Navegación – Mapa del sitio
Etats-Unis

Les Mexicains aux Etats-Unis : tribulations d'une relation difficile

Malie Montagutelli

Resúmenes

La población hispana en los Estados Unidos está principalmente caracterizada por su diversidad. Si en este grupo estudiamos a los mexicanos podemos constatar una gran heterogeneidad creada por grandes diferencias. Este artículo estudia dichas diferencias y específicamente las de la segunda generación nacida y educada en los Estados Unidos y que componen una comunidad integrada a la vida social del país. También analiza los problemas que los miembros de este grupo enfrentan en el proceso de definir su identidad y el rechazo de la población americana dentro del contexto de un proceso migratorio que aumenta.

Inicio de página

Entradas del índice

Mots-clés :

Migrants
Inicio de página

Texto completo

1Au dernier recensement décennal, effectué en 2000, les Hispanics représentaient 12,5 % de la population totale des Etats-Unis, soit 35 305 906. Au sein de ce groupe, les Mexicains et Américains d’origine mexicaine forment un sous-groupe important. Ce même recensement en dénombrait 20,6 millions, soit 58,5 % du groupe “hispanique”. Cet article se propose de brosser un portrait des Mexicains-Américains vivant aux Etats-Unis, afin de montrer l’impossibilité d’en parler comme d’un groupe démographique unique, car, nous le verrons, il s’agit d’une population diverse en tous points. Il importera donc d’exposer la nature de cette hétérogénéité et les caractéristiques de chacune de ses composantes.

2Mais avant d’entrer dans le vif de cette étude, il est intéressant de noter ce que disent les trois premiers rapports d’analyse du dernier recensement, publiés en mars 2001, à propos des Hispaniques et des personnes d’origine mexicaine. On constate un plus grand souci de la part du gouvernement fédéral d’identifier les Hispaniques, souci traduisant peut-être aussi l’inquiétude face à ce que certains appellent déjà la latinisation des Etats-Unis. Le premier rapport donne les raisons pour les modifications dans les questionnaires du recensement 2000 :

L’évolution des modes de vie ainsi que des sensibilités nouvelles au sein du peuple américain nécessitent des modifications aux questions qui sont posées. L’un des changements les plus importants apportés au recensement de l’an 2000 a été la révision des questions portant sur la race et sur l’origine hispanique de façon à mieux représenter la diversité grandissante du pays. (...)

Le gouvernement fédéral considère que la race d’une part, l’origine hispanique de l’autre sont deux concepts distincts et séparés. Pour le recensement 2000, les questions relatives à la race et à l’origine, ici hispanique, ont été posées à tous les individus vivant aux Etats-Unis. Dans la question portant sur l’origine hispanique, il était demandé aux individus s’ils étaient espagnols, hispaniques ou latinos1 (Spanish/Hispanic/Latino; voir tableau 1) Dans la question portant sur la race, ou les races, il était demandé aux individus de préciser la race, ou les races, à laquelle, ou auxquelles, ils pensaient appartenir. Les deux questions se fondaient sur l’idée que chaque individu a de sa propre identité (Grieco, 2001:1).

3Ce rapport donne également une définition réactualisée du terme Hispanic ou Latino, comme étant toute personne “de culture ou d’origine cubaine, mexicaine, portoricaine, de l’Amérique centrale ou du Sud ou encore de toute autre culture ou d’origine espagnole”. A première lecture, on constate que le point de vue gouvernemental a changé au fil des années ; aujourd’hui, “l’idée que chaque individu a de sa propre identité” est clairement une concession au multiculturalisme, un éloignement des thèses assimilationnistes, qui laisse à chacun la liberté de se déterminer lui-même. Cependant, cette définition reste trop généralisante et, par conséquent, imprécise, car elle regroupe en une seule catégorie des individus dont le seul point commun serait la langue. Or, l’espagnol n’est même pas la langue maternelle de tous les Hispaniques, puisqu’un certain nombre d’entre eux, des Mexicains essentiellement, est installé aux Etats-Unis depuis plusieurs générations. Le recensement accepte le fait que les Hispaniques puissent appartenir à n’importe quel groupe racial et à une variété de groupes nationaux et culturels, qu’ils soient nés ou non dans le pays auquel ils disent être rattachés. En rassemblant des individus qui n’ont, pour beaucoup, rien en commun tant dans leur passé historique, leurs traditions ou leurs origines culturelles, que dans leur passé récent, la catégorie “hispanique” ressemble  davantage à un “fourre-tout” qu’à une classe démographique sérieuse.

