Navegación – Mapa del sitio

Entradas del índice

Palabras claves :

América latina, Migración, violencia
Inicio de página

Texto completo

1Ce numéro 21 des  Cahiers ALHIM de l'Université de Paris 8, est consacré à l’étude de la migration et de la violence, ses manifestations et ses représentations, en Amérique latine. Nous partons de l’hypothèse que toute migration contient une forme de violence, pour ceux qui partent et pour ceux qui restent. Ce postulat amène une double perspective géographique qui inclut le lieu de départ et le lieu de destination et qui concerne les individus et les familles.

2Les conditions migratoires constituent un cadre de violence issu des structures économiques, sociales, culturelles, psychologiques ou politiques et de circonstances insurmontables, comme la pauvreté, la guerre, la répression, qui représentent  une menace, un danger. Malgré tout, la situation migratoire est propice, pour les hommes et les femmes, à la construction de nouvelles identités et à la définition de nouveaux rôles sociaux et familiaux. Les ruptures culturelles, réalisées dans la souffrance et aussi dans la créativité, ouvrent d’autres espaces et d’autres territoires aux frontières imprécises et instables. Ces deux pôles opposés s'organisent autour de trois axes qui s'entrecroisent :  les femmes migrantes, la globalisation économique et  la violence politique perçue dans sa dimension locale.

3Les femmes migrantes font l'objet de trois études dont la première (Marcela Tapia Ladino) est une analyse des migrations internationales marquées par une féminisation du phénomène, accompagnée d'un bilan bibliographique sur la relation entre la violence et la migration au féminin. Dans la famille et dans le couple, les relations sont soumises à des processus opposés : les nouvelles situations dues à l'émigration provoquent à la fois une remise en cause des rôles de chacun selon un principe émancipateur, surtout pour les femmes, ou alors un renforcement des rapports de domination qui se traduit dans la violence domestique. Selon Marcela Tapia Ladino, cette violence prend sa source dans la société d'origine, en l'occurrence la société bolivienne, et ne disparaît pas dans la société d'accueil, ici l'Espagne, malgré l'arsenal juridique qui protège les femmes migrantes. L'auteure s'appuie en particulier sur le cas de l'immigration bolivienne en Espagne (2000-2007), à partir d'une enquête de terrain. Le travail salarié, pour l'essentiel dans le secteur domestique, offre aux femmes une liberté dans la société d'accueil que les conjoints tentent de freiner par une violence psychologique ou physique.

4Deux études de cas ont pour cadre le  Mexique, à la frontière avec les Etats-Unis (Stéphanie Benson et Caroline Lepage) et dans l'Etat de Veracruz (María José Oramas, Sara  Ruiz Vallejo et Susana  Ruiz Pimentel). Stéphanie Benson et Caroline Lepage analysent la situation de violence décrite dans le roman semi-documentaire Desert Blood (2007), de l'auteure chicana Alicia Gaspar de Alba, qui se déroule à la frontière mexicano-étasunienne. Depuis le début des années 1990, des centaines de femmes sont assassinées ou disparaissent autour de la zone de la désormais tristement célèbre Ciudad Juárez, dans l'Etat de Chihuahua. Afin de cerner ce phénomène, le terme de féminicide a vu le jour dans une tentative linguistique et sociologique afin de redessiner une nouvelle identité collective transfrontalière. Avec son héroïne, Ivon Villa, l'auteure chicana, dessine un personnage qui dépasse tous les clichés sur les représentations du corps des femmes dans les sociétés mexicaine et chicana, avec une force inouïe et un espoir inébranlable afin d'échapper à la violence masculine, individuelle et institutionnelle.

