Navegación – Mapa del sitio

Les barrages hydroélectriques au Brésil : contraintes et violences

Guillaume Leturcq

Resúmenes

L’électricité, produite par des usines hydroélectriques, est un élément important pour le Brésil, dans un contexte de croissance économique et de nouvelles préoccupations environnementales. Les barrages perturbent l’environnement (économique, social et écologique) des sociétés rurales proches. De plus, les barrages provoquent ‘des migrations forcées’, dont les victimes sont les atingidos, et induisent aussi diverses violences prenant deux formes : symboliques ou physiques. Elles sont multiples et n’affectent pas au même degré les familles. Il s’agit principalement de violences allant vers les familles proches du barrage, émises par l’entreprise qui construit l’ouvrage ou par des acteurs indirects.

Inicio de página

Texto completo

1Le Brésil est incontestablement aujourd’hui un pays émergent à l’échelle mondiale. L’émergence du pays se mesure à divers égards (politique, économique, environnemental) mais elle n’est pas nécessairement toujours équilibrée. Comme l’explique Paul Claval, le Brésil n’est pas véritablement sous-développé, mais plutôt inégalement développé (Claval, 2009).

  • 1  Pour la Commission Internationale des Grands Barrages (CIGB), un grand barrage est un ouvrage dépa (...)

2Un regard rapide sur le Brésil offre comme image un paradoxe développement-inégalité. La construction d’ouvrages hydroélectriques n’y échappe pas et l’illustre bien. Les grands barrages1 représentent à la fois la croissance et l’émergence du pays, mais aussi les inégalités et les injustices. Néanmoins, la réalité est bien plus complexe et ce paradoxe se révèle n’être qu’une image simplifiée.

  • 2  Les populations affectées par les barrages ont pris le nom d’atingidos à la fin du XXe siècle. En (...)

3L’installation d’un ouvrage hydroélectrique est complexe et ses effets, positifs et négatifs, sur les populations locales (atingidos)2 sont nombreux. Au-delà des bouleversements divers, les familles victimes d’un barrage subissent de nombreuses violences au cours du processus de construction puis de migration.

4Les violences marquent les populations à différents degrés. Elles influencent à la fois leurs réactions face à la migration (forcée) et leur adaptation après le déménagement. Les violences qui affectent les familles sont diverses et nombreuses, et peuvent être symboliques ou physiques. Plus que l’intensité des violences, c’est leur multitude et leur multiplication qui nous intéresse. Nous aborderons ces deux grands types de violences à travers une grille d’analyse qui différencie de multiples approches (temporelles, sentimentales, etc.).

Violences symboliques : l’imprégnation du barrage

5Les marques d’une violence ne sont pas nécessairement visibles et concrètes. Lors de la construction d’ouvrages hydroélectriques au Brésil, les familles atingidas subissent de nombreuses violences symboliques qui affectent par la suite leurs comportements. Ces violences peuvent être aussi profondes et marquantes que les violences physiques.

6La première approche analytique des violences symboliques est temporelle. La construction d’un barrage s’inscrit dans le long terme. Depuis les premiers projets et la mise en route des turbines, il peut s’écouler plus de trente ans. Le barrage de Machadinho, sur le fleuve Uruguay, dans le Sud du Brésil émerge à la fin des années 1960. D’abord dans un plan de construction à l’échelle du bassin de l’Uruguay, le barrage de Machadinho entrait dans un projet de construction de vingt-deux barrages, affectant environ 40 000 familles. Les habitants de la région entendent parler du projet quelques années après et entrent déjà dans un processus de réaction. Ne sachant si les barrages seront effectivement construits, ils se préparent à un éventuel bouleversement de leur région. Dans le Sud du Brésil, les populations ont reçu, au début des années 1980, des formations de préparation aux prochains évènements. L’Église catholique dirige dans un premier temps ces formations puis est aidée pour la diffusion par « des pasteurs des Églises protestantes, des dirigeants syndicaux et de quelques intellectuels locaux » (Sigaud, 1995). La pression monte sur les familles alors que l’existence des barrages est probable.

