Navegación – Mapa del sitio

L’immigration guatémaltèque au Mexique: le regard du quotidien La Jornada (1996)

Nathalie Ludec

Texto completo

1Etudier l’immigration guatémaltèque au Mexique revient à s’interroger sur les limites d’une tradition de l’asile que le Mexique a mis un point d’honneur à respecter depuis le XIXe siècle, et surtout au cours du XXe. Mais depuis les années 80, le flux des réfugiés guatémaltèques dans le sud-est du pays a remis en question cette image du Mexique comme terre d’accueil de sorte que le gouvernement a dû repenser sa politique migratoire.

  • 1 Notre analyse exclut les migrants agricoles temporaires dont la situation par définition implique l (...)

2Le quotidien La Jornada en fait l’écho en informant sur les différentes formes d’immigration, qui ont produit une pluralité de statuts: l’exilé politique, le réfugié, le “ transmigrant ”1. L’exilé renvoie à une immigration individuelle, clairement identifiée tandis que le réfugié appartient à une immigration collective, à un flux de personnes à grande échelle.

3Le “ transmigrant ” est celui qui quitte son pays, le Guatemala, ou tout autre pays d’Amérique centrale, pour des raisons économiques; son objectif est d’atteindre les Etats-Unis via le Mexique.

Le Mexique terre d’asile

  • 2 Carlos Monsiváis, “ Un saludo ”, La Jornada, 20-03-1998.

4La longue tradition du Mexique comme terre d’asile s’appuie sur des considérations religieuses, philosophiques ou humanitaires et non pas sur le droit. Depuis la fin du XIXème siècle et jusqu’aux années 80, le Mexique a accueilli des immigrés de différentes nationalités. Au XIXème siècle, dans les années 60, le gouvernement de Benito Juárez a reçu dans la capitale les libéraux guatemaltèques, futurs chefs et promoteurs de la révolution libérale de 1871, comme Justo Rufino Barrios et Miguel García Granados. C’est au XXème siècle que le Mexique a réaffirmé son hospitalité en recevant sur son sol dans les années 20 et 30, des Juifs, les Espagnols de la République — environ 30 000 sont accueillis par le président Lázaro Cárdenas — les Nord-Américains fuyant le maccarthysme, les Vénézuéliens, les Brésiliens, les Argentins et les Chiliens harcelés par la dictature2.

  • 3 Nathalie Ludec, 2000.
  • 4 Entretien avec Oscar Edmundo Palma, Mexico, DF, 5-07-2000 (Nathalie Ludec, 2001).

5L’immigration guatémaltèque s’inscrit dans ce courant selon deux vagues significatives. Dans les années 30, la dictature de Jorge Ubico (1931-1944) pousse à l’exil des dirigeants syndicaux, des artistes, des intellectuels, des écrivains, parmi lesquels se trouvent, le peintre Carlos Mérida et Ernesto Capoano. En 1954, et jusqu’en 1978, avec l’Intervention nord-américaine contre le gouvernement démocratique de Jacobo Arbenz, l’exil s’amplifie, la migration s’accentue, vers la ville de Mexico où s’installent, entre autres, l’écrivain Luis Cardosa y Aragón et l’intellectuelle Alaíde Foppa3. C’est à Mexico que se reconstruit la gauche guatémaltèque, sous l’œil bienveillant des autorités mexicaines, selon Oscar Edmundo Palma, fondateur, en 1949, du Parti guatémaltèque du Travail (Partido Guatemalteco del Trabajo, PGT), qui continue à vivre dans le DF4. Malgré ces flux successifs, la communauté guatémaltèque se caractérise par son invisibilité, sa volonté d’anonymat et son désir de se fondre dans la société mexicaine, grâce à une langue et une culture communes.

6Mais à partir des années 80, la physionomie de l’immigration guatémaltèque change complètement. La terreur exercée sur la population pendant la présidence du général Fernando Romeo Lucas, à partir de 1978, et ensuite les opérations de génocide dirigées par le gouvernement du général Efraín Ríos Montt (1982-1983), provoquent un flux massif de réfugiés, issus des classes moyennes et surtout de la population indienne, dans le sud-est du Mexique. Pendant cette période, 150 000 Indiens arrivent dans le Chiapas (La Jornada, 29-07-1999).

7La longue tradition d’asile que le gouvernement mexicain a offert aux exilés politiques n’est plus en mesure de répondre à cette nouvelle situation, elle doit être relayée par une politique migratoire fondée sur de nouveaux statuts et organismes ainsi que par une politique extérieure en vue d’amener la paix au Guatemala. La présence de milliers de réfugiés entraîne de nouvelles obligations de la part de l’Etat mexicain.

De nouvelles obligations

  • 5 Selon la Déclaration de Cartagena, les réfugiés sont “ les personnes qui ont fui leur pays parce qu (...)
  • 6 http//www.unhchr.ch/french/html/menu3
  • 7 Il s’agit de l’aparté V de l’article 42 de la LGP (Ley General de Población) (1990) et des articles (...)

8Le Gouvernement mexicain élabore un nouveau cadre juridique, en introduisant la catégorie migratoire de réfugié par une réforme de 1990. Le texte reprend les concepts qui fondent la Déclaration de Cartagena5 (1984), qui à son tour amplifie les termes de la Convention (28 juillet 19516) et du Protocole relatifs au statut des réfugiés (4 octobre1967) des Nations Unies en l’adaptant au contexte latino-américain. Dans le cadre de sa politique démographique et en particulier en matière de réfugiés le Mexique approuve une nouvelle loi en 1992 et l’applique dès 19937.

  • 8 http://www.acnur.org

9Cette loi s’appuie sur de nouvelles institutions gouvernementales. En amont, la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés (Comisión Mexicana de Ayuda a Refugiados, COMAR) est créée le 22 juillet 1980. La COMAR dépend à la fois du Ministère de l’Intérieur (Gobernación) et du Ministère des Relations Extérieures, et dès 1981 elle signe avec le Haut Commisariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR) (Alto Comisionado de las Naciones Unidas para los Refugiados, ACNUR8) un Accord de Coopération pour la prise en charge des réfugiés.

El reconocimiento como refugiados representaba un problema central para la Comisión. En primer término, porque el flujo de centroamericanos hacia México era distinto al de las migraciones sudamericanas. Mientras que los refugiados de los países del Cono Sur eran gente con niveles socioculturales y educativos más altos, y en muchas ocasiones su traslado era canalizado por las propias embajadas de México en aquellos países, en el caso de los migrantes centroamericanos, la población era mayoritariamente de origen campesino y de zonas urbanas populares, y por la cercanía realizaba su traslado por sus propios medios.

Esto hacía más difícil el trabajo de definir su carácter de refugiado por motivos políticos o de guerra y, sobre todo, distinguirlos de los migrantes de origen económico que desde hace muchos años se dirigen a la zona sureste del país y, en algunos casos, hacia Estados Unidos. (Comisión Mexicana de Ayuda a Refugiados y Alto Comisionado de las Naciones Unidas Para los Refugiados, COMAR-ACNUR, 1999: 28)

  • 9 http://www.inami.gob.mx

10En aval, l’Institut national des migrations (Instituto Nacional de Migración, INM9) est créé en 1993 sous les auspices du Ministère de l’Intérieur.

Une politique extérieure active

11Le Gouvernement mexicain déploie tous ses efforts pour amener la paix au Guatemala et en Amérique centrale où la situation de guerre civile est un terreau favorable à l’exil.

12Les conférences qui réunissent les présidents d’Amérique centrale à Esquipulas, à l’est de la capitale guatémaltèque, à partir de 1986 (Esquipulas I), aboutissent à la signature d’un accord, le 7 août 1987, connu sous le nom d’Esquipulas II, dont l’objectif est de restaurer une paix durable dans la région. Dans ce processus s’engagent les présidents du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras et du Nicaragua. La détermination des mandataires encourage le gouvernement mexicain à promouvoir le rapatriement volontaire des réfugiés, dont la protection est réitérée lors de la session plénière du 19 novembre 1988 (Esquipulas III), à laquelle il participe.

