Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Etudes migratoires et échelles analytiques
Paola Garcia
Plano | Texto | Notas | Cita | Autor

Texto completo

  • 1 Nancy Green, Repenser les Migrations, PUF, Paris, 2002.

1Les études relatives à l’immigration internationale se sont multipliées au cours de ces dernières décennies. La plupart d’entre elles mettent en évidence le rôle fondamental que jouent les Etats et les gouvernements dans les processus d’intégration des immigrés à travers les politiques migratoires (visas, processus de régularisation, politiques de quotas, etc.), économiques (politiques d’emplois, déductions fiscales, etc.) et socioculturelles (éducation, santé, logement, etc.). Mais si les séries statistiques agrégées établies par les autorités gouvernementales des différents pays ou bien les analyses macro-politiques constituent des outils précieux pour dégager les grandes tendances des flux migratoires, elles ne permettent en revanche que de saisir partiellement les processus d’adaptation et d’intégration des migrants à la société d’accueil. Par ailleurs, l’étude au niveau plus local des contextes de réception et l’analyse des pratiques quotidiennes des migrants ne permettent pas non plus à elles seules de mettre en perspective les logiques d’intégration. Ce n’est que grâce à une étude mobilisant différents niveaux d’analyses -macro, méso et micro-analyses1 - et différentes échelles -locale, régionale, nationale et globale- que l’on y parviendra avec plus d’exactitude.

2Ces changements d’échelles laissent apparaitre de nouvelles perspectives analytiques comme celles développées par Wendy Cadge, Sara Curran, Nadya Jaworsky et Peggy Levitt. Dans leur article, les auteures se proposent d’étudier l’impact de l’immigration dans deux villes nord-américaines de petite taille de la Nouvelle Angleterre. Toutefois, contrairement à de nombreux travaux qui se focalisent exclusivement sur le caractère local des espaces de réception et qui ne tiennent compte presque exclusivement que des caractéristiques économiques locales, elles étudient ces espaces à partir de contextes géo-économiques plus amples tout en introduisant la donnée culturelle comme facteur d’analyse pertinent dans la question de l’intégration des immigrés. Dès lors, les auteures s’attachent à démontrer que l’armature culturelle à partir de laquelle la ville se construit détermine en grande partie la constitution d’espaces d’accueil propices ou non à l’intégration des immigrés.

Le religieux et la migration

3En outre, la question culturelle et la variabilité d’échelles analytiques sont également au cœur des autres articles de ce numéro des Cahiers d’ALHIM. Ces travaux ont plus précisément pour objet l’étude du rôle du religieux dans les contextes migratoires. Ils abordent cette thématique à partir d’expériences migratoires variées -celles des Latino-américains en Europe (Garcia, Mourier, Plata Quezada), des Japonais au Brésil (Kimura Gaudioso et Ramos Soares), des Mexicains aux Etats-Unis (Schaffhauser), des Européens en Amérique du Sud (Garcia-Ruiz) et des Jésuites en Italie (De Ribas)- se situant à des moments historiques divers (du XVIIe au XXIe siècle). Tout en alliant différentes perspectives analytiques, les auteurs parviennent à mettre en lumière les spécificités des pratiques et des croyances religieuses des migrants ainsi que les prises de position et les modes de fonctionnements des différentes institutions religieuses dont la visibilité n’a cessé d’augmenter au cours de ces dernières années.

