Navegación – Mapa del sitio

Migrants latino-américains à Madrid : quelles stratégies pour la reconnaissance professionnelle ?

Sylvie Koller

Resúmenes

Les flux latino-américains s’inscrivent dans le boom migratoire qu’a connu l’Espagne dans la dernière décennie du XXº siècle. Ils sont proportionnellement plus nombreux à Madrid que dans d’autres régions. Une partie de ces migrant(es) ont un diplôme d’enseignement supérieur obtenu dans leur pays d’origine et une expérience professionnelle.  Or, la plupart occupent des emplois  non qualifiés peu qualifiés, avec des variations selon les pays d’origine. Ce déclassement, largement ignoré, ne fait pas l’objet de politiques publiques. Cependant, les personnes en mal de reconnaissance professionnelle ont recours à des stratégies individuelles diversifiées pour échapper au travail non qualifié. Des formes d’organisation collectives apparaissent aussi, destinées à accroître la visibilité de ces professionnels et à renforcer leur légitimité. Avec quelles  alliances ? Avec quelles chances de succès ?

Inicio de página

Texto completo

1En  Espagne, la question des migrants latino-américains diplômés et surqualifiés est peu visible dans les enquêtes statistiques portant sur la population active étrangère. Elle n’est  présente que de façon anecdotique dans les médias et n’est pas prise en compte par les politiques publiques. Or, confrontés à une véritable « dévaluation professionnelle », les migrants mettent en œuvre des stratégies individuelles et tendent de plus à plus à s’approprier collectivement cette question. Comment ? C’est l’objet de la réflexion qui va suivre. Les observations rapportées ici  sont issues de deux séries d’entretiens auprès de jeunes migrants équatoriens  diplômés, en 2004 et 2006, et de la collaboration avec une association spécialisée dans le soutien aux migrants qualifiés basée à Madrid, INPROIN. Elles s’appuient également sur un appareil statistique dont on regrettera qu’il ne croise  pas systématiquement tous les paramètres nécessaires à l’étude d’une telle problématique : pays d’origine, niveau d’études et expérience professionnelle dans le pays de naissance, statut professionnel en Espagne et ancienneté dans l’émigration.

2Le cadre de référence est la Communauté Autonome de Madrid, qui comprend la plus forte concentration de migrants latino-américains depuis le début du boom migratoire. Ce groupe représentait 43% des étrangers de la Communauté Autonome recensés au Padrón Municipal de Habitantes au 1º janvier 2008, soit un peu plus de 465 000 personnes, alors que son pourcentage par rapport à la population étrangère au niveau national s’établissait à 33%. Les Latino-américains y constituent le groupe d’origine le plus nombreux dans chaque groupe d’âge et tous les flux par pays de naissance sont représentés. En outre, Madrid se caractérise par une économie de services propre à toute capitale, qui concentre un grand nombre d’emplois qualifiés du tertiaire potentiellement accessibles aux migrants qualifiés. Enfin,  la recherche à l’échelon local est pertinente car ce sont les municipalités et les régions qui sont chargées des politiques d’emploi, d’enseignement et de formation professionnelle, ainsi que des politiques d’intégration de la population immigrée, en raison de la décentralisation des compétences politiques. Cet article ne prend en compte que les phénomènes structurels et n’aborde pas les changements apportés par la crise économique.