7Lors de la confirmation de l’installation d’un barrage sur le fleuve, les familles atingidas n’ont plus que quelques années à vivre sur leur lieu de résidence avant la migration forcée. Il y a un renforcement de la pression avec ce rapprochement temporel. Plus le barrage est proche de se terminer, plus il existe un stress car les familles entrent dans une période décisive pour leur avenir. Entre le début de la construction de l’ouvrage et la migration effective de la famille, de nombreux doutes et interrogations s’installent. Les familles ne savent pas obligatoirement si elles sont directement touchées par la retenue du barrage et donc si elles doivent ou non migrer. Elles ignorent aussi pendant longtemps les conditions d’indemnisations auxquelles elles peuvent prétendre. Ces indemnisations peuvent varier entre trois grandes options : indemnité financière, octroi d’un lopin de terre isolé, réinstallation sur un lopin dans une structure collective (reassentamento). Ne pas connaître les types d’indemnisations force les familles à imaginer et non pas à décider. Une fois les grands choix faits (ville ou campagne, individuel ou collectif, proximité ou éloignement du lieu de départ), une autre peur s’installe. Les atingidos se demandent quelles seront les conséquences des bouleversements et comment ils devront s’y adapter.

8Enfin, le dernier élément temporel impliquant une violence symbolique est la pression mise sur les familles vis-à-vis de leur stabilité. Les familles recevant une indemnisation foncière signent un contrat qui les oblige à rester pendant dix ans sur la nouvelle terre avant de finalement devenir entièrement propriétaire de celle-ci. Ainsi, les familles sont quasiment forcées à réussir leur adaptation et à se stabiliser sur leur nouveau lieu de vie. La famille est de ce fait moins libre de ses mouvements et le lien contractuel réduit leurs options de déplacements. Les violences temporelles, à trois moments du processus d’installation d’un barrage, s’effectuent par des pressions sur les familles : ces pressions concernent leur avenir et leurs nouvelles conditions de vie.

9Une autre violence symbolique, plus intense et plus mesurable, est la violence  sentimentale infligée aux atingidos. La migration est le changement d’espace de vie, ce qui sous-entend l’abandon d’un espace et l’adaptation à un nouvel espace. L’abandon d’un espace de vie s’accompagne forcément de la perte d’éléments matériels (maison, terre, aménagements collectifs, etc.), mais aussi d’éléments immatériels, l’histoire et la mémoire principalement. Une famille qui quitte un lieu de vie sur lequel elle est enracinée depuis plusieurs générations laisse derrière elle toute une histoire et un pan de sa vie. Lors de la migration, les familles ne peuvent pas tout emporter et les cimetières des communautés sont ainsi abandonnés avant la montée des eaux. L’autre exemple souvent symbolique est l’église de la communauté. Toujours très ancrée dans les communautés rurales, l’Église joue un rôle fondamental pour le regroupement et les interrelations familiales. L’entreprise qui construit le barrage décide souvent d’ériger en symbole le toit de l’église qui est engloutie par le lac du barrage. Ainsi, à Itá (Santa Catarina-SC), il est encore possible de voir, sur un îlot, le clocher de l’ancienne église du village. Des commémorations pour les victimes et l’histoire des terres englouties s’organisent parfois face à ce lieu symbolique. Difficilement estimables, les pertes sentimentales expriment une violence, à cause de la cassure entre la population et son espace de vie.

10La violence sentimentale se retrouve aussi après la migration forcée. Nous savons maintenant que la plupart des familles ont un délai de dix ans avant de pouvoir devenir entièrement propriétaires de leur nouvelle terre. Mais dans ce laps de temps, le cadre de vie des atingidos se modifie profondément, notamment leur paysage. Vivant précédemment dans les vallées proches du fleuve, le plus souvent les familles du Sud du Brésil migrent et se réinstallent sur les plateaux environnants. Les familles victimes du barrage de Machadinho expriment ces manques lors d’entretiens réalisés en 2007. Ce qui leur fait le plus défaut semble être le cours d’eau. Sa présence manque aux familles, notamment comme élément quotidien faisant entièrement partie de l’environnement des familles. La végétation, à la fois les arbres fruitiers et la forêt, souvent présente dans les fonds de vallées de l’Uruguay, leur manque aussi. Ainsi, le cours d’eau ne fait plus partie de leur environnement, la végétation diffère et tout le cadre est modifié. La violence symbolique se concrétise dans les manques que subissent les familles et dans la rapidité où ceux-ci interviennent. Ces bouleversements sont le plus souvent inattendus et subis par les familles.

