Navegación – Mapa del sitio

L’exil chilien en France du coup d’état à l’acceptation de l’exil : entre violences et migrations

Nicolas Prognon

Resúmenes

Le renversement de Salvador Allende, le 11 septembre 1973, par une junte militaire constitue une rupture majeure dans l’histoire contemporaine chilienne. La violence du pronunciamiento et l’application des dogmes de la doctrine de sécurité nationale, complétées par une législation  ad hoc, provoquent une migration politique puis économique, hors norme pour un pays d’Amérique latine. En Europe, les principaux foyers d’accueil européens furent la Suède et la France. Les exilés vont y être particulièrement bien accueillis en raison de la résonance positive de l’expérience de l’Unité populaire en France. Néanmoins, le bannissement constitue une violence supplémentaire pour des individus fortement fragilisés par les événements vécus. Les difficultés inhérentes aux premiers temps de l’exil confirment cette situation. Les effets de la temporalité de l’exil et la reconstruction individuelle imposée par le prolongement de ce dernier vont conduire ces Chiliens à redéfinir les rôles de chacun des membres des cellules familiales et à accepter une réalité, longtemps déniée, pour essayer d’opérer leur processus d’intégration. Ainsi, même si les conditions de l’accueil ont été favorables, les exilés ont dû reconstruire leurs liens sociaux, s’adapter à une forme de socialisation ignorée, consentir, fréquemment, à une réelle déqualification et se résigner à demeurer à l’extérieur.

Inicio de página

Entradas del índice

Mots-clés :

Chili, exil, France, rupture, violence
Inicio de página

Texto completo

1 Toute migration est brutale pour une population donnée, son caractère imposé lui confère une dimension propre en tant que rupture définitive avec une histoire personnelle et collective, et, en tant que processus de recomposition psychologique, culturel, socio-économique et familial. De sorte que l’exil est l’aboutissement de circonstances exceptionnelles marquées par un haut degré de violence infligé à des individus. Dans cette optique, le renversement de Salvador Allende, le 11 septembre 1973, par une junte militaire, constitue une rupture majeure dans l’histoire contemporaine du Chili et dans la vie de milliers de ses ressortissants. La brutalité du pronunciamiento et ses contingences provoquent une migration politique puis économique répartie dans plus d’une centaine de pays, les principaux foyers d’accueil européens étant la Suède et la France. Nous nous intéresserons ici, à l’expérience des exilés en France pour expliciter les formes de violence endurées. Or, il est important de spécifier en liminaire qu’ils y ont été bien accueillis : ceci témoigne des limites fluctuantes existant entre des données objectives et subjectives lorsque l’on étudie une population de migrants. En partant des conditions de départ dramatiques, nous retracerons les différentes trajectoires suivies par ces individus broyés par l’histoire, en  insistant particulièrement sur les éléments déstructurants subis par cette diaspora. Nous limitons chronologiquement cet article à l’acceptation de l’exil qui représente un moment crucial – du moins pour la majorité des Chiliens – car, dès lors, la migration s’inscrit dans d’autres logiques, celles de l’intégration. La vie dans le temps présent et  la projection dans le futur visent à une redéfinition des valeurs qui conduit les exilés à admettre le caractère prolongé de l’exil. Nous proposerons des éléments d’appréciation de la rupture subie à la suite du coup d’Etat, qui conduit cette population à migrer, des mutations de leurs espaces temporel et spatial pris dans leurs dimensions sociale et économique, et des recompositions socio-familiales connexes à cette émigration.

Violence politique et exil

Entre rupture et brutalisation de la population

  • 1  Lire Codepu, 1989 et  Reszcynski, PazRojas,  Barcelo, 1991.
  • 2  Selon les estimations courantes, il y aurait eu 1.198 Détenus-Disparus; 3.197 morts (~ 3500 selon (...)
  • 3  La Dirección  de Inteligencia Nacional.
  • 4  Ce découpage nous a été inspiré par la Comisión Etica Contra la Tortura,  2001, 70 p.

