucratie

21Au moment de l’Indépendance, les personnes instruites, peu nombreuses, furent généralement amenées à jouer un rôle public. Ces personnes, par les caractéristiques mêmes de la société chilienne, appartenaient toutes à l’élite économique, la seule à pouvoir éduquer ses enfants, en les envoyant dans d’autres universités américaines, comme l’Université San Marcos de Lima, ou en Europe. Autre conséquence de ces formations, la fonction publique était uniquement composée de personnes ayant suivi des études de droit, sans compétences véritables dans des domaines techniques.

22Cependant, à partir de 1830, une nouvelle politique vit le jour et se substitua à la politique de crise jusque-là adoptée (Jammet, 2008). Ce fut dans le domaine de la bureaucratie que les efforts de rationalisation furent les plus importants et que l’arrivée de personnel issu des classes moyennes fut la plus évidente. Les mesures prises par le ministre Diego Portales en matière de moralisation et de transparence donnèrent le ton des réformes à venir. La notion de “société civile” apparut de manière détournée par l’idée que les fonctionnaires devaient répondre de toute accusation qui leur serait faite par lettre ou voie de presse et par le vote chaque année du budget de l’Etat, un Etat qui devait donc rendre des comptes.

Le développement des institutions centrales

  • 29  Article 9 de la constitution de 1823: “La defensa de la Patria, la administración pública y la ins (...)
  • 30  L’ordonnance des douanes du 24 décembre 1872 établissait 15 puertos mayores sur tout le territoire (...)

23La création d’une bureaucratie fut un projet prioritaire29 pour les dirigeants chiliens. Les premières lois concernant l’organisation de la fonction publique touchèrent les finances de l’Etat. La loi du 20 novembre 1828 créait ainsi la Inspección general de Cuentas à laquelle les établissements du Trésor public devaient chaque semestre adresser leurs comptes. De même, plusieurs lois et décrets organisèrent rapidement les douanes, fixèrent les droits d’importation et d’exportation et établirent de nouveaux impôts. Le nombre des fonctionnaires attachés à ces services était le plus élevé de la fonction publique, il était bien plus important que dans les instances de l’Exécutif. Des fonctions nouvelles furent également créées en particulier dans les services douaniers et du Trésor public en raison de la multiplication du nombre de douanes30 et de bureaux du Trésor sur l’ensemble du territoire. Le budget du ministère des Finances devint plus important dans le courant du XIXe siècle. Il représenta entre 25% et 48% du budget total de l’Etat ce qui peut s’expliquer en grande partie par le nombre de fonctionnaires dont il disposait. La loi du 22 décembre 1875, qui réorganisait les départements dépendant du Ministère des finances, établissait cinq départements centraux: Cour des Comptes (24 personnes), Direction de la comptabilité nationale (13 personnes), Direction du Trésor et de la monnaie (13 personnes), Direction des Impôts et du Crédit public, Direction des Douanes (dont dépendaient 600 personnes), auxquelles il fallait ajouter les trésoreries de provinces.

La définition de critères de compétence

  • 31  7 au Ministère des Relations extérieures, 11 au Ministère de l’Intérieur, 8 au Ministère de la jus (...)