11La troisième approche qui permet de mieux comprendre la violence symbolique qui marque les familles victimes des barrages est une approche spatiale. La migration est le changement de résidence. Il s’accompagne de nombreuses modifications et notamment en ce qui concerne les relations spatiales et sociales. Les principales activités économiques des migrants sont le plus souvent agricoles. La migration modifie leur environnement naturel et agronomique et de ce fait les force à changer leurs pratiques agricoles. Les atingidos sont de petits agriculteurs, pratiquant surtout une agriculture vivrière basée sur les légumes, les fruits et parfois sur quelques hectares de maïs et de blé. Après la migration, ils doivent essayer de s’intégrer dans une agriculture marchande. Une fois réinstallés sur le plateau, les atingidos pratiquent une agriculture très différente de leurs anciennes pratiques. Ils résident dans un espace aux caractéristiques agricoles bien distinctes : les terres sont plus planes et les parcelles plus grandes. Les nouveaux lopins de terres exploitées sont bien souvent le résultat d’une division d’anciennes grandes propriétés. Ils occupent une terre propice à une agriculture mécanisée et à une production à plus grande portée commerciale. Des atingidos du barrage de Machadinho, réinstallés dans des reassentamentos, se sont adaptés sur des lopins de 17 hectares environ. Ils ont acheté des tracteurs qui leur permettent de produire du soja et du maïs, qui sont ensuite vendus à des coopératives régionales. L’évolution du profil agricole de ces familles est saisissante, car dans un laps de temps de quelques mois, voire quelques années, les familles doivent changer radicalement leurs visions et leurs pratiques agricoles. Elles sont donc face à un profond changement de leur activité économique. Dans certains cas, notamment dans le Sud du Brésil, pour le barrage de Machadinho, les familles peuvent bénéficier d’assistance. L’entreprise qui construit le barrage prévoit une aide technique afin de faciliter leur transition agricole. Néanmoins, à travers ce changement, c’est la pérennité et l’avenir des familles qui sont en jeu. Dans ce sens, on peut distinguer une violence symbolique. Une pression existe vis-à-vis de la réussite de leur adaptation sur leur nouvel espace agricole.

  • 3  Município, qui se traduit en français par municipe, est la plus petite unité politico-administrati (...)

12La question de l’adaptation intervient aussi au niveau de l’espace social qui est modifié avec la migration. Elle nécessite un changement de résidence et le plus souvent de localité (município3 en portugais, au Brésil). Cette modification perturbe les liens que les familles ont avec leur voisinage, les personnes du centre du município et toutes leurs autres relations. La migration oblige l’abandon de certaines de ces relations et complexifie la continuité avec d’autres. Pour éviter tout ce processus, beaucoup de familles tentent de continuer à vivre au plus près de leur ancien lieu de vie. Elles souhaitent éviter de sacrifier les interrelations déjà existantes. Mais divers facteurs empêchent les familles de rester à proximité de leurs anciens lieux de vie : la disparition de terre avec la retenue du barrage, la forte pression foncière dans le sud du Brésil, l’entreprise qui aide à la réinstallation sont peu favorables à cette proximité. Pour la plupart des familles migrantes, il y a toute une reconstruction nécessaire de certains liens sociaux, alors que d’autres persistent. Les liens qui persistent sont souvent les liens familiaux et ceux avec d’anciens voisins très proches. Après la migration, des familles reviennent temporairement (une journée ou deux) à proximité de leur ancien lieu de vie ou vont visiter ces personnes dans leur nouveau município. Pour faire perdurer certains liens, les atingidos se rendent mobiles. En complément des liens préexistants, les atingidos doivent bien souvent construire de nouveaux liens et cela à deux échelles :

  • dans leur nouvelle communauté :

les familles s’installent soit dans une communauté (urbaine ou rurale) déjà formée, soit dans une communauté qui se constitue avec d’autres familles atingidas. Ce second type correspond au reassentamento et semble la structure la mieux adaptée pour les familles car elle leur permet d’être avec d’autres familles ayant une histoire commune (migration à cause d’un barrage hydroélectrique).

