Navegación – Mapa del sitio

L’intellectuel face à la célébration du (bi)centenaire de la Nation argentine

Regards croisés sur les figures de Leopoldo Lugones et Abel Posse
Romain Magras

Resúmenes

La célébration de l’anniversaire de la naissance d’une Nation invite généralement à dresser un bilan de son histoire et à relever les défis que lui lance l’avenir. Il n’est pas rare de voir des écrivains entrer en scène pour jouer un rôle différent et complémentaire ou antagoniste de celui des politiques. Ils assument ainsi une fonction sociale qui dépasse celle de créateurs pour incarner le rôle de mémoire vivante des origines, des actes fondateurs de la Nation; ils redéfinissent l’identité, l’idiosyncrasie nationales pour tenter d’assumer un rôle de guides, de conducteurs. Cet objectif s’appuie sur une stratégie de construction d’une figure d’auteur servie par une rhétorique bien particulière. En prenant comme point d’appui le rôle joué par Leopoldo Lugones dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Nation argentine, nous mettrons en lumière les modalités de l’émergence de la figure d’Abel Posse dans l’Argentine du début du XXe siècle et le caractère éminemment lugonien du nationalisme qu’elle prétend incarner dans le contexte du Bicentenaire.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 “ Lejos de ser ajeno a las elecciones estéticas de Lugones, el nacionalismo resulta central para e (...)

1María Teresa Gramuglio1 présente le nationalisme comme l’axe vertébral de l’œuvre de Leopoldo Lugones (1874-1938), un nationalisme mis au service de la construction d’une image d’auteur forte sur la scène publique et littéraire. La force de ce sentiment national chez Lugones et sa volonté de le transmettre à ses contemporains ont été assurément aiguisées dans une large mesure par le contexte historique, à savoir les fastes de la célébration en 1910 du Centenaire de la Nation argentine, un pays dont la réussite insolente et l’ascension fulgurante suscitèrent l’admiration de dirigeants du “ Vieux Continent ” comme Georges Clémenceau.

2Un siècle plus tard, à l’aube de la célébration du bicentenaire de la Révolution de Mai, l’Argentine de 2010, encore convalescente de la crise économique de 2001, présente un visage qui invite moins à l’optimisme qu’au questionnement. De la même façon que la crise des années 1930 avait pu favoriser l’émergence d’une réflexion sur l’argentinité cristallisée par les essais de Lugones, Martínez Estrada (Radiografía de la Pampa, 1933) ou Mallea (Historia de una pasión argentina, 1937), ces années 2000 voient des auteurs un peu plus périphériques exprimer leurs interrogations, comme Felipe Pigna, dont la série à succès revisite les “ mythes ” de l’histoire argentine, ou Abel Posse (Argentina, el gran viraje, 2000; El eclipse argentino. De la enfermedad colectiva al renacimiento, 2003; La santa locura de los argentinos, 2006) et Marcos Aguinis (Pobre Patria mía, 2009) avec leurs essais. Face à l’imminence du Bicentenaire se font jour également des groupes de réflexion engagés dans le débat politique et préoccupés par le devenir national, comme Carta Abierta, plutôt en phase avec les forces kirchnéristes, et Aurora, regroupant des intellectuels très critiques à l’égard du pouvoir, parmi lesquels se trouvent précisément Aguinis et Posse.

3Abel Posse (1934) a principalement cultivé le genre romanesque, et ce sont les œuvres intégrant sa “ trilogie de la découverte ” (Daimón, Los perros del paraíso et El largo atardecer del caminante) qui ont assuré sa renommée internationale, à partir de la fin des années 1970. Bien que le prix Rómulo Gallegos, le plus grand prix littéraire latino-américain, lui ait été décerné en 1987 pour Los perros del paraíso, la notoriété de Posse est paradoxalement restée assez limitée en Argentine, jusqu’à la publication de La pasión según Eva (1994) et de Los cuadernos de Praga (1998), deux romans biographiques consacrés à deux mythes argentins du XXe siècle, Eva Perón et Ernesto Guevara, qui ont, pour cette raison, naturellement attiré l’attention de ses compatriotes. Pour autant, c’est principalement à travers sa présence dans les média, par les essais politiques ou littéraires qu’il a publiés ces dernières années et par ses colonnes dans le quotidien conservateur La Nación qu’il s’est progressivement forgé une image, sur la scène publique et littéraire, qui s’apparente à bien des égards à celle de Lugones, jusqu’à en incarner les traits les plus controversés, comme l’a démontré la polémique récemment soulevée par son bref mandat de ministre de l’Education de Buenos Aires, en décembre 2009.

4Nous nous proposons ici d’exposer les modalités de l’émergence du discours nationaliste de ces deux intellectuels et les ressorts de la construction de leur figure d’auteur afin de mettre en évidence l’identité de leur conception du rôle social que doit jouer l’intellectuel dans l’exaltation et la défense de la mémoire et du sentiment nationaux, à plus forte raison dans le cadre de la célébration de son centenaire ou de son bicentenaire.

