Navegación – Mapa del sitio

Nouvelles migrations sud-américaines au Chili : Rapports de sexe, classe, et « race » en santé

Nanette Liberona

Resúmenes

L’arrivée de nouveaux usagers immigrants sud-américains dans le système public de santé chilien a généré de nouvelles relations interethniques entre agents, administratifs et soignants, et soignés, ainsi qu’entre usagers nationaux et étrangers. Cette situation a provoqué des inégalités, des discriminations et des mauvais traitements cliniques auprès des immigrants. Cet article cherche à montrer le rôle des rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » dans les différentes formes de traitement discriminatoire envers l’altérité. Il met également en avant, à travers les discours des dominants, la légitimité des pratiques qui permettent la stigmatisation classiste et sexiste et la domination raciale, ethnique et sexiste. L’imbrication de ces différents rapports sociaux nous permettra d’expliquer que l’exercice du pouvoir des agents entrave l’accès aux soins des immigrants, ce qui atteint leur droit à la santé et provoque un impact négatif dans leur santé physique et mentale.

Inicio de página

Texto completo

  • 1  Le taux d’immigrants a augmenté de 71,9% entre les années 2002 à 2008. Présentation de Claudio Muñ (...)

1Depuis une quinzaine d’années le Chili a été le scénario d’immigrations originaires de pays sud-américains1, principalement du Pérou, mais aussi de la Bolivie, de l’Équateur, de la Colombie. Les causes en sont diverses, mais le fait est que des travailleurs immigrants, ainsi que quelques refugiés, ont commencé à s’installer dans la capitale du Chili. Dans ce contexte, le système public de santé s’est vu sollicité par des « nouveaux usagers », ainsi appelés par les agents de santé les patients sud-américains. Cela nous a poussée à réaliser une enquête dans ce domaine, que nous avons effectuée dans le cadre de notre thèse de doctorat. Ce qui nous intéressait était d’étudier l’émergence de nouvelles relations et de nouvelles pratiques entre soignants et soignés, ainsi qu’entre patients nationaux et étrangers. Sur le terrain, nous avons constaté l’existence de pratiques discriminatoires envers ces nouveaux patients qui seraient le reflet d’un héritage historique marqué par le racisme et les inégalités envers les populations pauvres et indiennes. Notre hypothèse est donc que les rapports à cette altérité, représentée par les Sud-Américains au sein du système publique de santé, est assimilée à l’altérité que les peuples indiens ont toujours représentée dans la société chilienne. À ceci s’ajoutent d’autres complexités du terrain, telles que l’arrivée des populations noires, mais aussi les inégalités structurelles de la Santé au Chili. Pour essayer de démontrer cela, nous allons essayer de répondre aux questions suivantes : Comment et pourquoi ces discriminations se produisent-elles? Les rapports sociaux de « race », ethniques, de classe et de sexe jouent-ils un rôle dans le traitement discriminatoire envers les immigrants ? Et, affectent-ils ou non l’accès aux soins et le droit à la santé des immigrants ? Enfin, s’agissent-elles des relations interethniques ? Nous allons présenter quelques situations observées et d’autres qui nous ont été racontées par les usagers eux-mêmes afin d’illustrer au mieux nos propos. Mais avant nous décrirons brièvement la population étudiée et avancerons quelques données du terrain pour situer le contexte, ainsi que notre problématique.

Nouvelle migration au Chili ?

  • 2  Dans « Instructivo presidencial », instructions pour une Nouvelle Politique Migratoire, document s (...)
  • 3  Extrait du texte « Evolución de la gestión Gubernamental desde 1990: Desarrollo del Fenómeno de la (...)

2En 2008, le gouvernement a déclaré le Chili « pays d’accueil d’immigrants » et, selon le Ministère de l’Intérieur, il s’agit d’une « nouvelle vague migratoire »2, originaire principalement de la région andine -majoritairement du Pérou- concentrée dans certaines communes de la capitale (63% de la population immigrante totale vit à Santiago), à Valparaiso (7,9%) et dans l’extrême nord du pays (7,1%)3. La concentration géographique de l’immigration sud-américaine aide à renforcer cette idée, bien que l’immigration des pays voisins ait commencé au XIXe siècle.

