Navegación – Mapa del sitio
Etats-Unis

L'emploi des Latinos aux Etats-Unis : la deuxième génération dans la région métropolitaine de Chicago

Laurence Gervais-Linon

Resúmenes

Este artículo estudia la segunda generación de latinos en el área metropolitana de la ciudad de Chicago y la diferencia de salarios entre los grupos minoritarios y los norteamericanos. Algunas áreas de la región mostraron un alto índice de sub-empleo. Entre 1980 y el año 2000 las propuestas de trabajo sufrieron cambios, tanto en el tipo de empleo como en las áreas donde se encuentran las industrias. El área latina sufrió los mayores cambios. Los últimos censos muestran que la población latina tiende a ser pobre, a tener un bajo nivel de educación, a recibir un salario menor que el de la familia típica de la región y a depender de la industria manufacturera. El número de mujeres que trabajan aumenta cada día pero la estructura patriarcal de la familia hispánica determina y frena su participación en la vida activa.

Inicio de página

Entradas del índice

Mots-clés :

Emploi

Palabras claves :

Latinos
Inicio de página

Texto completo

1Evaluer la présence de la seconde génération des Latinos au sein des villes américaines nécessite de s’attacher non seulement aux mesures statistiques de cette présence, mais aussi aux aspects culturels pouvant expliquer une éventuelle évolution par rapport à la génération des années 1970. Nous nous concentrerons ici sur le poids économique de cette communauté, et notamment sur les données de l’emploi des Latinos dans une région où ils sont depuis longtemps fortement représentés, celle de la région métropolitaine de Chicago.

2Nous prendrons comme référence géographique Chicago PMSA1 où le taux de chômage est de 2,7 % en 1998/99. Bien que ces chiffres soient extrêmement bas, on peut encore parler de sous-emploi dans certaines zones marquées par leur identité afro-américaine ou latino. En effet, si l’on s’intéresse de plus près à la ville même de Chicago, le taux de chômage y était en 1996 de 5,5 % pour les Blancs, 15,3 % pour les Afro-Américains et 10,3 % pour les Latinos. Entre 1980 et 2000, dans la région métropolitaine de Chicago le marché du travail a subi d’importantes transformations en matière d’emploi, de structure occupationnelle et de localisation des industries. Ces changements sont connus et ont été analysés : décentralisation de la main-d’œuvre métropolitaine, transformation des industries de production de biens de consommation en industries de services, inégale répartition des zones de croissance et de déclin de l’emploi (Wilson, 1987 ; 1997). Les quartiers habités par les Latinos, ont été affectés de façon disproportionnée par les fermetures d’usines.

3Dans son ensemble, la zone métropolitaine de Chicago se place au premier rang en matière de disparité économique entre communautés ethniques. Or si l’on considère les projections pour 1996-20062, les créations d’emplois devraient se faire en majorité dans les secteurs des services, c’est-à-dire des emplois qui requièrent un niveau de qualification généralement plus élevé que celui dont disposent la majorité des sans-emploi issus de minorités. Nous examinerons dans cet article les données de la participation des Latinos sur le marché du travail à Chicago. Nous tâcherons aussi d’évaluer les causes d’une éventuelle sous-représentation sur ce marché et nous nous pencherons enfin sur les aspects particuliers liés au travail dans une communauté culturelle spécifique, notamment le travail des femmes et le poids de la famille.

Représentation de la deuxième génération de Latino sur le marché du travail à Chicago

4Les informations du Bureau of Labor3 montrent qu’en 1996 un plus grand nombre de Latinos travaillaient ou cherchaient du travail que quinze ans auparavant. Alors que la population latino âgée de 16 ans et plus avait augmenté de plus de 40 %, la population active latino avait subi une hausse d’environ 60 %. Une bonne part de cette augmentation peut être attribuée à l’accroissement de la population âgée de seize ans et plus arrivant sur le marché du travail. Cependant, d’autres raisons doivent aussi être prises en compte, telle que l’immigration continue des Latinos vers les Etats-Unis. Cet accroissement de la population active latino contraste avec les populations blanches et africaines-américaines en relative stabilité.

5Le pourcentage de Latinos sur le marché du travail par rapport à la population latino totale dans la région métropolitaine de Chicago, est passé de 64 % en 1977 à 70,3 % en 1990 (Cainka, 1999). Ce pourcentage dépasse celui des Anglos depuis 1979. La part des hommes latinos a augmenté dans les années 1970, marquées par la récession, pour atteindre 88% dans les années 1980, tandis que celle des Anglos et des Afro-Américains chutait dans le même temps de 1 %. Pour les femmes latinas, elle est passée de 41 % dans les années 1970 à 54 % dans les années 1980. Soit une augmentation plus rapide que celle des hommes. Parallèlement on constate une augmentation de 7 % pour les femmes blanches et de 5 % pour les femmes noires. La proportion de la population latino féminine sur le marché du travail a toujours été inférieure à la fois à celle des femmes blanches et des femmes africaines-américaines jusqu’en 1981, date à laquelle leur participation a dépassé celle des femmes africaines-américaines.