2 Dès le 11 septembre, les militaires chiliens entament une refonte de la société. Dans leur souci de restaurer la « chilénité » perdue, ils se munissent d’un appareil juridico-répressif pour asseoir leur contrôle sur la population ; pour ce faire, les nouveaux gouvernants appliquent les dogmes de la  doctrine de la sécurité nationale. Les mois suivant le coup d’Etat sont marqués par une répression massive et peu sélective. La violence de l’intervention répond à un double objectif : étouffer les courants militaires proches de l’Unité Populaire et anéantir la résistance des opposants civils. Ce terrorisme d’Etat se concrétise par l’ouverture de camps de concentration et de prisons, implantés dans l’ensemble du pays. Des opérations de nettoyage sont organisées ; la croisade lancée par la Junte sera constante durant les dix-sept années du régime pinochétiste avec des pics de répression conjoncturels espacés de périodes de violence larvée et psychologique aux effets ravageurs1. Du fait de l’espace imparti, ce texte ne peut fournir une description détaillée de l’évolution de la répression entre 1973 et 19892. Pour autant, nous pouvons en préciser les contours chronologiques et les orientations : entre 1973 et 1977, le régime militaire opère un traitement de choc  appliqué par la DINA3. S’ensuit une période de quête de légitimité et de personnalisation du régime marquée, entre autre, par l’adoption du décret d’amnistie en 1978. Pendant cette étape, la répression est  insidieuse, les protestas de 1983 représentent un point d’inflexion dans la violence d’Etat avec une résurgence de la torture systématique et de l’assassinat politique. Ce climat de terreur perdure jusqu’aux dernières années de la dictature4.

  • 5  Bolzman, 1996 :120-123.
  • 6  Idem, p.123.
  • 7  Codepu, 1989: 121-143.

3La déroute de l’UP est vécue comme un drame par ses sympathisants. Leur engagement était leur raison d’être et ils avaient le sentiment d’exercer une relative emprise sur les événements ; leur itinéraire personnel se confondait avec une histoire collective. Ainsi, la distinction entre travail et vie privée s’atténuait car ces deux sphères étaient reliées par l’activité syndicale et politique5. Mais, lorsque à l’ultrapolitisation succède, selon une temporalité extrêmement rapide, la dépolitisation, tout ce qui avait un sens est remis en cause. D’acteurs du changement, ils en deviennent des proscrits. C’est le début d’une période d’exclusion proche d’un « exil intérieur6 » où les conditions de vie sont redéfinies selon une logique martiale. Sur le plan économique, ils perdent leur travail, la plupart sont fichés sur des listes qui hypothèquent toute possibilité de retrouver un emploi équivalent. Ces personnes sont marginalisées et isolées dans un contexte de fortes perturbations psychologiques ; l’engouement partisan cède la place à la peur et à l’insécurité. Pour mieux appréhender la portée du terrorisme d’Etat sur les victimes, il faut l’entendre comme une mécanique de déshumanisation des ennemis de la nation via un recours méthodique à la cruauté et au conditionnement dans un contexte d’impunité totale pour les tortionnaires7.

Une réponse à la violence : un exil historique

  • 8  On estime qu’entre 5 000 et 15000 Chiliens se sont réfugiés en France et que l’ensemble du phénomè (...)
  • 9  L’ambassade de France aurait accueilli, d’après la Vicaria de la Solidaridad, jusqu’à 800 réfugiés (...)

4 Aussi, la répression s’accompagne d’un exil massif8, compris ici comme une rupture spatiale avec le Chili, conjonction de la défaite et de leur déchéance politiques. Le départ est alors un choix imposé qui interdit toute possibilité de résistance sur place, la lutte devant se déplacer vers l’extérieur. Des milliers de Chiliens quittent le pays en se réfugiant dans des ambassades qui sont rapidement saturées9. D’autres essaient de fuir vers les pays limitrophes, l’Argentine et le Pérou, qui ne sont souvent que des lieux de transit. Et, à cette émigration politique s’ajoutent les expulsions administratives : ces bannissements, présentés comme une décision humanitaire, mettent un terme à l’incarcération. Par ce biais, les militaires se débarrassent de milliers d’opposants.

5Carmen se remémore ces instants douloureux :

  • 10  Entretien réalisé en août 1995 à Santiago

 J’occupais un poste au gouvernement avec mon mari et je n’ai pas pu rester au Chili. J’ai reçu l’ordre de me rendre auprès des Forces armées. Je ne voulais pas aller dans une ambassade et j’étais prête à rester au Chili dans la clandestinité. Mais dès le 11 septembre, mon mari a été arrêté, alors je me suis rendue à la Nonciature où je suis restée trois mois avant d’être présentée à M. De Menthon, ambassadeur de  France10.

