Navegación – Mapa del sitio

Situer les médias hispaniques/latinos aux Etats-Unis : quelques repères sociopolitiques

James Cohen
Plano | Texto | Notas | Cita | Autor

Texto completo

1Les populations hispaniques/latinos aux Etats-Unis, qui constituaient environ 12,5% de la population nationale selon le recensement de 20001, animent ou participent à une multiplicité de canaux d’expression publique. Il serait sans doute possible d’établir un inventaire des médias latinos 2, mais on ne saurait prétendre à l’exhaustivité, puisque le paysage se densifie chaque jour. Il existe des milliers de journaux de petite ou de grande diffusion, des centaines de stations de radio, des dizaines de chaînes de télévision (appartenant à quelques grands réseaux), des sites internet en tous genres, le tout en espagnol, en anglais ou en bilingue, selon le cas. Mais avant de se plonger dans cette abondante matière empirique, mieux vaut établir quelques repères sociologiques permettant d’identifier avec clarté les populations qui constituent les producteurs et consommateurs de ces médias, et de comprendre l’ample gamme de rôles qu’elles sont appelées à jouer dans la société étasunienne.

2En 2001, les Hispaniques ou Latinos3, en tant que catégorie démographique, ont dépassé les Africains-Américains pour devenir la “ première minorité ” du pays. A l’échelle historique, la croissance de ces populations, par immigration et par reproduction, est fulgurante : plus de 58 % entre 1990 et 2000. Les principales zones historiques de concentration de la population hispanique/latino se trouvent, on le sait, dans la zone frontalière du sud-ouest, du Texas à la Californie ; dans et autour de la ville de New York, “ bastion ” portoricain au XXème siècle, qui devient, depuis quelques années, l’un des principaux “ creusets ” nord-américains des populations latinos de toutes origines ; ainsi que le sud de la Floride, dans et autour de Miami, où habitent de nombreux Cubains mais également des Latinos de toutes origines. En dehors de ces zones également, la présence des Latinos est de plus en plus importante. Des travailleurs immigrés mexicains ou centro-américains apparaissent depuis quelques années dans de nombreuses zones rurales du sud des Etats-Unis, où, il y a dix ans encore, ils étaient totalement absents. Entre 1980 et 2000, la croissance moyenne des populations latinos dans les 100 premières zones métropolitaines était de 145 % 4.

3Les populations latinos sont fort diverses, par leurs pays d’origine, par leurs conditions sociales, par leurs régions d’implantation, par leurs pratiques linguistiques, par l’ancienneté de leur implantation aux Etats-Unis. On y trouve, bien sûr, beaucoup d’immigrés récents : en 2000 ils étaient environ 13 millions, ou 40 % de la population hispanique totale5. Pour la majorité de ces immigrés, l’ “ incorporation ” se passe dans des conditions socio-économiques plutôt rudes. Mais il existe des stratégies pour amortir le choc : on trouve, par exemple, parmi les immigrés, une minorité dynamique de migrants “ circulaires ”, dont l’horizon de vie se situe “ à cheval ” entre le pays d’origine et le pays récepteur. Ils fonctionnent souvent en réseaux et forgent des “ champs sociaux transnationaux ” ou “ diasporiques ” 6.

4Si l’expérience de l’immigration représente une dimension importante de l’expérience des Latinos aux Etats-Unis, ceci ne doit pas occulter le fait que la population latino compte également plus de 20 millions de citoyens d’origine latino-américaine, naturalisés, nés sur le territoire national ou descendants de plusieurs générations de citoyens. Les espaces publics animés par des Latinos sont donc loin d’être systématiquement coupés des espaces publics de la société dans son ensemble. Ils entretiennent avec la société des relations complexes et multiformes qu’il importe de mieux comprendre. Examinons, ne serait-ce que brièvement, le contexte socio-politique de réception des Latinos – immigrés ou non – dans la société étasunienne.