3Un aspect significatif pour notre analyse des rapports sociaux est la sectorisation de l’emploi, telle que le signale Stefoni :

 …l’emploi domestique est principalement fait par les Péruviennes ce qui stigmatise énormément cette immigration : La population péruvienne est hautement concentrée dans le service domestique (43%). Les Argentins et Boliviens ne présentent pas une insertion aussi concentrée dans un type particulier d’emploi, mais ils trouvent leurs principales sources d’emploi dans le petit commerce (17% et 19 % respectivement)(Stefoni, 2005 : p.12)

4Ceci nous rappelle l’affirmation de Wallerstein (1997) pour qui la hiérarchie des emplois entraîne l’« ethnicisation » de la force de travail à l’intérieur des frontières d’un État donné.La sectorisation de l’emploi génère une grande stigmatisation auprès des immigrantes péruviennes, «La stigmatisation affecte plus profondément les femmes, car selon une étude, 70% de femmes travaillent dans le service domestique (Martínez, 2003), alors qu’un peu plus de 20% a fait des études techniques et universitaires complètes » (Stefoni, Nuñez, 2004). Scrinzi en parle aussi, en situant le marché -espace inscrit comme étant formellement égalitaire et méritocratique- comme un espace où les représentations sociales sont largement stéréotypées (Scrinzi, 2008 : 94).

5Nous retrouverons cette stigmatisation sur notre terrain, ainsi que la reproduction des rapports sociaux de sexe dans l’immigration. Un travailleur social nous a révélé pendant un entretien que « plusieurs femmes immigrantes sont abandonnées par leur conjoint chilien une fois qu’elles tombent enceinte ». Cette information peut nous montrer le rapprochement qu’il a établi avec des patientes immigrantes qui arrivent à se confier et parler de leurs problèmes, mais ce qu’il faut souligner est la situation d’abandon des ces femmes. Bien qu’il soit difficile de vérifier si son affirmation est une situation réelle ou attribuée, nous avons pu confirmer après plusieurs entretiens auprès des immigrantes qu’il s’agit effectivement d’une situation récurrente. Un autre exemple qu’illustre ceci nous a été raconté par une jeune psychologue qui a dit que certaines immigrantes affirment qu’elles « viennent [au Chili] pour fuir la violence de leurs maris et de leurs pères, mais ici elles retrouvent souvent d’autres formes de violence ». En disant cela, les immigrantes révèleraient leur condition de dominées qui cherchent dans l’immigration une issue. Cela n’est pas nouveau, Nasima Moujoud (2008 : 61-62) a travaillé sur les effets de la migration sur les rapports sociaux de sexe et a constaté que beaucoup de chercheuses indiquent que les migrantes sont soumises à la domination et utilisent des stratégies afin d’y échapper. Néanmoins, elle signale que la migration contribue à l’autonomie des femmes, mais que les profits qu’elles en tirent restent limités. Il semblerait que, dans le cas du Chili, certaines migrantes trouvent une issue dans l’immigration, mais, pour d’autres, l’immigration ne leur permet pas d’échapper aux rapports sociaux de sexe qui entretiennent une domination sur elles.

L’altérisation des immigrants sud-américains

6Ce phénomène est essentiel pour expliquer l’articulation des rapports sociaux de pouvoir que nous étudions ici. Il s’agit d’un processus lié aux changements historiques provoqués par la mondialisation économique qui a transformé les relations entre Chiliens et ressortissants des pays voisins une fois installés au Chili. On se demandera qu’est-ce qui fait la différence entre un Chilien et un Péruvien, un Bolivien ou un Colombien…cette différence n’est pas grande, bien qu’elle soit identifiable principalement par les accents et la façon de parler la langue espagnole. Ceci est exposé dans un article de María Emilia Tijoux (2002) sur la difficulté d’être Péruvien au Chili. L’auteure décrit une femme péruvienne dans le centre ville de Santiago du Chili :

 Elle pourrait passer parfaitement pour une femme de nos bidonvilles, cependant sa manière de s’assoir, de se tenir et de parler révèlent sa nationalité… un castillan parfait et impeccable que les mères de familles cherchent lorsqu’elles veulent embaucher une domestique.

7Ce passage exprime, d’une part, la difficulté de différencier la population nationale de celle des pays sud-américains et, d’autre part, les différences, qui se situent dans la façon de parler le castillan (espagnol). Par ailleurs, l’auteure assimile la femme décrite à une classe sociale spécifique, mais sa nationalité serait révélée par son hexis corporelle.

