Navegación – Mapa del sitio

“ L’affaire Pinochet ” : rencontre entre les médias et les Chiliens de France

Raphaële Bail

Entradas del índice

Mots-clés :

Médias, France, Chiliens
Inicio de página

Texto completo

1Les journalistes, qui ont le sens de la formule, ont rapidement baptisé les péripéties judiciaires qui on suivi l’arrestation de Augusto Pinochet à Londres, “ l’affaire Pinochet ”. C’est au cours de cette “ affaire ” (qui se déroula du 16 octobre 1998 au 4 mars 2000, date du retour de Pinochet au Chili), que les Chiliens exilés à l’étranger apparurent sur la scène médiatique. Ceux de Londres, ceux de Madrid, mais aussi ceux de France et d’ailleurs. Médiatique et médiatisée, l’affaire Pinochet permet donc d’analyser les représentations qui circulent et se construisent sur les réfugiés chiliens.

Regards français sur un traumatisme

2Parce que le coup d’Etat de 1973 et la répression qui a suivi expliquent à eux seuls la présence des réfugiés chiliens en France, “ l’affaire Pinochet ” n’a pu que tendre un miroir aux Chiliens de France, et refléter leur identité de “ communauté immigrée ”. Autre phénomène essentiel, l’arrestation de Pinochet a suscité une mobilisation et des revendications passionnées qui ont rassemblé les Chiliens, exacerbé leur identité collective et cristallisé leur condition de réfugiés politiques. Pour les médias, les Chiliens deviennent alors plus facilement “ saisissables ” car ils se présentent eux-mêmes comme un groupe soudé autour d’une expérience commune : celle du coup d’Etat de 1973.

3Mais le contexte français n’est pas non plus anodin. Anciennes, les relations entre le Chili et la France ont connu un tournant à partir du l’accession au pouvoir de Salvador Allende en 1970 puis, après le coup d’Etat de Pinochet. La gauche française des années soixante-dix s’est passionnée pour l’expérience socialiste chilienne, celle d’une arrivée au pouvoir et d’un projet de transformation de la société par les urnes (à une époque où la lutte armée est la stratégie principale de la gauche latino-américaine). Le traumatisme du coup d’Etat a donc été particulièrement violemment ressenti par la gauche française : “ l’expérience Allende ” fut bel et bien vécue comme un rêve brisé.

4La solidarité avec les exilés chiliens fut alors très forte. Même s’il est difficile d’obtenir des chiffres exacts, on peut établir qu’au minimum 10 000 Chiliens sont arrivés en France dans les années soixante-dix. Aujourd’hui, la communauté chilienne compterait 8 000 personnes, réparties principalement entre les villes des Paris (3 000 personnes) et de Bordeaux (2 000 personnes).

5Lorsqu’ éclate “ l’affaire ”, la solidarité manifestée par la France après le coup d’Etat de 1973 (et notamment par les socialistes et les communistes) retrouve ses racines et transforme le pays en une caisse de résonance des revendications des victimes directes ou indirectes de Pinochet. On rappellera que la classe politique française s’est montrée unanime : même s’il exista des nuances sur le rôle de la justice internationale, tout l’échiquier politique a soutenu la demande de jugement de Pinochet émanant de l’Espagne. A l’exception, assez logique et presque rassurante, de Jean-Marie Le Pen, dirigeant du Front National.

6Dans ce contexte, quel a été le traitement réservé par les médias français à “ l’affaire Pinochet ” et, plus précisément, à la “ communauté chilienne de France ” mobilisée par ces événements ? Des médias dont les grandes orientations reproduisent souvent fidèlement celles du monde politique. La question n’est donc pas tellement de savoir si les médias ont été à l’écoute des revendications des réfugiés chiliens et s’ils les ont soutenues (quoique, on le verra, certains organes de presse laissent entendre des voix discordantes). Il s’agit, plus fondamentalement, de voir si “ l’affaire Pinochet ” a été envisagée comme une opportunité de mieux connaître les Chiliens de France.