Lugones, écrivain total, chantre et défenseur de la Nation

5Bien que l’engagement politique de Lugones ait été particulièrement versatile, parcourant l’ensemble du spectre politique, depuis sa collaboration avec un journal anarchiste anticlérical (Pensamiento libre) jusqu’à son militarisme des années 20 et l’anticommunisme de ses deux essais de 1930, La patria fuerte et La grande Argentina, son œuvre a très tôt eu vocation à exalter la patrie et le sentiment national. Déjà dans La guerra gaucha, recueil de contes publié en 1905, il évoque sur le mode épique l’héroïsme des montoneros du Haut-Pérou et de leur chef emblématique, Martín Güemes. La “ religion de la patrie ” y est par exemple représentée dans le dénouement du conte “ Alerta ” par le “ signe de la patrie ”, rituel par lequel ces héros anonymes ferment les yeux d’un enfant innocent mortellement blessé par les troupes loyalistes (Lugones, 1995 : 48).

6Parallèlement, Lugones cultive très tôt une conception aristocratique de la poésie et de l’écriture en général, patente dans son fameux vers de Las montañas del oro (1897), “ y decidí ponerme del lado de los astros ”, qui introduit une isotopie de l’élévation qui deviendra récurrente dans son Lunario sentimental de 1909. Sa poésie – dont l’encyclopédisme lexical est certes parfois raillé, par Borges, par exemple – reçoit un accueil qui est à la hauteur de ses ambitions, et Lugones incarne progressivement une véritable figure d’ “ écrivain total ”, de par la dispersion générique de son œuvre, mais aussi du fait de son érudition, palpable dans ses écrits hellénistiques ou son goût affirmé pour l’ésotérisme.

  • 2 Cité par Sánchez Pérsico, 2006 : 49.

7C’est dans le cadre des festivités du Centenaire de la Révolution de Mai que Lugones s’affirme vraiment sur la scène publique et littéraire comme une figure incontournable et comme l’écrivain national par antonomase. A la demande du Conseil National d’Education, il écrit une biographie de Sarmiento qui sera publiée en 1911; cette commande l’érige en chantre de la Nation, mais également en sculpteur d’un panthéon littéraire conçu de telle manière qu’il s’y réserve une place (Julien Roger, 2004 : 111-119, 113). En effet, il présente dans ce texte l’écriture sarmientine comme un acte de patriotisme, et loue le père de Facundo et celui du Martín Fierro, José Hernández, “ porque son los únicos autores que han empleado elementos exclusivamente argentinos, y de aquí su indestructible originalidad ” et considère que “ Facundo y Recuerdos de Provincia son nuestra Ilíada y nuestra Odisea; Martín Fierro, nuestro Romancero ” (Lugones, 1988 : 173-174)2. Dans ce canon littéraire défini sur la base de son argentinité, Lugones réserve à ses Odas seculares d’inspiration virgilienne, publiées en 1910 et vouées comme leur titre l’indique à la gloire de la nature et des héros argentins, le rôle des Géorgiques du panthéon littéraire national. Il veut s’affirmer comme l’un des trois piliers de cette cosmogonie littéraire élaborée sur le modèle de celui de la Grèce antique. Avec El payador (1916), on le sait, Lugones approfondira sa réflexion sur le Martín Fierro, dont les thèses, reprises plus tard par Borges achèveront de sceller son image de “ père ” au sens de premier exégète du canon. Omniprésent sur la scène publique et fort de son savoir, Lugones se sent investi d’une mission suprême, celle de fonder la mémoire nationale (qu’elle soit historique ou littéraire), d’incarner la “ Voix de la Nation ”, que ce soit pour la louer ou pour la défendre.

8En 1897 déjà, dans Las montañas del oro, il s’était inquiété des problèmes que pouvait représenter pour la cohésion nationale l’assimilation des populations issues des vagues migratoires de l’après 1880. Surtout à partir de 1920, date à laquelle l’Argentine se retire de la Société des Nations, le discours de Lugones se radicalise et son nationalisme prend une forme résolument réactionnaire. Il perçoit comme un danger pour la souveraineté nationale les pressions exercées à travers cette institution par les puissances victorieuses de la Première Guerre Mondiale. Désormais anticommuniste viscéral, il interprète également certains épisodes de contestation sociale (la Semana trágica en 1919, le mouvement ouvrier réprimé en Patagonie en 1922) comme le signe de la propagation d’idées révolutionnaires incompatibles par définition avec un projet national.

  • 3 “ Yo quiero arriesgar también algo que cuesta mucho decir en estos tiempos de paradoja libertaria (...)

