Navegación – Mapa del sitio

Commémoration de l’indépendance et unité nationale en Amérique latine

Le centenaire de l’indépendance vu depuis les régions: une perspective comparée Mexique/Pérou (1910-1921)
Guillemette Martin

Resúmenes

Abondamment étudié par les historiens, le centenaire de l’indépendance a essentiellement fait l’objet d’analyses à partir de ses commémorations dans la capitale, perspective qui témoigne autant qu’elle reproduit le fort centralisme exercé par cette dernière sur le reste du pays. Or si l’on peut considérer la commémoration du centenaire de l’indépendance comme un moment clé de la construction des imaginaires nationaux, c’est aussi un moment de forte centralisation de ce processus par la capitale, et de ce fait un moment qui cristallise une série de tensions entre cette même capitale centralisatrice et le reste du pays. L’ambition du travail proposé ici est d’offrir une analyse “ provinciale ” de la commémoration du centenaire de l’indépendance à partir de l’étude de cet évènement historique dans la presse des deux villes “ secondes ” du Mexique et du Pérou, à savoir respectivement Guadalajara et Arequipa. Cette perspective doit nous permettre, en confrontant le discours des élites des villes secondaires à celui émis par le centre, de comprendre les tensions et enjeux que revêtent ces commémorations, et ainsi plus largement de réinterroger le processus de construction nationale en Amérique latine.

Inicio de página

Texto completo

1À l’articulation entre le siècle des indépendances et celui de leur bicentenaire, la commémoration du centenaire de la libération nationale constitue pour chaque pays latino-américain une étape essentielle de son histoire, en tant qu’elle voit se mettre en place de façon durable une série d’éléments composant le discours sur l’identité nationale. Abondamment étudié par les historiens, le centenaire de l’indépendance a cependant essentiellement fait l’objet d’analyses à partir de ses commémorations dans la capitale, perspective qui témoigne autant qu’elle reproduit le fort centralisme exercé par cette dernière sur le reste du pays.

2Les travaux qui s’intéressent à la commémoration du centenaire de l’indépendance dans les provinces sont en effet rares, pour ne pas dire inexistants, dans l’idée que la commémoration du centenaire hors de la capitale ne ferait que copier, à plus petite échelle, ce qui se passe dans le centre du pays, et représenterait pour cette raison peu d’intérêt pour l’historien. Or si l’on peut considérer la commémoration du centenaire de l’indépendance comme une étape clé de la construction des imaginaires nationaux, c’est aussi une période de forte centralisation de ce processus de construction par la capitale, période qui cristallise de ce fait une série de tensions entre cette même capitale centralisatrice et le reste du pays. L’étude de la commémoration du centenaire dans des régions soumises au discours uniformisant de la capitale, nous renseigne alors efficacement sur la façon dont les élites de province pensent leur intégration au reste de la nation et le rôle qu’elles sont amenées à y jouer.

  • 1  Cette problématique de la ville secondaire est au cœur de la thèse de doctorat dans laquelle s’ins (...)

3L’ambition du travail proposé ici est donc d’offrir une analyse “ régionale ” de la commémoration du centenaire de l’indépendance à partir de l’étude de cet évènement historique dans la presse des deux villes “ secondes ” du Mexique et du Pérou, à savoir respectivement Guadalajara et Arequipa. Par “ secondes ”, on entend non seulement la place de second, juste derrière la capitale, de Guadalajara et d’Arequipa en termes démographiques et économiques, mais également, et plus encore, l’intériorisation de ce sentiment d’être “ second ”, qui implique un refus de la soumission au discours centralisateur de la capitale, et la revendication d’un rôle plus important au niveau national1.

4Cette perspective doit nous permettre, en confrontant le discours des élites des villes secondaires à celui émis par le centre, de comprendre les tensions et enjeux que revêtent ces commémorations en ce qui concerne les relations entre la capitale et le reste du pays, et plus largement de réinterroger le processus de construction nationale en Amérique latine à la lumière de ce changement d’échelle.

La ville seconde, un relai efficace de la capitale dans la diffusion du discours national

  • 2  L’historien mexicain Javier Garciadiego nous explique ainsi que “los festejos del centenario eran (...)

5Une lecture rapide de la presse locale d’Arequipa et de Guadalajara permet d’effectuer une première série d’observations, assez logiques, étant donné le contexte de forte centralisation des deux pays au moment où se déroulent ces commémorations. Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici que pour le Mexique en 1910, comme pour le Pérou en 1921, la commémoration de l’indépendance, représente l’occasion de donner à voir une nation forte, moderne et unifiée, aussi bien aux yeux de l’étranger qu’à ceux de la propre population nationale. De façon plus spécifique: au Mexique, le centenaire de l’indépendance est clairement instrumentalisé par le pouvoir déclinant de Porfirio Díaz pour diffuser l’image d’une nation forte et pacifiée, alors même que le pays est au bord d’une des plus grandes révolutions du XXe siècle2.

  • 3  Pour une description détaillée des grandes évolutions que connaît cette période, voir l’ouvrage de (...)

6Pour le Pérou, l’année 1921 marque les débuts de la Patria Nueva avec l’affirmation du pouvoir de Leguía, qui représente une période de modernisation de l’Etat, et en ce sens un moment de redéfinition du discours national3. Ainsi, logiquement, la presse des deux villes étudiées se fait l’écho de ces ambitions du pouvoir central au travers de la commémoration, les autorités et intellectuels locaux assurant alors un relai efficace du discours modernisateur et unificateur émis par le centre.

Des préparatifs aux festivités proprement dites: la province, spectatrice de la capitale

7De façon classique, les intellectuels locaux de Guadalajara et d’Arequipa, à travers la presse, se font le relais de ce qui se passe dans la capitale, donnant à voir au lecteur provincial le faste des festivités qui s’y déroulent et relatant avec un luxe de détails l’organisation des divers travaux réalisés dans les capitales à cette occasion. Sans dresser ici une liste des différents articles sur la question, notons simplement qu’à Arequipa comme à Guadalajara, les journaux rapportent la construction puis l’inauguration de monuments commémoratifs, les nombreux banquets organisés par le gouvernement avant et pendant la commémoration, les manifestations mises en place par les diverses associations de la capitale.