5María José Oramas, Sara Ruiz Vallejo et Susana Ruiz Pimentel analysent les transformations que provoque l'émigration masculine, au sein d'une communauté rurale de l'Etat de Veracruz, sur les relations entre les hommes et les femmes. Dans la zone de production de café du centre de l'Etat de Veracruz au Mexique,  les hommes qui émigrent vers les Etats-Unis laissent derrière eux leurs familles. Les femmes alors créent d'autres liens, de solidarité et  de convivialité avec leur proches. Les membres de la famille constituent une sorte de tutelle pour ces femmes soudain 'célibataires'. Projetées, parfois pour plusieurs années, dans de nouveaux rôles et chargées de tâches jusque là assumées par les hommes, les épouses ont un terrain d'action qui a toutefois les limites définies par la communauté. Les auteures analysent cette garde rapprochée, son ressenti par les épouses et leurs enfants, à partir d'entretiens et surtout à partir d'une expérience originale : la mise  en place, avec un groupe d'étudiantes, issues de la même région, d'un programme de radio intitulé Voces Femeninas de la Migración: la otra cara de la moneda, sur les ondes de Radio Teocelo, de Veracruz. Cette radio communautaire émet depuis 40 ans en Amérique latine.  Dans cette émission, les responsables donnent la parole aux femmes qui partagent leurs expériences de l'émigration.

6 Dans ces trois études, on retrouve un élan constructeur qui annihile la violence des conditions migratoires, qu'elle soit physique, pour les Boliviennes de Madrid et les Mexicaines de la frontière mexicano-étasunienne, ou symbolique : l'absence de l'autre renforce l'étau social autour des épouses célibataires  de la ville de Teocelo dans l'Etat de Veracruz.

7 Dans une perspective économique, trois articles analysent des situations conflictuelles, issues de choix économiques, dans le cas Brésil et de l'Argentine. A à la frontière entre les  Etats-Unis et le Mexique, les échanges économiques, surtout monétaires rendent difficile la situation des familles restées au pays. Griselda Späth se penche, à partir d'entretiens, sur la situation des enfants des " familles en transit", en Argentine, qui, au gré des contraintes professionnelles, doivent changer de résidence et à chaque fois reconstruire des liens sociaux. La globalisation de l'économie a des conséquences sur la vie professionnelle dont les exigences amènent à des migrations temporaires et répétées  éprouvantes pour la vie privée et la construction de liens sociaux.

8Dans cette perspective économique globale, la construction d'usines hydroélectriques bouleverse les conditions de vie des populations locales, contraintes de quitter leur villages sous la force, comme c'est le cas au Brésil : les atingidos, sur lesquels se penche Guillaume Leturcq,sont les victimes d'un  processus de violences, physiques et symboliques. L'auteur décrit le cas de la construction du barrage de Machadinho, sur le fleuve Uruguay, dans le Sud du Brésil. Les impératifs économiques et industriels passent outre les intérêts des populations locales.  Ce sont eux qui déterminent également les échanges monétaires contrôlés par l'Etat.

9L'émigration est une source de première ordre dans les revenus du Mexique : les envois de fonds des Mexicains installés aux Etats-Unis représentent le second poste, après les revenus issus du pétrole, dans l'économie mexicaine, selon l'INEGI (De la Rosa, 2006). L'administration mexicaine est confrontée au blanchiment de l'argent de la drogue dans la zone frontalière qui connaît une extrême violence depuis le début du siècle. Une nouvelle législation, pour l'envoi de fonds par les émigrés à leurs familles, cherche à freiner ce phénomène. Mais elle a contraint les émigrés à détourner la loi, à cause des coûts bancaires élevés qui à leur tour mettent en danger la survie des entreprises et des familles installées sur la frontière et dans le centre du pays.

10 Dans ce contexte, l'émigration masculine vers les Etats-Unis engendre deux processus - d'ouverture et de fermeture- qui orientent la vie des femmes: le premier ouvre un espace de liberté nouveau, cependant toujours fragile et sans doute illusoire.  Cet espace, à peine ouvert, se referme selon le comportement du conjoint absent, éternel présent virtuel. Par ailleurs les nouvelles mesures de l'Etat mexicain peuvent accentuer la paupérisation des campagnes et en particulier des conditions de vie des femmes qui continuent à voir leurs maris et leur fils partir vers le Nord.

11Enfin dans une  troisième perspective, politique, trois études portent respectivement sur l'exil politique - le cas chilien - et  la violence politique en Colombie qui provoque une migration externe et  interne. Verónica Morales analyse les processus d'exclusion vécus par les desplazados . L'auteure retrace l'historique de ce type de migration à partir des années 80 en Amérique centrale, qu'elle met en relation avec les Conventions internationales en faveur des réfugiés. Elle se concentre sur la situations des "déplacés" en Colombie, dont le nombre est le plus élevé au monde, dans leur position face à l'Etat de droit, de la société d'origine et de la société d'accueil. Le statut de "déplacé" remet en cause les notions de citoyenneté et de droits humains ainsi que la protection de l'Etat face à ses citoyens. Il vide de sens ces deux notions, ce qu'exprime Agamben (1998) à travers la formule "nuda vida", qui structure, d'un point de vue théorique,  la démonstration de V. Morales.

