Navegación – Mapa del sitio

Texto completo

1Les différentes contributions réunies dans le présent ouvrage portent sur le thème de la communication et des migrations1. Dans les numéros précédents des Cahiers ALHIM, les immigrés ont fait l’objet d’études sociologiques, anthropologiques, historiques, littéraires et iconographiques. Le thème de la dimension communicationnelle des processus migratoires ouvre ici une pluralité de points de vue. Cette question est au cœur du politique. Le monde des médias est bien un espace où se jouent la place et la reconnaissance des différentes composantes de la société. Les médias ont une responsabilité dans la représentation des populations immigrées. Ils construisent une image qui détermine le degré de rejet ou d’acceptation dans la société d’accueil.

2Les mouvements migratoires et les migrants eux-mêmes ont créé des formes de communication diverses qui accompagnent le développement des techniques, depuis les premières agences de presse installées en Amérique du Sud à la fin du XIXème siècle jusqu’à notre époque, qui assiste à l’essor des groupes de discussion (newsgroups) latinos, aux Etats-Unis, sur Internet.

3Dans les pays sud-américains de la façade atlantique (Argentine, Uruguay et Brésil), qui se sont ouverts à un flux migratoire intense en provenance d’Europe à la fin du XIXème siècle, les premières agences européennes Havas et Reuter installent des bureaux, entre 1874 et 1876. Dans une perspective historique, Rhoda Desbordes examine leurs fonctions de propagande, d’attraction et de participation dans la vie économique régionale.

4C’est un contexte événementiel particulier qui va déterminer la représentation des migrants dans les médias de la société d’accueil ou dans les médias créés par les migrants eux-mêmes que sont les médias communautaires. La dictature argentine (1974-1983) et chilienne (1973-1988) mit en place un terrorisme d’Etat qui fut à l’origine d’une communauté d’exilés politiques, notamment en France. De manière surprenante, les médias français, nationaux, tout comme les médias communautaires, ont construit et diffusé une image partielle et stéréotypée de l’exilé politique. Figé dans ce statut, l’exilé conserve son identité d’origine.

5L’expérience de la dictature reste dans les esprits et semble aussi vive et présente qu’au moment des événements. Elle envahit tout le champ médiatique où s’expriment les réfugiés. Marina Franco met en évidence cette perspective en analysant les stratégies de communication d’exilés argentins à Paris, entre 1976 et 1983. L’étude de contenu des bulletins édités par les groupes d’exilés met en évidence un objectif: informer sur la violation des droits humains. Témoigner contre la dictature en donnant la parole aux victimes constitue l’axe politique qui soude les groupes d’exilés. Cette homogénéité de pensée exclut tout débat et toute analyse critique sur la situation politique argentine, passée ou future. Elle semble conditionner non seulement le degré de solidarité avec les exilés argentins en France, mais aussi, sur le plan international, la pression exercée sur la dictature argentine.

6Pendant “ l’affaire Pinochet ”, qui renvoie aux événements compris entre l’arrestation du général Pinochet à Londres en octobre 1998 et son retour au Chili en mars 2000, les médias français, écrits et audiovisuels, malgré les dix années écoulées depuis la fin de la dictature, ont donné une image du réfugié chilien réduite à celle de victime. Pour Raphaële Bail, les médias ont ainsi perdu l’occasion de mieux comprendre la “ communauté chilienne de France ”, hétérogène et profondément divisée face à cette période douloureuse de son histoire.

7La représentation de l’exilé politique fuyant la dictature produit finalement une image favorable de la société d’accueil qui a su en son heure se montrer solidaire avec un combat politique qui a marqué la gauche française dans les années 70.

8Actuellement, et depuis les années 90, l’émigration latino-américaine se définit plus selon des causes économiques, elle s’oriente en priorité vers l’Espagne pour des raisons linguistique, religieuse et historique et est marquée par une forte composante féminine.

9Selon les études consacrées à l’image de la femme immigrée dans la presse espagnole examinées par Fabiola Ecot, cette presse offre une vision très négative des femmes latino-américaines, dominicaines, colombiennes ou équatoriennes, stigmatisées dans un contenu rédactionnel digne d’une presse sensationnaliste. Elle procède à une distorsion de l’image de ces femmes immigrées cantonnées dans la marginalisation, la prostitution alors que la majorité d’entre elles sont employées de maison. Ce traitement discriminatoire de la réalité sous-tend des pratiques journalistiques qui omettent le contact direct avec la source première d’information qui est la population immigrée elle-même dans sa vie quotidienne. L’enjeu ici est de taille, il s’agit pour les médias de se forger de nouveaux outils pour permettre d’ouvrir un dialogue social qui rende visibles et reconnaissables toutes les composantes de la société espagnole issues de l’immigration.

10Dépossédé de son image dans le pays d’accueil, le candidat à l’immigration peut être aussi séduit par une autre image, également inexacte, déformée ou incomplète que lui érige son pays d’origine. Le bulletin Migrantes (janvier 2000), élaboré en Equateur, est une source d’informations et de conseils pour le futur émigré en Espagne. Sylvie Koller analyse comment le “ guide des Equatoriens en Espagne ”, tout en précisant les droits et devoirs de l’immigré, passe sous silence les difficultés de l’émigration équatorienne.