6Entre 1980 et 1990, dans la région métropolitaine de Chicago, le pourcentage d’embauche des Latinos a augmenté bien plus rapidement que celui des Afro-Américains et des Anglos, et même que celui des Latinos à un niveau national. Le taux des Latinos ayant un emploi a augmenté de 59 % à 70 %. Celui des Anglos est resté relativement stable, tandis que pour les Afro-Américains il tombait à 45 %. Une grande part de l’augmentation de l’emploi des Latinos est due à l’arrivée des femmes sur le marché du travail. Cependant, si le nombre de Latinos employés a augmenté et augmente encore alors qu’ils représentent une part de plus en plus importante de la population active, leur nombre augmente surtout dans les emplois à bas salaires. En 1996, les Latinos étaient largement représentés dans les emplois d’opérateurs sur des machines (16 %), ouvriers (29 %), et employés dans les services (16 %). Non seulement ces emplois sont parmi les moins bien rémunérés, mais ils sont parmi ceux qui devraient connaître une croissance moindre, et, pour les services, peu de perspectives d’augmentation de salaire.

7Il apparaît que la région métropolitaine de Chicago, et à fortiori l’Illinois, a connu une forte croissance de la création d’emplois après 1981, puis de nouveau après la récession du début des années 1990. Toutefois, nous pensons qu’il est nécessaire de se pencher sur la nature de ces emplois autant que sur leur nombre pour comprendre les raisons de la sous-représentation des minorités, telles que les Latinos dans la main-d’œuvre, dans son ensemble, et dans certains secteurs de l’emploi en particulier.

8Si l’on considère la représentation des Latinos par secteur d’emplois, ils semblent mieux lotis que les Afro-Américains. Dans les secteurs de la production de biens de consommation durable, les Afro-Américains étaient davantage sous-représentés par rapport à leur proportion dans la main-d’œuvre de l’Illinois en 1996 qu’en 1981, alors que la participation des Latinos avait augmenté par rapport à 1981 (+5 %) du fait de leur croissance démographique. Dans le secteur de la production de biens de consommation non-durable, les Latinos étaient sur-représentés alors que les Anglos et les Afro-Américains étaient sous-représentés. Cette augmentation de la participation des Latinos (+93 %) excédait largement ce qui aurait dû résulter des évolutions démographiques. Dans les services, les Afro-Américains étaient sur-représentés et les Anglos et les Latinos sous-représentés. Les changements dans ce secteur suivirent l’évolution démographique de la main d’œuvre dans l’Etat entre 1981 et 1996. Dans les transports, les communications et les services publics, les Afro-Américains étaient sur-représentés et les Latinos sous-représentés ; toutefois, cette répartition ne correspondait pas à un changement dans la répartition de la main-d’œuvre par race. On constate aussi qu’une évolution semblable est intervenue dans le secteur de la construction. Dans la plupart des secteurs cités, les Anglos occupaient de façon disproportionnée les emplois les plus élevés dans la hiérarchie alors que les Afro-Américains et les Latinos y étaient sous-représentés.

9De 1980 à 1990, le taux de chômage des Latinos dans la région métropolitaine de Chicago est passé de 7 % à 12 % (soit une augmentation de 11 000 à 31 000 personnes) et celui des Anglos a connu une plus faible augmentation, de 5 % à 7 %, tandis que le chômage des Afro-Américains passait de 12 % à 19 %4.

10Pour les Latinas, le taux de chômage durant la décennie 1980-1990 est passé de 8 %  à 10 % et suit la même évolution que celui des hommes latinos âgés de seize à dix-neuf ans, qui est passé de 21 % à 31 %. Au même moment, on constate chez les populations noires et blanches de cette tranche d’âge une augmentation dans des proportions moindres, bien que chez les Afro-Américains ce taux de chômage soit nettement plus élevé que chez les Latinos. Toujours durant la même période, le taux de chômage des Latinos au plan national restait largement inférieur à celui des Latinos de Chicago.

11En 1998, 2,7 % de la population totale de la région métropolitaine de Chicago était sans emploi, et c’était le cas pour 4,1 % de la population féminine. 2,9 % des Anglos étaient au chômage contre 10,8 % des Afro-Américains et 6,6 % des Latinos. Pour les femmes, ces chiffres étaient de 2,7 % pour les Anglos, de 9,2 % pour les Africaines-Américaines et de 7,7 % pour les Latinas. Comparée aux Latinos au niveau national, la population latino de la région métropolitaine de Chicago, présente donc des taux de participation sur le marché du travail plus élevés dans les années 1980 et 1990 de 5 à 7 points. Même chose pour les Latinas à partir de 1981 (Cainkar, 1999).

