Navegación – Mapa del sitio

NICA/ragüense: le documentaire comme témoignage socioculturel du phénomène d'immigration nicaraguayenne au Costa Rica

Andrea Cabezas Vargas

Resúmenes

Source privilégiée de la mémoire visuelle et sonore, le cinéma documentaire serait-il un document du « réel » capable de nous aider à mieux appréhender le phénomène de l’immigration nicaraguayenne au Costa Rica ? C’est  en s’appuyant sur  cette question que nous proposons une lecture  du documentaire NICA/ragüense. Pour cela, le travail est organisé autour de trois parties. La première aborde le sujet du documentaire comme enquête sociale et source du témoignage direct. Dans la deuxième partie, nous nous intéressons à la vision du documentaire NICA/ragüense en tant que possible « contre-discours» du gouvernement et des médias nationaux. Pour conclure, nous traiterons l’apport de ce documentaire dans  la démythification des imaginaires sociaux autour de l’immigration nicaraguayenne au Costa Rica.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Le Costa Rica est le seul pays d’Amérique centrale considéré comme un pays d’accueil de migrants. En effet, il  vit une expérience migratoire bien différente de ses  pays voisins. Selon la dernière étude de l’observatoire démographique de la CEPAL publiée en avril 2006, le taux d’immigrants au Costa Rica était de 7,50%  contre 2,2% d’émigrants.

  • 1   Les pourcentages sont extraits de l’Organisation Mondiale pour les Immigrants. Disponible en lign (...)

2Selon l’Organisation Mondiale pour les Immigrants, aujourd’hui le Costa Rica atteint un taux de migrants de 10,5% du total de la population. C'est presque le même pourcentage que celui de la France, où le taux d’immigrants est de 10,5% et très légèrement supérieur à celui du Royaume Uni (10,4%)1. La « stabilité » politique et économique du Costa Rica attire de nombreux émigrants de la région. Même si la réalité du Costa Rica est très différente de ces pays européens, les conséquences sont en revanche les mêmes en terme social, économique et politique.

  • 2   Sondage de la population faite par l’ lnstituto de Estadísticas y Censo de Costa Rica.
  • 3   Castro Carlos, « Dimensión cuantitativa de la inmigración nicaragüense en Costa Rica : del mito a (...)

3Ce phénomène au Costa Rica n’est pas récent. Bien au contraire, l’immigration a toujours été présente dans l’histoire de cette nation. Elle a contribué à la formation de la base de la société costaricienne et à la construction de ses structures politiques, économiques, culturelles et sociales (Matarrita, 2009). Néanmoins, une augmentation importante du nombre de migrants nicaraguayens à la fin des années 90 et au début des années 2000, a généré des tensions sociopolitiques au sein de cette nation, avec des conséquences qui perdurent de nos jours. D’après le « CENSO 2000 »2 le groupe d’immigrants le plus important dans le pays est constitué par les Nicaraguayens avec un taux de 76,4% du total de la population immigrée3.

4De nombreux intellectuels, artistes nationaux et étrangers se sont exprimés sur cette question. Or, il convient de se demander comment les arts visuels, et plus particulièrement le cinéma, peuvent contribuer à l’étude du phénomène migratoire dans le cas si spécifique du Costa Rica?

Le documentaire : son inscription dans l’approche de la réalité sociale et de l’histoire récente

  • 4   Patigny Vincent,  « L’interdit documentaire »  in Saouter Catherine, Le documentaire : contestati (...)

« La caméra telle un œil, est devenu un organe d’analyse de la réalité sociale »4

5Avec le « cinéma direct », le cinéma documentaire est l’œil observateur des mouvements sociaux. L’Amérique latine n’a pas fait exception et dès 1958, le cinéma documentaire se mue en outil du militantisme social.

6Au Costa Rica, le documentaire en tant qu’« organe d’analyse sociale » émerge dans les années 1970, mais le sujet de l’immigration reste encore un phénomène tabou autant dans la société qu’à l’écran. C’est en 1986 avec le documentaire Situación de los refugiados nicaragüenses y la vigilancia que se lleva a cabo en la frontera con Nicaragüa, d’Eduardo Delgado et Rolando Moya, qu’est filmée pour la première fois la situation migratoire à la frontière nord du pays. En 1998, Maureen Jiménez réalise Más allá de las fronteras,  deuxième documentaire qui traite ce sujet. Mais c’est dans les années 2000 que les cinéastes documentaires s’intéressent davantage à ce phénomène désormais omniprésent au sein de la société costaricienne. Au cours de cette période, trois documentaires sont réalisés sur l’immigration : Desde el barro al sur de María José Alvarez et Martha Clarissa Hernández, 2004 ; La mesa feliz d’Ishtar Yasin et NICA/ragûenses5 de Julia Fleming et Carlos Solís, 2006. C’est avec ce dernier film que nous tenterons de rendre visible l’apport inédit du documentaire sur le rapport réalité sociale/histoire récente.