Le contexte de la réception des Latinos

5La densification rapide des présences des Latinos aux Etats-Unis provoque depuis quelques années une prise de conscience à l’échelle nationale de leur impact dans tous les domaines. Certains commentateurs n’hésitent pas à parler d’“ hispanisation ”, voire de “ latinisation ” des Etats-Unis, mais toute la difficulté consiste, ensuite, à en définir avec rigueur le contenu. Il convient pour cela de saisir le phénomène dans toute la diversité de ses implications socio-économiques, politiques et culturelles, tout en tenant compte du fait que les significations du phénomène restent historiquement ouvertes et font l’objet d’interprétations diverses et contradictoires7.

6Si, pour les uns – ils sont minoritaires mais font beaucoup de bruit – la “ latinisation ” s’assimile à une “ invasion ”, à laquelle il s’agit de “ résister ”, pour beaucoup d’autres, elle apparaît comme un processus graduel et diffus qui ne suscite aucune panique. En revanche, elle peut provoquer bien des interrogations sur l’avenir culturel et linguistique de la société. Pour mieux comprendre la gamme d’interprétations diverses et contradictoires de la “ latinisation ”, il importe d’abord de comprendre l’environnement socio-politique qui les fait naître. Dans cette optique, il convient d’examiner deux questions étroitement liées : celle de l’immigration, telle qu’elle se pose dans le débat public aux Etats-Unis, et celle, plus abstraite en apparence, du “ modèle d’intégration ”, à savoir de l’ensemble des logiques, politiquement réfléchies ou non, qui régissent la coexistence, à l’intérieur des frontières nationales, entre citoyens (ou non-citoyens) d’origines nationales, religieuses ou ethnoraciales différentes.

L’immigration comme enjeu politique

7Les Etats-Unis restent un pays d’immigration abondante : entre “ légaux ” et “ illégaux ”, les Etats-Unis reçoivent, depuis le début des années 80, pas loin d’un million d’immigrés, dont les Latinos et Caribéens constituent plus de la moitié. De larges secteurs de l’opinion soutiennent que les Etats-Unis sont, et doivent rester, “ un pays d’immigration ”, puisqu’ils doivent une bonne partie de leur richesse au travail des immigrés. Les défenseurs politiques des flux migratoires abondants forment une large quoique assez hétéroclite coalition, composée de nombreuses églises, des organisations de défense des droits de l’homme et des droits des immigrés, des lobbies hispaniques, mais aussi des lobbies de chefs d’entreprise qui comptent sur la main-d’œuvre bon marché des immigrés.

8Les sondages depuis les années 80 indiquent un rejet croissant de l’immigration illégale mais aussi légale 8. Cependant, la droite dite “ restrictionniste ” n’a pas réussi, ces dernières années, à imposer des mesures tendant à diminuer les flux légaux. (Il se pourrait cependant que les mesures de surveillance des frontières prises après les attentats du 11 septembre 2001 aboutissent, par d’autres moyens, à ce résultat.) En revanche, ces élus conservateurs ont réussi à limiter l’accès des “ illégaux ” aux droits sociaux ainsi qu’à alourdir la procédure de naturalisation. Le traitement de l’immigration illégale présente, depuis les années 90, un grand paradoxe : d’une part, intensification spectaculaire de la surveillance policière de la frontière sud et construction d’un mur en Californie9, d’autre part une large tolérance accordée aux chefs d’entreprise qui embauchent des illégaux.

Un introuvable modèle d’intégration

9S’il est largement admis aujourd’hui que les Etats-Unis constituent une société “ multi-ethnique ”, “ multi-raciale ”, voire “ multiculturelle ” (mais encore faudrait-il clarifier par ce qu’on entend par des termes tels que “ culture ”, “ groupe ethnique ” ou “ race ”), il n’est cependant pas possible d’identifier à l’échelle nationale un modèle d’intégration fondé sur une démarche politique réfléchie, qui serait donc l’équivalent fonctionnel du “ modèle républicain ” à la française (en dépit de ses contradictions), du multiculturalisme officiel canadien ou australien. Ce qui caractérise la situation depuis une trentaine d’années, c’est le malentendu généralisé à propos de ce qui devrait constituer une formule juste et équitable d’intégration entre les différentes composantes ethnoraciales ou ethnoculturelles de la population10. Les controverses autour des politiques anti-discriminatoires, des politiques d’éducation bilingue, de la représentation territoriale des minorités, des enjeux du “ multiculturalisme ” dans l’éducation, sont autant de symptômes d’un grand malaise national.

