Navegación – Mapa del sitio

A l’ombre des médias

Remarques sur l’image des immigrées latino-américaines dans la presse espagnole
Fabiola Ecot

Texto completo

“ (…) la tolérance n’est pas une position contemplative, dispensant les indulgences à ce qui est et à ce qui fut.

 C’est une attitude dynamique qui consiste à prévoir et à comprendre ce qui veut être ”.

Claude Lévi-Strauss

1Dans les articles récents qui traitent de l’immigration féminine n Espagne, la question de “ l’invisibilité ” se révèle être une constante. Cette caractéristique est souvent soulignée car elle suppose un paradoxe : la femme immigrée semble absente alors que la féminisation de l’immigration en Espagne est une réalité incontestable depuis le début des années quatre vingt dix. Le phénomène de l’immigration en lui-même se situe actuellement au cœur du débat public ; il s’agit d’un thème sur lequel les Espagnols sont amenés à exprimer leur avis assez fréquemment. Cette question est tellement présente dans les esprits qu’elle acquiert un caractère quotidien, il ne se passe pas un jour sans que l’on soit confronté aux “ problèmes ” que soulève l’immigration en Espagne. Les médias occupent bien entendu un rôle prépondérant et décisif dans l’orientation d’un débat qui renvoie comme une litanie aux termes suivants : exclusion et altérité. Antonio Bañón, dans un ouvrage récent portant sur l’analyse critique du discours des médias sur l’immigration, affirme justement qu’actuellement, parler d’immigration c’est traiter de marginalisation sociale1. A plus forte raison est-ce le cas lorsqu’il s’agit de considérer l’immigration féminine et les questions que ce phénomène pose non seulement au niveau de la recherche scientifique, mais aussi à la société2. Le traitement que les médias réservent au cas bien particulier des immigrées venues d’Amérique latine oriente les remarques qui suivent.

2Après une brève description des principales étapes qui marquent l’immigration des femmes latino-américaines, nous montrerons que la place que ces dernières occupent dans la société, si elle n’est pas de choix, contredit indéniablement le discours médiatique sur l’immigration. Malgré le rôle diversifié qu’elles jouent dans la société d’accueil et la complexité de leur situation, les médias leur renvoient une image réduite et réductrice (souvent présente dans la presse). Les motifs avancés pour expliquer ce traitement pour le moins injuste par les médias permettent de voir qu’un véritable défi est lancé à ces derniers, identifiés comme acteurs jouant un rôle d’ordre social et idéologique considérable.

L’immigration latino-américaine en Espagne :   Processus de féminisation

3Depuis les années 50, le flux migratoire en provenance des pays latino-américains et ayant comme destination l’Espagne, bien que résiduel marquait une tradition. En effet, durant cette époque, la volonté de la part du pouvoir franquiste de fonder une communauté réunie par un héritage hispanique commun, un sentiment d’appartenance identitaire, donna lieu à des traités et des conventions bilatéraux qui se concrétisèrent par d’importants échanges aux niveaux économique et culturel, ils rendirent propices les échanges de populations (estudiantines entre autres) entre l’Espagne et l’Amérique latine3.

4Ce mouvement migratoire vers l’Espagne prend un nouvel essor lorsqu’ à la fin des années 70, le pays se trouve en pleine mutation politique, économique et sociale. Ce contexte nouveau va susciter une grande demande en matière d’emploi. Ce flux inverse de façon définitive la tendance jusqu’alors traditionnelle de la migration vers l’Amérique latine. Pendant la période franquiste, ce sont surtout les populations argentines, chiliennes, uruguayennes qui émigrent vers l’Espagne, souvent pour des raisons politiques. Cette population s’intègre assez aisément dans la société d’accueil et bénéficie bien souvent des avantages de la double nationalité.

