Navegación – Mapa del sitio

Exode rural et chronique au Mexique

Françoise Léziart
Plano | Texto | Notas | Cita | Autor

Texto completo

1Mégalopole ”, “ smogopole ” : la capitale mexicaine accumule surnoms et défauts en tous genres. Il est vrai que sa croissance a été fulgurante tout autant qu’incontrôlée. Sa population était de un million d’habitants en 1930 mais cinquante ans plus tard elle en comptait plus de 14 millions1. A l’aube du troisième millénaire le “ D F ”2 dépassait déjà largement les 20 millions d’habitants et Mexico est devenue l’une des plus grandes villes du monde. La ville coloniale construite à plus de 2000 mètres d’altitude, qui était réputée pour sa superbe architecture ainsi que pour la pureté et la “ transparence ” de son atmosphère n’est plus aujourd’hui, comme le souligne Carlos Fuentes que “ la fille préférée de l’Apocalypse ” : c’est dire si les problèmes y sont nombreux et graves. La croissance effrénée de cette ville a accentué les clivages sociaux et les différents quartiers y représentent des mondes contigus mais diamétralement opposés. Il y a un abîme entre les “ colonias ” résidentielles de plus en plus excentrées et la “ ceinture de misère ” où vivent les plus pauvres. Bon nombre d’entre eux sont arrivés dans la capitale mexicaine poussés par l’exode rural (phénomène que l’on retrouve dans la plupart des capitales de l’Amérique latine). Ce travail tentera de montrer comment une certaine forme de journalisme au Mexique, la chronique, aborde ce thème de l’afflux massif de paysans vers la métropole.

La chronique mexicaine et l’actualité

2La proximité des Etats-Unis a favorisé au Mexique le développement de la grande presse de type industriel. Les journaux et publications diverses y sont nombreux même si la parole n’y est pas entièrement libérée.Il convient d’observer en outre que le “ genre ” de la chronique y est tout particulièrement représenté. Tour à tour “ légère ” et destinée à un public restreint et cultivé ou “ grave ”, appliquée alors à jeter les fondements de l’identité nationale, cette forme d’expression apparaît comme une permanence du XIXème siècle à la période contemporaine. Les chroniqueurs ont en effet eu pour mission de faire entendre une autre voix, dissidente, lancée comme un défi contre le monolithisme officiel. On pense aux courageuses prises de position d’un journaliste et écrivain comme Ignacio Altamirano dénonçant dans El Renacimiento la misère qui régnait au milieu du XIXème siècle dans les quartiers les plus déshérités de la capitale mexicaine3 ainsi que la censure gouvernementale. Plus récemment, la répression contre les étudiants en colère en 1968 a mis en lumière une nouvelle fois la nécessité d’écrire l’actualité d’une autre manière. Deux chroniqueurs s’y sont employés tout particulièrement. Il s’agit d’Elena Poniatowska et de Carlos Monsiváis considérés à juste titre comme les porte-parole d’une opinion publique “ agissante ” au Mexique. La plupart de leurs chroniques ont été publiées depuis les années 1970 jusqu’à l’actualité la plus récente. Leurs textes prennent en compte “ l’histoire immédiate ” à travers ses aspects les moins médiatisés alors. Soit parce qu’ils renvoient à une actualité trop “ brûlante ” soit qu’ils traitent des marges de la société ; des sujets que les classes dominantes préfèrent ignorer : comme la pauvreté, l’injustice sociale. Si l’on sélectionne quatre ouvrages écrits par ces deux journalistes entre 1970 et 19884 on s’aperçoit que les sujets abordés sont dans les deux cas et successivement : les révoltes étudiantes de 19685, le tremblement de terre (le 19 septembre 1985) à Mexico, l’organisation de la Coupe du monde de football en 1986 en ce qui concerne les grands événements perçus dans ces chroniques à travers une dimension critique. Pour le reste ces ouvrages mettent en relief, de manière ponctuelle, les problèmes socio-politiques, socio-historiques ou socio-économiques de la société mexicaine contemporaine. Ce peut être la “ comédie ” du pouvoir mexicain ou la disparition de certains prisonniers politiques ou bien encore l’occupation de terres appartenant à de grands propriétaires que les paysans indiens revendiquent (dans les régions les plus déshéritées comme l’état de Guerrero ou celui de Morelos) et l’exode rural résultant de la situation dramatique que vit la campagne mexicaine dont nous parlerons plus avant : chaque auteur adoptant sa propre perspective pour relater ces faits. On peut dire en effet que C. Monsiváis manie avec brio l’ironie ou le sarcasme, une manière d’écrire qui lui est dictée par ses prises de position idéologiques (nettement pro-progressistes) alors qu’E. Poniatowska perçoit les choses de manière plus intuitive et propose une approche plus humaine ou “ humaniste ”. Certes ces écrivains-journalistes ne sont pas les seuls à avoir traité ce genre de thème au Mexique. On pense notamment à des auteurs comme Octavio Paz ou Carlos Fuentes qui n’ont jamais perdu de vue la réalité mexicaine et ses lacunes. On pourrait citer d’autres noms comme ceux d’Hermann Bellinghausen ou encore Benito Fernández. Cependant les deux chroniqueurs cités sont devenus en quelque sorte des emblèmes de la nouvelle façon d’écrire la réalité mexicaine. Comme le souligne Héctor Aguilar Camín en disant que les textes de ces auteurs ont été “ comme une source souterraine qui a alimenté la vie politique, culturelle et sociale des années 1970-1980 ”6. On ne peut pas nier que leurs écrits, même s’ils n’ont pas été lus par la majorité des Mexicains, ont eu un impact sur l’évolution du pays vers plus de démocratie. (Ceci passant aussi par l’affaiblissement du parti unique (le PRI)  au pouvoir depuis la révolution de 1910 jusqu’à la fin du siècle qui vient de s’écouler).