7La France ne s’est jamais désintéressée de l’histoire chilienne et du drame vécu par les victimes de la dictature, mais les médias ont-ils su porter un regard neuf et pertinent sur cette fameuse “ communauté chilienne ” que l’on croit parfois si bien connaître ? Ou, au contraire, l’impression de familiarité avec le drame chilien, le soutien quasi naturel aux familles de victimes de disparus ont-ils empêché les médias de transmettre une vision plus juste de celles et ceux qui forment la communauté chilienne de France ?

8C’est tout d’abord une étude de contenu qui permettra de répondre à cette question. La consultation des archives de presse et des médias audiovisuels sur la période allant du 16 octobre à l’été 2000 constitue une première étape du travail. L’étude s’est concentrée essentiellement sur la couverture de “ l’affaire Pinochet ” dans l’actualité. Pour la télévision, cela signifie les journaux télévisés : ceux diffusés à 20 heures sur TF1 et France 2, le “ Soir 3 ” aux alentours de 23h sur France 3, le journal télévisé de Arte débutant un peu avant 20 heures et, dans une moindre mesure, le “ 6 minutes ” de M6 à 19h54 et le journal de Canal+ dont l’horaire a varié sur la période. En ce qui concerne la radio, il est important de noter que les seules archives qu’il a été possible de consulter sont celles de France Inter, France Info et France Culture (toutes trois des radios publiques) car les archives des autres radios conservées par l’Institut National de l’Audiovisuel sont postérieures à la période qui nous intéresse. Les séquences d’information, mais aussi les programmes (de débat sur l’actualité) ont retenu notre attention. La presse quotidienne, ainsi que les hebdomadaires d’information générale ont fait l’objet d’une étude de contenu. On citera Le Monde, Libération, Le Figaro, La Croix, L’Humanité, Le Nouvel Observateur et L’Express. L’ensemble de ces médias (presse et audiovisuel) ont été choisis pour leur représentativité et leur diffusion nationale.

9Dans un deuxième temps, l’interview de quelques-uns des journalistes ayant couvert “l’affaire Pinochet” complètera l’approche sur le travail des médias. Comment les journalistes ont-ils travaillé sur cette affaire, avec quelle approche ? Enfin, troisième et dernière étape du travail, quelles sont les réactions d’exilés chiliens, mobilisés ou non par “ l’affaire Pinochet ”, à l’image que les médias français donnent d’eux-mêmes.

Les étapes du feuilleton judiciaire

101998 : le juge Garzón entame une procédure d’extradition pour génocide, tortures et disparitions sous la junte militaire chilienne à l’encontre de Augusto Pinochet

1116 octobre 1998 : Augusto Pinochet est mis en état d’arrestation, dans la clinique londonienne où il est soigné.

1228 octobre 1998 : la Haute Cour de Londres invalide le mandat d’arrêt, estimant que Pinochet bénéficie de l’immunité en qualité d’ancien chef d’Etat.

1325 novembre 1998 : les juges de la Chambre des Lords refusent, par trois voix contre deux, d’accorder l’immunité à Pinochet.

149 décembre 1998 : Jack Straw (ministre de l’Intérieur britannique) donne son accord pour l’examen de la demande d’extradition espagnole.

1511 décembre 1998 : les juges d’appel cassent le précédent jugement, estimant que l’un des juges de la Chambres des Lords n’a pas été impartial en raison de ses liens avec Amnesty International.

1624 mars 1999 : les juges de la Chambre des Lords qui ont repris le dossier Pinochet refusent l’immunité accordée à l’ancien chef d’Etat sur la seule période allant de 1988 à 1990. Les charges se limitent alors à des accusations de tortures et de conspirations en vue de commettre des tortures.

1715 avril 1999 : Jack Straw accepte la poursuite de la procédure d’extradition.

1827 mai 1999 : la Haute Cour rejette l’appel des avocats de Pinochet.

