Navegación – Mapa del sitio

Les effets de la transterritorialité dans la migration guatémaltèque

Perla Petrich

Resúmenes

L’article s’articule sur deux volets : le premier est centré sur le départ du Guatemala, le voyage périlleux à travers le Mexique et finalement l'installation difficile aux Etats Unis et dans de nombreux cas, le retour choisi ou obligé. Le deuxième volet a comme axe les communautés transnationales créées au pays d'installation et l'incidence qu'elles ont sur ce pays et, à rebours, sur le pays de transit et le pays d'origine.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 « Configuration » prend ici le sens que lui attribue  Norbert Elias : les formes spécifiques d'inte (...)

1Comment entreprendre une étude de l’émigration guatémaltèque actuellement ? Notre choix est de considérer quelques aspects de son « champ migratoire », concept que Gildas Simon (2008 :15) définit comme « l'ensemble de l'espace transnational unissant -quelle que soit la distance- lieux d'origine, de transit et d'installation ». Dans notre cas cela suppose de considérer le Guatemala, le Mexique et les Etats-Unis comme trois échelles emboîtées et liées, non seulement géographiquement, mais aussi -et surtout- socialement. Cette configuration1 se trouve sous tension parce qu'elle est toujours, selon Simon (2008 : 15-16), « investie d'une charge symbolique forte, porteuse pour le migrant d'espoir, d'utopies ou mythes, d'imaginaires profondément enracinés dans les mentalités collectives, aux frontières mouvantes de l'identité et de l'altérité ».

  • 2 Une mécanique fréquente des émigrés est de cacher la vérité aux compatriotes restés au pays. Admett (...)

2Cette perspective nous amène en première instance à tenir compte d'aspects sociaux concrets qui vont précéder et accompagner le déplacement, mais sans que cela oblitère la présence de l'imaginaire comme facteur déterminant de l'émigration. Car, bien que l'individu prenne en considération les coûts et les bénéfices potentiels de son départ, c'est toujours l'espérance d'une vie meilleure qui prévaut ; un espoir qui conduit à mythifier l'autre pays ou, au moins, à minimiser les difficultés pour y accéder. Les médias et surtout la télévision ainsi que les commentaires et les récits souvent mensongers des émigrés de retour2 contribuent à nourrir cet imaginaire. Cette appréciation s'avère souvent fantaisiste. Dans la réalité, le voyage vers la destination choisie est extrêmement difficile, voire impossible, pour une grande majorité des Guatémaltèques qui partent sans papiers. D'ailleurs, l'installation aux Etats-Unis n'est pas sans contraintes et se réduit souvent à la clandestinité qui s'achève fréquemment par une expulsion.

  • 3 Il s'agit d'une pauvreté endémique provoquée non par le manque de travail, mais par des salaires in (...)
  • 4 Le Guatemala a été frappé ces dernières années par les ouragans Mitch (1998) et Stan (2005). En 201 (...)
  • 5 Les maras apparaissent au Guatemala à la fin de la signature des accords de paix en 1990. Ces bande (...)
  • 6 Selon le Groupe d’Appui Mutuel (GAM) il y a eu, en 2009, 6 400 morts par homicide, soit 20% d'augme (...)

3Le départ, le voyage périlleux, l'installation difficile et dans de nombreux cas, le retour choisi ou obligé, prouvent que l'immigration s'articule dans la circulation et que cette circulation, incessante dans l’espace et le temps, est sujette à des causes multiples et cumulatives. Les gens partent, en tout cas du Guatemala, pour des raisons principalement économiques3. Mais il ne s'agit pas de la seule motivation. On cherche à gagner plus mais aussi à avoir un autre statut social et à minimiser les risques : car non seulement le pays d'origine propose des salaires bas, mais en plus, il ne protège nullement contre une perte d'emploi ou une perte de récolte et encore moins contre les catastrophes naturelles, pourtant si courantes dans la région (tremblements de terre, sécheresses, ouragans4, etc.). L'Etat ne protège pas non plus les citoyens contre les agressions des maras5 ni contre celles des narcotrafiquants et des délinquants de toute sorte6.

4Enfin, il ne faut pas oublier les raisons affectives qui interviennent et s'ajoutent aux autres motivations. Les conflits de couple, les contraintes familiales, les aspirations personnelles, l'esprit aventurier… jouent parfois un rôle important.

  • 7 Selon l'information officielle de la Banque Mondiale (2003), 56% de la population est pauvre et 16% (...)

5La migration, en synthétisant différentes causes, se présente comme une possible assurance. Assurance de gagner plus pour vivre mieux, pour offrir une éducation aux enfants et faire face aux dépenses de santé et surtout assurance d'échapper aux contraintes de toutes sortes, principalement celles que génère la violence. La situation économique instable ou dans les cas extrêmes, l'indigence7, jouent un rôle de moteur dynamiseur majeur. Les moyens concrets permettront que le projet se réalise (aide de la famille, obtention d'un prêt, soit de la famille, soit des usuriers, etc.) mais c'est l'imaginaire qui donnera l'espoir et poussera au départ. Au village, une seule représentation continue à dominer les esprits : « Là-bas, ce sera mieux qu'ici ». Nous verrons quelles sont les conséquences de cette utopie.

6Malgré les contraintes, une proportion importante des Guatémaltèques arrive à s'installer « au nord », à y travailler et à y reconstruire un nouveau capital économique et social. Ces Guatémaltèques des Etats-Unis s'inscrivent dans une région nouvelle et apprennent à vivre simultanément dans deux contextes nationaux et cela à cause de leur désir de garder des liens avec la famille et grâce aux moyens techniques dont ils disposent. Les souffrances vécues entre les frontières qu'ils ont traversées les ont nourri d'expériences et leur ont permis de créer des liens avec les autres, de s'associer pour survivre là où ils s'installent. De plus, ils ont eu le temps et l'opportunité de s'inscrire dans des réseaux d'aide à ceux qui sont en transit et à ceux qui sont restés au pays en pensant partir un jour. Ils sont connectés, articulés dans un présent spatial à plusieurs dimensions. Ils sont, en définitive, présents dans la mondialisation.