Chronique et exode : Les moyens

3Les phénomènes migratoires ne sont pas récents, ils sont même inhérents à la vie humaine, comme en témoignent les processus de “ nomadisation ” et de sédentarisation des peuplades dans certaines zones (même aujourd’hui). Cependant les sociétés modernes en raison du développement économique et de la progression des moyens de communication et d’information, sont confrontées à des problèmes de plus en plus aigus résultant de flux migratoires en constante augmentation. Il peut s’agir de migration interne ou de migration de type international selon les cas. Le Mexique est concerné par les deux mécanismes, l’émigration aux Etats-Unis allant de pair avec une expatriation moins lointaine, qui contribue à dépeupler les campagnes au profit des villes et surtout de la capitale Mexico. Le sud du pays est la partie la plus sous-développée depuis les années 1960 mais les raisons profondes de ce phénomène sont liées à la non-application de la réforme agraire dans les décennies qui ont suivi la Révolution “ sociale ” (comme on l’appelle) du début du XXème siècle. Les événements actuels du mouvement Zapatiste qui ont lieu dans la province du Chiapas en sont une autre illustration. Le système des “ ejidos ” de distribution et mise en collectivité de terres à cultiver dans les années 1930-1940 a montré ses limites et la création à partir de 1992 de sociétés agricoles capitalistes7 a contribué encore davantage à appauvrir l’ensemble de la population paysanne pour laquelle fuir vers la grande ville est devenu une nécessité “ vitale ”.

4Les chiffres concernant la croissance de la capitale mexicaine sont impressionnants puisqu’elle est passée de 1 à 30 millions d’habitants en moins d’un siècle et comme il a été souligné “ chaque jour le DF compte 1650 personnes de plus : 1200 par naissance et 550 par immigration ”8. Ces chiffres varient d’une année à l’autre mais le problème demeure, comme les conséquences qu’il engendre en matière de logement, d’emploi et de conditions de vie en général. Il ne fait pas de doute que les paysans mexicains qui débarquent dans les terminaux de bus de la capitale rejoignent les “ villes-misère ” de la périphérie, appelées par euphémisme au Mexique “ colonias proletarias ”. Dans ces zones prolifèrent des constructions “ pirates ” ou “ castor ” puisque les habitants y pratiquent une occupation illégale de terrains et suivent un processus d’auto-construction de leurs habitations avec du matériel de récupération d’abord (cartons, tôle…) pour ensuite l’améliorer au fur et à mesure du temps. A Mexico par exemple la moitié du sol urbain échappe à la gestion de la ville, ce qui entraîne des exactions de toutes sortes profitant à des intermédiaires véreux mais à compter au détriment des plus démunis. Les victimes de l’exode rural arrivent rarement dans  la capitale en possession d’un contrat de travail. Ce qui les attend ce sont, par conséquent, les emplois précaires de vendeurs de rue à domestique en passant par des métiers de fortune dans le bâtiment par exemple. Ainsi à partir de 1980 le secteur d’emplois “ insuffisamment spécifiés ” n’a cessé de croître et on a pu constater que le bricolage de multiples emplois instables a assuré la survie de bien des familles9.