8Il faut savoir que les Chiliens du Nord ont plus des traits « indiens » que ceux de la zone centrale, comme la plupart des Péruviens et des Boliviens, aujourd’hui immigrants à la capitale du Chili. Cela est dû principalement à la presque absence d’immigration blanche européenne dans le Nord du Chili. En plus, il s’agit d’une région riche en croisement frontaliers dans lesquels les populations nationales et étrangères se confondent. C’est pourquoi les gens du Nord sont toujours associés aux peuples indiens qui ont été historiquement la cible du mépris des citadins ; l’Indien est le symbole du pauvre, du feignant, de l’idiot. Cela est signalé par les chroniqueurs depuis les temps coloniaux ; ils parlaient à l’époque des « races », se vantantquele Chili de possédait une« race blanche homogène »,favorable au progrès (Carvallo, 1945). Au XIXe siècle, par exemple, la presse chilienne faisait allusion aux Péruviens, en se référant à eux« comme une race inférieure, brute, ennemie de notre ordre », les traitant des « cholos »,ce qui est une façon péjorative de nommer les Indiens (Díaz, 2004). Aujourd’hui les immigrants sud-américains associés aux « indiens » sont altérisés, étant victimes du même racisme.

9La migration équatorienne et colombienne est effectivement nouvelle ; l’Equateur et la Colombie n’étant pas des pays frontaliers, leur arrivée est liée à l’image propagée à l’extérieur qui montre le Chili comme un pays sûr et stable et, bien évidemment, à la recrudescence des crises internes dans ces pays. Une particularité de cette nouvelle vague migratoire est l’arrivée de Noirs, des Afro-péruviens, Afro-colombiens et Afro-équatoriens principalement, dans un pays où il n’y a presque pas eu de métissages avec des Noirs. L’altérisation de ces derniers est radicale, mais les métis de tous ces pays se distinguent uniquement par leurs différentes façons de parler.

Un système de santé destiné aux pauvres accueille la population immigrante

10Le système public de santé chilien est précaire, il a été créé à une époque où le service public avait un sens. Mais après l’application des politiques néolibérales pendant les années 1980, il est de plus en plus privatisé et aussi bien l’infrastructure que le personnel font défaut. Ce dernier est mal payé et travaille sous les contraintes de la rentabilité imposée par les autorités. Le personnel administratif est souvent sous-qualifié, n’ayant pas les outils pour assumer des responsabilités que l’institution lui attribue. Par exemple, il a comme instruction d’appliquer « un critère personnel » pour l’accueil des immigrants sans documents de santé ni d’identité valables. Par ailleurs, il existe une assurance publique (Fonds National de Santé - FONASA) qui prend en charge environ 70% de la population. Pour se faire soigner, une partie de cette population se dirige vers le système public de santé ; néanmoins, dès que les personnes cherchent un meilleur service, elles optent pour le système privé de santé, prenant en charge les dépenses supplémentaires, non remboursées par FONASA. En synthèse, l’assurance publique est subsidiaire du système public et du privé ; le système public étant véritablement fait pour recevoir les populations pauvres du pays qui ont toujours subi le racisme et les inégalités dans la société. Ceci nous fait voir qu’il existe au préalable en Santé un classisme qui sépare les pauvres du reste de la société, en raison des inégalités structurelles. Le racisme dont nous nous référons se produit également envers les populations les plus pauvres qui sont, de façon coïncidente, des populations d’origine indienne (mapuche ou autres), issues des migrations internes, souvent de plusieurs générations.

  • 4  Selon les données actualisées en décembre de 2008 par le département d’Extranjería et Migration (D (...)
  • 5  L’étude réalisé par l’OIM Chile/MINSAL/U. de Chile, en 2008, détaille les caractéristiques socio-é (...)

11Les immigrants arrivés au Chili depuis les années 19904 sont majoritairement des travailleurs à la recherche de meilleures conditions de vie et d’emploi5. Ils y ont retrouvé un peu des deux, mais l’accès à la santé est devenu un dur obstacle, et les expériences vécues dans le système public laissent un goût amer, en raisons des discriminations difficiles à oublier : ils sont devenus des victimes du classisme, du racisme, du sexisme, préexistants en Santé, à ce qui s’ajoute la xénophobie que nous observons et analysons comme une forme d’ethnisme anti-immigrant.

  • 6  Un des qualificatifs donné aux immigrants avec régularité par les agents de santé était celui de « (...)

12Nous avons enquêté dans des établissements de santé publics situés dans des quartiers d’installation d’immigrants, où la population immigrante a considérablement augmenté en quelques années. Or, ce n’est pas numériquement une très forte augmentation. Les établissements n’avaient pas des données statistiques, mais en général le personnel administratif affirmait que le nombre d’immigrants inscrits était d’environ 10 % par rapport à la population nationale. Cependant, l’arrivée de « nouveaux usagers » a été perçue comme un bouleversement aussi bien pour les équipes de santé que pour les usagers nationaux, qui, en peu de temps, ont dû s’habituer à interagir avec eux. L’impression de l’arrivée d’immigrants est vécue en général comme une invasion6. L’enquête a eu lieu dans deux Centres de Santé (CES nº 1 et nº 5) et dans un hôpital (SBA) rattachés au Service de Santé Métropolitain Central (SSMC), à Santiago. Elle s’est étendue sur une première période de quatre mois et une deuxième de deux mois. Tout au long de cette période, j’ai travaillé dans un projet d’intervention avec des agents de plusieurs établissements du SSMC. J’ai réalisé des observations au cours des journées passées dans différents secteurs de ces établissements, ainsi que des entretiens auprès des agents et des usagers immigrants.