9Dans son “ Discurso de Ayacucho ”, prononcé à Lima à l’occasion du centenaire de la déroute des troupes loyalistes et plus connu sous le nom de “ la hora de la espada ”, il proclame l’idée d’une mission nationale de l’intellectuel et remet explicitement en question les institutions démocratiques3. On ne s’étonnera pas que le général Justo, présent dans l’assemblée, ait trouvé dans ce discours de l’écrivain national une caution, voire une incitation au coup d’Etat qui amènerait au pouvoir le général Uriburu. Ni que ce texte figure en bonne place dans La patria fuerte, miscellanées d’articles de Lugones publiés dans La Nación et réunis pour “ La Biblioteca del Oficial ” et qu’il décrit en préface “ como otras tantas expresiones de la reacción patriótica que impone el estado social del país ” (Lugones, 1930 : 7). Dans ce véritable catéchisme à usage militaire, il présente l’armée comme la “ noblesse de la République ”, pose l’intangibilité de la Nation et définit son “ devoir de puissance ”, celui de garantir le bien-être du peuple en assurant la protection des frontières et des ressources nationales. Dans un article de ce même essai, intitulé “ Roma o Moscú ”, il charge contre la prétendue ineptie des institutions démocratiques, et pose, dans une formulation sarmientine, le futur de la Nation comme un dilemme entre un régime fasciste qui incarnerait la civilisation et la barbarie supposée du “ nihilisme communiste ”.

10Dans ses essais politiques, Lugones forge sa propre figure, comme il le fait à travers sa biographie de Sarmiento et son Payador. En tâchant d’établir l’incurie des politiques qui est assimilable, dans sa rhétorique, à un crime de lèse-patrie, Lugones crée un vide qu’il peut ensuite occuper, en s’érigeant non plus seulement comme la voix, le chantre de la Nation, mais dorénavant comme son guide, son sauveur providentiel, une figure messianique. Il évoque sa mission en termes guerriers (il parle du “ mandato de las espadas de Ayacucho ”), antidémocratiques (il proclame la prééminence de la Nation sur l’individu), ce qui l’amène à devenir assez naturellement la voix officielle du régime militaire d’Uriburu. Plus tard, antéposant la “ religion de la Patrie ” au militarisme, Lugones prend ses distances avec le général Justo après la signature en 1933 du pacte Roca-Runciman, qu’il perçoit comme un abandon de la souveraineté nationale aux intérêts britanniques. Il s’enferme ensuite dans un isolement croissant jusqu’à son suicide en 1938, dans les circonstances que l’on sait. Malgré la condamnation par le monde littéraire de son bellicisme et de ses dérives fascistes à partir de son discours de 1924, la poésie de Lugones continuera d’occuper une place de premier ordre dans les anthologies publiées en Argentine à la même époque (Salazar Anglada, 2005 : 127-156), sa figure sera réhabilitée dès sa mort par Borges, qui lui dédiera ensuite El hacedor en 1960. Enfin, et contre toute attente, le Día del escritor célèbre chaque année le 13 juin ni moins que l’anniversaire de la naissance de Lugones. Son œuvre prolifique et plurielle, les sommets atteints par sa poésie moderniste, son interprétation du canon confirmée par Borges, son omniprésence sur la scène publique qui rend sa figure indissociable de la célébration du centenaire, et sans doute les circonstances de sa mort, ont fait passer son militarisme au second plan pour sceller dans la mémoire collective une image d’écrivain national et d’écrivain absolu, en somme, celle qu’il avait souhaité donner de lui-même.

Lugones, lu par Posse

  • 4 Leopoldo Lugones. Textes choisis par Tomás Alva Negri, trad. de Bernard Sesé, Nadir, n°1, Paris, C (...)
  • 5 “ Lugones en el país de los poetas muertos ”, op. cit. Le “ héros-poète ” –l’une des six catégorie (...)
  • 6 “ Mientras el grupo literario se aliena en los consabidos errores del siglo, Lugones se sitúa más (...)
  • 7 “ El artista en general, y el escritor en particular, son los últimos samurai: tratan de salvar va (...)

11Abel Posse a manifesté à maintes reprises sa sympathie voire même son admiration pour Lugones. Il lui a ainsi consacré le premier des quinze volumes de sa collection Nadir4, publiée à son initiative entre 1982 et 1985 par le Centre Culturel Argentin, dont il était le directeur, inspirée de la Croix du Sud de Roger Caillois et vouée à faire connaître en France les poètes argentins. De même, l’anniversaire de la mort de Lugones est souvent mis à profit par Posse pour saluer sa mémoire, (Posse, 15/02/1998 ; Posse, 7/08/2006 ; Posse, 18/02/2008)  dans une double perspective d’hommage et de réhabilitation. Il le situe lui aussi parmi les “ astres ” de la littérature et porte à son crédit –détournement nationaliste significatif- la “ rénovation linguistique du castillan ” habituellement prêtée à Rubén Darío et le caractérise clairement comme un avatar du paradigme carlylien du poète-héros5, ce qui donne une dimension sacrificielle à sa lecture de sa trajectoire. Posse perçoit sa versatilité politique de façon positive, comme la traduction de son éclectisme. Enfin, il s’attache à relativiser ses dérives antidémocratiques en rappelant celles de Borges et en faisant sienne la thèse lugonienne d’une lecture malintentionnée du Discours d’Ayacucho (Lugones, 1930 : préface). Livrant une exégèse bienveillante de ce texte controversé, Posse décontextualise Lugones pour le rapprocher de Mishima, et le présenter comme un héros, un samouraï s’immolant sur l’autel d’une mission fondatrice6. L’assimilation de l’écrivain à un “ samouraï ”, récurrente chez Posse, cristallise son identification personnelle à la conception lugonienne de l’intellectuel comme membre d’une sorte d’aristocratie, comme conscience supérieure dont la mission, envisagée en termes guerriers et héroïques, consiste à défendre au péril, voire au sacrifice de sa vie, la pérennité de la culture et des valeurs nationales face à des menaces tant extérieures qu’intérieures7. Nous nous proposons de mettre en lumière les procédés par lesquels, à travers ses textes, Abel Posse tâche de se construire une figure auctoriale et d’incarner, dans la perspective de la célébration du Bicentenaire, une forme d’engagement et donc un rôle social qui l’apparente largement à celui que souhaitait incarner Lugones un siècle plus tôt.