5Il conviendrait enfin d’ajouter que la nation mexicaine est “ pluriethnique ” et que le métissage a touché 90% de la population. Cependant en se basant sur des critères linguistiques on peut évaluer à 10% la population “ indienne ”, même si 20% de cette population parlent l’espagnol, il n’en reste pas moins qu’une bonne part utilise pour s’exprimer une langue indigène. Cette pratique linguistique a pour corollaire un ensemble de traditions, de croyances, de savoir-faire qui constitue une “ culture ” ou des “ cultures ” propres aux communautés indiennes. Il est aisé de deviner les dégâts occasionnés par la rencontre avec l’univers de la grande ville moderne pour ces populations. L’esprit communautaire et la mentalité animiste de la plupart des groupes indiens viennent se heurter contre le mur d’intolérance et d’individualisme de la grande ville occidentalisée, ce qui n’est pas sans conséquence sur la “ ladinisation ”10 récente des campagnes mexicaines. Ainsi dans l’une de ses chroniques C. Monsiváis met en relief les conflits ouverts entre des coalitions locales cherchant à défendre les langues et les traditions “ zapotèques ” et le pouvoir central, pouvant aller jusqu’à l’assassinat ou la disparition de leaders indiens11. Comment en effet résister aux démons de la modernité et assurer à ces populations une évolution vers une vie meilleure ? Tels sont les enjeux qui se présentent …

6La chronique consacrée au problème de l’exode rural et écrite par E. Poniatowska s’intitule : Angeles de la ciudad alors que C. Monsiváis rédige sur le même thème quelques Viñetas del movimiento popular urbano12. Le sens de la métaphore perceptible dans le premier titre permet de mesurer la différence d’approche des deux auteurs. Pour l’une c’est la dimension quotidienne qui prévaut alors que pour l’autre l’axe choisi est plus résolument volontariste. Cependant les deux chroniqueurs adoptent quasiment le même schéma constitutif dans leurs textes respectifs. Il s’agit d’une succession  de “ flashes ” narratifs relativement brefs (d’une page généralement) entrecoupés d’intertitres “ percutants ” ou “ suggestifs ” ponctuant la progression des faits rapportés. Tout au long de sa chronique E. Poniatowska file ainsi la métaphore de “ l’ange ” assimilé à l’un des monuments emblématiques de la capitale mexicaine, El Angel de la Independencia13 se trouvant sur une artère centrale, le Paseo de la Reforma. Mais les anges ce sont aussi ces “ Marías ” et ces “ Golondrinos ”, ces Indiens happés par la grande ville comme par le démon qui se métamorphosent au fil du récit en “ angelitos negros ”, “ pájaros sin nido ” ou bien encore en “ ángeles de alas trasquiladas ”. Ces images successives suggèrent le devenir hasardeux des paysans mexicains victimes de l’exode rural. C. Monsiváis quant à lui se sert d’une typologie moins “ poétique ”. Il met en scène “ Eva ” la nouvelle citadine qui prend la parole dans une réunion de quartier14 et acquiert la conviction qu’il faut défendre ses droits15 même quand ils sont presque inexistants.