7Le système mis en marche pour établir une connexion transfrontière justifie le deuxième volet de notre analyse qui aura comme axe les communautés transnationales créées depuis le pays d'installation mais aussi l'incidence qu'elles ont sur ce pays et, à rebours, sur le pays de transit et le pays d'origine. Nous nous questionnerons sur les actions et les rétroactions mises en marche par les immigrants. Cet axe nous fait considérer le Guatemala comme un pays en partie déterritorialisé qui recrée des espaces « guatémaltèques » hors des frontières nationales. Ces espaces déterritorialisés sont producteurs de nouvelles organisations sociales, lesquelles à leur tour sont productrices de revendications inédites. Ces revendications s’adressent non seulement à l'Etat guatémaltèque -qui jusqu'à maintenant se limitait à les considérer comme producteurs de remesas mais aussi au Mexique où ils sont victimes de toutes sortes d'abus dans une impunité presque totale -souvent avec la complicité des autorités- et pour finir, évidemment, aux Etats-Unis, où ils sont soumis à une instabilité totale et au danger permanent de l'expulsion.

Quelques éléments de contexte

  • 8  Cette migration s'établit à partir de 1985. La plupart sont installés à Guatemala capital. Ils tie (...)
  • 9 On calcule qu’il y avait 250 000 Centre-américains installés de façon définitive au Guatemala en 20 (...)

8Dans le contexte général des migrations, il faut prendre en compte le Guatemala tout à la fois comme un pays d’origine, un pays de transit et un pays d’arrivée ou de destination. En tant que pays de transit, on doit considérer que le Mexique et le Guatemala constituent le corridor de migration le plus grand du monde. On évalue à 250 000 ou 300 000 le nombre de personnes qui y transitent, en provenance du Salvador, du Honduras, du Nicaragua, de Colombie, d’Equateur, de Corée et de Chine. Tous sont illégaux et une grande majorité est en transit vers les Etats-Unis. Quelques-uns s'installent au Guatemala (surtout les Coréens (plus au moins10 000)8 et les Chinois (7 000), mais la plupart des Centre-américains continuent vers le Mexique9.

9En tant que pays d'origine, il faut souligner que sa population est habituée à toute sorte de mobilités. Les Mayas -qui représentent plus de la moitié de la population- possèdent une forte tradition migratoire ancrée dans le temps long : à l'époque de la colonie ils étaient forcés de se déplacer vers des régions agricoles, productrices de cacao ou de canne à sucre. Du système des « encomiendas », on est passé à celui des « latifundios » c’est-à-dire à des embauches temporaires pour la récolte de la canne à sucre, des bananes ou du café.

  • 10 Pour des informations sur la situation des réfugiés au Chiapas, voir Castillo (2001: 179-186).

10Actuellement, le déplacement saisonnier des habitants de Quiché, Huehuetenango, Totonicapán, Quetzaltenango et Alta Verapaz en direction de la côte sud demeure important. Il y a aussi de nombreux déplacements vers la capitale pour rechercher des emplois de jardinier, de gardien de maison, pour monter des petits commerces de rue. En général ils se déplacent avec l’appui de réseaux familiaux ou ethniques. Ces mêmes Mayas mêlés à des « Ladinos » (métis) opposants au régime militaire, sont devenus des exilés et ont obtenu presque tous le statut de réfugié au Mexique dans les années 80. L’époque des réfugiés correspond à dix ans de violence extrême (1980-1990). Environ 50 000 Guatémaltèques ont alors quitté leur pays. La moitié s'est établie au Mexique et après la fin de la guerre beaucoup sont restés et ont pris la nationalité mexicaine, surtout parce qu’ils ont eu des enfants mexicains10. Même s'il est très difficile d'établir des chiffres, on estime à 76 000 le nombre de Guatémaltèques établis au Mexique.

  • 11 Mesa Nacional para las Migraciones en Guatemala
  • 12 On trouvera de plus amples informations sur cette émigration saisonnière dans Castillo (2001: 168-1 (...)

11Par ailleurs, la migration saisonnière pour des raisons économiques des Guatémaltèques vers les zones frontalières du Mexique reste très importante actuellement : à peu près 100 000 personnes migrent chaque année vers le Yucatan pour prendre des places de domestiques, occuper des emplois dans la construction ou devenir vendeurs d’artisanat. (MENAMIC11: 2010). D'ailleurs, les déplacements saisonniers vers le Mexique -vers la région du Sonocusco dans le sud-est du Chiapas- pour travailler dans les fincas de café datent de la fin du XIXème siècle. Le nombre de ces déplacements a augmenté à partir de la moitié du XXème siècle12 et demeure très important.

12Si les migrations intérieures assurent, en général, la survie, en revanche l’émigration vers l’étranger, en particulier vers les Etats-Unis, entraîne un saut qualitatif, économique et social, que l’on constate au bout de quelques années de séjour dans le pays. Plus de 500 000 Guatémaltèques y résident -surtout en Californie, au Texas, en Floride, à New York, en Arizona et dans l'Illinois- et 60% sont illégaux. Le chiffre total équivaut à 10% de la population guatémaltèque et fait des Guatémaltèques le troisième groupe latino-américain aux Etats-Unis (après les Mexicains et les Honduriens). 94% des immigrants envoient des fonds pour un montant qui représente 12% du PIB du Guatemala et qui bénéficie à 30% de la population. Cette immigration est surtout constituée de main d’œuvre peu qualifiée.

13L'immigration se termine souvent par un retour, qu'il soit choisi ou résulte d'une expulsion. Le retour peut être définitif ou temporaire, selon les expériences vécues et les expectatives futures.

Le champ migratoire

14Les différentes étapes -départ, séjour et retour- méritent une attention particulière et doivent être considérées comme les maillons d'une même chaîne migratoire qui commence, évidemment, par le voyage. Le périple vers le Nord est un rêve qui peut devenir cauchemar et nécessite de traverser deux frontières : d'abord celle qui sépare le Guatemala du Mexique et ensuite la grande frontière nord pour accéder aux Etats-Unis.

La frontière sud, entre le Guatemala et le Mexique

  • 13 Au sujet de la ville Ciudad de Dios, on trouve des informations dans Chavarochette (2001).
  • 14 Le fleuve marque la frontière occidentale entre le Mexique et le Guatemala et on peut le traverser (...)
  • 15 Tecum Unam par exemple, a une population locale de 27 000 personnes et une population "flottante" d (...)