Figure auctoriale et nationalisme: la permanence du paradigme lugonien chez Posse

  • 8 Quelques poèmes publiés dans El Mundo à la fin des années 50, une élégie à Georg Trakl plusieurs f (...)
  • 9  Il s’est en fait toujours implicitement engagé en fustigeant les intellectuels et la littérature e (...)
  • 10 Dante Alighieri, La Divine Comédie. Le Purgatoire, chant XXVI, vv.115-123, Paris : Flammarion, 245

12Il est difficile de mettre sur le même plan Abel Posse et Leopoldo Lugones car le premier, contrairement à son prédécesseur, occupe une place plutôt secondaire sur la scène littéraire nationale. L’œuvre possienne reste assez méconnue en Argentine et, contrairement à Lugones qui n’a écrit qu’un roman, Posse a affiché une prédilection pour le genre romanesque et n’a presque pas publié de poésie8. Entré dans la diplomatie en 1966, Posse a très peu vécu en Argentine, et ce n’est que depuis 2005 et sa mise à la retraite qu’il s’y forge une image publique de plus en plus visible. Enfin, contrairement à Lugones, il s’est longtemps maintenu en marge de tout engagement politique officiellement assumé9, même s’il n’a jamais caché sa sympathie pour le premier péronisme. Au demeurant, il a, comme Lugones, manifesté assez tôt la volonté de se forger une figure auctoriale forte. D’abord à travers les noms d’auteur qu’il s’est choisis. Arnaud Daniel, le pseudonyme sous lequel il a présenté son premier roman, Los Bogavantes, au Premio Planeta de 1968, renvoie au styliste hors-normes du Purgatoire de Dante, “ il migglior fabbro del parlar materno ” (“ le plus grand artisan de la langue ”)10, et témoigne de la hauteur de ses ambitions. Abel Parentini Posse devient “ Abel Posse ” en 1961 ; en effaçant ses origines paternelles italiennes et en mettant en avant ses origines créoles ancestrales (les puissants Posse de Tucumán dont descend par exemple Julio Argentino Roca), Posse exprime sans doute une certaine conception de l’argentinité proche de celle de Lugones. Il a d’autre part également su imposer une image lugonienne d’auteur aristocratique, érudit, à travers une prose dense, très travaillée, tissée de références intertextuelles, historiques, philosophiques ou ésotériques, impression renforcée par une omniprésence paratextuelle de la figure auctoriale dialoguant constamment avec l’instance lectrice. Enfin, en se penchant sur la littérature et le canon nationaux, en particulier dans deux essais, Biblioteca esencial (1991), En letra grande (2005), et un texte polémique intitulé “ Un siglo en la provincia literaria argentina ” (Posse, 19/03/2000). Posse a comme Lugones tâché de se construire une place au sein de la tradition. Il livre dans ces écrits un récit mythographique établissant la complétude de sa formation littéraire et présentant sa trajectoire d’écrivain après son départ de Buenos Aires comme une succession de révélations qui lui forgent une identité latino-américaine et qui vont l’amener à connaître ou fréquenter comme ses pairs de grandes figures de la littérature latino-américaine comme Neruda, Borges, Carpentier, Scorza ou Sarduy. Revendiquant une identité latino-américaine et sa reconnaissance par les maîtres de la littérature continentale, auréolé du prix continental Rómulo Gallegos (1987), Posse ne voit en l’Argentine qu’une simple “ province ” du continent verbal, “ le pays des poètes morts ”, et il rend hommage à des figures comme Lugones, Borges, Arlt et beaucoup d’autres qui auraient en commun le fait d’avoir été victimes de critiques partiaux. En termes stratégiques, Posse décrédibilise le canon argentin en louant la marginalité comme un signe de grandeur et, inversement, en présentant le succès éditorial comme un gage de médiocrité. Ainsi, il offre une lecture de sa marginalité sur la scène littéraire argentine à travers laquelle il s’apparente implicitement à Borges et Lugones, les deux figures auctoriales dont se réclame celle qu’il tâche de se construire.

13La veine lugonienne dans laquelle s’inscrit Posse transparaît également dans son nationalisme. La situation critique de l’Argentine depuis la fin des années 1990 et l’imminence du Bicentenaire lui donnent l’occasion de se donner également une dimension d’écrivain national, d’assumer le rôle de chantre ou de défenseur des valeurs nationales.