5A la fin des années 80, une troisième phase migratoire venant d’Amérique latine est amorcée. La population concernée se distingue de la précédente puisqu’elle provient désormais des Caraïbes et de l’Amérique andine. De plus, la population qui émigre est marquée par une forte composante féminine. A Madrid (une des deux zones principales de réception des migrants avec Barcelone) il est estimé qu’elles représentent alors 45% des nouveaux arrivants latino-américains. Cette population, à la différence de la précédente, se trouve confrontée à des difficultés majeures. L’immigration simultanée d’autres populations issues de pays non communautaires incite le gouvernement à prendre des mesures, dans le but de réglementer l’arrivée d’étrangers sur le sol espagnol (la loi 7/85 stipule dorénavant l’obligation pour le travailleur migrant latino-américain de se munir d’un permis de travail)4. Néanmoins, parallèlement, la population féminine d’Amérique latine ne cesse d’augmenter en Espagne. Les immigrés provenant de la République Dominicaine, du Pérou et de Colombie et plus récemment d’Equateur, montrent une composition féminine importante. En 1999, selon les statistiques de l’Instituto Nacional de Estadística (INE), les femmes représentent 65 % de la population totale en provenance d’Amérique latine. Alors que dans la première vague migratoire, il s’agissait bien souvent de familles entières, la dernière étape de la migration latino-américaine marque un processus de “ féminisation ” de la population dans lequel la femme émigre seule.

6Le cas des Dominicaines illustre assez nettement la féminisation des flux migratoires qui ont pour provenance l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale5. En 1999, elles constituent 80% de la population étrangère provenant de la République Dominicaine (source INE).

7Elles arrivent désormais seules, et espèrent être rejointes en Espagne par leur compagnon, leurs enfants ou par d’autres membres de la famille avec laquelle elles restent très liées malgré la distance. Ces femmes peuvent être considérées comme des pionnières, puisqu’elles ouvrent le chemin aux autres membres de leur famille et de leur communauté. Elles réalisent ainsi une immigration de type “ autonome ”6. Les raisons qui les poussent à émigrer sont souvent d’ordre économique, comme c’est le cas pour les Equatoriennes, les Péruviennes et les Colombiennes. Leur profil correspond plutôt à celui d’une femme jeune qui cherche à s’insérer sur le marché du travail (dans la majorité des cas, il ne s’agit plus de regroupements familiaux dans le sens traditionnel du terme, dans la mesure où c’est désormais la femme qui agit en éclaireuse)7. Le travail domestique et les emplois hôteliers, ainsi que le soin des personnes âgées à domicile représentent les modes d’insertion professionnelle les plus courants (bien qu’une bonne partie de cette population soit en possession d’un diplôme universitaire), puisqu’il s’agit là des secteurs à forte demande. Par conséquent, la prédominance de cette demande dans les villes espagnoles contribue de façon déterminante à féminiser l’immigration.

8Bien que la population féminine originaire d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale ait augmenté de façon significative (il est estimé que dès 1993, elles sont aussi nombreuses que les hommes latino-américains en Espagne), Yolanda Herranz mentionne que l’“ apparition ” systématique des femmes immigrées dans les statistiques ne date que de 1998. Les chiffres fournis par le Ministère du Travail et des Affaires Étrangères pour 1999 montrent clairement que cette tendance s’est accentuée, et que désormais près de 65% des résidents sud-américains en possession d’un permis de travail sont des femmes. De la totalité des permis de travail octroyés à la population dominicaine cette même année, 85% concernent les femmes. Ces dernières représentent 69% du contingent colombien, les Equatoriennes (dont les chiffres sont presque équivalents à ceux des Péruviennes, 64%) sont en possession de 66, 5% des permis attribués aux émigrés de leur pays (Voir tableau annexe)8.

9La longue tradition linguistique, religieuse et historique qui lie l’Espagne et l’Amérique latine constitue souvent un critère déterminant dans le choix de la destination. Dans le passé, une quantité considérable de personnes ont pu s’intégrer grâce à l’héritage historique qu’elles avaient en partage avec les Espagnols (les Argentins et les Chiliens en particulier ont rencontré moins de difficultés au moment de travailler dans un secteur qui correspondait à leurs aspirations de départ), la double nationalité facilitant ce processus. Le choix de la nationalisation dans ce cas pourrait s’appliquer à l’expression de Nathalie Beausoleil qui, en évoquant, non plus le versant de l’immigration lié au travail, mais plutôt son aspect culturel, remarque que : “ les marginalisé(e)s peuvent refuser la place qu’on leur assigne comme autre ”9. Cela fut possible jusqu’aux années 90. Désormais, la situation a changé. Ces liens culturels qui furent clamés si haut pendant l’époque franquiste et qui étaient entretenus et prônés en brandissant l’étendard de “ l’hispanité ”, apparaissent plutôt fragilisés voire malmenés dans l’actualité10.