7Les deux chroniques alternent la référence au cas particulier avec des points de vue plus généraux. Le renvoi au  phénomène de l’exode rural  est tour à tour “ narrativisé ” ou “ sociologisé ” (si l’on peut s’exprimer ainsi). E. Poniatowska nous fait connaître “ la vendedora de aguas frescas ” de Juchitán venue tenter sa chance à Mexico ou les jeunes paysannes mexicaines qui découvrent les miracles de l’électro-ménager lorsqu’elles sont employées comme domestiques dans des familles aisées. Il peut s’agir encore des vendeurs de journaux ou de loterie ainsi que de ceux qui ont la charge de garder et d’entretenir les voitures (les “ cuidadores de coches ”) ou pire encore des “ pepenadores ” des décharges publiques. Elle établit même une hiérarchie entre les métiers qui ne nécessitent aucune qualification et ceux auxquels on accède un peu plus tard comme photographe ambulant ou camionneur ou coiffeur (et qui exigent un minimum d’investissement financier). Souvent même E. Poniatowska individualise ces migrants comme “ Estela ” qui est domestique ou “ Rosita ” qui est vendeuse au marché. Mais l’évocation de ces cas particuliers cède le pas à des considérations moins anecdotiques. Ainsi l’auteur cite les zones les plus propices à l’exode (le Mexique du Sud et du Sud-Est) ou fait allusion au nombre de paysans arrivant chaque jour à la capitale (2000 par jour en 1978)16. Ailleurs elle analyse les conséquences de la faillite de la Révolution de 1910 et de la Réforme agraire qu’elle devait engendrer tout comme les problèmes posés par le surgissement de banlieues pauvres comme “ Ciudad Nezahualcoyotl ” qui compte plus de deux millions et demi d’habitants répartis sur 26km2 17où la délinquance ne manque pas. Ces éléments souvent chiffrés confèrent à cette chronique une plus grande lisibilité.

8C. Monsiváis présente également un cas particulier mais sans lui ôter sa valeur de symbole. Le couple de paysans qui arrive à la capitale correspond à l’image-type de l’exode rural au Mexique et dans toute l’Amérique latine. Il s’agit de la “ Pareja legendaria ” comme l’écrit le chroniqueur mexicain18 qui débarque de l’autobus chargée de baluchons, de quelques animaux domestiques (poules ou chèvres…) et d’une ribambelle d’enfants. La perspective est par conséquent plus impersonnelle et paradoxalement aussi plus concrète (en ce qui concerne par exemple l’évocation du logement de ces migrants à l’arrivée à Mexico). Il leur faut dormir à la belle étoile parfois ou dans des cahutes de misère avant de trouver un endroit où s’installer, un “ cuartucho inhóspito ” comme le souligne C. Monsiváis. De la description du couple l’auteur passe ensuite à l’examen  des causes et des conséquences de ce phénomène. Il privilégie nettement les raisons économiques de l’exode qui résulte (comme il le montre) de la transformation des sociétés latino-américaines en systèmes néo-capitalistes bancals où les injustices se sont fortement accrues. Son analyse est plus précise (plus ciblée) et aussi plus circonscrite aux rapports entre ces nouveaux habitants clandestins et les pouvoirs locaux. La chronique met en scène un autre personnage qui est l’antithèse des paysans présentés mais tout aussi symbolique. Il s’agit du “ Delegado ” alias le représentant des pouvoirs publics et de la bureaucratie qui s’emploie à retarder au maximum l’intégration de ces migrants dans la communauté urbaine. Son slogan étant : “ Triunfar en política es no ver jamás directamente a los damnificados ”19. Inertie et corruption sont les maîtres-mots de cette administration-là. Comme on le voit ces chroniques utilisent des moyens pour aboutir à certaines fins…