195 janvier 2000 : à la demande du Chili, une expertise est menée par quatre spécialistes.

2011 janvier 2000 : Jack Straw annonce être “ prêt à ne pas extrader ” Pinochet pour “ raisons médicales ”. Selon l’expertise, Pinochet ne serait pas en état de passer en procès.

2115 janvier 2000 : le juge Garzón demande aux autorités britanniques de procéder à un nouvel examen médical.

2231 janvier 2000 : la Haute Cour de Londres rejette les demandes de recours déposées par le gouvernement belge et six associations de Droits de l’Homme.

232 mars 2000 : Jack Straw annonce qu’il refuse, “ pour raisons médicales ”, d’extrader Pinochet.

243 mars 2000 : Pinochet atterrit à Santiago.

Panorama des médias étudiés

Presse 

25Le Monde : quotidien du soir, de référence. Reconnu pour sa qualité et son influence sur le débat d’idées. Se veut au centre, centre-gauche. Lectorat de cadres et professions intellectuelles supérieures. 560 000 ex.

26Libération : quotidien, situé à gauche. Vise un public intellectuel de gauche. Un ton décalé et parfois provocateur. 246 000 ex.

27Le Figaro : quotidien de référence. Très marqué à droite. 474 000 ex.

28La Croix : quotidien catholique. 112 000 ex.

29L’Humanité : quotidien du Parti communiste français. 73 000 ex.

30L’Express : hebdomadaire d’informations générales. 665 000 ex.

31Le Nouvel Observateur : hebdomadaire d’informations générales. Défend des positions de gauche, souvent proches de celles du Parti socialiste français. 650 000 ex.

Audiovisuel 

32TF1 : première chaîne privée française. Tendance populaire, voire populiste. 32% des parts d’audience.

33France 2 : première chaîne publique française. Mission de service public. 21% des parts d’audience.

34France 3 : chaîne publique nationale mais aussi régionale. 17% des parts d’audience.

35Arte : chaîne publique franco-allemande, à vocation culturelle. 3% des parts d’audience.

36M6 : chaîne privée. Place réduite de l’information. 13% des parts d’audience.

37France Inter : radio généraliste de service public, qui combine l’information et les programmes. 24,3% de l’audience.

38France Culture : radio à vocation culturelle et élitiste du service public. 8,6% de l’audience.

39France Info : chaîne d’information continue du service public. 26% de l’audience.

40Pour la presse : chiffres de l’Organisation de contrôle et de diffusion de la presse, année 2002.

41Pour l’audiovisuel : chiffres Mediamat-Médiamétrie, année 2002. Pour la radio, il s’agit de la proportion d’individus de plus de 15 ans ayant écouté au moins une fois la station en trois semaines.

Variations autour d’un consensus général

42Avant de se pencher sur les représentations de la communauté chilienne de France transmises par les médias français, il importe de dresser un panorama des médias étudiés et de la ligne éditoriale qu’ils ont adoptée pour couvrir l’affaire Pinochet. Le résultat est sans surprise : dans leur grande majorité, les médias se réjouissent de l’arrestation de Pinochet à Londres, de la perspective d’un procès et des évolutions du droit international dans le sens de l’impunité des tyrans et des tortionnaires. Se dessine alors un consensus sur le type de thèmes abordés lors du traitement de l’actualité.

43Au début de “ l’affaire ”, le retour sur l’histoire du Chili et sur les circonstances du coup d’État est un sujet incontournable, surtout à la télévision qui diffuse des images d’archives du 11 septembre 1973. La presse revient bien évidemment sur le coup d’Etat et la dictature et y consacre parfois des dossiers complets (comme c’est le cas de Libération, le 14-15-nov.-1998) ou se consacre à des points plus précis (comme l’histoire de “ Chico ” Klein, le Français de La Moneda, dans Le Monde du 20-01-2000). Pour compléter ce rappel historique, les médias recueillent des nombreux témoignages des victimes directes et indirectes de la répression de Pinochet. A la radio, à la télévision ou dans la presse, les victimes parlent et racontent leur parcours de souffrance et d’exil et la disparition des proches. Tous les médias sans exception adoptent (et recherchent ?) l’approche intimiste et chargée d’émotion qu’implique le témoignage.