15La première frontière, qui mesure à peu près 1 000 kilomètres, est extrêmement poreuse : 44 points, au moins, permettent de la traverser sans contrôle migratoire. Des villes frontalières comme Ciudad de Tecun Uman ou Ciudad Hidalgo ou El Carmen ou Ciudad de Dios13 vivent surtout de l’émigration. C’est une espèce de no man’s land où s’accumule une importante population « flottante », qui comprend des centaines de migrants désireux de traverser pour la première fois et d’autres qui ont été expulsés et qui attendent une nouvelle opportunité pour tenter à nouveau le passage. Certains restent dans cette frange frontalière simplement parce qu’ils ne peuvent pas se payer le voyage de retour à leur village d'origine et encore moins tenter une nouvelle traversée par le fleuve Suchiate14. Actuellement, cette frontière ne représente plus un espace de l' « entre deux », mais plutôt un espace d'errance, d'occupation temporaire qui peut devenir définitive15. C’est pour beaucoup la fin du déplacement, le premier mur, invisible mais réel, auquel se heurtent les rêves d'une vie meilleure.

16Ces zones frontalières concentrent l'essentiel du problème de l’immigration infantile. Plus de 40.000 enfants y vivent (Herrera Ruiz, 2001). Il s’agit d’enfants qui ont décidé de quitter leur famille et d’émigrer, pour des raisons économiques, pour cause d’abus sexuel ou d’alcoolisme des parents (Defensoría de la niñez y la juventud, 2004). D’autres ont été abandonnés par leur famille, ou par les  coyotes (passeurs) payés par les parents déjà installés aux Etats-Unis et qui veulent faire venir leurs enfants. Seuls et sans aucune aide, ils travaillent dans la contrebande « de fourmis » entre les deux pays et sont fréquemment victimes de la prostitution. Quand ils réussissent à franchir la frontière du Mexique, ils deviennent  cargadores , collecteurs de déchets, (verre, papiers, plastiques…) ou travaillent dans les exploitations de café du Chiapas. Les filles se placent comme employées de maison, nounous, et même guides pour les sans-papiers. A Tapachula il existe des maisons de prostitution où les mineurs sont nombreux.

17Au Mexique, certaines écoles les acceptent, mais leur refusent des certificats de scolarité. Ces enfants subissent souvent la discrimination parce qu’ils sont perçus par la population locale comme un danger potentiel; ils sont associés aux maras, à la délinquance, à la drogue, à la pauvreté et aux maladies contagieuses. D'autre part, ceux qui sont censés les protéger, la PNC (Police Nationale Civile) sont les auteurs des abus les plus graves (Defensoría de la niñez y la juventud, 2004; Castillo, 2008 : 71-73).

  • 16 Pour plus d'informations, consulter l’Informe anual sobre trata de personas 2011. Ambassade des Eta (...)

18Les enfants sont plus fréquemment expulsés du Mexique que les adultes et comme les fonctionnaires guatémaltèques ne disposent pas d’un nombre suffisant de véhicules, ils ne se trouvent pas toujours à la frontière pour les accueillir. D'ailleurs, les membres de leur famille n’ont que rarement les moyens de prendre l’autobus et de venir les chercher. Il arrive aussi que les enfants ne veuillent pas revenir avec leurs parents à cause des mauvais traitements. Les abris pour les héberger temporairement sont insuffisants et parfois inexistants16. Aux Etats-Unis, le sort des enfants est également instable parce qu'ils sont habituellement victimes de l’expulsion de leurs parents. Dans bien des cas ils restent avec d’autres membres de leur famille, qui sont en situation légale, ou bien sous la tutelle des autorités des Etats-Unis.

19Au Mexique, dans une ville proche de la frontière comme Tapachula, non seulement les enfants mais aussi de nombreux migrants adultes exercent un commerce informel,  mendient ou se prostituent. Ils multiplient les efforts pour gagner de l'argent et poursuivre leur voyage. Les femmes sont les plus vulnérables, surtout si elles se déplacent seules ou uniquement en compagnie d'autres femmes. Arrivées à Tapachula elles ne peuvent guère travailler que comme domestiques, dans les bars ou dans les maisons de prostitution (Angeles Cruz, 2004; Castillo, 2008 : 87-93).

  • 17 D'autres noms utilisés : La Serpiente de Acero, El Trenzudo, El Caballo de Troya, El Tren Asesino, (...)

20On calcule que 200.000 immigrants provenant d'Amérique Centrale traversent le Mexique chaque année. Beaucoup font demi-tour, certains s'installent au Mexique, d'autres meurent et la moitié arrive à la frontière nord. Le moyen de transport le plus utilisé, en tout cas par les Guatémaltèques, est la « la bête de fer », également connu comme « le train de la mort »17. C’est un train de marchandises qui va vers le Nord à une vitesse qui, en général, ne dépasse pas les 20 km à l'heure.

21Pour monter dans le train - sur les toits des wagons le plus souvent- les migrants doivent payer « un billet » aux employés des chemins de fer (machinistes, police privée de la compagnie….). Dans le cas contraire, s'ils essayent de monter, les garroteros (gardiens du chemin de fer) les rouent à coups de bâtons jusqu'à les faire descendre. Une fois montés, ils se blessent ou se tuent fréquemment en tombant du toit parce qu'il se sont endormis ou parce qu’ils ont glissé lorsque, menacés par les agents migratoires, les garroteros ou les maras,ils ont sauté entre les wagons pour essayer de fuir.

  • 18 A Tamaulipas, en 2010, 75 immigrants séquestrés qui n'acceptaient pas de travailler pour les mafias (...)

22On estime que, pendant ce voyage, sur 10 femmes immigrantes 8 seront violées. Les séquestrations sont fréquentes. En général, on demande la rançon aux familles établies aux Etats-Unis. Dans un délai de 6 mois, entre septembre 2008 et février 2009, il y a eu 200 séquestrations de Centre-américains, dont 13% de Guatémaltèques. Cela correspond à un total de 25.000.000 dollars de rançons. Selon la Comisión Interamericana de Derechos Humanos (CIDH), en 2009, 18.000 migrants (d'Amérique centrale et d'Amérique du sud) ont été séquestrés au Mexique et les organisations de défense des Droits de l'Homme font référence à au moins 214 séquestrations massives en 201018.