  • 4  Un exemple parmi beaucoup d’autres: “Una de las obras destinadas a dar mayor brillo a las fiestas (...)
  • 5  “La Gran manifestación patriótica”, La Gaceta de Guadalajara, 18 septembre 1910, p. 2.
  • 6  “Los cálculos más aproximados que se han hecho acerca de la iluminación de la ciudad de México, in (...)

8Sur ce sujet Guadalajara semble accorder une place beaucoup plus importante aux festivités ayant lieu à Mexico, que ne le fait Arequipa pour Lima: la presse jalisciense consacre ainsi un très grand nombre d’articles aux travaux réalisés dans la capitale4, à l’organisation des manifestations patriotiques à Mexico5, ainsi qu’à l’illumination de la ville à cette occasion6.

9 Cette importance accordée par la presse de Guadalajara aux festivités se déroulant à Mexico reflète le projet porfirien de faire de cette commémoration l’occasion d’une mise en scène d’un pouvoir fort et incontesté, dans une capitale moderne, lumineuse. Le traitement moins important qui est fait des festivités de Lima dans la presse d’Arequipa se voit expliqué par un certain manque d’intérêt des élites d’Arequipa pour ce qui se passe dans la capitale, témoignant alors d’un certain détachement de la province par rapport à Lima.Parmi les nombreux articles sur la commémoration du centenaire publiés par les journaux locaux, les réceptions organisées par le pouvoir central pour accueillir les délégations étrangères venues assister aux festivités font l’objet d’un intérêt tout particulier.

10Rappelons que les gouvernements tant péruvien que mexicain comptent faire de ces commémorations non seulement des évènements nationaux, mais également internationaux; la présence des grandes puissances à cette occasion venant en quelque sorte valider cette entrée dans la modernité politique des jeunes nations.

  • 7  “El Señor Presidente Díaz establece la predecedencia oficial” et “Mas extranjeros notables”, El Co (...)
  • 8  “Llegada de Polavieja”, El Correo de Jalisco, 7 septembre 1910, n° 58, p. 1. Notons que la délégat (...)

11Le 6 septembre 1910, Le Correo de Jalisco publie ainsi en première page deux articles sur l’arrivée des délégations étrangères au Mexique, ainsi qu’un article expliquant le protocole mis en place par l’équipe de P. Díaz pour l’accueil de ces mêmes délégations7, tandis que le lendemain ce même journal fait sa une sur l’arrivée de la délégation espagnole8. Notons que Guadalajara, si elle se fait le témoin de l’arrivée de ces délégations dans la capitale du pays, reste néanmoins totalement en dehors de l’évènement.

  • 9  “La gran manifestación de ayer”, El Pueblo, 19 juillet 1921, p. 1.

12La presse d’Arequipa accorde de la même façon une grande importance à la venue des délégations étrangères à Lima, mais à la différence de Guadalajara, elle compte y prendre part. Le 18 juillet 1921 arrivent à Arequipa la délégation bolivienne et des représentants argentins, qui font escale dans la Ville Blanche avant de se rendre à Lima, évènement abondamment relayé par la presse: le 19 juillet 1921, le journal El Pueblo consacre ainsi un long article à la venue de ces délégations, relatant la “ cálida y grandiosa manifestación de simpatía y de afecto [que] tributó ayer el pueblo de Arequipa, a la embajada boliviana, a los distinguidos personajes argentinos […] especialmente invitados por nuestro gobierno a las fiestas del Centenario Nacional que van a celebrarse en Lima ”9.

13Toute la haute société d’Arequipa se réunit pour l’occasion, conviant les membres de ces délégations étrangères à un grand banquet organisé par le “ Concejo Provincial ”, qui anticipe les festivités qui auront lieu à Lima la semaine suivante, convertissant de ce fait Arequipa, en une sorte de “ capitale avant la capitale ”.

Des commémorations régionales orchestrées depuis le centre ?

  • 10  “La Comisión Nacional del Centenario de la Independencia”, La Gaceta de Guadalajara, 2 juin 1907, (...)

14L’organisation des festivités à Arequipa et à Guadalajara, très différente d’une ville à l’autre, nous renseigne également efficacement sur le rapport qu’entretiennent alors les élites de chaque ville avec le pouvoir central. Preuve du centralisme qui gouverne le Mexique au moment de la commémoration du centenaire de son indépendance, et de façon caractéristique du système porfirien, la commission chargée de mettre en place les festivités dans le Jalisco s’organise sur le même modèle que celle de la capitale, et naît d’une initiative venue du centre : une révision rapide de la presse de Guadalajara au cours des 5 années qui précèdent la commémoration proprement dite atteste cette mise en place très anticipée des dites “ comisiones centrales ” dans les Etats formant la république mexicaine : le 2 juin 1907, La Gaceta de Guadalajara publie ainsi les déclarations officielles de la “ Comisión nacional del Centenario de la Independencia ”, qui fixe les rapports “ hiérarchiques ” entre la commission nationale, celles des Etats, puis des districts et enfin les commissions municipales10.

  • 11  “Desde México”, La Gaceta de Guadalajara, 9 février 1908, p. 5.
  • 12  “Los proyectos de la delegación jalisciense para el centenario”, La Gaceta de Guadalajara, 9 mai 1 (...)

15De même, le 9 février 1908, La Gaceta de Guadalajara informe ses lecteurs que “ para fines de febrero actual estarán formadas y funcionando con actividad todas las Comisiones y Subcomisiones del país ”11.La presse locale fait alors part régulièrement de l’avancée de l’organisation des festivités du centenaire par la “ Delegación Jalisciense para el Centenario”12. Cette mise en place de délégations dans les différents états du pays illustre de façon très claire le projet de P. Díaz, de contrôler l’ensemble des manifestations patriotiques, suivant un schéma pensé par son gouvernement.

  • 13  “[…] en cuanto a los proyectos que se presentaron en los primeros días, ninguno ha sido acordado y (...)