13Les résolutions d’Esquipulas sont entérinées par le président guatémaltèque, Marco VinicioCerezo Arévalo, de la Démocratie Chrétienne (Democracia Cristiana), qui marque le retour des civils au pouvoir et une volonté de réconciliation nationale, qui mettrait fin à un conflit qui dure depuis plus de trente ans.

  • 10 Entretien avec GustavoMeoño Brenner, ex-guérillero, directeur de la Fondation Rigoberta Menchu Tum (...)

Derivado de dichos acuerdos (Esquipulas), el gobierno de Cerezo organiza lo que se llamó el Diálogo Nacional, y por primera vez se invitó a grupos representativos del exilio, de los diferentes sectores, de las capas medias, los artistas y académicos, y entre los refugiados campesinos, indígenas viviendo en el sureste de México. Por primera vez, delegaciones de exiliados y refugiados viajan a Guatemala para representar a sus propias comunidades en ese Diálogo Nacional. Ahí se inicia el Diálogo de Paz  entre la guerrilla y el gobierno, que empieza la negociación10.

14A la suite d’Esquipulas (1988), les Gouvernements du Belize, du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique et du Nicaragua ont convoqué une Conférence Internationale sur les Réfugiés d’Amérique centrale (Conferencia Internacional sobre Refugiados Centroamericanos, CIREFCA) qui a réuni les représentants de 55 pays dans la ville de Guatemala City en mai 1989.

La Conferencia reiteró su adhesión a los principios fundamentales de los derechos humanos y a la protección de los refugiados, en especial, el de la no devolución, expulsión o detención de éstos por motivos de su ingreso ilegal al territorio del país de donde se encuentran, y ratificaron la vigencia de la institución de asilo en la región. (COMAR-ACNUR, 1999: 13-14)

15Le processus élaboré par la CIREFCA a abouti à un bilan provisoire de la part des sept pays d’Amérique centrale, à Mexico, les 28 et 29 juin 1994, sous l’égide du Gouvernement mexicain et des Nations Unies. Pour le Guatemala, l’Accord d’Oslo, signé en juin 1994, entre le Gouvernement de JorgeSerrano Elías et la guérilla, regroupée au sein de l’Union révolutionnaire nationale du Guatemala (Unión Revolucionaria Nacional de Guatemala, URNG), est un pas vers la réintégration des personnes déplacées et des réfugiés. Quant au gouvernement mexicain, il s’engage à encourager le rapatriement volontaire et à examiner les possibilités d’intégration, dans les Etats de Campeche, de Quintana Roo et du Chiapas, des réfugiés qui ne veulent pas retourner dans leur pays d’origine. (Naciones Unidas: 1994)

Rester ou rentrer?

16Le gouvernement mexicain, sur le plan intérieur comme dans sa politique extérieure, a préparé le terrain pour répondre aux deux options offertes aux réfugiés: rester au Mexique ou retourner au Guatemala.

17Le rapatriement a commencé bien avant la signature des Accords de Paix au Guatemala, qui a eu lieu en décembre 1996. Le retour massif (repatriaciones voluntarias) au Guatemala s’est déroulé en trois mois, entre le mois d’octobre 1992 et le mois de janvier 1993, grâce à la coopération étroite entre les institutions mexicaines et internationales (HCR) et aussi grâce à la pression internationale, plus forte depuis l’obtention du Prix Nobel de la Paix par la guatémaltèque Rigoberta Menchu Tum, en 1992. Cette même année, à partir du 8 octobre, des Commissions Permanentes de Réfugiés (Comisiones Permanentes de Refugiados) siègent au Mexique; appuyées par le HCR et la COMAR, elles signent des accords avec le gouvernement guatémaltèque:

Estos acuerdos constituyen uno de los primeros entendimientos de esta naturaleza que se hayan dado entre una población refugiada y el gobierno de su país de origen, con lo cual se establece un hito (...) para la solución de una situación de refugio. (COMAR-ACNUR, 1999: 14)

18Les rapatriements se prolongent jusqu’en 1999: “ Partió de México el último grupo de los repatriados guatemaltecos. (...) Eran 61 y viajaron a bordo de dos autobuses ” (La Jornada, 29-07-1999).

19Afin de régulariser la situation des réfugiés, le gouvernement mexicain élabore un Programme de Stabilisation Migratoire (Programa de Estabilización Migratoria), en août 1996. Ce programme propose deux types de permis migratoires: le FM3 pour les candidats au retour et le FM2 pour ceux qui décident de rester au Mexique.

20Pour ces derniers, le Ministère de l’Intérieur mexicain met en place un Programme d’Intégration socio-économique (Programa de Integración Socioeconómica) qui prévoit des infrastructures en matière d’éducation et de santé.

21Le Gouvernement mexicain a adopté une politique à l’encontre des réfugiés qui respecte les engagements pris lors des conférences de 1984 et 1989 (CIREFCA), renouvelés lors de la ratification, le 7 juin 2000, des Conventions des Nations Unies concernant la protection du statut de réfugié (1951) et du Protocole additionnel (1967). Selon le responsable de la COMAR, Carlos Arnau Avila:

El modelo mexicano no ha sido adoptado por ningún país, pues ha implicado no sólo el otorgamiento de la nacionalidad a unos 5 mil guatemaltecos y la atención a los hijos nacidos en México, sino que se les ha dotado de tierras, lo cual es un hecho inédito. (COMAR-ACNUR, 1999: 14)

22Au-delà de la perspective politique, il nous faut à présent mesurer la portée de ces dispositions et programmes à l’aune de la réalité vécue par les immigrés guatémaltèques au Mexique.

23S’agit-il de donner une bonne image du pays à l’extérieur, renforcée par la position phare du Mexique dans la résolution des conflits régionaux et/ou former et sensibiliser une opinion publique au phénomène migratoire?

24Le traitement de l‘immigration guatémaltèque à travers le prisme de la presse offre des éléments de réponse. La presse se révèle être un instrument efficace qui reflète les insuffisances de la loi, les défaillances des mesures politiques et les difficultés d’application des programmes de protection et d’assistance aux réfugiés.

Visibilité de l’immigration guatémaltèque: La Jornada

La Jornada

  • 11 Jacqueline Covo, “ La Jornada de México y sus territorios ”, Prensa, impresos y territorios en el m (...)
  • 12 Elena Poniatowska, “ Presentación de la candidatura de Carmen Lira Saade ”, La Jornada, 6 de junio (...)
  • 13 La Jornada, 19 de septiembre de 2001, Editorial.

25La Jornada11est un quotidien mexicain national, dirigé depuis 1996 par Carmen Lira Saade12 dont la carrière journalistique est marquée par des positions politiques de gauche et une profonde connaissance de l’Amérique centrale et du Guatemala en particulier. Par ailleurs, depuis sa création en 1984, La Jornada respecte une ligne éditoriale13 qui prône un contenu non conformiste face au pouvoir tout en se faisant le porte-parole des sans-voix et de la dissidence. La Jornada est en effet l’un des quotidiens les plus critiques face à la politique du Gouvernement mexicain; il s’est érigé en tribune des néo-zapatistes depuis le début du conflit dans le Chiapas, en janvier 1994.

26L’analyse de contenu comprend les articles publiés durant l’année 1996, une période clef pour les deux pays. Au Guatemala, on assiste, en décembre, à la signature des Accords de Paix (Acuerdo de Paz Firme y Duradera) entre le gouvernement de Alvaro Arzú et la la guérilla (URNG). Au Mexique, le gouvernement affirme sa politique de régularisation des réfugiés.

