Navegación – Mapa del sitio

De l’indépendance politique à l’émancipation culturelle:le rôle de la diplomatie latino-américaine en Europe

Enrique Sánchez Albarracín

Resúmenes

Les républiques latino-américaines se sont construites, en marge de l’Europe, dans le cadre d’une longue émancipation historique qui dépasse largement les limites chronologiques des proclamations d’indépendance. Les diplomates latino-américains ont joué souvent un rôle décisif dans ce processus, œuvrant d’abord à la reconnaissance juridique et géographique des nouveaux Etats-nations, favorisant ensuite l’insertion des économies régionales sur les marchés internationaux et cherchant à susciter, finalement, la reconnaissance de la légitimité culturelle et intellectuelle de l’Amérique latine dans le monde. C’est cette dernière attitude que nous observons ici, en essayant de montrer comment elle s’inscrit dans une histoire hybride et paradoxale, dérivée de la colonisation et de ses représentations collectives subséquentes. La diplomatie n’est pas seulement l’art de la négociation, c’est aussi l’art de la représentation, de la séduction. Le but à atteindre, pour ces émissaires de l’Amérique indépendante, c’était d’abord un renversement de perspectives : faire en sorte que les nouvelles nations latino-américaines ne soient plus considérées comme des objets mais des sujets de l’histoire universelle; agir sur les représentations et plaider en faveur d’une authentique réciprocité, tout en affirmant une réappropriation géographique et culturelle de leurs territoires.

Inicio de página

Texto completo

…. América Latina fue tanto el espacio original como el tiempo inaugural del período histórico y del mundo que aún habitamos. … Sin embargo, a la sede y momento originales de este período histórico, a la fuente surtidora de los elementos basales de la nueva sociedad mundial, les fueron despojados su lugar central, así como los atributos y los frutos de la modernidad. … ¿Por qué?

(Quijano, 2007: 123)

1L’Amérique latine est pleine de paradoxes dont l’analyse constitue l’une des sources d’inspiration les plus fréquentes des études historiques et culturelles. Son périphérisme en est un. Comment, en effet, cette formidable entité géographique, historique et humaine, à l’origine de la modernité qui a engendré le système-monde actuel, a-t-elle été reléguée aux marges de l’occident qu’elle a pourtant nourri de son essence? Les changements induits par la mondialisation semblent avoir suscité, depuis quelques années, chez de nombreux penseurs latino-américains, un désir de réappropriation épistémique et culturelle de leurs histoires nationales et continentales. Cette démarche, toutefois, n’est pas complètement nouvelle. Elle constituait déjà l’un des défis majeurs des révolutions d’indépendance. Elle a toujours représenté une sorte de but à atteindre, l’acquisition de ce qu’Alfonso Reyes considérait comme le droit des Latino-américains à la citoyenneté universelle (Reyes, 1936). Aux XIXe et XXe siècles les républiques ibéro-américaines se sont formées, en effet, en dehors de l’Espagne et du Portugal, dans le cadre d’une longue émancipation qui dépasse largement les limites chronologiques des proclamations d’indépendance. L’éclatement de l’empire colonial a provoqué l’apparition sur la scène internationale de nouveaux Etats qui se sont mis à rechercher leurs propres alliances stratégiques tout en opérant des processus de construction nationale fondés sur des héritages territoriaux et identitaires complexes. La défense des intérêts continentaux face à la pénétration économique et militaire des puissances occidentales, la fin des révolutions et des guerres internes, la liquidation du patrimoine colonial, le règlement des conflits frontaliers, l’insertion des nouveaux ensembles politiques dans l’économie mondiale ou l’absorption d’immenses flux migratoires ont constitué à la fois des obstacles récurrents au développement du progrès économique et social et des enjeux cruciaux pour les républiques d’Amérique latine au cours des premières étapes de leur histoire.

2Dans ce contexte de rupture politique d’abord, mais ensuite de réappropriation, d’affirmation puis d’ouverture, les diplomates latino-américains ont joué souvent un rôle décisif, œuvrant d’abord à la reconnaissance juridique et géographique des nouveaux Etats-nations, favorisant ensuite l’insertion des économies régionales sur les marchés internationaux et cherchant à susciter, finalement, la reconnaissance de la légitimité culturelle et intellectuelle de l’Amérique latine dans le monde. C’est cette dernière attitude que nous observerons ici, en essayant de montrer comment elle s’inscrit dans le vaste et complexe processus d’émancipation continentale qui intègre simultanément une histoire passée et une histoire en devenir.

De la géopolitique à la géoculture: le rôle des diplomates

3Qu’ils aient été chargés d’affaires, d’une mission juridique ou politique, secrétaires, consuls, délégués, ministres plénipotentiaires ou ambassadeurs, les diplomates latino-américains ont d’abord été, à partir du XIXe siècle, les messagers de l’indépendance. Ils devaient s’assurer la reconnaissance des puissances de l’époque, parachevant ainsi l’action des précurseurs, des exilés de la première heure; tel Francisco de Miranda qui avait parcouru l’Europe, de Londres jusqu’à Kiev, pour faire entendre la cause des indépendantistes; tel le jésuite Juan Pablo Viscardo, auteur de la célèbre Lettre aux Espagnols américains qui avait déclaré, dès 1791, en Angleterre et en France, que:

Le Nouveau Monde est notre patrie, et son histoire est la nôtre, et c’est en elle que nous devons examiner notre situation présente, pour nous déterminer, pour elle, à prendre parti pour la nécessaire conservation de nos propres droits et de ceux de nos successeurs. (Viscardo, 1977: 51)