  • 19   Selon Castillo (2008:13) 64% des immigrants utilisent cette voie.
  • 20  Appelés « pollerias » parce qu’elles sont alignées comme des cages dans une basse-cour.

23Ceux qui ont apporté un peu d'argent du Guatemala -parce qu'ils se sont endettés fortement ou parce qu'ils comptent avec l'épargne de la famille- préfèrent s'en remettre à un passeur, un coyote ou aux « agences »19. Il s'agit de bandes organisées qui ont souvent pignon sur rue sous la façade d'une agence de tourisme. Beaucoup de ces établissements, connus comme las pollerías20 se trouvent à Comalapa, une ville frontalière, où ils offrent des services d'autobus et de camions pour aller à Tijuana.

La frontière nord avec les Etats-Unis

24A la frontière Nord du Mexique, le trafic des individus -la marchandisation de la migration- est contrôlé par des organisations similaires aux cartels de la drogue. Le chiffre d’affaires annuel de ce type de commerce est de 7 milliards de dollars, dépassé seulement par celui du trafic de drogues. L'organisation comprend des maisons, des hôtels, des moyens de transport, des services d’alimentation et le transfert des personnes.

25A l’inverse de la frontière sud, poreuse et invisible parce qu'elle ne présente, sur de larges portions, aucune marque ni contrôle, la frontière nord est visible, muraillée, barbelée, électrifiée, illuminée par des projecteurs de grande puissance et surveillée en permanence. Actuellement le contrôle des « clandestins » s’est renforcé. Sur un total de 3 200 km de frontière, 1 300 km sont murés. La partie la plus longue est en Arizona : 500 km de Caléxico jusqu’à Douglas. Cela entraîne un risque accru d’accidents, et davantage d’abus. Chaque année -au moins jusqu’en 2009- 100 000 personnes essayent de franchir la frontière et seulement 1% d’entre eux y parviennent. Comme exemple de risques, on peut rappeler qu’en 2006, 500 immigrants ont perdu la vie dans la tentative (Castillo, 2006 : 99). Les causes sont multiples : vols suivis d'assassinats -généralement perpétrés par des Mexicains- morts par asphyxie pendant le voyage dans le double fond d’une camion, ou entre les marchandises, ou morts de soif dans le désert d’Arizona.

  • 21 La loi SB1070, connue comme« loi Arizona », considère que le fait d’être étranger et de ne pas avoi (...)

26Le fait d'arriver de l'autre coté de la frontière n’entraîne pas la fin de l'angoisse ou des soucis, bien au contraire. Le passage signifie immédiatement une perte d'identité, vide aussitôt comblé par des identités attribuées qui vont stigmatiser l'immigrant clandestin. Une fois la barrière franchie, ils cessent d'être « guatémaltèques » pour devenir hispanos, latinos ou être reconnus génériquement comme mejicanos et même comme « délinquants21 ». En tant qu'"immigrants illégaux" ils risqueront constamment d'être reconduits à la frontière.

  • 22 L'année 2011 marque un record de reconduites aux frontières des Etats-Unis. Selon les chiffres offi (...)
  • 23 Mouvement d'Immigrants Guatémaltèques.

27Les expulsions ont augmenté depuis les attentats de 2001, dans des proportions toujours croissantes, à cause du terrorisme mais aussi du taux de chômage aux Etats-Unis (10% en 2009). 25% des emplois supprimés étaient occupés par des travailleurs immigrés, réguliers ou clandestins. Le Ministère de l'Extérieur calcule que 50 000 Guatémaltèques auront été expulsés22 (du Mexique et des Etats-Unis) à la fin de l'année 2011 et laisse supposer que le nombre de personnes qui émigrent diminue. Cependant MIGUA23 assure le contraire, argumentant que les besoins restent plus grands que les risques et que les personnes aujourd'hui prennent d’autres routes et sont plus difficiles à détecter.

28L'augmentation progressive des expulsions est due à l'intensification des contrôles sur les lieux de travail, et surtout à la frontière grâce à des techniques de plus en plus sophistiquées. Le contrôle aérien s’est également intensifié. Les expulsés sont, soit des migrants avec des papiers, donc en situation régulière, mais qui ont eu des ennuis avec la loi, soit des travailleurs sans papiers ou encore des personnes arrêtées à la frontière.

29Au retour dans leur pays, la situation des expulsés est problématique, car ils arrivent d'ordinaire les mains vides et avec des dettes. En général ils ont payé des coyotes, jusqu’à 5 000 dollars, ou ils ont acheté de faux documents (un visa pour le Mexique ou les Etats-Unis coûte à peu près 2 500 euros). Ceux qui sont restés longtemps à l’étranger ont beaucoup de difficultés à se réintégrer, surtout dans l’agriculture. Ceux qui parlent anglais ont quelques possibilités d'être engagés dans les call centers, où ils sont mal payés, mais ont un emploi.

30Avec la crise de 2009, les retours volontaires ont aussi augmenté. Les immigrés n'arrivent pas à trouver de travail ou ont perdu celui qu’ils avaient. La crise de 2011 n'a fait qu'aggraver la situation. A la perte de leur emploi s'ajoute souvent celle de leur maison parce qu'ils ne peuvent plus payer le loyer ou rembourser le crédit contracté pour l'achat.

31Même s’il revient avec un peu d'argent, l’immigré est confronté à un conflit identitaire surtout quand il s'agit d'un Maya ou d'un Métis qui habite dans un village rural. Celui qui rentre a ajouté à son identité des éléments propres à son expérience à l’étranger. Ses goûts ont changé ainsi que sa relation à l’argent. Il a besoin de se faire construire une maison, d’acheter une voiture, une camionnette ou une moto, bien qu’il ne se déplace pas souvent. Il est perçu comme différent par ceux qui sont restés au village et va toujours être considéré comme un « immigré ». Il est également fréquent qu’il change d’activité, abandonnant l’agriculture pour devenir commerçant et, dans certains cas, coyote.