6 Jorge se souvient :

  • 11  Entretien réalisé au siège du PCC à Santiago en août 1995.

 En 1973, j’étais cadre au sein de la direction du PC. J’ai vécu dans la clandestinité jusqu’en 1976. Cette année-là, la direction intérieure du parti a été détruite par la DINA, et il était difficile d’entretenir une direction efficace. Pour moi, les risques étaient majeurs en tant que cadre, alors on m’a fait sortir du Chili 11.

7 Augusto a connu cet appareilrépressif :

  • 12  Entretien réalisé en août 1995 à l’Université de Santiago du Chili (USACH).

 En septembre 1973, j’étais enseignant à l’Université technique, membre du PC et délégué de la CUT. Le 11 septembre, l’UTE a été encerclée par les Forces armées et nous avons suivi les consignes de la CUT. L’assaut a été donné le lendemain et j’ai été emprisonné au Stade Chile puis au Stade National. De là, j’ai été déporté au camp de Chacabuco. J’y suis resté jusqu’en septembre 1974, date à laquelle l’exil m’a été proposé12.

8 La répression a eu des incidences directes sur les proches, qui étaient militants, à l’instar de  Monica :

  • 13  Entretien réalisé en juillet 1995 au siège de la revue  Cosas .

 J’étais journaliste à El Siglo  (PC) et mon mari était un dirigeant de l’Unité populaire, qui était en Allemagne le jour du Coup d’Etat ; il y signait un contrat d’assistance technique pour le Chili. Après le 11 septembre, je me suis retrouvée seule avec mes deux enfants, sans ressources et sans maison. Mon mari m’a proposé de venir le rejoindre13.

  • 14  Ces textes sont consultables dans les différents Diario oficial : décret loi n°81 du 6 novembre 19 (...)

9 Le régime présente l’exil comme un fait secondaire résultant d’un acte volontaire ou d’une concession gouvernementale. Bientôt, on parle d’ « exil doré », et les bannis sont présentés comme des traîtres à la patrie qui n’assument pas leurs responsabilités dans un contexte de crise. On oublie de rappeler qu’il s’agit d’une violation de l’article 9 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et, qu’en vertu de la Constitution chilienne, le président de la République n’a pas la faculté d’expulser un Chilien ni de lui interdire l’accès au territoire national. Cependant, les décrets de la Junte modifient la Constitution et octroient des prérogatives arbitraires à l’Etat militaire. En cela, il se dote d’un arsenal juridique pour expulser tout individu du Chili, qui va des mesures classiques d’octroi de sauf-conduits à des visas de « courtoisie » visant à éconduire une ou plusieurs personnes via des réseaux institués. Différents décrets lois sont publiés14.

Conditions d’accueil, ressentis et redéfinition du cadre de vie

Rompre avec les usages sociaux et les référents temporel et spatial dans une situation critique

10 Dans ce contexte douloureux, le premier contact avec la France se produit par l’intermédiaire des institutions que les exilés ont eu tendance à assimiler à l’appareil répressif chilien. Ce rejet découle du fait qu’elles leur imposent l’acquisition d’un nouveau statut et d’une nouvelle identité. Malgré leurs réticences, les exilés restent confrontés régulièrement à l’administration, pour le renouvellement de leurs titres de séjour temporaires ou pour trouver un emploi. Ils doivent lutter pour acquérir de l’autonomie et apprendre de nouveaux codes. Ces premières années sont les plus douloureuses à vivre et les exilés en conservent des souvenirs plutôt négatifs. En conséquence, le syndrome de l’exil entraîne souvent un refus de tout ce qui concerne la France, et en premier lieu, l’apprentissage de la langue, car tous sont persuadés du caractère transitoire de l’exil. La désillusion n’en sera que plus traumatisante.

  • 15  Bolzman, 1996 :153.
  • 16  Lire Karsten, 1987 : 109-113.

11 En outre, ils doivent modifier certains comportements en inscrivant leur temporalité dans l’agenda social du pays d’accueil qui induit en outre une utilisation raisonnable de l’espace : la contrainte des horaires, le temps des rendez-vous, le temps de discussion, le temps de visite et le temps de faire connaissance sont autant de situations problématiques15. Le caractère indicatif plus que normatif de  la relation au temps au Chili n’est pas transposable dans la société française16 et les Chiliens sont dans l’obligation de s’organiser en fonction de cette normalité. Les pratiques les plus anodines sont à repenser, par exemple : annoncer une visite en tenant compte de l’heure de l’appel téléphonique, construire une relation sur le long terme ou dissocier l’espace privé des aires publiques. De plus, ils sont déconcertés par le seuil d’intolérance au bruit et la rareté des liens amicaux entre voisins ; or, ils réapprennent les codes d’une vie sociale.