4S’il est vrai qu’aujourd’hui, nous constatons une augmentation inédite des flux migratoires, nous sommes également confrontés à un regain indiscutable du religieux à travers le monde. Cette conjoncture n’est sans doute pas fortuite car religion et migration sont intimement liées. D’une part, le religieux peut être à l’origine du départ des individus, comme ce fut le cas, par exemple, des Jésuites expulsés de l’Amérique coloniale (De Ribas) ou des Mormons qui migrent de nos jours à des fins religieuses à travers le monde (Mourier). D’autre part, la vitalité et, dans certains cas, la survie même de nombreux mouvements religieux reposent sur l’expérience du déracinement. Jésus Garcia-Ruiz met en évidence le lien existant entre l’émergence des églises protestantes en Amérique du sud et les différentes vagues d’immigration d’Europe du nord. Dans son article, Elliot Mourier montre à quel point l’expansion du mormonisme est historiquement liée à la dynamique migratoire de ses membres tandis que mon article (García) insiste sur le fait que l’augmentation du nombre de Latino-américains est en lien direct avec celle du protestantisme en Espagne. En outre, William Plata Quezada nous explique pour sa part que l’incorporation de migrants latino-américains aux paroisses catholiques belges a contribué en grande partie à leur redynamisation.

Continuités et transformations des identités religieuses dans les contextes migratoires

  • 2 Peggy Levitt, God Needs no Passeport, How inmigrantes are changing the Américan Religious Landscap (...)
  • 3 M. Bauman, “Migrant settlement, religion and phase of Diaspora” in A European Journal of Internati (...)

5Bien que depuis quelques années la communauté scientifique semble s’intéresser davantage au facteur religieux2, ce dernier reste tout de même une donnée insuffisamment prise en compte dans les études migratoires en particulier. Pourtant, dans ce domaine, la question religieuse ne peut être considérée comme une donnée secondaire dans la mesure où l’identité religieuse constitue une des caractéristiques les plus persistantes que les descendants d’immigrés conservent même après avoir perdu la langue et de nombreuses caractéristiques culturelles de leurs ancêtres3. Tandis que la migration entraîne la désarticulation des référents identitaires d’origine, le facteur religieux lui, en tant que marqueur d’identité, se maintient et, dans certains cas se renforce même, au cours de l’expérience migratoire.

  • 4 W. Herberg, Protestant Catholic, Jew : An Essay in America Religious Sociology, 1860-1925. Revised (...)

6Le religieux participe en réalité à la reconstruction identitaire du migrant dans le nouveau contexte de réception et devient souvent un facteur de stabilité émotionnelle pour l’individu4. C’est précisément ce que suggère Nicolas de Ribas au sujet de l’expérience des Jésuites qui, suite à leur expulsion des terres américaines coloniales, sont contraints de s’installer en Italie. Dans le contexte de cet exil forcé, la religion devient pour eux “ une source particulière de survie ”. De même, dans son article, Philippe Schaffhauser montre dans quelle mesure la religion donne tout son sens à l’expérience migratoire des Mexicains clandestins vivants à Deer Canyon, en Californie, et leur permet de supporter des conditions de vie particulièrement difficiles (racisme, exclusion, déracinement, criminalisation, etc.). La foi devient alors selon les dires de l’auteur “ ce qui ne cède jamais devant l’adversité ”. Pour ma part, j’explique dans mon article que la religion agit comme facteur valorisant pour l’estime de soi de l’immigré évangélique qui parvient par ce biais à renverser la situation de discrimination initiale face aux nationaux.

  • 5 L. Kurtz, Gods in the Global Village. The World’s Religions in Sociological Perspective, Pine Forg (...)

7Toutefois, loin d’être une donnée figée, l’identité religieuse évolue, se transforme et revêt de nouvelles significations5 comme celles évoquées par William Plata Quezada dans le cas des pratiques religieuses des immigrés latino-américains catholiques vivants en Belgique. Nicolas de Ribas, souligne la construction chez les Jésuites exilés d’une nouvelle identité religieuse, identité qui se définit à partir d’une perspective politique spécifique. L’auteur fait en effet référence à des écrits littéraires jésuites produits en exil dans lesquels émerge un certain patriotisme américain qui préconise l’émancipation de l’Amérique coloniale. Philippe Schaffhauser considère pour sa part que les Sans-papiers mexicains développent hors de leurs frontières une nouvelle façon de croire qui s’avère en réalité une nouvelle façon d’être mexicain. Enfin, Tomoko Kimura Gaudioso et André Luis Ramos Soares montrent que les croyances et pratiques religieuses des Japonais installés dans le sud du Brésil se redéfinissent à la fois à partir de la tradition bouddhiste, shintoïste et catholique brésilienne. Quant à moi, j’insiste sur la dimension particulière que revêt la mission prosélyte des Evangéliques en Espagne.

