Navegación – Mapa del sitio

Yves Carrier, Mgr. Oscar A. Romero, Cerf, Paris, 2010; coll “L’histoire à vif”, 346 pages

Luis Martínez Andrade

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Voici une nouvelle biographie de l’un des martyrs de l’Église prophétique latino-américaine, le Salvadorien Oscar Arnulfo Romero y Galdámez. Comme l’auteur de cet ouvrage le souligne : « O. Romero demeure un personnage troublant pour le monde contemporain parce qu’il éclaire les lacunes des hommes et les fautes impardonnables d’un système inéquitable qui sacrifie des vies humaines pour se maintenir. Cette actualité n’est pas encore terminée, les systèmes idolâtriques ne font que changer de nom et de visage mais c’est toujours cette même réalité de mort qui nous est présentée sous de nouveaux apparats idéologiques » (p. 338). Ce livre retrace  les tensions et les conflits entre une Église engagée avec son peuple, apôtre de la non-violence, et l’intolérance de la manu militari, des forces armées de la dictature salvadorienne.

2La première partie du texte, intitulée « Contexte historique », est consacrée à l’histoire de l’Amérique centrale. S’appuyant sur les apports d’Ignacio Martín-Baro, de Rafael Menjívar et de Charles Antoine notamment, l’auteur esquisse un regard critique de l’histoire du Salvador. Dans ce tableau historique, l’auteur témoigne de l’impact de la conquête culturelle, religieuse et militaire sur la population du Salvador dont la société coloniale fut son corollaire. Ayant établi une nouvelle société où la race joue un rôle crucial dans la construction d’un ordre pyramidal dont l’indigène subit le mépris non seulement de la part des Espagnols mais aussi des créoles et des métisses. D’ores et déjà, la terre arrachée à la population indigène a permis une  concentration de la richesse pour une poignée de familles. Ensuite,  cette dépossession des terres communales fut durcie par la loi de 1881. L’intégration du Salvador, comme pays de production caféière au XIXe siècle, était conditionnée par la dynamique assymétrique du marché mondial.

3À l’aube du XX siècle, les États-Unis apparaissent comme un nouveau protagoniste dans l’échiquier latino-américain. Sous la bannière de la doctrine Monroe, ce pays va intervenir 35 fois dans les Caraïbes et en Amérique centrale (p. 48) puis ce pays sera un des principaux responsables de la mise en œuvre de la doctrine de la « Sécurité nationale » sous laquelle les régimes militaires vont établir la disparition forcée et la répression systématisée. Le massacre du soulèvement paysan de 1932 –ordonnée par le général Maximiliano Hernández Martínez fit 30 000 à 40 000 morts. Preuve incontestable de la re-configuration de la « colonialité du pouvoir » dans l’espace latino-américain. Malgré la référence que fait l’auteur à propos de l’insurrection du Salvador en 1932, il nous semble qu’il laisse à côté le caractère socialiste et anti-impérialiste du dit soulèvement.

4La seconde partie, intitulée « Romero. Conservateur de la tradition », aborde les passages les plus marquants de la personnalité de Romero lors de sa jeunesse, de sa formation et de sa « conversion ». O. Romero est né le 15 août 1917 dans le petit village de Ciudad Barrios, dans le département de San Miguel. Oscar Romero deviendra une des figures les plus représentatives de la théologie de la libération. Ayant étudié au séminaire des Jésuites à San Salvador, O. Romero part vers Rome pour poursuivre ses études de théologie à l’Université Grégorienne. Cependant, avec l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, O. Romero n’arrive pas à finir sa thèse de doctorat et il rentre au Salvador.

5À son retour au Salvador, il est nommé curé de la paroisse d’Anamorós dans le département de La Unión. À cette époque-là, O. Romero va côtoyer les familles riches afin de subventionner les œuvres pour les plus démunis de la société salvadorienne. Sa dévotion pour saint Jean de la Croix, saint Augustin et sainte Thérèse d’Avila fera de lui, un homme d’une conduite irréprochable.

6La période de 1970-1974 de la vie d’Oscar Romero, en tant qu’évêque auxiliaire de San Salvador,  est marquée par une position conservatrice. Il va sans dire que Romero avait un regard de méfiance vers l’aggiornamento qui a eu lieu avec Vatican II. En ce sens, Romero était « un ardent défenseur des traditions de l’Église » (p. 99).   

7Finalement, « Archevêque de San Salvador », la troisième et dernière partie de l’ouvrage rend compte de la « Conversion » d’Oscar Romero. Ce chapitre analyse la rencontre de l’histoire du peuple salvadorien « avec la destinée d’un homme choisi de Dieu pour exprimer sa volonté » (p. 20). En ce sens, la période de 1977-1980 est fondamentale, pour le dire comme M. Löwy, « [cette période] constitue un exemple quasi idéal-typique de la transformation d’une religiosité institutionnelle en étique sotériologique de la fraternité »1.  

8Afin de déployer « la conversion » chez O. Romero, Y. Carrier reprend la figure de Rutilio Grande –père jésuite et membre d’un groupe missionnaire qui aura une forte influence dans le diocèse d’Aguilares. Le père R. Grande fut une des figures les plus importantes dans la formation des certains délégués de la parole tels que Apolinario Serrano, « dit Polin » qui deviendra le président du syndicat chrétien FECCAS (Fédération chrétienne des paysans du Salvador). Malheureusement, le 12 mars 1977, le père Grande, avec deux de ses compagnons, est abattu. A coup sûr, l’assassinat du « prophète d’Aguilares » a  déclenché la véritable conversion d’Oscar Romero.   

9Le portrait qu’Y. Carrier esquisse de la période prophétique s’appuie sur les travaux de López Vigil, de Jon Sobrino, de Carranza Oña,  de James Brockman, de Jesus Delgado, parmi d’autres. C’est ainsi que l’auteur montre la nouvelle relation que Mgr. Romero maintient avec les paysans, les ouvriers, les organisations populaires et les habitants des bidonvilles du Salvador. Or, à cette-époque-là, Mgr. Romero se servira de la radio YSAX (aussi connue comme radio Equis) non seulement afin de prêcher « la bonne nouvelle », mais aussi afin de dénoncer les mensonges du gouvernement corrompu.         

10À notre avis, l’apport de cet ouvrage réside dans l’analyse des quatre lettres pastorales rédigées par Mgr. Romero entre avril 1977 et août 1979. En tant que théologien, l’auteur met en lumière l’influence de l’exhortation évangélique Evangelii nuntiandi publiée par Paul VI sur Mgr. Romero, les aspects eschatologiques de « la parole brûlante » des lettres ainsi que l’impact de ses homélies de celui-ci. Pour cette même raison, Y. Carrier interprète dans le contexte socio-historique le parcours théologico-prophétique de Mgr. Romero allant jusqu’à son assassinat le 24 mars 1980. En ce sens, déjà dans la préface, écrite par François Houtart, nous lisons, à propos de cet ouvrage, qu’il « constitue un véritable traité d’ecclésiologie » (p. 12).

11Il va sans dire que tout travail abordant l’importance et l’influence des figures prophétiques du christianisme de libération est toujours bienvenu !    

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/3838/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 33k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Luis Martínez Andrade, « Yves Carrier, Mgr. Oscar A. Romero, Cerf, Paris, 2010; coll “L’histoire à vif”, 346 pages », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 27 junio 2011, consultado el 24 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/3838

Inicio de página

Autor

Luis Martínez Andrade

EHESS-CEIFRFr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org