13Des discriminations dans la recherche de soins

14Voulant rendre visible et compréhensible le rôle des rapports sociaux de pouvoir dans les pratiques discriminatoires envers les patients immigrants du système public de santé chilien, nous avons pris en compte dans notre méthodologie l’imbrication des rapports sociaux de classe, de « race » et de sexe (Falquet et Rabaud, 2008). Ce cadre théorique nous permet d’analyser les interactions observées dans le terrain, tout en démontrant qu’elles sont l’expression d’un système de rapports sociaux.

La perpétuation des rapports de classe dans l’accès aux soins

15La répartition des rendez-vous au Centre de Santé (CES) commence par le SOME (Secteur d’Orientation Médicale et de Statistique), où certains usagers attendent depuis l’aube pour avoir la chance de recevoir un numéro, puis un rendez-vous, puis d’être soignés le même jour, ce qui n’est pas toujours le cas. Par la suite, ils sont appelés un par un pour connaître leur rendez-vous. Entre temps, l’heure a avancé et des « nouveaux usagers » qui arrivent au cours de la matinée cherchent à être reçus au CES. Les immigrants qui y arrivent pour la première fois ne savent pas que les numéros pour être reçus au SOME ont déjà été distribués. Sans le savoir, ils s’approchent du guichet et tentent de se faire écouter ; alors, les usagers qui attendent depuis longtemps se précipitent, se lèvent et réclament à haute voix qu’ils n’ont pas le droit de passer devant eux. Comme les immigrants ne connaissent pas le système, ne comprennent pas pourquoi ces personnes réclament, on entend des cris : « ils sont trop nombreux » ou « ils prennent tous les rendez-vous », et même des propos clairement xénophobes, tels que « nous sommes envahis par des étrangers » ou « les étrangers ne devraient pas avoir droit à la santé publique ». Ainsi, les « nouveaux usagers » commencent à trouver des difficultés pour accéder aux soins et sont maltraités par des usagers nationaux réticents à leur égard, qui cherchent à protéger ce qu’ils considèrent à eux. Des scènes comme celle-ci sont devenues monnaie courante. Les usagers chiliens voient dans ces nouveaux patients des concurrents.

16Ensuite, c’est le tour des agents administratifs. Lorsque les immigrants se sentent vexés par les propos tenus à leur encontre, ils cherchent à faire valoir leurs droits, ayant une attitude sur la défensive, c’est-à-dire, ferme et décidée. Mais le personnel administratif n’est pas prêt à affronter des situations conflictuelles. D’habitude, se sentant menacée par l’attitude des immigrants, la personne à l’accueil répond de façon agressive ou n’explique pas comme il le faudrait les procédures formelles d’accès aux soins. D’autres fois, l’agent n’est clairement pas d’accord sur le fait que les immigrants reçoivent des prestations de santé « gratuites ». Il arrive de façon récurrente que des immigrants déjà inscrits au CES ne reçoivent pas de rendez-vous par une décision de l’agent se trouvant derrière le guichet (même s’ils avaient suivi les procédures), celui-ci argumentant que les rendez-vous sont réservés aux urgences, ou bien que le patient était déjà venu dans la semaine. Une autre façon de mal prendre en charge la demande des immigrants est de donner des rendez-vous sans demander si la date et l’heure conviennent. Nous avons été témoin de scènes de ce type, lorsque nous avons été derrière les guichets d’inscriptions et du SOME. Dans ce cas, soit l’usager immigrant ne dit rien et part soucieux si cela ne lui convient pas, soit il réclame. Cette dernière option est fréquente, c’est la raison pour laquelle les agents parlent de l’attitude sur la défensive. Cette attitude agace la plupart des agents interviewés.

Infirmière (CES Nº1) : Parfois ça t’embête qu’ils soient si insistants pour prendre des choses qui commencent à être insuffisantes pour nous, car il faut les partager, ce n’est pas de l’égoïsme, mais c’est quand même un peu injuste.

