Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Nathalie Ludec y Enrique Fernández Domingo

Entradas del índice

Palabras claves :

América latina, ciudadanía
Inicio de página

Texto completo

1Ce numéro 24 des Cahiers Alhim (Amérique latine Histoire et Mémoire), en hommage à Perla Petrich, rassemble les communications présentées en juillet 2012 à l'occasion du 54ème Congrès international des Américanistes qui s'est tenu à l'Université de Vienne (Autriche) autour du thème des espaces de la citoyenneté en Amérique latine.

2Perla Petrich a fondé la revue les Cahiers Alhim en 2000, deux ans après sa nomination comme Professeure des Universités titulaire à l'Université de Paris 8. Les 24 volumes publiés sont disponibles en ligne (<http://alhim.revues.org/​>). La publication est le miroir des activités du groupe de chercheur.e.s et de doctorant.e.s que Perla Petrich a encadrés.

3Ce travail éditorial est le reflet  des pratiques riches et diversifiées  de l'enseignante et de la chercheure, depuis sa formation à l'Université Nationale de Cuyo (Mendoza-Argentine), en 1971, jusqu'à aujourd'hui. Des études littéraires l'ont amenée en France pour réaliser une thèse de doctorat à l'Université de Paris 8, sur le thème Isotopie initiatique chez Cortázar, sous la direction de Saúl Yurkievich, en 1976. Ensuite, en 1980, elle est diplômée de l'École de Hautes Études en Sciences Sociales, avec un travail sur L’origine du maïs: lecture sémiotique de mythes maya, dirigé par Algiras Greimás. Elle défend une habilitation à diriger des recherches, à l'Université de Lille 3, le 6 décembre 1997 : Sémiotique de la culture latino-américaine: discours politiques, images identitaires, littérature orale et écrite, sous la direction de Jacqueline Covo-Maurice.

4Ce parcours d'études l'a conduite à occuper différents postes : enseignante à l’École Supérieure des Mines de Paris, au Département des Langues (1976-1983), chargée de cours au Département d’Espagnol de Paris 8 (1980-1982), assistante Associée au Département d’Espagnol de Paris 8 (1983-1988), Maître de conférence à l’Université de Lille 3 (1988-1991), et à Paris 8 ( 1991-1998 ), où elle mènera sa carrière de professeur jusqu'à son départ en 2013.

5Elle y a réalisé également de multiples tâches administratives. Dans le domaine de l'enseignement, elle a été responsable de l'agrégation interne en espagnol, en 2001 et 2002, responsable des enseignements de civilisation de l'Amérique latine en licence, depuis 2000, coresponsable du secteur civilisation de l'Amérique latine pour le DEA "Etudes hispaniques et latino-américaines, cohabilité avec l'Université de Paris 3, entre 2001 et 2006,  et membre de diverses commissions, commission de spécialistes (Université de Créteil, 2000-2004, Université de Paris 8, depuis 1992), commission pédagogique (Université de Paris 8, 1996-2001) ainsi que présidente de jury de diplômes, au département d'espagnol de Paris 8, depuis 2007. Ces activités traduisent  une préoccupation pour le bon fonctionnement de l'université et son intérêt pour la formation des étudiant.e.s à tous les niveaux d'études, du premier cycle jusqu'à ses doctorant.e.s, qui ont toujours eu leur place dans les activités de recherche, au sein du groupe de Paris 8 en particulier. La participation collective à des congrès internationaux (Santiago du Chili, 2003 et Vienne en 2012) ou à des colloques locaux (Paris 8, 1999) a rassemblé et développé des énergies qui ont soudé des relations au-delà du cadre professionnel. Perla Petrich a bien eu un rôle d'intermédiaire entre les générations et les cultures.