  • 17  Neves, 1987 : 18.
  • 18  idem, p.22
  • 19  ibid, p.23

12 Cette perception de la société française transparaît dans le témoignage d’Arturo : « Le désordre me plaît. Mais en France, le désordre est limité. Par exemple, les trains partent et arrivent à l’heure, tout est parfaitement organisé17 ». Pour Maria, le pragmatisme français était parfois pesant : « Les Français sont ponctuels et ont tout planifié. En hiver, les Français savent où ils vont passer leurs vacances d’été. La spontanéité n’existe pas18 ». Andrés était décontenancé par le monde du travail :«Le travail est très dur en comparaison avec celui que j’exerçais au Chili. Les horaires et le rythme sont durs. Tu ne peux pas respirer pour discuter, avoir un peu de temps pour la vie sociale19 ». La révision de ces fondamentaux se répercute sur le processus d’intégration des exilés.

  • 20  J. Barudy, D. Paez, Colectivo latino americano de trabajo psico-social (COLAT), 19 p.
  • 21  Voir Les dossiers de la CIMADE information, 1977.
  • 22   Prognon, 2002 : 116-117 et Bolzman, 1996:144-149 et 173-180.

13 En sus de ces facteurs, se rajoutent des pathologies inhérentes aux situations de violence vécues, étant donné qu’une partie des exilés a été victime de la répression20. L’exil joue un rôle pathogène tout à fait caractéristique dans lequel la formation idéologique conserve toute son importance car la violence intrinsèque au comportement révolutionnaire peut, parfois, favoriser une forme de résilience. Cependant, l’impossibilité de canaliser ce potentiel révolutionnaire entraîne des syndromes psychiatriques21. Les séquelles de la torture se présentent également sous la forme de symptômes post-traumatiques qui dégénèrent en angoisse, insécurité et dépression. Cette dernière se traduit par un sentiment d’isolement, d’apathie, de fatigue, des difficultés de concentration, des pertes de mémoire, et des difficultés d’expression. Ces fragilités combinées avec les ruptures subies vont être des paramètres importants lorsqu’il va falloir se reconstruire individuellement et collectivement en exil22. Les exilés voient donc leurs possibilités d’intégration nettement diminuées.

Du traumatisme à l’acceptation de l’exil

14 Le trauma du départ pousse les exilés à survivre, avec leurs sentiments et leurs intérêts reliés au pays d’origine. L’exil n’est pas seulement ressenti comme une perte individuelle ; le deuil est également social, avec la fin d’un contexte d’effervescence politique. La plupart d’entre eux éprouvent un sentiment de culpabilité. Un couple d’universitaires se souvient de cette étape traumatisante : 

  • 23  Accueillir, 1988 : p.21.

On a dû tout quitter : notre foyer, nos amis, notre lutte, notre travail. Et on était forcé d’être ici. Notre vie était brisée. Nous n’étions plus qu’une partie de nous-mêmes, de ce qui constituait l’ensemble de notre identité individuelle et professionnelle au Chili. Malgré la bonne volonté des amis, nous n’arrivions pas à nous faire comprendre dans notre totalité. Il y avait une incommunicabilité, nous étions dans un réalité étrangère, nous n’étions même plus des professionnels valables, pas même reconnus…Nous n’étions plus des citoyens…Et les nouvelles nous arrivaient du Chili : amis tués ou torturés, tout cela intensifiait notre souffrance23.

  • 24  Codepu, 1989 : 191-220.

15 Ils élaborent des mécanismes de défense pour surmonter leurs difficultés : un comportement de rejet de leur situation, un refus du pays d’accueil, un repli au sein de la communauté exilée, une idéalisation du « là-bas » et la mise en valeur de certains aspects de la vie chilienne, comme la nourriture avec les empanadas. Leur temps se structure selon une atemporalité quotidienne et cette attitude de « passager en transit » « avec les valises sous le lit » limite les opportunités de formation et d’apprentissage24.

  • 25   Neves, 1987 : p.23.