4Au XIXe siècle, l’heure était encore à la géopolitique, héritée du rationalisme des Lumières et des expéditions américaines du baron Alexander Von Humboldt qui trouvait dans la géographie physique l’explication des écarts de civilisation entre les peuples. Née à l’époque du scientisme triomphant et du darwinisme social, cette branche de la géographie semblait avoir été conçue pour servir les intérêts des pays dominants, en analysant et en justifiant les rapports entre puissance et espace. Toutes les stratégies diplomatiques y faisaient référence, celles de la France ou de l’Allemagne qui cherchaient à accroître leur influence sur les nouvelles républiques d’outre-Atlantique, et celles de l’Argentine de la génération de 1880 ou du Mexique des Científicos qui misaient sur les idées de progrès et sur les lois de l’hérédité pour assurer leur développement continental. L’avenir d’un peuple, déclarait, en 1892, l’ambassadeur mexicain en poste à Madrid, Vicente Riva Palacio, dépendrait désormais : de hautes considérations philosophiques et des études profondes sur les grandes évolutions sociales, sur l’avancée et le progrès de l’esprit humain et sur l’influence que l’environnement et le territoire occupé, l’alimentation et la loi de l’hérédité ont sur les caractères et sur l’organisme des habitants. (Riva Palacio, 1892: 5-6)

5Discréditée après la seconde guerre mondiale en raison de son identification avec le nazisme, souvent dénuée d’intérêt stratégique, ensuite, à l’époque de l’affrontement entre les deux blocs de la guerre froide, la géopolitique, après avoir connu un déclin significatif au XXe siècle, semble renaître aujourd’hui de ses cendres et intéresser à nouveau le monde globalisé et multipolaire, né à partir des années 1990 et, dans lequel, la complexité des enjeux a fait apparaître de nouveaux concepts, tels que celui de la géo-culture (Moreau Defarges, 2010). Mais de quoi s’agit-il?

  • 1 Souvenons-nous, par exemple, comment en 1815, Simon Bolivar envisageait la nationalité américaine: (...)

6Les études sur les identités et les transferts culturels font souvent référence, de nos jours, à deux conceptions divergentes de la culture. On peut distinguer, d’une part, une culture envisagée comme quelque chose d’autochtone, se générant à partir d’un schéma d’évolution interne, et d’autre part, une culture de l’interaction, construite à travers des échanges, des circulations, des transferts, une dynamique de contacts continus. Dans le premier cas les différentes cultures se déploient, de façon linéaire et homogène, à partir d’une origine, d’un noyau explicatif interne, comme des ensembles en concurrence avec d’autres ensembles et transformant les différences constatées en identités. Il s’agit de cultures avec des centres, des périphéries et des frontières. Dans le second cas, tout est dans le croisement, dans la combinaison de savoirs et de stratégies d’actions qui produisent, à leur tour, de nouveaux savoirs et de nouvelles stratégies d’action. L’un des problèmes de la vision interactionniste de la culture, c’est de définir ce qui est construit par l’interaction. Est-ce simplement un mélange? Est-ce seulement de l’imitation? Des phénomènes récurrents de traduction, de reformulation et de réinterprétation transforment ce qui est transféré pour lui donner un nouveau sens, contribuant, tantôt à conforter, tantôt à subvertir des positions dominantes, mais aussi à produire des hybridations ou des métissages, à transformer ce que Michael Werner appelle les « métabolismes culturels » (Werner, 2007). A priori, la vision autochtone de la culture semblerait s’accorder davantage avec les modèles de construction des Etats-nations que la perspective interactionniste, plus en phase avec la dynamique multipolaire de l’ère postmoderne. En Amérique latine, cependant, le caractère paradoxal de la construction des Etats-nations complique les choses, car bien souvent ce qui est exogène est vu comme autochtone et vice-versa.1 Quelle que soit la perspective retenue, cette culture doit être entendue dans toute sa diversité, dans toutes ses ramifications, comme quelque chose de dynamique, de polysémique et qui intègre le point de vue des acteurs sociaux qui l’intériorisent et la transforment en substance propre, car, comme le signale Gilberto Giménez, la culture n’existe pas sans sujet, de même qu’il n’y a pas de sujet sans culture (Giménez, 2009: 4).

7A partir de ces prémisses et par analogie avec la géopolitique, nous pouvons définir la géoculture, comme « la discipline qui s’interroge sur les rapports entre espace et culture ». En quoi, de quelles manières les réalités géographiques et historiques influent-elles sur les représentations sociales et sur les constructions imaginaires collectives? Et, inversement, comment les hommes utilisent-ils ou même modifient-ils ces réalités pour poursuivre leurs fins? L’intérêt de la géoculture est qu’elle permet d’envisager sous l’angle de la diplomatie culturelle, c’est-à-dire de l’instrumentalisation de la culture à des fins politiques, le rôle des diplomates dans l’histoire latino-américaine postcoloniale. A l’heure de la construction des nouvelles nations, l’important était, comme disait le diplomate brésilien Joaquim Nabuco, “d’être vu, de participer, de mettre en lumière son haut degré de culture » (Dumont, 2009: 35). La diplomatie n’est pas seulement l’art de la négociation, c’est aussi l’art de la représentation, de la séduction, du contact. Le but à atteindre, pour les émissaires de l’Amérique indépendante, c’était d’abord un changement de perspective : faire en sorte que leurs nations ne soient plus considérées comme des objets mais des sujets de l’histoire universelle, agir sur les représentations, transformer l’image de soi à l’étranger et l’image de l’autre chez soi, défaire les stéréotypes et les mythes, enfin plaider en faveur d’une authentique réciprocité, comme le signalait, en 1892, à Madrid, le ministre plénipotentiaire péruvien Pedro Alejandrino del Solar, en proclamant que les nations qui voudraient désormais créer entre elles des liens indissolubles, n’y parviendraient qu’en suscitant l’estime mutuelle de leur peuples, c’est à dire « en mêlant leurs intérêts de telle sorte que le bien être de l’un dépende nécessairement du développement et du bien être de l’autre »(Solar, 1892: 18).