  • 6   Carlos Sandoval, entretien, La Prensa, Nicaragua,  le 3 juin 2005.
  • 7   Site internet des Nations Unies :

7Avec en toile de fond l’épisode peut-être le plus difficile de l’histoire  des immigrants nicaraguayens au Costa Rica, le documentaire NICA/ragüense s’inscrit pour certains spécialistes de la migration comme « le meilleur et le plus complet documentaire jamais produit sur l’immigration nicaraguayenne »6. Il a été tourné entre janvier 2004 et mai 2005. Ce sont des années symboliques qui ont marqué tant la population immigrante nicaraguayenne que la société costaricienne,avec des confrontations violentes, des émeutes et des rafles auparavant inimaginables dans un pays qui, selon les Nations Unies « bénéficie d’une réputation mondiale pour ses efforts dans la promotion de la paix et de la démocratie »7.

8C’est justement sa réputation de pays offrant paix et stabilité qui incite Julia Fleming à tourner ce documentaire. Ces valeurs de concorde et d’hospitalité sont paradoxalement aux antipodes des conditions de vie des immigrants sur le sol costaricien. Ce projet est conçu par Fleming, il part de son expérience personnelle au Costa Rica.

9De là surgit l’idée de départ, réunir toutes les pièces d’un « puzzle » pour mieux comprendre : « Qui sont ces immigrants ? », « Pourquoi sont-ils là et comment est leur nouvelle vie ?» Or, au cours du tournage, beaucoup d’autres questions d’ordre social, politique et culturel émergent. Pourcette démarche, les réalisateurs se sont servis de deux techniques filmiques répandues dans les années 60 et 70 avec  l’apparition du cinéma direct : l’enquête filmée et le témoignage.

L’enquête filmée comme source d’étude sociologique 

  • 8  La Rocca Fabio, Introduction à la sociologie visuelle in Sociétés, 2007/1,  no 95, p. 33-40.  

« L’image représente une richesse pour une interprétation plus complète de la réalité sociale »8

10Dans les études de sociologie de l’image, le théoricien Fabio La Roca expose une méthode d’analyse visuelle basée sur des approches différentes dont une intitulée « la sociologie de l’image ». L’image est employée comme moyen de collecte de données. Le film NICA/ragüense répond à cette approche dans la mesure où les réalisateurs se servent de l’image pour recueillir des informations précises. Dans ces processus ils utilisent l’enquête filmée, outil déjà prôné par les méthodes de la recherche sociologique. Ici, les réalisateurs ont cherché à répondre aux questions suivantes: Quelle est l’image que le Costaricien moyen se fait de l’immigrant nicaraguayen ? Quels sont les apports des immigrants nicaraguayens à la société costaricienne ? Caméra à l’épaule, Fleming et Solís parcourent les lieux d’affluence de la capitale San José pour interroger les passants. Ils vont dans une école, interrogent les enfants, leur enseignante, un chauffeur de taxi… Les différentes réactions, émotions, gestes et grimaces volontaires ou involontaires sont enregistrés par la caméra. Les résultats de cette enquête, riche d’un point de vue sociologique, représente un apport significatif pour l’étude des relations multiculturelles. Ils révèlent les imaginaires construits autour de la culture nicaraguayenne et permettent de mieux cerner le Costa Rica comme terre d’accueil.

Le témoignage, outil de la reconstruction de l’histoire récente 

11« L’histoire est connaissance, le documentaire est mémoire : le témoin est rarement libéré de ses souvenirs » (Gauthier, 2011 : 288). Ainsi s’exprime Guy Gauthier à propos de l’utilisation des témoignages à l’heure du cinéma direct. Pour lui, les traces d’un fait ne sont pas suffisantes pour le réalisateur du direct, à partir du moment où le son est devenu possible : il a fallu capter la mémoire encore « consultable ». Pour ce théoricien, l’intérêt n’est pas seulement de rechercher « la vérité » mais aussi de saisir l’imaginaire des individus, des groupes, et des éléments qui permettent la construction d’une mémoire collective. Dans le film NICA/ragüense, les réalisateurs adhèrent au compromis que Marc Ferro donne à l’historien : « Au lieu de se contenter d’utiliser les archives il devrait tout autant les créer, contribuer à leur constitutions : filmer, interroger ceux qui n’ont jamais le droit à la parole, qui ne peuvent pas témoigner » (Ferro, 1993 : 72). Ils ont décidé de ne pas se contenter  des discours officiels sur les immigrants, ils leur ont donné la possibilité de témoigner. Ainsi, la valeur du témoignage documentaire réside dans la capacité à saisir et rendre durable dans le temps le vécu des acteurs principaux de cette immigration.