La position des migrants diplômés

3Une radiographie de l’immigration latino-américaine fait apparaître trois facteurs essentiels du point de vue de l’insertion professionnelle. Premièrement, le pourcentage de personnes ayant fait des études supérieures dans leur pays d’origine est équivalent à celui de la population espagnole dans la tranche des 25-34 ans : 22%. En second lieu, les migrants latino-américains ont à leur actif une expérience professionnelle antérieure à leur émigration : seuls 10% des migrants et 20% des migrantes sont arrivés en Espagne sans expérience professionnelle préalable. Enfin, leur taux d’activité est supérieur à celui de la population espagnole dans toutes les tranches d’âge, y compris pour les femmes. Ces trois paramètres situent l’immigration de personnes diplômées et qualifiées comme une immigration de travail, à laquelle s’ajoute une migration pour raisons d’études, une porte d’entrée significative pour les femmes latino-américaines boursières de leurs pays d’origine, de fondations et d’agences de coopération. Or, ces avantages en termes de formation et d’expérience - auxquels il faut ajouter l’atout de la langue- ne jouent pas de façon significative en faveur de l’insertion professionnelle. Il se produit en effet une forte dégradation du statut professionnel entre  le dernier emploi occupé dans le pays de naissance et le premier emploi occupé en Espagne, ce qui vaut pour tous les immigrants quelle que soit leur nationalité : 44% des personnes interrogées n’ont pas amélioré leur statut professionnel en émigrant ; 44% ont connu une mobilité professionnelle descendante ; seules 11% ont bénéficié d’une mobilité professionnelle ascendante. La chute a été très accusée pour certains groupes : femmes boliviennes, péruviennes, colombiennes, équatoriennes.

4Comment ont évolué ces personnes ?  La progression semble lente, voire inexistante. En effet, seules 30% des personnes interrogées déclarent avoir amélioré leur statut professionnel depuis le premier emploi occupé en Espagne, tandis que 55% n’ont pas changé de statut, 14% d’entre elles ayant même connu une trajectoire descendante. Toutefois, cette évolution est  différenciée en fonction des sexes et des pays de naissance, les Vénézuéliens, Cubains et Argentins progressant davantage que la moyenne, ainsi que les Colombiennes et les Argentines. Les progrès initiaux  se sont faits par déplacement d’un secteur d’emploi à l’autre. Ainsi les femmes ont-elles pu passer du travail domestique à l’hôtellerie-restauration et aux emplois de service qualifiés, obtenant du même coup un permis de séjour et de travail plus avantageux. Un tel constat confirme l’analyse présentée en conclusion de d’une enquête qualitative menée   en 2002 par le Centre d’études sur les migrations de l’Université de Comillas. Hélas, il infirme aussi son pronostic favorable :

Parmi tous les groupes de migrants, ce sont les Latino-américains- une partie d’entre eux- qui apportent l’expérience professionnelle de meilleure qualité. Cependant, c’est justement parce qu’ils sont les plus qualifiés que leur capital humain est le plus difficilement exportable, en raison des rigidités du marché du travail espagnol. Il est à prévoir qu’avec le temps, une partie des Latino-américains se déplacera vers des secteurs professionnels plus conformes à leur expérience.

5Aux  rigidités du marché du travail auxquelles il est fait allusion, il faut ajouter ses caractéristiques structurelles, dans un contexte pourtant très dynamique, celui du « miracle espagnol ». Les créations d’emploi ont été très nombreuses entre 2000 et 2007, mais relativement beaucoup plus nombreuses dans les secteurs qui absorbent  la main d’œuvre non qualifiée. Les nouveaux emplois qualifiés du tertiaire ont été occupés en majorité par les Espagnols, notamment par les femmes espagnoles (dans le secteur de la santé, de l’éducation et du travail social). Mais structurellement, le nombre d’emplois qualifiés est insuffisant pour absorber les jeunes diplômés. Jeunes diplômés espagnols et migrants diplômés se trouvent donc en concurrence, dans la mesure où l’expérience professionnelle des seconds est très mal prise en compte.

6Ce diagnostic pose la question de la discrimination structurelle dont peuvent être victimes les migrants qualifiés et du « plafond de verre » auquel ils se heurtent. Un autre facteur d’explication est le décalage possible entre la formation initiale et les compétences nécessaires pour exercer un emploi qualifié en Espagne, décalage dont devrait se saisir toute politique de requalification des migrants diplômés. En attendant, l’érosion des qualifications et des compétences constitue un piège pour les personnes occupant durablement des emplois précaires et peu qualifiés. Comment en sortir ?