Des manières de se situer dans le monde: la persistance des représentations

8On s’accorde généralement à penser aujourd’hui que les notions d’Orient et d’Occident, d’Europe et d’Amérique, de Vieux Monde ou de Nouveau Monde, se sont construites, au delà des entités géographiques, comme des formes de représentation culturelle. C’est pourquoi certains espaces ont été utilisés non seulement comme des références géopolitiques mais aussi comme des « manières de se situer dans le monde », d’où l’importance des discours, des représentations à partir desquels ont été conçus ces espaces, des projets qui ont défini les identités, des perspectives qui ont ancré des populations dans leurs paysages, des arguments qui ont justifié l’existence des périphéries et de centres » (Senhueza, 2007: 51-75). Cette polarisation héritée des processus de colonisation et décolonisation ne touche pas que l’Amérique latine, mais aussi toute l’organisation du système-monde, dans lequel la périphérie est toujours mise au service d’un cœur qui conserve en permanence son avance économique, technique et sociale. Sur le plan culturel, le centre, disons ici l’Europe ou l’Occident, a développé sa vision du monde, au cours de l’histoire, en reléguant les imaginaires conflictuels nés de ses marges, pour élaborer et déployer un mode de production des connaissances dit « rationnel » et des outils conceptuels qui répondaient aux besoins cognitifs de son système de production et d’expansion économique (Quijano, 2000: 343).

9Dans le cas de l’Amérique latine, une ambigüité originelle, semble avoir renforcé, tout en le perturbant, ce schéma bien connu de dépendance. Alors qu’elle avait remis en cause, du fait même de son existence, toutes les représentations du monde antérieures, l’apparition de l’Amérique dans la culture occidentale a suscité dès le XVIe siècle en Europe, une autre expectative non moins importante : la possibilité de créer sur ce continent une Nouvelle Europe. Ainsi, le concept de Nouveau Monde, qui vit le jour sous la plume de Christophe Colomb, lors de son troisième voyage, légitimant toute l’entreprise toponymique américaine de « rebaptisation » ultérieure, semble avoir déterminé, d’une certaine façon, la présence de deux seules voies possibles pour le développement de l’histoire américaine : l’imitation ou l’originalité. Leopoldo Zea écrivait, en 1957, que la voie imitative, consistant à reproduire depuis la colonisation les formes de la vie européenne et ibérique sur le nouveau continent, en les adaptant à peine, aurait été prépondérante en Amérique latine, constituant ainsi un réel obstacle au développement politique et économique. En Amérique anglo-saxonne, la voie originale, privilégiant l’adaptation du modèle européen ou sa transformation en fonction des nouvelles circonstances, aurait stimulé au contraire l’essor spectaculaire des Etats-Unis (Zea, 1970).

10Plus récemment, à partir des années 90, les études dites postcoloniales ou subalternes ont apporté de nouveaux éclairages sur ces questions ( Castro Gómez Mendieta :1998). L’Amérique s’étant constituée à la fois comme la même chose que l’Europe et comme quelque chose d’autre, elle appartiendrait à la périphérie tout en faisant partie de l’hémisphère occidental. Son histoire hybride et entrelacée a été la source de tensions constantes, dues à des sentiments simultanés et contradictoires d’exclusion et d’appartenance, d’identité et d’altérité, devenant de plus en plus conflictuels depuis les indépendances. C’est pourquoi d’après Walter Mignolo, tout discours postcolonial devrait être d’abord un discours post-occidental (Mignolo, 1998). Selon Santiago Castro Gómez, l’Amérique latine s’est bien constituée comme un objet de savoir à partir des sociétés latino-américaines elles-mêmes, sur la base de méthodologies occidentales, mais il ne s’agit pas d’une simple copie ou imitation des modèles étrangers mais plutôt d’une réappropriation historique des discours intellectuels dans les contextes locaux de l’Amérique latine ( Castro Gómez Mendieta :1998). Quoi qu’il en soit, cette attitude, aussi légitime fût-elle, même après les processus d’indépendance politique, est restée tributaire d’une légitimation par les tenants de cette pensée occidentale dont elle tire ses fondements, dépendante d’un regard européen, fréquemment imbus, écrit Denis Rolland, d’une axiomatique supériorité culturelle (Lemperière, Lommé, Martínez, Rolland, 1998: 404).

  • 2 « Quelle commode invention que l’Ethnologie, dans les mains de certains hommes! Une fois que l’on (...)
  • 3 D’après Edgar Morin, c’est parce qu’elles sont dotées des « qualités de globalité, de cohérence, d (...)