  • dans le nouveau município:

les familles changeant de município doivent recréer des relations avec les personnes qu’elles fréquentent. Cela sous-entend les commerçants, les divers responsables (coopératives, syndicats, fonctionnaires, etc.), les services (écoles, banques, santé, supermarché, etc.). Il est parfois difficile de retisser des liens car des différences existent entre les municípios et les habitudes prises par les familles sont irrémédiablement bouleversées.

13Entre la volonté de rester vivre dans le même município et d’éviter les modifications de liens sociaux, les familles choisissent des options de migrations qui leur permettent de stabiliser leur mode de vie et ainsi de réduire la violence des ruptures. Même si certaines familles attendent avec impatience le départ et les changements, rares sont celles qui souhaitent perdre les relations qu’elles ont établies depuis plusieurs décennies. Les familles victimes des barrages dans le Sud du Brésil ont ensuite des difficultés d’adaptation, notamment à cause du fort enracinement qui existe, malgré une colonisation assez récente (moins de 150 ans) à l’échelle historique brésilienne. La violence symbolique, et parfois latente, s’exprime donc à des degrés différents selon les familles et notamment selon la réinstallation choisie. Alors que certaines familles s’adaptent rapidement et ne perçoivent pas les bouleversements comme des contraintes, d’autres familles subissent ces processus migratoires et n’arrivent pas à reconstruire leurs vies. Les familles les plus touchées par les violences symboliques se trouvent dans des situations précaires et sont plus fragilisées après la migration forcée.

Violences concrètes : trois types de victimes

14Lors du processus de construction d’un barrage, apparaissent aussi des violences physiques qui s’illustrent par des biais plus évidents que ceux précédemment cités. Les interventions policières et judiciaires lors du processus de construction sont le résultat de diverses contestations qui engendrent des situations de violence virulentes. Les violences sont le fait de divers pouvoirs (économiques, politiques et judiciaires) en place dans la région de construction du barrage. Elles affectent différents acteurs du processus d’installation d’un barrage : les familles, les mouvements sociaux et les employés.

15Les violences les plus remarquées et médiatisées sont celles auprès des familles atingidas. Il existe parfois des confrontations entre les familles victimes des barrages et la police (quel que soit le niveau administratif de celle-ci). Bien que de plus en plus rare, la police intervient parfois pour appliquer la « Déclaration d’utilité publique pour la désappropriation ». Celle-ci permet à l’entreprise qui construit le barrage de devenir propriétaire des terres prochainement inondées. Face à cela, des familles, réticentes à quitter leurs maisons, attendent le dernier moment pour partir. Ainsi, la police est obligée d’intervenir pour déloger la famille et rendre possible l’inondation de la région. Il n’existe plus aujourd’hui au Brésil de familles qui périssent lors de l’inondation. Les désappropriations peuvent cependant être violentes et rendre encore plus tragique le départ de la famille.

16Après l’acquisition de la propriété, l’entreprise qui construit le barrage détruit rapidement la maison. Cette action a deux principaux objectifs : rendre impossible un retour de la famille sur son ancien lieu de vie (ou de n’importe quelle autre famille) et montrer l’inéluctabilité du processus d’implantation du barrage. En guise d’exemple, l’entreprise Foz do Chapecó Energia (FCE), qui a construit le barrage de Foz do Chapecó (sur le fleuve Uruguay), a rapidement détruit les maisons pour envoyer des signes forts aux autres familles voisines. L’entreprise souhaite ainsi marquer sa présence. Lors d’entretiens, les familles voisines ont exprimé leur surprise vis-à-vis de ces destructions et du départ rapide de leurs voisins.

17Pour affirmer encore plus sa présence, l’entreprise Foz do Chapecó Energia installe des pancartes sur chaque propriété avec comme message : « Propriété particulière. Ne pas entrer. Aire intégrant le processus de déclaration d’utilité publique. ». Ainsi se mêlent la violence concrète marquée par la destruction et la violence symbolique marquée par l’appropriation de terres.

  • 4  Campement utilisé pour faire pression sur l’entreprise afin d’abord de tenter d’annuler la constr (...)
  • 5  Traduction : MAB – Mouvement des victimes de barrages.
  • 6  Les manifestations les plus marquantes ont eu  lieu les : 22/05/2007, 28/08/2007 et 07/12/2009.

