Navegación – Mapa del sitio

La laïcité française

Éléments de réflexion
Patrick Michel

Resúmenes

La laïcité en France a certes été le vecteur de la sécularisation mais elle a également contribué à en freiner les effets, en créant les conditions du déploiement d’une “ religion républicaine de substitution ”. Or, si laïcité et religion procèdent de la même attestation d’une centralité de référence, la perte de crédibilité de toute centralité débouche autant sur la désaffection de la laïcité que sur celle de la religion. La visibilité du pluralisme qu’induit la présence aujourd’hui massive de l’islam est toutefois susceptible de redonner un semblant d’actualité à la question de la laïcité. L’appel à une “ laïcité positive ” de Nicolas Sarkozy correspond alors à la vision politique d’une religion pensée comme ressource nécessaire tant à l’établissement du lien social qu’au maintien de l’ordre. Cette conception participe d’une confusion entre laïcité et sécularisation et d’une méfiance à l’égard de la société et de l’autonomie. Elle est également construite sur une profonde méconnaissance de la capacité de la démocratie de produire de la valeur. Elle témoigne de la faiblesse de l’État, condamné à mobiliser le religieux à des fins de réenchantement du politique pour s’efforcer de gérer le désarroi qui est le sien du fait de l’accélération du mouvement contemporain.

Inicio de página

Texto completo

  • 1  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007, in Le Monde.fr, 21 décembre 2 (...)

1La laïcité (le laïcisme ?) - ces termes étant tellement spécifiques qu’ils n’ont guère de sens dans une autre langue que le français et sont donc largement intraduisibles (sinon en turc) - renvoient pêle-mêle, dans l’imaginaire national mais aussi dans la vision que se forme l’extérieur de la France, au petit père Combes et à la Séparation de l’Église et de l’État ; à la querelle scolaire (dont on sait qu’elle ne manque pas de ressurgir périodiquement, conduisant chaque fois des centaines de milliers de gens à descendre dans la rue) ; à l’instituteur secrétaire de mairie, militant radical, hussard noir de la République et donc “ bouffeur de curés ” ; aux polémiques franco-allemandes concernant “ l’héritage religieux ” de l’Europe ; ou encore au port du voile islamique à l’école puis, plus récemment, au débat sur l’opportunité d’une loi sur l’interdiction de la burqa ou du niqab. Un débat ouvert très peu de temps avant que n’en soit annoncé un autre portant sur l’identité française, comme l’avait souhaité Nicolas Sarkozy durant la campagne de 2007. Et alors que le même Nicolas Sarkozy, président de la République a semblé, avec les trois discours prononcés à la basilique du Latran à Rome le 20 décembre 2007, à Riyad le 14 janvier 2008 et à Paris, le 17 janvier 2008, devant les autorités religieuses venues lui présenter leurs vœux, remettre en cause une laïcité qui, a t-il dit, “ n’a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n’aurait pas dû ”1.

2La laïcité réfère en fait en France à une configuration très particulière, issue de la coupure instaurée par la Révolution (dans ses développements et non dans son principe, c’est-à-dire à partir de 1792 et non de 1789) entre une monarchie renvoyant à la continuité et une République récapitulant le mouvement. Il s’en suivra une difficulté durable, dans la culture politique française, à ressaisir et à penser en même temps continuité et discontinuité, stabilité et rupture, ordre et mouvement. Parallèlement, et fort logiquement, toute l’histoire politique de la France, de 1789 jusqu’au ralliement de la Gauche aux institutions de la Ve République, n’est jamais que la série des tentatives visant à réaliser la synthèse, à définir les formes et le contenu d’un régime permettant d’activer et d’incarner simultanément cette double référence.

  • 2  Pour le texte du Syllabus (Recueil des principales erreurs de notre temps, qui sont signalées dans (...)
  • 3  Une posture qui, au delà de tous les ajustements effectués, de Léon XIII à Vatican II et de la doc (...)