6Ses travaux de recherche s'inscrivent dans le cadre d'équipes, et tout d'abord, le Laboratoire d' Etudes Romanes (E.A. 1570), de l'Université Paris 8. Par ailleurs, Perla Petrich est aussi chercheure au GERM (Groupe d’Études de Rhétorique Maya), membre du Laboratoire d’Anthropologie et Sociologie Comparative de l’Université de Paris X-Nanterre et de la Société d’Anthropologie du Mexique. Parallèlement à la direction de la revue Cahiers Alhim, alimentée par de nombreux colloques, Perla Petrich a été responsable ou membre d'innombrables projets au Mexique et au Guatemala. Tout d'abord, elle a fait des missions financées par le CNRS (LACITO) pour réaliser son travail de terrain au Mexique (Chiapas) pendant dix ans (1980-1990) et ensuite au Guatemala (Lac Atitlan). Elle a dirigé, par ailleurs, entre 1995 et 2000, un projet sur la tradition orale au Guatemala, Patrimonio Cultural de los Pueblos del Lago Atitlán, sous l’égide de la NORAD (Agence Norvégienne pour le développement/ Ambassade de Norvège) et du LACITO-CNRS. Entre 2002 et 2010, des projets l'ont amenée sur les rives de l'Usumacinta (2006-2009), dans les montagnes de l'Etat de Tabasco (2009), ou encore dans le sud de la péninsule du Yucatán (2010). Ce travail de terrain a donné lieu à des relations privilégiées avec plusieurs universités latino-américaines (la UNAM de Mexico, l'Université autonome de Puebla - Mexique, le Colegio de la Frontera Norte - Mexique, l'Université de Cuyo et l’Université de Buenos Aires – Argentine ) et aussi espagnoles (l'Université de Cordoue, l'Université de Cadix, l'Université Autonome de Barcelone) où comme professeure invitée, elle a dispensé cours, séminaires et conférences. Une cotutelle avec l'Université de Puebla, au Mexique, a permis aux doctrant.e.s de Perla Petrich de réaliser leur thèse de doctorat.

7Perla Petrich est auteure de nombreux ouvrages scientifiques (5 livres et 78 articles) et directrice de diverses publications collectives. Elle a aussi développé le volet de la création littéraire dans ses livres, La Palabras de Fuego et País de Agua, publiés respectivement en 1992 et en 1995.

8Le présent volume des Cahiers Alhim propose une approche croisée de la citoyenneté, à la fois disciplinaire et méthodologique dans des textes dont les neuf auteur.e.s ont partagé  un espace et un temps privilégiés avec Perla durant ces dix dernières années balisées par l'édition semestrielle de notre revue.

9Ce numéro se compose d'études qui donnent à la fois un cadre conceptuel de la citoyenneté, dans une perspective historique, en s'attachant à montrer son évolution dans les différents cadres géographiques et culturels. Ces études des espaces de la citoyenneté en Amérique latine croisent différents points de vue qui prennent leur source dans l'histoire,  l'anthropologie ou  la sociologie à partir de différents matériaux tels que  textes législatifs, journaux,  manifestes,  interviews.

10Dans une première partie, la citoyenneté est analysée dans une perspective historique. Le concept de citoyenneté, dans l'espace latino-américain, est au cœur des  nouvelles entités politiques nées à la suite des mouvements d'indépendance. Il évoluera, dans le temps et l'espace, selon un processus d'inclusion ou d'exclusion. D'abord défini de façon très restrictive dans les nouvelles Constitutions des nouveaux États indépendants, le statut de citoyen prendra peu à peu une dimension universelle.

  • 1  SABATO, Hilda (coord.), Ciudadanía política y formación de naciones. Perspectivas históricas de Am (...)

11La culture des élites révolutionnaires du XIXe siècle a exclu la grande majorité des populations latino-américaines de la jouissance de droits politiques, appelés de première génération1 : les femmes, les indiens, les noirs, les métis et les blancs du «populacho», pour leur manque de «civilisation» et d’éducation ou leur soi disant infériorité. (Enrique Fernández Domingo, Natalia Molinaro, Vicente Romero).