27La recherche des articles s’est faite en ligne, dans les archives électroniques du journal, à partir des occurrences suivantes, isolées ou par paires, de façon quelque peu intuitive: “ Guatemala / Guatemaltecos / Migración guatemalteca / Pollero /Coyote / Indocumentados ”. Ce type de recherche présente l’avantage d’être facile, rapide et disponible à tout moment. Chaque page affiche dix résultats de façon chronologique ou pas, selon le choix de l’internaute. Chaque unité rédactionnelle est affectée d’une indexation, créée par le journal, qui est un fragment de l’adresse électronique (URL), mais qui ne permet pas toujours de repérér le thème et donc la pertinence de la sélection par rapport à l’objectif fixé.

28Par exemple:

[opinion.html]...  un estatus legal poco claro, la Secretaría de Gobernación ha puesto en marcha un plan de estabilización migratoria dirigido a los 30 mil refugiados guatemaltecos que viven en Campeche, Chiapas y Quintana Roo. Esta resolución ha suscitado comentarios de diversa índole en torno a una pregunta recurrente ...

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961209/​opinion.html

29Cette partie de l’URL renvoie à des informations sur le document dont on ne peut pas définir les critères de choix. Elle peut correspondre au nom ou au prénom d’un personnage central de l’article ,

[augusto.html] La Jornada 16 de noviembre de 1996 Augusto Monterroso Del periodismo y la literatura* En mi reciente visita a Guatemala con motivo del Doctorado Honoris Causa que la Universidad de San Carlos tuvo a bien otorgarme a principios de este año, mi amigo Augusto Enrique Noriega (a quien extraño aquí y ahora ...

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​nov96/​961116/​augusto.html

  • 14 inah: Instituto Nacional de Antropología e Historia.
  • 15 Comisión de Concordia y Pacificación.
  • 16 Human Rights Watch.

30au nom ou au sigle d’un organisme- AI, cepal, inah14, cocopa15- ou seulement à une partie- human16-, ou encore à un genre journalistique -edito, fotos. Cette liste n’est pas exhaustive, ces exemples montrent seulement que cette indexation ne remplit pas les fonctions d’un titre de presse. Par ailleurs chaque résultat est accompagné de trois lignes extraites du corps de l’article, où apparaît surlignée l’occurrence cherchée, mais ce texte court ne permet pas de savoir s’il répond vraiment à notre recherche.

[realidad.txt.html]

... a la Realidad, ejido tojolabal de la selva Lacandona. Uno de ellos se presentó el 3 de abril en Gabino Vázquez, donde el Instituto Nacional de Migración (INM) tiene un puesto de control. Allí, a unos kilómetros de la cabecera municipal de Las Margaritas, cuando los participantes extranjeros mostraban...

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960406/​realidad.txt.html

31D’autre part, des erreurs et des répétitions se glissent dans les références: la répétition d’un article peut se produire à partir d’une double indexation, d’une date différente ou d’une erreur d’orthographe:

[premiojrulfo.html]... . Nicanor Parra, en cuya patria viví dos años de destierro, cuando el gobierno de Estados Unidos acabó con el régimen democrático de Jacobo Arbenz en Guatemala, y 19 antes de que aquel gobierno decidiera también hacer lo mismo con el de Salvador Allende, en Chile, en tanto que en las espléndidas alamedas ...

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961201/​premiorulfo.html

[monteroso.html]... . Nicanor Parra, en cuya patria viví dos años de destierro, cuando el gobierno de Estados Unidos acabó con el régimen democrático de Jacobo Arbenz en Guatemala, y 19 antes de que aquel gobierno decidiera también hacer lo mismo con el de Salvador Allende, en Chile, en tanto que en las espléndidas alamedas ...

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961201/​monteroso.html

32Le recoupement et l’analyse des résultats par occurrence ou cooccurrence a abouti à un corpus de 39 articles (Annexe 1).

Stratégie rédactionnelle

33L’approche quantitative permet d’évaluer l’intérêt du journal pour l’immigration guatémaltèque au Mexique. En mesurant la fréquence des informations (Annexe 1), on observe une continuité tout au long de l’année et une diversité de l’information répartie selon les divisions thématiques suivantes :

Exilé politique

Réfugié

Transmigrant

10 articles

 12 articles

 17 articles

2-04

18-04/2

19-04

5-05/1

21-07/2

10-09/3

16-11/1

16-11/2

1-12

29-12

27-02

3-06

10-09/1

7-10

11-10

14-11

17-11

9-12/1

9-12/2

9-12/3

17-12

31-12

14-03/1

14-03/2

13-04/1

13-04/2

16-04

18-04/1

5-05-/2

6-05/1

6-05/2

23-06

24-06

14-07

17-07

18-07

10-09

21-07/1

15-08

34La diversification des genres journalistiques renforce l’objectivité de l’information, distribuée de la façon suivante:

Editorial

Reportages

Interviews

Articles

 Photo

1

16

3

18

1

35Les reportages, qui incluent discours et interviews, favorisent une pluralité de points de vue. Témoins, acteurs ou victimes, les figures de l’immigration prennent la parole, comme le célèbre écrivain Augusto Monterroso (18-04 ; 19-04 ; 21-07), ou une volontaire du HCR, Helena Hofbauer Balmori, àMaya Tecún, Campeche(9-12-96/3).

36Sur les cinq photos des reportages, quatre mettent en scène des actes officiels (10-09 : “ Le président Zedillo offre l’Aigle Aztèque à l’écrivain Mario Monteforte en présence du président guatémaltèque Alvaro Arzú ”), des personnalités (27-02-96: visite officielle de Alvaro Arzú à Ernesto Zedillo, accompagnés de leurs épouses, Patricia Escobar et Nilda Patricia Velasco), du monde politique ou culturel. Ces photos symbolisent l’autorité et le pouvoir des décideurs, de ceux qui élaborent des programmes et ont entre leurs mains des solutions ( 29-12 : “ Augusto Monterroso et le commandant Rolando Morán peu avant de prendre l’avion qui doit les conduire à la signature de la paix au Guatemala ”); (31-12: “ Symboles : le général Julio Balconi, Rigoberta Menchú et l’ex-comandant guérillero Rolando Morán ”). Cette représentation officielle peut avoir un effet rassurant chez le lecteur.

37Cette mise en valeur du gouvernement mexicain et de son homologue guatémaltèque est d’autant plus voyante que l’unique photo connotée négativement est celle, prise au petit matin, de migrants temporaires entassés dans un camion sur une route de la campagne nord-américaine, on appréciera le nom du campement (18-07 : “ A l’aube, comme tous les jours, des journaliers du campement Las Pulgas (Les Puces) se préparent pour se mettre au travail). Cette tendance à incriminer les autorités nord-américaines et à mettre en valeur la politique du gouvernement mexicain se traduit aussi dans les titres de la Une (7-10) et en dernière page (14-03/1; 10-09/1, 14-11 et 9-12), des emplacements stratégiques qui attirent l’attention des destinataires. La dernière page du 14 mars est à ce sujet exemplaire: sur cinq titres concernant l’immigration, deux suggèrent les difficultés rencontrées par les autorités nord-américaines face aux sans-papiers (“ Grave, la inmigración de indocumentados: EU ”, “ Al menos 190 inmigrantes mueren al año en la frontera de Texas y México, según estudio ”) tandis que le Mexique organise une Conférence régionale sur les Migrations à Puebla (“ Inició en Puebla la Conferencia Regional de Migración; participan 10 países ”) et met en place à sa frontière avec le Guatemala un programme de protection des migrants (“ Se establecerá en la frontera con Guatemala un gupo Beta, de protección a migrantes ”).

38Quant à l’immigrant, dès le titre, son statut lui vaut une identification ou l’anonymat. L’exilé politique y est célébré (2-04: “ Monterroso en Guatemala ”). Le réfugié et le transmigrant font partie d’un groupe anonyme: il faut les protéger (14-03/1), contre le racisme, la violence (13-04/1/2), et régulariser leur situation (11-10; 14-11).