18Les familles subissent enfin un dernier type de violence lors de manifestations. Il est question ici de violence au sens de « l'usage de la force physique pour imposer sa volonté » (Marguerat, 1995). Lorsque des familles protestent contre la construction du barrage ou pour la revendication d’indemnisations justes, l’entreprise a parfois recours aux forces de l’ordre. Des familles habitant à l'endroit du lac où s'est construit le barrage de Foz do Chapecó, ont protesté à diverses reprises. Avant même l’initiation du chantier, il existait un acampamento4 sur le município d’Alpestre/RS, lieu du futur emplacement de l’ouvrage. Ce dernier se termina après l’intervention des forces de l’ordre et aura duré près de deux ans entre 2005 et 2006. L’action des forces de l’ordre fut jugée violente par les mouvements sociaux impliqués (MAB - Movimento dos Atingidos por Barragens)5 et les médias (Almeida, 2006). Suite à la fermeture de l’acampamento, les revendications des familles donnèrent lieu à des manifestations plus classiques, devant le chantier du barrage6 ou face au siège de l’entreprise FCE à Chapecó/SC. Même lors de ces dernières manifestations, la police a pu intervenir, comme ce fut le cas le 28 août 2007 lorsque 600 manifestants bloquèrent l’accès au chantier du barrage (Pires Viríssimo, 2007). Après une intervention et une négociation, la police put débloquer l’accès au chantier et mettre fin à la manifestation. La violence physique est un recours parfois utilisé par les forces de l’ordre et est plus ou moins intense selon les situations.

  • 7  « a empresa (FCE) repassar á uma quantia de R$ 180 mil »

19On remarque qu’il existe des liens non officiels entre les entreprises qui construisent les barrages et la police. Ce lien est d’abord issu de l’appui législatif dont bénéficie l’entreprise, notamment avec la déclaration d’utilité publique. La police devant appliquer les décisions de justice est, de ce fait, du côté de l’entreprise dans ce rapport de force. Le lien s’affirme d’autant plus lorsque l’entreprise soutient financièrement les infrastructures policières de la région de construction de l’ouvrage. Cette situation se confirme pour le barrage de Foz do Chapecó lorsque « l’entreprise FCE accorde la somme de 180 000 réaux »7, dans le cadre d’un accord signé avec la Police Civile et Militaire (FCE, 2007). Cet accord valide une entente cordiale entre la police qui peut jouir de meilleures conditions de travail (nouvelles voitures et équipements, nouveaux bâtiments, etc.) et l’entreprise qui bénéficie d’une sécurisation de la zone d’implantation du barrage. La violence est utilisée par la police, mais résulte indirectement des attentes et pressions de l’entreprise qui construit l’ouvrage.

  • 8 "criminalização"
  • 9  Rapport : MNDH, 2006, Criminalização dos Movimentos Sociais no Brasil, A Relatório de Casos Exempl (...)

20L’entreprise reçoit aussi un appui judiciaire à différents moments du processus d’implantation du barrage. Pour l’application de la déclaration d’utilité publique émise par la justice, avant que la police n’intervienne, la justice peut pousser les familles à partir. Ainsi, lors de la construction du barrage de Foz do Chapecó, un atingido d’Alpestre/RS confirme qu’il a été soumis à une décision judiciaire appuyant fortement l’entreprise. N’ayant pu trouver un accord d’indemnisation, l’entreprise a fait appel au juge d’Alpestre/RS qui a donné cinq jours à la famille pour décider de l’indemnisation souhaitée. Ce laps de temps obligea la famille à se décider rapidement car autrement elle perdait son droit à recevoir une compensation et était expulsée de sa propriété. L’entreprise qui construit le barrage bénéficie aussi souvent d’un appui indirect des pouvoirs judiciaires locaux. Ainsi, lors de la construction du barrage de Foz do Chapecó, le juge du município d’Alpestre/RS a condamné des participants du MAB. Selon un atingido interrogé à Alpestre/RS en juillet 2007, le juge menaçait d’« une amende de 5 000 réaux par jour les personnes qui restaient et à 50 000 réaux par jour les dirigeants » (du MAB). La sanction a été confirmée par les dirigeants locaux du MAB. Ils affirment que leurs comptes bancaires ont été bloqués et qu’ils ont été pénalisés par des amendes qui n’avaient pas lieu d’être. Les sanctions plus dures appliquées aux dirigeants des mouvements sociaux entrent dans un processus de « criminalisation»8 décrié par les mouvements eux-mêmes comme le Mouvement National des Droits de l’Homme (Movimento Nacional de Direitos Humanos, MNDH). La criminalisation est la tentative de faire passer les dirigeants des mouvements sociaux pour des criminels qui enfreignent la loi. Cela donne une mauvaise image publique de ces mouvements et affecte directement leurs finances et leur image. Il existe des exemples qui illustrent ce phénomène dans tout le pays, notamment dans les rapports émis par le MNDH9. Le phénomène de criminalisation affecte donc les mouvements sociaux plus que les familles atingidas par le barrage. Par contre, la violence contre des populations affecte directement les familles, réduisant l’influence de leur lutte et leurs moyens d’expression.