Les stratégies individuelles

La reconnaissance des diplômes

7Faire valider des diplômes étrangers à des fins d’exercice professionnel est un processus long et incertain, piloté par le Ministère de l’Education. C’est une démarche indispensable même pour les personnes ayant obtenu un master dans une université espagnole, car le diplôme le plus élevé n’est reconnu professionnellement que si les diplômes des étapes antérieures ont été validées. Pour obtenir une validation, il faut réunir toute la documentation nécessaire dans le pays d’origine, faire légaliser les documents par les autorités compétentes, puis dans certains cas satisfaire aux conditions posées par le Ministère après examen du dossier, c’est-à-dire passer des examens supplémentaires dans une université espagnole. Malgré ces embûches, en 2007, 16% des Latino-américains avaient entrepris cette démarche, soit le plus fort taux parmi les étrangers. Les Argentins, Colombiens et Péruviens avaient obtenu le plus fort taux de validation. Le taux de réponse positive reste faible, et les épreuves supplémentaires exigées parfois abusives, comme le souligne régulièrement le Défenseur du Peuple espagnol dans ses rapports annuels.

8Cette stratégie est-elle payante ?  Si elle lève certains obstacles formels pour accéder au marché du travail, elle ne supprime pas les autres barrières : manque d’expérience professionnelle en Espagne; érosion des compétences initiales en raison du temps passé sur des emplois peu qualifiés ; manque de réseaux professionnels ; blocage  de la part des ordres professionnels, notamment dans le domaine de la santé, précisément celui dans lequel le nombre de diplômes reconnus est le plus élevé. La stratégie de reprises d’études se trouve obérée par ces obstacles, qui s’ajoutent à la difficulté de dégager du temps et des moyens financiers.

La naturalisation

9La loi espagnole autorise les Latino-américains à effectuer une demande de naturalisation au bout de deux  ans de séjour légal, en raison de liens historiques privilégiés entre l’Espagne et ses anciennes colonies. Ils sont nombreux à effectuer cette démarche. L’obtention de la nationalité espagnole est-elle un avantage ? Elle apporte une sécurité et supprime les formalités d’accès au travail, ce qui est aussi un avantage pour les employeurs. Elle permet en principe d’accéder aux emplois réservés aux nationaux. Elle constitue le signal d’une volonté d’installation et d’intégration qui peut jouer favorablement lors d’une candidature. Il convient cependant de relativiser ces avantages, qui ne sont décisifs que lorsqu’ils sont cumulés à d’autres atouts. Sur la base de comparaisons internationales, le rapport 2010 de l’OCDE sur les migrations fait ressortir que les avantages de la naturalisation se font nettement sentir après dix ans d’ancienneté dans l’immigration, et qu’ils sont relativement plus importants pour les ressortissants des pays pauvres, pour les femmes et pour les diplômés. Mais le fait de posséder la nationalité espagnole ferme l’accès aux programmes relevant des politiques d’intégration dans la Communauté de Madrid. Devenus espagnols, les latino-américains seraient donc invisibles comme migrants, tout en continuant à subir le poids de leur origine.

La renégociation du capital humain

10La renégociation du capital humain  est inévitable. Elle se fait la plupart du temps à la baisse. La plupart des Latino-américains qualifiés qui ont immigré dans les années 2000 ont dû renoncer à la reconnaissance pleine et effective de leurs diplômes et compétences initiales. Ils se sont alors appuyés sur leur niveau d’éducation, sur leur capital culturel, puis sur le capital social acquis dans l’émigration afin de négocier leur présence sur le marché du travail à moyen terme. Cette adaptation peut emprunter plusieurs voies. La première voie est celle d’une certaine déqualification et d’une précarisation à l’intérieur du secteur professionnel d’origine. C’est la voie qu’empruntent les professionnels de la santé, les psychologues, les comptables travaillant en-dessous de leur niveau de qualification. Dans ce cas, la négociation à la baisse inclut l’acceptation de faibles rémunérations, de rémunérations partiellement déclarées et  de contrats à durée déterminée, qui sont les conditions imposées à nombre de jeunes diplômés espagnols.