3Ces évolutions se sont télescopées avec celle, propre, de l’Eglise catholique qui, confrontée aux effets de l’industrialisation, pour inégale qu’ait pu être sa distribution dans l’espace européen, s’est vue triplement questionnée par le passage de la campagne à la ville ; la substitution, à l’ordre d’Empire, de celui l’État-nation ; la montée en puissance, tendant dès lors à se substituer à la communauté traditionnelle, de la société et de l’individualisme modernes. Et dans la mesure où le pape lui-même (Pie IX dans le Syllabus) affirmait tenir pour une erreur majeure l’idée que le souverain pontife pouvait et devait “ se réconcilier et transiger avec le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne ”2, l’Église n’allait pas tarder à se constituer en une alternative anti-moderne à la modernité3.

4La rencontre entre deux intérêts ne pouvait dès lors manquer de se produire : celui des adversaires de la République (soit, en dernière instance, des principes de 89, et de 89 en tant que tel, i.e. comme rupture fondatrice) à investir le religieux pour s’en servir, doublement, comme d’un instrument de contestation du régime et de légitimation de leur positionnement politique. Et l’intérêt, en sens inverse, des promoteurs et des défenseurs de la République à emblématiquement identifier l’Église comme l’adversaire à abattre (“ le cléricalisme, voilà l’ennemi ! ”, pour reprendre la formule de Gambetta) afin de construire le “ conflit fondamental ” permettant d’ancrer durablement le régime dans le paysage français.

5Mais dès que cet objectif s’est trouvé atteint (un résultat au fond attesté par la loi de Séparation de 1905 ainsi que, sans doute plus nettement, ou emblématiquement, par la réhabilitation du capitaine Dreyfus en 1906) et donc la République définitivement installée (sans insister ici sur la parenthèse de Vichy), la réalité des rapports entre État et Église est allée dans le sens d’une authentique décrispation, chacun des deux trouvant son avantage dans les équilibres définis. On peut d’ailleurs également souligner, avec Jean-Marie Mayeur, que concernant la période d’instauration de la IIIe République, et contrairement aux affirmations du clergé de l’époque, la politique de laïcisation est plus une conséquence qu’une cause de la déchristianisation (Mayeur, 1975 :137).

  • 4  On se bornera à signaler ici qu’une partie du territoire français ne relève pas de la loi de 1905. (...)

6S’agissant de la laïcité, une double distinction s’avère nécessaire. Elle conduit, en premier lieu, à éviter de confondre la laïcité, comme principe de neutralité ("L’État ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte"4 ) avec le laïcisme, attitude militante, où l’anticléricalisme constitue l’un des éléments forts d’auto-identification. S’il est clair que la première a pu, historiquement, servir de prétexte au second, et que, périodiquement, les tenants d’une conception laïciste dure tendent à se présenter comme les seuls et authentiques garants de la laïcité, force est de constater que l’invocation volontariste de la référence laïque ne fait plus guère recette. La question n’a que peu été abordée lors de la présidentielle de 2007, et il faut remonter à celle de 2002 pour trouver un candidat qui se soit explicitement réclamé des “ valeurs républicaines ” et donc d’une réaffirmation laïque susceptible d’écarter le danger constitué pour ces mêmes valeurs par la supposée progression du communautarisme. Mais Jean-Pierre Chevènement n’avait pas mobilisé au-delà du seuil des 5 % et les candidats de son mouvement (le “ Pôle républicain ”), présents dans les deux tiers des circonscriptions lors des élections législatives intervenues immédiatement après, n’étaient quant à eux que péniblement parvenus à se hisser au-dessus de 1 %, aucun d’entre eux ne réussissant donc à se faire élire à l’Assemblée Nationale.

7L’autre distinction nécessaire vise à ne pas mettre au compte de la laïcisation ce qui procède d’une sécularisation, processus où se vérifient une perte d’emprise de l’Église sur la société et la désaffection progressive d’un système symbolique.

  • 5  Comme le dit à juste titre J.L. Schlegel (2008) : “ ce que sous-estiment les tenants d’une laïcité (...)