4Le troisième rapport porte exclusivement sur la population hispanique (Guzmán, 2001)2. Il dresse l’historique des origines de la catégorie “hispanique” dans les recensements nationaux depuis 1930. Nous apprenons ainsi que, jusqu’en 1970, l’origine hispanique était déterminée de façon indirecte. La catégorie “origine mexicaine” fut, en fait, la première désignation,  incluse pour la première fois dans le recensement de 1930, et faisant partie de la question concernant l’appartenance raciale. En 1940, le questionnaire permettait seulement de dénombrer les personnes pour lesquelles l’espagnol était “la langue maternelle”. Dans les seuls cinq Etats du Sud-Ouest, l’Arizona, la Californie, le Colorado, le Nouveau-Mexique et le Texas, les recensements de 1950 et de 1960 identifièrent “les personnes dont le nom patronymique avait une consonance espagnole”. L’année 1970 marque une coupure avec le passé ; c’est en effet à partir de cette date que les personnes interrogées devaient se définir plus précisément et choisir entre l’origine mexicaine, portoricaine, cubaine, hispano-américaine, du centre ou du sud, ou “autre espagnole”. Cependant, en 1970, la question fut posée seulement  à un échantillon de la population représentant 5 % du total des foyers, ce qui fut à l’époque considéré comme suffisant pour être représentatif à l’échelle nationale. En 1980 et en 1990, il fut demandé aux personnes interrogées si elles étaient “d’origine ou de descendance espagnole/hispanique”, puis de préciser si l’origine était mexicaine, portoricaine, cubaine ou “autre espagnole/hispanique”. A partir de 1990, on constate le souci d’effectuer une analyse plus fine. Par exemple, ceux qui avaient coché la case “origine espagnole/hispanique/latino” avaient ensuite le choix entre Mexicain/Portoricain/Cubain ou autre Espagnol, Hispanique, Latino (ces trois derniers représentant une seule catégorie). Mais le questionnaire ne s’arrêtait pas là et ceux qui avaient, à la deuxième question, répondu “autre Espagnol/Hispanique/Latino” avaient ensuite la possibilité d’indiquer le pays d’origine. Quant à l’appartenance raciale, actuellement, un peu moins de la moitié des Hispaniques, soit 47,9 %, dit appartenir à la race blanche uniquement et 42,2 % à “une autre race”. Environ 6,3 % déclarent appartenir à “deux races ou plus”, contre 1,9 % pour les non Hispaniques (voir tableau 2).

5La population hispanique, dans sa globalité, a augmenté de 57,9 % entre 1990 et 2000, c’est-à-dire qu’elle est passée de 22,4 millions en 1990 à 35,3 millions en l’an 2000. Dans le même temps, le nombre des Mexicains a augmenté de 52,9 %, de 13,5 millions à 20,6 millions, alors que leur proportion au sein du groupe hispanique diminuait. En 1990, ils constituaient 60,4 % de celui-ci contre 58,5 % en 2000. Cette population d’origine mexicaine vivant aux Etats-Unis est diverse et hétérogène. La diversité provient essentiellement du temps passé aux Etats-Unis et par conséquent du degré d’assimilation culturelle et linguistique des individus dans la société nord-américaine. Dans l’Ouest américain vivaient des familles hispano-mexicaines bien avant que n’arrivent les premiers pionniers américains. Appelés les Californios, ils formaient une société organisée et dynamique avant que la Californie ne devienne un Etat de l’Union. C’est au cours de la seconde moitié du XIXème siècle que se firent sentir les premières tensions entre Américains et Mexicains dans les territoires et Etats du Sud-Ouest. Ces tensions commencèrent dès la fin de la guerre contre le Mexique (1846-1848), surtout au Texas et en Californie ; elles s’accentuèrent lorsque de nombreux Mexicains se joignirent aux hordes de la Ruée vers l’Or dans le nouvel Etat de Californie. Les Américains lancèrent alors une campagne de discrédit contre ces voleurs de l’or national, les greasers, terme péjoratif qui sera très en vogue à partir des années 1920. De plus, les campagnes anti-papistes de l’époque, qui visaient, il est vrai, davantage les Irlandais, firent également du tort aux Mexicains catholiques. L’époque était assurément raciste et, dans l’Ouest américain, les Mexicains, facilement reconnaissables à leur peau brune, en furent autant victimes que les Chinois.

6En dehors de la population mexicaine d’origine, la première arrivée massive d’immigrants venant du Mexique se produisit au cours des trente premières années du XXème siècle. Les nouveaux arrivants se fixèrent surtout là où une population mexicaine était déjà établie et ils eurent à subir les rebuffades des Mexicains natifs du Sud-Ouest, à l’époque fort soucieux de se faire accepter comme de vrais Américains. A la veille de la Première Guerre mondiale, ces derniers employaient l’expression “Hispano-Américains” pour se désigner eux-mêmes et le terme péjoratif cholos pour parler des nouveaux venus.