32Le retour peut être temporaire, généralement pour la fête patronale. Dans ce cas, les « immigrés » sont toujours bien reçus, parce qu’ils soutiennent en partie la fête, surtout les événements sportifs. Ce sont eux qui offrent les trophées, les ballons, les maillots. Il y a même des terrains de football construits grâce à leurs dons.

33Cependant, la recréation identitaire ne touche pas uniquement ceux qui sont partis ; elle s'étend aussi à ceux qui restent et reçoivent régulièrement l’argent de leurs parents émigrés (les remesas), des coups de téléphone, des photos, des vidéos qui « racontent » ce qui se passe là-bas. Les remesas ne servent pas seulement à « nourrir » la famille, elles transforment en grande partie sa structure : le père absent oblige la femme à prendre toutes les responsabilités et souvent à assurer le travail agricole. Dans certains cas les femmes d’immigrés restées au village se livrent à des activités commerciales ou culturelles, elles font des études ou participent aux ONG, grâce à leurs nouvelles ressources. Même le contexte d’habitation change. Les immigrants font construire des maisons en ciment ou en briques, avec des colonnes, deux étages et des antennes paraboliques, selon une architecture qui ne correspond plus du tout au style traditionnel.

34Au niveau du village, l'impact des remesas est important, non seulement d'un point de vue économique mais aussi social : à l'origine, toutes les familles vivaient exclusivement des récoltes ou de petits salaires de peones. Actuellement celles qui reçoivent de l'argent de l'étranger sont considérées comme ayant un niveau de vie supérieur, et des objets somptuaires (auto, motos, TV, etc.) matérialisent la différence. Les enfants du village qui vivent dans une telle situation ne veulent pas travailler la terre. Un écart économique, voire social et culturel, se creuse. Ces familles d'immigrants, même si elles restent au village, deviennent « étrangères » au mode de vie traditionnel et finissent par concevoir autrement l'existence, par vivre dans un ailleurs virtuel en restant toujours dans le lieu d'origine. Elles deviennent « immigrantes » sédentaires.

Le transnationalisme : L’émergence de nouveaux acteurs sociaux

35Si la migration bouleverse l'existence de ceux que les migrants laissent derrière eux en partant, à plus forte raison la mobilité implique pour eux un déséquilibre, plus ou moins fort selon la personnalité des individus et les avatars du voyage. Mais elle signifie également une ouverture. L'immigration peut devenir une nouvelle forme de vie menant à la connaissance de soi-même et des autres. Un aspect très positif de la mobilité est le contact avec l'extérieur et l'opportunité pour des individus en marge de la société dans leur propre pays (à cause de leur pauvreté, de leur manque d'éducation scolaire, de leur origine ethnique…) de devenir acteurs dans une nouvelle dynamique sociale, celle construite à l'intérieur même de l'immigration, entendue comme un espace dynamique, fluctuant, capable de produire et de transmettre un nouveau sens.

  • 24 L'approche du migrant ? guatémaltèque comme nouveau sujet politique transnational a été déjà très b (...)

36C'est dans cette sphère nouvelle -d'expérience, de contacts avec les autres, de souffrances partagées- que l'individu devient un acteur migrant conscient des droits dont il a été privé là où il a vécu, là où il a transité et maintenant là où il s'est installé. Lors de sa migration, il découvre l'existence de droits civiques, des droits de l'homme. Dans un pays comme le Guatemala, tout un secteur de la population -les Indiens et les Métis pauvres- demeure invisible ou, au moins, marginalisé. En se mobilisant pour traverser les frontières et les Etats, ils s’intègrent à un tissu social, même précaire, et deviennent « visibles ». Grâce à l'ouverture créée par la mobilité, en s’appuyant sur les liens établis avec d'autres personnes et d'autres lieux, ils se sentent capables d’adresser des demandes au pays d’origine, au pays de transit, et au pays de destination. Depuis cette périphérie qui a surgi du processus même de l'immigration, une voix collective s'élève. Elle est suffisamment forte pour qu’on la prenne en compte24.

37Intérieurement ils ressentent la solitude, l'absence de leur famille et de tout appui institutionnel de leur pays. En tant que « sans-papier », ils n'ont aucun droit là où ils résident clandestinement, mais aucun droit non plus dans un Guatemala qu’ils ont quitté. Et pourtant, ils apportent une solution à l'Etat d'origine qui, grâce aux remesas, peut s’abstraire de sa responsabilité à combattre la misère. Ils découvrent alors qu’ils sont des agents économiques importants et cette force devient une arme de revendication. Ces revendications dépassent le territoire où ils se trouvent actuellement et se projettent vers l'interterritorialité conçue comme pluralité et totalité (« nous ici, » « nous là où nous avons transité », « nous en connexion entre ici où nous sommes installés et là-bas où nous sommes nés »). C’est une interterritorialité faite de connexions et de perpétuelles mouvances, de va-et-vient. Elle constitue l'espace élargi qui les concerne, un espace où chaque lieu donne sens à l'autre dans un processus soudé d'emboîtements. Le migrant ne peut pas se penser, s'identifier, s’il n'est pas en circulation -vécue ou remémorée- d'un lieu à l'autre.

38La triple négation des droits civils (de la part de leurs pays d'origine, de transit et d’installation) est une des raisons qui pousse les migrants à se regrouper, à s’organiser et à porter la demande d'une nouvelle citoyenneté que l’on vient de définir comme transnationale.

  • 25 Cette situation de changement est bien analysée par Castillo (2010 :16-17) : « Grâce aux lutes tran (...)

39Des sujets exclus de la scène publique émergent avec des capacités d'initiative, des stratégies et des exigences inédites25. Les organisations de migrants sont la manifestation de cette nouvelle force. Il existe aux Etats-Unis des organisations importantes de Guatémaltèques articulées en réseaux dans plusieurs villes ou états et qui embrassent plusieurs espaces nationaux. Aux Etats-Unis elles réclament l’accès à l’éducation et à la santé, le droit au travail et même le droit aux TPS (Statut de Protection Temporaire) comme lorsqu'en novembre 2011 des organisations ont manifesté pour que les Guatémaltèques sans papiers en bénéficient car de fortes pluies avaient dévasté plusieurs régions du Guatemala cette année-là.