39La fréquence, la régularité et la représentation iconographique des informations renvoient à des choix rédactionnels qui favorisent, chez le lecteur, une familiarisation avec les faits et la réflexion.

Analyse de contenu

40L’analyse du contenu rédactionnel s’organise autour de deux axes: comment l’information caractérise les figures de l’immigration guatémaltèque au Mexique et quels sont les comportements des autorités mexicaines mises à l’épreuve par ces phénomènes migratoires ?

  • 17 “ el país de la eterna tiranía ”: définition du poète Luis Cardoza y Aragón.

41La Jornada permet une compréhension globale de l’immigration en l’associant à la situation interne du Guatemala (3-06; 9-12-96), “ le pays de l’éternelle tyrannie17 ” si l’on exclut les “ Dix années de printemps ” (1944-1954) - (5-05/1 et 21-07). Sur ce fond historique se détachent trois figures : l’exilé politique, le transmigrant et le réfugié.

L’exilé politique

42L’exilé politique est l’intellectuel par excellence, accueilli les bras ouverts. Son prestige rejaillit sur l’image du pays d’accueil. La Jornada identifie les exilés célèbres, poètes, essayistes (21-07 : Raúl Leiva) (10-09/1: Mario Monteforte Toledo), peintres (16-11 : Carlos Mérida), écrivains (16-11 : Luis Cardoza y Aragón), dont les œuvres ont enrichi la culture nationale.

43L’écrivain Augusto Monterroso, qui se définit comme “ el proscrito, el refugiado, el exiliado ” (21-07), est le point de mire du quotidien qui lui consacre pas moins de dix articles, dont deux interviews (18-04) (19-04) et un discours (21-07), non seulement pour son œuvre littéraire (18-04/2) mais aussi pour ses engagements politiques (19-04), comme “ rojillo ” (18-04/2). Son expérience est exemplaire dans la mesure où elle reflète les différentes étapes de l’exil: le départ forcé, dès 1944 au Mexique, la vie à l’étranger, au Chili, pendant deux ans et au Mexique à nouveau, à partir de 1956, et le retour au Guatemala, provisoire, en 1996.

44L’écrivain insiste sur le poids de l’exil (21-07 : “ involuntario ”, “ forzoso ”, “ duro ”), il décrit sa vie au Chili dans la grande pauvreté (19-04 : “ y eso es algo muy serio ”) et la souffrance, surpassées grâce à l’humour: “  cuando las escaseces del exilio chileno le hacían exclamar ante sus compañeros: ‘Si hemos de morir de hambre, que sea con el estómago lleno’ ”(5-05-96).

45A partir de 1956, l’exil, “ renouvelé ”,  est vécu plus sereinement, parce que “ volontaire ” et “ assumé ”(5-05) et surtout grâce au Mexique, ce “ généreux pays ” (21-07), où il trouve une “ seconde patrie ” (2-04) et un accueil chaleureux (19-04). A.Monterroso ne cesse de montrer sa reconnaissance envers les institutions mexicaines qui lui ont permis une intégration de qualité en exerçant pleinement son métier en tant que professeur à la l’Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM) et en publiant la totalité de ses livres. Mario Monteforte Toledo souligne ce contexte favorable et tolérant, “ ce respect pour la création littéraire ”(10-09/1). La seule exigence formulée aux exilés est de ne pas se mêler des questions politiques mexicaines (19-04).

  • 18 Gustavo Meoño, Oscar Palma et la fille d’Alaíde Foppa, Laura (07-2000, DF).

46Le Mexique offre de bonnes conditions de vie à ces exilés qui retrouvent leurs repères dans la culture mexicaine. La frontière avec le Guatemala est “ purement politique, nous partageons avec le Guatemala la même culture, la même race et les mêmes paysages ”, affirme Margarita Nolasco dans son livre Migración indígena en las fronteras nacionales (3-06); c’est ce qu’expriment A. Monterroso et d’autres exilés18 en déclarant: “ être ici, c’est presque être là-bas ”(19-04). Ils ont toutefois conservé la nationalité guatémaltèque. Ces paroles sont aussi imprégnées de nostalgie. A. Monterroso traduit ce lien affectif en se référant au cœur, là où l’on garde le pays d’origine (19-04), à qui il reste fidèle en tant qu’écrivain guatémaltèque (21-07).

47Dans ces conditions, le retour, même temporaire, est envisagé avec beaucoup d’enthousiasme d’autant plus qu’il s’accompagne d’une reconnaissance officielle de la carrière de l’écrivain après cinq décennies d’absence: A. Monterroso reçoit le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université San Carlos du Guatemala, celui de l’Ordre Miguel Angel Asturias, créé spécialement pour l’occasion, celui de Commandeur du Congrès de la République et le Quetzal de Jade remis par l’Association des Journalistes du Guatemala (5-05).

48L’image bienveillante de l’immigration guatémaltèque est celle de l’exilé politique, de l’intellectuel, clairement identifié, reconnu publiquement, établi dans la capitale; elle met en valeur le pays d’accueil, ses membres et ses institutions. Elle coexiste avec deux autres figures de l’immigration qui, elles, créent des problèmes: ce sont les réfugiés localisés dans le sud-est du pays, dans les Etats du Chiapas, de Quintana Roo et en particulier à la frontière du Belize, dans l’Etat de Campeche (15-08), ils méritent toute l’attention des institutions mexicaines. Par contre les transmigrants, migrants sans-papiers, qui atteignent les Etats du nord du pays (Basse Californie, Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo León) sont les victimes des autorités mexicaines et des trafiquants de personnes et se meuvent dans l’illégalité.

Le transmigrant

49Le transmigrant guatémaltèque est identifié selon son origine géographique, le Guatemala ou encore l’Amérique centrale (14-03 : “ migrantes centroamericanos ”) et appartient à un groupe de sans-papiers (14-04 ; 18-04 ; 21-07 : “ indocumentados guatemaltecos ”). Deux fois seulement, La Jornada précise le sexe (17-07:“ 93 hommes et 26 femmes, originaires du Salvador, du Nicaragua, du Honduras et du Guatemala ”) et l’âge des migrants (21-07 : Sur 18 sans-papiers guatémaltèques arrêtés se trouvent  quatre mineurs et deux femmes).

50Par contre, le quotidien fournit des données quantitatives précises associées à des mesures de justice. Les sans-papiers guatémaltèques sont “ capturés ” (23-06 : “ Durante 1996 en el estado han sido capturados 609 centroamericanos sin documentos: 109 de Honduras, 221 de El Salvador, 276 de Guatemala, tres de Nicaragua y tres más de China. ”), arrêtés, par imprégnation du contexte l’adjectif “ guatemaltecos ” équivaut à sans-papiers (21-07/1 : “ Detienen a 32 guatemaltecos en Sonora y Chihuahua ”). Ils sont remis (24-06) ou mis à disposition des autorités migratoires (14-07). Soixante Guatemaltèques qui avaient atteint les Etats-Unis furent expulsés vers le Mexique (18-04/1). Cette vision arithmétique répond à un traitement policier du sans-papier perçu comme un délinquant. Etant dans une situation illégale, ce dernier tombe sous l’autorité des différents corps de la police mexicaine (21-07/1 : Policía Judicial del Estado - PJF); (24-06 : Procuraduría General de la República - PGR), ou encore des services de l’Immigration (21-07 : Instituto Nacional de Migración - INM). Cette image négative est renforcée par des cooccurrences qui associent les migrations à des délits en tout genre: les présidents mexicain, E. Zedillo, et guatémaltèque, A.Arzú, recherchent un consensus sur des thèmes d’intérêt commun, “  commme la migration, la lutte contre le trafic de drogues et d’armes ” (27-02 ;10-09/2).