8La laïcisation entretient un rapport complexe et paradoxal avec la sécularisation. Elle en a été assurément, et s’en est voulue, le vecteur. Mais, simultanément, elle a aussi contribué à en freiner les effets, en créant les conditions du déploiement d’une “ religion républicaine de substitution ”. Telle qu’elle s’est historiquement construite, la pensée de la laïcité renvoyait, au moins pour partie, à la même pensée de l’absolu qu’elle entendait combattre. Dans une réalité contemporaine caractérisée par la tendance à instantanément relativiser quelque absolu que ce soit, l’individualisation généralisée de l’établissement d’un rapport au sens débouche donc logiquement aussi sur la mise en évidence du caractère obsolète de la laïcité. En d’autres termes, si laïcité et religion procèdent de la même attestation d’une centralité de référence, la perte de crédibilité de toute centralité de référence débouche autant sur la désaffection de la laïcité que sur celle de la religion5. Selon l’expression forte de Gauchet (1998) : “ l’alternative laïque est frappée de décroyance ”. Le fait que la question des sectes fasse beaucoup plus débat en France que chez ses voisins européens témoignerait, dans cette perspective, de la crise profonde de la laïcité.

  • 6  “ Le cardinal Barbarin félicite Sarkozy ”, LyonCapitale_fr, 22 janvier 2008
  • 7  Réitérant, dans la droite ligne de l’encyclique Veritatis Splendor de Jean-Paul II l’idée que “ qu (...)

9Les évêques de France, au cours de leur assemblée annuelle de 2002, qui s’était tenue à Lourdes, avaient affirmé, à l’approche du centième anniversaire de la Séparation de l’Église et de l’État, ne souhaiter ni une révision ni un toilettage de la loi de 1905, selon la déclaration du cardinal Jean-Marie Lustiger, alors archevêque de Paris. L’absence de remise en cause de la laïcité de la part de l’Église catholique ne saurait surprendre. En fait, cette Église est au moins autant attachée à la laïcité que le sont les laïcs militants. Les deux ont en quelque sorte partie liée, s’accordent pour s’opposer, et constituer cette opposition en une tension de référence, organisatrice des positions occupées dans l’espace socio-politique. “ On peut dire qu’il y a deux France, celle qui considère la religion comme la source de sa vie, et celle qui veut l’éliminer ”6 affirme ainsi le cardinal Barbarin, après s’être félicité que Nicolas Sarkozy ait estimé, au Vatican ou à Riyad, que les religions sont aux fondements de toutes les sociétés7,

10Or cette tension que déplore l’archevêque de Lyon n’est en réalité plus guère tenue pour pertinente par une société qui se caractérise fondamentalement par une profonde indifférence.

11Telle ou telle question qui, il n’y a pas si longtemps, aurait été appréhendée à travers les catégories antagonistes de “ religion ” et de “ laïcité ” apparaît aujourd’hui portée par des logiques échappant aux capacités organisatrices de ce conflit. Certains ont voulu faire d’un procès du début des années 2000 (où un évêque, pour n’avoir pas dénoncé les agissements d’un de ses prêtres, avait dû répondre devant la justice d’une accusation de complicité d’actes pédophiles) une affaire de principe, où aurait été remis en cause, par l’autorité publique, le secret de la confession. Il n’y avait pourtant là aucune espèce de regain de tension entre État et Église à rechercher. L’évolution jurisprudentielle traduit, accompagne et formalise bien plutôt des évolutions puissantes au sein de sociétés qui manifestent une intolérance croissante à l’égard du type de déviance en cause. Et ce qui avait fondamentalement choqué l’opinion publique dans l’affaire évoquée, c’est, en dernière instance, l’insensibilité, au moins apparente, de l’évêque à l’égard des victimes. Sur ce genre de problème, il n’y a d’ailleurs pas de différences majeures entre la “ France laïque ” et d’autres pays qui ont connu des affaires similaires, de l’Autriche à l’Irlande ou aux Etats-Unis.

12Ce qui est en revanche susceptible de redonner un semblant d’actualité à la question de la laïcité, c’est bien sûr l’islam, deuxième religion de France. On sait les débats auxquels a donné lieu le port du foulard islamique par des jeunes filles musulmanes dans les établissements scolaires. Mais pour apprécier ces débats, trois éléments valent d’être soulignés.