12Entre 1980 et 1998, dans la région métropolitaine de Chicago, le pourcentage d’embauche des Latinos a augmenté bien plus rapidement que celui d’Afro-Américains et des Anglos, et même que celui des Latinos au niveau national. Une grande part de l’augmentation de l’emploi des Latinos est due à l’arrivée des femmes sur le marché du travail. La proportion de la population latino sur le marché du travail à Chicago, a donc augmenté de façon significative durant les dernières années, alors même qu’augmentait parallèlement le nombre de Latinos sans emploi. On pourrait dire que l’augmentation rapide du taux de chômage des Latinos est due à la fois à l’expansion de cette population et de la proportion de celle-ci désireuse de trouver un emploi. Une deuxième explication réside dans le déclin de l’industrie à Chicago, comme dans la snowbelt5, région employant traditionnellement beaucoup d’entre eux.

Comment expliquer les disparités entre Latinos et Anglos sur le marché du travail

13Plusieurs explications ont été données aux disparités entre Latinos et Anglos sur le marché du travail. Qu’il s’agisse d’éducation, de grande pauvreté, ou encore de la ségrégation dans l’espace, qui a forcé certaines populations à vivre malgré elles dans des quartiers de plus en plus isolés d’où l’emploi a finalement disparu (spatial mismatch), ces explications abordent des aspects variés de la sous-représentation des minorités sur le marché du travail et dans tous les secteurs d’activités. Quelle est la place des Latinos au sein de ces minorités ? Sont-ils mieux ou moins bien lotis que les autres minorités de par leurs spécificités culturelles et historiques ? C’est ce que nous tenterons d’élucider.

Sur-représentation des Latinos chez les  working poor6: le poids de l’éducation

14Il est évident que l’éducation joue un rôle primordial dans le statut économique et social et les perspectives d’emplois offertes aux ménages latinos. Or, le revenu affecte tous les autres aspects de la vie du ménage. Plusieurs études confirment depuis longtemps l’importance de l’éducation dans les possibilités de succès économique des Latinos. Entre 1990 et 2005, l’Illinois devrait gagner 921 673 emplois (Shankman, 1995). Si l’on considère les 20 catégories d’emplois qui devraient croître le plus rapidement, les deux tiers environ requièrent un niveau de formation supérieur à un diplôme d’études secondaires.

15Dans certains quartiers latinos, jusqu’à  69 % des plus de 25 ans n’ont pas dépassé le niveau de l’école primaire. Près de 26,8 % des Latinos de plus de 18 ans vivant à Chicago parlent peu ou pas l’anglais (Brown, 1980). Beaucoup d’entre eux n’ont ni la formation, ni l’expérience requise pour occuper des emplois plus qualifiés, des emplois de gestion ou de direction, d’où  la précarité de la situation que connaissent beaucoup de familles. Plus de la moitié des Latinos n’atteint pas un niveau de fin d’études secondaires. Avec un tel niveau d’études, ils ont du mal à intégrer des emplois dans les secteurs en expansion. Aujourd’hui, éducation et expérience professionnelle sont des éléments cruciaux pour espérer gravir les échelons de la société américaine. Or, un large pourcentage de Latinos ont moins de vingt ans, et, de ce fait, leur capacité à améliorer leur situation socio-économique dépendra de plus en plus des programmes de formation auxquels ils auront accès.

16Différents rapports gouvernementaux7montrent tous que des revenus plus élevés, des emplois plus intéressants et un taux de chômage plus faible échoient à ceux dont le niveau d’études est le plus élevé. Par ailleurs, l’étude du recensement de A. J. Jajje montrait déjà en 1980, que l’éducation était plus “payante” pour les Latinos que pour d’autres minorités8. La même année, le Département de l’éducation rapportait que les Latinos ayant suivi au moins un an d’études secondaires avaient moitié moins de risque de se retrouver au chômage que ceux qui avaient abandonné l’école (Brown, 1980). Parmi les femmes qui avaient abandonné l’école plus de 15 % étaient sans emploi, contre seulement 5 % de celles qui avaient obtenu leur diplôme de fin d’études secondaires.

17La variable éducation joue donc un rôle très important dans le niveau socio-économique des familles. Ceci est encore plus évident chez les familles vivant dans l’indigence malgré un emploi : les working poor.