 Le changement de statut social en France, la déqualification, l’ignorance de la langue et des habitudes françaises, provoquent chez l’adulte une dépendance accrue. En lui refusant la possibilité d’exercer sa profession, le pays d’accueil place l’exilé dans une situation d’échec, qui renforce son sentiment d’incompétence et d’insécurité quant à son avenir25.

16 A mesure que le temps passe, les exilés commencent à s’intégrer et ils entament un processus de transculturation. Ils peuvent «ouvrir leurs valises » et commencer à vivre effectivement. Ils changent leurs habitudes alimentaires et s’inquiètent de leurs apparences. Ils revoient leurs mythes et principes, pour enfin structurer leurs vies et forger des projets individuels plus en phase avec la société d’accueil. Globalement, ils atteignent une certaine stabilité mais ils maintiennent toujours une attitude critique vis-à-vis du système français. La seconde génération commence aussi à peser sur la perception de l’exil : les enfants devenus adolescents ont terminé le cycle secondaire et veulent poursuivre des études supérieures en France. Toutefois, à partir de 1982, une nouvelle forme de violence émane du pouvoir militaire : la publication des listes de personnes autorisées à rentrer va réactiver le processus d’incertitude, la décision de se sédentariser dans le pays d’accueil peut être alors remise en question.  Pour autant, la réflexion sur l’expérience vécue et l’effritement de certaines certitudes se soldent par la reconstruction d’une échelle de valeurs qui les pousse en général à l’intégration. Les exilés se libèrent de la tutelle et de la dépendance exclusive de leur parti ou association politiques (apprentissage de la langue, obtention d’emplois par leurs propres moyens, relations d’amitié avec d’autres groupes politiques…), ce qui active une autocritique, chaque fois plus radicale, des conduites politiques partisanes et donne comme résultat un lent éloignement des adhésions respectives. L’atomisation des partis politiques en exil en est une illustration évidente.

Détermination de nouveaux rôles sociaux et familiaux

L’épreuve de la déqualification

17 Si les Chiliens n’ont pas connu les mêmes problèmes que les immigrés traditionnels,  ils n’en ont pas pour autant, réussi à échapper à une forte déqualification.

  • 26  Noiriel, 1992 : 76.

 On constate en effet que plus on monte dans la hiérarchie sociale, plus les professions sont protégées par des règles corporatistes (professions libérales) ou des barrières de nationalités (fonction publique), avec ce paradoxe rarement souligné, que ce sont les professions où l’on se réclame le plus volontiers des droits de l’homme qui sont dans les faits les plus hermétiquement fermées aux outsiders. (…) Les réfugiés sont souvent victimes d’un déclassement par rapport à leur position antérieure26.

18Pourtant, certains profiteront des largesses de l’administration, pour exercer des emplois publics sans disposer pour autant du statut de fonctionnaire, d’autres enseigneront l’espagnol dans des établissements privés. Ceux qui exerçaient une profession libérale ou dans le secteur tertiaire d’Etat sont passés par des formations, Helena se souvient de son stage professionnel en dactylographie :

  • 27  Accueillir, op.cit, p.21

C’était un stage pour les Chiliens, hommes et femmes, tous des professionnels : entre autres, un médecin, une journaliste, une bibliothécaire...Aucun de ceux que je connais n’a occupé d’emploi de secrétariat27.

19Les personnes travaillant dans le secteur social et dans celui de la santé ont été également touchées par cette déqualification. Aussi, les infirmières, les médecins et les psychologues n’ont pu exercer leur profession qu’après avoir repris un cycle d’études, les diplômes chiliens n’ayant pas d’équivalence en France. Les ex fonctionnaires, moyennement formés, ont occupé les mêmes emplois que ceux réservés aux migrants économiques. De plus, le contexte économique et social de la France à partir de 1974, aggrave la situation des Chiliens avec un accroissement du chômage. Par conséquent, durant les premiers temps de l’exil, une catégorie importante d’exilés a dû rester « assistée » pour survivre, ce qui a contribué à la fragiliser. Avec la pérennisation de l’exil, ils ont modifié leur trajectoire professionnelle ; ceux qui s’étaient jusque-là contentés de métiers « d’appoint », se lancent dans des formations ayant un lien avec leurs compétences passées.

Fractures et recompositions familiales

20 Tout ce contexte a des incidences sur la vie de famille, profondément modifiée par le passage d’une société « dépendante » à une société industrielle « développée ». Ainsi, les femmes connaissent une réelle émancipation et l’on assiste à une remise en cause des rôles jugés, auparavant, comme « naturels ». Les femmes amorcent plus rapidement leur intégration, bien que nombre  d’entre elles soient confrontées au double problème de l’exil et de la séparation du couple.