12Le "déplacé", en passe de perdre ses droits de citoyen et le respect qui lui est dû au nom des droits humains, prend les traits du migrant dans une guerre contre les 'terroristes' qu'Alba Lucía Delgado analyse dans les colonnes du quotidien colombien  El Tiempo, sous la plume de José Obdulio Gaviria. Homme politique et journaliste, José Obdulio Gaviria a façonné la pensée du Président Alvaro Uribe Vélez (2002-2009). Le conflit armé perd sa dimension historique, socio-économique et politique en se concentrant sous l'expression d'une lutte terroriste contre laquelle est justifiée toute action militaire de la part du Gouvernement d'Uribe Vélez.

13German Darío Vallejo Bravo  analyse plus précisément le concept de qualité de vie: un concept qui inclut les émotions des victimes du 'déplacement' (desplazamiento), à la fois physiques et  psychologiques. Pris dans toutes ses dimensions, ce concept se traduirait, dans le cadre de nouvelles politiques publiques, par une prise en charge qui couvrirait non seulement les besoins physiques des personnes mais aussi, et ensuite, leurs besoins sur le plan émotionnel. La prise en compte de ces deux dimensions pourraient pourrait permettre un retour à une stabilité psychique, fortement ébranlée par les "déplacements forcés".

14Cette sorte d'exil intérieur se retrouve cette fois dans l'exil politique vécu par les Chiliens qui ont dû quitter leur pays immédiatement à la suite du coup d'Etat du 11 septembre 1973. Nicolas Prognon analyse cet exil politique qui prend la forme d'une déqualification dans une société d'accueil, ici la France, qui offre cependant des conditions favorables.

15Dans les situations migratoires étudiées, une place particulière est accordée aux femmes migrantes, non seulement à cause de la féminisation des migrations (Galeana, 2008) mais d'abord parce ce sont les hommes qui partent et bouleversent les structures sociales et familiales où les uns et les autres doivent construire une nouvelle place, une nouvelle identité. Les rôles traditionnels, soi-disant 'naturels', volent en éclats au contact d'autres cultures (les Chiliens en France), ou encore face  aux besoins économiques des couples et des familles (le travail des Boliviennes à Madrid). Les 'épouses célibataires', fragilisées dans un statut instable, doivent faire face au quotidien à la survie de leurs familles (G. Flores) tout en acceptant le contrôle social de la communauté ou du village ( M. J. Oramas).

16Peut-on voir dans ces processus un principe émancipateur, d'autonomisation  (empowerment) propre à la condition humaine, en termes de résistance? Selon Michel Foucault (2000), toute force dominatrice est contrée par une force qui résiste. Tout en admettant ce principe, les études de ce numéro tendent à montrer que  les résistances mises en place n'annulent jamais complètement une violence constante, et finalement propre à toute migration.

Inicio de página

Bibliografía

dela Rosa Mendoza Alma, Juan Ramiro, Pérez Servín, Araceli Lilia, Amayo, Romero, "Migración y remesas, de creciente importancia para México", Observatorio de la economía latinoamericana, Revista académica de economía Universidad de Málaga, 2006,<http://www.eumed.net/cursecon/ecolat/mx/2006/jrrm.htm>

foucault, Michel, Suveiller et punir: naissance de la prison, Paris, Gallimard, [1975], 360 p.

galeana, Patricia, "La feminización de la migración", Mujeres, Derechos y Sociedad, Revista científica semestral de la Federación Mexicana de Universitarios (FEMU), México, Marzo de 2008 Año 4, n° 7.

< http://www.femumex.org/femu/revista/0407/0407art01/art01pdf.pdf>

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 21 | 2011, Publicado el 27 junio 2011, consultado el 25 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3732

Inicio de página

Autor

Nathalie Ludec

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org