18Plus de la moitié de la population active latino dans l’indigence (51,2 %) est constituée de couples mariés avec enfants. La plupart d’entre eux (68,1 %) n’ont pas atteint un niveau d’études secondaires. Comme le reste des actifs en situation de pauvreté ils sont souvent employés dans le commerce de détail (24,3 %) et le secteur des services. Cependant une part importante travaille dans le secteur manufacturier (34,9 %). 23,9 % des Latinos qui travaillent et en situation de pauvreté sont concentrés dans les emplois de machinistes. Les Latinos représentent 10% de la population ayant un emploi à Chicago mais aussi 27 % des working poor. Les familles Latinos sont davantage représentées au sein de ce groupe : près d’une famille latino sur quatre (22,3 %) y appartient. Comme les Afro-Américains, les Latinos qui travaillent mais sont en situation de pauvreté ont davantage tendance à être des familles monoparentales, la plupart du temps la femme, ayant un emploi (68,2 % de ces familles). Les Latinos des familles actives mais en situation d’indigence ont un niveau d’études plus bas que les autres catégories de la population qui travaillent. En effet, sept sur dix ne possèdent pas un niveau d’études secondaires (Puente, 1997)9.

19On notera toutefois que le niveau d’anglais semble s’être nettement amélioré au sein de la communauté latino de Chicago. Mais ce n’est pas une garantie de réussite, puisque plus de la moitié (56,6 %) de la population latino active en situation de pauvreté parle couramment l’anglais.

La ségrégation résidentielle et l’hypothèse du spatial mismatch

20Il existe une théorie assez répandue qui prétend expliquer le fort taux de chômage et les bas revenus des Afro-Américains par le fait que ces derniers sont isolés géographiquement des zones où se trouvent les emplois. Les chercheurs qui expliquent le sous-emploi des Africains -Américains vivant dans les centres des villes soulignent que des barrières se sont constituées du fait de la combinaison de la ségrégation résidentielle et de la  décentralisation des emplois vers les banlieues.
A notre connaissance, aucune étude n’a à ce jour encore été effectuée afin de déterminer si les Latinos sont également touchés par ce spatial mismatch10 (Kain, 1968 ; Goldsmith et Blakely, 1992 ; Massey et Denton ; Jencks et Mayer, 1990).

21La communauté latino à Chicago est diverse et son implantation y est ancienne. Elle date des années 20 et le nombre de Mexicains, de Porto- ricains, de Cubains et de personnes issues d’autres communautés ethniques hispanophones n’a fait qu’augmenter pour dépasser aujourd’hui les 20 % de la population de Chicago.

22Actuellement 65 % des Latinos de la zone métropolitaine vivent à Chicago même. Le Latino citadin type vivait dans un îlot (block) peuplé de 36 % d’Anglos en 1980, mais seulement de 30 % en 1990. Les Latinos ont d’abord eu tendance à s’établir dans des zones distinctes mais dispersées de Chicago plutôt que de rester concentrés dans une large zone comme l’avait fait la population noire, largement à cause des politiques de logement ségrégationnistes. Dès les années 1950, trois zones distinctes pouvaient être repérées. La première, autour des usines sidérurgiques à la pointe sud-est de Chicago. La seconde, Pilsen et Little Village (Lawndale Sud), à l’ouest du centre ville (le Loop). Enfin, la troisième, plus au nord et à l’ouest du Loop, autour de West Town, Humboldt Park et Logan Square. Ajoutons-y deux zones plus récentes : Back of the Yards (sud-ouest de Chicago) à 31 % latino, tout comme les districts de Lakeview, Uptown et Edgewater, en bordure nord du Lac (Lindberg, 1992). Il existe aujourd’hui trois grands quartiers Latinos, le Near North-West Side, le Near South-West Side et le South-West Side. Le Near South-West Side est constitué de huit community areas ou districts incluant Pilsen et Little Village, dont 78 % des résidents sont latinos et presque tous Mexicains.