17Assimiler les immigrants à l’irrégularité administrative est aussi une perception très répandue chez les agents, ils y ont recours comme une façon de délégitimer leurs demandes de santé. Or, ils signalent fréquemment que c’est injuste que ceux-ci accèdent à des services qui manquent aux Chiliens :

Médecin (CES Nº 5) : Les immigrants irréguliers ne devraient pas avoir droit à la santé, ils profitent de la possibilité qu’on leur donne de se soigner, ils sont gonflés et demandeurs, viennent avec leurs parents pour se faire soigner, puis ils rentrent chez eux. Ils ne travaillent pas, n’apportent rien au pays.

18Dans ces exemples, nous observons qu’il se produit un positionnement hiérarchique de la part des nationaux, marquant une différence par rapport à la nationalité dans l’accès aux soins. Le recours à la xénophobie s’avère une issue pour se plaindre des problèmes du système public de santé. D’abord, les usagers chiliens ne veulent pas partager les rares services publics qu’ils ont. Ils sont aussi pauvres que les immigrants, mais ils sont Chiliens. C’est la façon de justifier la légitimité de leurs plaintes. Il n’y a pas de solidarité de classes, ils voient plutôt une concurrence dans ces « nouveaux usagers ». Puis, pour beaucoup d’agents les immigrants sont des concurrents de classe aussi. Par ailleurs, ils sont vexés par le comportement sur la défensive des immigrants et utilisent le pouvoir qu’ils ont pour autoriser ou non, pour empêcher ou faciliter l’accès aux soins de ces usagers. Les barrières d’accès aux soins ce sont des pratiques qui portent préjudice à la santé des immigrants.

 La domination « raciale » et ethnique dans le traitement clinique

19Nous avons été témoin d’une scène que nous présentons ici comme exemple de la domination « raciale » dans l’accès aux soins. Une personne d’origine afro-colombienne présentait un problème : il n’avait pas encore reçu sa carte d’assurance maladie, promise par le service d’accompagnement aux refugiés. Il attendait la décision quant à sa demande d’asile. Néanmoins on lui avait dit qu’il avait droit à cette assurance même pendant la durée d’étude de son dossier. Mais l’agent chargée des inscriptions de l’hôpital SBA ne comprenait rien à cette affaire et lui a répondu que la seule solution était d’aller voir un médecin du secteur privé ; que l’hôpital recevait uniquement les personnes qui avaient une assurance. Le demandeur d’asile insistait sur les droits qu’il avait, qu’il connaissait parce qu’on le lui avait bien expliqué au service d’accompagnement aux refugiés et montrait son attestation qui théoriquement remplaçait sa carte d’assurance. La femme derrière son guichet ne voulait rien savoir et, au lieu de chercher à se renseigner, très sérieusement lui a dit : « Monsieur, il y a beaucoup trop de gens qui attendent, veuillez régulariser votre situation s’il vous plaît et revenez avec votre carte, sinon, je devrais appeler la sécurité pour vous ramener à la raison ».

20Le statut de demandeur d’asile, peu connu, a provoqué une attitude fermée de la part de l’agent à l’accueil, et le fait d’être une personne noire l’a, à notre avis, rendu encore plus suspect, et c’est la raison pour laquelle elle a agi offensivement. L’attitude tenue par cet agent, nous ne l’avons pas observée envers d’autres demandeurs d’asile ; la présence de la personne noire l’a clairement perturbée. Nous croyons que ce comportement est une conséquence de la domination raciale installée dans la mentalité du peuple métis par les classes dominantes du continent américain depuis la colonisation. La particularité du cas chilien est le moindre degré de composante africaine dans le métissage des populations lors de la constitution de la République, ce qui a donné comme résultat une relation ambigüe avec les personnes noires, plus proche à l’exotisme : il y a la peur du noir et l’attirance.

21D’autres expressions du racisme envers les immigrants peuvent s’observer dans les cas spécifiques de discriminations dans le traitement clinique. Il s’agir d’un racisme qui dans ce cas peut s’apparenter à de l’ethnisme, car ce n’est pas uniquement le fait d’être d’une autre « race » ou d’une autre origine (péruvienne, comme synonyme d’indienne, par exemple), mais c’est le fait d’être immigrant en tant que catégorie d’usager. Une immigrante qui venait d’accoucher à l’hôpital SBA nous a expliqué que le traitement que les immigrantes recevaient ne prenait pas en compte leur condition de femmes enceintes ou qui venaient d’accoucher. Elles devaient attendre dans des « conditions dégradantes », d’après ses paroles, et le fait d’être noire renforcerait des situations encore plus pénibles :

Amalia, jeune mère péruvienne (Hôpital SBA) : Un jour, lorsque j’étais à l’hôpital, au septième étage, on m’a envoyé faire des analyses au deuxième étage. Là, j’étais fatiguée, et j’ai vu une femme noire qui attendait depuis des heures, elle avait mal et on ne la regardait même pas. Je suis restée toute la matinée et je me suis sentie très mal, c’était dégradant.