24Par ailleurs, la loi du 4 octobre 1834 fut la première à donner des précisions sur les carrières et le statut des fonctionnaires des organes centraux car elle fournit l’organigramme et les salaires du personnel du Congrès. Peu après, la loi du 1er février 1837 établit quatre Ministères, en précisa les attributions, définit les emplois proposés du conseiller ministériel eu portier tandis que la loi du 15 février de la même année établissait des critères de compétences. Ainsi, les cadres administratifs des ministères devaient maîtriser impérativement la grammaire et l’orthographe castillanes, la constitution de l’Etat et au moins une langue européenne. Pour le Ministère de la justice, des connaissances en droit et en langue latine étaient également requises. Pour le ministère des finances, il fallait en outre posséder des connaissances en arithmétiques, comptabilité et connaître les règlements fiscaux. Il est précisé: “Las aptitudes (…) se comprobarán por los boletos de exámenes y aprobaciones que deben haber obtenido del Rector del Instituto Científico de Santiago”, autre nom de l’Institut national. En outre, il fallait passer un examen supplémentaire devant une commission ad hoc. Cependant, les personnes déjà en poste, même si elles ne possédaient pas les compétences requises, gardaient leur emploi. Les critères établis donnaient néanmoins un cadre réglementaire aux carrières dans les ministères. La loi qui établit les nouveaux salaires des personnels des ministères, votée le 29 juillet 1853 définit une hiérarchie officielle : oficiales mayores, jefes de sección, oficiales de número et auxiliares. Les fonctions de chaque catégorie furent précisées pour chaque ministère. L’ensemble du personnel bureaucratique des ministères était cependant faible car il ne représentait qu’une cinquantaine de personnes31.

  • 32  20 novembre 1838. En effet, les personnes possédant le titre d’ingénieurs étaient peu nombreuses a (...)
  • 33  La politique hygiéniste aboutit à la création d’une police sanitaire à la fin du XIXe siècle.

25Des institutions nouvelles furent également créées, comme la Direction des Travaux publics, mais eurent des difficultés à trouver le personnel compétent. Le décret de création de 1838 précisait en effet  comme unique et vague critère qu’il fallait avoir de “bonnes connaissances en architecture” et reconnaissait: “se necesita emplear conocimientos profesionales que en el día poseen pocas personas en nuestro país”32. La loi du 17 décembre 1842 établissant les services des travaux publics constitua une des premières lois organisant l’Etat en province. La politique d’uniformisation urbaine33 mise en place par les gouvernements chiliens après 1875 et le développement des moyens de communications, télégraphes et chemins de fer, rendirent nécessaire la création de nombreux postes dans ce domaine et aboutit, en 1887, à la création d’un Ministère des travaux publics.

  • 34  D’autres organismes spécifiques furent créés, en particulier dans le domaine des postes.

26En outre, un Bureau central des statistiques34, antenne du Ministère de l’Intérieur, avait été fondé par la loi du 17 septembre 1847 dans le but de connaître le pays et d’en recenser la population (sexe, origine, race, âge, nombre, activité), les données physiques et les statistiques du commerce extérieur, l’état et le nombre des établissements éducatifs et religieux. En 1852, un recensement général de la population chilienne fut décrété mais difficilement réalisé en raison du manque de personnel et des réticences de la population. Cette tentative pour quantifier, évaluer la population et les richesses participe du processus de rationalisation mis en place par les gouvernements chiliens à partir de 1830 comme les efforts consentis dans le contrôle des fonctionnaires et qui contribuèrent à accroître la bureaucratie centrale par la création de nombreux postes d’inspecteurs.

Le déploiement institutionnel en province

  • 35  La république était divisée en provinces avec l’Intendente, départements avec le gouverneur, la so (...)
  • 36  Pour l’Intendente, la seule précision était qu’il devait “gozar de buen concepto en el público con (...)

27Après l’organisation des organes centraux, l’Etat poursuivit son déploiement en province. La loi du 10 janvier 1844 sur le régime intérieur est capitale car elle établit l’organisation de l’Etat au niveau national35. On peut se rendre compte que si l’Etat définit des compétences pour les employés de niveau moyen ou subalterne de la fonction publique, les hauts fonctionnaires échappaient à ces règles et leur nomination était avant tout le fait du maître36. Le nombre de provinces (Jammet, 2008) et de départements augmenta régulièrement au cours du XIXe siècle ce qui contribua à accroître, de fait, le nombre d’employés de la fonction publique en province. La loi du 8 novembre 1854 sur les Municipalités établit le nombre de fonctionnaires selon le nombre d’habitants. Les lois établissant le registre civil, de 1884, rendirent également nécessaire la présence d’un plus grand nombre de fonctionnaires au niveau local.