44En dehors de cette “ dimension historique ”, la couverture de l’affaire Pinochet traite l’information factuelle sous l’angle de la “ saga judiciaire ”. “ Feuilleton judiciaire ”, “ étau judiciaire ” sont des expressions partagées par tous les médias pour décrire les étapes de ce qui doit conduire, ou non, Pinochet au procès. C’est cet angle-là qui domine la couverture du “ cas Pinochet ”. Il permet d’aborder le dernier thème dont s’emparent les médias, celui du droit international. A la radio notamment (toutes stations confondues) c’est le thème des évolutions de la justice internationale qui est le plus souvent au centre des programmes et des débats.

45Pourtant, ce consensus, quasiment une évidence, souffre de quelques exceptions et il ne gomme absolument pas les approches et méthodes de travail distinctes d’un média à l’autre.

Une affaire qui n’en est pas une

46Ce sont les chaînes de télévisions publiques qui consacrent le plus de temps à la couverture de l’affaire Pinochet (38 minutes pour France 2 en novembre 1998 contre 21 minutes pour TF1 sur la même période). Il n’y a qu’au mois de septembre 1999 que TF1 est passée devant France 2, France 3 et Arte, les trois chaînes qui se “disputent” l’affaire Pinochet. Michel Floquet, ancien grand reporter et actuel chef de l’information à TF1, explique ainsi la ligne éditoriale de TF1 : “ On ne traite l’actualité étrangère en masse que lorsqu’elle fait l’événement. ” Dans le cas de “l’affaire Pinochet”, il faut rappeler que la concurrence était rude : grève lycéenne à l’automne 1998 et bombardement sur la Serbie au printemps 2000… Michel Floquet se souvient qu’il n’a pu passer que 48h au Chili lors du retour de Pinochet avant d’être envoyé ailleurs pour couvrir la crise au Kosovo…

47Même si elle obéit également à la dictature de l’événement (les deux grands moments de “ l’affaire Pinochet ” sont l’arrestation et le retour au Chili de l’ancien dictateur), France 2 suit le sujet de manière plus régulière. Dans l’ensemble, le traitement des chaînes publiques a été assez important et complet.

48On notera simplement les impasses de la couverture du cas Pinochet. On parle peu des implications des Etats-Unis dans le coup d’Etat et de leur réaction à l’annonce de l’arrestation de Pinochet. Seule France 3 en fait mention et Arte consacre un reportage à l’assassinat de Orlando Letellier (le 08-01-1999).

49En ce qui concerne les chaînes de radio, le format de France Info l’empêche de consacrer du temps à l’affaire Pinochet, ce sont donc France Culture et France Inter qui se consacrent le plus au cas Pinochet, France Inter combinant le plus souvent ses séquences d’information à des émissions (de type débat ou table ronde) sur le sujet.

50Les thèmes abordés sont essentiellement les mêmes qu’à la télévision. La réflexion de Michel Floquet paraît donc pertinente : “ Il y a eu consensus assez immédiat sur la couverture de cette affaire, une espèce d’évidence, c’était assez facile à couvrir. Pour les journalistes, l’affaire Pinochet n’a pas été une affaire. ”

Une presse plus virulente

51C’est dans la presse que s’expriment les plus grandes nuances de jugement sur l’affaire Pinochet. Parfois engagée, en tout cas plus à même d’exprimer une ligne éditoriale marquée et une analyse critique, de par son format, la presse écrite est un espace plus ouvert aux opinions que l’actualité telle qu’elle est traitée dans les médias audiovisuels.