11Reléguée dans un extrême occident dont les frontières ont été d’abord pyrénéennes avant d’être atlantiques, l’Amérique latine a souffert, d’emblée, d’un manifeste dédain intellectuel de l’Europe. On peut référer, ici, l’exemple classique de Hegel, qui avait condamné l’Amérique latine à une sorte de non existence intellectuelle. Celle-ci, d’après lui, ne serait pas un être, elle n’aurait ni originalité ni sens historique. Elle serait encore dans la préhistoire (Hegel, 1972, Soliz Rada, 2008). Même l’Espagne du XIXe siècle, alors qu’elle souffrait elle aussi d’une image dégradée en Europe, examinait ses anciennes colonies avec condescendance. Regardant l’Amérique à travers le prisme déformant de leurs rancœurs, les Espagnols, écrivait Carlos Rama, voyaient les Hispano-américains, étant donné qu’ils étaient leurs anciens subalternes, comme « des êtres plus ignorants, voire infantiles, dotés des plus grands vices et défauts et composant des sociétés chaotiques, très inférieures à celles de l’époque coloniale » (Rama, 1982 : 90-91). Cette vision dépréciative de l’Amérique latine n’était pas exempte de connotations raciales et évolutionnistes, confinant les populations de l’Amérique méridionale dans un primitivisme ethnique, pré-occidental. « Quelle commode invention que l’Ethnologie, dans les mains de certains hommes! », s’insurgeait en 1904, au Pérou, Manuel Gonzalez Prada2. Le problème avec les représentations, c’est qu’il est très difficile de les faire changer3, et bien des intellectuels latino-américains eux-mêmes ont contribué à les conforter. Domingo Faustino Sarmiento ne préconisait-il pas, en 1884, de gouverner l’Argentine en la peuplant d’occidentaux, de« corriger le sang indigène par du sang européen? » (Sarmiento, 1997: 192) Et presque un siècle plus tard encore, son compatriote, le philosophe Alberto Caturelli n’a-t-il pas écrit que « si l’Europe est le continent de l’être ouvert et total fécondé par l’esprit, l’Amérique au contraire est celui de l’être brut, encore non fécondé par l’esprit? » (Caturelli, 1957 : 57; Rolland, 1998 : 405)

Les diplomates et les défis de l’Amérique postcoloniale

12Si les défis de l’Amérique postcoloniale ont été d’abord politiques, économiques, juridiques et sociaux, ils étaient aussi, comme on vient de le voir, éminemment culturels.« Où irons-nous chercher les modèles ? s’interrogeait Simón Rodríguez dès 1828. « L’Amérique Espagnole est originale. Originales doivent être ses institutions. Son gouvernement aussi. Et originaux les moyens propres à les fonder. Ou nous inventons ou nous sombrons dans l’erreur » (Rodríguez, 1954: 113; Lommé, Lemperière, Martinez, Rolland, 1998: 240). Et Andrés Bello avait enfoncé le clou, en affirmant que la civilisation latino-américaine serait jugée par ses œuvres, par l’expression d’une pensée propre, dégagée de l’influence européenne (Bello, 1848). La diplomatie latino-américaine était en train de naître, paradoxalement, alors qu’une nouvelle ère des relations internationales, inaugurée par le Congrès de Vienne de 1815, consacrait l’apogée de l’Europe, dont la suprématie mondiale allait s’affirmer, encore, pendant près d’un siècle. Les premiers messagers de l’indépendance allaient avoir, dans ce contexte, la mission difficile de faire valoir leurs droits hybrides et leurs idéaux républicains dans une Europe postrévolutionnaire, monarchique et expansionniste qui n’était pas tout à fait disposée à recevoir le message politique et identitaire de Simon Bolivar.

13C’est dans cet environnement incertain, et depuis une position périphérique, que les diplomaties latino-américaines se sont lancées, dès le début du XIXe siècle, dans une entreprise vaste, et encore inachevée aujourd’hui, de renversement des perspectives. S’exposant au jeu, souvent dangereux, des arbitrages externes, tout en jouant sur de multiples tableaux, chacune de ses nouvelles entités essayait de trouver sa place sur un échiquier international chaque fois plus complexe où les rapports de force évoluaient indéfectiblement en faveur des puissances qui menaient le jeu de la révolution technique et industrielle. S’il était question d’asseoir d’abord l’existence juridique des nouvelles républiques, les représentants diplomatiques devaient veiller aussi aux intérêts commerciaux, et parfois concurrents, de leurs nations respectives. Agissant sur des systèmes complexes et instables dont ils n’avaient jamais vraiment la maîtrise, certains diplomates latino-américains étaient habiles dans la négociation commerciale mais ne possédaient pas une aisance intellectuelle suffisante pour assurer la promotion de leur pays. C’est le constat que faisait, en 1883, P.S. Lamas, un ancien consul argentin à Paris, reprochant à ses agents consulaires de contribuer à l’ignorance et à l’opinion erronée répandues en Europe au sujet des pays d’Amérique (Raquillet-Bordry, 1995: 81-106). D’autres diplomates, au contraire regorgeaient d’érudition ou de talent artistique ou littéraire. C’était le cas de Juan Bautista Alberdi, Vicente G. Quesada, Lucas Alamán, José María Luis Mora, Gabino Barreda ou Rubén Darío. L’ambassadeur mexicain Vicente Riva Palacio, en poste à Madrid de 1886 à 1896, pourrait illustrer une sorte de paradigme du diplomate éclairé du XIXe siècle. Avant de représenter son pays en Espagne, il avait été d’abord avocat, député, général, ministre, romancier, dramaturge, poète, critique littéraire, journaliste satirique, chansonnier, chroniqueur, magistrat, historien, anthropologue, homme du monde et humoriste. Tantôt représentants officiels ayant un rôle de reproduction, tantôt négociateurs ayant un rôle d’inventeurs, les diplomates ont toujours eu pour tâche de dénouer les tensions en ouvrant des perspectives nouvelles de négociation, en donnant du sens aux échanges. Pour la diplomatie latino-américaine postcoloniale, les perspectives étaient politiques, juridiques, et économiques, certes, mais également historiques, linguistiques, littéraires, artistiques et même philosophiques. L’indépendance impliquait non seulement une réappropriation physique mais aussi imaginaire et une démystification de l’histoire et des réalités latino-américaines.