11Une deuxième voie, très fréquente chez les femmes diplômées, quelle que soit leur formation initiale, passe par la reconversion professionnelle dans le milieu associatif, les fondations et les ONG. Les emplois obtenus sont alors très dépendants des subventions publiques, ce qui constitue un facteur de précarité certain. En revanche, la polyvalence acquise sur ces emplois et leur effet de socialisation valorisante peuvent compenser le renoncement à exercer un métier qualifié bien identifié. Enfin, certains Latino-américains qualifiés se dirigent vers des niches professionnelles ethniques liées à la gestion de l’immigration. La médiation interculturelle et les médias ethniques en sont deux exemples. Cette spécialisation n’est pas sans risque pour l’évolution d’une carrière professionnelle car elle ressemble à une assignation.

12D’autres stratégies individuelles éloignent davantage les personnes de leur formation ou de leur profession initiales. Certaines s’engagent dans des formations courtes destinées aux demandeurs d’emploi faiblement qualifiés, proposées par les services de l’Emploi ou par des associations d’insertion. Les débouchés sont aussi variés qu’incertains : traitement de la dépendance, médiation familiale, initiation à l’informatique, animation de ludothèques, animation auprès des personnes âgées, etc. Il s’agit là d’une stratégie de court terme qui signe une déqualification et qui constitue plutôt une position d’attente, de repli. Sur le plan collectif, c’est un gaspillage de fonds publics, notamment de fonds européens. En Espagne, les formations professionnelles vraiment qualifiantes relèvent de la formation continue. Elles demandent à la fois la reconnaissance préalable d’un niveau de diplôme et/ou des droits acquis dans des emplois stables, ce qui les rend plus accessibles aux salariés déjà bien insérés qu’aux outsiders. Enfin, de nombreuses personnes n’ont d’autre choix que de se constituer une identité sociale clivée : elles gagnent leur vie en acceptant des emplois peu qualifiés du secteur tertiaire (téléopératrice serait un bon exemple)  tout en exerçant leurs talents dans une autre sphère, par exemple l’engagement militant ou les activités créatrices.

13Quels seraient les choix de société et les décisions politiques susceptibles de redresser cette situation ? Une première réponse passerait par le mode de certification des compétences, actuellement trop rigide. Les immigrés qualifiés devraient pouvoir bénéficier d’une validation des acquis de l’expérience intégrant leur parcours professionnel antérieur à l’immigration. Si l’Espagne voulait suivre cette voie, les expériences mises en œuvre dans d’autres pays européens pourraient fournir quelques pistes. Or, dans un contexte de pénurie d’emplois qualifiés, il est peu probable que de tels choix soient portés par la société et assumés par les pouvoirs publics. Toutefois, la transcription en droit interne de la directive sur la carte bleue européenne pourrait permettre une insertion plus facile des étrangers non ressortissants de l’UE à haut niveau de diplôme, alors que même ceux  qui obtiennent de prestigieux MBA en Espagne ne s’insèrent pas sur le marché du travail espagnol. Une autre voie passe par la promotion de la diversité dans les milieux professionnels, encore balbutiante. En l’absence de solutions mises en œuvre par les entreprises et les institutions, ce sont donc les acteurs eux-mêmes qui se mobilisent collectivement.

Stratégies collectives et institutionnelles

14Les formes de mobilisation des migrants qualifiés relèvent de plusieurs dimensions, combinées à des degrés divers : la défense d’intérêts professionnels, parfois articulés par secteur comme le montrent les revendications des professionnels de santé ; la recherche de légitimité auprès de l’opinion publique ; le militantisme associatif destiné à interpeller les autorités compétentes mais aussi à créer des espaces de partage entre pairs.