13En premier lieu, l’extrême difficulté des gouvernants à trancher. Et donc la tendance à s’en remettre à la justice (Conseil d’Etat) et aux établissements eux mêmes, chacun étant susceptible d’apprécier les situations et de procéder à ses propres arbitrages. Ainsi que, d’autre part, les efforts pour doter l’islam de France (les différentes composantes de l’islam en France) d’une représentation organisée (sur le modèle de ce qui existe pour les juifs ou les protestants) qui puisse constituer, sur ces problèmes, un interlocuteur qualifié.

14En second lieu, il serait réducteur de reconduire la position des partisans de l’interdiction du port du voile au seul laïcisme militant. D’autres logiques peuvent intervenir, parmi lesquelles on trouvera le souci de voir intégralement respectée l’obligation scolaire (certaines jeunes filles refusaient de suivre les cours d’éducation physique) ; ou encore la conviction que le port du voile serait attentatoire à la dignité de la femme.

  • 8  Voir, entre autres, Chafiq et Khosrokhavar, 1995 et Gaspardet Khosrokhavar, 1995

15Enfin, il serait tout aussi réducteur de penser que les jeunes filles musulmanes mettent toutes le voile pour la même raison. Les travaux réalisés à ce sujet8 montrent une pluralité de motivations, certaines d’entre elles allant, même s’il y a là paradoxe apparent, dans le sens de la recherche d’une intégration plus poussée à la société française. C’est ainsi qu’à côté de jeunes filles décidant pour des motifs proprement religieux de porter le foulard islamique, on peut trouver toute une gamme de motivations : le voile comme instrument de protection dans le cadre d’une forte détérioration des rapports entre garçons et filles dans les cités des banlieues (ici, le voile signifie : je ne suis pas une fille facile) ; le voile comme façon d’acheter la paix familiale (ici, le voile signifie, à l’attention des parents : je respecte les traditions. Et donc je peux, en échange, jouir d’une certaine liberté) ; le voile, encore, comme affirmation d’une identité affichée de façon volontariste comme “ fière ”, et à partir de laquelle négocier son intégration pleine dans la société d’accueil…

16Ce qui pose en fait problème, c’est la visibilité du pluralisme qu’induit la présence aujourd’hui massive de l’islam (d’où la jurisprudence sur les “ signes ostentatoires ”) et la remise en cause qu’elle entraîne de la fiction de l’homogène sur laquelle a reposé la construction de la France en un État-nation. Ce qui revient à dire que, lorsque l’on parle de laïcité, ou d’ailleurs de religion, c’est d’autre chose dont on parle : de la crédibilité, ou de la perte de crédibilité, ou encore de la possibilité de faire croire.

17Toutes les sociétés contemporaines sont travaillées par cette question de l’épuisement relatif du croyable (ou, si l’on préfère, la mise en évidence, du caractère limité des capacités à croire de ces sociétés). Il importe dès lors de ne pas surestimer la portée de ce qui s’est donné à voir comme un conflit fondamental entre Allemands et Français sur la question des fondements, celle de l’héritage religieux de l’Europe (un débat qui est d’ailleurs fort opportunément intervenu à un moment où, sur toute une série de sujets, s’accumulaient les divergences entre Berlin et Paris).

18En fait, dans cette polémique autour de l’héritage de l’Europe, leterme qui fait le plus question n’est pas le qualificatif - religieux ou spirituel - mais bien la notion d’héritage. Pour reprendre une formule de Michel Foucault, le problème de nos sociétés n’est plus “ celui de la trace ou de la tradition ” mais celui “ des transformations qui valent comme fondation ”(Foucault, 1969 :12). Ce qui revient à dire qu’en l’espèce nombre des catégories intellectuelles grâce auxquelles nous pensions le monde n’ont plus beaucoup de sens. Par exemple, dans le registre qui nous intéresse ici, l’opposition entre croyants et non croyants.