14Bien qu’il n’ait écrit la biographie d’aucun protagoniste de la geste nationale, Abel Posse met souvent à profit les días patrios pour célébrer la mémoire d’événements fondateurs comme la révolution de mai, le congrès de Tucumán ou pour rendre hommage à la figure emblématique et rassembleuse du héros national San Martín. Du fait de son caractère paradigmatique, étant donné qu’il incarne à travers son action fondatrice les valeurs sur lesquelles repose la Nation en tant que projet et, partant, en tant que sentiment d’appartenance à une communauté, l’éclairage que porte Posse sur la figure du héros national peut s’avérer significatif quant à sa conception personnelle de ce projet national. Les textes possiens réservant un rôle protagonique à San Martín (Posse, 2000 : 67-75 ; Posse, “ El misterio de Punchauca ”; Posse, 17/08/1989 ; Posse, 17/08/2007 ; Posse, 15/08/2008). ont pour caractéristique commune de le situer en marge des hauts faits historiques qui l’ont érigé en mythe. A l’exception de rares passages, le registre épique en est quasiment absent. Posse plonge dans l’intimité du héros, comme il l’a fait pour le Che dans son roman biographique Los cuadernos de Praga, pour le rendre plus humain, et donc plus accessible, plus imitable. Ce n’est pas l’héroïsme guerrier qui y est célébré –sans qu’il soit pour autant remis en question-, mais l’héroïsme moral, qui prend même une dimension sacrificielle, sans tomber cependant dans la veine hagiographique explorée par Ricardo Rojas dans El santo de la espada (1933). Le conte “ Paz en guerra ” fictionnalise les prémices de l’entrée triomphale de San Martín à Lima, en 1821, sa rencontre secrète avec le vice-roi de la Serna à Punchauca, et son entrevue à Guayaquil avec Bolívar, trois moments qui virent San Martín prendre des décisions que ses détracteurs jugeraient tantôt inappropriées, tantôt comme des actes de trahison ou de lâcheté. L’éclairage possien campe San Martín en homme de paix, tentant vainement d’opposer que la guerra y la política de la guerra son valores menores  à la logique purement guerrière de l’officier Arenales : “ la guerra es un destino privilegiado y salvaje. Es la partera de los pueblos, la definición de la libertad. Con todo su horror y su dolor, tiene el prestigio de ser el momento supremo: por las guerras se recuerda a los grandes pueblos… ” (Posse, 2000 : 71-72). Pourtant, le dénouement du conte donne raison à San Martín car l’histoire future de l’Argentine y apparaît sous le sceau de l’instabilité politique, de la division et de la violence (“La Historia, en el espejo, era un sangriento eterno retorno. El largo parto de una especie condenada o demorada”) (Posse, 2000 : 75). Malgré les apparences, dans ce conte, le héros national perd certes de sa statuaire, mais gagne en exemplarité. Il est héroïque à travers son effacement, sa renonciation aux lauriers de la gloire au profit d’une cause qui lui semble juste et commune. Une lecture carlylienne du héros confirmée par un autre texte de Posse, “ Cuando muere el águila ”, où l’exil, la maladie et la mort de San Martín sont lus comme l’expression de son renoncement personnel et de son sacrifice à la cause nationale. Cette approche de la figure fondatrice sanmartinienne partage avec Lugones l’idée d’une “ religion de la Nation ”, mais s’en distancie par un rejet du recours systématique à la force.

  • 11  Dans la seconde partie de El eclipse argentino, qui reprend métaphoriquement les grands mouvements (...)

15Posse a publié trois essais politiques et sociologiques depuis le début du XXIe siècle (il en annonce un quatrième, Sobrevivir Argentina, pour 2010), qui s’inscrivent à la fois dans les défis qu’offre le nouveau millénaire à l’Argentine (El gran viraje, 2000), et dans la problématique de la célébration du bicentenaire de la Nation dans un contexte de débâcle économique qui est aux antipodes de celui du Centenaire (El eclipse argentino. De la enfermedad colectiva al renacimiento, 2003). L’argumentation reprend certaines idées de “ La hora de la espada ” et de La patria fuerte, comme la décadence supposée d’une Nation livrée à l’inconséquence de politiques ineptes, et un souverainisme marqué, d’inspiration bolivarienne chez Posse. En critiquant les politiques comme le faisait Lugones, Posse dote les intellectuels (et lui au premier chef) d’un rôle providentiel de guides11, de porte-paroles de la conscience nationale, de détenteurs des clés de sa “ résurrection ”. Sa définition de la “ Nation ”, qu’il emprunte à Giorgio del Vecchio, présuppose l’exaltation épique du passé au service de la construction de l’avenir :

El fundamento de la Nación radica en la conciencia de una misión común, recuerdo de gestas, de desventuras y de glorias que nos remontan a generaciones anteriores y que sobreviven en la presente y se proyectan en las futuras. La Nación es una proyección psicológica, un plebiscito de todos los días. (Posse, 2003 : 16)

  • 12  “ Sentimos que no podemos ser la generación de la entrega y la derrota. No queremos extinguirnos c (...)
  • 13  Lire “ La tarde del gran fracaso del economicismo liberal ”, (Posse, 2003: 43-48).
  • 14  A noter cependant que Posse, dans La santa locura de los argentinos (2006), tâche également de déf (...)
  • 15  A titre d’exemple, César Aira, dans son Diccionario de autores latinoamericanos, Buenos Aires, Eme (...)