Rendre visibles les professionnels latino-américains

15Nous avons choisi de rendre compte  de deux initiatives très différentes, l’une axée sur l’autopromotion médiatique et l’autre sur un travail associatif destiné à porter des fruits à moyen et à long terme. La première initiative  tente de donner un visage aux talents des immigrés latino-américains en flirtant avec le genre de la  success story . En 2008, la revue Fusión Latina  a fait paraître un numéro spécial tiré à 10 000 exemplaires et distribué gratuitement à Madrid. Le numéro était financé par des banques, de grandes entreprises et la Communauté Autonome de Madrid. Son  lancement a eu lieu à la Casa de América, ce qui conférait une certaine légitimité à l’événement. Il s’agit d’une sorte de who’s who latino présentant le portrait photographique et le trajet migratoire de cent Latino-américains des deux sexes établis à Madrid. Quinze nationalités sont présentes. Tous les profils de réussite sont amalgamés, mais quelques grandes catégories émergent :

16Professions relevant de la mondialisation cosmopolite : artistes plasticiens, musiciens, acteurs et producteurs de cinéma, stylistes de mode, correspondants de presse.

17Créateurs d’entreprises par vocation ou par résignation. Ces entreprises sont pour la plupart des commerces ethniques, comme des restaurants et des magasins d’artisanat, mais l’on trouve aussi une clinique dentaire.

18Profils relevant plus nettement de l’immigration diplômée et qualifiée. Leur formation s’est souvent faite en plusieurs étapes, la dernière correspondant à des formations de troisième cycle dans les universités espagnoles. On relève parmi ces personnes quelques cas d’insertion professionnelle directe à un haut niveau de qualification, sans « galères » entre l’obtention du diplôme et le premier poste occupé.

19Profils de personnes cooptées par l’appareil politique local, sur des postes  de gestion de l’immigration, soit dans les équipes du gouvernement régional, soit dans les centres  associatifs pour l’intégration des immigrés financés par la Communauté Autonome.

20Il est à noter que ce répertoire ne présente qu’un seul cas de Latino-américain diplômé ayant réussi par promotion interne dans une entreprise privée, ce qui en réduit considérablement la valeur d’exemple pour les professionnels étrangers.

21C’est dans une autre optique que travaille AMPI, Asociación de Mujeres Profesionales Migrantes, créée fin 2008 et légalisée en mars 2009, qui compte un grand nombre de femmes professionnelles latino-américaines. L’association est ouverte à toutes les femmes étrangères résidant à Madrid, titulaires d’un diplôme équivalent au moins à la licence ou exerçant une activité professionnelle correspondant à ce niveau de diplôme. Elle se propose de renforcer la visibilité, le leadership et l’insertion professionnelle des femmes professionnelles étrangères.

22Le travail de l’association comprend plusieurs axes. AMPI invite les adhérentes à se réunir une fois par mois pour partager un espace de discussion où les questions de socialisation professionnelle  sont abordées dans une perspective de genre. L’inspiration féministe de l’association est en effet manifeste dans les pratiques, dans le discours et dans la recherche d’alliances avec des mouvements et réseaux féministes. L’engagement féministe de certaines femmes membres d’AMPI, antérieur à l’expérience migratoire, est ainsi réinvesti dans une lutte commune pour la dignité professionnelle.  Par ailleurs, des ateliers de formation sont proposés aux adhérentes, soit dans l’esprit de la formation continue, soit dans l’esprit d’une formation intellectuelle et militante. Des conférences et tables rondes sont régulièrement organisées, qui proposent une réflexion sur la place des migrantes dans la société espagnole.