14Dès le milieu du XIXe siècle, les enjeux prioritaires furent le développement économique (transports, communications, productions agricoles et industriels), la formation des nations et des cultures nationales, la stabilisation démocratique et administrative, l’établissement des systèmes éducatifs (Gladieu, 2009: 88) et la gestion du nouveau flot migratoire qui submergeait surtout la zone tempérée de l’Amérique du Sud et que l’historien Pierre Chaunu a décrit comme la seconde conquête humaine de l’Amérique par l’Europe (Chaunu, 2003: 100-101). C’est pourquoi le nombre de représentants diplomatiques n’a cessé d’augmenter pour atteindre son apogée vers la fin du siècle. Seulement en France, par exemple, 293 mandataires étaient en poste à Paris entre 1880 et 1900 (Raquillet-Bordry, 1995: 81-106) et un petit pays comme l’Uruguay, qui avait à peine 70.000 habitants en 1829, et dont la population avait été multipliée par sept en l’espace de 20 ans, en raison de l’immigration européenne, comptait près d’une vingtaine de diplomates, seulement en Espagne à la même période (Sánchez Albarracín, 2006). Très inégalement représentées, les républiques ibéro-américaines disposaient pour leurs représentants de ressources financières aussi très variables. Si certains diplomates éprouvaient parfois de sérieuses difficultés économiques, d’autres affichaient, au contraire, des moyens et des trains de vies ostentatoires. Quoi qu’il en soit, il était toujours question de séduire, d’influencer, de rassurer, d’agir sur l’opinion publique européenne pour que l’image des nations latino-américaines s’accorde avec celle que l’on se faisait des pays civilisés. Il s’agissait de rechercher l’information, mais aussi et surtout de chercher à la contrôler, à une époque où déjà tous les renseignements politiques, culturels, économiques ou statistiques circulaient dans la presse généraliste et spécialisée. Les diplomates rentraient en contact avec des personnalités du monde politique pour gagner leur confiance et pénétrer les circuits de la presse afin d’influencer ou de corriger, comme l’explique Javier Pérez Siller, les nouvelles de l’Amérique latine qui étaient diffusées, l’objectif étant de cultiver une bonne opinion de la situation économique et sociale des républiques latino-américaines (Lemperière, Lommé, Martínez, Rolland, 1998: 312-318).

Les perspectives historiques, linguistiques et littéraires

15Pour cela il fallait commencer par changer l’image de l’histoire, renverser la perspective de Hegel, consigner les révolutions d’indépendance dans la marche du progrès universel, se réapproprier le patrimoine précolombien, redonner un sens à la conquête, assumer l’histoire coloniale et inscrire l’Amérique latine dans la modernité. De talentueux hommes de lettres ou de science confortaient, depuis les indépendances, les effectifs des corps diplomatiques latino-américains. Et ces intellectuels, alors, n’étaient pas toujours aussi cloisonnés dans leurs disciplines qu’aujourd’hui. C’est de leur éducation, fortement imprégnée de littérature et de culture classique, que les grands hommes et les grandes femmes du XIXe siècle avaient tiré cette tentation qui les caractérisait souvent de vouloir tout aborder à la fois: les lettres et les sciences; l’histoire et la politique; le droit et la diplomatie; la poésie ou l’érudition et le journalisme. Le discours semblait vouloir embrasser, lui aussi, par d’interminables constructions syntaxiques, toute la grandeur et la complexité du monde. L’esthétique était partie prenante de la réflexion. Une idée semblait d’autant plus belle qu’elle était bien dite. De grandes et merveilleuses métaphores illuminaient les représentations de l’histoire des découvertes et des conquêtes espagnoles, dans les discours de l’ambassadeur uruguayen Zorrilla de San Martín (1855-1931). Se réapproprier l’histoire, c’était d’abord une question de mots. « Je prêterai ma voix à notre Amérique, qui effectivement a besoin de parler, proclamait-il, qui veut parler, qui nous envoie des signaux impérieux pour que nous parlions en ce moment ». S’exprimer à la première personne, du singulier ou du pluriel, c’était déjà une affirmation d’indépendance. Par l’éloquence on cherchait à séduire l’interlocuteur européen, tout en le mettant ainsi à distance, le confinant au rang de spectateur. A Madrid, Vicente Riva Palacio, dans ses conférences sur l’histoire américaine, assumait un discours métahistorique latino-américain, libéré de la tutelle espagnole en revendiquant l’apport de la science et l’importance de l’idée de progrès (Riva Palacio, 1892, 5-6). L’ambition de ce diplomate, auteur d’ouvrages sur la période coloniale, était de certifier que les républiques latino-américaines avaient rejoint les nations modernes et qu’elles étaient désormais capables de s’étudier elles-mêmes, une tâche que de nombreux érudits s’étaient assignée, dès le XIXe siècle, dans toute l’Amérique latine, tels que Diego Barros Arana, Joaquín García Icazbalceta ou Francisco del Paso y Troncoso, un compatriote de Riva Palacio, venu initialement en mission diplomatique en Europe mais qui y resta jusqu’à la fin de sa vie, qu’il consacra entièrement à l’étude des documents historiques des archives et des bibliothèques du Vieux Monde. Il est facile de comprendre l’importance que pouvaient avoir, pour des Etats-nations encore en pleine construction, comme le Mexique, certains documents qui avaient été jalousement gardés jusqu’alors par les archivistes européens. Les travaux de Paso y Troncoso allaient permettre de reconstituer un important stock de références inédites, car pour pouvoir réécrire l’histoire, il fallait d’abord se réapproprier les sources.