La religion comme facteur d’intégration sociale des migrants

  • 6 Pour ne prendre que deux exemples emblématiques, nous citerons d’une part  le cas de la France, do (...)

8Mais le religieux ne couvre pas seulement des nécessités spirituelles. Face aux crises des modèles d’intégration que l’on observe aujourd’hui dans de nombreuses sociétés occidentales6, les institutions religieuses participent chaque fois davantage à l’intégration sociale du migrant. A des degrés divers, elles garantissent son incorporation à des espaces non discriminants et efficaces à son intégration sociale. C’est ce que constate précisément Wendy Cadge, Sara Curran, Nadya Jaworsky et Peggy Levitt pour qui les organisations religieuses participent par leurs actions de solidarité vis-à-vis des immigrés à rendre certains espaces de réception plus accueillants que d’autres.

9En définitive, la communauté religieuse donne accès à un réseau social d’entre-aide fort efficace qui se déploie distinctement en fonction de la nature et de l’importance de l’organisation religieuse. Ainsi, par exemple, mon article met en évidence l’efficacité du réseau social évangélique qui intègre l’immigré immédiatement au sein de sa “ famille ” religieuse. Il lui garantie l’accès à de multiples aides sociales et, dans certain cas, lui permet même d’obtenir un emploi au sein ou en dehors de l’organisation religieuse. Des mécanismes d’intégration assez similaires à ceux des Evangéliques sont également observés chez les Mormons. Elliot Mourier décrit les logiques d’accueil faites aux immigrés et les différents programmes d’aide sociale que les églises mormones leur consacrent. Il souligne l’impact fort important de ces programmes dans leur intégration. L’Eglise catholique se donnent également pour mission de venir en aide aux immigrés en leur offrant par exemple des vivres, un soutien psychologique ou encore des cours de langue afin de faciliter leur intégration sociale et linguistique (Garcia-Ruiz, Plata Quesada et Schaffhauser).

10En outre, il est intéressant de signaler que l’adhésion de l’immigré à certaines religions plutôt qu’à d’autres peut être en soi un facteur d’intégration sociale. Ainsi Tomoko Kimura Gaudioso et André Luis Ramos Soares signalent que, dans le cas de la première génération de Japonais ayant émigré au Brésil, leur adhésion à la foi catholique a été pour certains synonyme d’intégration et acceptation sociale dans la mesure où il s’agissait -et il s’agit toujours aujourd’hui- de la religion la plus représentée au niveau national.

Le religieux comme facteur de transformation sociale

11Considérer le religieux comme élément d’analyse dans les études migratoires suppose non seulement de s’intéresser au rôle qu’il peut jouer dans les processus de reconstruction identitaire et d’intégration sociale des immigrés mais également, de façon plus générale, aux processus de pluralisation religieuse et de transformation des croyances auxquels sont confrontés aujourd’hui tant les sociétés d’accueil que celles d’origine.

  • 7 Charles Hirschman, (2004), “The Role of Religion in the Origins and Adaptation of Immigrant Groups (...)

12Ce phénomène de pluralisation du religieux s’est fortement accéléré au niveau mondial tout au long de ces dernières décennies, en grande partie en raison précisément des migrations7. Ainsi, par exemple, le catholicisme, religion majoritaire et jusqu’alors hégémonique dans de nombreux pays comme l’Espagne, l’Argentine ou le Brésil se trouve aujourd’hui en concurrence directe avec l’émergence de nouveaux mouvements religieux à l’image de celui des Evangélistes, des Mormons ou des églises japonaises pour ne citer que les exemples auxquels les travaux de ce numéro font référence.

