Navegación – Mapa del sitio

Texto completo

1Ce n’est que très récemment que les Etats-Unis, pays d’immigration par excellence, ont été confrontés à l’arrivée massive de populations en provenance du continent américain. Les lois d’immigration votées par le Congrès, respectivement en 1921 et 1924 étaient un choix délibéré des Etats-Unis dans son désir de maintenir et protéger l’homogénéité raciale et ethnique de la nation. Elles fermaient les portes du pays aux immigrants européens sans jamais les avoir ouvertes aux populations d’Amérique latine. Sans aucun doute les relations entretenues entre les Etats-Unis et le Mexique, son plus proche voisin du Sud, font de celui-ci le seul pays à occuper une place à part dans l’histoire de l’immigration américaine. L’occupation en 1848 de la partie nord du Mexique et son annexion ultérieure par le traité de Guadalupe-Hidalgo ont permis à la jeune nation de continuer son expansion territoriale vers l’Ouest et de consolider sa frontière Sud sans pour autant parvenir à la rendre imperméable au passage des habitants de la région pour qui la frontière est, et restera toujours, une démarcation immatérielle (Ross, 1978). Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, les mouvements de populations entre les deux pays suivent leur propre rythme donnant simultanément à la frontière sa stratification culturelle, espagnole-mexicaine/anglo-américaine, et sa spécificité économique, fournisseur de travail par une main d’œuvre composée en majorité d’immigrants.

2A partir de 1900, les mouvements internes de population dans la région centrale du Mexique prennent de l’ampleur et vont former la première vague migratoire du siècle vers les Etats-Unis. Elle sera suivie par un autre groupe composé presque entièrement de personnes originaires de la zone frontalière déplacées par la révolution de 1910. Ce deuxième groupe va largement modifier la structure de la région et lui apporter un nouveau souffle culturel. Le troisième groupe est le résultat de la mise en place par les gouvernements américain et mexicain du programme Bracero en 1942  qui permet l’arrivée de presque 4 500 000 Mexicains sous contrats temporaires aux Etats-Unis et fait du Mexique le premier pays exportateur de main-d’oeuvre du continent (Meiner et Rivera, 1972 : 203). Pour les Etats-Unis, le programme s’inscrit dans une logique de production et d’expansion du secteur agricole du grand Sud-Ouest américain lors de la Deuxième Guerre mondiale et, pour le Mexique, il sert à réduire un taux de chômage en expansion. Le développement de communautés trans-frontalières et leur déplacement à partir des années 1950 vers les centres industriels du pays donneront naissance à des regroupements urbains caractérisés par leur forte concentration ethnique.

3De nombreuses études et publications en sciences sociales sur les mouvements de populations ont analysé les flux migratoires entre pays riches et pays pauvres comme le résultat de disparités économiques en omettant les liens historiques qui peuvent exister entre les pays concernés. Cette option valable dans certaines circonstances, semble cacher une autre réalité migratoire où le contexte politique se trouve au centre des mouvements de population. La réalité de l’émigration mexicaine vers les Etats-Unis : masque  celle du Mexique comme terre d’accueil et de refuge politique. Tradition qui remonte à la période post-révolutionnaire mexicaine, elle se concrétise avec l’arrivée de réfugiés républicains espagnols dans les années trente et se perpétue avec l’accueil d’exilés latino-américains dans les années soixante. Les exilés politiques, en grande majorité des intellectuels, des syndicalistes et membres de professions libérales, fuient les dictatures militaires de l’Amérique centrale et du Sud, et arrivent au Mexique où la langue et les traditions culturelles leur posent peu de problèmes d’adaptation. Leur extraction sociale facilite leur insertion économique. Mais à partir des années 1980, la recrudescence des conflits dans trois pays d’Amérique centrale, le Nicaragua, le Salvador et le Guatemala, pousse sur la route de l’exode plus de 2 millions de personnes, pour la plupart d’origine rurale. Celles-ci se dirigent vers les pays limitrophes spécialement le Mexique qui se trouve confronté à une vague déferlante de réfugiés (McBride, 1999). Un certain nombre d’entre eux vont se mêler à la population locale et s’installer dans le pays, mais d’autres voient le Mexique comme terre de passage vers les Etats-Unis. Situation plus que conflictuelle pour le gouvernement mexicain qui doit dans les années 1990 affronter une situation qui se détériore à la frontière sud lors de la ratification du Traité de Libre Echange tout en gardant une porte ouverte aux nouveaux enjeux migratoires de la région y compris de sa propre population.