19Cette opposition ne renvoie de fait guère qu’à des logiques institutionnelles, aujourd’hui largement dépassées mais fonctionnant, il est vrai, encore socialement, faute de mieux. Bien sûr, les différentes Églises existent toujours mais l’appartenance ou l’adhésion - deux “ états ” stables, ou censés l’être - ne constituent plus des modes majeurs d’identification.. Et si la référence laïque continue de faire sens, c’est par rapport à un contexte très profondément transformé. Ce qui a conduit tel ou tel spécialiste, historien ou sociologue, de la laïcité (Jean Baubérot ou Jean-Paul Willaime), à évoquer l’idée d’une “ laïcisation de la laïcité ”…

20Notre époque se définit en fait, dans l’ensemble des sociétés contemporaines, et donc également en France, non tant par le mouvement, qui n’est pas nouveau, que par la conscience sociale de l’évidence de ce mouvement,. Il s’y vit des trajectoires individuelles, et donc mouvantes et singulières. Dans ce cadre, trois tendances lourdes sont à l’œuvre: la subjectivisation ou l’individualisation du croire ; la désinstitutionnalisation ; la consumérisation, c’est-à-dire un comportement de consommateur exigeant à l’égard des fournisseurs qui se partagent, dans le cadre d’une concurrence sauvage, le marché contemporain des biens symboliques. Dans nos sociétés, chacun est fondé – ou croit l’être – à s’approprier de façon individuelle tous les contenus de croyances. Il devient dès lors de plus en plus difficile, de moins en moins crédible, de référer chaque individu à un dogme, à un contenu officiel. Umberto Eco évoquait, à cet égard, la perspective d’une Europe bigarrée métissée, non seulement en termes d’origine, de couleur de peau et de nationalité mais aussi de religion (Carrière, Delumeau, Eco et Jay Gould, 1998 :315).

21C’est au regard de ces divers éléments qu’il importe de replacer et d’interpréter l’appel à une “ laïcité positive ” de Nicolas Sarkozy. Celui qui avait créé, comme ministre de l’Intérieur, en 2003, le Conseil français du culte musulman (CFCM), estimait déjà en 2004, dans La République, les religions, l’espérance, qu’on ne pouvait “ éduquer les jeunes en s’appuyant exclusivement sur des valeurs temporelles, matérielles, voire même républicaines (…) La dimension morale est plus solide, plus enracinée, lorsqu’elle procède d’une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu’elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain (…) La morale républicaine ne peut répondre à toutes les questions ni satisfaire toutes les aspirations. ”.

  • 9  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007, op. cit.

22C’est donc de façon parfaitement cohérente que, devenu président de la République, Nicolas Sarkozy, lors de son discours du Latran du 20 décembre 2007, souligne que, selon lui, “ dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ”9.

  • 10  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran, op. cit.

23Cette affirmation de l’infériorité de la morale de l’instituteur sur celle du curé, immédiatement avant celle de Riyad selon laquelle “ Dieu est au cœur de chaque homme ”, a suscité, venant d’un président de la République, de très nombreuses réactions. Au premier chef bien sûr celles, auxquelles on pouvait s’attendre, des tenants d’une laïcité “ intransigeante ”. L’opposition s’est inquiétée de ces propos, le député (PS) Jean-Marie Le Guen les jugeant “ dangereux ” en ce qu’ils “ renforcent la légitimité de ceux qui prêchent en faveur de la foi la plus radicale ” et François Bayrou, président du MoDem, y voyant un discours favorisant le retour de la religion “ opiumdu peuple ”(cité par Le Bars, 2008). D’autres ont d’ailleurs ironisé sur la posture visant à rechercher dans la religion “ le supplément d’âme dont les individus et nos sociétés [auraient] besoin ”( Roman, 2008). D’autres encore, dans une perspective différente, ont mis l’accent sur les effets de la “ radicalité du sacrifice de sa vie ” demandé au prêtre, reliant cette radicalité… à la dramatique crise des vocations que connaît l’Église. Et des historiens ont pointé une lecture unilatérale du passé (“ je sais que l’interprétation de la loi de 1905 comme un texte de liberté, de tolérance, de neutralité est en partie une reconstruction rétrospective du passé ”, avait dit le président10). Dénonçant cette conception constituant la laïcité en une sorte de cruauté gratuite, Jean Baubérot a entrepris d’expliquer cette laïcité à M. Sarkozy ... et à ceux qui écrivent ses discours (Bauberot, 2008).On y reviendra.