52Le consensus sur les thèmes abordés se retrouve aussi dans la presse, avec un traitement plus complexe et plus en profondeur. On notera tout de même que la presse aborde de manière plus directe l’attitude des Etats-Unis dans cette affaire, et les pressions contre l’initiative du juge Garzón.

53Mais ce sont surtout les opinions affichées qui distinguent la presse des médias audiovisuels. Le Monde se positionne clairement pour le jugement de Pinochet (“ ça fait du bien ” avoue son éditorial du 20-10-1998 en référence à l’arrestation de Pinochet). Libération, avec son ton décalé ne dit pas autre chose et la grande majorité de la presse s’avoue déçue par le retour de Pinochet au Chili (“ Pinochet retourne sur les lieux du crime ” titre Libération le 31-03-2000). La virulence anti-Pinochet est la plus forte dans l’Humanité mais l’ensemble de la presse reste dans le domaine du consensus. On notera une voix discordante (parmi d’autres) : celle d’ Alain Gérard Slama dans Le Figaro (27-11-1998), qui compare la progression du droit international concernant Pinochet à un “ nouvel arbitraire ” et à une “ révolution des pouvoirs comparable à la révolution soviétique de 1917 ”.

 Regards sur les Chiliens…et le Chili

54Dans cette affaire, qui sont les “ Chiliens ” ? Les médias dans leur ensemble travaillent dans deux directions différentes : ils essayent de comprendre la société chilienne actuelle, ses divisions, son approche de la mémoire et sa transition démocratique, puis (et c’est ce qui nous intéresse) ils partent à la rencontre des réfugiés chiliens de France.

Une communauté de souffrance et de dignité

55Pour désigner ces derniers, les médias utilisent des expressions rapidement consacrées : “ les exilés ”, les “ réfugiés ”, les “ opposants à l’ancien dictateur ”, ou encore les “ familles de disparus ” et les “ familles de victimes ” et, dans un dernier registre, “ la communauté chilienne ” ou les “ Chiliens de France ”. A ces termes génériques sont associées des représentations qui finissent presque par tomber dans le domaine du cliché, notamment dans l’audiovisuel et, de manière moins évidente, dans la presse.

56A la télévision, les “ réfugiés ” chiliens de France apparaissent sur les écrans dès le 19 octobre, à l’occasion des premières manifestations organisées à Londres (notamment devant l’hôpital où est gardé Pinochet). Sur M6 (19-10-98), le commentateur parle des “ exilés et de réfugiés, dont certains sont nationalisés français ” et montrent les groupes de Chiliens qui manifestent, au milieu des banderoles et de slogans en espagnol.

57Ainsi, tout au long de l’affaire Pinochet, et à chaque nouvelle étape de la saga judiciaire, c’est ce type d’image qui symbolisera, dans les journaux télévisés français, la “ communauté chilienne de France ”. Elles deviendront incontournables, surabondantes, à force d’être diffusées en arrière-plan de la couverture factuelle de l’affaire Pinochet. En fonction des décisions de la justice britannique, elles montrent des groupes de Chiliens, dans l’attente d’un jugement, dans la colère ou dans la joie. Ces manifestations, quasiment rituelles pour ceux qui y participent, se transforment également en rituel médiatique : les sujets des journaux télévisés montrent des Chiliens dignes, déterminés, souvent dehors dans le froid, devant une ambassade à Paris ou en “ déplacement ” à Londres, et s’accompagnant de photos de leurs disparus, de pancartes et d’œillets rouges. Autour de ces symboles et des images qui les véhiculent se construit la représentation de la communauté chilienne. On retiendra par exemple le sujet de TF1 (21-10-98) qui rapporte la manifestation de Chiliens de France devant l’ambassade d’Espagne à Paris : un tout en image, sans interview, ni commentaires.