Chronique et exode : Les fins

9Ces chroniques ont en effet une valeur exemplaire qui intervient par le biais de l’humour ou de l’ironie. Il convient de mettre en relief les pièges tendus par les classes dominantes envers les dominés. Et ce sont surtout les images diffusées par les médias qui conditionnent les comportements des êtres humains. Ainsi au Mexique les candidats à cette “ migration de misère ” comme on l’appelle entretiennent le rêve d’une vie meilleure, le mythe de  l’American way of live  qui semble si facile à acquérir. Mais le décalage est grand entre le rêve et la réalité. Les deux auteurs font allusion aux attitudes des jeunes Indiennes lorsqu’elles arrivent à la ville. On peut citer E. Poniatowska qui les décrit de cette manière : “ llegan con los ojos bajos y el trotecito indio que las hace deambular por los cuartos casi sin que se las sienta como queriendo borrarse ”20. Ce comportement si modeste évoqué (avec une certaine fantaisie) est aux antipodes de ce qu’exige la grande ville et ses multiples systèmes de pression. L’adaptation à un nouveau mode de vie n’est donc pas facile et peut conduire souvent à des dérives et à des pertes de repères. E. Poniatowska consacre ainsi un épisode de sa chronique à “ Rosita ” (qui vient de Juchitán) où elle vendait des “ aguas frescas ” et charmait ses clients par son naturel. “ Désangéliser ” (comme l’écrit l’auteur) au contact de la grande ville, elle a troqué son costume typique contre une jupe moulante et un pull de couleur vive et coupé ses tresses pour adopter une coiffure crêpée. Cet exemple symbolise bien les méfaits de la société moderne sur des populations qui y sont peu préparées.

10Les migrants ont de fait tendance à calquer leur comportement sur ceux des personnes avec lesquelles ils sont en contact dans leur nouvelle vie ce qui constitue une manière d’anticiper leur intégration future. On peut observer à ce propos que d’une manière générale et dans de nombreux pays l’émergence de “ civilisations essentiellement urbaines ” ne contribue pas toujours à l’équilibre des sociétés. Mais dans le cas qui nous intéresse le choix n’existe pas pour les victimes de l’exode vers la grande ville : il faut s’adapter à tout prix pour ne pas être anéanti. Cependant l’abandon de formes de pensée et de modes de vie qui ont structuré une existence antérieure ne se réalise pas sans quelques dommages. Et ce sont des populations sans marques identitaires qui se font jour ou plutôt se trouvent à mi-chemin entre deux cultures, jouant pour survivre un rôle dont ils ne sont pas entièrement convaincus. C’est d’ailleurs ce que souligne un écrivain comme Carlos Fuentes dans son premier roman : La región más transparente (publié en 1958)21 où la ville est un personnage assimilable à un “ monstre ” qui broie cerveaux et cœurs. Dans cette grande ville chaotique et comme “ disloquée ” (il emploie fréquemment ce qualificatif pour définir la capitale mexicaine) les classes sociales se juxtaposent sans jamais former un syncrétisme social ou culturel. Les chroniques des auteurs étudiés montrent également que Mexico est une ville hétéroclite peu soucieuse d’intégrer “ l’autre ”. Par leur écriture les deux chroniqueurs établissent donc une distance avec la réalité présentée. E. Poniatowska manie humour et tendresse lorsqu’elle parle du peuple mexicain. Son discours est assez proche parfois de la vision “ costumbrista ” du romantisme et ses textes rappellent ceux de Ricardo Cortes Tamayo, auteur de : Tipos populares de la ciudad de México (début du XXème siècle). En ce qui concerne l’exode rural  elle semble regretter que les jeunes paysannes mexicaines perdent leur naïveté au contact du monde moderne. Elle écrit par exemple que la “ ciudad tizna a los angeles ”22 en se référant à “ Rosita ” la vendeuse de Juchitán. Elle se remémore également “ el hombre de los toques ”23 de son enfance qui jouait à faire peur aux passants. Son approche peut sembler quelque peu passéiste et légère. Cependant elle ne passe pas sous silence la misère de ces vendeurs de rue et autres victimes de l’exode rural, de même qu’elle pointe du doigt les manquements de la politique mexicaine depuis des décennies. Il ne faut pas perdre de vue que dans le Mexique des années 1970 certains sujets restaient “ tabous ” ou n’étaient pas abordés de manière directe. En ce qui concerne C. Monsiváis son écriture est plus percutante et son propos plus nettement ironique ou satirique. Ainsi il compare les paysans modestes qui arrivent dans la grande ville à des conquérants ou “ conquistadores ” mais d’un “ Eden subvertido ”24 et effectivement c’est l’enfer qui les attend plus que le paradis. De la même façon il utilise en titre avant de développer sa chronique, cette expression : “ La ciudad capitalista en el origen : la ganancia ”25. La référence biblique renforce l’énergie du propos et montre que le “ capitalisme ” (sous sa forme la plus perverse) est tellement ancré dans la société mexicaine que la justice sociale aura bien du mal à s’y imposer.