  • 26  On peut voir par exemple un communiqué de presse daté du 18 octobre 2011 adressé au Congrès du Gua (...)

40Au Mexique ces organisations réclament le respect des droits de l'homme et des accords avec le Guatemala pour assurer le libre transit des Guatémaltèques. Au Guatemala, elles exigent un bon service consulaire installé au Mexique et aux Etats-Unis, avec la création d’un service d'accueil et d'orientation pour les candidats à l’émigration. Elles font des pétitions pour que le pays d’origine entame des négociations et établisse une nouvelle politique d’émigration. Elles mettent aussi en avant la nécessité de combattre les causes d’une émigration trop importante et les dangers des zones frontalières. Ce qui est inédit c'est qu'elles formulent des exigences au gouvernement du Guatemala tout étant hors du territoire et de la structure politico administrative du pays26.

41Parmi ces organisations, on peut citer, entre autres : la CONGUATE, qui est une coalition d’émigrés aux Etats-Unis ; le Réseau pour la Paix et le Développement (RPDG) ou le Mouvement des Immigrants Guatémaltèques (MIGUA). Les demandes des associations aboutissent parfois : ainsi, le 1er avril 2011 le Ministère des Affaires Etrangères a inauguré un consulat à Tuxtla Gutierrez. Sa priorité est de donner une protection consulaire aux migrants dans cette zone frontalière.

42Ces confédérations avec des leaders et avec un rôle politique important sont le résultat du regroupement d'associations préexistantes dont le rayonnement était local et les fonctions plutôt concentrées sur les intérêts ethniques, religieux ou commémoratifs : associations de soutien, clubs et « fraternités » qui s’occupaient d’intérêts culturels et d’activités sportives limitées à un village, une région ou une ville. Leurs principaux lieux d’activité sont désormais Los Angeles, Chicago, le New Jersey, Miami, Houston, Jupiter et New York. En général il s’agit de comités qui se forment à partir d’activités festives, qu'elles soient nationales (célébration de l’Indépendance, par exemple à Los Angeles) ou religieuses (c'est le cas de « fraternités » comme celle du seigneur d’Esquipula, et du Christ noir, à New York). Beaucoup de ces associations ont des fonctions humanitaires. Elles fournissent une aide pour les urgences médicales, rapatrient des corps, aident les orphelinats dans les villages d’origines, collectent des jouets pour Noël, offrent des bourses d’étude, ou créent des infrastructures : des écoles, des terrains de sport, des dispensaires. Parfois, elles apportent un appui à la production agricole en envoyant, par exemple, des semences à des coopératives. La relation avec le lieu d’origine passe par le curé du village ou un comité de liaison. Il existe aussi des organisations de services : des immigrants régularisés avec une formation professionnelle, en général des avocats qui ont de l’expérience sur la législation de l’émigration offrent conseils et orientations. C’est le cas de la Agencia de information Guatemala Unida. On compte également des organisations de femmes, par exemple au New Jersey le « Groupe des femmes unies pour nos droits » (MUNUD). Leur fonction est de sensibiliser aux droits des femmes mais elles ont aussi beaucoup aidé les migrants affectés par la crise de 2009. De même, des Chambres de Commerce qui regroupent les commerçants vendant des produits régionaux se sont constituées. Il s’agit d'un « commerce nostalgique », magasins et restaurants vendant des marchandises de marques nationales.

43L’appartenance ethnique a été un autre facteur déterminant dans la formation de grandes organisations d’immigrants et plusieurs regroupements mayas existent : « Corn Maya », « Maya Quetzal », « peuples mayas exilés », "Organisation Maya-K'iché, etc

Conclusion

44La circulation migratoire des Guatémaltèques implique des allers et retours, des désirs, des regrets, des souffrances, des remesas envoyées et reçues, des coups de téléphones, des errances clandestines, des voyages en train, de longues marches à pied, la soif, la faim, des frontières à franchir, des arrivées et des expulsions, des larmes, de l'argent perdu ou volé, de l'argent gagné et en définitive un saut inéluctable dans la mondialisation avec des pertes et des gains.

  • 27  Lévy (2003) repris par Simon (2008: 77), fait justement, référence à ce phénomène: « La mondialisa (...)

45La circulation migratoire pourrait se définir par un mot-clef : la connexion27. Connexion entre ceux qui sont partis, entre les immigrants et "les autres" qui les reçoivent ou les refusent ; connexion entre les immigrants et ceux qui sont restés au pays. L'immigration provoque aussi de nouvelles connexions entre les Etats, pour trouver des solutions aux conflits provoqués par le flux de main d'œuvre, pour signer des accords. Les espaces de tous ordres de grandeur (métropoles, villes, villages, bourgs…) finissent par se fondre dans une transterritorialité articulée par des mises en relation qui n'existaient pas il y a quelques années, dont l'Internet notamment : ses sites web, sites de chat, e-mails… permettent dorénavant des liens instantanés et permanents.

46L'établissement d'un espace élargi transnational imbrique les acteurs et leurs actions : les associations font des pétitions dans trois Etats simultanément; les migrants transmettent avec les remesas une façon de vivre migrante qui est adoptée par la famille restée au village. Pour sa part, le migrant peut continuer à être présent dans son village : il téléphone tous les jours avec son portable et il est au courant de ce qui se passe à la maison et au village. Il regarde les enregistrements vidéo sur la Fête Patronale et participe à toutes les décisions d'investissement d'argent, de construction d'une maison, de mariage, etc.

47Néanmoins, il est profondément paradoxal que la vaste possibilité de communication entre les trois pays considérés se combine à une difficulté de transit et d'installation des immigrants qui ne cesse de croître. Simon (2008: 79) fait référence à cette situation de façon extrêmement pertinente: « La situation actuelle est complexe: d'un coté, les facilités techniques de circulation, les nouvelles technologies de communication favorisent la connectivité, le développement des liaisons multiples, les fonctionnements en réseaux, de l'autre coté le serrage général des politiques migratoires, la surveillance, voire la militarisation des frontières, altèrent, perturbent la fluidité de la circulation entre les espaces nationaux ». Face à ce paradoxe l'opinion publique se divise, la presse devient fréquemment le miroir des positions politiques et les Etats, incapables de faire face aux problèmes, se cachent derrière des frontières de corruption ou de dissuasion de plus en plus dangereuses. Mais peu à peu les migrants deviennent des acteurs visibles à travers leurs organisations. Ces acteurs sont capables de se constituer en force civile et de revendiquer le droit à circuler et à s'installer ailleurs, mais surtout le droit de rester, de pouvoir vivre dans des bonnes conditions dans le pays d'origine.