16La littérature a toujours constitué aussi un art de la séduction pouvant servir les stratégies diplomatiques.  Le nombre d’écrivains latino-américains qui se sont vus confier des missions diplomatiques au cours des deux siècles derniers est impressionnant. Le Ministère des Relations Extérieures mexicain a rendu hommage à ses écrivains-diplomates en leur consacrant depuis quelques années une série d’ouvrages (SRE, 1998-2002). De Francisco de Icaza à Alfonso Reyes, de Rosario Castellanos a Octavio Paz ou de Carlos Fuentes a Jorge Volpi plus récemment, ces hommes et ces femmes n’ont cessé de servir cette stratégie de l’image si importante dans un monde où il est devenu chaque fois plus nécessaire de se montrer pour exister. Mais ces diplomates ne se contentaient pas d’être là. Ils nouaient des contacts avec les milieux artistiques et intellectuels, publiaient des articles dans les revues, prononçaient des conférences, participaient à des commissions ou des jurys internationaux et obtenaient des prix littéraires. Voyageur permanent, aussi bien dans la vie réelle que dans la littérature, Rubén Darío, fut l’un des grands initiateurs de cette tradition de l’écrivain diplomate. Il fut aussi le chantre du modernisme latino-américain, qui exprimait à la fin du XIXe siècle la première émancipation littéraire de l’Amérique latine vis-à-vis de l’Espagne. Bien que fasciné par l’Europe et la France, en particulier, il encensait aussi les sources poétiques de la vieille Amérique qui constituaient, selon lui, de merveilleux chants barbares, des révélations d’une beauté inconnue qui pouvait donner à l’art tout entier un frémissement nouveau(Darío, 1892: 198). D’autres, après lui, ont puisé dans le réalisme magique et métis d’une Amérique bigarrée pour susciter le boom de la littérature latino-américaine dans le monde. Car au contact de l’altérité, l’exil diplomatique, tout en instaurant une distance leur permettait parfois d’y voir plus clair, de mieux comprendre leur histoire personnelle et celle de leurs pays. C’est en Europe, ainsi, que des écrivains diplomates, tels qu’Alfonso Reyes, Pablo Neruda, Alejo Carpentier, Octavio Paz et tant d’autres, ont entrepris au XXe siècle l’indispensable retour vers leurs origines américaines. Ces intellectuels ne se contentait pas de puiser dans le Vieux Monde des modèles philosophiques et esthétiques, ils recomposaient, au contact de l’autre, leur identité personnelle et collective. Si la plupart d’entre eux cherchaient une consécration en Europe, tous ne l’ont pas obtenue, mais ils sont parvenus, en revanche, à retrouver leurs racines, et surtout à se réconcilier avec elles (Palma, 1991: 22).

De l’imitation à l’auto-contemplation

  • 4 La culture représentait en 2007, 6,7% du PIB du Mexique et 13,36% des exportations, tandis que l’i (...)

17Cette réconciliation culturelle des Latino-américains avec eux-mêmes a constitué, finalement, une étape d’un processus d’émancipation continentale qui semble toujours en cours, même si Alfonso Reyes, dès 1936, en avait annoncé la fin, proclamant que l’Amérique latine avait enfin conquis son droit à une citoyenneté universelle (Reyes, 1936), ce que le président colombien Alfonso López Pumarejo s’était empressé de confirmer en 1943, en déclarant à son tour que l’Amérique avait cessé de regarder vers l’Europe et commençait à se contempler elle-même (Lemperière, Lommé, Martínez, Rolland, 1998: 393).Mais pouvait-on rompre alors, par de simples discours, cinq siècles de polarisation et de subordination à un système complexe de production, de diffusion et de transferts culturels? Alberto Montaner voit toujours dans la dépendance culturelle latino-américaine, qui s’étend bien au-delà des révolutions émancipatrices du XIXe, non seulement la marque de l’assujettissement des élites aux mirages de l’occident, ce que le diplomate colombien Carlos Lleras Camargo traduisait comme « le faux complexe d’infériorité que nous adoptons vis-à-vis d’une Europe ignorante de nos valeurs » (Lemperière, Lommé, Martínez, Rolland, 1998: 219), mais aussi la conséquence de pauvres réalités matérielles, l’insuffisance de public instruit, de lecteurs, de bibliothèques, de presse, d’industrie éditoriale (Montaner, 2003, 219). Pourtant le potentiel économique de la culture est énorme et il représente en Amérique latine une part non négligeable, quoique souvent méconnue, des revenus nationaux4. C’est aussi pour cette raison que la diplomatie culturelle continue de se développer aujourd’hui, bien que ses contenus, ses formes et ses méthodes aient considérablement évolué et se soient institutionnalisés.

18La culture a toujours été considérée comme un élément stratégique de l’action diplomatique et inversement la diplomatie a souvent permis à la culture de voyager, de se faire connaître et reconnaître, d’agir et d’interagir avec d’autres cultures. Les diplomates latino-américains, depuis les indépendances, ont joué plusieurs rôles à la fois en Europe: tantôt celui de messagers, tantôt celui de médiateurs, tantôt celui de séducteurs. Représentant un pouvoir politique distant et des sociétés hétérogènes, ils étaient à la fois porteurs d’une série de revendications et d’ambigüités, nées du caractère hybride de leurs origines et de leurs formations, de leur appartenance simultanée au centre et à la périphérie (Cantu, 2008: 3). C’est pourquoi leur désir de renverser les perspectives s’est souvent heurté aux limites mêmes de leur représentativité équivoque. Le processus d’émancipation culturelle auquel ils ont participé est, donc, toujours en cours, dans un monde multipolaire où le schéma traditionnel de dépendance se fragmente et où les relations entre les périphéries semblent se renforcer pour susciter de nouvelles dynamiques dans les échanges internationaux.