16Notons cependant que dans le cas de Guadalajara et de la Delegación Jaliscience del Centenario, l’organisation des festivités se voit perturbée par des mésententes au sein de la commission qui, plus qu’anecdotiques, témoignent de ce sentiment régulièrement exprimé par les journalistes locaux, que Guadalajara ne parvient que difficilement à se hisser à la “ hauteur ” de la capitale. Si en mai 1909, La Gaceta de Guadalajara n’évoque qu’un léger retard dans la mise en place du programme de festivités13, ce commentaire laisse place à une véritable impatience au mois d’août de l’année suivante: le journal La Libertad explique ainsi que

  • 14  “Otro número que fracasa”, La Libertad, 10 août 1910, p. 3.

Debido a no sabemos qué causas, pero sin duda no obedecen a actividad y buena voluntad de parte de algunos de los miembros que integran la Delegación Central Jalisciense, muchos números del programa han fracasado y de ellos ya hemos dado cuenta. Ahora se trata del paseo o concurso de bicicletas adornadas, que también fracasará, pues la Delegación, cómo sucedió con las carreras de bicicletas, no quiere votar la cantidad que se necesita para los premios […].14

  • 15  “En la edición de mañana publicaremos el programa completo de las fiestas que se realizaran en est (...)
  • 16  “Comité pro-centenario”, El Pueblo, 2 juillet 1921, n° 5652, p. 1.
  • 17  “Gran Lotería de la Beneficencia de Arequipa en celebración del Centenario nacional”, El Pueblo, 6 (...)
  • 18  “Se pone en conocimientos de los señores socios que el 15 del presente quedará cerrada indefectibl (...)

17L’organisation des festivités à Arequipa, à la différence de Guadalajara, se fait de façon beaucoup plus détachée de la capitale, en étant à la charge d’une commission municipale, dont les activités sont soumises à la validation du “ Concejo Provincial ”15. Ce “ Comité del Centenario ”, régulièrement invité à se réunir par la presse elle-même, est ainsi composé des “ instituciones locales ”16, qui organisent chacune une manifestation, une rencontre sportive, un concours artistique : la Sociedad de Beneficencia Pública de Arequipa  organise ainsi une grande loterie en l’honneur du centenaire17, le Club de Arequipa  prévoit un grand bal, censé commémorer à la fois les 50 ans de sa fondation et le centenaire de l’indépendance18. Cette mise en place des activités commémoratives par les différentes associations et clubs de la ville, nous renseigne sur l’organisation de la société locale, dont les élites se répartissent entre les différentes organisations sportives, culturelles et caritatives influentes dans la prise de décisions locales.

Du patriotisme national à l’enthousiasme régional 

  • 19  “Programa oficial de la celebración del primer centenario de la independencia en la Ciudad de Guad (...)
  • 20  “Programa […]”, El Pueblo, 15 juillet 1921, p. 1.

18La presse locale nous renseigne efficacement sur les festivités organisées dans chaque ville, en en publiant le programme détaillé, jour par jour : Le 12 août 1910, El Correo de Jalisco publie ainsi en première page le “ Programa Oficial de la celebración del primer Centenario de la Independencia en la ciudad de Guadalajara ”19, tandis que El Pueblo de Arequipa publie le 15 juillet 1921 le “ Programa de las fiestas acordadas por el Concejo Provincial con la concurrencia de algunas de algunas instituciones y sociedades locales en conmemoración del primer Centenario de la Independencia del Perú ”20.

  • 21  Pour avoir une idée des manifestations organisées à Mexico à l’occasion du centenaire de l’indépen (...)

19Sans entrer dans les détails de ces festivités, notons simplement que dans chacune des villes, celles-ci comprennent des inaugurations, des discours, des activités sportives et caritatives, des concours de beauté, des expositions agricoles et industrielles, des conférences scientifiques, et l’incontournable défilé de chars allégoriques, censé mettre en scène la nation, son histoire comme son brillant avenir. La commémoration du centenaire de l’indépendance en province se distingue finalement assez peu, dans les grandes lignes, de ce qui peut être organisé dans la capitale, et il n’y a pas non plus de différence notable à ce niveau entre Guadalajara et Arequipa21.

20Ce qui nous intéresse plus spécifiquement ici, ce sont donc surtout les discours et activités qui mettent à profit l’évènement national pour valoriser l’identité régionale et ses spécificités, instaurant alors une sorte de tension entre ce qui devrait être un discours patriotique national, et des intérêts régionalistes parfois à peine dissimulés.

Une mise en scène de la ville secondaire

  • 22  “Los comisarios de policía de esta capital, acatando ordenes impartidas por la intendencia, han no (...)
  • 23  El Regional, 28 août 1910, p. 1.

21Á Arequipa comme à Guadalajara l’accent est mis sur la propreté et la beauté de la ville, nécessaires à la diffusion d’une image positive à l’occasion du centenaire : à Arequipa, il est ainsi demandé aux propriétaires de maisons de repeindre leur façade22, de même qu’à Guadalajara, où l’on se préoccupe de ce que “ quienes vengan a pasar las fiestas del centenario a esta ciudad experimenten una buena impresión ”23.Une fois assuré ce théâtre “ respectable ” de la société locale, l’accent est alors mis sur la mise en scène de la modernité, et de la richesse tant économique qu’artistique et intellectuelle de la région.

  • 24  “La exposición agrícola jalisciense”, La Gaceta de Guadalajara, 20 juin 1909, p. 2.
  • 25  “El Congreso agrícola”, La Gaceta de Guadalajara, 5 septembre 1909, p. 11
  • 26  “Exposición agrícola, ganadera e industrial”, El Deber, 14 juin 1921, p. 2.

22Dans cette perspective sont ainsi organisées tant à Arequipa qu’à Guadalajara des Expositions Agricoles, destinées à présenter les productions de la région. Guadalajara voit se mettre en place un “ certamen de productos agrícolas de los cantones de los Estados de Jalisco”24 dont l’objectif n’est pas qu’économique, puisqu’il s’agit également de donner à voir des “ ejemplares de la fauna y la flora del Estado ”25.De la même façon à Arequipa, les “ industriales, agricultores y ganaderos ”sont conviés à participer à la “ exposición agrícola, ganadera e industrial”organisée à l’occasion du centenaire de l’Indépendance26.