28Par ailleurs, la loi du 15 septembre 1883, répondant à la loi du 28 novembre 1860 qui établit le règlement et le personnel des consulats, organisa les services diplomatiques du Chili, dont le nombre d’ambassades avait aussi considérablement augmenté depuis l’indépendance. Les affaires de politiques étrangères avaient été dissociées du Ministère de l’Intérieur à partir de 1873 et formé un nouveau ministère.

Augmentation de la masse salariale et financement

  • 37  Le droit à la retraite des militaires et des fonctionnaires ainsi que le droit aux congés maladies (...)

29Les budgets prévisionnels de l’Etat rendent compte de l’augmentation de la masse salariale et fait apparaître de grands écarts entre les ministères, ceux de l’Intérieur et des Finances étant de loin les plus dispendieux. On peut d’ailleurs remarquer l’augmentation constante du nombre d’impôts, au niveau local (péages municipaux, licences professionnelles) et national (impôts sur les revenus), à partir de 1863. Cependant, ces derniers ne suffirent pas et à partir de 1870, l’Etat chilien eut de plus en plus souvent recours à des emprunts pour couvrir ses frais de fonctionnement37 et financer sa politique de grands travaux. Par ailleurs, on remarque que des suppléments réguliers furent alloués à partir de 1866 aux différents ministères ce qui contribua à creuser le déficit public.

30Ainsi, on peut voir que dans le courant du XIXe siècle, le nombre des fonctionnaires s’est considérablement accru du fait de la création permanente de nouvelles structures de pouvoir et de contrôle mais aussi du déploiement en province des institutions. Par ailleurs, des critères de compétences furent de plus en plus présents pour le recrutement des fonctionnaires et l’idée du concours fit timidement son apparition à partir de 1842. Les efforts éducatifs de l’Etat chilien couplés aux mesures de rationalisation de la fonction publique contribuèrent ainsi à faire apparaître dans la sphère publique et politique de nouveaux acteurs qui n’étaient pas tous issus des élites traditionnelles. Dans la plupart des corps de l’Etat, le système ancien basé sur l’expérience et le nouveau basé sur les diplômes se juxtaposèrent pendant tout le XIXe siècle. Un secteur public composé de représentants des classes moyennes se développa au même rythme que les institutions. Enfin, le système éducatif qui mettait l’accent sur l’idée de progrès alla dans le même sens que la croissance de nouvelles élites issues de l’industrie des mines, du commerce et de la finance, souvent d’origine étrangère, mais qui trouvèrent au Chili un projet qui les intégra parfaitement.

Top of page

Bibliography

AMUNATEGUI, Miguel Luis, Estudios sobre instrucción pública, Santiago de Chile, Imprenta Nacional, 1897, T. I, 400 p.

------------------, Estudios sobre instrucción pública, Santiago de Chile, Imprenta Nacional, 1898 (a), T. II, 420 p.

------------------, Estudios sobre instrucción pública, Santiago de Chile, Imprenta Nacional, T. III, 1898 (b), 448 p.

------------------,Vida de don Andrés Bello, Santiago de Chile, Imprenta P. Ramírez, 1882, 672 p.

------------------, VICTOR, Gregorio, De la Instruccion primaria en Chile, lo que es, lo que deberia ser, Santiago de Chile, El Ferrocarrril, 1856, 391 p.

ANGUITA, Ricardo, Leyes promulgadas en Chile: desde 1810 hasta el 1o. de junio de 1912, Santiago de Chile, Editorial Barcelona, T. I et II, 1912-1918.

BARROS ARANA, Diego, Un decenio de la historia de Chile, Santiago de Chile, Imprenta universitaria, T. I, 1905, T. II, 1906.

BRAVO LIRA, Bernardino, “Pueblo y representación en la historia de Chile”, en Revista chilena del derecho, Santiago de Chile, Vol. 17, n° 1, 1990, pp. 7-22.