Inicio de página

Bibliografía

BELLO, Andrés, Gramática de la lengua castellana destinada al uso de los americanos, Obras completas, T. IV, 3ª edición, Caracas, La Casa de Bello, 1995. <http://www.cervantesvirtual.com/FichaObra.html?Ref=7170>

------------------, Modo de escribir la historia, Santiago de Chile, 1848, <http://www.ensayistas.org/antologia/XIXA/bello/, Antología del Ensayo Hispánico 1997-2010>

BOLIVAR, Simón, “Cartas de Jamaica”,en Escritos políticos, Madrid, Alianza Editorial, 1990.

BRUMME, Jenny, “El IV Centenario y la compensación de la pérdida de las colonias españolas: la unidad de la lengua”, en Apuntes, n° 4, Universität Leipzig, 1992, p. 1-22.

CANTÚ, Irma, “Usos y desusos de la teoría del viaje y su aplicación a la literatura latinoamericana”, TRANS, n°5, Université Paris III, 2008, <http://trans.univ-paris3.fr/spip.php?article233>, 31 janvier 2008.

CASTRO-GÓMEZ, Santiago, MENDIETA, Eduardo (Eds.), “Teorías sin disciplina (latinoamericanismo, poscolonialidad y globalización en debate)”, México, Miguel Ángel Porrúa, 1998, <http://www.ensayistas.org/critica/teoria/castro/>, Antología del Ensayo Hispánico 1997-2010.

CATURELLI, Alberto, América Bifronte, Buenos Aires, Ed. Troquel SA, 1956-57.

CHAUNU,  Pierre, Histoire de l’Amérique Latine, Paris, PUF, 15ème édition, 2003, 127 p. 

DARÍO, Rubén, Estética de los primitivos nicaragüenses. El Centenario, T. 3, Madrid, Tipografía del Progreso Editorial, 1892, p. 197-202.

DUMONT, Juliette, Le Brésil et l’Institut International de Coopération Intellectuelle (1924-1946): le pari de la diplomatie culturelle, Paris, IHEAL, 2009, 168 p.

GIMÉNEZ, Gilberto, “La cultura como identidad y la identidad como cultura”, en Revista Pentecostal, RELEP, 2009,

<http://revistapentecostal.com/index.php?option=com_content&view=article&id=64:la-cultura-como-identidad-y-la-identidad-como-cultura> , 15 octobre 2009.

GLADIEU, Marie-Madeleine, Les défis de l’indépendance en Amérique Latine (1809-1910), CNED-PUF, 2009, 90 p.

GONZÁLEZ PRADA, Manuel, “Nuestros Indios (1904)”,en Horas de lucha, Lima, 1908, http : //www.ensayistas.org /antologia/XIXA/gzlezprada>, Antología del Ensayo Hispánico 1997-2010.

HEGEL, Georg Wilhelm Friedrich, “Vorlesungen über die Philosophie der Geschichte”, en Werke in zwanzig Bänden (Leçons de Philosophie Universelle), Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1972, Vol. 12.

LEMPERIERE, Annick, LOMME, Georges, MARTINEZ, Frédéric, ROLLAND Denis (coord.), L’Amérique Latine et les modèles européens , Paris, L’Harmattan, 1998, 530 p.

MIGNOLO, Walter D., “Postoccidentalismo: el argumento desde América latina, en Santiago Castro-Gomez, Eduardo Mendieta (eds.), Teorías sin disciplina (latinoamericanismo, poscolonialidad y globalización en debate), México, Miguel Ángel Porrúa, 1998, http://www.ensayistas.org/critica/teoria/castro/, Antología del Ensayo Hispánico 1997-2010.

MONTANER, Carlos Albert, Los latinoamericanos y la cultura occidental, Grupo editorial Norma, 2003, 439 p.

MORIN, Edgar, La méthode: « La connaissance de la connaissance », Paris, Editions du Seuil, Collection Essais Points, 1986, 221 p.

NEBRIJA, Antonio de, Prólogo, Gramática de la lengua castellana, Estudio y edición Antonio Quilis, Madrid, Centro de Estudios Ramón Areces, 1989.

ORDOÑEZ, Andrés, “Diplomacia cultural : elementos para la reflexión”, La Jornada Semanal, n° 671, 13 de enero de 2008, http://www.jornada.unam.mx/2008/01/13/sem-andres.html.

PALMA, Milagros, El Mito de París. Entrevistas con Escritores Latinoamericanos en París, Indigo & Côté-femmes éditions, 1991, 227 p.

PALMA, Ricardo, Congreso Literario Hispano-Americano de 1892, Edición original, Madrid 1892 - Edición Facsímil, Instituto Cervantes, 1992, pp. 132-133.

MOREAU DEFARGES, Philippe, Géopolitique, Article de l’Encyclopædia Universalis, http://www.universalis.fr/encyclopedie/geopolitique, Encyclopædia Universalis France S.A., 2010.

QUIJANO, Aníbal, “Colonialidad del poder y clasificación social”, Journal of world-systems research, vi, 2, Summer/Fall, 2000, http://cisoupr.net/documents/jwsr-v6n2-quijano.pdf.