23En opposition à l’uniformité du phénomène de croissance qui semble toucher les banlieues depuis 10 ans, seuls 10 des 47 quartiers de Chicago ont vu leur nombre d’emplois augmenter. De plus, ces quartiers constituent des poches aux limites extérieures de la ville, en particulier au Nord et au Nord-Ouest de la ville. A Chicago, la décentralisation de la main-d’œuvre métropolitaine et la distribution inégale des possibilités d’emploi font que les Latinos de la ville (par opposition à la banlieue) résident aujourd’hui dans des zones où le désinvestissement génère une détérioration de l’offre d’emploi. Entre 1996 et 2006, le comté de Cook devrait voir la création de 40 067 emplois. Aucune localité ne devrait perdre d’emploi, qui devrait également s’accroître dans les municipalités situées autour de O’Hare et de l’aéroport de Midway. Mais les différences sont flagrantes dans la création d’emploi dans Cook County, où les emplois enregistrés sont pour les 2/3 situés dans Chicago même, et les autres comtés de la PMSA. Pour la seule année 1996, la création d’emplois a été de 1,0 % (soit 21 610 emplois sur un total de 2 278 885 personnes dans la population active du comté de Cook), alors qu’à DuPage les chiffres atteignaient 10% et à Lake jusqu’à 16,7 %. Les zones les plus affectées par les fermetures d’usines sont celles où habitaient les Afro-Américains et dans une certaine mesure les Latinos11. Les statistiques du chômage en 1990 montraient aussi une différence entre ville et banlieue : Chicago PMSA avait 9,8 % de chômeurs et Chicago ville 11,3 %. En 1999, le taux de chômage a baissé fortement mais les disparités persistent : 5,7 % de chômage à Chicago ville, contre 4,2 % pour Chicago PMSA et au maximum 2,8 % dans le comté de DuPage. Au sein des quartiers qui constituent le cœur de la ville de Chicago la tendance à la réduction du nombre d’emplois est largement plus marquée. Dans le secteur privé, en mars 1996, sur un total de 1 104 007 personnes employées dans la ville de Chicago, seulement 63 079 provenaient de West Central, un quartier latino. On peut donc raisonnablement penser que tout comme les Africains-Américains, les Latinos qui habitent les quartiers les plus pauvres de Chicago sont particulièrement coupés des offres d’emploi et des créations d’entreprise12.

Aspects culturels

24La structure familiale est cruciale dans la compréhension des problèmes économiques rencontrés par les familles latinos aujourd’hui. La population latino comprend légèrement plus d’hommes que de femmes. D’autre part, la famille type fonctionne sur des critères d’entraide mutuelle et le poids des femmes à la fois dans la structure familiale et sur le marché du travail est en train d’évoluer. Autant de critères qui définissent une communauté particulière et différente, tant de la société de référence dans laquelle elle évolue que des autres.

Solidarité et famille

25En 1990, l’âge moyen de la population latino dans la région métropolitaine de Chicago était inférieur d’environ deux ans à celui de la population africaine-américaine et de dix ans à celui de la population blanche. A Chicago, la moyenne d’âge des Latinos était de 22,2 ans, de 24,9 chez les Afro-Américains, et de 38,7 chez les Anglos. 43 % des Latinos avaient moins de vingt ans, contre 20 % des Anglos et 38 % des Afro-Américains. Au sein de la population latino, les Mexicains et les Portoricains ont tendance à être encore plus jeunes que les Cubains, dont l’âge moyen est de 32,8 ans, ce qui les rapproche de la population blanche. Alors que près de 19,6 % de la population était latino en 1990, plus de 24 % des moins de vingt ans l’étaient.

26En résumé, en 1990, les Latinos de la région métropolitaine de Chicago étaient sensiblement plus jeunes et vivaient dans des familles plus nombreuses que les Afro-Américains et les Anglos. Les ménages latinos avaient plus de chances de compter des enfants en âge scolaire.

27La famille élargie, qu’elle comprenne ou non des membres issus de liens non-familiaux, est la norme pour toutes les classes sociales chez les Latinos. Un des aspects importants du réseau formé par la famille élargie est l’existence d’échanges continus, non gouvernés par les lois de l’offre et de la demande. La relation avec les amis qui s’engagent dans ces échanges est consolidée par l’appellation compadres, et les obligations mutuelles qui se créent ainsi renforcent encore les relations à l’intérieur de la famille élargie, à la fois comme symbole de leur cohésion et parce qu’ils ont besoin les uns des autres. Alors que l’interdépendance économique et les échanges de services personnels varient en fonction de la classe sociale, la famille, toutes classes sociales confondues, reste la source principale de soutien moral et social, comme elle est la source principale de valorisation de soi (self-esteem). Jaime Seña Rivera a démontré que l’interdépendance économique est plus forte pour l’ensemble des familles, riches et moins riches.

28Au sein des classes sociales les plus pauvres, l’échange de services économiques et personnels est une nécessité. Devoir se tourner vers l’assistance publique est considéré comme un échec de la solidarité familiale. Les familles qui n’ont pas de parents ou de compadres sur lesquels compter, en l’occurrence les femmes seules avec enfant à charge, et qui recourent à l’aide de l’Etat, subissent publiquement une humiliation car la nouvelle se répand rapidement dans le quartier. Une personne capable de survivre sans argent en allant de parent en parent pour se faire nourrir est considérée comme quelqu’un ayant une famille faisant preuve d’une grande cohésion.

Le cas des femmes

29Les informations données par le recensement indiquent que la population féminine latino est concentrée dans les emplois les moins qualifiés à hauteur de 37 %. On observe également une grande concentration dans les emplois administratifs, puisqu’on y trouve environ un quart des Latinas. 40 % d’entre elles sont employées dans les industries en expansion, comparé à 31 % de l’ensemble de la population active latino. Les Latinas sont moins présentes dans les emplois manufacturiers que les hommes (56 % contre 64 %). 18 % d’entre elles travaillent dans des industries de services, 11 % dans la vente au détail, et 8 % dans les secteurs en expansion de la finance, des assurances et de l’immobilier.