4Avec une double perspective, politique et sociale, les travaux réunis dans ce volume analysent l’importance des flux migratoires, majoritairement des réfugiés politiques, qui convergent vers le Mexique en provenance d’Amérique centrale suite aux conflits armés ainsi que le processus d’intégration auquel toute population est confrontée dans les pays d’accueil, plus spécifiquement les Mexicains aux Etats-Unis. Les trois premiers articles, présentés dans l’ouvrage, analysent différents aspects socio-politiques liés au déplacement de populations. Dans son article Mónica Palma Mora analyse l’exil latino-américain au Mexique et nous propose une vision d’ensemble de l’intégration et participation de réfugiés dans la société mexicaine. De son côté, Cecilia Olmos démontre les problèmes liés à la reconnaissance des réfugiés et l’importance du contexte économique ainsi que politique dans l’exode des populations. En outre, elle souligne l’importance des organismes internationaux dans l’accueil des réfugiés et la difficulté qui existe pour ceux qui arrivent à obtenir le statut de réfugié. Le travail de Manuel Ángel Castillo expose les différentes modifications survenues dans le processus migratoire des populations d’Amérique centrale à la suite des  conflits armés des années soixante-dix et quatre-vingt ainsi que les répercussions des nouvelles politiques d’immigration de plus en plus restrictives mises en place par l’ensemble des pays de la région. Elles préconisent une surveillance accrue des frontières et un durcissement de la loi, ce qui aurait pour conséquence de rendre les structures d’accueil des différentes communautés plus difficiles. Les trois articles démontrent clairement le rôle joué par le Mexique en tant que terre d’accueil.

5La deuxième partie de l’ouvrage traite plus spécifiquement de l’immigration mexicaine et de son intégration aux Etats-Unis. John Nieto-Phillips retrace le parcours historique de la population d’origine espagnole du Nouveau-Mexique dans sa quête de reconnaissance politique, au milieu du XIXe siècle ainsi que dans la construction d’une identité culturelle et politique propre à cette communauté. Olga Odgers-Ortiz soulève un aspect peu traité de l’intégration des groupes migratoires dans la société d’accueil. Elle analyse l’importance que jouent les pratiques religieuses dans la reconstruction et la redéfinition identitaire des migrants mexicains au cours des processus de socialisation et d’intégration. Les contributions de Malie Montagutelli et de Laurence Gervais-Linon traitent des problèmes d’intégration, de reconnaissance et d’acceptation des immigrés mexicains aux Etats-Unis. Malie Montagutelli analyse la quête identitaire de cette population et le rejet auquel elle doit faire face de la part de la population anglo-américaine dans un contexte de politique migratoire qui se detériore rapidement. Laurence Gervais-Linon traite exclusivement du problème des disparités économiques et du sous-emploi de cette communauté dans un cadre urbain, celui de la ville de Chicago. Elle souligne la dégradation en matière de salaires et d’éducation ainsi que le taux élevé de pauvreté.

6En 1996, The Regional Conference on Migration, plus connue sous le nom de «Puebla Process», se tenait dans cette ville mexicaine et regroupait les trois membres de l’ALENA, le Canada, les Etats-Unis et le Mexique ainsi que le Belize, le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua et le Panama. Soumis à une forte pression de la part des Etats-Unis, l’ensemble de ces pays devait traiter conjointement des problèmes d’immigration de la région et définir un plan d’action. Celui-ci fixait cinq axes de réflexion : politiques de migration, étude des liens entre migration et développement régional, lutte contre le commerce lié à l’immigration illégale, coopération internationale pour le retour des réfugiés issus d’autres régions et droits des réfugiés.

7Par sa position géographique, le Mexique sert de zone tampon aux Etats-Unis dans la lutte anti-migratoire, mais il se trouve dans la position inconfortable d’appliquer un certain nombre de décisions politiques afin de protéger ses propres intérêts y compris celui de laisser une porte ouverte à sa propre émigration. Les structures économiques dans la migration des Mexicains aux Etats-Unis sont aussi indéniables que le sont les sources politiques de la migration des populations en provenance d’Amérique centrale vers le Mexique. Il faudra, avec le temps, voir si cette population arrive pleinement à s’intégrer dans le pays ou si elle continue son long et difficile parcours vers le Nord.

Inicio de página

Bibliografía

BADIE, Bertrand et WIHTOL de WENDEN, Catherine. (ed.), (1994), Le Défi migratoire. Questions de relations internationales, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

McBRIDE, Michael J., (1999), “The Evolution of US Immigration and Refugee Policy: Public Opinion, Domestic Politics and UNHCR”. UNHCR Working Paper N° 3 in New Issues in Refugee Research, Mai.

MEINER, Matt S. et RIVERA, Feliciano. (1972), The Chicanos. A History of Mexican Americans, New York, Hill and Wang.

Organization of American States. (1965), Report on the Political Refugees in America, Secretariat of the Inter-American Commission on Human rights, AOS service. L/V/II.11, doc. 7, rev. 2 September.

PARNWELL, Mike. (1993), Population Movements and the Third World, London, Routledge.

PORTES, Alejandro. et RUMBAUT, Rubén. (1990), Immigrant America. A Portrait, Berkeley, University of California Press.

ROSS, Stanley R., (ed.), (1978), Views Across the Border: The United States and Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press.

YANS-McLAUGHLIN, Virginia. (ed.), (1990), Immigration Reconsidered. History, Sociology and Politics, Oxford, Oxford University Press.

ZOLBERG, Aristide, SUHRKE, Astrid et AGUAYO, Sergio. (1989), Escape from Violence. Conflict and the Refugee Crisis in the Developing World, Oxford, Oxford University Press.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Mario Menéndez, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 7 | 2003, Publicado el 14 febrero 2005, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/360

Inicio de página

Autor

Mario Menéndez

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org