23AMPI a par ailleurs des activités destinées à renforcer son rayonnement. En octobre 2010, elle a organisé un concours de récits (relatos breves) destinés à mettre en forme les expériences de migration des femmes étrangères qualifiées. Les vingt-trois récits retenus ont été réunis sous le titre  Voces para la integración en igualdad  et publiés sur le blog d’AMPI. Les journées d’études ouvertes aux responsables institutionnels de l’immigration et  aux associations de migrant(es) sont des occasions d’inviter  des intervenantes espagnoles et étrangères, afin de replacer les problématiques abordées par AMPI dans un cadre plus large. Le fait que la journée d’étude du 18 novembre 2010 se soit déroulée au siège de la délégation de la Commission Européenne à Madrid marque une volonté de s’inscrire dans les réseaux européens, volonté  amenant AMPI à représenter l’Espagne au sein du Réseau européen des femmes migrantes (EN0WM en anglais) depuis juillet 2011. L’association doit à présent trouver un équilibre entre sa vocation de socialisation entre pairs et ses actions de lobbying, tout en assurant sa pérennité malgré la baisse des subventions publiques aux associations. Dans un contexte de récession, il paraît difficile de défendre des intérêts collectifs. Les services rendus individuellement aux migrants diplômés et qualifiés sont-ils davantage susceptibles de faciliter leur insertion professionnelle ? C’est le dernier point que nous aborderons.

Faire émerger des services spécialisés

24INPROIN, Asociación por la integración de profesionales inmigrantes, est une association qui développe des activités de conseil et de service, activités reposant principalement sur sa petite équipe de salariés. Le cœur de son travail consiste à préparer et accompagner la démarche de validation des diplômes étrangers, y compris sur le plan administratif de l’instruction des dossiers. Lors du premier entretien de contact, des concernant l’orientation professionnelle sont dispensés. Ces entretiens ayant fait émerger des besoins de formation, INPROIN propose  régulièrement des ateliers adaptés aux  personnes diplômées. Reconnue pour ces activités par la Communauté de Madrid, son principal bailleur de fonds,  INPROIN  a capitalisé  l’expérience acquise au cours des entretiens personnalisés et entend jouer un rôle d’expertise. L’association est de plus en plus visible dans le panorama des institutions chargées de la gestion de l’immigration, pour son travail et son expérience plus que par le nombre de ses adhérents.

25INPROIN est de plus en plus sollicitée pour participer à des programmes de recherche financés sur fonds publics. Cette reconnaissance est due à l’objectif qui sous-tend le travail technique de l’association et lui donne tout son sens : faire émerger la problématique des migrants surqualifiés dans l’espace public, principalement par le biais de journées d’études. Si la première journée d’études rassemblait des chercheurs et des responsables d’ONG, les deux suivantes reposaient sur une interaction entre l’intervention des chercheurs et les témoignages d’immigrants diplômés/qualifiés, avec la participation de gestionnaires d’entreprises inscrites dans la diversité. La recherche d’alliances  engage également INPROIN dans une collaboration avec des institutions latino-américaines présentes à Madrid : consulats, Organisation des Etats Ibéro-américains, Secrétariat Général Ibéro-américain. Il faut comprendre ce travail multidimensionnel comme un élargissement de l’activité de services au travail de lobbying  susceptible de servir  les intérêts des usagers de l’association.