“ La ” femme latino-américaine vue par la presse espagnole

10Plusieurs études consacrées à l’image de la femme immigrée dans la presse ont été récemment réalisées. Nous nous intéressons notamment aux recherches effectuées par deux équipes. L’étude placée sous la direction de Mary Nash s’est consacrée à la femme immigrée en général, tandis que celle menée par Elena Bonelli et Marcela Ulloa Jiménez s’est principalement intéressée au cas des Colombiennes et des Equatoriennes11. Les deux travaux s’appuient sur la presse locale et nationale afin d’identifier un traitement spécifique de la femme immigrée dans les journaux. Ces travaux nous ont particulièrement intéressées parce qu’ils s’inscrivent dans une même période, celle des cinq dernières années, et traitent exclusivement l’image de la femme immigrée en Espagne. Bien que les études qui analysent l’image des immigrés à travers les médias abondent dans l’actualité, la perspective de genre y est encore trop rare. 

11Il semble bien que la perception homogène qu’a le public de l’immigré ne se réduise plus forcément à celle d’un homme appartenant à une culture subalterne ; la femme a fait son apparition sur le devant de la scène médiatique. Dans les informations dont la femme immigrée fait l’objet, les femmes maghrébines sont des protagonistes incontestables. L’image qu’on attribue à ces dernières reste celle d’une mère de famille, analphabète et soumise. Le voile mythique et mystérieux qu’elle porte ou non alimente cette vision. Ce voile qui fascine est également perçu comme le symbole d’une religion qui effraie. Mary Nash souligne cette tendance et affirme qu’en revanche, la population maghrébine, jeune et cherchant activement à s’intégrer est peu représentée ; elle ajoute : “ La identidad  religiosa y sus expresiones externas representan un recurso para identificar en términos de alteridad de género a las mujeres inmigrantes (...)”12.

12L’image qui vient d’être évoquée est présentée à travers divers reportages et articles traitant de l’immigration, effaçant, ainsi, la présence des autres populations féminines qui ont quitté leurs pays pour aller vivre en Espagne.

13Lorsque la femme latino-américaine apparaît en tant qu’immigrée, c’est bien souvent pour alimenter les chroniques à vocation sensationnaliste. Le travail de recensement effectué pour déterminer l’image des Colombiennes et des Equatoriennes dans la presse entre 2001 et 2002, montre des résultats édifiants à cet égard. L’étude des titres d’articles révèle que pendant la première moitié de l’année 2002, pour 199 titres qui annoncent des articles sur l’immigration dans les quotidiens El País, El Mundo, ABC et La Voz de Galicia, 96 avaient pour thème la prostitution, les femmes colombiennes et équatoriennes étant souvent impliquées. Le travail domestique ne faisait objet que de cinq articles13. Voici donc le type de titres que l’on peut lire assez fréquemment dans la presse (cités par Bonelli) :

“ El dueño de un club de Lugo compró a una colombiana por un millón de pesetas ”

(“ Le propriétaire d’une boîte de nuit de Lugo a acheté une Colombienne un million de pesetas ”)

14ou encore :

“ Detenidas 11 personas de una red que prostituía a un centenar de inmigrantes ”

(“ Arrestation de 11 personnes appartenant à un réseau qui prostituait une centaine d’immigrés ”)

15Selon les résultats du recensement effectué, les idées transmises à travers ces informations semblent être les suivantes : traiter de prostitution aujourd’hui, revient à parler d’immigration, de l’autre, ils incitent à croire que toutes les immigrées latino-américaines (ou du moins colombiennes et équatoriennes) sont prostituées. Il s’opère donc une relation de cause à effet entre l’immigration et la prostitution (et donc la marginalisation), sans que ne soient analysés réellement les thèmes relatifs aux mafias, réseaux et autres trafics souvent mentionnés dans les titres en question14.

16Les deux tendances décrites précédemment font montre d’une perception bien peu glorieuse de l’immigration. Cette imagerie construite et servie par les médias, se plaît à décrire l’immigration féminine comme étant fréquemment liée aux actes délictueux et à la violence (même si ces femmes n’en sont pas les instigatrices). Nous voilà bien loin des récits héroïques qui décrivaient l’immigration européenne du XIXème siècle en Amérique comme une épopée, à travers le folklore, la littérature… Est-ce à dire que les obstacles, parfois surmontés, et les victoires vécues par ces femmes dans leurs expériences en tant qu’immigrées n’intéressent personne ?