58Les radios françaises transmettent une représentation équivalente des mêmes manifestations. Là, ce sont les slogans (“ Viva Chile sin Pinochet ”, “ Asesino ! ”) et, parfois, les explosions de joie qui servent d’“ images sonores ”. Lors de l’annonce de la levée de l’immunité diplomatique de Pinochet (le 25-11-98), ce sont ces manifestations de joie et de soulagement qui dominent les informations.

59Dans la presse également, on rend compte de ça. Les journalistes racontent, à chaque nouvelle péripétie de “ l’affaire ”, “ les larmes et la liesse ”, “ la colère et la déception ”, “ l’émotion et la douleur ”. Un “ rituel ” dont Le Monde fait état (14-01-2000) en parlant de l’émotion et de la déception des infatigables manifestants chiliens qui vont devoir replier leurs banderoles, leurs photos, etc…

60Pour compléter cette image “ collective ” de la communauté chilienne, les médias font également le choix de partir à la découverte des histoires individuelles des manifestants. Aux incontournables personnalités publiques (Isabel Allende, ou Laura Soria en Espagne), s’ajoutent des parcours individuels faits de deuils et de douleurs : celui de l’anonyme repéré dans la foule ou de l’un des parents de disparus qui ont déposé plainte en France et qui demandent l’extradition. Tous ces témoignages transmettent la douleur, mais aussi la dignité de victimes (ou des proches de victimes) qui jamais ne réclament vengeance mais, toujours, parlent de justice. On notera au passage ce problème récurrent du journalisme : les personnes interviewées sont souvent les mêmes car elles servent de sources, qu’on se “ refile ” généralement d’un reportage sur l’autre… Sur les 800 personnes présentes devant l’ambassade du Chili à Paris le 30-10, les journalistes de France 3 ont interviewé la même personne que lors d’un sujet précédent !

61Les témoignages recueillis ont toujours une grande force et une grande émotion. Pourquoi partir à la recherche de ces témoignages ? Sans doute parce qu’ils ont la force implacable d’une accusation. Sur France Info, la chronique “ L’invité ” (3 minutes d’interview) a accueilli Maïté Almagui (30-11-1998), venue raconter (pour la première fois) son calvaire, avec des mots simples et terribles. Dans la presse, Anne Proenza a couvert l’affaire Pinochet pour Le Monde. Elle raconte qu’elle a souhaité partir à la rencontre des réfugiés chiliens en France : “ C’était assez naturel de s’intéresser à ceux qui avaient des choses à dire. Ce qui m’a frappée, c’est leur envie de parler et de raconter des choses restées secrètes ” explique la journaliste, toujours sensible aux terribles témoignages qui lui ont été confiés. “ Cette affaire a fonctionné comme un déclic collectif ” ajoute-t-elle.

62Certains journalistes sortent du schéma traditionnel, qui alterne un sujet sur les manifestations collectives avec un témoignage d’un particulier. Par exemple, France 2 (25-11) propose un sujet qui rentre dans l’intimité d’une famille de “ réfugiés politiques ” qui attendent fébrilement le jugement. On y retrouve les “ ingrédients ” désormais traditionnels de ce type de sujets : la douleur de la famille, les larmes qui combinent le soulagement et l’espoir. Seule Arte (21-11-98), grâce à trois reportages d’une durée totale de 10 minutes, adopte une approche une peu différente. A travers l’histoire d’un père et de son fils, le reportage aborde le problème de l’engagement politique au Chili à cette époque, explique ce que fut le MIR dans les années soixante-dix et traite de la complexité de la démocratie chilienne actuelle. Moins souvent à la “ une ” sur Arte, l’affaire Pinochet est traitée avec beaucoup plus de subtilité et de volonté d’aller au-delà des évidences.

63Qu’ils nous transmettent l’image d’un groupe ou d’un individu, les médias construisent une certaine représentation de la communauté chilienne. Elle s’articule autour de sujets sur les manifestations anti-Pinochet (en France ou à Londres) ou de témoignages de Chiliens ayant vécu le coup d’Etat de 1973 puis fui le Chili. Au-delà des victoires dans le domaine judiciaire, c’est la victoire morale (face à l’humiliation de Pinochet) que les médias mettent en avant.