Conclusion

26En Espagne, les vagues migratoires successives se sont enchaînées si rapidement  que le découpage des cycles migratoires en différentes phases, telles que les définit Lorenzo Cachón, depuis l’insertion précaire jusqu’à la co-inclusion sociale et la reconnaissance de droits civiques et politiques, s’en trouve brouillé. L’ancienneté dans l’immigration se compte plutôt en années qu’en génération. Parmi les groupes d’appartenance nationale (par pays de naissance et, pour un regard plus  extérieur, par continent d’origine) il se trouve des personnes de différentes origines sociales et de niveau culturel dissemblable. Certaines commencent leur cycle migratoire dans la précarité tandis que d’autres ont déjà consolidé leur position en terme de statut légal, de regroupement familial et de niveau de vie. Ce brouillage des conditions renforce plutôt l’assignation ethnique qu’il ne valorise les stratégies de distinction. En outre, pour les migrants dotés d’un capital humain élevé comme pour les autres, l’ancienneté du séjour n’est qu’un facteur parmi d’autres en termes de réussite professionnelle. En effet, la configuration du marché du travail espagnol  et les barrières institutionnelles pèsent de tout leur poids. Des voies restent cependant ouvertes à la reconnaissance professionnelle, tant au niveau individuel qu’au niveau collectif.

27Les migrants latino-américains qualifiés cherchent à valoriser leur trajectoire migratoire et professionnelle par différentes stratégies individuelles, qui ne sont pas toutes connues. Qu’en est-il par exemple de la seconde, voire de la troisième émigration rendue possible par l’obtention de la nationalité espagnole, par le statut de conjoint d’un ressortissant de l’UE et bientôt par la carte bleue européenne ? Quelle place occupent les immigrés latino-américains qualifiés dans le flux des retours ? Quel est l’effet de la reprise d’études en termes de retour sur investissement ? Par ailleurs, un petit nombre de ces migrants s’organise collectivement pour obtenir une reconnaissance sociale. L’une des voies de la reconnaissance passe une forme de recherche impliquée coproduite par les acteurs eux-mêmes, ce qui ouvre une piste féconde de collaboration pour la recherche universitaire.

Inicio de página

Bibliografía

AJA Eliseo, ARANGO, Joaquín, OLIVER ALONSO, Josep, La inmigración en tiempos de crisis. Anuario de la inmigración en España edición 2009, Barcelone, CIDOB, 2009.

CACHÓN, Lorenzo, “Itinerarios laborales de los inmigrantes: mercado de trabajo y trayectorias sociales”, in TORNOS Andrés, Los inmigrantes y el mundo del trabajo, Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 2003.

Anuario de la Convivencia intercultural, Madrid, Ayuntamiento de Madrid, 2006.

COLECTIVO IOÉ, FERNÁNDEZ, Mercedes, Encuesta Nacional de inmigrantes 2007: el mercado de trabajo y las redes sociales de los inmigrantes, Madrid, Observatorio permanente de la inmigración, 2010.

DOMINGO, Andreu, GIL-ALONS Fernando, “Immigration et évolution de la structure de la main d’œuvre au Sud de l’Union Européenne”, Population, Paris, INED, vol.62, nº4, 2007, p. 825-846.

KOLLER, Sylvie, L’un part, l’autre reste. Jeunes Equatoriens sur la scène migratoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

OCDE, Perspectives des Migrations Internationales, SOPEMI, 2010.

PLANAS COLL, Jordi,  “El papel de la empresa en la formación de los trabajadores en España”, Revista de Educación, Madrid, Ministerio de Educación y Ciencia, nº 338, septembre-décembre 2005, p.125-141.

TORNOS Andrés, APARICIO, Rosa, FERNÁNDEZ Mercedes, El capital humano de la inmigración, Madrid, IMSERSO, 2004.

Webographie

Asociación AMPI, http://asociacionampi.blogspot.com  

Asociacioón por la Integración de Emigrantes,  http://inproin.org

Observatorio Español del Racismo y la Xenofobia, http://oberaxe.es

Portail Européen sur l’Intégration , http://ec.europa.eu/ewsi/fr/practice/

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sylvie Koller, « Migrants latino-américains à Madrid : quelles stratégies pour la reconnaissance professionnelle ? », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 22 | 2011, Publicado el 27 enero 2012, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/4023

Inicio de página

Autor

Sylvie Koller

Université Rennes2 / Institut des Amériquessylvie.koller@gmail.com

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org