10La notion – éminemment polysémique – de multiculturalisme est souvent invoquée comme description de la situation étasunienne, mais à l’échelon fédéral il n’existe aucune pensée officielle multiculturaliste et très peu de lois qui s’inspirent d’une telle démarche. Certaines municipalités, certaines universités, et de nombreuses entreprises, ont incorporé dans leur fonctionnement le principe d’une reconnaissance de la diversité ethnoraciale et ethnoculturelle. Le marketing des grandes entreprises passe de plus en plus par l’éloge des “ groupes ethniques ” qui forment la “ mosaïque ” de la population 11. Mais comme le signale Michel Wieviorka, les multiculturalisme étasunien est “ éclaté ”, sans cohérence politique globale12.

11Certains commentateurs ont suggéré que la “ latinisation ” sera peut-être la voie par laquelle la société étasunienne dépassera son obsession du clivage racial noir/blanc et évoluera vers une formule d’intégration ethnoraciale plus harmonieuse13. Mais en quoi le “ brunissement ” de l’Amérique permettra-t-il de dépasser les dilemmes, les obsessions et les actuels malentendus ? Certains appellent de leurs vœux une Amérique “ post-ethnique ” qui tendrait, non vers un dépassement définitif des différences ethnoraciales, mais vers une approche plus souple des frontières entres groupes ou “ identités ” ethnoculturelles14. Cependant on voit mal comment une telle vision pourrait, dans un avenir prévisible, se traduire en mesures pratiques débouchant sur un nouveau modèle d’intégration cohérent et consensuel.

Les attitudes des Latinos

12L’hétérogénéité sociologique des Latinos interdit de généraliser, pourtant parmi ceux qui voient leur avenir dans la société étasunienne, il existe un large consensus autour de certaines revendications qui sont beaucoup moins largement partagées par la population blanche d’origine européenne. Une majorité assez nette de l’électorat latino – entre 60 et 65 % actuellement – vote pour le parti démocrate et exprime une préférence plus marquée que la population générale pour un Etat actif, oeuvrant en faveur de l’intégration socio-économique des plus défavorisés, garant de la qualité de l’éducation et de la santé publiques.

13Si la population dans son ensemble est ambivalente et souvent hostile à l’idée des politiques de “ discrimination positive ” dans les entreprises ou les universités – politiques qui favorisent les chances de réussite des candidats issus des “ minorités ” noire et hispanique –, les Latinos sont nombreux à soutenir ces politiques et à exprimer leur désapprobation lorsque, par référendum ou par décision judiciaire, le champ d’application de ces politiques est réduit. Si la population générale rejette de plus en plus les programmes d’éducation bilingue permettant aux élèves non anglophones de s’appuyer (pour un temps) sur leur maîtrise de leur langue maternelle pour mieux apprendre l’anglais, les Latinos, globalement, revendiquent ces programmes et regrettent leur suppression dans plusieurs Etats. Cependant, en général, la référence “ ethnique ” latino n’est presque jamais invoquée dans un esprit particulariste étroit. Elle est mobilisée de manière “ soft ”, à l’appui de revendications universalisables de justice sociale, d’équité, et d’égalité devant la loi15.

Brève enquête sur la presse latino

14C’est en tenant compte de cet arrière-fond sociopolitique que je propose d’effectuer une brève étude d’un échantillon de la presse hispanique. L’échantillon est constitué à partir de trois sources : 1) une collection personnelle de journaux recueillis lors de voyages dans plusieurs régions des Etats-Unis depuis 1998 ; 2) certains journaux disponibles sur internet et 3) un magazine mensuel, Hispanic, auquel je suis abonné depuis 1999.