Le match médiatique entre les “ pros ” et les “ antis ”

64L’affaire Pinochet a lieu entre l’Europe et le Chili, et si les médias se préoccupent des réfugiés chiliens de France, cet intérêt s’efface devant l’autre “mission” que se donnent les rédactions parisiennes : comprendre le Chili des années 90.

65Et ce sont d’abord les divisions chiliennes que les médias tentent de comprendre. Dans la presse comme dans l’audiovisuel, l’affrontement (un journaliste parlera de “match”) entre les pros et les anti-Pinochet est un terrain médiatique à investir. Tous les médias s’en emparent, notamment après le “verdict” du 25-11 et les manifestations qui ont lieu à Santiago. Les images des affrontements entre les partisans et les adversaires de Pinochet sont diffusées, alors que la majorité silencieuse, elle, est fort peu télégénique.

66On s’intéresse à ceux qui, contre vents et marées, soutiennent Pinochet. Arte (8-10-99) diffuse un portrait sensible d’un anti-Pinochet dans un hôtel feutré de Londres, tandis que dans la presse, on explique que le “ cadavre bouge encore ” (Nouvel Observateur du 29-10-1998). A côté des témoignages des familles de disparus, on tente d’expliquer la “ferveur hystérique des femmes qui soutiennent Papy Pinochet” (Le Monde 24-11-98) et le fonctionnement de la Fondation Pinochet.

67La curiosité envers la société chilienne est forte, parce que les observateurs européens la comprennent mal et se demandent pourquoi les 15 millions de Chiliens ne sont pas dans la rue pour manifester contre Pinochet. Tout en ne cessant d’insister sur le face-à-face entre les “ pros ” et les “ antis (comme dans cet article de La Croix du 29-11-99 au sujet de deux Chiliens restés amis malgré le passé pinochetiste de l’un et le passage par la torture et l’exil de l’autre), les médias essayent de porter un regard neuf sur le Chili. Chantal de Rudder, grande reporter au Nouvel Observateur, explique par exemple qu’elle a dû combattre cette idée coriace selon laquelle le Chili était un pays qui avait parfaitement géré sa transition démocratique. De la même manière, Michel Floquet explique clairement la volonté de TF1 de revenir sur les préjugés français, hérités notamment de la période des années soixante-dix.

Les exilés, ces inconnus

68A l’inverse du regard porté sur le Chili, la proximité géographique et de pensée avec les Chiliens de France fausse le jeu. Elle donne l’illusion de connaître les réfugiés chiliens. Comme eux, l’immense majorité des Français (et des médias) veut que Pinochet soit jugé et que ces crimes soient reconnus. Comme eux, ils sont pour les progrès du droit international et l’avènement d’un monde plus juste. Mais ces aspirations et ces connivences créent des trompe-l’œil. Et, en fin de compte, malgré l’intérêt que portent les médias aux Chiliens qui vivent sur le sol français, la “ communauté ” ou, plus simplement, “ le groupe ” qu’ils forment reste inconnu.

69Les médias transmettent une image assez monolithique des Chiliens de France. Le traitement de l’actualité les montre comme un groupe soudé de manifestants et les témoignages recueillis apportent une lumière sur des histoires individuelles, mais aucune vision n’est transmise de leur histoire collective. Or, les Chiliens de France n’ont pas tous la même histoire. A ce titre, on peut reprendre l’analyse de Ricardo Parvex, ancien prisonnier politique chilien, arrivé en France à la fin des années soixante-dix et naturalisé français. Il a été acteur et témoin lors de l’affaire Pinochet et reconnaît que la communauté chilienne de France est beaucoup plus complexe que ne le laissent entendre les médias. Il distingue trois “ profils ” parmi les Chiliens (ou descendants chiliens) de France. Le “ rastaquouère ” représenterait le Chilien venu en France avant le coup d’Etat. De bonne famille et argenté, il est venu connaître Paris, sa vie culturelle et intellectuelle. Aujourd’hui, il est minoritaire, et surtout, presque “ invisible ”. La deuxième catégorie, la plus nombreuse, serait celle des “ politiques ”, tous ceux qui sont arrivés après 1973 parce qu’ils avaient été victimes de la répression ou qu’ils se sentaient menacés. La troisième catégorie serait celle des “ économiques ”, arrivée aussi après 1973, mais pour des raisons économiques (sans doute une conséquence indirecte du coup d’Etat). D’un milieu social peu privilégié, ils sont venus chercher des conditions de vie meilleures en France.