30Il faut noter cependant, qu’entre 1970 et 1990, la proportion de la population latino féminine active est passée de 37,0 % à 56,1 %, ville-centre et banlieues confondues, soit la plus large augmentation de tous les groupes à Chicago.

31Prenons l’exemple des Mexicains -la population latino la plus représentée à Chicago et par conséquent la plus étudiée- la structure familiale mexicaine est une structure forte, constituée d’éléments traditionnels qui jalonnent la vie quotidienne, et de relations intra-communautaires qui régissent l’ordre et les règles de vie. Ces règles ont-elles tendance à s’affaiblir lors d’un processus d’acculturation dû à l’adaptation à l’environnement culturel, c’est-à-dire à l’intégration au sens d’une assimilation à la société de référence? Ou permettent-elles au contraire l’intégration au sens de la cohésion à l’intérieur du groupe des Mexicains, ainsi que leur constitution en “minorité” reconnue et représentée ?

32La communauté mexicaine, comme la plupart des groupes ethniques d’origine latine aux Etats-Unis, a une structure patriarcale forte, au sein de laquelle le père, le mari, ou le grand-père détient l’autorité. Mais la famille mexicaine est aussi caractérisée par un réseau serré de relations familiales et de valeurs qui créent une interdépendance entre ses membres. Les liens familiaux, mais aussi le succès financier, la cohésion du groupe, l’honneur qui passe essentiellement par la virginité des filles et le non-travail des femmes constituent des valeurs essentielles. Les ambitions se basent sur la famille élargie, la domination masculine, la virginité, la maternité et l’attachement aux traditions, et déterminent la valeur accordée aux relations sociales à l’intérieur et à l’extérieur de la famille. Les liens familiaux doivent être soudés, les hommes autoritaires, les femmes célibataires doivent rester vierges et les femmes mariées organiser leur vie autour de la maternité (Horowitz, 1986 : 54). Le tissu serré des relations intergénérationnelles permet que les traditions se perpétuent. Les femmes se réfèrent rarement à des manuels pour élever leurs enfants, et l’aide inter-générations encourage les pratiques traditionnelles. Les jeunes filles apprennent le rôle de mère et d’épouse en aidant leurs mères. Mais elles n’apprennent certainement pas le rôle de femme active. L’aide entre les générations offre également une solide base pour assurer le maintien de la division sexuelle des rôles à l’intérieur de la famille. C’est d’ailleurs sur cette division des rôles qu’est construit le code de l’honneur. Le rôle de mère est l’identité culturelle la plus acceptable qui soit à la disposition des femmes. Une femme indépendante et qui travaille n’est pas acceptable. Elles doivent être des épouses, des sœurs ou encore des mères pour les hommes. La maternité est un rôle hautement valorisé. Se devant de maintenir son emprise sur sa famille et son statut de dominant, le père est responsable du bien-être financier de la famille et ne doit pas dépendre d’un deuxième salaire. Or, étant donné que les emplois accessibles à une communauté latino faiblement qualifiée à Chicago, sont à la fois rares et peu rémunérés, les revenus d’une fille et/ou d’une épouse qui travaille(nt) sont souvent devenus une nécessité. Dans ce contexte économique, les hommes doivent faire face à un dilemme.

33Celui que doivent affronter les femmes quant à elles, repose sur un conflit entre leurs valeurs culturelles et une possible assimilation. C’est un problème qui semble sans issue puisque d’un côté les femmes dans la culture latino sont dépendantes des hommes, et d’un autre l’assimilation aux Etats-Unis implique au mieux d’intégrer un système socio-économique plus ou moins sexiste, et au pire de supporter une triple discrimination raciale, sexuelle et sociale (Cordova, 1986). Le rôle des femmes mexicaines et latinos en général, à la fois dans la famille et sur le marché du travail, s’accroît de jour en jour, mais le type d’emplois disponibles et les possibilités de formation restent limités. Les Latinas sont le groupe le plus concentré dans le secteur des emplois manufacturiers non qualifiés13. Parallèlement la pauvreté et le chômage des femmes en particulier mexicaines et portoricaines est alarmant (Gervais-Linon, 1997 : 210-220). Les statistiques sur le chômage qui prennent en compte, soit le sexe, soit la race, et non la combinaison des deux, masquent des disparités entre hommes et femmes au sein d’une même communauté ethnique. En 1996, les Latinas ont des taux de chômage bien plus élevés que les hommes latinos et anglos confondus. Pourtant elles veulent et sont financièrement obligées de travailler, en dépit du manque de structures pour assurer la garde des enfants, ou de formation et d’apprentissage de l’anglais pour les adultes, mais aussi en dépit des pressions familiales et communautaires. Le concept de la “double journée”, affecte d’autant plus les femmes latinos qu’elles sont les seules dans la famille à pouvoir/devoir s’occuper des tâches domestiques auxquelles les hommes ne participent pas. La solidarité entre ces femmes est sans doute leur force. Elles gardent mutuellement leurs enfants quant aucune garderie n’est disponible.