Inicio de página

Bibliografía

ÁNGELES CRUZ, Hugo, « Migración en la frontera México-Guatemala. Notas para una agenda de investigación », in Edith F. Kauffer Michel (ed.), Identidades, migraciones y género en la frontera sur de México, San Cristóbal de las Casas, Chiapas, El Colegio de la Frontera Sur, 2002, p. 193-214.

_____________, « La migración internacional a través de la frontera sur. La dimensión de las estadísticas para la región del Soconusco », Ecofronteras, n° 19, San Cristóbal de las Casas, Chiapas, El Colegio de la Frontera Sur, 2003, p. 5-8.

ÁNGELES CRUZ Hugo, Robledo, Cristina et Soto, Ana Isabel, « Trabajo y migración femenina en la frontera sur de México. Las trabajadoras domésticas guatemaltecas en la ciudad de Tapachula, Chiapas », communication presentée lors du Seminario Internacional Mujer y Migración, Hermosillo, Sonora, Federación Mexicana de Universitarias A. C. (FEMU), 11-13 novembre, 2004.

Banque MondialE, Rapport, « La pobreza en Guatemala », Washington D.C., 2003.

CASTILLO, Miguel Angel, « Los flujos migratorios en la frontera sur de México », Les Cahiers ALHIM, n° 2, Université Paris 8, 2001, p. 167-192. Consultable en ligne: http://alhim.revues.org/index601.html.

CHAVAROCHETTE, Carine, « Nenton, où le rêve américain commence…. », Les Cahiers ALHIM, n°2, Université Paris 8, 2001, p.57-67. Disponible en ligne: http://alhim.revues.org/index601.html  

Defensoría de la niñez y la juventud, La realidad de la niñez y la adolescencia migrante en la frontera Guatemala-México, Guatemala, 2004.

GOLDRING, Luin, « El Estado mexicano y las organizaciones transmigrantes ¿reconfigurando la nación y las relaciones entre estado y sociedad civil?  », in Nummert, Gail (compiladora) : Fronteras fragmentarias, Zamora, El Colegio de Michoacán, p. 297-316.

HERRERA RUIZ, Sandra, « Migración en Guatemala : un enfoque periodístico », Universidad de San Carlos de Guatemala, DIGI, Guatemala, 2001.

Lévy, Jacques, "La mondialisation », in Lévy, Jacques et Laussant Michel (directeurs.): Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Edit. Belin, 2003.

CABALLEROS, Alvaro, Reforma migratoria: guerra de baja intensidad contra la migración indocumentada. Balance hemerográfico, Guatemala, MENAMIC, 2006

_____________, La era de las deportaciones: balance hemerográfico, Guatemala, MENAMIC, sep. 2008.

_____________, ¿De la crisis a la reforma migratoria? Balance hemerográfico y análisis de tendencias. Guatemala, MENAMIC, juin 2010.

Monte, Segundo et al., « El Impacto Económico y Social de las Migraciones en Centroamérica », Estudios e Informes de la CEPAL, Santiago de Chile, Comisión Económica para América Latina y el Caribe, marzo 1993.

PEREZ, Cristóbal Mendoza, « Circularidad migratoria, redes sociales y construcción de espacios transnacionales en la emigración México-Estados Unidos : aportes de una encuenta de flujos », Primer coloquio Internacional Migración y desarrollo. Transnacionalismo y nuevas perpectivas de integración, Zacatecas, México, 2003.

Petrich, Perla, « Los emigrantes económicos del Lago Atitlán», Les Cahiers ALHIM, n°2, Université de Paris 8. Disponible en ligne :  http://alhim.revues.org/index601.html   

PORTES, Alejandro, « Inmigración y metrópolis : reflexiones acerca de la historia urbana », Migraciones Internacionales, julio-diciembre, Vol. 1, n° 1, El Colegio de la Frontera Norte, México, 2001.

PRIES, Ludger, « La migración transnacional y la perforación de los contenedores de Estados-Nación », Estudios demográficos y urbanos, Vol. 17, El Colegio de México

RIVERA, Manuel et al., « Los trabajadores migrantes centroamericanos en Guatemala », MENAMIG, 2001.

Rojas Wiesner, Martha Luz, « Mujeres y migración en la frontera sur de México », Les Cahiers ALHIM, n°14, Université Paris 8, 2007. Disponible en ligne: http://alhim.revues.org/index2252.html.

Sanchez, Fernando, « El ejercicio de la ciudadanía en el exterior : un derecho negado », Diálogo, Año 4, número extraordinario, julio 2005.

SIMON, Gildas, La planète migratoire dans la mondialisation, Armand Collin, Paris, 2008

Stefoni, Carolina, « Inmigraciones transnacionales. La formación de comunicaciones y la transformación en ciudadanos », Capítulo 9, FLACSO, Sede Chile, 2004.

Vanier, Martin, Le pouvoir des territoires, essai sur l’interterritorialité, Ed. Economica/Anthropos, France, 2008.

VELASCO ORTIZ, Laura (coord.), Migración, fronteras e identidades étnicas transnacionales, El Colegio de la Frontera Norte / Porrúa, Mexique, 2008.

Inicio de página

Notas

1 « Configuration » prend ici le sens que lui attribue  Norbert Elias : les formes spécifiques d'interdépendance entre individus. Ces configurations peuvent être de taille variable de la plus petite forme de relation à celle de la taille des relations internationales. La complexité et la longueur des chaînes de relations permettent de différencier différents formes d’interdépendances.

2 Une mécanique fréquente des émigrés est de cacher la vérité aux compatriotes restés au pays. Admettre les difficultés et parfois l'échec de son expérience équivaut à se ridiculiser et à reconnaître qu'on n'a pas su surmonter les obstacles et qu'on ne mérite pas le respect de la part de sa communauté. Parfois les migrants cachent la vérité pour ne pas préoccuper leur famille ou pour lui éviter de se sentir coupable à cause des transferts d’argent que celle-ci a reçu.

