Navegación – Mapa del sitio

Ingrid Betancourt, Même le silence a une fin

Paris, Éditions Gallimard, 2010
Liliana Buitrago Orjuela
Referencia(s):

Ingrid Betancourt, Même le silence a une fin, Paris, Éditions Gallimard, 2010

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Deux ans après sa libération, Ingrid Betancourt nous livre le témoignage de sa captivité dans Même le silence à une fin, édité par Gallimard ; ce livre dévoile les mystères d’un des enlèvements les plus connus dans le monde.

2Cette franco-colombienne est connue en France pour ses campagnes politiques contre la corruption des gouvernements colombiens, qu’elle raconte dans son premier ouvrage, La rage au cœur, édité par XO éditions (février 2001). Elle y construit son image de femme politique courageuse et active. Peu apprécié en Colombie, ce livre a connu un certain succès en France, sans doute en raison de l’image d’une femme se battant contre les monstres de corruption qui blessent la démocratie d’un pays tropical, à l’image d’un Don Quichotte face aux moulins à vent ou même d’une Jeanne d’Arc à la tête d’une campagne pour délivrer son pays.

  • 1 C’est une guérilla paysanne par excellence. Connue comme le groupe guérillero le plus ancien du mon (...)

3Puis elle se présente comme candidate à la présidence. Pendant sa campagne, le 21 février 2002, elle est enlevée par les FARC (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia1), la plus ancienne guérilla du monde. Elle fait partie des otages politiques, un groupe d’hommes et de femmes retenus par cette guérilla et dont la condition de libération est l’échange contre des membres des FARC retenus dans les prisons de l’Etat. Ingrid Betancourt devient un des otages les plus importants en raison de sa double nationalité et de la démarche de sa famille auprès du gouvernement français. En effet, l’intervention de la France dans cette affaire et l’internationalisation de l’enlèvement vont augmenter la pression sur le gouvernement colombien. Pendant les six ans et quatre mois de captivité d’Ingrid, les négociations vont, à plusieurs reprises, démarrer et échouer. Dans un contexte post 11 septembre 2001, sous le gouvernement de Alvaro Uribe Velez (2002-2010) qui a promis la fermeté vis-à-vis des guérillas, les otages politiques verront s’écouler plusieurs années dans la forêt amazonienne.

4Elle est libérée le 2 juillet 2008 grâce à une opération militaire colombienne, l’opération Jaque (le mot évoque le jeu d’échecs). Cette opération est louée au niveau mondial, non seulement parce qu’elle rend la liberté à 13 otages politiques, dont Ingrid, mais aussi parce qu’elle est présentée comme une preuve de l’efficacité des Forces Armées colombiennes. Il s’agit d’une libération qui va faire la une des journaux mondiaux.

5Son enlèvement, ses années de captivité et sa libération ont été fortement suivies par les médias, qui avaient fait de cette femme un symbole politique : le symbole des otages victimes des conflits à travers le monde. En France, pendant sa captivité, son portrait a été accroché aux façades des mairies de plusieurs villes comme geste de soutien et de solidarité. Nous avons donc tous entendu parler d’Ingrid Betancourt, au moins une fois. Ce suivi de son drame attendait le dernier mot, celui de la victime, de la rescapée. Aujourd’hui, elle nous livre son histoire.

6Dans ces 670 pages, on trouve les souvenirs les plus importants de ses six ans et quatre mois de captivité et de souffrances. En Colombie, certains des autres rescapés de l’enlèvement nous ont habitués, depuis des années 90, à des publications qui suivaient de près leur libération ou dans un délai ne dépassant pas un an. Il s’agit d’écrits très émotifs, issus d’une liberté soudaine de la parole. Au contraire, Ingrid nous apporte une écriture réfléchie, organisée et orientée. Tout d’abord elle nous surprend en choisissant le Français pour écrire, un geste inattendu qui s’explique peut-être par son engagement envers un public déjà conquis.

7Elle commence son récit avec un chapitre aussi bouleversant qu’exceptionnel, se détachant ainsi des témoignages des rescapés d’enlèvement en Colombie, qui nous ont habitués à des récits qui commencent avec la fin ou le début de leur captivité. Ingrid Betancourt nous livre tout de suite le récit du jour où elle a été sévèrement battue suite à une tentative de fuite. C’est à travers l’image d’une femme humiliée et déchirée dont la bouée de sauvetage a été sa notion de dignité, qu’elle met en valeur son statut de victime. En même temps, elle dessine une personnalité rebelle et insoumise malgré les dangers. Elle fait apparaître à nouveau l’image de l’héroïne dont les actions illustrent le courage et le moral.

8À partir du deuxième chapitre, elle revient au début de sa captivité et raconte toutes ses expériences selon l’ordre chronologique. Elle raconte les événements les plus importants de ses années de captivité, ainsi que les expériences et sentiments qui l’ont le plus bouleversée, en restant toujours dans la spécificité égocentrique de ce genre de récits. Elle donne aussi sa version des choses en réponse aux accusations de certains des otages avec qui elle a partagé sa captivité.

9Dans un français très soigné, ce récit arrive à faire percevoir au lecteur les sensations (lumière, odeurs, sons, etc...) qui expriment par le détail la précarité et l’étrangeté de la vie dans la forêt. En même temps, elle développe ses réflexions sur sa condition d’otage. A la différence des autres récits de témoignage, Même le silence a une fin est rédigé dans une perspective très réfléchie, en continuité avec les projets politiques de l’auteure, ce qui lui enlève une des caractéristiques des récits de vie : la naïveté et l’urgence de la parole.

Inicio de página

Notas

1 C’est une guérilla paysanne par excellence. Connue comme le groupe guérillero le plus ancien du monde, elle célèbre en 2006 son 40ème anniversaire.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Liliana Buitrago Orjuela, « Ingrid Betancourt, Même le silence a une fin », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 06 abril 2011, consultado el 18 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/3575

Inicio de página

Autor

Liliana Buitrago Orjuela

Anthropologue
Doctorante, Université Paris 8 – Vincennes

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org