51Cette vision du transmigrant, délinquant, coupable donc et puni, est toutefois atténuée par des informations qui le présentent comme une victime, de “ bandes organisées ”, qui structurent, avec son lot de passeurs (polleros), l’immigration clandestine (pollerismo) (24-06 ). Sur ce thème, La Jornada fournit des explications précises et une description détaillée de tous les chaînons d’un vaste processus illégal, qui part du pays d’origine jusqu’au pays de destination, les Etats-Unis, via le Mexique. On appâte (enganchar) le migrant en lui promettant un emploi sûr aux Etats-Unis (24-06). Cette “ Odyssée des sans-papiers ” (6-05-/1) est semée d’embûches et de risques, que le quotidien ne cesse de rappeler: les migrants, sans défense, doivent affronter des “ mafias ”, des “ groupes criminels ”, des “ réseaux de trafiquants ”(14-03/2),“  des escrocs ”(6-05/1). Ces groupes sont nombreux et très bien organisés sur le plan local et continental. De source non officielle on sait que 15 bandes de passeurs (polleros) ont leur champ d’action sur l’axe Mexicali-Tecate-Tijuana, en Basse Californie, juste à la frontière nord-américaine (6-05/1), où arrivent des groupes d’au moins 20 personnes munies de faux papiers mexicains (24-06), appelés aussi “ cordes ” (6-05/1: EEUU“  llegan cuerdas de trabajadores de Guatemala ”), après un voyage, en camion, en bus ou en train, encadrés à chaque étape par les membres d’une même organisation (24-06 ). Ces trafics génèrent de gros bénéfices, en milliards de dollars (14-03/1), les prix vont jusqu’à trois mille dollars par personne, en partant du Guatemala jusqu’à Tijuana via Mexico (6-05/1). Mais le contrat avec le passeur n’est pas définitif, le migrant doit payer à chaque étape (14-07), il arrive aussi qu’on l’abandonne en chemin, qu’on le trompe ou qu’on le vole (24-06).

52La représentation des transmigrants guatémaltèques montre l’amplitude du phénomène de l’immigration illégale (pollerismo), bien documenté par La Jornada. Ses réseaux structurés contrastent avec l’indigence des migrants, proies faciles et désemparées, non seulement pour les trafiquants mais aussi pour les autorités mexicaines. La position de victime du sans-papier peut susciter une certaine compassion de la part du lecteur et aussi des questions concernant l’absence de volonté politique de la part du gouvernement mexicain pour faire face à ce phénomène qui pourrait opter pour une voie non répressive.

53Par contre la représentation du réfugié se situe dans un strict processus de régularisation, issu des rencontres et des discussions entre les présidents mexicain et guatémaltèque.

Le réfugié

54Le réfugié est identifié collectivement, à partir de sa nationalité et de sa citoyenneté. E. Zedillo propose aux “ citoyens guatémaltèques ” deux types de permis migratoire, le FM2 pour rester au Mexique, et le FM3 pour retourner au Guatemala (7-10). Les deux situations offrent les mêmes garanties d’encadrement, d’organisation et de prise en charge par les autorités mexicaines. Les candidats au retour sont accompagnés dans leurs démarches par les “ Commissions Permanentes des Représentants des Réfugiés Guatémaltèques au Mexique ”: “ Lasfamilias que retornarán proceden de 11 campamentos de Quintana Roo y del municipio de Las Margaritas, en Chiapas ” (14-11). Le choix des réfugiés, rester ou rentrer, se fait sur la base du volontariat; cette idée de libre arbitre et de respect pour l’option retenue est réitérée par le quotidien (27-02): “ La decisión para obtener el estatus será de los propios guatemaltecos, de conformidad con las solicitudes que recibirá la Secretaría de Gobernación. ” (7-10). Ceux qui décident de rester au Mexique pourront compter sur la bonne volonté de l’administration mexicaine, qui “ facilitera les démarches des 32 000 réfugiés ” qui ont choisi cette option (10-09/1). C’est avec optimisme que La Jornada présente les solutions pour faire face à la présence des réfugiés, dont la régularisation pourra leur permettre d’exercer légalement des activités économiques (14-11).

55De plus le quotidien donne à ses lecteurs, tout en les flattant, une image positive des réfugiés. Il insiste sur les motifs des familles guatémaltèques qui ont choisi de rester au Mexique, en s’appuyant sur des arguments propres à éveiller la compassion. Il s’emploie à réhabiliter une population dont les souffrances et les épreuves méritent toute l’attention et la compréhension de la population du pays d’accueil. Il retrace le parcours de ces réfugiés, ces “ personnes qui ont tout abandonné pour sauver leur vie ”, “ qui ont perdu tout repère ”. D’abord retirés au plus profond de la forêt, avant d’arriver dans le Chiapas, ils ont été pris en charge par le HCR et la COMAR. “ Aujourd’hui, 14 ans après  (...) ils ont reconstruit leur vie (...) Toutes ces années de reconstruction émotionnelle et matérielle les ont fortement attachés  à notre pays ” (11-10). Ce lien avec le Mexique se noue grâce aux enfants: “ La moitié des enfants des Guatémaltèques sont déjà mexicains par leur naissance ”, ce qui explique que “ 75 à 80% des réfugiés qui résident dans les Etats de Campeche et de Quintana Roo opteront pour la situation migratoire FM2 qui leur permettra de vivre au Mexique ” (11-10).

Es importante subrayar que más de la mitad de quienes dejarán de ser refugiados son menores de edad, nacidos en México, y que tanto ellos como sus padres dispondrán de libertad de tránsito y de derecho al trabajo. De esta forma, millares de familias que ya una vez habían perdido todo, podrán continuar su vida de un modo normal sin tener que abandonar nuevamente tierra y amigos en pos de una incierta inserción en el país natal que se vieron obligados a dejar. (9-12: éditorial)

56Le droit du sol (jus solis) favorise l’intégration. Des sentiments de solidarité et de fraternité ont rapproché les deux communautés durant “ presque 15 ans ” de coexistence (14-11). Ce sont des milliers de familles provenant de l’autre côté du fleuve Suchiate, “ des paysans du pays voisin ” qui vivaient dans des camps. “ Les paysans du sud-est ont partagé leurs faibles ressources avec leurs frères ” (9-12).

57De la même manière, les familles qui optent pour le retour se montrent reconnaissantes envers leurs “ frères mexicains ” (9-12). L’espoir et la confiance en une paix rétablie et définitive au Guatemala habitent les candidats au retour (1-12).

Con la esperanza de que la firma de paz entre la Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca y el gobierno del presidente Alvaro Arzú les permita iniciar una nueva vida, 80 familias de refugiados guatemaltecos asentadas en Chiapas y Quintana Roo retornarán a su país (14-11).

58Cette promesse de paix ressort d’une photo du général Julio Balconi, Ministre de la Défense et de l’ex-commandant guérillero Rolando Morán, réunis dans la région de l’Ixcán grâce à l’initiative du Prix Nobel R. Menchu Tum (31-12). Cependant le pessimisme plane autour des accords de paix entre le gouvernement et la guérilla. Un sourire de mauvais augure accompagne les déclarations du général E. Ríos Montt sur sa participation au génocide dont ont souffert les communautés indiennes dans les années 80, et qui a provoqué un flux massif de réfugiés au Mexique (17-12). Or la paix au Guatemala est une condition incontournable pour que la politique migratoire mise en place par le gouvernement mexicain porte ses fruits.

59Pays d’immigration et d’émigration, le Mexique s’attache à promouvoir une politique respectueuse des Droits humains à l’attention des migrants et cherche à entraîner dans son sillage le Guatemala et les Etats-Unis. Cependant, les insuffisances humaines et institutionnelles ne sont pas à la hauteur de ces objectifs.

Les limites d’une politique migratoire

Politique extérieure

60Le gouvernement mexicain est présent sur tous les fronts, économique, politique et social, pour promouvoir le retour des réfugiés et surtout la stabilisation, voire l’arrêt des mouvements migratoires provenant du Guatemala. Cet objectif est irréalisable sans le retour à la paix, que le président mexicain appelle de tous ses vœux (27-02 et 10-09/1).