12D’après les théories de Marc Ferro, les films qui constituent des documents d’analyse historique peuvent être classés dans quatre sphères : Histoire-mémoire, Histoire-générale, Histoire-expérimentale et Histoire-fiction (Ferro, 1993 : 125). Le documentaire NICA/ragüense entre donc dans la catégorie Histoire-mémoire. Tout d’abord, parce que comme tout document Histoire-mémoire, NICA/ragüense a pour centre d’analyse et d’observation une communauté : les immigrants nicaraguayens et la communauté costaricienne. Ensuite, parce que le principe d’organisation est chronologique : les informations et les faits sont réels et présentés tout en respectant l’ordre des événements. En outre, parce que l’objectif latent des réalisateurs est la dignité, caractéristique propre de tout document Histoire-mémoire, dans ce cas celle du groupe d’immigrants. Enfin, parce que les réalisateurs n’inventent  ni le contexte, ni le récit,  les personnes interrogées et le contexte appartiennent au monde « réel ».

13Héritage visuel pour la société costaricienne, NICA/ragüense est un témoin auriculaire d’une histoire récente d’une société qui se transforme et se reconstruit autour du phénomène de la migration.

Cinéma versus télévision : lectures des médias sur le phénomène de l’immigration

  • 9  Voir plus de détails de La Carpio sur  le site internet La Carpio en línea, Instituto de investiga (...)

14En 2004, des confrontations violentes ont lieu à l’ouest de la capitale costaricienne dans le quartier de La Carpio9.  Dès le début, ce lieu est stigmatisé comme un « bidonville » où ne résident que des migrants, en particulier Nicaraguayens, ou des Costariciens pauvres. Cette stigmatisation découle du fait qu’en 1993, un groupe de Nicaraguayens dirigé par Marco Aurelio Carpio s’est approprié des terrains à La Carpio alors que ces terres appartenaient à l’Etat costaricien.

  • 10   Cette mission a été nommée ainsi par la police et les médias.
  • 11   Ombudsman.
  • 12   PANI
  • 13   Defensoría de los Habitantes de Costa Rica, caso La Carpio  disponible en ligne sur : http://www. (...)

15Le 30 janvier 2004, le Ministère de l’immigration, en collaboration avec d’autres organismes de l’Etat, réalise une opération de contrôle migratoire à La Carpio. L’objectif consiste à arrêter les personnes en situation « irrégulière ». A 6 heures du matin, les forces de police interviennent arme au poing et bloquent la seule entrée du quartier pour contrôler chaque habitation. Toute personne sans papiers ou qui refuse le contrôle est arrêtée et transférée dans une « prison provisoire ». Face à l’opposition des habitants du quartier, la mission « coup de balai »10 devient très violente. Le rapport du Médiateur de la République11 atteste de cinq cent quatre-vingt  personnes arrêtées, de soixante-dix-neuf procès d’expulsion du territoire, avec vingt-cinq personnes seulement reconduites au Nicaragua, six enfants remis à la Protection de l’Enfance12, douze armes confisquées et seize personnes placées en détention judiciaire13.  Il ajoute que le Ministère de l’Immigration a violé l’article 37 de la Constitution. L’action de la police a été considérée comme une rafle arbitraire violant les droits de l’Homme des personnes illégalement arrêtées. Les rafles étant interdites au Costa Rica depuis 1993, l’État costaricien est condamné à indemniser les victimes.

  • 14   Propriété de l’entreprise canadienne Berthier EBI.

16Trois mois plus tard, en juillet 2004, une nouvelle confrontation a lieu à la Carpio. Les habitants bloquent le seul accès au quartier. Ce blocage empêche la circulation des camions de l’entreprise EBI Bertier14 qui, depuis l’an 2000, s’est installée dans la zone ouest du quartier avec l’accord du gouvernement. Près de sept cents tonnes de déchets traversent chaque jour les ruelles du quartier afin de rejoindre la décharge, à seulement quelques mètres du quartier. L’entreprise et le gouvernement avaient promis des titres de propriété aux habitants de La Carpio en contrepartie de leur accord sur l’installation de la plus grande décharge à ciel ouvert de la capitale. Les promesses n’ont pas été tenues. Face à la protestation des habitants, la police lance des bombes lacrymogènes, tandis que les habitants du quartier lancent des pierres. Le bilan fait état de nombreux blessés, vingt et une personnes arrêtées, six policiers blessés par arme à feu et de nombreux habitants souffrant de problèmes respiratoires, surtout des enfants.