15La méthode d’analyse que je propose en première approche tient compte à la fois de la forme et des contenus de ces publications. En examinant la “ formule ” journalistique de chaque publication, c’est-à-dire le mélange particulier de sujets retenus par la rédaction, ainsi que le contenu des annonces publicitaires, on peut formuler une analyse à la fois des publics visés par ces publications et des idées qu’elles véhiculent à propos du rôle des Latinos dans la société étasunienne.

16Les publications que je propose d’analyser se divisent assez nettement en quatre catégories, qui ne sont pas les seules en présence, mais elles permettent de mettre en place une typologie qui pourra être enrichie par la suite : 1) les journaux locaux d’information, en espagnol, pour des publics d’immigrés ; 2) les journaux d’animation politico-culturelle, en espagnol ou en bilingue ; 3) les grands journaux quotidiens en espagnol ; 4) les magazines, rédigés pour la plupart en anglais, visant un public de cadres ou professionnels latinos.

171. Les journaux locaux d’information destinés aux immigrés. Ces publications sont en général rédigées en espagnol et abondent en informations pratiques à l’usage des immigrés : articles expliquant le mode d’emploi des services sociaux disponibles aux immigrés ; conseils pratiques pour régler les problèmes de visa ou de carte de séjour ; annonces de cours d’anglais ou d’informatique ; annonces de services professionnels dispensés en espagnol ; annonces ou comptes-rendus de rencontres culturelles latinos ; faits divers à propos des immigrés dans leur espace local. Les enjeux politiques locaux font parfois partie des sujets abordés. Selon la place dont ils disposent et selon leurs ambitions, ces journaux contiennent parfois des informations d’actualité politique sur les pays d’origine.

18Un bon exemple d’un journal d’information pratique pour immigrés récents, serait El Norte, un mensuel distribué gratuitement à Austin (Texas) et dans sa banlieue. Presque tous les articles proposent aux immigrés des conseils pratiques pour éviter des difficultés avec la loi : “ ¡Cuidado con los estafadores que lo quieren engañar con ‘arreglarle’ sus papeles ! ”, “ No se arriesgue a decir que es Ciudadano si no lo es, porque pudiera ser deportado ”, etc. (n° de juillet 1999). Un journaliste nationalement connu, Jorge Ramos, du réseau de télévision Univisión, évoque dans ce numéro “ el laberinto de los inmigrantes ”. Les messages publicitaires proposent, parmi d’autres marchandises et services, une entreprise de déménagements, des cours intensifs d’anglais, des restaurants mexicains, un magasin d’antennes paraboliques (“ ¡ Disfrute de todos los canales abiertos de México ! ”).

19Autre exemple de ce type de publication d’une autre région du pays : El Universal, qui dessert la ville de Lynn, dans la banlieue de Boston (Massachusetts). Ce journal partage beaucoup de caractéristiques avec El Norte mais consacre plus d’espace à la vie politique locale, ce qui laisse penser que le public visé est constitué non seulement d’immigrés récents mais aussi de Latinos en voie d’incorporation. Dans le numéro du 27 août 1999, plusieurs articles sont consacrés aux élections locales : il s’agit d’encourager les lecteurs à voter, étant donné que, pour la première fois, existe la possibilité concrète d’élire des Latinos au conseil municipal.

20La vie politique nationale n’est pas négligée. Ce même numéro comporte un long article sur certains groupes d’extrême-droite d’inspiration religieuse, qui visent à déclencher une “ guerre ” contre les minorités ethniques et les immigrés. A la différence des grands quotidiens, El Universal ne prétend pas fournir des informations internationales complètes, mais publie une petite sélection d’articles sur Porto Rico et la République Dominicaine.