22Dans ce témoignage, l’interviewée décrit une situation vécue comme une injustice : elle compare le traitement reçu par elle et celui qu’on a donné à une autre femme qui avait comme caractéristique d’être noire, signalant qu’il y a des degrés de discriminations, mais que dans les deux cas, les immigrantes vivaient des situations « dégradantes ».

23Nous estimons que dans notre cas d’étude, la population immigrante – malgré la diversité de sa composition - devient un groupe ethnique en soi, par le fait d’être catégorisée comme étant des « nouveaux usagers » ainsi que par l’identification qui s’instaure entre les membres du « groupe », en tant que victimes des discriminations. L’ethnisme, basé sur la catégorisation de groupes, est illustré également par l’idée que les immigrants sont un groupe à risque dû à la résurgence et à la « propagation » d’une variante exogène de tuberculose (TBC), alors qu’officiellement au Chili cette maladie serait sous contrôle. Les immigrants sont alors infantilisés par les soignants qui se plaignent en les culpabilisant de ne pas suivre les programmes de santé habituels dans ces cas.

Infirmière du soutien clinique (CES Nº 5) : Je dirais que les étrangers se laissent un peu aller avec les rendez-vous, alors il faut aller leur rendre visite chez eux. Mais ils commencent à s’adapter. Avant ils venaient quand ils voulaient ou quand ils devaient se faire vacciner, on leur disait que s’ils ne le faisaient pas on allait informer le Ministère et, de là, on enverrait la police les chercher et, sous la menace, ils venaient.

24Nous avons observé que le traitement envers les immigrants quant à la supposée résurgence de TBC est une façon d’ethniciser ces populations pour mieux les contrôler et les dominer. La catégorisation de « groupe à risque » conduit à ce que tous les immigrants soient perçus comme une menace pour la santé publique. Le traitement envers eux est, indistinctement, celui de la prise en charge autoritaire. Les visites à domicile se font plus fréquentes, l’application systématique des traitements médicaux lourds se fait sans demander leur avis et la prévention de la contagion s’applique avec un critère différencié pour les immigrants. Ce type de perceptions et d’attitudes à l’égard des immigrants, en tant que groupe ethnique, existe aussi dans d’autres cas dans lesquels le recours à la santé est aussi un instrument de pouvoir. Cognet parle de la tendance de la biomédecine à voir certains groupes comme « de véritables importateurs et propagateurs de maladies (en particulier la tuberculose), soit qu’ils viennent de régions où ces maladies sont endémiques, soit qu’ils les développent parce que leurs pratiques culturelles les favorisent » (Cognet, 2007 : 47). Bernard Roy nous rappelle que depuis longtemps on utilise des programmes de santé comme mesure de contrôle de populations autochtones au Canada.

Au cours des années 1920, les soins instaurés lors de l’application des programmes d’éradication de la tuberculose offriront de multiples occasions et de nombreux moyens pour imposer, de façon autoritaire, les pratiques de soins médicaux dans les communautés autochtones du Canada (Roy, 2007 : 74)

25Nous estimons que le groupe indistinct d’immigrants est ethnicisé par les agents de santé car les témoignages nous informent qu’ils considèrent et traitent tous les étrangers sud-américains comme un seul groupe d’usagers, distincts du groupe d’usagers nationaux. La dénomination « immigrant » devient celle d’une catégorie de personnes qui dans leur ensemble représentent l’altérité au groupe national et est traité comme un groupe dominé.

Les stéréotypes sexistes qui renforcent la discrimination des femmes

26July est une Afro-colombienne qui habite au Chili depuis trois ans, elle est allée aux urgences du CES nº5 à cause d’une dent qui lui faisait très mal. Elle attendait depuis trois heures pour être reçue par le dentiste et pendant notre discussion, nous avons pu observer que les gens la regardaient du coin de l’œil. Elle nous a raconté que depuis qu’elle est au Chili elle a senti beaucoup de mépris de la part des Chiliens, mais surtout des Chiliennes qui, à son avis, n’aiment pas les femmes noires : « Elles nous prennent pour des prostituées, parce que les Chiliens trouvent qu’on est plus sexy, nous les Noires, et c’est nous après qui sommes discriminées, humiliées ». Nous avons observé ce stéréotype dans l’espace clinique, les femmes noires sont souvent ignorées et méprisées par le personnel féminin, car ce racisme s’exprime comme de la jalousie féminine. A mode d’exemple, nous avons observé dans le secteur maternité de l’hôpital qu’une auxiliaire se plaignait en voyant arriver un jeune homme chilien qui visitait sa compagne péruvienne qui venait d’accoucher. Elle a dit : « Elles prennent tous nos jeunes hommes, alors qu’il y a tant de jeunes femmes chiliennes beaucoup plus belles qu’elles ».