34Pour la communauté Latino les données des deux derniers recensements à Chicago, montraient un taux de pauvreté élevé, un faible niveau d’instruction et des revenus familiaux inférieurs à la moyenne de la ville. Plus de 20 % de la population latino vit sous le seuil de pauvreté ; en outre, en 1990, 40,8 % de ses membres avaient un diplôme d’études secondaires, et 6,6 % un niveau licence (Bachelor). Le revenu familial moyen annuel était de $25 219. Afin de contrebalancer ces données socio-économiques strictement quantitatives, il faut insister sur le fait que la population latino de Chicago est une population jeune et très active. Cependant les Latinos restent très dépendants des emplois industriels à l’heure où les emplois se développent dans le secteur des services. Et ceci se ressent sur le revenu dont disposent les familles. Alors que le revenu des Latinos était supérieur à celui des Afro-Américains en 1990, le revenu familial moyen des Afro-Américains représentait 52,7 % de celui des Anglos en 1990, contre 62,9 % en 1970, tandis que celui des Latinos représentait 58,8 % de celui des Anglos contre 68,5 % en 1970 on constate que l’écart avec les Anglos s’est accentué. Il semble que le déclin des offres d’emploi dans le secteur manufacturier constitue une barrière à l’avancement socio-économique des Latinos de Chicago. Par ailleurs, force est de constater qu’ils constituent une population très variée et qu’ils ne sont pas égaux en matière de revenu: le revenu moyen annuel des familles portoricaines, qui forment 43,3 % de la population latino de Chicago, n’était que de $20 698 en 1990 soit $4 521 de moins que celui de l’ensemble de la communauté latino. Enfin, on constate que la main-d’œuvre s’est accrue à une vitesse extraordinaire ces dernières années, particulièrement chez les femmes. Mais la structure familiale patriarcale des communautés latinos reste la règle et tend à freiner la participation des femmes sur le marché du travail, ou du moins à faire peser sur les Latinas une pression supplémentaire lorsqu’elles désirent ou doivent travailler.

Inicio de página

Bibliografía

Ouvrages 

CORDOVA, T., (1986), Chicano Voices: Intersections of Class Race and Gender, Austin, Center for Mexican American Studies, Austin, University of Texas.

GERVAIS-LINON, Laurence. (1997), Aspects des relations inter-raciales aux Etats-Unis : Le cas des communautés africaine-américaine et hispanique dans la région métropolitaine de Chicago, thèse de doctorat, Université Paris III Sorbonne Nouvelle.

GOLDSMITH, W.W. & E.J. Blakely. (1992), Separate Societies, Poverty and Inequality in U.S. Cities, Philadelphia, P.A., Temple University Press.

HOROWITZ, Ruth. (1986), Honor and the American Dream, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press.

JENCKS, Christopher & MAYER, S., (1990), “Residential Segregation, Job Proximity and Black Job Opportunities : The Empirical Status of the Spatial Mismatch Hypothesis”, in M. McGeary and L. Lynn. (eds.), Inner-City Poverty in the United States, Washington D.C. National Academy Press.

JENCKS, Christopher. (1991), “Is the American Underclass Growing?” in Christopher Jencks & Paul E. Peterson, (eds.), The Urban Underclass, Washington D.C., Brookings Institution.

KAIN, J.F., (1968), “Housing Segregation, Negro Unemployment, and Metropolitan Segregation”, Quarterly Journal of Economics , Vol. 82.

LINBERG, Richard. (1992), Ethnic Chicago, Chicago, Passport Books, Advision of NTC Publishing Group, Illinois USA.

MASSEY, Douglas S. & DENTON, Nancy A., (1995), American Apartheid, Segregation, and the Making of the Underclass, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1993, trad.fr. American Apartheid,  Paris, Descartes & Cie.

WILSON, William Julius. (1987), The Truly Disadvantaged: The Inner-City, the Underclass, and Public Policy, Chicago, University of Chicago Press. 

——————————————(1997), When Work Disappears, The World of the New Urban Poor, New York, Vintage Books, Random House.

Sources officielles 

U.S. Department of Labor, Bureau of Labor Statistics, Employment Outlook, 1996-2006: A Summary of BLS Projections, février 1998, Bulletin 2502.