17Cet emploi systématique de la femme latino-américaine en particulier et de la femme immigrée en général comme victime liée au trafic humain, ou à des pratiques culturelles exotiques, fait croire qu’il existe un problème spécifique  à ce groupe d’individus, ce qui n’a pour effet que de renforcer les préjugés de l’opinion publique fondés sur l’opposition entre “ eux ” et “ nous ”. De ce fait, les médias, s’ils ne représentent pas exactement l’opinion de la majorité, du moins tendent-ils à réunir les nationaux d’un côté et la femme immigrée de l’autre. Il s’opère ainsi une consolidation du lien social, non clairement défini comme tel mais réel. Simone Bonnafous, en étudiant le cas de la presse française et des clichés qu’elle véhicule dans les années 70-80, affirme :“ Ces illusions ne produisent l’effet qu’on leur connaît que parce qu’elles sont [établies], par une espèce de complicité objective, à l’insu des intéressés, et sans qu’il y ait pour cela accord concret ”15.

18Cette cohésion sociale reste bien partielle en réalité, puisqu’en réaffirmant les liens nationaux, elle porte préjudice aux aspirations de la société espagnole, aux valeurs multiculturelles. Aspirations que ces mêmes médias diffusent amplement…

19La situation des femmes latino-américaines, lorsqu’elles sont présentées comme des immigrées par la presse, apparaît donc comme paradoxale. D’un côté, elles sont absentes en tant que personnes appartenant à des collectifs déterminés, et de ce fait, elles sont loin d’être reconnues comme actrices légitimes dans la société d’accueil (n’oublions pas qu’une partie importante des immigrées des premières périodes ont trouvé leur place dans la société espagnole, même si ces dernières ne supposent plus un “ problème ” pour la société, leur cas est tout aussi significatif lorsque l’on veut traiter l’immigration en Espagne). De l’autre, lorsque leur présence est signalée, elles apparaissent dans des informations qui les discriminent en tant que minorité visible. Non seulement cette discrimination est la preuve d’un refus de leur accorder une place légitime dans la société, mais elle leur renvoie une image simplifiée à outrance qui persiste dans les esprits. De cette manière, la presse rend ces femmes invisibles, puisque ces dernières ne sont plus perçues comme des actrices légitimes. Au lieu de cela, elles sont totalement effacées, étrangères à la société dont le lecteur, lui, fait partie intégrante16.

Médias et immigration : critique du regard

20La critique qui motive les études précédemment citées, prend bien entendu pour cible le fonctionnement de la “ machine ” médiatique. Il faut d’ailleurs reconnaître que la dénonciation des pratiques journalistiques a fait l’objet de nombre d’études sociologiques, linguistiques, etc., la critique du regard médiatique se convertissant de ce fait en une discipline à elle seule17.

21Il a été observé que les ravages causés par les médias chez les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs sont réels, notamment parce que l’information divulguée dans la presse est associée à la vérité. Le potentiel de l’espace médiatique dans un contexte nouveau comme l’est celui de l’immigration en Espagne est donc tout aussi réel. Le linguiste Teun A. Van Dijk remarque justement à ce propos : “ El control directo [de los medios] sobre el discurso pasa a ser (…) un control indirecto sobre las mentes de las personas, dado que éstas adquieren y confirman sus actitudes e ideologías étnicas a través del discurso ”18.

22L’un des éléments clés dans les études critiques à l’égard des médias réside dans la question des sources. Les médias dépendent de ces données. C’est à partir de ces informations basiques qu’a lieu le modelage qui convertit l’ensemble des sources en information. Il a été mis en évidence que les sources qui sont utilisées pour élaborer l’information sur l’immigration correspondent à une liste dont les propres immigrés sont systématiquement exclus par omission. Cette “ routine ” professionnelle dans le rassemblement des sources laisse apparaître que les journalistes font appel en priorité aux institutions, aux experts en migration, aux services sociaux et aux ONG, ainsi qu’aux mairies. Les forces de sécurité se voient également sollicitées en cas d’évènements violents. Les études montrent qu’habituellement, l’immigré lui-même n’est pas pris en compte.