23Si la démonstration du dynamisme et de la diversité de l’économie locale constitue un temps fort des activités organisées dans le cadre du centenaire, une grande importance est également accordée à la mise en valeur du savoir scientifique local, dans l’idée qu’il n’est pas en reste des évolutions intellectuelles nationales.

  • 27  “La conferencia de anoche”, El Regional, 3 septembre 1910.
  • 28  “La última conferencia”, El Regional, 15 septembre 1910.
  • 29  “Beses para el Concurso”, El Deber, 14 juin 1921, p. 3.

24Á Guadalajara est ainsi organisé un cycle de conférences “ científico-educativas ”sur des thèmes variés, comme l’importance de l’ingénierie27, ou encore la chimie et la physique28. Á Arequipa, c’est l’université del Gran Padre San Agustín qui, de façon traditionnelle pour la ville, joue le rôle de moteur intellectuel et culturel, en proposant un concours “ Histórico, sociológico y literario ”destiné à valoriser la production scientifique et littéraire de ses étudiants29.

  • 30  “Concurso y Exposición de Arte y Exhibición de antigüedades en homenaje al Centenario Nacional, or (...)
  • 31  “La Exposición de pinturas”, El Regional, 11 septembre 1910.

25De la même façon, les associations artistiques des deux villes profitent de l’occasion pour organiser expositions et concours, avec pour objectif une diffusion de la production artistique locale: le “ Centro Artístico de Arequipa ” organise ainsi un “ Concurso y exposición de Arte y exhibición de antiguedades en homenaje al Centenario Nacional ”,prenant en compte les œuvres les plus diverses, qu’elles soient picturales, sculpturales, architecturales ou encore photographiques30. La “ Sociedad Artística de Pintores Jaliscienses ” organise également son exposition, dans les locaux de l’école supérieure de jeunes filles31 .

  • 32  “Arequipa y la belleza de sus paisajes”, El Pueblo, 13 juillet 1921, p. 2.
  • 33  “Primoroso Álbum”, El Regional, 4 septembre 1910.

26Les élites locales profitent ainsi de la commémoration du centenaire de l’indépendance pour monter leur ville sous son meilleur jour, sur un mode qu’on pourrait qualifier de “folkloriste ”, en valorisant paysages typiques, traditions et histoire locales. L’exposition de photos organisée à Arequipa par le photographe Manuel Mancilla en est une excellente illustration, qui propose la “ serie [de photos] más hermosa que constituye la belleza del paisaje arequipeño, además, las antigüedades coloniales, las costumbres típicas y populares, la raza indígena, […] y tantas otras curiosidades que se verán en el catálogo de los cuadros”32.De la même façon, la “Escuela de Artes y de Oficio del Espíritu Santode Guadalajara édite un “álbum primoroso, que contiene cuarenta vistas de Guadalajara y sus alrededores”33,dans ce même objectif de valorisation du local.

27La liste des manifestations et activités organisées à l’occasion du centenaire dans un objectif de mise en valeur de la région pourrait être complétée, mais l’on se contentera de ces principaux exemples, qui nous permettent de noter qu’il existe peu de différences entre la valorisation du régional à Arequipa et à Guadalajara, malgré des contextes nationaux et régionaux très distincts et les dix années qui séparent les commémorations. Dans les deux villes, on observe ce même désir de mettre en valeur l’économie locale, de diffuser la production des artistes locaux, et de donner à voir au reste du pays la beauté de la ville et de ses alentours.

Tapatíos et Arequipeños, des héros de l’indépendance?

28Parmi les nombreux documents offerts à l’historien par la presse locale pour étudier la commémoration du centenaire de l’indépendance, occupent une place importante les “ numéros spéciaux ” publiés par les journaux locaux le jour même de la commémoration. Ces numéros méritent que l’on s’y attarde un moment, dans la mesure où ils reflètent la vision que les élites locales ont voulu donner de l’histoire de chaque ville, et plus largement de son rôle dans l’ “ Historia Patria ”, dans une perspective autant pédagogique que patriotique.

  • 34  Pour une analyse de cette révolte, présentée comme avant-coureur de l’indépendance nationale par l (...)

29Avant toute analyse approfondie du traitement historique qui est fait de l’indépendance dans ces numéros, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que ni Guadalajara ni Arequipa  n’ont joué de rôle majeur dans les luttes pour l’indépendance de leur pays respectif: en effet, si cette dernière est parfois présentée par les historiens locaux comme ayant été précurseur de l’indépendance avec sa fameuse “ révolte des pasquins ”34, en réalité “ la Arequipa de aquellos años se caracterizaba por su acentuado catolicismo y [que] la aristocracia se mostraba partidaria de la monarquía y de la Metrópoli. […]. Para estas clases y, particularmente, para el clero una actitud disonante con el fidelismo de la ciudad era muy peligrosa” (Neira Avendaño, 1990: 403).

  • 35  La Cultura, septembre 1910.

30Quant à Guadalajara qui, “ como otras ciudades del noroccidente mexicano no [fue] escenario principal de la guerra independentista y el impacto que tuvo fue menor que en otras partes ” (Olveda, 2008: 5).Cette absence de toute véritable implication de Guadalajara dans la lutte pour l’indépendance de la nation est particulièrement perceptible dans les numéros spéciaux. La revue Cultura de Guadalajara publie ainsi en septembre 191035 un numéro spécial Centenaire, dans lequel l’historien “ tapatío ”Luis Pérez Verdía présente un portrait de Guadalajara en 1810, de sa société et des différentes classes sociales qui la composaient alors… sans faire mention de la lutte pour l’indépendance, cependant.

  • 36  “El carro de la Reforma”, El Globo, 13 septembre 1910, p. 3.