61E. Zedillo, en visite officielle au Guatemala, ne cesse d’affirmer sa volonté de développer la coopération entre les deux pays afin de construire une frontière “ avenante et productive ” (10-09/1). Dans ce but, le président mexicain propose à son homologue guatémaltèque la signature d’accords économiques et la mise en œuvre de programmes de développement pour freiner l’immigration: “ Programa para el Desarrollo Sostenible de las Poblaciones Fronterizas, con el cual los dos países unirán esfuerzos para combatir la pobreza y la exclusión social en la región. ” (10-09/1). Il rappelle également le rôle du Mexique dans le rapprochement entre la guérilla et le gouvernement guatémaltèque pour parvenir à la “ pacification définitive ” du pays et à “ la stabilité et au bien-être des deux côtés de la frontière ” (27-02).

62E.Zedillo se présente comme un défenseur convaincu des Droits humains. Avec A. Arzú, il souhaite “ appliquer les lois migratoires en observant strictement le respect des droits humains et des garanties individuelles des migrants, indépendamment de leur nationalité, leur race, leur sexe ou leur condition migratoire ” (27-02 et 10-09/1). Il condamne toute “ violation des droits des migrants ” et toute “ attitude xénophobe ” (14-03/2) et s’efforce, par l’action de son gouvernement, à assurer que tout passage à la frontière se passe dans la “ tranquillité, le respect et la confiance ” (10-09/1). Sur le sujet des migrations et des Droits humains, le Mexique prétend jouer un rôle phare dans la région, en organisant une Conférence Régionale sur les Migrations à Puebla, le 13 et 14 mars, avec la participation de 10 pays, d’Amérique du Nord et d’Amérique centrale (27-02 et 14-03/2). Le Mexique semble vouloir donner des leçons aux autres pays, entre autres aux Etats-Unis, destination privilégiée non seulement pour les ressortissants d’Amérique centrale mais aussi du Mexique. Devant la Commision des Droits de l’Homme de l’ONU, le Mexique “ a exhorté les pays récepteurs de migrants à éliminer toute manifestation de racisme et de xénophobie de la part d’individus, et même de la part des autorités, à l’encontre des migrants ” (13-04/2).

Politique intérieure

63En matière de politique intérieure, le Mexique montre l’exemple. Le gouvernement mexicain peut compter sur ses institutions et ses fonctionnaires, prompts et efficaces, pour appliquer les programmes gouvernementaux.

64Le Ministère de l’Intérieur (Gobernación) assure la protection des transmigrants sans-papiers. Il prévoit d’établir des groupes Beta et Ebano, sorte de corps d’élite composé de 20 à 30 “ policiers parmi les plus honnêtes et efficaces du territoire ” (14-03/1), postés à la frontière du Guatemala et du Belize, afin de combattre le trafic de personnes et de “ protéger l’intégrité physique des migrants ” (15-08), à qui sera distribué une “ brochure informative sur les droits des migrants ” (14-03/1). On prévoit  “ une évaluation de ce Programme national de Protection des Migrants ” (15-08). La police prévoit des résultats encourageants, au regard des chiffres de 1995: “ seulement au Mexique, 850 personnes ont été jugées pour trafic illicite de personnes ” (14-03/1). Le quotidien décrit avec force détails l’arrestation, spectaculaire, en Basse Californie (21-07/1), de trafiquants (polleros), parfois facilitée par la coopération de la population locale, qui, par empathie, protège le sans-papier contre les escrocs(13-04/1).

65La prise en charge des réfugiés revient à l’Institut National des Migrations. L’INM dirige “ un programme de stabilisation migratoire qui concerne 30 000 réfugiés guatémaltèques installés dans les Etats de Campeche, du Chiapas et de Quintana Roo ” (9-12/3). Les tâches de l’INM sont prévues selon un calendrier précis : en octobre, localiser précisément les réfugiés dans les campements des Etats de Campeche et Quintana Roo (7-10 ), en novembre, préparer les permis migratoires et les remettre en décembre (11-10), “ environ 20 000 réfugiés ” sont concernés (14-11). Cette étape se prolongera jusqu’en mai 1997 (17-11).

66La Jornada affirme et réitère, de façon didactique et objective, les nouveaux droits des réfugiés qui cesseront de l’être grâce aux permis migratoires amplement décrits et définis (7-10) :

La FM-3 (no inmigrantes) para los guatemaltecos que permanecerán de manera temporal en territorio nacional y que regresarán a Guatemala, y la FM-2 (inmigrantes) para los que ya decidieron vivir en México. (11-10)

67Ces permis leur permettront d’exercer des activités rémunérées, de se déplacer librement sur le territoire national, qu’ils peuvent quitter provisoirement pour des séjours au Guatemala, et d’acquérir la nationalité mexicaine en se naturalisant (7-10).

68D’autres sources détaillent les informations déjà énoncées. Le représentant du HCR précise que seuls les droits politiques sont exclus, qu’après deux renouvellements du FM2, d’un an chacun, les réfugiés pourront demander leur naturalisation (11-10). On insiste aussi sur la gratuité des démarches : ces permis sont remis, donnés, concédés, sans aucun coût de la part des demandeurs (7-10).

69Tout ce processus de stabilisation, bien organisé, est destiné à résoudre enfin la situation des réfugiés qui, depuis 12 à 15 ans vivent dans une totale “ insécurité juridique ” (7-10). On peut regretter que ces mesures, indispensables, arrivent tard, tout comme la prise de conscience des autorités mexicaines. Le quotidien critique indirectement cet état de fait en soulignant l’inconfort  d’une situation qui empêchait les réfugiés de “ sortir librement des camps et de travailler pour faire vivre leur famille ” (7-10). Certains d’ailleurs sont rentrés au Guatemala, sans attendre les accords de paix, courant ainsi de gros risques (31-12).

70Malgré tout, le bilan est positif : c’est l’heure des congratulations. Le Mexique a trouvé “ la solution du problème des réfugiés guatémaltèques au Mexique ” (9-12/2). L’éditorial du 12 décembre rappelle qu’avec “ la régularisation de la situation migratoire de près de 20 000 réfugiés guatémaltèques, le Mexique confirme sa tradition généreuse de terre d’asile à laquelle il ne peut renoncer, et contribue de manière significative à clore le drame qu’ont enduré des dizaines de milliers de paysans du pays voisin (...) ”.

71Le sort des réfugiés a été pris à bras le corps par les autorités mexicaines, malgré quelques faiblesses, par contre en coulisse on y joue une autre pièce, pour les sans-papiers.

La paille des mots et le grain des choses

  • 19 wet-backs: ce terme anglo-saxon désigne les Mexicains qui traversent le río Bravo pour essayer de p (...)

72La Jornada dénonce les déficiences des institutions et les abus des autorités envers les transmigrants. Tous les corps de police sont impliqués : la police d’Etat, municipale et fédérale. Les sans-papiers sont des cibles vulnérables. La Coalition pour la Défense du Migrant (Coalición para la Defensa del Migrante ) accuse la police municipale de Mexicali de violation des Droits humains, pour outrepasser ses compétences en procédant à des interrogatoires illégaux (14-04/1). Les policiers “ ne se limitent pas à arrêter les sans-papiers, ils les frappent, les volent et les maltraitent ” (17-07). Les Guatémaltèques et les ressortissants d’Amérique centrale, sans aucune protection juridique, sont victimes de “ persécution, de discrimination, d’exploitation et, traités comme des délinquants, ils sont même incarcérés ” (18-07). Egalement à la frontière sud du fleuve Suchiate, “ tout comme les mojados (dos-mouillés19) mexicains, des centaines de Guatémaltèques doivent affronter l’hostilité des autorités migratoires mexicaines ” (3-06).