23L’éloignement et l’incommunication qui existent entre les porte-parole des minorités et les journalistes apparaissent comme flagrants dans le cas des femmes. Le projet mis en place entre la faculté de journalisme de Barcelone et certaines associations de femmes immigrées résidant dans cette ville reste significatif à cet égard (année 2000). Cette initiative part de deux constats : bien que les articles sur l’immigration affluent dans les médias depuis une dizaine d’années, les journalistes ne reçoivent pas de formation en matière d’immigration; d’autre part, le regard de cet “ Autre ” dans l’élaboration de l’information est une nécessité19. Ce travail constitue un ensemble dans lequel les chercheurs (doctorants en sciences de l’information, ou journalisme) proposent également un atelier pendant lequel les associations de femmes immigrées (essentiellement sud-américaines et philippines) et les journalistes collaborent dans la transformation des sources en information sur l’immigration. On peut regretter que cette collaboration reste un cas isolé, d’ordre expérimental en Espagne. D’autant plus que les femmes immigrées, bien qu’elles se réunissent de plus en plus pour former des associations, ne procèdent encore que rarement à la construction de leur propre image. Une étude approfondie sur la culture organisationnelle à l’initiative des immigrés et les relations que ces associations entretiennent avec les médias, surtout dans le cas des immigré(e)s latino-américain(e)s, ouvrirait certainement des voies de réflexions fécondes.

24Le manque de connexion entre les deux parties en présence montre que la responsabilité des journalistes dans la transmission de l’image des personnes immigrées s’avère totale dans l’actualité. C’est pourquoi, même si l’initiative des chercheurs à Barcelone marque une ambition certaine dans la concrétisation d’une société vue de façon pluridimensionnelle, nous affirmons avec Van Dijk que l’absence des minorités dans les métiers journalistiques ne peut que retarder la réorganisation du processus à travers lequel est élaborée l’information20.

25La consultation des enquêtes mentionnées précédemment mène à la conclusion suivante : les médias sont loin de constituer un lieu dynamique qui contribuerait à élargir la réflexion sur l’immigration. Il a été observé que les médias, en rendant invisible une partie importante de la réalité vécue par les femmes latino-américaines, procèdent en fait à la distorsion d’une réalité sur laquelle la population a besoin de s’informer si elle veut se situer dans le débat actuel sur ce sujet nouveau de préoccupation que représente l’immigration en Espagne.

26Si l’on compare le taux d’immigrés en Espagne avec celui d’autres pays européens, on constate que malgré les discussions qui animent la société espagnole, les immigrés ne représentent encore qu’une faible partie de la population globale. Étant donné que le nombre de personnes qui répondent à l’appel de l’Europe est de plus en plus important, tout porte à croire que la population immigrée en Espagne ne fera que croître pour dépasser amplement la proportion actuelle de 2% de la population nationale. Parallèlement, les voix des personnes immigrées, hommes et femmes revendiquant leur droit à être représentés selon leurs expériences et identités complexes se feront sans doute de plus en plus insistantes.

27Bien que les débats actuels autour de l’éthique journalistique semblent vouloir bousculer les habitudes, nous sommes en droit de nous demander si les médias en Espagne pourront alors se convertir en un lieu de dialogue significatif. Ce qui revient à nous questionner, dans ce contexte, sur le potentiel des médias en tant qu’espace de communication capable d’ouvrir au dialogue social.

Inicio de página

Bibliografía

BAÑÓN A. M., 2002. Discurso e inmigración, propuesta para el análisis de un debate social, Université de Murcie.

BEAUSOLEIL, N., 1996. “ Parler de ‘soi’ et des ‘autres’ femmes minoritaires: problèmes rattachés aux catégories d’identité dans la recherche féministe ”, Adam, D., Femmes francophones en milieu minoritaire, Les Presses Universitaires d’Ottawa,  pp 7-16.

BONNAFOUS, S, 1991. L’immigration prise aux mots, Kimé, Paris, p.18.

BONELLI, E., ULLOA, M. (coord.), 2001. Tráfico e inmigración de mujeres en España. Colombianas y ecuatorianas en los servicios domésticos y sexuales. Acsur Las Segovias, Madrid. http//www.acsur.org/acsur/ciudadania/Informetrafico.pdf

BOUGNOUX, D, 1993. Sciences de l’information et de la communication. Textes essentiels, Paris, Larousse.