JAMMET, Nathalie, “Pouvoirs et légitimité des figures de l’Etat au Chili de 1810 à 1861”, dans Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, n°15, 2008, pp. 139-161.

LABARCA, Amanda, Historia de la enseñanza en Chile, Santiago de Chile, Imprenta Universitaria, 1939, 399 p.

SERRANO, Sol, Universidad y Nación, Santiago de Chile, Imprenta Universitaria, 1994, 276 p.

Top of page

Notes

1  Titre III.

2  Titre VIII, De la educación pública.

3  Aurora de Chile, expression qui apparait dans de nombreux articles.

4  Titre XXII, articles 254-255.

5  Titre XXII, article 257.

6  Chapitre XI, article 153.

7  Jusqu’en 1837.

8  La question des examens fit l’objet de multiples conflits antre l’Etat chilien et les autorités religieuses au cours du XIXe siècle et culmina en 1872.

9  Cela alla jusqu’à une volonté d’uniformisation des textes scolaires. En effet, une circulaire du 20 février 1865 recommandait l’utilisation dans tous les lycées des livres choisis par l’Institut National.

10  Jusqu’en 1854, le nombre d’écoles primaires privées fut supérieur à celui des écoles publiques. La tendance s’inversa par la suite et en 1876, il y avait 510 écoles privées pour 821 écoles publiques.

11  Décret du 6 décembre 1828. Les bourses furent accordées avec une plus grande parcimonie au Colegio où était éduquée la jeunesse conservatrice.

12  Ces deux lycées contribuèrent aussi à faire évoluer les mentalités, les élites étant jusqu’alors habituées à instruire leurs enfants à domicile ou dans des établissements religieux.

13  “(…) y se recuerda también la valiente protesta de don Andrés Bello desde las columnas del periódico oficial, contra un fallo que parecía dirigido a infamar la noble carrera del preceptorado”, (Barros Arana, 1913: 269).

14  Aussi appelé “monitorial”.

15  Le Budget de 1845 prévoit ainsi la dépense de 3500 pesos pour subventionner trois personnes en formation en France. Cela représentait un coût important équivalent à 70% du budget alloué à l’Ecole Normale, 10% de celui de l’Institut National.“Desde mucho tiempo atrás, el gobierno de Chile ha seguido la práctica de costear en todo o parte el viaje a Europa de ciertos jóvenes y su residencia en algún país adelantado, a fin de perfeccionar sus conocimientos artísticos, literarios o científicos o de que se dediquen al estudio de un ramo especial” (Amunátegui, 1897 : 387).

16  Décret du 22 janvier 1864.

17  Règlement constitutionnel de 1812. Idée reprise dans d’autres constitutions. Beaucoup d’enseignants ou de scientifiques étrangers reçurent par grâce spéciale la nationalité chilienne.

18  Contrat signé à Paris le 11 avril 1828.

19  J. A. Portès, Claude Gay, J. Coupelon, C. Clochard, H. Beauchemin, H. Masson, A. Seghers, J. Gellinet.

20  J. Pasamán, L. Sazie, W. Blest.

21  La loi du 19 novembre 1818 interdit de cumuler plusieurs salaires pour les employés publics.

22  Jusqu’en 1854, le nombre d’écoles primaires privées fut supérieur à celui des écoles publiques. La tendance s’inverse par la suite et en 1876, il y avait 510 écoles privées pour 821 écoles publiques (Amunátegui, 1898 (a) : 103) et (Amunátegui, 1856 : 340).

23  Les élèves inscrits à l’école primaires passèrent de 23.156 en 1853 à 85.838 en 1876, ce qui représente une forte croissance. Bien entendu, les inscriptions ne correspondaient que partiellement à la réalité car l’absentéisme était important. En 1878, 2.332 élèves étaient inscrits dans les lycées publics de province et 1456 à l’Institut National à Santiago, ce qui correspond à trois fois le nombre d’élèves inscrits en 1853 (Amunátegui, 1898 (b), 295, 324). En 1978, 943 étudiants étaient inscrits à la section universitaire de l’Institut National. Ils n’étaient que 139 en 1853 (Ibid : 342). Jusqu’en 1854, le nombre d’écoles primaires privées fut supérieur à celui des écoles publiques. La tendance s’inverse par la suite et en 1876, il y avait 510 écoles privées pour 821 écoles publiques.