73On reproche par ailleurs aux fonctionnaires mexicains, du Ministère de l’Intérieur en particulier, leur démagogie, leur laxisme (5-05/2) en matière de contrôle des migrants illégaux, et leur indifférence (6-05/1 et 17-07). Ces accusations émanent de l’Académie Mexicaine des Droits Humains (Academia Mexicana de Derechos Humanos) et du gouvernement nord-américain, qui accusent le gouvernement mexicain de tirer de gros bénéfices du trafic d’illégaux (pollerismo). Le système est ainsi démonté. Le passeur (pollero), arrêté par la police (13-04 : “ culpable de violar el artículo 138 de la Ley General de Población puede recibir una sanción de 2 a 10 años de prisión y una multa de hasta 10 mil pesos ”) , peut, selon la loi, être remis en liberté en payant une caution ( 23-06 : “ el artículo 118 de la Ley General de Población ”). L’argent pourrait provenir du blanchiment des bénéfices de la drogue dont le trafic est bien implanté dans l’Etat de Basse Californie (6-05/1).

74Par ailleurs, la corruption et la vente de faux passeports, au sein même des services migratoires freinent la lutte contre l’immigration illégale (6-05/1 : “ Organismos no gubernamentales aseguran tener evidencias sobre el contubernio entre autoridades migratorias mexicanas y traficantes de indocumentados ”).

75Les ONG et les organismes internationaux pallient les déficiences des institutions mexicaines (17-07). Sont citées:

  • La Coalición para la Defensa de Migrantes de Baja California  (6-05/1)

  • La Academia Mexicana de Derechos Humanos, la Coalición de ONG Pro Defensa del Migrante, el Centro Scalabrini Casa del Migrante  (Tijuana) (17-07);

  • La Comisión de Solidaridad y Defensa de los Derechos Humanos de Chihuahua (18-07)

76Ces organisations prennent en charge les Guatémaltèques et les autres migrants d’Amérique centrale victimes des polleros (18-07). La représentante de l’une d’elles explique simplement les motifs économiques des migrants, “ des citoyens ordinaires ”, “ de bonnes gens ” et non pas des délinquants, qui ont dû quitter leur pays dans “ la tristesse et la douleur ” (17-07).

77Les représentants du HCR assurent le bon déroulement des programmes de régularisation des réfugiés, entre autres de l’octroi et du renouvellement gratuits des permis FM2 et FM3, et veillent ainsi à ce qu’aucun abus ou anomalie ne viennent entacher le processus, qui se veut irréprochable (11-10).

78La Jornada met en évidence les contradictions du gouvernement mexicain en matière de politique migratoire. Les transmigrants ne font pas l’objet de mesures spécifiques, dont bénéficient les réfugiés, ils restent invisibles, sans statut légal. Une politique migratoire destinée à ce groupe ne dépend pas seulement des autorités mexicaines, elle est du ressort des pays d’origine, du Guatemala et des autres pays d’Amérique centrale, ainsi que du pays de destination, les Etats-Unis.

79L’analyse du contenu rédactionnel de La Jornada  durant l’année 1996, autour de trois figures de l’immigration guatémaltèque au Mexique, débouche sur une vision ambivalente et contrastée du phénomène migratoire. L’exilé politique, de gauche, intellectuel, bénéficie d’un traitement valorisant dont le pays d’accueil partage le prestige. Malgré une tendance à criminaliser le transmigrant, considéré comme un délinquant, le sans-papier n’apparaît pas comme un facteur d’insécurité, il n’éveille pas d’hostilité au sein de la population, au contraire. Victime de circonstances insurmontables, que le quotidien laisse pressentir, il suscite la compréhension et la tolérance du lecteur. Il sert par ailleurs de révélateur des défauts et des fléaux de la société mexicaine, dont souffrent aussi les propres Mexicains, soit la corruption de ses fonctionnaires et des hommes politiques, le manque de volonté et le réflexe répressif pour résoudre les conflits. Ce dernier point est illustré par la guerre de “ basse intensité ” que livre l’armée mexicaine dans le Chiapas depuis presque dix ans.

80Sur le plan extérieur, il nous faut mentionner la précision avec laquelle le quotidien attire l’attention sur les relations que le Mexique entretient ou veut créer avec les organismes internationaux, comme l’ONU, où le gouvernement mexicain cherche à occuper une place qui le fera appartenir au “ Premier Monde ”. Ajoutons que le Mexique doit faire face à l’immigration et la transmigration, des phénomènes migratoires qui dépassent ses frontières et ses compétences et qui, à une échelle internationale, concernent notre système politique et économique.

81C’est ce que traduit La Jornada, dans son traitement de l’information, tout en affichant des préoccupations dignes d’une presse progressiste, que sont la lutte pour la justice, la démocratisation et la défense des Droits humains.

Inicio de página

Bibliografía

Castillo, Manuel Angel, 2001. “ Los flujos migratorios en la frontera sur de México ”, Cahiers de l’Ahlim (Amérique Latine Histoire et Mémoire), Migrations: Guatemala , Mexique , Université Paris 8, n°2, p.167-192.

Comisión Mexicana de Ayuda a Refugiados y Alto Comisionado de las Naciones Unidas Para los Refugiados (COMAR-ACNUR), 1999. Memoria Presencia de los refugiados guatemaltecos en México, Edición conmemorativa 50 años de la creación del Alto Comisionado de las Naciones Unidas Para los Refugiados (ACNUR), México, Ed. COMAR; COMAR-FCE 2a 2000, 323 p.

El País Semanal, 2003. “ Exilio la historia olvidada, España recupera la memoria de la tragedia más de 60 años después ”, Madrid, Diario El País, Domingo 12 de enero.

Franco, Leonardo, 2001. “ El asilo y la protección de los refugiados en América Latina Acerca de la confusión terminológica “ asilo-refugio ”, Informe de Progreso, Centro de Derechos Humanos de la Universidad Nacional de Lanús, Argentina, con la cooperación del ACNUR, 24 de enero, p.175-189.

Fundación Rigoberta Menchu Tum, 2000. Justicia universal por el genocidio en Guatemala , México, Ed. Fundación Rigoberta Menchu Tum, marzo, 115 p.

Ludec, Nathalie, 2001. “ Voces del exilio guatemalteco desde la ciudad de México”, Cahiers de l’Alhim (Amérique Latine Histoire et Mémoire), Migrations: Guatemala , Mexique , Université Paris 8, n°2, p.127-149.

2000. “ Reconstruir la memoria de Alaíde Foppa a partir de su participación en la Red ”, Debate feminista, Año II, vol 22,  México, DF, oct. p. 109-130.

Naciones Unidas, 1994.  Informe sobre la conclusión del proceso del CIREFCA  presentado por el Alto Comisionado,  “ Consolidación de la paz en América Central mediante un plan interinstitucional para atender a las necesidades a largo plazo de los desarraigados ”, 31 de agosto, 10 p.