Brown, George, H., & al., The Condition of Education for Hispanic Americans, National Center for Educational Statitics, U.S. Department of Education, 1980.

Economic Information and Analysis Division, Illinois Department of Employment Security (IDES), State of Illinois, Occupational Employment (1996 and projected 2006) and Average Annual Job Openings.

Where Workers Work in the Chicago Metro Are, Supplemental Report 1972-1997, IDES Illinois Department of Employment Security.

Illinois Labor Force Report – by month, issued by Illinois Department of Employment Security (IDES), 15 septembre 1999.

Affirmative Action Information 1999 Chicago PMSA, IDES, Economic Information and Analysis Division, Bureau of Finance and Administration, Illinois Department of Employment Security, George H. Ryan, Governor, Linda Renee Baker, Director, 1999.

Rapports 

The Changing Economic Standing of Minorities and Women in the Chicago Metropolitan Area 1970-1990, Chicago Urban League/Latino Institute/Northern Illinois University; Final Report (1994): 28.

Latinos in Metropolitan Chicago: A study of Housing and Employment, Latino Institute Ed., Monograph Series, Research Division, Chicago, 1993.

Chicago’s Working Latinas, Confronting Multiple Roles and Pressures, Chicago: Latino Institute Research Division, Mars 1987.

PUENTE, Sylvia. (1997), “Race, Ethnicity, and Working Poverty, A Statistical Analysis for Metropolitan Chicago”, The Working Poor Project, Chicago, Il. Chicago Urban League, Latino Institute, Northern Illinois University, February.

SHANKMAN, Kathleen. (1995), “Jobs That Pay, Are Enough Good Jobs Available in Metropolitan Chicago ?” in The Working Poor Project, The Chicago Urban League, The Latino Institute, Northern Illinois University, November.

Inicio de página

Notas

1Primary Metropolitan Statistical Area, incluant six comtés du Nord-Est de l’Illinois: Cook, DuPage, Kane, McHenry, Will, Lake.
2U.S. Department of Labor, Bureau of Labor Statistics,  Employment Outlook, 1996-2006: A Summary of BLS Projections, février 1998, Bulletin 2502.
3L’équivalent du Ministère de l’emploi et de la solidarité en France.
4The Changing Economic Standing of Minorities and Women in the Chicago Metropolitan Area 1970-1990 Chicago Urban League/Latino Institute/Northern Illinois University; Final Report (1994) p. 28.
5Les Etats du Minnesota et du Wisconsin.
6Familles ayant un emploi et dont le revenu familial n’excède pas 150 % du seuil de pauvreté fédéral.
7Le rapport de 1978 du U.S. Department of Labor,  Workers of Spanish Origin ; le rapport de 1980 du National Center for Educational Statistics,  The Conditions of Education for Hispanic Americans, les analyses spécifiques du Census for the U.S. Commission for the Civil Rights en 1980 Unemployment and Underemployment Among Blacks, Hispanics, and Women, le rapport de la Chicago Urban League Chicago’s Two Public School Systems, en 1990 ; l’étude de Cainkar, op.cit.
8Rapport de 1980 du National Center for Educational Statistics, The Conditions of Education for Hispanic Americans.
9Ces chiffres sont calculés en rapport avec les données suivantes : sur le nombre total de personnes ayant un emploi dans la région métropolitaine de Chicago, 71,4 % sont blancs, 15 % sont afro-américains, 10 % sont latinos, et 3,4 % sont asiatiques.
10Kain fut le premier à proposer cette hypothèse du spatial mismatch. Selon lui, premièrement la distance impose un surcoût qui décourage toute recherche d’emploi en banlieue, deuxièmement l’information concernant l’emploi dans les banlieues n’atteint pas le centre des villes, et enfin troisièmement les employeurs potentiels installés dans les banlieues pratiquent la discrimination à l’embauche à l’encontre des minorités.
11Economic Information and Analysis Division, Illinois Department of Employment Security (IDES), “State of Illinois, Occupational Employment (1996 and projected 2006) and Average Annual Job Openings”.
12Illinois Labor Force Report – by month, issued by Illinois Department of Employment Security (IDES), 15 septembre 1999.
13En 1980, seules 8% des femmes mexicaines qui travaillaient, occupaient des professions libérales ou étaient des cadres supérieurs in U.S. Department of Commerce, 1983, General Social and Economic Characteristics, Illinois, tableau 102: 15-137.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Laurence Gervais-Linon, « L'emploi des Latinos aux Etats-Unis : la deuxième génération dans la région métropolitaine de Chicago », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 7 | 2003, Publicado el 14 febrero 2005, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/375

Inicio de página

Autor

Laurence Gervais-Linon

Université Paris 8

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org