  • 28  Gaillard, 1997 :  103.

21 Pour certaines, il s’agit, vraiment, d’un démarrage, et d’une façon générale, elles ont été transformées par leur vie en France. Guillermina reconnaît : « J’aurais toujours une affection et une reconnaissance profonde pour mon pays d’accueil, c’est là-bas que j’ai grandi en tant que femme, que j’ai eu mes enfants, que je suis devenue autonome et indépendante28 ».

22 Inéluctablement, l’exil est à l’origine de crises familiales et plusieurs raisons sont avancées : une fragilité préexistante des couples, les difficultés de l’insertion professionnelle, la disparition du combat politique, l’évolution des mentalités au contact de nouveaux courants de pensée et des mouvements féministes, l’existence dans le pays d’exil de structures sociales responsabilisant les femmes et l’accès de celles-ci au statut de chef de famille. Dans la majorité des cas, le cumul de ces différents facteurs pousse à l’éclatement de couples d’exilés. Avant le départ, de nombreuses familles sont déjà sinistrées par les contrecoups de la dictature sur leur vie quotidienne. Jorge s’est séparé de sa femme quelques mois après son arrivée en France, en octobre 1973 : « nous étions des militants avant de former un couple ». Monica quitte son mari lorsqu’elle décide de rentrer, alors qu’elle s’était battue pour lui lors de son arrivée. Cette déstructuration du tissu familial génère des troubles chez les enfants.

  • 29  Vásquez, 1981 : 5.

23 Le coup d’Etat et la période qui l’a précédé, ont en effet été vécus par la seconde génération d’une manière intense. Dans l’incapacité d’analyser la situation, au moment de leur arrivée en France, ils la subissent sans que ne leur soit délivrée une explication cohérente. Ils adoptent alors des stratégies de défense comme l’oubli ou l’idéalisation du Chili et le refus du système français29. De ce fait, l’enceinte scolaire est souvent le théâtre de conflits que ce soit au sujet de la discipline, de l’élitisme, voire des exigences scolaires : autant d’éléments qui n’avaient pas de significations précises pour ces adolescents avant leur arrivée. La majorité d’entre eux va redoubler au début de l’exil, car ils ne parlent pas la langue et ils ont perdu plusieurs mois de classe. Outre ces difficultés, ils font face à la précarité des circonstances : divorce, syndromes psychologiques des parents, difficultés d’insertion en France. Une accumulation de ces paramètres a généré des déséquilibres psychologiques. Pourtant, comme leurs parents, ils connaissent un processus de transculturation et ils vont finalement adopter le modèle français. Ils entament un mécanisme de socialisation par la langue, avec des normes et des modèles culturels différents de ceux de leurs parents, en optant pour les référents culturels français, ce qui génère des frictions intrafamiliales :

  • 30  ibid, p.27.

Je suis partie de chez moi parce que j’avais des problèmes avec mon père. Il n’acceptait pas mes amis français, ni que j’aie un petit ami français. Il voulait que tout soit chilien. (…) Il ne voulait pas que je fume et voulait que je sois vierge jusqu’au mariage. Il vérifiait toujours l’heure à laquelle j’arrivais, si je sortais, à la fin de la semaine, il voulait savoir ce que j’avais fait. En fait, il dit une chose et agit différemment30.

24 Cette intégration s’opère donc au prix d’un grand coût émotionnel, en exaltant des valeurs, des modalités françaises et en dénigrant certaines de leur pays d’origine, de leur enfance, et de leurs parents. En contre partie, ils disposent d’une double culture.

25 Même si les conditions d’accueil ont été favorables, les exilés ont dû reconstruire leurs liens sociaux, s’adapter à une forme de socialisation ignorée, consentir fréquemment à une déqualification professionnelle pour se résigner à demeurer en exil. Cela traduit, peut-être, une certaine force de l’intégration française, sans sous estimer les conflits identitaires connexes à la violence du contexte.

  • 31  Ricoeur, 2000 : 536-539.
  • 32  Pablo Neruda, "Chant libre d’Amérique latine", Mémorial de l'île noire, Gallimard, Paris, 1977. (...)