27Un autre stéréotype qui ressort fréquemment est celui de la femme dans son unique rôle de mère. Chez les agents, cette association est généralisée ; en plus, ils se réfèrent souvent à la grossesse comme une stratégie des immigrantes pour régulariser leur situation, comme si elles étaient toutes des « sans-papiers ».

Infirmière (Hôpital SBA) : J’ai l’impression qu’il y a des femmes qui cherchent à tomber enceinte pour avoir des papiers…ou peut-être elles cherchent d’une certaine façon à s’enraciner ici.

28Les femmes sont maltraitées également dans le traitement clinique par une superposition de conditions et la domination masculine est renforcée dans les rapports soignants-soignés :

Yelile, équatorienne, 24 ans, enceinte pour la première fois (Hôpital SBA) : Après une longue attente, un médecin apparaît et sans même me dire bonjour, il introduit sa main dans mon vagin et m’examine brusquement, il introduit le spéculum et quand il le retire, le lance violemment, puis il repart sans dire un mot. Ce comportement c’est ce qui m’a fait le plus mal ; il a laissé la porte ouverte, me laissant à la vue de tout le monde pendant quelques minutes que j’ai senties interminables. Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé...je ne sais pas si c’est parce qu’on est pauvre ou parce qu’on est indienne qu’on te traite comme ça ici.

29Cette femme ne sait pas quelle est l’origine du mauvais traitement, si c’est parce qu’elle est pauvre ou parce qu’elle est indienne, et nous rajoutons le facteur ethnique : elle est une immigrante. Le comportement du médecin répond à la domination qu’il a sur cette patiente, s’agissant d’une façon de reproduire les rapports sociaux de sexe, présents dans la relation asymétrique entre soignants et soignés. Ces pratiques atteignent gravement la santé mentale des patientes.

En guise de conclusion

30Généralement, les immigrants n’ont pas le choix d’aller dans le système privé. La santé publique est la seule issue pour se faire soigner, mais là, l’accueil n’est pas le plus aimable. On va toujours leur rappeler qu’ils sont au plus bas de l’échelle sociale, que la différence qu’ils représentent ne leur permet pas d’avoir les mêmes droits que les Chiliens. Cette situation montre l’altérisation vécue par les immigrants, « nouveaux usagers » du système de santé. Ce phénomène amène à perpétuer les discriminations et les inégalités de classe, à renforcer le racisme anti-indien et anti-noir et à cultiver le sexisme. Les rapports sociaux qui surgissent renforcent aussi la stigmatisation des femmes dans la société par leur condition de domestiques.

31Par ailleurs, nous avons vu comment les rapports sociaux de classe, de « race », ethniques et de sexe s’articulent dans les différentes situations rapportées. Scrinzi affirme que l’ensemble de ces rapports sociaux correspondent à une division du travail, à une question d’organisation matérielle de la société, c’est pourquoi on ne peut pas les observer séparément : « Les différentes formes de domination fonctionnent à l’appui d’éléments communs qui les interconnectent en faisant de l’une le véhicule de l’autre » (Scrinzi, 2008 : 81-82). Nous avons vu cela lors des différents exemples, notamment au dernier, dans lequel la patiente se questionne sur l’origine du mauvais traitement. Ces rapports sociaux se basent sur la catégorisation des groupes et d’individus ; en les naturalisant, ils perpétuent la domination. Dans ce cas d’étude, la naturalisation se produit lorsque l’on transforme ces usagers en « immigrants ». En plus, notre question, lorsque nous avons pris en compte ceci, était de savoir si cette altérisation n’amenait pas également à une ethnicisation des immigrants. Dans ce sens, nous pouvons associer l’attitude sur la défensive comme une forme de renforcement identitaire à travers lequel les immigrants exigent leurs droits. Nous suggérons donc qu’il s’agit bien des relations interethniques et que les rapports sociaux ont des conséquences qui atteignent négativement la santé physique et mentale des patients.

Inicio de página

Bibliografía

CARVALLO, S. « El problema de la inmigración en Chile y algunos países sudamericanos », Santiago de Chile, 1945.

COGNET, Marguerite, « Au nom de la culture : le recours à la culture en santé » dans Montgomery Cognet (dir.), Éthique de l’altérité. La question de la culture dans le champ de la santé et des services sociaux, Québec, PUL, 2007.