Webographie

Inicio de página

Anexo

- Alto Comisionado de las Naciones Unidas para los Refugiados:

www.acnur.org

- Instituto Interamericano de Derechos Humanos

www.iidh.ed.cr

- Instituto Nacional de Estadística Geografía e Informática, México

www.inegi.gob.mex

-Instituto Nacional de Migración mexicano

www.inami.gob.mx

- Naciones Unidas http://humanlex.tripod.com/​Francais/​Fonu.htm

-  Convention relative au statut des réfugiés de 1951

www.unhchr.ch/frenchwww.unhchr.ch/spanish

-  Protocole du 4 octobre 1967 (entrée en vigueur) Comisión de Derechos Humanos sobre los Derechos Humanos de los Migrantes

www.unhchr.ch/spanish/html/intlinst_sp.htm

- Minugua (Mission de Vérification des Nations Unies au Guatemala)

www.minugua.guate.net

www.un.org/french/peace/f_minug.htm

Secretaría de Gobernación México

www.gobernación.gob.mx

Chronologie des 39 articles sur l’immigration guatémaltèque

1996 La Jornada  (LJ)

27-02: “ Recriminar y culpar a otros no ayuda a combatir al narco: Zedillo ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​feb96/​960227/​ZEDILLO1-PG.html

14-03/1: “ Se establecerá en la frontera con Guatemala un grupo Beta, de protección a migrantes ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​mar96/​960314/​beta.html

14-03/2: “ El flujo es el más alto desde 1946, asegura el subsecretario de Estado, Arturo Valenzuela ”,

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​mar96/​960314/​valenzue.html

2-04: “ Monterroso en Guatemala ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960421/​sem-pagimpar59.html

13-04/1: “ Detienen a nueve presuntos polleros en BC y Sonora; niega la PGR que las acciones respondan a presión de EU Policías de Mexicali acosan a mexicanos deportados, acusa una ONG ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960413/​FRONTERC-1204.html

13-04/2: “ Indagará la ONU la violencia racista contra migrantes, a petición mexicana ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960413/​EMBAJA00-1204.html

16-04: “ Superbarrio en el Río Bravo ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960416/​BRAVO001-064.html

18-04/1: “ EU: mil 100 migrantes fueron capturados en cuatro semanas ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960418/​migra.html

18-04/2: “ Luego de 43 años de exilio «asumido», el escritor retorna a Guatemala ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960418/​cultura.html

19-04: “ Porque hay injusticia, sigo siendo de izquierda, dice el escritor ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​abr96/​960419/​cultura.html

5-05/1: “ Primavera en Guatemala para Monterroso ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​may96/​960505/​opinion.html

5-05/2: “ Las leyes migratorias mexicanas, más severas que las de EU: Kolbe ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​oct96/​961007/​guate.html

6-05/1: “ Hasta 1000% ha aumentado la deportación mensual de mujeres por la garita de Mexicali, afirman ONG ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​may96/​960506/​MEXICA00-PG.html

6-05/2: “ ¿Y nuestra propia csenofobia? ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​may96/​960506/​cica0605.html

3-06:  “ Trece libros del Centro de Ecología y Desarrollo ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jun96/​960603/​ECO000-064.html

23-06: “ Localizan en Texas los cuerpos de dos indocumentados ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jun96/​960623/​FRONTERC-2206.html

24-06: “ Por todo el país, redes de polleros de indocumentados centroamericanos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jun96/​960624/​polleros.html

14-07: “ Detienen a tres polleros con 146 indocumentados centroamericanos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jul96/​960714/​pollero.html

17-07: “ En Texas y California, urgencia de «mano de obra barata y dócil ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jul96/​960717/​TRIUNFO1-PG.html

18-07: “ La firma de un pacto con EU, sujeta a la lucha electoral, estiman ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jul96/​960718/​TRIUNFO2-PG.html

21-07/1: “ En un año, 50% más de arrestos de indocumentados en Arizona ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jul96/​960721/​INDOCU00-2007.html

21-07/2: “ Retorno del proscrito ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​jul96/​960721/​sem-monterroso.html

15-08: “Chuayffet: detrás del EPR, grupos políticos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​ago96/​960815/​chuay.txt.html

10-09/1: “ Zedillo: México y Guatemala buscan construir una ‘frontera ejemplar’”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​sep96/​960910/​zedilloguate.txt.html

10-09/2: “ Las armas fuera de control en México llegan «del norte», no de Centroamérica, indica Gurría ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​sep96/​960910/​gurriaarmas.txt.html

10-09/3: “ Condecora el Presidente con el Aguila Azteca al poeta y político guatemalteco Mario Monteforte ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​sep96/​960910/​monteforte.txt.html

7-10: “ Estatus migratorio temporal a 100 mil campesinos guatemaltecos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​oct96/​961007/​guate.html

11-10: “ Vigilará ACNUR la regularización migratoria de 20 mil guatemaltecos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​oct96/​961011/​acnur.html

14-11: “ INM: comienza en diciembre la regularización de guatemaltecos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​nov96/​961114/​guatemaltecos.html

16-11/1: “ Del periodismo y la literatura ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​nov96/​961116/​augusto.html

16-11/2: “ Recibe Augusto Monterroso la medalla Queztal de Jade Maya ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​nov96/​961116/​monterroso.html

17-11: Tema libre

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​nov96/​961117/​clase.html

1-12: “ El premio Juan Rulfo ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961201/​premiorulfo.html

9-12/1: “ REFUGIADOS: ACTITUD EJEMPLAR ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961209/​edito.html

9-12/2: “ Residencia a 20 mil guatemaltecos ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961209/​guatemala.html

9-12/3: “ Hacia el fin del refugio guatemalteco en México ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961209/​helena.html

17-12: “ Sobre las matanzas de indígenas, todo ha sido olvidado «por Dios y la política»: Ríos Montt ”

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961217/​matanzas.html

29-12: Augusto Monterroso y el comandante Rolando Morán poco antes de abordar el avión que los llevaría a la firma de la paz en Guatemala. Foto: Alfredo Estrella

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961229/​fotos.html

31-12: “ Los indígenas, héroes de la paz en Guatemala, afirma Menchú ” (foto)

http://www.jornada.unam.mx/​1996/​dic96/​961231/​blanche.html

Inicio de página

Notas

1 Notre analyse exclut les migrants agricoles temporaires dont la situation par définition implique le retour au pays d’origine, le Guatemala. A ce sujet v. Manuel Angel Castillo, 2001.

2 Carlos Monsiváis, “ Un saludo ”, La Jornada, 20-03-1998.

3 Nathalie Ludec, 2000.

4 Entretien avec Oscar Edmundo Palma, Mexico, DF, 5-07-2000 (Nathalie Ludec, 2001).

5 Selon la Déclaration de Cartagena, les réfugiés sont “ les personnes qui ont fui leur pays parce que leur vie, leur sécurité ou leur liberté ont été menacées par la violence généralisée, l’agression étrangère, les conflits internes, la violation massive des droits humains et par d’autres circonstances qui ont gravement perturbé l’ordre public. ” (Comisión Mexicana de Ayuda a Refugiados y Alto Comisionado de las Naciones Unidas Para los Refugiados, COMAR-ACNUR, 1999: 15)

6 http//www.unhchr.ch/french/html/menu3

http//humalex.tripod.com/Francais/Fonu.htm

7 Il s’agit de l’aparté V de l’article 42 de la LGP (Ley General de Población) (1990) et des articles 165-166 du RLGP (Reglamento de la Ley General de Población).

8 http://www.acnur.org

9 http://www.inami.gob.mx

10 Entretien avec GustavoMeoño Brenner, ex-guérillero, directeur de la Fondation Rigoberta Menchu Tum , Mexico, DF, 13-07-2000 (Nathalie Ludec, 2001).

11 Jacqueline Covo, “ La Jornada de México y sus territorios ”, Prensa, impresos y territorios en el mundo hispánico contemporáneo, Pilar, Rennes 2, mai 2002, p.18.

12 Elena Poniatowska, “ Presentación de la candidatura de Carmen Lira Saade ”, La Jornada, 6 de junio de 1996

13 La Jornada, 19 de septiembre de 2001, Editorial.

14 inah: Instituto Nacional de Antropología e Historia.

15 Comisión de Concordia y Pacificación.

16 Human Rights Watch.

17 “ el país de la eterna tiranía ”: définition du poète Luis Cardoza y Aragón.

18 Gustavo Meoño, Oscar Palma et la fille d’Alaíde Foppa, Laura (07-2000, DF).

19 wet-backs: ce terme anglo-saxon désigne les Mexicains qui traversent le río Bravo pour essayer de pénétrer illégalement aux Etats-Unis.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec, « L’immigration guatémaltèque au Mexique: le regard du quotidien La Jornada (1996) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 11 julio 2011, consultado el 20 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/420

Inicio de página

Autor

Nathalie Ludec

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org