21L’expression culturelle est un thème important du journal. Le numéro cité annonce un “ Festival Hispano ” local et comporte des articles sur “ el astro Ricky Martin ”, sur un chef cuisinier local, sur un aspect de l’histoire littéraire hispano-américaine. (De ce point de vue, le journal se rapproche du deuxième type, examiné plus bas).

222. Journaux locaux d’animation culturelle et politique, en langue espagnole ou en bilingue. Ces publications sont animées par des militants politiques et culturels, qui s’efforcent par volontarisme de faire vivre une communauté, de promouvoir ses formes d’expression culturelle, ses luttes pour défendre un héritage culturel et pour s’incorporer dans l’environnement politique et culturel local.

23Siempre, un journal distribué gratuitement deux ou trois fois par an dans El Barrio (“ Spanish Harlem ”), est un excellent exemple de ce genre. Le journal est produit par une équipe de militants et d’artistes, soucieux de maintenir en vie une communauté hispanique, dans un quartier de Manhattan historiquement portoricain, mais de plus en plus dominicaine et de plus en plus menacée par l’embourgeoisement (“ gentrification ”). Bon nombre de contributions au journal portent sur les activités artistiques et culturelles du Barrio ou sur les hommes et femmes illustres de l’histoire portoricaine et dominicaine. L’idée de l’“ identité mixte ” est souvent évoquée : il s’agit de reconnaître comme légitime, chez les habitants hispanophones du Barrio, la revendication d’une “ double appartenance ”, à un pays latino-américain d’origine et à l’espace new-yorkais. Dans un essai “ Entre dos islas ” (n° du 18 décembre 2001), un artiste-peintre “ historique ” du Barrio, Diógenes Ballester, évoque le caractère translocal de l’identité portoricaine, c’est-à-dire le fait qu’elle se forge dans un espace décloisonné, entre l’île et la métropole. Dans le même numéro, trois poèmes d’un autre grand artiste du Barrio, Tato Laviera, sont reproduits sur une page entière. Tous trois évoquent le thème de l’identité culturelle mixte : ils ont pour titres “ Spanglish ”, “ Riqueña-rap ” et “ encimitadeinglés ”.

24La vie publique locale est évoquée surtout sous l’angle des luttes : lutte contre l’embourgeoisement du quartier, luttes écologiques, ou luttes électorales pour accroître l’influence politique des Latinos. En s’adressant aux Portoricains et aux Dominicains, la rédaction de Siempre vise à consolider non seulement une communauté linguistique et culturelle, mais aussi un public politique “ diasporique ”, sensible aux affaires du pays d’origine comme aux affaires locales. C’est ainsi que dans le numéro du 18 décembre 2001 la rédaction reproduit une lettre de José Serrano, élu portoricain du Bronx-sud à la Chambre des Représentants, qui dénonce la répression par le FBI des militants indépendantistes portoricains. Dans le numéro du 2 décembre 2002, une grande affiche annonce la venue de Leonel Fernández, résident de New York pendant plusieurs années de sa vie, ex-président de la République Dominicaine, et actuel président du Partido de la Liberación Dominicana. On sait que tous les partis politiques dominicains sont très actifs à New York…

253. Journaux quotidiens en langue espagnole. Une place à part doit être réservée à l’examen des médias hispanophones grand public dans l’espace étasunien. Une analyse plus complète inclurait, bien sûr, les grands réseaux de chaînes de télévision (Univisión, Telemundo, etc.16), ainsi que les stations de radio, mais il sera ici question uniquement des journaux quotidiens. Il existe, à notre connaissance, une dizaine de publications dans cette catégorie, entre autres La Opinión ( Los Angeles ), El Nuevo Herald ( Miami ), et El Diario/La Prensa ( New York ). Ces journaux comportent une gamme aussi complète de rubriques que n’importe quel grand quotidien et sont disponibles en ligne.

26Pour des raisons d’espace je n’effectuerai aucune analyse détaillée du contenu de ces journaux. Mes hypothèses sont formulées sur la base d’une familiarité avec ces publications, que j’utilise fréquemment dans mes recherches.