11Les deux chroniqueurs sont donc des témoins non pas passifs mais “ actifs ” de la réalité mexicaine. La position privilégiée qu’ils assument dans la société, leur notoriété leur permet d’exprimer des points de vue, de refléter des impressions ressenties par bon nombre de personnes. La dimension symbolique de leurs textes est évidente, ils utilisent de nombreux thèmes porteurs auprès d’une certaine opinion publique (la frange la plus progressiste de la société mexicaine) dont ils sont les “ transcripteurs ” en quelque sorte. Qu’il s’agisse de l’injustice sociale, de la démocratisation du pays ou de sa recherche identitaire. Leurs textes sont la traduction d’une circonstance donnée correspondant aux premières fêlures de “ l’unipartisme ” au Mexique et au désir des Mexicains de voir la réalité telle qu’elle est (même s’il convient d’ajouter que l’objectivité et la liberté totale n’existent jamais). Il faut aussi relier cette pratique journalistique à la presse d’investigation nord-américaine qui s’est développée au début du XXème siècle et a donné entre autre le  New Journalism : une manière d’une part, d’envisager la réalité à travers toutes ses facettes  et d’associer d’autre part journalisme et littérature. Hunter S. Thompson déclarait par exemple : “ J’aime plonger en plein cœur de ce sur quoi j’écris et être aussi impliqué personnellement que possible ”26. Il y a également dans cette manière de faire dans les textes des chroniqueurs mexicains, plus tournés  vers le “ sujet ” et fuyant le conformisme de la société de consommation de l’après-guerre mondiale. On peut donc affirmer que pratiquer le journalisme de cette façon dépasse la recherche de la stricte information ou le commentaire de l’actualité. Il touche également aux domaines de l’histoire contemporaine et de la sociologie.

12C. Monsiváis ne se comparait-il pas dans les années 1980 au “ Président de la Cour Suprême de Justice ” mexicaine27 ? S’il convient de nuancer ce propos teinté d’humour à l’évidence, il n’en demeure pas moins que la tâche des chroniqueurs, dans un pays comme le Mexique, est lourde et vaste. Certes E. Poniatowska comme C. Monsiváis donnent à connaître des informations qui ne seraient sans doute pas diffusées de cette manière. E. Poniatowska a  pour sa part répété de nombreuses fois (se distinguant ainsi du reste de la profession) que pour informer avec objectivité au Mexique il fallait avoir “ las manos limpias ”, être libérée des pressions diverses comme c’était son cas. Ces deux chroniqueurs ont donc pour rôle de dénoncer les injustices et de critiquer les pouvoirs publics, de mettre aussi en relief (dans le sujet qui nous intéresse) le scandale de l’exode rural et de son exploitation à Mexico plus particulièrement. Ils sont les interprètes des “ peuples du silence ” (comme on a coutume de dire) et des Mexicains qui se préoccupent du respect des droits de l’être humain. Cependant E. Poniatowska n’a aucune implication politique mais il n’en va pas de même pour C. Monsiváis. Dans la chronique étudiée on observe qu’il  choisit une situation atypique : son personnage “ Eva ” nouvellement arrivée à Mexico s’intègre aux assemblées de quartiers, y prend la parole pour défendre ses intérêts. Peut-on penser que ce comportement reflète celui de la majorité des paysannes indiennes contraintes à l’exode rural ? Il fait également référence aux jeunes étudiants “ activistes ” (héritiers de 1968) qui encadrent ce “ Mouvement Populaire Urbain ”. On s’aperçoit que le chroniqueur mexicain se place à l’avant-garde de l’évolution politique du pays. Tout son ouvrage d’ailleurs : Entrada libre est consacré aux diverses formes de l’émergence de la société civile au Mexique, souvent habilitée, selon lui, à prendre le relais des pouvoirs publics et des forces politiques. On pourrait donc considérer  que C. Monsiváis est une sorte “ d’activateur ” des consciences, un intellectuel  engagé en tout cas !