3 Il s'agit d'une pauvreté endémique provoquée non par le manque de travail, mais par des salaires insuffisants. 94% de ceux qui émigrent pour des raisons économiques ont un travail. Pour une journée de 8 heures, un ouvrier agricole gagne l’équivalent de la rémunération d'une heure aux Etats-Unis.

4 Le Guatemala a été frappé ces dernières années par les ouragans Mitch (1998) et Stan (2005). En 2010 la tempête tropicale Agatha s'est abattue sur le pays et le volcan Pacaya est entré en éruption

5 Les maras apparaissent au Guatemala à la fin de la signature des accords de paix en 1990. Ces bandes sont installées dans les quartiers les plus pauvres de la capitale Guatemala, comme El Mezquital, et opèrent en suivant le modèle des maras ibid du Salvador ; comme elles, elles sont imprégnées de la culture des gangs des ghettos de Los Angeles.

6 Selon le Groupe d’Appui Mutuel (GAM) il y a eu, en 2009, 6 400 morts par homicide, soit 20% d'augmentation des morts violentes par rapport à 2008. Ce pourcentage équivaudrait à plus de 25 000 morts par an en France, or le nombre d'homicides en France oscille entre 700 et 1000 par an (Source: Ministère de l'Intérieur). Au Guatemala on recense jusqu'à dix-huit assassinats en moyenne par jour et 98 % d'entre eux ne font l'objet d'aucune enquête et sont classés «sans suite».

7 Selon l'information officielle de la Banque Mondiale (2003), 56% de la population est pauvre et 16% vit sous le seuil de pauvreté, avec moins de 1,25 dollar par jour.

8  Cette migration s'établit à partir de 1985. La plupart sont installés à Guatemala capital. Ils tiennent des magasins de vêtements, des bars et de petits supermarchés.

9 On calcule qu’il y avait 250 000 Centre-américains installés de façon définitive au Guatemala en 2001 (Rivera et al., 2001).

10 Pour des informations sur la situation des réfugiés au Chiapas, voir Castillo (2001: 179-186).

11 Mesa Nacional para las Migraciones en Guatemala

12 On trouvera de plus amples informations sur cette émigration saisonnière dans Castillo (2001: 168-179).

13 Au sujet de la ville Ciudad de Dios, on trouve des informations dans Chavarochette (2001).

14 Le fleuve marque la frontière occidentale entre le Mexique et le Guatemala et on peut le traverser à pied mais avec difficulté. En général les immigrants le font comme "passagers" de radeaux construits et exploités commercialement par des Guatémaltèques.

15 Tecum Unam par exemple, a une population locale de 27 000 personnes et une population "flottante" d’environ 30 000 personnes

16 Pour plus d'informations, consulter l’Informe anual sobre trata de personas 2011. Ambassade des Etats-Unis au Guatemala : spanish.guatemala.usembassy.gov/tipguate2011.html

17 D'autres noms utilisés : La Serpiente de Acero, El Trenzudo, El Caballo de Troya, El Tren Asesino, El Pollero de la Esperanza, El Gusano Gigantesco.

18 A Tamaulipas, en 2010, 75 immigrants séquestrés qui n'acceptaient pas de travailler pour les mafias furent tués.

19   Selon Castillo (2008:13) 64% des immigrants utilisent cette voie.

20  Appelés « pollerias » parce qu’elles sont alignées comme des cages dans une basse-cour.

21 La loi SB1070, connue comme« loi Arizona », considère que le fait d’être étranger et de ne pas avoir de papiers autorisant l’entrée légale aux Etats-Unis devient un délit. La loi a été très controversée et l'administration Obama a annulé certaines dispositions comme celle qui autorisait la police à vérifier le statut migratoire de toute personne interpellée, même si cette interpellation était sans motif.

22 L'année 2011 marque un record de reconduites aux frontières des Etats-Unis. Selon les chiffres officiels donnés par l’ Immigration and Custom Enforcement (ICE) et publiés le 18 octobre (Journal Le Monde 20/10/2011), 396.906 étrangers ont été expulsés. Selon le même journal depuis l'élection de Barack Obama, 1 100 000 migrants ont été expulsés, soit davantage que sous tout autre président depuis 1953. Obama a bénéficié du vote "hispanique" mais l'opposition des républicains et même de plusieurs sénateurs démocrates l’a contraint à ne prendre aucune décision importante pour modifier la situation des immigrants illégaux.

Pour les seuls Guatémaltèques, 7 000 immigrants ont été expulsés en 2004 et 27 000 en 2009. (Castillo, 2010)

23 Mouvement d'Immigrants Guatémaltèques.

24 L'approche du migrant ? guatémaltèque comme nouveau sujet politique transnational a été déjà très bien traitée par Alvaro Castillo (2010 : 15-18).

25 Cette situation de changement est bien analysée par Castillo (2010 :16-17) : « Grâce aux lutes transnationales se met en place un échange d'expériences qui permet de construire un temps historique particulier, une mémoire collective, et de faire prospérer des revendications et des actions qui touchent le domaine des politiques publiques ».

26  On peut voir par exemple un communiqué de presse daté du 18 octobre 2011 adressé au Congrès du Guatemala exigeant que MIGUA soit représenté au CONAMIGUA, (le conseil national chargé des immigrants du Guatemala, un organisme officiel du gouvernement) (miguainfo.blogspot.com/)

27  Lévy (2003) repris par Simon (2008: 77), fait justement, référence à ce phénomène: « La mondialisation met à mal les frontières et réorganise à une échelle élargie un certain nombre de processus. La connexion est alors un avantage décisif pour les lieux ; c'est aussi le cas pour les acteurs (…) ».

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Perla Petrich, « Les effets de la transterritorialité dans la migration guatémaltèque », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 22 | 2011, Publicado el 08 febrero 2012, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/4081

Inicio de página

Autor

Perla Petrich

Professeur. Thèmes de recherche : Tradition orale maya (Mexique, Guatemala),  migrations latino-américaines. Problèmes d'identités, littératures latino-américaines
ppetrich@univ-paris8.fr
Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org