  • 15   Selon l’expression de Paul Nizan.
  • 16   Termes employés par les journaux télévisés Teletica canal 7 et  Repretel dans leurs émissions con (...)

17Ces deux événements sont largement médiatisés : les journaux télévisés s’en servent pour « vendre » au téléspectateur ce qu’ils ont appelé une « couverture » totale de l’événement. Or le terme « couverture », très employé par les médias, dérive de la théorie positiviste comme l’affirme Carlos Sandoval: d’une part il est « lié à un événement indépendant à l’institution journalistique », d’autre part il est interprété comme « neutre » (Sandoval, 2002 : 56). Sauf que les discours tenus pendant ces événements sont nourris par une seule source : l’État. Cette source « officielle », selon Chomsky (2008) et Bourdieu  (2008), valide  la « véracité » des informations aux yeux du téléspectateur. Pourtant, elle agit au détriment de l’objectivité supposée des médias. Il s’agit d’une collusion des pouvoirs : Etat, corporations et médias. Tels des « chiens de garde »15, les médias favorisent l’autopromotion de l’Etat dans une mise en scène médiatique. De sorte que l’État, représenté par la police, est évoqué par les journaux télévisés comme le héros qui vient « balayer », « nettoyer » et « rétablir l’ordre ». Les habitants de la Carpio sont représentés quant à eux comme « immigrants », « illégaux », « violents » et « délinquants »16. Lorsque la caméra filme les agressions policières, un discours d’autodéfense justifie l’action. Complice de ce discours, la caméra se positionne du côté de la police et le spectateur a l’impression d’être agressé par les habitants de la Carpio. Lorsque un policier avertit « il faut se protéger, ils vont nous attaquer à nouveau », le caméraman court avec la police pour se protéger face à cette menace, le cadre focalise « l’ennemi » qui s’approche. Toutefois cette représentation de l’immigrant n’est pas limitée à ces événements. Pendant plus de trois décennies, les médias ont construit et transformé l’image de l’immigrant nicaraguayen au Costa Rica. D’après Carlos Sandoval, dans les années 80, le migrant nicaraguayen est représenté par les médias comme une menace politique qualifiée de « communiste ». Dans les années 90, il devient une menace sociale en tant que « vague », « inondation » ou « flux »  migratoire (Sandoval,2002 : 45-105). Alors que dans les années 2000, comme le documentaire le souligne, le discours évolue : l’immigrant nicaraguayen est perçu comme une menace publique au détriment de « la paix » et de « l’ordre ».

18Le récit filmique de NICA/ragüenses quant à lui nous introduit dans le contexte quotidien de l’immigrant. Il le présente d’abord en tant qu’être humain, avec son vécu, avant de présenter les événements violents de La Carpio. La caméra entre dans les lieux de travail, les quartiers et les maisons. Elle filme une vue panoramique du quartier qui entoure l’immigrant. Pour évoquer ces faits historiques, les réalisateurs insèrent des archives de la télévision pour mettre l’accent sur les gros titres des informations : « La Carpio tierra de nadie », « barrida en la Carpio », pour citer seulement quelques exemples de la connotation péjorative qui illustre l’intention des réalisateurs. Les reportages de la télévision sont montrés en alternance avec des images prises en direct par Fleming, réalisateurs donnant une perspective différente de celles des médias, et les témoignages d’habitants du quartier décrivant les abus de la police. Les mêmes images qui servent aux journalistes à glorifier le travail de la police sont utilisées ici pour le dénoncer. Le ralentissement des images accentue la brutalité avec laquelle la police abat certains «suspects » après leur arrestation. 

  • 17   Interview avec Noam Chosmky dans le documentaire : Manufacturing consents : Chomsky les médias et (...)

19L’analyse comparative montre la différence idéologique entre les récits. Les « oublis » de chacune des versions nous servent d’exemples. Dans le cas de la télévision, les présentateurs oublient que les actes commis par la police sont illégaux. Ils oublient également que les arrestations arbitraires sont fondées sur la stigmatisation et que ce degré de violence n’est pas justifiable. Quant aux réalisateurs, ils omettent le fait que la possession des terrains de la Carpio est un acte illégal. Ainsi la dichotomie entre les deux discours narratifs peut être expliquée. D’une part, les journaux télévisés se positionnent du côté de l’histoire « officielle » fournie par l’État. C’est ce que Bourdieu appelle « la censure invisible » (Bourdieu, 2008: 13-17) ou ce que Noam Chomsky désigne comme « les illusions nécessaires »17 où les médias sont au service des intérêts de l’Etat pour justifier leur action et contrôler les masses. D’autre part, les réalisateurs indiquent clairement leur volonté de montrer ce que Marc Ferro avait appelé l’histoire « cachée, insaisissable, non visible ». S’il est vrai qu’il existe des « omissions » dans le film, elles s’expliquent par le fait que ces oublis sont constamment rappelés dans les médias. Leur but est de rompre justement avec ces stéréotypes, même si cela représente une réalité difficile à admettre pour la société costaricienne.