27Quelle relation ces journaux entretiennent-ils, politiquement et culturellement, avec le reste de la presse nationale ? La différence linguistique constitue-t-elle une barrière culturelle et politique telle que ces journaux présenteraient une perspective sur le monde radicalement différente de celle des journaux anglophones ? La réponse la plus simple est négative : l’univers culturel médiatique et commercial auquel participent ces journaux n’est rien d’autre que l’environnement médiatico-culturel de l’ensemble de l’espace nord-américain.

28Cela dit, ces journaux ne sont pas strictement identiques à leurs homologues anglophones. Premièrement, l’usage de l’espagnol et la diffusion d’informations abondantes sur les pays d’origine mobilisent des références culturelles et politiques dont le public anglophone est peu familier. Deuxièmement, la ligne éditoriale de ces journaux se situe, en général et sauf exception, légèrement “ à gauche ” de la plupart des titres anglophones. C’est le cas parce que leurs rédacteurs, en s’efforçant de se faire “ la voix de la communauté ” hispanique/latino, consacrent une attention particulière à la condition des immigrés et des “ minorités ” ethnoraciales, les Hispaniques/Latinos en particulier bien entendu. Il ne s’agit en aucun cas de remettre en cause les fondements du système économique en place, mais plutôt de plaider pour un Etat plus actif dans les domaines de l’éducation, la santé, la lutte contre les discriminations. Il s’agit également de défendre les quelques dispositifs existants susceptibles de redresser des inégalités, l’affirmative action et l’éducation bilingue en particulier, et de dénoncer les menaces qui planent sur ceux-ci. On peut noter une large correspondance entre ce positionnement politique et celui des “ lobbies ” hispaniques tels que le National Council of La Raza (NCL ) et le Mexican American Legal Defense and Education Fund (MALDEF). Le fait que presque tous les élus hispaniques au Congrès soient démocrates (seuls les deux élus de Miami et un des élus texans font exception) va dans la même direction.

294. Les magazines pour cadres ou professionnels latinos, rédigés largement en anglais. L’exemple idéal, mais non unique, de cette catégorie est le magazine mensuel Hispanic, publié depuis 1987, qui revendique aujourd’hui un public de 260.000 lecteurs. Hispanic est rédigé en anglais, quoique certains messages publicitaires soient entièrement ou partiellement en espagnol.

30En termes socio-économiques, le public visé est celui des cadres ou des professionnels qui veulent “ célébrer ici leur avenir ”, comme l’écrit le rédacteur en chef Carlos Verdecia à l’occasion du 15ème anniversaire de la publication (décembre 2002). Les articles de Hispanic font l’éloge permanent de leur réussite professionnelle, tout en flattant leur sens d’appartenance à une “ communauté ” hispanique/latino. Celle-ci n’est pas conçue comme une entité à part dans la société étasunienne, mais bien comme une composante légitime de la nation, composante qui y mérite toute sa place.

31Beaucoup de pages sont consacrées à la promotion des cadres et des professionnels hispaniques. De nombreux articles relatent le “ success story ” de tel ou tel entrepreneur, homme ou femme politique, médecin, architecte ou artiste. La rédaction décerne plusieurs prix annuels, dont les “ Hispanic Corporate 100 ”, réservés aux meilleurs entrepreneurs et cadres de l’année ; les “ Hispanic Achievement Awards ”, accordés à ceux qui excellent dans plusieurs catégories : sport, marketing, finance, communication, famille, défense des droits des défavorisés (“ advocacy ”), “ leadership ”, promotion de l’amitié Etats-Unis-Amérique latine, développement local, etc. Un calendrier des événements organisés par les associations professionnelles hispaniques est fourni dans chaque numéro.