BUSSY Genevois, D. (dir.), 2002. Les Espagnoles dans l’histoire : une société démocratique (XIXème-XXème siècles), Presses universitaires de Vincennes, Saint Denis.

ECOT, F, 2001. Les “ statuts ” de la liberté. Immigration féminine et associationnisme en Andalousie, mémoire de DEA, Université Paris 8, Saint-Denis.

ESCRIVA, A, 1999. Mujeres peruanas en Barcelona, thèse de doctorat , Universidad Autónoma, Barcelone.

GALLISSOT, R., 2001. L’imbroglio ethnique en 14 mots, Payot, Lausanne.

HERRANZ, Y., 1995. “Breve historia de la inmigración latinoamericana en Madrid. Perspectiva histórica e inserción en el mercado laboral”, La mujer latinoamericana en la migración internacional, colloque organisé par AMDE (Asociación de Mujeres Dominicanas en España) et IEPALA (Instituto de Estudios Políticos para América Latina y Africa), Madrid, 5-10 octobre.

1992. Formas de incorporación laboral de la inmigración latinoamericana en Madrid. Importancia del contexto de recepción. Thèse doctorale. Universidad Autónoma, Madrid.

GREGORIO, C., 1998. Migración femenina. Su impacto en las relaciones de género, Madrid, Narcea.

JULIANO, D., 1998. Las que saben, subculturas de mujeres, Horas y horas, Madrid.

MAQUEIRA, V. VARA, M.J, 1998. Género, clase y etnia en los nuevos procesos de globalización, ed. Universidad Autónoma de Madrid, Madrid.

NAÏR, S., 1992. Le regard des vainqueurs. Les enjeux français de l’émigration, Grasset, Paris.

NASH, M., MARRE, D. (eds.) 2001. Multiculturalismos y género. Un estudio interdisciplinar, Barcelona, Bellaterra, pp.21-47.

1998-2001 Repensar las imágenes del Otro/a: inmigrantes y otras culturas en la prensa española,  sous la dir. de Mary Nash Université de Barcelone. À paraître.

OSO, L., 1998. La migración hacia España de mujeres jefas del hogar. Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales. Instituto de la Mujer. Madrid.

RODRIGO, M., 1999. Comunicación intercultural, Anthropos, Madrid.

ROQUE, M. A., 1999. Mujer y migración en el Mediterráneo occidental, Icaria, Barcelona.

SAID, E.W., 2000. Culture et impérialisme, Trad. de Chemla Paul, Fayard, Paris.

VAN DIJK, T. A., 1997. Racismo y análisis crítico de los medios, Paidós Comunicación, Barcelone.

Documents consultés sur Internet

“ Asociación de Mujeres Dominicanas en España”, http://www.eurosur.org/amde.htm

Casanueva, C., Fernández, 2003. “Construyendo puentes a la tierra prometida: el rol de las redes sociales en el proceso migratorio de latinoamericanos en España”. http://www.memoria.com.mx/168/fdz.htm

Díaz, M, 2000. “Madrid como punto de encuentro hispanoamericano”.  http://www.hispanocubana.org/revistahc/paginas/revista8910/REVISTA5/articulos/madrid.html

Fernández-Rasines, P., 2002. “Ojos para el silencio: migrantes ecuatorianas en España”. http://www.elcomercio.com/noticias.asp?noid=3465

Papers, 2000. Revista de sociología, num. 60. http://www.bib.uqb.es/pub/papers/02102862n60.htm

Pedone, P, 2001. “La inmigración extracomunitaria y los medios de comunicación: la inmigración ecuatoriana en la prensa española”. http://www.ub.es/geocrit/sn-94-43.htm

Rizo, M, 2000. “ Romper el silencio.Una aproximación a los canales de comunicación entre mujeres inmigrantes y medios de comunicación”. http://blues.uab.es/olympic.studies/portal/122641/observa/mira/i7.html

Rodriguez, E. 2002. “Discursos visuales en la construcción de la otredad. La fotografía documental en la prensa española”. http://www.interculturalcommunication.org/rtf/rodriguez.rtf

Samper, S, 2002. “Musulmanas en la prensa”. http://www.pangea.org/~ariadna/comunicac0.htm