DE RUDDER, V., POIRET, C., VOURC’H, F., L’inégalité raciste, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.

FALQUET, J., RABAUD, A., FREEDMAN, J., SCRINZI, F., Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Paris, Cahiers du CEDREF, 2008.

DÍAZ G., V., « Disciplinamiento, miedo y control social: los "otros" dispositivos de poder en la ocupación de la Araucanía », Universidad Católica Cardenal Raúl Silva Henríquez, 2004.

MOUJOUD, N., « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe : au-delà des visions binaires », Jules Falquet, Aude Rabaud, Jane Freedman, Francesca Scrinzi (coord.), Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Cahiers du CEDREF, 2008.

ROY, B., « Altérité autochtone », Éthique de l’altérité. La question de la culture dans le champ de la santé et des services sociaux (Sous la dir. Cognet, Montgomery), Québec, PUL, 2007.

STEFONI, C., NUÑEZ, L., Migrantes andinos en Chile ¿Transnacionales o sobrevivientes), Santiago de Chile, Anuario FLACSO, 2004.

________, Migración en Chile, Collection Ideas, année 6, nº 59, 2005.

WALLERSTEIN, Immanuel, « La construction des peuples : racisme, nationalisme, ethnicité », dans Balibar, I. Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës. La Découverte/Poche, 1997.

Présentation de Claudio Muñoz, section d’études du Département d’Extranjería et Migration (DEM), Ministère de l’Intérieur du Chili, FONASA, Santiago du Chili, Août 2009.

« Instructivo presidencial », instructions pour une nouvelle politique migratoire, document signé par la présidente du Chili, Michelle Bachelet le 02, septembre, 2008.

Diagnostico y Factibilidad Global para la Implementación de Políticas Globales de Salud Mental para Inmigrantes de la Zona Norte de la Región Metropolitana. OIM Chile/Minsal/Hospital Clinico U. de Chile. 2008

Département d’Extranjería et Migration (DEM), Ministère de l’Intérieur, 2008. Evolución de la gestión Gubernamental desde 1990: Desarrollo del Fenómeno de las Migraciones en Chile, Disponible en línea : <http://www.extranjeria.gov.cl/filesapp/migraciones.pdf> , 13 juillet 2010.

TIJOUX, María Emilia, Morderse la lengua y salir adelante: La dificultad de ser peruano en Chile, Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, Disponible en ligne : <http://alhim.revues.org/index639.html>

Inicio de página

Notas

1  Le taux d’immigrants a augmenté de 71,9% entre les années 2002 à 2008. Présentation de Claudio Muñoz, section d’études du Département d’Extranjería et Migration (DEM), Ministère de l’Intérieur du Chili, Août 2009.

2  Dans « Instructivo presidencial », instructions pour une Nouvelle Politique Migratoire, document signé par la présidente Bachelet en 2008.

3  Extrait du texte « Evolución de la gestión Gubernamental desde 1990: Desarrollo del Fenómeno de las Migraciones en Chile », DEM, Ministerio del Interior.

4  Selon les données actualisées en décembre de 2008 par le département d’Extranjería et Migration (DEM) du Ministère de l’Intérieur, le nombre d’immigrants atteignait 317.057 personnes, ce qui équivaut à 1,8% du total de la population du pays. Extrait de « Evolución de la gestión Gubernamental desde 1990: Desarrollo del Fenómeno de las Migraciones en Chile », DEM, Ministerio del Interior, in: http://www.extranjeria.gov.cl/filesapp/migraciones.pdf , visité le 14 février 2011    

5  L’étude réalisé par l’OIM Chile/MINSAL/U. de Chile, en 2008, détaille les caractéristiques socio-économiques des immigrants au Chili, signalant que les principales raisons de l’immigration au Chili sont la recherche des meilleures opportunités économiques (58,9%), pour le groupe d’âge d’entre 30 et 45 ans, et le regroupement familiale (28%)pour le groupe d’âge qui va jusqu’à 17 ans.

6  Un des qualificatifs donné aux immigrants avec régularité par les agents de santé était celui de « polyconsultants », ce qui veut dire qu’ils demandent beaucoup de consultations de santé pour différentes raisons. Cela nous fait penser que la présence d’immigrants dans les établissements de santé pourrait avoir un poids significatif dans l’impression quant au nombre d’usagers.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nanette Liberona, « Nouvelles migrations sud-américaines au Chili : Rapports de sexe, classe, et « race » en santé », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 22 | 2011, Publicado el 27 enero 2012, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/4117

Inicio de página

Autor

Nanette Liberona

Urmis, Université Paris Diderot
Anthropologuenanettepaz.liberona@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org