24En fait, la “ laïcité positive ” de Nicolas Sarkozy, opposée à la laïcité “ laïcarde ” des anti-cléricaux et à la laïcité de neutralité à laquelle réfère la loi de 1905, participe d’une triple volonté de réassurance : auprès du passé, de l’avenir et du présent. Ou vise, en d’autres termes, à une mobilisation des capacités fondatrices et explicatives attribuées à la tradition, des vertus stabilisatrices prêtées à l’existence d’un horizon tracé et des propriétés supposées de la transcendance pour ancrer une morale.

  • 11  Le Monde, 17 janvier 2008

25Le 17 janvier 2008, à Paris, Nicolas Sarkozy présentait ainsi “ la reconnaissance du sentiment religieux comme une expression de la liberté de conscience et la reconnaissance du fait religieux comme un fait de civilisation, au même titre que la reconnaissance de l’héritage des Lumières ” - était-il souligné -, comme partie intégrante “ de notre pacte républicain et de notre identité ”11. Dès lors [discours du Latran], “ arracher la racine, c’est perdre la signification, c’est affaiblir le ciment de l’identité nationale, et dessécher davantage encore les rapports sociaux qui ont tant besoin de symboles de mémoire ”

  • 12  Ibid.

26Concernant l’avenir, le président considère qu’ “ un homme qui croit, c’est un homme qui espère. Et l’intérêt de la République, c’est qu’il y ait beaucoup d’hommes et de femmes qui espèrent ”12.

  • 13  Ibid.

27Il estime en troisième lieu, s’agissant de la morale, que “ la République a intérêt à ce qu’il existe aussi une réflexion morale inspirée de convictions religieuses. D’abord parce que la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini. Ensuite parce qu’une morale dépourvue de liens avec la transcendance est davantage exposée aux contingences historiques et finalement à la facilité ”13.

28Les institutions religieuses, toutes confessions confondues, ont de bonnes raisons de se satisfaire du discours présidentiel, et de la place nouvelle que ce discours leur assigne potentiellement dans le paysage français. D’autres salueront une volonté d’apaisement des querelles religieuses, tout en considérant parfois que l’expression de cette volonté n’est pas exempte de maladresses. Jean-Louis Schlegel retient, quant à lui, s’exprimant sur le fond, comme positive l’orientation souhaitée par Nicolas Sarkozy : “ ce ne sont pas ceux qui crient “laïcité, laïcité !” en toute occasion, mais ceux qui considèrent avec lucidité les différences avec 1905, qui feront œuvre utile pour la République. La politique de l’autruche qui consiste à ignorer les nouveaux rapports de force entre le politique et le religieux, mais aussi à refuser les rapports de coopération possible, dans la société civile affaiblie, avec les grandes religions et à croire que l’incantation républicaine (c’est-à-dire finalement l’appel à l’État) suffit pour résoudre les problèmes, relève plus de la vanité française que d’une compréhension éclairée et dynamique de la laïcité. Voilà ce que M. Sarkozy et ceux qui le conseillent et écrivent ses discours ont mieux compris que d’autres ”(Schlegel, 2008).

29En tout état de cause, le dispositif dessiné par le président ne constitue pas une remise en question de la laïcité dans son principe, mais l’expression d’un intérêt, au nom de celui, supérieur, de la République, pour la religion. Comme si celle-ci constituait un gisement longtemps laissé abandonné, ou une friche, dont on s’aviserait soudainement qu’il serait possible d’en tirer de la richesse. D’où toute l’utilité d’en assurer l’exploitation.

30Dans cette vision somme toute très politique, voire cynique, d’une religion pensée fondamentalement comme ressource nécessaire tant à l’établissement du lien social qu’au maintien de l’ordre, certains ont cru reconnaître des intentions “ concordatrices ”. Évoquant celles-ci, Henri Tincq (2008) citait un texte de 1801, l’année du Concordat signé avec Pie VII et destiné à rétablir la paix civile et religieuse après la Révolution, où Napoléon s’interrogeait : “ Comment avoir de l’ordre dans un État sans religion ? La société ne peut exister sans l’inégalité des fortunes et l’inégalité des fortunes ne peut subsister sans la religion ”.