Démythification d’un phénomène social : imaginaires et réalités autour de l’immigration.

20Comme un cri silencieux qui éclate dans notre inconscient, NICA/ragüense aborde un thème ancien mais avec un traitement nouveau de la société et de la politique costaricienne. Il nous engage dans une réflexion sur trois aspects liés à l’immigration nicaraguayenne.

Représentation de l’immigrant nicaraguayen dans la société costaricienne

21Le premier de ces aspects concerne la représentation que se font les Costariciens des immigrants nicaraguayens. Les citoyens costariciens donnent leur avis face à la caméra. Ils répondent aux  questions :

- Comment sont les Nicaraguayens ?

« Le Nicaraguayen est par nature violent »,

« Le Nicaraguayen prend trop de place »

« Ils sont trop dans le pays »,

 « Ils tuent leurs femmes, ils tuent leurs enfants et se tuent entre eux »,

 « Ils ont violé, ils ont tué, ils ont fait des choses mauvaises»,

 « Presque tous viennent  pour tuer ».

 - Qu’apportent-ils à la société costaricienne ?

  • 18   Régionalisme employé pour designer les citoyens costariciens.

 «Peut-être la main-d’œuvre moins chère mais ils prennent le travail de  ticos18 », 

  • 19   Fleming Julia et Solís Carlos, NICA /ragüense,  Costa Rica, Nicaragua, 2005.

« Ils n’apportent rien»19

22Ce sont quelques extraits seulement des réponses des Costariciens. Les différents témoins, des travailleurs, des jeunes et des enfants nicaraguayens,  confirment le mépris de la société costaricienne envers eux : « Je n’aime pas reconnaître que je suis Nicaraguayenne. Je n’aime pas. Je suis d’ici », « Au lycée, mes camarades et les professeurs se moquent des Nicaraguayens et de leur accent »  affirme Karla. Comme Karla, d’autres enfants refusent leur origine et cachent leur accent pour passer inaperçus, mais certains traits distinctifs leur rappellent leur origine « étrangère ». Le film reflète la crainte de l’immigrant d’être vu comme « étrange », « différent ». Il met en lumière la peur de l'Etranger (Kristeva, 1988) par le pays d’accueil, qui révèle le refus inconscient des autres et de soi-même selon la conception freudienne. Or, dans une société ou l’identité nationale a été construite sur « l’exception raciale », le mythe d’une race « blanche » en comparaison du reste de la population centroaméricaine demeure omniprésent. D’après Ronald Soto Quirós, cette idéologie d’une société blanche et pacifique est conçue dès le XIX ème siècle par les représentations des étrangers occidentaux sur les Costariciens (Soto Quirós, 2010). Ainsi, nourrie par cette représentation, la société costaricienne a adopté l’idéologie de la différenciation raciale et de l’exclusion. Les affirmations,  captées par la caméra, dévoilent le mépris et la xénophobie envers les immigrants nicaraguayens. A ce rejet  racial, s’ajoutent d’autres « antivaleurs » : leur accent différent, l’imaginaire visuel construit et manipulé par la presse, les stéréotypes de l’« illégalité », de  la « violence », et du « danger » latent qu’ils représentent pour la nation.

Les conditions de vie des immigrants au Costa Rica

  • 20   Etude du Centre d’Etudes pour l’Amérique latine, Nations Unies, 2006 :

23Pendant des décennies, le Costa Rica a construit une image paradisiaque qui attire l’attention non seulement des touristes, mais aussi des migrants. Il occupe la première place comme pays d’accueil d’immigrants en Amérique latine20.