16Ces essais convoquent effectivement de façon redondante les mythes fondateurs du peuple élu, du désert, et de la terre promise (Posse, 2003 : 36-38). De même, la Révolution de Mai et le Congrès de Tucumán sont évoqués dans plusieurs textes avec emphase comme les actes d’une fondation ex nihilo, une cosmogonie présentée en termes dialectiques sarmientins, où les notables confluant vers Tucumán incarnent les porteurs de la civilisation bravant la barbarie d’un espace primigénique. Ces textes confrontent de façon dialogique le chaos des origines au chaos contemporain, afin de convoquer les lecteurs à une geste refondatrice12, dans une rhétorique paternaliste, voire injonctive13. L’approche du passé est résolument mythique chez Posse : il ne s’agit pas de célébrer, de rendre hommage à un passé et des ancêtres glorieux, mais bien de les réactiver, de les réactualiser dans une perspective illocutoire pour que les générations futures –pour reprendre la définition de Del Vecchio- les projettent dans le futur. Posse voue donc clairement un culte à l’héroïsme, à la grandeur, dans un contexte qui pourtant n’incite guère au triomphalisme. Même si, comme des prédécesseurs tels que Martínez Estrada ou Víctor Massuh, il s’interroge sur la “ maladie argentine ”, sa convocation de la mémoire historique idéalise un âge d’or (la naissance de la Nation, la génération de 1880, et l’Argentine du Centenaire) présenté comme un modèle intangible sur lequel il convoque au patriotisme pour construire le futur. Il est en cela assez proche de Lugones, il se veut aussi le barde des mythes du XIXe siècle, même si chez Lugones, il s’agissait plus de définir les valeurs nationales14 et de créer un panthéon que de réactiver le passé dans une perspective illocutoire. Le nationalisme de Posse rejoint aussi Lugones par son caractère controversé car, sans prôner aussi clairement le militarisme, il plaide pour un plus grand dirigisme du pouvoir. A cet égard, Posse adopte une démarche qui va à contre-courant de la Commission du Bicentenaire –et de la définition de Del Vecchio-, dans la mesure où il s’interroge peu sur les épisodes douloureux des deux siècles d’histoire nationale et livre une approche peu nuancée voire révisionniste de certains événements comme la “ campagne du désert ”, ou la dernière dictature militaire et sa mémoire. A défaut d’occuper comme Lugones un espace privilégié et reconnu dans le monde littéraire argentin15, Posse donne dans ses essais politiques un prolongement à la figure auctoriale forte qu’il s’est forgée par ailleurs en cherchant à endosser le rôle de conscience morale, de barde, de célébrant et de défenseur de la mémoire et du projet national jadis incarné par Lugones, quitte à adopter une attitude particulièrement offensive et des prises de position résolument controversées. Très influencé par la thématique sarmientine de la civilisation et de la barbarie, il s’inscrit dans le sillage des intellectuels nationalistes du XIXe siècle et représente, de par son culte de l’héroïsme et sa réticence à se pencher sur le passé s’il n’est pas glorieux, une tendance marginale parmi les réflexions inspirées par la célébration du Bicentenaire, mais qui s’apparente à plus d’un égard à celle de Lugones.

Conclusion

  • 16  L’influence de la pensée de Carlyle sur la conception possienne de l’héroïsme est très marquée. Or (...)
  • 17  Voir à cet égard l’essai de Julio Premat, 2009.

17On le voit, Leopoldo Lugones et Abel Posse se sont tous deux employés à mettre leur œuvre au service de la construction d’une figure auctoriale désireuse d’espace ou de reconnaissance. Un espace qu’elles ont trouvé entre autres choses en s’érigeant, à un siècle d’intervalle, et dans le contexte de la célébration du (bi)centenaire comme les dépositaires de la mémoire de la Nation argentine, comme les chantres de ses valeurs, ou les artisans de son renouveau, en déployant une rhétorique de la persuasion. Cette religion de l’héroïsme, guerrier pour l’un et carlylien pour le second, et de la Nation les a parfois conduits à prôner une certaine forme d’autoritarisme et à cultiver –et donc à subir- une certaine marginalité. Le rôle social qu’ils attribuent à l’intellectuel, conçu comme un véritable démiurge, rappelle certaines figures du XIXe siècle, comme par exemple Victor Hugo. Lugones et à plus forte raison Abel Posse ont une dimension profondément anachronique16 cristallisée par leur idéalisation nostalgique d’un passé révolu et par leur culte de l’héroïsme individuel ou littéraire dans un contexte, en ce qui concerne Abel Posse, de crise de la représentation, de crise du sujet, et d’une tendance marquée à l’effacement des figures auctoriales sur la scène littéraire argentine17. En tout état de cause, leur trajectoire, leur œuvre et leur engagement respectifs illustrent les enjeux de ce que peut représenter pour une Nation, à un moment donné de son histoire, a fortiori lors de la célébration d’un centenaire ou d’un bicentenaire, la mémoire de ses origines, sa confrontation avec son présent et sa projection dans l’avenir.