31Sans aller jusqu’à prêter à Nicolas Sarkozy une telle approche, Jean Baubérot, dans l’ouvrage mentionné ci-dessus, n’hésite pas à le taxer d’une profonde incompréhension de ce qu’est et doit être la laïcité : “ une laïcité vivante ne peut plus être dans le “despotisme éclairé” de l’État-nation, que privilégiaient les Lumières, elle doit être une laïcité par le bas, ancrée dans la diversité pluriculturelle de la société civile. Cette laïcité du XXIe siècle est à construire ”, proteste t-il, avant que de déplorer : “ quel dommage, vous auriez pu être le président qui libère la laïcité française de sa tentation à verser dans la religion civile républicaine. Et vous voilà devenir celui qui la fait tomber dans une autre version de la religion civile, la version américaine ” (Baubérot, 2008).

32Cette critique, susceptible dès lors que la référence aux États-Unis est activée, d’embrayer sur ou d’alimenter un possible procès en “ communautarisme ” intenté au président, redonne, en mettant l’accent sur son incontournable rôle, la place qui lui revient à la société.

33La conception de la laïcité (et dès lors de la religion) de Nicolas Sarkozy pose, pour conclure, un triple problème :

34Elle participe d’une confusion, déjà pointée plus haut, entre la laïcité telle qu’elle pouvait exister et la sécularisation de la société, la seconde ne constituant par ailleurs pas une conséquence de la première. Henri Tincq est dans cette perspective, proche de celle de Jean Baubérot, parfaitement fondé à se demander si c’est à l’État, “ au nom d’une laïcité positive, en fait néo-cléricale dans la bouche de M. Sarkozy, de suppléer ce que le discours religieux a perdu de pertinence et de capacité à convaincre ? (Tincq, 2008).

35Elle se fonde en second lieu sur une double méfiance, à l’égard de la société et à l’encontre de l’autonomie. Concernant la première, dont on a vu qu’un Jean-Louis Schlegel la considérait, affublée certes du qualificatif de “ civile ”, comme affaiblie, ce qui en est implicitement retenu ressortit à la fragmentation, à l’éclatement, à l’émiettement. Et dès lors à l’incertitude, à l’imprévisibilité (et aux risques que celles-ci sont suspectées d’induire). C’est dans cette perspective qu’est recherché tout ce qui pourrait être susceptible de limiter l’autonomie de la société, donc de la “ lier ”. Sans trop tenir compte là de ce que l’histoire a ressassé, à savoir que si la religion a bien la capacité de lier elle a aussi celle de diviser. Et que si une morale qui ne s’adosserait pas à une transcendance est susceptible de s’épuiser, une morale indexée sur l’absolu peut, elle, aisément dériver vers le fanatisme.

36Enfin, et dans la droite ligne de ce que pensent et ont écrit Jean-Paul II et Benoît XVI, elle est construite sur une profonde méconnaissance de la capacité de la démocratie de produire de la valeur, sans prétention à le faire et s’en se flatter d’en découler. Campant sur le refus de tenir le monde comme majeur et la société pour adulte, elle témoigne en dernière instance non tant de la faiblesse de cette société que de celle de l’État, condamné à mobiliser le religieux à des fins de réenchantement du politique pour s’efforcer de gérer le désarroi qui est le sien du fait de l’accélération du mouvement contemporain. On partage là l’analyse de Philippe Portier pour qui la “ laïcité positive ” de Nicolas Sarkozy “ n’est sans doute pas autre chose qu’une tentative - dont une partie de la Gauche, avec son concept de “ laïcité plurielle ”, avait, dès les années 1990, déjà exprimé la nécessité -de contre-battre l’impuissance matérielle et symbolique où le monde ultra-moderne a fixé le politique ” (Portier, 2008).