31Il semblerait même que toute une frange de la population de Guadalajara, la frange catholique, s’oppose au message politique libéral véhiculé par le centenaire: lors des préparatifs des commémorations émerge en effet un débat virulent entre la presse catholique et la presse libérale sur la construction d’un “ char allégorique de la Reforma ”, pensé comme un hommage à Benito Juárez, et devant participer au défilé. D’un côté la presse catholique considère ce char comme “ immoral, voire obscène”,et engage les dames de la bonne société à signer une pétition pour l’interdire, tandis que la presse libérale considère l’opposition des catholiques comme de l’obscurantisme, indigne d’une ville comme Guadalajara : “ lo que pasa en Guadalajara en cuestión de intolerancia es ya insoportable, y vergüenza da que tales cosas sucedan en una capital que se precia de culta y progresista”36.La polémique autour de ce char est alors l’occasion pour les tapatíos de réévaluer leur patriotisme, et la définition qu’ils donnent à l’évènement, tout en révélant les tensions internes à la société locale.

32La presse d’Arequipa autorise une place à peine plus importante au rôle de la ville dans la lutte pour l’indépendance : les articles sur le rôle d’Arequipa dans la lutte pour l’indépendance restent peu nombreux, en comparaison avec ceux qui considèrent la nation dans son ensemble, et semblent même emprunts d’une ambigüité qui détonne étrangement avec la patriotisme ambiant: El Pueblo publie ainsi le 28 juillet 1921 un numéro intégralement consacré au centenaire, avec sur plusieurs pages un long article de l’intellectuel local Jorge Polar, dans lequel celui-ci, avec son habituel lyrisme, relate l’histoire d’Arequipa depuis la conquête, et son implication mitigée dans l’indépendance. Cet article oppose ainsi à l’enthousiasme de l’indépendance une conclusion nostalgique, qui nous renseigne finalement plus sur la façon dont les élites locales perçoivent le prétendu déclin d’Arequipa au moment du centenaire, que sur le rôle réel de la ville dans l’indépendance:

  • 37  El Pueblo, 28 juillet 1921, p. 2.

Perdió Arequipa su fisionomía española y aristocrática. Las clases sociales bien marcadas en la Colonia y en los primeros cincuenta año de la República, se han mezclado y se han confundido en los últimos años hasta tal punto que ya no se encuentra el límite. En aquellos tiempos sobrenadaban el linaje, el valor o el talento: hoy sobrenadan de modo absoluto el dinero o la audacia; y es natural que así suceda: faltando la solidaridad social […] tienen que imponerse el que pesa con la fuerza económica y el que ambiciona sin escrúpulos. Si, la evolución inevitable y lógica ha convertido en burguesa a la antigua ciudad señorial, a la noble dama española que tiene hoy apariencias de mestiza adinerada […]37.

33Cet extrait offre à l’analyse un condensé, non seulement de la façon dont les élites locales définissent l’identité de la ville, traditionnellement aristocratique et espagnole, de la nostalgie romantique qui imprègne invariablement les écrits de l’époque, mais également de ce sentiment que le centenaire marque l’entrée dans une nouvelle ère, dans laquelle Arequipa ne se reconnaît plus.

34Ce dernier article souligne ainsi de façon assez claire le fait qu’au-delà de l’implication sociale de la ville dans les fêtes commémoratives, ou encore de son rôle historique dans l’indépendance, le centenaire cristallise en réalité une série de tensions et d’enjeux régionaux rarement pris en compte dans les études sur le centenaire de l’indépendance, mais qui pourtant constituent sans doute le sens même de la commémoration pour Arequipa comme pour Guadalajara.

Des enjeux culturels de la commémoration aux tensions politiques

35S’il a été démontré que la commémoration du centenaire dans les villes secondaires, et plus largement dans le reste de ce que l’on peut appeler la “ province ”, par opposition à la capitale, relais et reproduit largement les schémas commémoratifs du centre, il n’en reste pas moins vrai que ces festivités patriotiques se voient investies d’une signification différente dans nos deux villes.

36A Guadalajara comme à Arequipa, la commémoration du centenaire de l’indépendance est certes l’occasion pour les élites locales de valoriser l’identité et l’histoire locales, mais plus encore de faire jouer une sorte de rapport de force avec la capitale, dans l’objectif de défendre des intérêts proprement locaux.

37La commémoration du patriotisme national nous permet alors paradoxalement de lire les tensions qui se font jour au sein de l’unité nationale postulée par le centre au même moment, de comprendre comment les élites locales, au travers de la presse, perçoivent leur place dans la nation.

38Notons que si Guadalajara et Arequipa mettent l’une comme l’autre à profit la commémoration du centenaire pour développer un discours aux tendances régionalistes, et défendre des intérêts qui leur sont propres, elles le font chacune sur des modes très différents, pour ne pas dire opposés.

Guadalajara ou le “ complexe ” de la ville secondaire : des tensions caractéristiques du système porfirien.

39La commémoration du centenaire de l’indépendance à Guadalajara cristallise de façon subtile un ensemble de sentiments régionaux qui manifestent ce que l’on pourrait appeler de façon il est vrai un peu caricaturale le “ complexe de la ville secondaire ”.

  • 38  Parmi de nombreux exemples, on peut citer l’article “Las últimas fiestas”  publié par El Correo de (...)
  • 39  “Los intelectuales Jaliscienses y las fiestas del Centenario”, La Libertad, 2 août 1910, n°1358, p (...)

40Si les articles mettant en avant le “ bon goût ” des habitants de Guadalajarasont nombreux à l’occasion de ce centenaire38, donnant à voir la distinction avec laquelle les tapatíos ont commémoré l’évènement, plus nombreux encore sont ceux qui déplorent dans le même temps le déclin culturel de la ville: le 2 août 1910, en plein préparatifs des festivités, le journal La Libertad consacre son éditorial à “ los Intelectuales jaliscienses y las fiestas del Centenario ”39, article qui mérite que l’on s’y attarde, dans la mesure où il synthétise avec clarté les principaux arguments de ce “ complexe ” de la ville secondaire.