24L’idéal visuel  du paradis costaricien est brisé par les images du film qui montrent  un monde « interdit »  et « dangereux ». Loin des spots publicitaires, des plages, des montagnes et des volcans majestueux, loin du confort des hôtels et d’un accueil chaleureux, les réalisateurs nous plongent dans la réalité crue de l’immigrant. La caméra nous transporte à Bajo los Anonos  et à La Carpio où habite un grand nombre d’immigrants. Deux quartiers marginaux, bâtis dans « l’illégalité », des ghettos construits avec des tôles, des planches, des cartons et toutes sortes d’objets recyclés. En marge de la société, ces quartiers sont exclus de la vie urbaine, exclus des droits sociaux  et des services publics. Les témoignages des habitants nous ramènent à leur vécu. Ils partagent leurs expériences avec le spectateur. Des voix et des regards reconstruisent des moments de douleurs et de souffrance dès lors qu’ils racontent les nombreuses difficultés auxquelles ils ont dû faire face pour atteindre et rester sur cette terre d’asile. Ils expliquent comment ils ont  traversé la frontière, certains légalement, la plupart illégalement. Ils décrivent les obstacles qu’ils ont dû surmonter: des obstacles naturels comme la traversée de montagnes et de rivières ; des animaux tels que des serpents et crocodiles ; des obstacles physiques comme  des blessures aux pieds et sur le corps après une longue marche. Ils témoignent des barrières humaines auxquelles ils sont confrontés jour après jour : l’hostilité de la société costaricienne vis-à-vis des Nicaraguayens, la corruption des policiers qui leur extorquent de l’argent pour ne pas les dénoncer, le travail sous-payé, les abus des certains employeurs et la violence dont ils ont été victimes pendant les émeutes de janvier et mai 2004.

  • 21   Après Haïti, le Nicaragua est le pays le plus pauvre d’Amérique latine.

25Certes le Costa Rica représente une terre d’asile et d’opportunités pour les migrants nicaraguayens qui veulent échapper à la pauvreté de leur pays21. Cependant, le paradis de prospérité et de joie est bien différent de ce qu’ils avaient imaginé. Les Nicaraguayens doivent se contenter de conditions de travail précaires dont les Costariciens ne veulent plus. Après les frontières territoriales, ils luttent quotidiennement contre « Las Fronteras de Cristal » (Fleming et Solís, 2005)les plus difficiles à surmonter, celles que l’imaginaire humain a créé pour différencier les cultures et diviser les pays.  

La position de l’Etat face à l’immigration

26Au Costa Rica, l’immigration a toujours été un sujet politique très sensible. C’est en brisant ce tabou que les réalisateurs du documentaire interrogent les représentants de l’Etat pour connaître la position du gouvernement sur les conditions de vie des immigrants.

27L'ensemble de ces entretiens filmés donne un panorama de la complexité de ce sujet. Marco Badille, l’ex-directeur du Ministerio de Migración y Extranjería » donne son avis : « Les étrangers qui veulent faire du tourisme sont les bienvenus, les étrangers qui veulent investir dans le pays sont les bienvenus mais ceux qui viennent travailler…là, il faut faire attention, il faut être sélectif » (Fleming et Solís, 2005) Lorsque le Ministre parle d’une sélection migratoire et de la nécessité de renforcer les lois de l’immigration pour restreindre l’accès aux étrangers, Juan Bautista Moya, ex-directeur de l’Institut du Café du Costa Rica, contourne la réponse sur la tolérance avec laquelle cet organisme accepte la présence d’immigrants illégaux : « Si nous n’avions pas cette main d’œuvre nicaraguayenne, nous ne pourrions pas récolter la totalité du café national ». Par ailleurs, Ronald Chavarría, propriétaire d’une plantation de café affirme: « pendant la récolte, ce qui m’intéresse le moins ce sont les papiers des immigrants, la priorité c’est la récolte du café ». Pour lui, les étrangers ne représentent pas un problème, au contraire : «Nous devons remercier les Nicaraguayens car sans eux le café de la finca et du reste du pays serait en train de tomber, c’est eux qui viennent sauver cette situation » ; la main-d’œuvre costaricienne n’est pas suffisante pour la récolte de café et il est indispensable de recruter des étrangers.

28Le positionnement paradoxal de l’État costaricien est dévoilé. D’une part, il fait des rafles instrumentalisées et médiatisées pour montrer à la population « l’efficacité » du gouvernement dans l’éradication de l’immigration. D’autre part il ferme les yeux sur la présence de travailleurs nicaraguayens illégaux pour favoriser les intérêts économiques des producteurs.

Conclusion

29Le cinéma, sous forme de fiction ou de documentaire, constitue un support de la mémoire visuelle de toute société contemporaine. Selon les théoriciens comme Marc Ferro et Robert Rosenstone, le cinéma change les perspectives d’approche des sciences humaines. Il permet de saisir des réalités auditives et visuelles qui ne peuvent être perçues par le biais des sources écrites comme la littérature, les archives et les journaux.