24  Les disparités sont évidentes entre les facultés en termes d’enseignants et d’étudiants. Ainsi, en 1877, on recensait 78 étudiants en Sciences, 358 en Médecine et 413 en Droit (Amunátegui, 1998 (a) : 197).

25  L’histoire du Chili faisait partie des enseignements importants dispensés à l’Ecole Normale.

26  Historia general de la independencia de Chile de D. Barros Arana, Historia de la literatura colonial en Chile de J. Toribio Medina, De la vacunación en Chile, de D. Opazo Silva. Les Annales publiaient les travaux des lauréats des concours et les discours prononcés par les nouveaux professeurs lors de leur prise de fonction. L’Université produisit aussi beaucoup de livres scolaires qui, peu à peu, remplacèrent les livres importés et traduits. M.L. Amunategui remarquait que l’Université avait largement rempli les fonctions qui lui avaient été assignées (Amunátegui, 1882 : 490).

27  Voir aussi la loi de 1879 sur l’enseignement secondaire.

28  En 1878, il y avait 830 enseignants du premier degré dans les écoles publiques (Amunátegui, 1898 (b) : 195).

29  Article 9 de la constitution de 1823: “La defensa de la Patria, la administración pública y la instrucción de los ciudadanos son gastos esencialmente nacionales, las legislaturas sólo proveerán otros cubiertos éstos”.

30  L’ordonnance des douanes du 24 décembre 1872 établissait 15 puertos mayores sur tout le territoire ce qui signifiait autant de douanes.

31  7 au Ministère des Relations extérieures, 11 au Ministère de l’Intérieur, 8 au Ministère de la justice, du culte et de l’instruction publique, 8 au Ministère des finances, 11 au Ministère de la guerre et de la marine (1853).

32  20 novembre 1838. En effet, les personnes possédant le titre d’ingénieurs étaient peu nombreuses au Chili. En 1878, Amunátegui rapportait que seulement quatre diplômes d’Ingénieurs des mines avaient été délivrés, trois de Géographes et deux d’Ingénieur civil. La filière des sciences se développa difficilement car les cours y était dispensés sans assiduité en raison du manque d’enseignants, ceux qui étaient présents au Chili étant souvent employés à d’autres tâche à la demande du gouvernement, et par le manque de prestige de cette filière.

33  La politique hygiéniste aboutit à la création d’une police sanitaire à la fin du XIXe siècle.

34  D’autres organismes spécifiques furent créés, en particulier dans le domaine des postes.

35  La république était divisée en provinces avec l’Intendente, départements avec le gouverneur, la sous-délégation avec le sous-délégué et le district avec l’inspecteur.

36  Pour l’Intendente, la seule précision était qu’il devait “gozar de buen concepto en el público con respecto a las necesarias aptitudes y probidad”.

37  Le droit à la retraite des militaires et des fonctionnaires ainsi que le droit aux congés maladies furent reconnus par l’Etat chilien au XIXe siècle.

Top of page

References

Electronic reference

Nathalie Jammet, « La constitution d’une élite républicaine au Chili : un engagement au service de l’Etat », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [Online], 19 | 2010, Online since 31 December 2010, connection on 22 October 2017. URL : http://alhim.revues.org/3449

Top of page

About the author

Nathalie Jammet

Université de Nantes
Maître de conférences à l’Université de Nantes, membre à titre principal du C.R.I.I.A. (G.R.E.C.U.N.), Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Nathalie.jammet@yahoo.fr.

By this author

Top of page

Copyright

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Top of page
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org