41Après une longue introduction sur le faste des festivités prévues à Mexico, le journaliste s’interroge:

Bien, muy bien por la capital ! Pero sentimos oprimido el ánimo a reflexionar que fuera de ella no se ha hecho todo cuanto se podía hacer para solemnizar con grandeza de intelecto y esplendente brillo material la gloriosísima efeméride ¿Jalisco, famoso por su amor a las artes, a la estética, a lo bello, será vencido en esta contienda de gratitud y patriotismo por alguna de las otras entidades federales? Y Guadalajara, la Sultana de Occidente famosa por la intelectualidad de sus hijos, notables aptitudes de estos para el cultivo de las bellas artes, ¿no habrá nada que salga del estrecho límite de lo vulgar y rutinario? Nos tememos que así sea, pues aunque ya se inició el programa de las fiestas que publicamos oportunamente, ese programa no vaciamos en calificarlo de deficiente por su falta de brillo y originalidad […] Si es cierto que nobleza obliga, los caballeros encargados de organizar los festejos no deben, no pueden olvidar que Guadalajara es la segunda capital de la República […]. Para no incurrir en vulgaridades, la Comisión encargada de completar el programa debería empeñarse en que Jalisco sobresalga en la parte intelectual, ya que no le faltan elementos para ello. […].

42S’ensuit une liste d’activités culturelles, proposées par le journaliste afin de valoriser la grandeur culturelle locale, et de montrer “ cuanto ha hecho Jalisco por el progreso de la patria […] ”.

43L’article conclut alors sur cette inquiétude:

Si el programa de las fiestas ya muy próximas se completa de esta manera, indudable es que se sacaría la palma de la celebración del Centenario, al menos, entre los demás Estados y Territorios de la República y Jalisco mantendrá su buena opinión y fama; pero mientras tal no se haga, parécenos que tenemos derecho a recelar que se diga respecto al Centenario lo que antaño se decía con cualquier pretexto, a saber, que ¡fuera de México todo es Cuautitlán!

44Si l’on peut relever tout d’abord cette référence, classique chez les élites de province, aussi bien à Guadalajara qu’à Arequipa, à un glorieux passé intellectuel et culturel dont on déplore le déclin, ce qui est surtout remarquable dans cet article, c’est le sentiment de compétition qu’éprouvent ces mêmes élites par rapport aux autres Etats de la fédération, desquels elles comptent bien se distinguer en tant que “ deuxième capitale du pays ”, les termes employés étant évidemment hautement significatifs de la place que s’attribue Guadalajara au sein de la nation. Cela dit, la compétition se joue encore plus fortement vis-à-vis de la capitale, à laquelle on reproche son centralisme culturel, le fait qu’elle laisse peu de place au reste du pays. L’expression populaire “ ¡fuera de México todo es Cuautitlán!”,résume à elle seule ce sentiment.

45Ainsi, du fait du symbole tant patriotique que culturel véhiculé par le centenaire de l’indépendance, la commémoration concentre le complexe intellectuel et culturel des élites locales qui, tout en se tournant indiscutablement vers les fastes de la capitale, déplorent son centralisme et le déclin d’une province en perte d’identité propre.

 Arequipa ou la fierté régionale : une remise en cause du centralisme péruvien

  • 40  “Obras públicas”, El Deber, 18 juin 1921, p. 2.

46Le sentiment régional s’exprime à Arequipa de façon très différente, pour ne pas dire radicalement opposée à ce qui a pu être observé pour Guadalajara. En effet, si la presse d’Arequipa publie bien de temps à autre quelques articles critiquant par exemple le retard que prennent les travaux organisés à l’occasion du centenaire40, rares sont cependant les remarques sur un éventuel décalage entre ce qui se passe dans la capitale et Arequipa. La comparaison avec Lima est ainsi pratiquement absente de la presse publiée à l’occasion du centenaire, de la même façon que celle-ci, on l’a vu, accorde beaucoup moins d’intérêt aux festivités ayant lieu dans la capitale que ne le fait Guadalajara.

  • 41  Derecho, Organo del Colegio de Abogados, 28 juillet 1921.

47Pour autant “ l’argument régional ”, voire régionaliste n’est pas absent des discours diffusés par les élites locales à l’occasion du centenaire de l’indépendance, bien au contraire. La commémoration du centenaire semble en effet offrir la possibilité d’une revendication d’un rôle régional accru par les élites d’Arequipa, comme en témoigne le numéro spécial centenaire publié par la revue  Derecho , organe du prestigieux Colegio de Abogados de la ville41. Dans ce numéro apparaissent divers articles valorisant les institutions culturelles locales comme la Antigua Academia Lauretana de Ciencias y Artes de Arequipa , mais également, et de façon plus surprenante, un article à teneur nettement politique et revendicative sur la décentralisation.

48Cet article entre dès l’introduction dans le vif du sujet:

Celebramos el centenario de nuestra independencia Nacional; pero no celebramos el centenario de nuestra Libertad. Lo celebrará mañana […] la generación que haciendo triunfar el grandioso ideal de la descentralización administrativa, liberte a los pueblos del Perú de la tutela del Poder Central; porque tanto vale libertar con la espada, como libertar con la pluma.

49Suivent ensuite quatre pages générales expliquant que la centralisation fut de tout temps synonyme de despotisme et d’absolutisme, et de la nécessité:

De la libertad que deben tener los pueblos o cada unidad territorial, para dirigir por si mismos sus negocios económicos o poder administrar su patrimonio con entera independencia del Poder Central: ‘de todo lo que sea local debe conocer la ciudad: de todo lo que sea regional, la región: de lo nacional, el Gobierno […].

50Plus que le souvenir du patriotisme national, c’est bien la question de la décentralisation administrative qui constitue ici le cœur du discours des élites d’Arequipa, question, qui occupe une grande place dans les débats politiques locaux et nationaux tout au long du XXe siècle, et est posée ici en regard de tout le significatif de liberté et d’indépendance que suppose véhiculer la commémoration du centenaire. De cette façon, ce discours publié par le Colegio de Abogados constitue à lui seul une excellente illustration de comment les élites locales mettent à profit la commémoration du centenaire de l’indépendance pour remettre en cause les fondements de la construction nationale, et réinterroger leur propre place dans la nation.