12Les changements économiques et sociaux de la fin du XIXe siècle s’accompagnent de l’extension des droits politiques,  le suffrage universel masculin  et ensuite plus tard le droit de vote des femmes, entre les années 1910 et 1960. Le processus de redéfinition de la notion de citoyenneté continue effectivement au début du XXe siècle dans le contexte de la crise du système libéral et des transformations sociales qui accompagnent l'intégration de l'espace latino-américain dans le système capitaliste mondial. La notion de l’identité nationale ainsi que le concept de citoyenneté vont être réinterprétés en relation avec les droits politiques et sociaux. Les transformations des années 1960 et 1970 et l’action politique des régimes dictatoriaux  obligent à redéfinir  la notion de citoyenneté. À partir de la fin des dictatures et dans une Amérique latine traversée par les mouvements révolutionnaires, le développement d'un discours politique indigène et de résistances internes, le concept de citoyenneté est abordé depuis d'autres points de vue politiques, sociaux et culturels. Un exemple est la reconnaissance des droits culturels et historiques des communautés autochtones dans les années 1990 ou la proposition des « Constitutions indigènes ». (Natalia Molinaro, Paola García).

13Dans une deuxième partie, la citoyenneté élargit sa définition dans une actualité politique qui remet en cause les droits du citoyen, en Colombie  (Liliana Buitrago), ou qui aspire le concept dans de nouvelles formes d'expression  dans le cadre du tout récent mouvement étudiant au Chili (2011-2012) (Michèle Arrué). Le long conflit politique en Colombie pose effectivement la question de la protection des droits des victimes des violences, dans un contexte d'insécurité et de peur que l'État et ses institutions ne peuvent épargner à leurs citoyens qui s'organisent alors en associations. Dans le cas du Chili, les jeunes étudiants ont vaincu la peur de leurs aînés, pour réclamer des droits bafoués par un système libéral hérité de l'époque de la dictature. La société civile s'exprime et s'organise, en marge donc de l'État, pour lutter contre les défaillances ou les disfonctionnements des institutions. Entre l'État et le marché, dans une conception libérale, se situe précisément la société civile, appelée aussi troisième secteur, dont le dynamisme est une preuve de maturité démocratique et citoyenne. La philanthropie, renouvelée, prend le relais de l'État, impuissant ou indolent, pour lutter contre les injustices, de classe, d'ethnie et de genre, dans le cadre du Mexique, court-circuitant ainsi la sphère du politique (Nathalie Ludec).

  • 2  del re, Alisa, heinen, Jacqueline (dir.), Quelle citoyenneté pour les femmes ? : la crise des État (...)

14Dans la troisième partie, la citoyenneté créée de nouveaux territoires et s'élargit à une troisième génération de droits2 : après les droits civils et sociaux, les droits au développement, à la protection de l'environnement et à la paix, sont au cœur des conflits actuels, en Colombie (Liliana Buitrago) et au Chili (Bárbara Morales). De plus la citoyenneté abandonne son territoire national pour prendre une dimension globale qui touche les migrants. Pris entre leur pays d'origine et leur terre d'accueil (Paola García), les migrants tirent profit des nouvelles technologies en s'organisant en réseaux, ce qui les projette dans une dimension transnationale (Denise Cogo).

15Que ce volume, comme témoignage d'amitié, soit seulement un jalon dans la vie de cette publication chère à tou.te.s.

Inicio de página

Notas

1  SABATO, Hilda (coord.), Ciudadanía política y formación de naciones. Perspectivas históricas de América Latina, México, Fondo de Cultura Económica, 1999, 449 p.

2  del re, Alisa, heinen, Jacqueline (dir.), Quelle citoyenneté pour les femmes ? : la crise des États-providence et de la représentation politique en Europe, Paris, Montréal,  L'Harmattan, 1996, 320 p.

Nash, Mary, Mujeres en el mundo. Historia, retos y movimientos, Madrid, Alianza Editorial, 2005, 333 p.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec y Enrique Fernández Domingo, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 24 | 2012, Publicado el 08 febrero 2013, consultado el 20 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/4304

Inicio de página

Autores

Nathalie Ludec

Artículos del mismo autor

Enrique Fernández Domingo

Université Paris 8nludec@univ-paris8.fr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org