13Pour terminer, soulignons la dimension parabolique de la chronique de cet auteur où la “ Pareja legendaria ” de migrants parvient à une prise de conscience de sa condition d’exploité et tente de s’en sortir. Notons aussi les connotations bibliques qui émaillent le texte de E. Poniatowska. Cette “ ballade ” écrite pour ces “ Marías ” y “ Golondrinos ” qui ne se départissent jamais, malgré les difficultés auxquelles ils sont exposés, de leur spontanéité ni d’une certaine philosophie de la vie. On pourrait dire que ces textes sont empreints d’une forme d’angélisme ou que chacun à sa manière traduit (ou reproduit) cet idéalisme qui habite l’être humain : la croyance en un  avenir meilleur pour l’ensemble de l’humanité. Enfin et plus ponctuellement, observons que l’homo urbanicus actuel suscite plus d’angoisses et de questionnements que d’espoir. Le Mexique à travers ses flux migratoires ne fait que refléter une situation quasi générale dans le monde. Ce XXIème siècle qui débute aura à affronter une nouvelle conjoncture géopolitique qui risque de bouleverser bien des contextes sociaux et culturels ainsi que les logiques d’Etat.

Inicio de página

Notas

1C. Bataillon, L. Panabière, Mexico aujourd’hui, Paris, Ed. Publisud,1988, p.22.
2“ Distrito Federal ” qui équivaut depuis 1970 à la ville de Mexico.
3I.M. Altamirano, El Renacimiento (1869), titre de la chronique : Una visita a la Candelaria de Los Patos.
4Il s’agit de leurs ouvrages majeurs : E. Poniatowska, La noche de Tlatelolco, Nada, nadie, et C. Monsiváis, Días de guardar, Entrada libre, Mexico, Ed. Era.
5Dont le bilan a été, il faut le rappeler de plus de 325 morts sur la place de Tlatelolco à Mexico.  
6H. Aguilar Camín, Saldos de la revolución, México, Ed. Océano, 1985, p.189.
7Il s’agit d’une modification de l’article 27 de la Constitution.
8C.Bataillon, L.Panabière, Mexico aujourd’hui, op.cit, p.68. (Chiffres de1980-1990).
9Ces personnes ne pouvant être inclues dans les chiffres du chômage.
10Le “ ladino ” étant l’Indien parlant l’espagnol et ayant adopté la forme de vie urbaine (costume, mœurs…).
11C. Monsiváis, Entrada libre, op.cit, p.151-166, titre de la chronique : Juchitán : ¡Ay, Zapoteco, Zapoteco, lengua que nos da la vida !
12E. Poniatowska, Fuerte es el silencio, op. cit, p.13-33. C. Monsiváis, Entrada libre, op.cit, p.237-245. 
13C’est une statue dorée qui se trouve au sommet d’une colonne qui s’est brisée lors du tremblement de terre de 1957 et qui a été remise en état.
14Titre de la séquence : Eva toma la palabra, p.239.
15Titre de la séquence : De la sensación llamada : toma de conciencia, p. 240.
16E. Poniatowska, Fuerte es el silencio, op. cit, p.17.
17Ibid, p.23. Cette zone est aussi peuplée que Paris intra-muros.
18C. Monsiváis, Entrada libre, op. cit, p. 237.
19Ibid, p. 244.
20E. Poniatowska, Fuerte es el silencio, op. cit, p. 16. C. Monsiváis écrit à peu près la même chose : “ La misma Eva eterna de paso rápido y humildito ”, Entrada libre, p. 239.
21C. Fuentes, La región más transparente, México, Fondo de cultura económica.
22E. Poniatowska , Ibid, p. 31.
23Ibid, p. 26-28.
24C. Monsiváis, Entrada libre, op. cit, p. 237.
25Ibid.
26Paul Scanlon, Anthologie du Nouveau Journalisme, Paris, Ed. Veyrier, 1978, p. 243.
27Mina Menocal, México, visión de los ochenta (22 entrevistas), México, Diana, 1981, p. 26.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Françoise Léziart, « Exode rural et chronique au Mexique », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 8 | 2004, Publicado el 21 febrero 2005, consultado el 23 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/428

Inicio de página

Autor

Françoise Léziart

Université de Bretagne Occidentale

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org