UNESCO, “Declaración sobre los principios fundamentales relativos a la contribución de los medios de comunicación de masas al fortalecimiento de la paz y la comprensión internacional, a la promoción de los derechos humanos y a la lucha contra el racismo, el apartheid y la incitación a la guerra. Proclamada el 28 de noviembre de 1978 (...)” http://es.geocities.com/educaenvalores/paz/docs/textos/decmedioscomun.htm

Inicio de página

Notas

1A. Bañón Hernández, p.19.
2Sur les recherches effectuées en Espagne et qui ont pour objet l’immigration féminine, centrées sur l’Amérique latine ou non, G. Aubarell, “ Una propuesta de recorrido bibliográfico por las migraciones femeninas en España ”, Papers, nº60, p. 391- 413. Cet article présente l’état de la question en sciences sociales et propose une intéressante bibliographie.
3Y. Herranz,  “ Breve Historia de la inmigración latinoamericana en Madrid”, p. 50.
4Op.cit, Y., Herranz, p. 52.
5Pour une étude détaillée de l’immigration dominicaine en Espagne, consulter l’ouvrage de C. Gregorio Gil.
6N.Ribas, Las presencias de la inmigración femenina. Un recorrido por Filipinas, Gambia, Marruecos y Cataluña, Icaria, Barcelone, 1999. L’auteur distingue trois modèles d’immigration féminine : l’immigration autonome (femmes philippines et latino-américaines), parce qu’elle illustre un cas où la femme gère sa situation d’immigrée à elle seule, se distinguerait de deux autres modèles :“ l’immigration dépendante ” que caractérise le regroupement familial, et l’immigration“ dépendante en transition ” (elle évoque le cas des Marocaines pour illustrer ce troisième cas).
7Les études consacrées aux femmes immigrées et au travail domestique sont apparues durant les années 90 en Espagne ; v. entre autres les travaux de L. Oso, C. Gregorio, M.A. Escriva.
8Bien que ces chiffres restent significatifs quant à la proportion d’hommes et de femmes, ils sont bien entendu à considérer avec réserve, puisque les permis de travail sont loin de représenter le nombre réel des personnes immigrées travaillant en Espagne. D’ailleurs, les différentes mesures de régularisations massives à l’initiative du gouvernement (1986, 1991, 2000) ont permis de se rendre compte qu’un nombre toujours croissant de personnes vivent et travaillent en Espagne, sans avoir de papiers.
9N. Beausoleil, p.13.
10L’analyse de la notion d’hispanité et de ses enjeux constitue un des thèmes centraux traités dans F. Ecot, Ecriture(e)s et transculturation, l’œuvre de création de Guinée Equatoriale, thèse en préparation.
11La première enquête, placée sous la direction de Marie Nash, est en attente d’être publiée. Néanmoins, les résultats ont étés communiqués dans divers articles et conférences. Nous nous sommes également intéressées à l’étude de E.Bonelli, et M. Ulloa, v. bibliographie.
12M.Nash, op.cit. p. 43. Cette vision n’est bien entendu pas exclusivement espagnole ; pour approfondir la question de l’orientalisme, voir E. Saïd.
13E. Bonelli, op.cit. p. 53.
14Sur l’approche sémiotique du “ (non) faire ” et du “ (non) dire ”, Bañón, op.cit. p. 145.
15S. Bonnafous, p. 18.
16Le colloque organisé par l’association de femmes immigrées “ Mujeres Entre Mundos ” : Mujeres inmigrantes y desarrollo (UE), Almeria, les 5 et 6 juin 2003, se propose justement de traiter des contributions multiples des femmes immigrées en Europe.
17Les références à ce sujet sont donc nombreuses. Pour une approche de la critique du discours médiatique sous ses diverses formes, consulter : D.Bougnoux, Sciences de l’information et de la communication.
18Van Dijk, Bañón, op.cit. p.14.
19Le travail de Catarina Gaya y Marta Rizo, met en évidence l’isolement des collectifs de femmes immigrées dans ce contexte, et par conséquent, leur manque d’accès aux moyens de communication.
20Van Dijk, A.Teun, p. 96.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Fabiola Ecot, « A l’ombre des médias », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 21 febrero 2005, consultado el 19 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/418

Inicio de página

Autor

Fabiola Ecot

Université Paris 8

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org