21La dernière violence qui s’exprime lors de l’implantation d’un ouvrage hydroélectrique se situe quelque peu en dehors du rapport de force entreprises-familles. Les ouvriers du chantier sont parfois à la fois l’origine et la cible des violences. Il règne autour des ouvriers travaillant sur l’ouvrage hydroélectrique un brouillard d’informations entretenu par l’entreprise. Par exemple, il n’est jamais aisé de connaître le nombre d’employés sur un chantier. Pour le barrage de Foz do Chapecó, l’entreprise emploie en moyenne 2 000 personnes et parfois jusqu’à 4 000. Il n’est pas non plus facile de savoir quelles sont leurs conditions de travail et de vie au sein du chantier et de la zone de construction. Ces populations sont extérieures à la région d’implantation et ont une logique bien différente des familles locales. Les ouvriers du barrage habitent bien souvent dans une enceinte protégée. Ils en sortent pour profiter des moyens de transport ou des loisirs extérieurs qui se développent temporairement, le temps de la construction. Pour Foz do Chapecó, les principales informations viennent de l’entreprise, mais les médias relaient parfois quelques indications lors d’évènements incontrôlés ou négatifs. En mars 2008, une salle de cinéma et les laveries du chantier sont incendiées. L’événement résulterait d’une bagarre entre un employé en état d’ébriété et un surveillant de l’enceinte. Ce dernier aurait été poursuivi par d’autres ouvriers et il se serait sauvé in extremis. Cet épiphénomène servit ensuite d’excuse pour déclencher une grève basée sur des revendications salariales et les conditions de travail. La police militaire intervint alors pour faire revenir le calme car la grève affectait de plus en plus d’ouvriers. Entre 500 (selon la police) et 3 000 employés (selon les ouvriers) auraient participé aux manifestations. Le chantier est fermé pendant une journée et le retour au calme n’est intervenu qu’après des négociations. Cet évènement illustre à la fois comment la vie au sein du chantier est protégée, mais aussi comment la situation peut dégénérer et produire une violence physique. La situation quasi autarcique des ouvriers alimente les discussions basées sur des rumeurs provenant de la population autochtone autour du chantier. Ainsi, nous avons pu entendre dire qu’il y aurait eu des morts lors des manifestations et que l’entreprise aurait caché les corps. La rumeur, non vérifiable, semble particulièrement exagérée. Néanmoins, elle illustre la représentation de la violence qui pourrait avoir lieu au sein du chantier pour les familles vivant à proximité. Ce sont des violences physiques qui existent et qui sont principalement issues du contexte de forte masculinité et de l’éloignement du personnel avec leur cadre familial.

22Les violences qui existent lors de l’implantation d’un barrage hydroélectrique au Brésil sont nombreuses et très diverses. Pas forcément marquantes ou spectaculaires, elles existent sous des formes disparates et touchent principalement les familles qui doivent migrer dans un avenir proche. Les violences se mélangent bien souvent avec les contraintes qui affectent les familles. Les violences peuvent résulter des contraintes issues de l’implantation du barrage. C’est au sein même de cet aspect coercitif de migration qu’existent des violences pour les familles. Comme bien souvent, elles vont de haut en bas, c’est à dire d’un pouvoir « dominant » vers des « dominés », ici de l’entreprise qui construit le barrage (dominant économique et politique) vers les familles rurales.