32Bien qu’elle s’adresse à un public relativement aisé, la rédaction rappelle en permanence aux lecteurs qu’ils appartiennent à une “ communauté ”, de sorte que la condition du plus humble des Latinos doit compter pour les autres. C’est pourquoi le thème de l’éducation est fréquemment évoqué : il s’agit de rappeler aux lecteurs que les jeunes latinos, dans leur majorité, risquent la marginalisation socio-économique à cause d’un système scolaire qui ne répond pas à leurs besoins. Les programmes de discrimination positive sont promus comme éléments indispensables d’un dispositif politique visant l’égalité de traitement des Hispaniques.

33En revendiquant l’appartenance à une communauté latino, la rédaction ne prône en aucune façon le repli ethnique des Latinos sur eux-mêmes. Tout au contraire, les rédacteurs nourrissent l’idéal d’une banalisation de la présence des Latinos dans la société américaine.  Dans l’article “ Beyond Ethnicity ” (“ Au delà de l’Ethnicité ”, n° de janvier 2003), David Aire García félicite Bill Richardson, ancien membre de l’administration Clinton, non seulement pour avoir été élu gouverneur du Nouveau Mexique en novembre 2002, mais aussi pour avoir atteint ce résultat “ sans jamais faire référence à ses origines ”.

34Puisque le public visé de ce magazine appartient malgré tout aux couches moyennes aisées, les rubriques “ voyage ”, “ art de vivre ”, “ suggestions de cadeaux ”, etc., ne sont pas de reste. Elles comportent souvent une touche ethnique : par exemple, les destinations touristiques ou les recettes de cuisine proposées sont souvent latino-américaines. Chaque année le magazine sélectionne “ les dix villes les plus agréables pour les Hispaniques aux Etats-Unis ”.

Pour élargir et approfondir les recherches

35Cette rapide traversée d’une partie du paysage médiatique latino aux Etats-Unis pose, bien entendu, autant de questions qu’elle suggère de réponses. La recherche future pourrait s’orienter dans de nombreuses directions productives. Voici quelques pistes qui me paraissent prometteuses, parmi bien d’autres :

36Parmi les types de médias écrits non mentionnés ici qui mériteraient de figurer dans une typologie enrichie, mentionnons : la presse féminine (le magazine Latina par exemple) ; les magazines du monde des affaires (Hispanic Business, Latin Trade).

37J’ai suggéré, plus haut, que les médias latinos sont au moins autant des vecteurs d’incorporation des Latinos dans la société étasunienne que du maintien de l’enracinement des immigrés dans leurs pays et cultures d’origine. Cependant, on connaît encore peu la manière dont ces médias contribuent à la formation des attitudes politiques parmi les Latinos qui votent (puisqu’ils sont encore très nombreux à s’abstenir).

38Le portrait-robot du citoyen latino, plutôt électeur démocrate et partisan de l’Etat-Providence, est utile mais schématique, puisqu’il existe également des conservateurs (environ 30-35 % des électeurs latinos votent républicain ). Quant aux milieux de gauche, ils sont rendus quasi invisibles par le duopole des grands partis. Pour avoir une idée plus concrète et différenciée de l’opinion latino, il faudrait donc examiner non seulement les médias “ grand public ” mais également des publications plus confidentielles, vecteurs de mouvements d’idées significatifs.

39Comme certains exemples cités plus haut le suggèrent, l’analyse des médias latinos peut beaucoup éclairer le fonctionnement des champs sociaux transnationaux et des réseaux diasporiques. Par exemple, comment les médias influencent-ils l’usage de la double nationalité des Mexicains ou des Dominicains ? Dans ce domaine, tout reste à faire…