26 Il est incontestable que cette migration forcée a eu des répercussions au Chili où rares sont les familles à ne pas avoir été touchées par cette violation des droits de l’homme. Certes, les exilés se sont intégrés dans la société française, mais que dire de la rupture vécue et de la détresse longtemps présente et constitutive d’un destin traumatique ? L’intensité et les formes de violence dont ils ont été victimes ne seront jamais oubliées31. Les stigmates sont enracinés dans les mémoires individuelles et la mémoire collective de cet exil et se prolongeront au-delà du retour lorsque le « cercle32 » se sera refermé. Comme l’écrivait Maurice Halbwachs :

  • 33  Halbwachs, 1997 : 140.

La mémoire collective est un tableau des ressemblances, et il est naturel qu’elle se persuade que le groupe reste, est resté le même parce qu’elle fixe son attention sur le groupe, et que ce qui a changé, ce sont les relations ou contacts du groupe  avec les autres33.

27 Désormais, et au-delà de la diversité des trajectoires suivies, les exilés forment une frange de la population chilienne spécifiquement broyée par l’histoire et, en ce sens, ils sont les dépositaires de la charge morale que fut l’exil. En outre, la violence subie, bien que mieux acceptée par la société chilienne, les prédestine à demeurer la conscience d’une utopie incarnée par l’Unité populaire.

Inicio de página

Bibliografía

Los DOI se añaden automáticamente a las referencias por Bilbo, la herramienta de anotación bibliográfica. Los usarios de aquellas instituciones quien susbriben a unos de nuestros pragramas OpenEdition Freemium pueden descargar las referencias bibliográficas para los cuales Bilbo encontró un DOI.
Formato
APA
MLA
Chicago
Este servicio bibliográfico de exportación está disponible para las instituciones que están registrados al programa OpenEdition Freemium.
Si Usted desea que su institución suscriba a uno de nuestros programas OpenEdition Freemium y beneficie de sus servicios, por favor escribanos a contact@openedition.org

ACCUEILLIR, Réfugiés chiliens : Partir…Revenir, n°183, Paris, 1988, p.13-25.

BARUDY, Jorge, PAEZ, Dario, Colectivo latino americano de trabajo psico-social (COLAT), Salud mental y exilio politico : la busqueda de une terapia liberadora, Seminario, Bruxelles, Belgique, 19 p.

BOLZMAN, Claudio, Sociologie de l’exil : une approche dynamique : l’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Editions Seismo, Zürich, 1996, 333 p.

CODEPU ( Comité de Defensa de los Derechos Humanos), Persona, estado, poder : estudios sobre salud mental, Chile 1973-1989, Santiago, 1989, 277 p.

Comisión Etica Contra la Tortura, Informe de la Comision Etica contra la tortura, al Presidente de la republica, Sr. Ricardo Lagos, , Santiago de Chile, 10 Diciembre del 2001, 70 p.

DE MENTHON, Pierre, Je témoigne Québec 1967, Chili 1973, Ed. du CERF, Paris, 1979, 150 p.

DEL POZO, José, Exiliados, emigrados y retornados, Chilenos en América y Europa, 1973-2004, RIL editores, Santiago, 2006, 211 p.

GAILLARD, Anne Marie, Exils et retours Itinéraires chiliens, CIEMI, Ed. L’Harmattan, Paris, 1997, 303 p.

HALBWACHS, Maurice, La mémoire collective, Albin Michel, Paris, 1997, 295 p.

Formato
APA
MLA
Chicago
Este servicio bibliográfico de exportación está disponible para las instituciones que están registrados al programa OpenEdition Freemium.
Si Usted desea que su institución suscriba a uno de nuestros programas OpenEdition Freemium y beneficie de sus servicios, por favor escribanos a contact@openedition.org

JEDLICKI, Fanny, « De l’exilé héroïque à l’illégitimité du retornado. Les retours des familles de réfugiés chiliens en France », Anuario de Estudios Americanos, 64, 1, enero-junio, 87-110, Sevilla, 2007, p.87-110.
DOI : 10.3989/aea.2007.v64.i1.34

KARSTEN, M.E., « Die bedeutung der Zeit in Migrationsleben », Migration, 1, 1987, p.109-113.

Les dossiers de la CIMADE information, n°1, L’appareil répressif et le prisonnier politique : le cas du Chili,  Paris, mars 1977.

Ministerio de relaciones exteriores, Chilenos en el exterior, Santiago, 2005, 245 p.  