23La violence globale de l’entreprise peut quasiment être considérée comme spatiale, perçue comme « annexion d'un territoire contre la volonté de ses habitants », selon les critères d’Yves Marguerat (1995). Même s’il ne s’agit pas de guerre, une grande partie de la population affectée n’adhère pas au processus d’expropriation et de déplacement et subit donc les diverses violences liées à la construction de l’ouvrage.

24Les violences contre les familles n’affectent pas toutes les populations devant migrer. Leur degré d’intensité est inégal et de ce fait, chaque famille perçoit une situation pouvant combiner plusieurs des violences décrites précédemment.

25Avec les dénonciations et les médiatisations toujours accrues des pratiques des grandes entreprises de construction de barrage, il est possible d’envisager une prochaine réduction de certaines de ces violences. Mais il semble évident que le contexte bien particulier de la construction d’un ouvrage et de la disparition d’un pan entier de terre, d’histoire, de liens sociaux, etc., impliquera toujours des violences plus ou moins intenses.

Inicio de página

Bibliografía

ALMEIDA, Luiz Renato, « Polícia despeja atingidos por barragem em SC », Brasil de Fato, 2006, disponible sur : <www.brasildefato.com.br/node/2196>

BOURDIEU, Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, 2001, 423 p.

CLAVAL, Paul, Idées reçues : le Brésil, Paris, Le cavalier bleu, 2009, 124 p.

FCE (Foz do Chapecó Energia), Repasse de R$ 700 mil incrementa saúde, educação e infra-estrutura, Chapecó/SC : FCE, en ligne le 28 novembre 2007, disponible sur : <www.fozdochapeco.com.br/imprensa_noticias.php?idartigo=15>

LETURCQ, Guillaume, Migrations forcées dans le Sud du Brésil : les atingidos, Thèse de doctorat : Géographie : Université du Maine (Le Mans), novembre 2010, 410 p.

MARGUERAT, Yves, « Les violences : un essai de typologie », Les cahiers de Marjuvia, n°1, second semestre 1995, 8 p.

MNDH (Movimento Nacional de Direitos Humanos), Criminalização dos Movimentos Sociais no Brasil, Relatório de Casos Exemplares, Brasilia/DF : MNDH, 2006, 34 p.

PIRES VIRÍSSIMO, Erieles, « Integrantes do MAB fecham canteiro de obras de usina », Polícia Militar, 2007, disponible sur : <www.pm.sc.gov.br/website/rediranterior.php?act=1&id=2123>

SIGAUD, Lygia, « Croyance et intérêts : pour une sociologie des conduites face aux transplantations forcées », Sage, Londres, vol. 34, n°3, septembre 1995, p. 443-469.

Inicio de página

Notas

1  Pour la Commission Internationale des Grands Barrages (CIGB), un grand barrage est un ouvrage dépassant les quinze mètres de haut ou possédant une retenue supérieure à trois millions de m3. Nous aborderons uniquement les grands barrages que l’on nommera plus communément barrages.

2  Les populations affectées par les barrages ont pris le nom d’atingidos à la fin du XXe siècle. En portugais, atingidos signifie personnes atteintes ou déplacées par un phénomène, ici les barrages hydroélectriques. Ces populations ont défini leur identité dans la lutte contre la multiplication des ouvrages.

3  Município, qui se traduit en français par municipe, est la plus petite unité politico-administrative du Brésil.

4  Campement utilisé pour faire pression sur l’entreprise afin d’abord de tenter d’annuler la construction, puis d’affirmer la nécessité de prise en compte des revendications des familles.

5  Traduction : MAB – Mouvement des victimes de barrages.

6  Les manifestations les plus marquantes ont eu  lieu les : 22/05/2007, 28/08/2007 et 07/12/2009.

7  « a empresa (FCE) repassar á uma quantia de R$ 180 mil »

8 "criminalização"

9  Rapport : MNDH, 2006, Criminalização dos Movimentos Sociais no Brasil, A Relatório de Casos Exemplares, Brasilia/DF : MNDH, 34 p.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Leturcq, « Les barrages hydroélectriques au Brésil : contraintes et violences », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 21 | 2011, Publicado el 01 julio 2011, consultado el 23 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3772

Inicio de página

Autor

Guillaume Leturcq

Université du Maine
Docteur en Géographie sociale guillaume.leturcq@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org