Inicio de página

Notas

1Cf. US-Born Hispanics Increasingly Drive Population Developments, Pew Hispanic Center Fact Sheet (http://www.pewhispanic.org/site/docs/pdf/demography_pdf_version.pdf ).
2Pour une tentative de faire l’inventaire des médias latinos, cf. F. Subervi-Vélez et. al., “Hispanic-Oriented Media”, Clara E. Rodríguez, Latin Looks: Images of Latinas and Latinos in the U.S. Media, Boulder (Colorado) et Oxford (Royaume-Uni), Westview Press, 1998.
3Le terme “ Hispanic ”, incorporé dans le recensement aux Etats-Unis depuis 1980, désigne une vaste catégorie de personnes, dont : les ressortissants des pays latino-américains, leurs descendants, les citoyens des Etats-Unis nés à Porto-Rico, ainsi que… les ressortissants espagnols ! Le terme “ Latino ”, un peu plus militant dans sa connotation mais non absent des discours officiels, recouvre exactement les mêmes populations. Mike Davis signale qu’aucun des deux termes ne tient compte des héritages indigènes dans les populations concernées. “ Il y a actuellement aucun terme consensuel, écrit-il, qui reflète la fusion des origines ibériennes, africaines et amérindiennes partagées par des dizaines de millions de personnes ” (cf. Magical Urbanism: Latinos Reinvent the US City, Verso, 2001, p. 12-13). Comme les auteurs du volume collectif Hispanics/Latinos in the United States: Ethnicity, Race and Rights (éds. Jorge J.E. Gracia et Pablo de Greiff, Routledge, 2000), je préfère ne pas choisir entre deux termes inadéquats. Mais puisque cet usage est trop lourd pour être répété souvent, je recours sauf exception au terme “ Latino ”.
4Center on Urban and Metropolitan Policy and Pew Hispanic Center, Latino Growth in Metropolitan America, rapport 2002 (http://www.pewhispanic.org/site/docs/pdf/final_phc-brookings_paper appendix-tables.pdf ).
5Cf. “Pew Hispanic Center Fact Sheet”, op. cit.
6La littérature sur ce genre de phénomène est immense. Cf. Glick Schiller, etc. En français, Alejandro Portes, “ La mondialisation par le bas ”, Actes de la recherche en sciences sociales, 1999.
7Cf. J. Cohen, “ La ‘latinisation’ des Etats-Unis : clivages sociaux et faux-semblants culturels ”, Actuel Marx n° 27, 2000.
8Cf. Thomas J. Espenshade et Maryanne Belanger, “Immigration and Public Opinion”, Marcelo M. Suárez-Orozco (éd.), Crossings: Mexican Immigration in Interdisciplinary Perspectives, Harvard University Press et David Rockefeller Center for Latin American Studies, 1998.
9Cf. Peter Andreas, Border Games: Policing the U.S.-Mexico Divide, Ithaca (N.Y.) et Londres, Cornell University Press, 2000 ; “Gatekeeper’s State: Immmigration and Boundary Policing in an Era of Globalization”, dossier réuni par José Palafox dans Social Justice vol. 28, n° 2, 2001.
10Cf. J. Cohen, “ Le multiculturalisme et les antinomies du modèle d’intégration aux Etats-Unis ”, Quaderni n° 48, 2002.
11Cf. Arlene Dávila, Latinos Inc.: The Marketing and Making of a People, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2002.
12Michel Wieviorka, “ Le multiculturalisme, solution, ou formulation d’un problème ? ”, Philippe Dewitte (sous la dir. de), Immigration et intégration, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1999.
13Cf. par exemple, Gregory Rodríguez, “ Forging a New Vision of America’s Melting Pot ”, New York Times, 11 février 2001.
14Cf. David Hollinger, Post-Ethnic America: Beyond Multiculturalism, Basic Books, 1995.
15Cf. Iris Marion Young, “Structure, Difference and Hispanic/Latino Claims of Justice”, Jorge J.E. Gracia et Pablo De Greiff (éds.), Hispanics/Latinos in the United States, op. cit.
16Cf. Leïla Ben Amor-Mathieu, Les télévisions hispaniques aux Etats-Unis, CRNS Editions, 2000.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

James Cohen, « Situer les médias hispaniques/latinos aux Etats-Unis : quelques repères sociopolitiques », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 21 febrero 2005, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/425

Inicio de página

Autor

James Cohen

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org