NEVES, Eugenia, En Paris de fantasma, Ed. Cantalao, Santiago, 1987, 163 p.  

NOIRIEL, Gérard, Population, immigration et identité nationale au XIXème siècle et au XXème siècle, Carré Histoire, Hachette supérieur, Paris, 1992, 190 p.

Prognon, Nicolas, La diaspora chilienne en France : l’exil et le retour (1973-1994), Thèse de doctorat, UTM, Toulouse, Tome 1, 2002, 202 p.

RESZCYNSKI, Katia, ROJAS, Paz, BARCELO, Patricia, Tortura y resistencia en Chile, estudio medico-político, editorial Emision, Santiago, 1991, 311 p.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Ed. du Seuil, Paris, 2000, 689 p.

VASQUEZ, Ana, Adolescents du Cône sud de l’Amérique latine en exil, dossiers de la CIMADE information, Paris, mars 1981, 42 p.

VICARIA DE LA SOLIDARIDAD, Exilio y desexilio, Santiago, 1989, p.217 à 246;

Inicio de página

Notas

1  Lire Codepu, 1989 et  Reszcynski, PazRojas,  Barcelo, 1991.

2  Selon les estimations courantes, il y aurait eu 1.198 Détenus-Disparus; 3.197 morts (~ 3500 selon les militants des Droits de l’Homme); et entre 30 000 (Rapport Valech) et 300.000 cas de torture. (Jedlicki,  2007 : 88).

3  La Dirección  de Inteligencia Nacional.

4  Ce découpage nous a été inspiré par la Comisión Etica Contra la Tortura,  2001, 70 p.

5  Bolzman, 1996 :120-123.

6  Idem, p.123.

7  Codepu, 1989: 121-143.

8  On estime qu’entre 5 000 et 15000 Chiliens se sont réfugiés en France et que l’ensemble du phénomène a concerné en moyenne sur la période considérée (1973-1994) près de 8% de la population. Pour plus d’informations, consulter :  Prognon, 2002 : 65-85, José del Pozo, 2006 : 195-200, Ministerio de relaciones, 2005.  

9  L’ambassade de France aurait accueilli, d’après la Vicaria de la Solidaridad, jusqu’à 800 réfugiés. Pour avoir une idée du travail effectué par l’ambassade de France au moment du putsch, se reporter à Pierre De Menthon, 1979, 150 p.

10  Entretien réalisé en août 1995 à Santiago

11  Entretien réalisé au siège du PCC à Santiago en août 1995.

12  Entretien réalisé en août 1995 à l’Université de Santiago du Chili (USACH).

13  Entretien réalisé en juillet 1995 au siège de la revue  Cosas .

14  Ces textes sont consultables dans les différents Diario oficial : décret loi n°81 du 6 novembre 1973, décret loi n°247 du 17 janvier 1974, le décret loi n°504 du 10 juin 1974, le décret loi n°604 du 10 août 1974 et  le décret loi n°788 du 4 décembre 1974.

15  Bolzman, 1996 :153.

16  Lire Karsten, 1987 : 109-113.

17  Neves, 1987 : 18.

18  idem, p.22

19  ibid, p.23

20  J. Barudy, D. Paez, Colectivo latino americano de trabajo psico-social (COLAT), 19 p.

21  Voir Les dossiers de la CIMADE information, 1977.

22   Prognon, 2002 : 116-117 et Bolzman, 1996:144-149 et 173-180.

23  Accueillir, 1988 : p.21.

24  Codepu, 1989 : 191-220.

25   Neves, 1987 : p.23.

26  Noiriel, 1992 : 76.

27  Accueillir, op.cit, p.21

28  Gaillard, 1997 :  103.

29  Vásquez, 1981 : 5.

30  ibid, p.27.

31  Ricoeur, 2000 : 536-539.

32  Pablo Neruda, "Chant libre d’Amérique latine", Mémorial de l'île noire, Gallimard, Paris, 1977.

33  Halbwachs, 1997 : 140.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nicolas Prognon, « L’exil chilien en France du coup d’état à l’acceptation de l’exil : entre violences et migrations », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 21 | 2011, Publicado el 08 junio 2011, consultado el 16 abril 2014. URL : http://alhim.revues.org/3833

Inicio de página

Autor

Nicolas Prognon

GRHI, Université de Toulouse Le Mirail

Inicio de página

Derechos de autor

© Todos los derechos reservados

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org