13Bien que l’article de Patrick Michel ne traite pas directement de problématiques liées à l’Amérique Latine, nous avons voulu l’inclure dans ce numéro car il pose de façon forte intéressante la question cruciale du positionnement de l’Etat face à la pluralisation de l’espace religieux. Il s’intéresse plus précisément au concept emblématique de laïcité qui articule la société française depuis la Révolution et qui a été il y a peu à nouveau fortement mobilisé dans le cadre des débats ouverts par le gouvernement de Nicolas Sarkozy autours de la burqa et de l’identité nationale. L’auteur produit une analyse complète du concept en insistant en premier lieu sur la distinction qui doit être faite entre laïcité, en tant que principe de neutralité, et laïcisme, en tant qu’attitude militante. Puis Patrick Michel interroge la nouvelle conception de la laïcité -ou “ laïcité positive ”- que Nicolas Sarkozy tente d’imposer dans le champ du politique depuis son élection comme président de la République. L’auteur laisse alors apparaître les enjeux que cette conception de la laïcité sous-tend.

14Mais, s’il est vrai que les immigrés participent à la pluralisation de l’espace religieux, ils contribuent également à modifier les croyances et les cultes développés par les nationaux. D’une part, on observe la conversion des populations locales à certaines religions “ importées ” et d’autre part, l’incorporation de populations étrangères dans les églises locales transforme elle aussi d’une manière ou d’une autre les pratiques religieuses des nationaux. De nouvelles façons de vivre la religion et d’exprimer la foi apparaissent alors et provoquent souvent des tensions et des conflits comme le montre l’article de William Plata Quesada lorsqu’il fait référence à l’intégration des Latino-américains catholiques dans la paroisse bruxelloise de Riches Claires.

Inicio de página

Notas

1 Nancy Green, Repenser les Migrations, PUF, Paris, 2002.

2 Peggy Levitt, God Needs no Passeport, How inmigrantes are changing the Américan Religious Landscape, New York, The New Press, 2007;  Odgers Ortiz et Juan Carlos Ruiz Guadalajara (coords), Migración y creencias. Pensar las religiones en tiempo de movilidad, El Colegio de la Frontera Norte/El Colegio de San Luis/Miguel Angel Porrua, México 2009.

3 M. Bauman, “Migrant settlement, religion and phase of Diaspora” in A European Journal of International Migration and Ethnic Relations, 33/34/33, p. 93-117, 2002;  S. Warner, “Immigration and Religious communities in the United States”, in S. Warner, J. Wittener,  (Eds), Gatherings in Diaspora: Religious communities and the New immigration, Temple University Press, Philadephia, p. 3-34, 1998.

4 W. Herberg, Protestant Catholic, Jew : An Essay in America Religious Sociology, 1860-1925. Revised Edition. Garden City, Anchor Book, New York, 1960. O. Handlin, Uprooted, Second Edition, Little Brown and Company,  Boston, 1973.

5 L. Kurtz, Gods in the Global Village. The World’s Religions in Sociological Perspective, Pine Forge Press, Thousand Oaks, 1995.

6 Pour ne prendre que deux exemples emblématiques, nous citerons d’une part  le cas de la France, dont le modèle d’intégration a été fortement remis en cause par les émeutes de 2005 et les débats sur l’identité nationale soulevés en 2009 par le gouvernement de Nicolas Sarkozy et, d’autre part, le cas des Etats-Unis, qui au cours de ces dernières années n’ont cessé d’adopter des mesures politiques visant à limiter l’entrée des migrants. En septembre 2006, le Congrès américains vote une mesure sans précédent : la construction d’un mur sur plus du tiers de la frontière avec le Mexique. En outre, la loi d’immigration controversée qui est sur le point d’entrer en vigueur dans l’Etat de l’Arizona montre la remise en cause du modèle d’intégration à l’américaine.

7 Charles Hirschman, (2004), “The Role of Religion in the Origins and Adaptation of Immigrant Groups in the United States”, International Migration Review XXXVIII (3): 1206-1233.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Paola Garcia, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 20 | 2010, Publicado el 08 abril 2011, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/3581

Inicio de página

Autor

Paola Garcia

Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org