Inicio de página

Bibliografía

CARLYLE, Thomas, Les héros, Paris, Librairie des Deux Mondes, 1998.

GRAMUGLIO, María Teresa, “ Literatura y nacionalismo: Leopoldo Lugones y la construcción de imágenes de escritor ”, en Hispamérica, año XXII, n° 64-65, 1993, pp. 5-22.

LOIZAGA, Patricio, “ El escritor es el último samurai. Entrevista a Abel Posse ”, en Revista Cultura, Buenos Aires, Año VII, n° 34, 1990.

LUGONES, Leopoldo, Las montañas del oro, 1897.

------------------, La guerra gaucha (1905), México, Cien del Mundo, 1995.

------------------, Lunario sentimental, 1909.

------------------, Odas seculares, 1910.

------------------, Historia de Sarmiento (1911), Buenos Aires, Academia Argentina de Letras, 1988.

------------------, El payador, 1916.

------------------, La patria fuerte, Buenos Aires, Biblioteca del Oficial, 1930.

------------------, La grande Argentina, 1930.

POSSE, Abel, El misterio de Punchauca (y Guayaquil) (inédit).

------------------, “ Cuando el águila desaparece ”, La Nación, Buenos Aires, 17/08/1989.

------------------, Biblioteca esencial, Buenos Aires, Emecé, 1991.

------------------, “ Lugones en el país de los poetas muertos ”, La Nación, Buenos Aires, 15/02/1998.

------------------, “ Un siglo en la provincia literaria argentina ”, La Gaceta, San Miguel de Tucumán, 19/03/2000.

------------------, Argentina. El gran viraje, Buenos Aires, Emecé, 2000.

------------------, “ Paz en guerra ”, en Relatos por la paz, Amsterdam, Radio Nacional Holanda, 2000, pp. 67-75.

------------------, El eclipse argentino, Buenos Aires, Emecé, 2003.

------------------, En letra grande, Buenos Aires, Emecé, 2005.

------------------, La santa locura de los argentinos, Buenos Aires, Emecé, 2006.

------------------, “ Soledad y vigencia de Lugones ”, La Gaceta, San Miguel de Tucumán, 7/08/2006.

------------------, “ San Martín y Bolívar: dos ideas distintas para América. La permanente actualidad del secreto de Guayaquil ”, La Nación, Buenos Aires, 17 /08/2007.

------------------, “ Lugones, nuestro primer poeta ”, La Nación, Buenos Aires, 18/02/2008.

------------------, “ San Martín en Saldán ”, La Nación, Buenos Aires, 15/08/2008.

PREMAT, Julio, Héroes sin atributos, Buenos Aires, FCE, 2009.

ROGER, Julien, “ Leopoldo Lugones, constructor del panteón argentino ”, en Daniel Attala, Sergio Delgado et Rémi Le Marc’hadour (dir), L’écrivain argentin et la tradition, Mondes Hispanophones 28, Presses Universitaires de Rennes, 2004, pp. 111-119.

SALAZAR ANGLADA, Aníbal, “ En el centro del canon: Leopoldo Lugones en las antologías poéticas argentinas (1900-1938) ”, en Atenea, n° 491, Concepción (Chile), 2005, pp. 127-156.

SÁNCHEZ PÉRSICO, Adriana, “ El lugar (del) secreto: Leopoldo Lugones y las figuras de escritor ”, en Julio Premat (ed.), Figures d’auteur. Figuras de autor. Cahiers de LIRICO, n°1, Université Paris 8 Vincennes- Saint Denis, 2006, pp. 39-57.

Inicio de página

Notas

1 “ Lejos de ser ajeno a las elecciones estéticas de Lugones, el nacionalismo resulta central para ellas, y funcional a su idea dominante, que es la construcción de una poderosa imagen de escritor que legitimara su colocación tanto en el espacio literario como en el social ” (Gramuglio, 1993 : 5-22, 8).

2 Cité par Sánchez Pérsico, 2006 : 49.

3 “ Yo quiero arriesgar también algo que cuesta mucho decir en estos tiempos de paradoja libertaria y de fracasada, bien que audaz, ideología. Ha sonado otra vez, para bien del mundo, la hora de la espada. (…) Habría traicionado, si no lo dijera así, el mandato de las espadas de Ayacucho. Puesto que este centenario, señores míos, celebra la guerra libertadora ; la fundación de la patria por el triunfo ; la imposición de nuestra voluntad por la fuerza de las armas ; la muerte embellecida por aquel arrebato ya divino, que bajo la propia angustia final siente abrirse el alma a la gloria en la heroica desgarradura de un alarido de clarín ”  (Lugones, 1930 : 17-18).

4 Leopoldo Lugones. Textes choisis par Tomás Alva Negri, trad. de Bernard Sesé, Nadir, n°1, Paris, Centre Culturel Argentin, 03/1982, 95 p.