30NICA/ragüense nous permet d’appréhender différemment certains phénomènes socioculturels et historiques de l’immigration nicaraguayenne au Costa Rica. Loin de l’image d’un pays exemplaire, le film montre la terrible réalité d’un pays confronté à ses mythes et à ses peurs. Le travail et la paix que proclame l’hymne national costaricien sont perturbés par des images qui révèlent la dégradation d’une société en plein changement dont le malheur est incarné par les immigrants. Le point de vue de Fleming et Solís nous incite à repenser la question de l’immigration, avec un regard humain,  à nous questionner sur ses  enjeux sociaux, culturels, politiques et économiques. Certes, le film dérange la société costaricienne et ses valeurs. Mais, il nous invite aussi avant tout à une ouverture d’esprit. Le documentaire fait preuve d’une grande solidarité entre les habitants des quartiers mixtes, constitués par des nationaux et des immigrés, et reflète l’engagement des personnalités costariciennes qui défendent les droits de ses voisins. Il nous entraine à réfléchir à l’idée d’une société binationale :

  • 22   Témoignage de la députée Epsy Cambell.  

Le Costa Rica a beaucoup changé en 15 ans et au cours des 20 prochaines années le mélange de la culture costaricienne/nicaraguayenne, que personne n’aurait imaginé, va se renforcer. Ce sera la nouvelle culture costaricienne… Je suis descendant d’immigrants jamaïcains du siècle dernier, je pense que les nouvelles identités se construisent à travers les flux migratoires (Fleming et Solís, 2005)22.

  • 23   Interview téléphonique avec  Julia Fleming, le 23 avril 2012.

31NICA/ragüense a une valeur incontournable tant en termes de la représentation de l’histoire costaricienne que de l’histoire contemporaine de migrations Sud/Sud. Toutes ces histoires singulières, qui seraient tombées autrement dans l’oubli, constituent une pièce d’un puzzle géant, toujours en construction. La sensibilité de Julia Fleming, diplômée d’Histoire de la Brown University, a permis de « capturer »un momenthistoriqueraconté par les acteurs principaux. Fleming permet aux immigrants de contester la version officielle. Ainsi, son film ouvre la voie aux divers moyens d’expression audiovisuels en faveur de cette cause : « rendre la dignité et le droit d’expression auquel tout être humain a droit »23. Dans leur singularité, chaque récit permet de cerner la complexité de l’immigration, ses multiples visages. Une mosaïque de voix et de regards qui se croisent, se constitue pour construire ainsi une esquisse d’une histoire inachevée, celle de l’immigration nicaraguayenne au Costa Rica.

Inicio de página

Bibliografía

BOURDIEU, Pierre, Sur la télévision suivi de l’emprise du journalisme, Paris, Editions Raisons d’agir, 2008.

COMOLLI, Jean-Louis, Voir et pouvoir, L’innocence perdue : cinéma, télévision, fiction, documentaire, Editions Verdier, 2004.

FERRO, Marc, Cinéma et Histoire, Paris, Edition Gallimard, 1993.

GAUTHIER, GUY, Le documentaire un autre cinéma, Paris, Armand Colin, 2011.

KRISTEVA, Julia, Etrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, 1988.

LABORATOIRE D’ETUDES EN SEMIOLOGIE DE L’IMAGE, Rencontres Croisements Emprunts : méthodologies de l’analyse d’images, Publications de l’Université de Provence, 1996.

MATARRITA, Alexander, La vida en otra parte : migración y cambios culturales en Costa Rica, San José, Editorial Arlekín, 2009.

SANDOVAL, Carlos, El mito roto, inmigración y emigración en Costa Rica, San José, Editorial UCR, 2008.

_________________, Otros amenazantes : los nicaragüenses y la formación de identidades nacionales en Costa Rica, San José, Editorial UCR, 2002.

SAOUTER, Catherine, Le documentaire : contestation et propagande, XYZ éditeur, Montréal, 1996.

SOTO QUIROS, Ronald, Représentation du peuple costaricien : la race entre le regard extérieur et la construction nationale 1821-1917, thèse  de doctorat en études ibériques et ibéro-américaines, spécialité civilisation, Université de Bordeaux 3, 2010.

Revues scientifiques :

LA ROCCA, Fabio, « Introduction à la sociologie visuelle », in Sociétés, 2007/1, no 95, p. 33-40.

TERRENOIRE, J. P. 1985,« Images et sciences sociales : l’objet et l’outil », in Revue Française de Sociologie, XXVI, p. 509-527.

RISSOAN, Odile, « Une méthode de traitement sociologique de données filmées », in Bulletin de méthodologie sociologique, n°82, 2004 [En ligne], Mis en ligne le 7 juillet 2008; http://bms.revues.org/index1079.html

Filmographie :

FLEMING, Julia et SOLÍS, Carlos, NICA /ragüense, Costa Rica, Nicaragua, 2005.