Inicio de página

Bibliografía

Baubérot Jean, La laïcité expliquée à M. Sarkozy ... et à ceux qui écrivent ses discours, Albin-Michel, Paris, 2008

Carrière Jean-Claude, Delumeau Jean, Eco Umberto et Jay Gould Stephen, Entretiens sur la fin des temps, Fayard, Paris, 1998

Chafiq Chahla et Khosrokhavar Farhad, Femmes sous le voile, Ed. du Félin, Paris, 1995

Foucault Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969

Gaspard Françoise et Khosrokhavar Farhad, Le foulard et la République, Ed. La Découverte, Paris,1995

Gauchet Marcel, La Religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Gallimard, Paris, 1998

Le BarsStéphanie, “ Inquiétudes sur le rôle conféré aux religions par Nicolas Sarkozy ”, Le Monde, 17 janvier 2008

Mayeur Jean-Marie, Les débuts de la IIIe République, Seuil, Paris, 1973

Michel,Patrick,“ Le dernier pape - Réflexions sur l’usage du politique sous le pontificat de Jean-Paul II ”, in Tous les chemins ne mènent plus à Rome [sous la direction de René Luneau et Patrick Michel], Albin-Michel, Paris, 1995, pp. 390-415

Portier Philippe, “ Nicolas Sarkozy et la laïcité - néo-cléricalisme ou ultra-modernité? ”, < http://religion.info/french/articles/article_369.shtml>, 15 mars 2008

Roman, Joël, “ La métaphysique du sarkozysme ”, La Croix, Paris, 18 janvier 2008

Sarkozy Nicolas, La République, les religions, l’espérance - Entretiens avec Thibaud Collin et Philippe Verdin, Éd. du Cerf, Paris, 2004

SCHELEGEL Jean-Marie, “ Nicolas Sarkozy, la laïcité et les religions ”, in Esprit, Paris, février 2008]

Tincq Henri, “ M. Sarkozy, la laïcité et la religion civile ”, Le Monde, 25 janvier 2008.

Inicio de página

Notas

1  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007, in Le Monde.fr, 21 décembre 2007.

2  Pour le texte du Syllabus (Recueil des principales erreurs de notre temps, qui sont signalées dans les Allocutions consistoriales, Encycliques et autres Lettres apostoliques de Notre Très Saint Père le pape Pie IX , 8 décembre 1864), http://www.salve-regina.com/Magistere/PIE_IX_syllabus.htm

3  Une posture qui, au delà de tous les ajustements effectués, de Léon XIII à Vatican II et de la doctrine sociale de l’Église aux considérations de Jean-Paul II sur la démocratie, constitue une constante. Sur cette problématique et ses développements dans le contemporain, voir Patrick, 1995 : 390-415.

4  On se bornera à signaler ici qu’une partie du territoire français ne relève pas de la loi de 1905. Pour des raisons historiques, du fait de l’annexion par l’Empire allemand de l’Alsace-Moselle à la suite du conflit franco-prussien de 1870, c’est toujours le Concordat napoléonien qui régit les relations entre l’Eglise et l’Etat dans cette région.

5  Comme le dit à juste titre J.L. Schlegel (2008) : “ ce que sous-estiment les tenants d’une laïcité intransigeante, c’est que le phénomène de la sécularisation érode et continue d’affaiblir non seulement les religions instituées ou ce qui en reste (quels que soient leurs liens ou leurs séparations institutionnels avec l’État), mais aussi et tout autant la laïcité céleste à laquelle ils adhèrent ”

6  “ Le cardinal Barbarin félicite Sarkozy ”, LyonCapitale_fr, 22 janvier 2008

7  Réitérant, dans la droite ligne de l’encyclique Veritatis Splendor de Jean-Paul II l’idée que “ quand il n’y a pas une parole supérieure, transcendante, pour fonder le bien et le mal, c’est le relativisme qui triomphe ”, ibid

8  Voir, entre autres, Chafiq et Khosrokhavar, 1995 et Gaspardet Khosrokhavar, 1995

9  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran le 20 décembre 2007, op. cit.

10  Discours de Nicolas Sarkozy au Palais du Latran, op. cit.

11  Le Monde, 17 janvier 2008

12  Ibid.

13  Ibid.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Patrick Michel, « La laïcité française », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 20 | 2010, Publicado el 08 abril 2011, consultado el 25 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/3630

Inicio de página

Autor

Patrick Michel

CNRS
Politiste et sociologue, directeur de recherche au CNRS, dirige le Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, ENS). Il est depuis 2008 président de la Section 40 du Comité National de la Recherche Scientifique. Au départ spécialiste de l’Europe centrale, développe des recherches sur les aspects théoriques de la relation entre politique et religion.

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org