5 “ Lugones en el país de los poetas muertos ”, op. cit. Le “ héros-poète ” –l’une des six catégories de héros constituant la typologie élaborée par Carlyle- détient un sens profond de la réalité, visible ou invisible. Cette acuité, conçue comme un don de la Providence, l’investit d’une autorité naturelle et d’une mission sociale, celle de guide, à laquelle il se consacre avec la plus grande abnégation. Carlyle range ainsi ce type de créateurs dans ce qu’il convient d’appeler une certaine aristocratie du genre humain (Carlyle, 1998 : chapitre 2).

6 “ Mientras el grupo literario se aliena en los consabidos errores del siglo, Lugones se sitúa más allá de las ideologías y propugna una fundación heroica de la Argentina. Surge el tema de ‘la espada’, como en Mishima, como obsesión. No tolera la Argentina que se va con Roca, su protector (…)” (Posse, 15/0201998).

7 “ El artista en general, y el escritor en particular, son los últimos samurai: tratan de salvar valores en el incendio de la subcultura comercializada a escala global. (…) Hay que ser un verdadero estratega para indiferenciarse de la agresión solapada o la concreta y esta última va desde el asesinato de Conti al suicidio de Lugones ” (Loizaga, 1990).

8 Quelques poèmes publiés dans El Mundo à la fin des années 50, une élégie à Georg Trakl plusieurs fois primée, et deux recueils, Celebración de Machu Picchu (1977), aux résonances nérudiennes et dont la diffusion est restée confidentielle, et Celebración del desamparo qui, bien que finaliste en 1970 du Premio Maldoror de Poesía en Lengua Española, est resté inédit.

9  Il s’est en fait toujours implicitement engagé en fustigeant les intellectuels et la littérature engagée “ à gauche ”, et en écrivant régulièrement dans les colonnes du quotidien conservateur La Nación. Ce n’est cependant que depuis 2005 que Posse s’est résolument engagé en politique comme farouche opposant aux présidences Kirchner en se présentant aux élections sénatoriales en 2007, puis en acceptant le poste de ministre de l’Education de Buenos Aires proposé par Mauricio Macri en décembre 2009.

10 Dante Alighieri, La Divine Comédie. Le Purgatoire, chant XXVI, vv.115-123, Paris : Flammarion, 245.

11  Dans la seconde partie de El eclipse argentino, qui reprend métaphoriquement les grands mouvements de l’Exode de l’Ancien Testament à des fins d’édification, pour prêcher comme Lugones la “ religion de la Nation ”, la voix auctoriale s’attache à prendre une dimension messianique en se présentant implicitement sous les traits d’un nouveau Moïse (Posse, 2003 : 141-143).

12  “ Sentimos que no podemos ser la generación de la entrega y la derrota. No queremos extinguirnos como una espléndida llamarada que sólo duró un siglo (¡de Sarmiento a Cavallo !). Sentimos que debemos convocarnos a la patriada grande: la del Renacimiento. Queremos cabalgar otra vez y sentir en la cara el aire fresco de la marcha fundacional. Queremos sentir en nosotros la sangre de Rosas y Facundo, de Roca y Sarmiento, de Yrigoyen y Perón (…) Sólo la crisis, sólo el desierto, puede darnos la portunidad de reencontrarnos en la fiesta y la tarea de un Renacimiento, en una nueva fundación. Como en julio de 1816” (Posse, 2003 : 76-78).

13  Lire “ La tarde del gran fracaso del economicismo liberal ”, (Posse, 2003: 43-48).

14  A noter cependant que Posse, dans La santa locura de los argentinos (2006), tâche également de définir l’idiosyncrasie nationale, l’argentinité se définissant selon lui dans une large mesure sur la dialectique sarmientine de la civilisation et de la barbarie.

15  A titre d’exemple, César Aira, dans son Diccionario de autores latinoamericanos, Buenos Aires, Emecé, 2001, ne cite pas une fois son nom, et ce, malgré les distinctions qui lui ont été décernées en Argentine et à l’étranger.

16  L’influence de la pensée de Carlyle sur la conception possienne de l’héroïsme est très marquée. Or, de son vivant, au XIXe siècle, Carlyle se plaignait déjà du fait que les valeurs héroïques au sens où il les entendait tombaient en désuétude. D’autre part, la pensée carlylienne fut déjà perçue par ses contemporains comme un véritable anachronisme à une époque où le positivisme triomphait.

17  Voir à cet égard l’essai de Julio Premat, 2009.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Romain Magras, « L’intellectuel face à la célébration du (bi)centenaire de la Nation argentine », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 19 | 2010, Publicado el 31 diciembre 2010, consultado el 30 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/3519

Inicio de página

Autor

Romain Magras

Université Lille III
PRAG à l’Université Lille 3 et traducteur littéraire. Equipe de recherche: ALHIM (Amérique Latine Histoire et Mémoire), EA 3055. Achève une thèse de doctorat intitulée Les figurations de l’héroïsme dans l’œuvre d’Abel Posse ”, axée sur la construction des personnages historiques et sur la figure auctoriale. A publié divers travaux sur l’œuvre d’Abel Posse et sur le roman historique latino-américain.
romain.magras@univ-lille3.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org