QUIJANO, Aníbal, “Don quijote y los Molinos de Viento en América Latina”, en Carlos A. Bustamante, Oliver Kozlarek De la Teoría Critica a una crítica plural de la modernidad, Editorial Biblos, 2007, 171 p. 

RAMA, Historia de las relaciones culturales entre España y América latina. Siglo XIX, México-Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1982, 350 p.

RAQUILLET-BORDRY, Pauline, « Le milieu diplomatique hispano-américain à Paris de 1800 à 1900 », en Histoire et Sociétés de l’Amérique latine, n° 3, mai 1995, Paris, Université de Paris VII, 1995, pp.81-106.

REYES, Alfonso, “Notas sobre la inteligencia americana”, en Revista Sur, Buenos Aires, Septiembre de 1936, http://www.ensayistas.org/antologia/XXA/reyes/, Antología del Ensayo Hispánico 1997-2010.

RIVA PALACIO, Vicente, Establecimiento y propagación del Cristianismo en Nueva España, Madrid, Ateneo de Madrid, “Sucesores de Rivadeneyra”, 1892.

RODRÍGUEZ, Simón, Escritos de Simón Rodríguez, T. I, Caracas, Imprenta Nacional, 1954.

ROLLAND, Denis, Les perceptions de la France en Amérique Latine: structures et évolution, 1918-1945, Mélanges de la Casa de Velázquez, 1992, Vol. 28, pp. 161-189.

SÁNCHEZ ALBARRACÍN, Enrique, La convergence hispano-américaniste 1892: les rencontres du IVe Centenaire de la découverte de l’Amérique, Thèse, Université Paris 3, 2006, http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/17/71/47/PDF/THESE_-_ESA-_2007.pdf

SANHUEZA, Carlos, “En busca de un lugar en el mundo: viajeros latinoamericanos en la Europa del siglo XIX”, en Estudos Ibero-Americanos, PUCRS, v. XXXIII, n° 2, dezembro 2007, pp. 51-75.

SARMIENTO, Domingo F., “Conflicto y armonía de las Razas en América,” Segunda Parte póstuma, 1888, en Natalio Botana, Ezequiel Gallo, De la República posible a la República verdadera (1880-1910), Biblioteca del Pensamiento Argentino, III, Buenos Aires, Espasa Calpe Argentina, 1997, pp. 187-195.

SOLAR, Pedro Alejandrino del, El Perú de los Incas, Madrid, Ateneo de Madrid, Rivadeneyra, 1892.

SOLIZ RADA, Andrés, Hegel, Marx y América Latina, http://www.aporrea.org/internacio nales/a65867.html, 19-10-2008.

SER, Escritores en la diplomacia mexicana, 3 Volúmenes, México, Secretaría de Relaciones Exteriores, 1998-2002, http://www.sre.gob.mx/acerca/glosario/dpoestasliterarios.htm.

VALERA, Juan, Congreso Social y Económico Hispano-Americano. (Madrid, 1900), Madrid, Imprenta de los hijos de M. G. Fernández, 1902.

VISCARDO, Juan Pablo, “Carta a los españoles americanos (1792)”, en Pensamiento político de la emancipación (1790-1825), Vol. 1, Fundación Biblioteca Ayacucho, 1977.

WERNER Michael, “Introduction à la théorie des transferts culturelsˮ, en De l’Imitation dans les Musées. La diffusion de modèles de musées, XIXe–XXIe siècles, Colloque ENS, 5 décembre 2007, http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=2039.

ZEA, Leopoldo, América en la Historia, Madrid, Editorial Revista de Occidente, 1970, 256 p.

Inicio de página

Notas

1 Souvenons-nous, par exemple, comment en 1815, Simon Bolivar envisageait la nationalité américaine: «Nous ne sommes ni Indiens ni Européens, mais une espèce intermédiaire entre les légitimes propriétaires du pays et les usurpateurs espagnols […] Nous nous trouvons ainsi dans la situation la plus extraordinaire et la plus complexe» (Bolivar, 1990: 69).

2 « Quelle commode invention que l’Ethnologie, dans les mains de certains hommes! Une fois que l’on a admis la division de la société en races supérieures et en races inférieures, que l’on a reconnu la supériorité des blancs et par conséquent leur droit à monopoliser le gouvernement de la planète » (González Prada, 1908).

3 D’après Edgar Morin, c’est parce qu’elles sont dotées des « qualités de globalité, de cohérence, de constance et de stabilité » (Morin, 1986: 106-107).

4 La culture représentait en 2007, 6,7% du PIB du Mexique et 13,36% des exportations, tandis que l’industrie de la chaussure qui constituait 21% des exportations ne représentait que 0,22% du PIB national (Ordoñez, 2008).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Enrique Sánchez Albarracín, « De l’indépendance politique à l’émancipation culturelle:le rôle de la diplomatie latino-américaine en Europe », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 31 diciembre 2010, consultado el 18 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/3500

Inicio de página

Autor

Enrique Sánchez Albarracín

Insa de Lyon – Université de Lyon
Docteur en Etudes Ibériques et Latino-américaines, enseignant et responsable des relations avec l’Amérique latine à la Direction des Relations Internationales de l’Insa de Lyon (Université de Lyon), Membre de l’équipe ITUS (Ingénierie, Techniques, Urbanisme et Société) du laboratoire E.V.S (Environnement Ville et Société), UMR 5600 – Vice-président de l’Association Internationale de recherche M2REAL (Mathématiques du Monde Réel).

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org