Conclusion

51La mise en regard de la façon dont les élites d’Arequipa et celles de Guadalajara ont pensé et fêté la commémoration du centenaire de l’indépendance nationale permet de mettre à jour le fait que cet évènement censé célébrer l’unité de la nation, sa modernité, est compris de façon bien différente en province, et que le discours produit à l’occasion par la capitale ne fait pas l’unanimité sur l’ensemble du territoire. Les deux villes “ secondes ” conçoivent en effet l’évènement comme une occasion de faire entendre leurs griefs contre les capitales, sur des modes quelque peu différents : alors que  Guadalajara semble se voir soumise de fait à un centralisme qu’elle alimente, tout en en regrettant les conséquences négatives sur son propre développement, Arequipa profite de la commémoration pour réévaluer son rôle dans l’histoire nationale, et revendiquer une place politique incontournable dans le sud du pays. La commémoration du centenaire devient alors, et ce contrairement aux analyses généralement menées sur la question, l’occasion d’une remise en cause des principes fondateurs de cette construction nationale et du rôle que s’attribue le pouvoir central.

Inicio de página

Bibliografía

ALDANA, M. A. S., Independencia y nación. Discursos Jaliscienses del siglo XIX, Guadalajara, Universidad de Guadalajara, 1985.

BRISEÑO SENOSIAIN, L., “La fiesta de la luz en la ciudad de México. El alumbrado eléctrico en el Centenario”, en Secuencia- Publicación cuatrimestral del Instituto de Investigaciones Dr. José Maria Luis Mora, septiembre-diciembre 2004, pp. 91-109.

CONDORI CONDORI, Víctor, “Repensando la Rebelión de los Pasquines”, en Álvaro Espinoza de la Borda, Arequipa a través del tiempo. Política, Cultura y Sociedad, Centro de Estudios Arequipeños, Universidad Nacional de San Agustín, Arequipa, 2008.

CONTRERAS, Carlos, CUETO, Marcos, Historia del Perú contemporáneo, Lima, IEP, 2007.

DE LAS NIEVES RODRIGUEZ Y MENDEZ DE LOZADA, M., “La celebración del Centenario de la Independencia de México en 1910 a través de algunos grabados de José Guadalupe Posada”, en Takwa, n° 11-12, México, primavera-otoño 2007, pp. 157-172.

LEMPERIERE, Annick, “Los dos centenarios de la Independencia mexicana (1910-1921): de la historia patria a la antropología cultural”, en Revista Historia Mexicana, México, 1995.

MAYER, A. C., México en tres momentos: 1810-1910-1920. Hacia la conmemoración del Bicentenario de la Independencia y del Centenario de la Revolución mexicana. Retos y perspectivas, México, UNAM, 2007.

 MURIA, J. M. P., A la memoria de los héroes de nuestra independencia. Discursos y poesías del siglo XIX, Guadalajara, 1985.

NEIRA AVENDAÑO, Máximo, Historia general de Arequipa, Fundación M.J. Bustamante de la Fuente, Arequipa, 1990.

OLVEDA, J. C., Independencia y revolución. Reflexiones en torno del bicentenario y el centenario, Zapopan, Jalisco, Colegio de Jalisco, 2008.

OLVEDA, Jaime, “La Historiografía independentista del noroccidente de México”, en La insurgencia en el noroccidente. Estudios Jaliscienses, n° 74, noviembre 2008.

Sources

Álbum oficial del Comité Nacional del Comercio. 1er centenario de la independencia de México 1810-1910, México, 1910.

 GARCIA, G., Crónica oficial del primer centenario de la Independencia de México, México, 1911.

Memoria de los trabajos emprendidos y llevados a cabo por la Comisión Nacional del Centenario de la Independencia designada por el Presidente de la República el 1° de abril de 1907, México, Imprenta del Gobierno Federal, 1910.

 República del Perú, M. d. R. e., Discursos y documentos oficiales en el primer centenario de la independencia nacional, Lima, 1922.

Presse

Guadalajara (Consultation des mois de août et septiembre 1910)

La Gaceta de Guadalajara

El Correo de Jalisco

La Chispa

El Malcriado

El Regional

Juan Panadero

Cultura

Chin Chun Chan

La Libertad

El Sermón del Cura

Arequipa (Consultation des mois de juin et juillet 1921)

El Deber

La Lucha

Páginas Libres

El Heraldo

La Semana

Azul

Social

El Pueblo

Anales de Arequipa

Inicio de página

Notas

1  Cette problématique de la ville secondaire est au cœur de la thèse de doctorat dans laquelle s’inscrit ce travail sur le centenaire de l’indépendance à Guadalajara et Arequipa.

2  L’historien mexicain Javier Garciadiego nous explique ainsi que “los festejos del centenario eran […] un reconocimiento personal a Porfirio Díaz, héroe de la guerra y de la paz y artífice del progreso nacional”.

3  Pour une description détaillée des grandes évolutions que connaît cette période, voir l’ouvrage de Carlos Contreras et Marcos Cueto, Historia del Perú contemporáneo, Lima, IEP, 2007.

4  Un exemple parmi beaucoup d’autres: “Una de las obras destinadas a dar mayor brillo a las fiestas del primer Centenario de la Independencia (y quizás esta mas que otra ninguna) es el panteón Nacional, monumento que, a semejanza del célebre ‘Panteón’ de Paris, servirá de tabernáculo a los restos de nuestros más grandes hombres […]”.“Desde México”, La Gaceta de Guadalajara, 27 octobre 1907, p. 5.

5  “La Gran manifestación patriótica”, La Gaceta de Guadalajara, 18 septembre 1910, p. 2.

6  “Los cálculos más aproximados que se han hecho acerca de la iluminación de la ciudad de México, indican que durante el mes de septiembre arderán más de medio millón de luces incandescentes”,“Medio Millón de Luces”, El Correo de Jalisco, 29 août 1910, n° 50, p. 1.

7  “El Señor Presidente Díaz establece la predecedencia oficial” et “Mas extranjeros notables”, El Correo de Jalisco, 6 septembre 1910, n° 57, p. 1. 