70On l’aura compris, les médias ne sont intéressés qu’à la catégorie qui s’est rendue la plus visible lors de “l’affaire Pinochet”, c’est-à-dire les “ politiques ”. De gauche, occupant souvent des fonctions intellectuelles ou artistiques, ils deviennent vite les symboles de la communauté chilienne de France. Parce que ce sont eux qui manifestent et revendiquent, on les retrouve tout naturellement sur les plateaux des émissions radio. Dans “ Là-bas si j’y suis ” (France Inter, le 20-10-98), les Chiliens invités sont des gens pleins de talent, artistes et intellectuels de gauche qui confortent l’image “traditionnelle” que l’on a des Chiliens de France. Pourquoi les journalistes ne se sont-ils pas intéressés aux autres profils de la communauté chilienne qui ont, sur l’affaire Pinochet une opinion parfois différente. Ricardo Parvex précise qu’à l’intérieur même de la catégorie “ politique ”, tous les Chiliens n’étaient pas mobilisés de la même manière. Les expériences de chacun, la proximité avec le Chili actuel, la réflexion (ou l’absence de réflexion) sur le parcours politique expliquent des attitudes qui vont de la modération à la radicalité. Mais qu’en est-il des Chiliens arrivés en France pour trouver du travail et gagner le droit à une vie meilleure ? Certains d’entre eux vous disent, à propos de l’affaire Pinochet, qu’il est temps de tourner la page, d’oublier la dictature et de donner au monde entier une image neuve du Chili, celui d’un pays qui se distingue de ses voisins latino-américains par sa stabilité économique et politique. Un point de vue assez éloigné de celui qu’ont rapporté les médias français… Pour Anne Proenza, s’il y a de nombreuses raisons de s’intéresser aux pinochetistes du Chili, il n’y a “ aucune raison objective de rechercher ce type de témoignages en France. De toute façon, il faut toujours faire un choix et le but était de donner la parole à ceux qui en avaient le plus besoin ”.

71On le comprend donc, le but des médias n’était pas de rendre compte des Chiliens en tant que communauté. Pourtant, en faisant preuve de plus de curiosité, en ne collant pas une étiquette sans nuance sur un groupe beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, les médias auraient sans soute pu retrouver, au sein de la communauté de France, les fractures qu’ils sont partis chercher au Chili. Dans l’Express (10-12-1998), Alain Faure évoque la problématique de l’exil et les fractures créées au sein de la société chilienne entre “ ceux qui sont restés ” et les “ retornados ”, et les autres. Une piste de réflexion qui n’est pas suivie sur le terrain français.

72Une fois de plus, les journalistes répondront que ce n’était pas l’objet de leur travail et ils auront raison. Il ne s’agit pas de critiquer les médias pour ne pas avoir bien “ radiographié ” les Chiliens de France. On conclura simplement à la partialité des représentations que les médias français véhiculent sur les Chiliens de France. En braquant, tout à fait légitimement, les projecteurs sur les Chiliens de France les plus déterminés à faire avancer la justice, la couverture médiatique de “ l’affaire Pinochet ” a laissé les autres dans l’ombre.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Raphaële Bail, « “ L’affaire Pinochet ” : rencontre entre les médias et les Chiliens de France », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 18 abril 2005, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/416

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org