JOST, François,CERIMES, Cinéma, télévision : entre réalité et fiction, 2004.

L’HÔTE Gilles, La Télévision par Pierre Bourdieu, Centre National de la Recherche scientifique, Paris, 1996.

Interviews :

Interview téléphonique avec  Julia Fleming, Bordeaux/Boston, le 23 avril 2012.

Sites internet consultés:

CEPAL, Centre d’Etudes pour l’Amérique latine, Nations Unies, consulté le 15 janvier 2012

http://www.eclac.cl/publicaciones/xml/8/27498/Observatoriodemografico.pdf

La Gaceta, Ley de Migración , n° 170 1° de septiembre 2010, consulté le 28 février 2012

http://historico.gaceta.go.cr/pub/2009/09/01/COMP_01_09_2009.html

Organisation Mondiale pour les Immigrants, consulté le 20 février 2012

http://www.iom.int/jahia/Jahia/activities/americas/central-america-and-mexico

La Carpio en línea, Instituto de investigaciones sociales, Universidad de Costa Rica, consulté le 20 février 2012

http://www.lacarpioenlinea.ucr.ac.cr/

Inicio de página

Notas

1   Les pourcentages sont extraits de l’Organisation Mondiale pour les Immigrants. Disponible en ligne sur : http://www.iom.int/jahia/Jahia/lang/fr/pid/1

2   Sondage de la population faite par l’ lnstituto de Estadísticas y Censo de Costa Rica.

3   Castro Carlos, « Dimensión cuantitativa de la inmigración nicaragüense en Costa Rica : del mito a la realidad » in Sandoval Carlos, El mito roto, inmigración y emigración en Costa Rica, Editorial UCR, San José, Costa Rica, 2008, p. 26.

4   Patigny Vincent,  « L’interdit documentaire »  in Saouter Catherine, Le documentaire : contestation et propagande, Montréal, XYZ éditeur, 1996, p. 21.

5  Voir détails et scènes du  film sur  le site Docsonline : http://www.docsonline.tv/Archives/description.php?doc=303

6   Carlos Sandoval, entretien, La Prensa, Nicaragua,  le 3 juin 2005.

7   Site internet des Nations Unies :

http://www.nacionesunidas.or.cr/index.php?option=com_content&view=article&id=35&Itemid=56

8  La Rocca Fabio, Introduction à la sociologie visuelle in Sociétés, 2007/1,  no 95, p. 33-40.  

9  Voir plus de détails de La Carpio sur  le site internet La Carpio en línea, Instituto de investigaciones sociales, Universidad de Costa Rica : http://www.lacarpioenlinea.ucr.ac.cr/

10   Cette mission a été nommée ainsi par la police et les médias.

11   Ombudsman.

12   PANI

13   Defensoría de los Habitantes de Costa Rica, caso La Carpio  disponible en ligne sur : http://www.iidh.ed.cr/BibliotecaWeb/Varios/Documentos/BD_2061358847/Docs%20proteccion%20victimas/CR%204A%20Libertad%20y%20debido%20proceso.pdf

14   Propriété de l’entreprise canadienne Berthier EBI.

15   Selon l’expression de Paul Nizan.

16   Termes employés par les journaux télévisés Teletica canal 7 et  Repretel dans leurs émissions concernant ces événements.

17   Interview avec Noam Chosmky dans le documentaire : Manufacturing consents : Chomsky les médias et les illusions nécessaires, ACHBAR Mark, K films, 2007.

18   Régionalisme employé pour designer les citoyens costariciens.

19   Fleming Julia et Solís Carlos, NICA /ragüense,  Costa Rica, Nicaragua, 2005.

20   Etude du Centre d’Etudes pour l’Amérique latine, Nations Unies, 2006 :

http://www.eclac.cl/publicaciones/xml/8/27498/Observatoriodemografico.pdf

21   Après Haïti, le Nicaragua est le pays le plus pauvre d’Amérique latine.

22   Témoignage de la députée Epsy Cambell.  

23   Interview téléphonique avec  Julia Fleming, le 23 avril 2012.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Andrea Cabezas Vargas, « NICA/ragüense: le documentaire comme témoignage socioculturel du phénomène d'immigration nicaraguayenne au Costa Rica », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 23 | 2012, Publicado el 10 septiembre 2012, consultado el 23 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/4236

Inicio de página

Autor

Andrea Cabezas Vargas

Université de Bordeaux 3
Universidad de Costa Rica
Doctorante au laboratoire de l'Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, MICA  (Médiation, Information, Communication, Art)Andrea.Cabezas-Vargas@u-bordeaux3.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org