8  “Llegada de Polavieja”, El Correo de Jalisco, 7 septembre 1910, n° 58, p. 1. Notons que la délégation espagnole, parmi toutes les délégations étrangères, est celle qui concentre le plus l’attention. Sa venue marque, de façon symbolique, la paix entre les deux pays, après un siècle de tensions depuis l’indépendance.

9  “La gran manifestación de ayer”, El Pueblo, 19 juillet 1921, p. 1.

10  “La Comisión Nacional del Centenario de la Independencia”, La Gaceta de Guadalajara, 2 juin 1907, p. 9. 

11  “Desde México”, La Gaceta de Guadalajara, 9 février 1908, p. 5.

12  “Los proyectos de la delegación jalisciense para el centenario”, La Gaceta de Guadalajara, 9 mai 1909, p. 11.

13  “[…] en cuanto a los proyectos que se presentaron en los primeros días, ninguno ha sido acordado y no se han formado aun las bases para un programa de la celebración, por más que sigan en estudio algunas de las ideas presentadas […]”, Idem.

14  “Otro número que fracasa”, La Libertad, 10 août 1910, p. 3.

15  “En la edición de mañana publicaremos el programa completo de las fiestas que se realizaran en esta ciudad para la celebración del Centenario Nacional; programa que fue confeccionado por la comisión municipal respectiva, y aprobado por el concejo en sesión de ayer”. “El programa de las fiestas del Centenario”, El Pueblo, 14 juillet 1921, p.1.

16  “Comité pro-centenario”, El Pueblo, 2 juillet 1921, n° 5652, p. 1.

17  “Gran Lotería de la Beneficencia de Arequipa en celebración del Centenario nacional”, El Pueblo, 6 juillet 1921, p. 3.

18  “Se pone en conocimientos de los señores socios que el 15 del presente quedará cerrada indefectiblemente la inscripción para el baile que, como homenaje social, se organiza con motivo de las bodas de oro del Club y del Centenario Nacional, y se les encarece que se apresuren inscribirse ante las comisiones o en la Administración del Club”. “Club de Arequipa-Aviso”, El Pueblo, 8 juillet 1921, p. 3.

19  “Programa oficial de la celebración del primer centenario de la independencia en la Ciudad de Guadalajara”, El Correo de Jalisco, août 1910, n° 37, p. 1.

20  “Programa […]”, El Pueblo, 15 juillet 1921, p. 1.

21  Pour avoir une idée des manifestations organisées à Mexico à l’occasion du centenaire de l’indépendance, la référence à consulter est l’ouvrage de Genaro García, Crónica oficial del primer Centenario de la Independencia de México, publié en 1911. Pour le Pérou, le Ministerio de Relaciones Exteriores a publié les Discursos et documentos oficiales en el primer Centenario de la Independencia nacional, 1922.

22  “Los comisarios de policía de esta capital, acatando ordenes impartidas por la intendencia, han notificado a los propietarios procedan a hacer ejecutar la pintura de las fachadas de sus casa, la que debe quedar terminada antes de las fiestas del centenario”, “Pintura de fachadas”, El Deber, 20 juin 1921, p. 2.

23  El Regional, 28 août 1910, p. 1.

24  “La exposición agrícola jalisciense”, La Gaceta de Guadalajara, 20 juin 1909, p. 2.

25  “El Congreso agrícola”, La Gaceta de Guadalajara, 5 septembre 1909, p. 11

26  “Exposición agrícola, ganadera e industrial”, El Deber, 14 juin 1921, p. 2.

27  “La conferencia de anoche”, El Regional, 3 septembre 1910.

28  “La última conferencia”, El Regional, 15 septembre 1910.

29  “Beses para el Concurso”, El Deber, 14 juin 1921, p. 3.

30  “Concurso y Exposición de Arte y Exhibición de antigüedades en homenaje al Centenario Nacional, organizado por el Centro Artístico de Arequipa, de conformidad con las bases que siguen, se inaugurará el 20 de julio”, El Deber, 20 juin 1921, p. 2.

31  “La Exposición de pinturas”, El Regional, 11 septembre 1910.

32  “Arequipa y la belleza de sus paisajes”, El Pueblo, 13 juillet 1921, p. 2.

33  “Primoroso Álbum”, El Regional, 4 septembre 1910.

34  Pour une analyse de cette révolte, présentée comme avant-coureur de l’indépendance nationale par les historiens d’Arequipa, voir l’article de Víctor Condori Condori, “Repensando la Rebelión de los Pasquines” dans l’ouvrage coordonné par Alvaro Espinoza de la Borda, Arequipa a través del tiempo. Política, Cultura y Sociedad, Centro de Estudios Arequipeños, Universidad Nacional de San Agustín, Arequipa, 2008.

35  La Cultura, septembre 1910.

36  “El carro de la Reforma”, El Globo, 13 septembre 1910, p. 3.

37  El Pueblo, 28 juillet 1921, p. 2.

38  Parmi de nombreux exemples, on peut citer l’article “Las últimas fiestas”  publié par El Correo de Jalisco le 26 septembre 1910, en première page: “En los últimos días se han sucedido muchas fiestas cultas, todas ellas muy concurridas, haciéndose notables el baile del sábado en el Paradero, donde se dio cita la mejor sociedad de la ciudad […]”.

39  “Los intelectuales Jaliscienses y las fiestas del Centenario”, La Libertad, 2 août 1910, n°1358, p. 1.

40  “Obras públicas”, El Deber, 18 juin 1921, p. 2.

41  Derecho, Organo del Colegio de Abogados, 28 juillet 1921.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillemette Martin, « Commémoration de l’indépendance et unité nationale en Amérique latine », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 31 diciembre 2010, consultado el 28 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/3466

Inicio de página

Autor

Guillemette Martin

IHEAL-Université Paris III-Sorbonne nouvelle
Doctorante en Histoire à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Actuellement boursière de l’Institut Français d’Etudes Andines à Lima (octobre 2009-Juin 2010). martinguillemette@yahoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org