11Ces deux contributions révèlent l’absence de média communautaire capable de traduire les différents aspects de l’immigration latino-américaine en Espagne. Cependant dans la presse nationale, le quotidien El País a le mérite de traiter depuis quelques années le sujet avec objectivité en donnant la parole aux immigrés eux-mêmes. Par ailleurs ceux-ci commencent à s’organiser dans des associations ou à utiliser Internet, créant ainsi des réseaux “ diasporiques ”.

12Dans la perspective des migrations internes, cette fois nous nous situons sur le continent américain et en particulier au Mexique, on observe une absence de références au mouvement migratoire et aux migrants eux-mêmes dans les médias nationaux, qui traitent de préférence la migration internationale dans sa dimension la plus visible : le sort des sans-papiers mexicains aux Etats-Unis ou encore les immigrés guatémaltèques au Mexique.

13Mon analyse porte précisément sur la perception de cette immigration guatémaltèque dans le quotidien La Jornada durant l’année 1996. Ce flux migratoire, qui s’est accentué à partir des années 80, a remis en question la tradition du Mexique comme terre d’asile qui a atteint ses limites. Le gouvernement mexicain recherche une politique qui lui permet d’exporter une bonne image de ses institutions mais qui cependant ne peut cacher les insuffisances des mesures pour faire face à la situation des immigrés.

14Le silence médiatique sur les migrations internes au Mexique, issues de l’exode rural, est un champ ouvert pour ceux qui mettent leur voix et leur plume au service des exclus de la communication. A travers l’analyse de deux chroniques de deux auteurs emblématiques de la littérature et de la presse mexicaines, Françoise Léziart montre comment Elena Poniatowska, dans “ Angeles de la ciudad ” (Fuerte es el silencio, 1980), avec une apparente “ légèreté ”, et Carlos Monsiváis, plus engagé, dans “ Viñetas del movimiento urbano popular ” (Entrada libre, 1987), dénoncent le drame de l’exode rural vers la capitale et réhabilitent la figure du migrant, paysan et indien.

15Dans l’Etat de Mexico, aux limites du District Fédéral, à Nezahualcoyotl, vit une population dont la moitié est issue de l’exode rural en provenance de l’un des Etats les plus pauvres du Mexique, l’Etat de Oaxaca. Dans ce nouvel espace urbain, les migrants ont créé leurs propres médias, écrits et électroniques, qui assurent un lien entre les différentes communautés, celle du village d’origine et celle du lieu de destination. Ce lien est une redéfinition d’une institution d’origine náhuatl et adaptée ensuite aux besoins de la colonie, le tequio, qui désignait le travail communautaire obligatoire des adultes. Le tequio est conservé aujourd’hui dans les communautés d’immigrés sous une autre forme, mais reprend l’esprit d’intérêt collectif: le substituent l’envoi d’argent au village d’origine et la communication entre les différents membres dans des revues ou des sites internet. Genoveva Flores Quintero étudie précisément ces formes de communication qui ont su associer la tradition et la modernité en une expérience originale qui renforce la cohésion, l’identité et la solidarité du groupe.

16Les médias communautaires ou diasporiques soudent un groupe tout en favorisant son intégration dans la société d’accueil. James Cohen propose un essai de synthèse sur le rôle politique et culturel, dans le contexte étatsunien, des médias en langue espagnole ou bilingue, écrits et électroniques. Selon J.Cohen, tout en étant le vecteur de discours d’identification «ethniques», ces médias ne prônent en aucun cas un «multiculturalisme» radical et se font la plupart du temps le relais des idées courantes et dominantes dans la société américaine en général. Ils ne se réduisent pas pour autant à un rôle conformiste et totalement assimilationniste, puisque la langue espagnole comme langue de la sphère publique est en elle-même un enjeu essentiel et de long terme de la vie publique étasunienne.

17Le recours aux “ médias communautaires ” est un moyen pour les migrants (paysans de l’Etat de Oaxaca installés à Nezahualcoyotl, latinos, exilés argentins) de conserver un contact avec leur culture d’origine et d’assurer leur reconnaissance, leur existence dans le pays ou la région d’accueil tout en se forgeant par sédimentation une identité polychrome dans un processus d’intégration, en particulier dans les médias de la communauté hispanique aux Etats-Unis.

18Parler de migrations et de communication revient donc à ouvrir un vaste champ d’exploration qui questionne les appartenances, les solidarités, les relations tant aux cultures d’origine qu’à la culture du pays d’accueil. “ Contrairement à une idée reçue, les identités culturelles sont construites plus que reconstruites. Elles sont sans cesse remodelées et ne perpétuent pas un passé immuable. Ces identités ne sont pas figées, mais produites en permanence par ceux que les font vivre ” 2 sous des formes culturelles innovantes où les médias ont leur rôle à jouer.

Inicio de página

Notas

1Josiane Jouet et Dominique Pasquier (coord.), Réseaux, “ Médias et Migrations ”, Paris, Hermés Science, vol 19, n°107, 2001.
2Michel Wieviorka, Le Monde des Débats, n°24, avr.2001.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 18 abril 2005, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/411

Inicio de página

Autor

Nathalie Ludec

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org