7D’après le sociologue Leo Grebler, en 1960, la population mexicaine vivant aux Etats-Unis s’élevait à 3 842 000 ; 87 % de ce total, soit 3 334 292, étaient fixés dans le Sud-Ouest et 80 % de ceux-ci vivaient dans les seuls Etats du Texas et de la Californie (Gonzales, 2000). C’est en partie pour se protéger de l’oppression et l’exclusion, dont ils étaient victimes, que les Mexicains, aussi bien ceux qui étaient installés dans le Sud-Ouest depuis longtemps que les immigrés de date récente, commencèrent à se regrouper dans des enclaves, les barrios des villes et les colonias des zones rurales. Vers 1960, les Mexicains-Américains formaient une population déjà essentiellement urbaine vivant dans ces barrios. Leur urbanisaion n’a fait que s’intensifier avec le temps, puisqu’en 1990, seuls 9,5 % d’entre eux vivaient encore en zones rurales, un pourcentage inférieur au pourcentage national. C’est également vers 1990 qu’une partie de cette population a commencé à quitter le centre des villes pour aller s’installer dans les banlieues. Aujourd’hui, les Mexicains forment des groupes de population assez denses, auxquels viennent souvent s’ajouter des Hispaniques d’origine différente ;  
55,3 % des Mexicains vivent dans les Etats de l’Ouest, 31,7 % dans le Sud, 10,7 % dans la région du Midwest et 2,3 % dans le Nord-Est.  Les plus fortes concentrations de Mexicains se trouvent à Los Angeles (dans le quartier d’East Los Angeles, les Hispaniques représentent 96,8 % de la population totale, avec une très forte majorité de Mexicains), et aussi à El Paso, San Antonio, Houston, Phoenix, San Francisco et Chicago. Dans ces centres urbains, leur haute visibilité n’est pas sans provoquer des campagnes restrictionnistes de la part des gouvernements des Etats, en particulier de la Californie et du Texas mais aussi du gouvernement fédéral, ainsi que des campagnes de pression et des réactions de xénophobie de la part des populations “anglos”, bien que différentes études aient prouvé que les immigrés aux Etats-Unis ne grèvent pas l’économie3. Les réactions de rejet à l’encontre des nouveaux venus par les Mexicains établis de longue date continuent de se manifester. Elles témoignent de la situation précaire de tout Mexicain dans la société américaine : même celui qui est Américain de naissance et anglophone peut toujours être assimilé à l’élément étranger et devenir, lui aussi, la cible de préjugés racistes.

8La “question mexicaine” aux Etats-Unis est aggravée par le problème de l’immigration clandestine. Pour bien comprendre ce phénomène, il faut commencer par rappeler le “bracero program” mis en place en 1942 grâce à un accord entre les Etats-Unis et le Mexique qui permettait à des ouvriers mexicains de venir travailler aux Etats-Unis pour pallier la pénurie de main-d’oeuvre, notamment dans les travaux agricoles, pendant les années de guerre. Il s’agissait en fait d’un programme d’immigration temporaire et contrôlée qui allait fonctionner jusqu’à la fin de l’année 1964, bien au-delà de la date d’expiration prévue à l’origine. En réalité, l’immigration clandestine avait toujours existé, mais n’avait jamais atteint des proportions suffisamment importantes pour que le gouvernement s’en inquiétât. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale qu’elle devint préoccupante. L’historien Manuel García y Griego suggère que les wetbacks, ou mojados4, se sentirent sans doute indirectement stimulés à venir tenter l’aventure américaine par l’existence même de ce programme de travail sous contrat (García y Griego, 1996). D’autant plus que les exploitants agricoles, souvent à court de main-d’oeuvre, accueillaient favorablement cette vague grandissante d’immigrants indocumentados. Mais d’autres Américains éprouvaient déjà une certaine inquiétude, surtout à partir du moment où ces sans-papiers, souvent sous-qualifiés, commencèrent à se fixer dans les barrios urbains à la recherche d’un emploi. A partir de 1954, le service fédéral de l’immigration5 se mit à faire une chasse systématique aux immigrés clandestins le long de la frontière avec le Mexique.

9En 1986, la loi de réforme et de contrôle de l’immigration, Immigration Reform and Control Act, IRCA, fut promulguée ; c’était essentiellement un effort pour contrôler et endiguer l’immigration illégale. D’une part, elle établissait des sanctions contre tout employeur d’immigrés clandestins et, d’autre part, elle accordait une amnistie, et la possibilité éventuelle de se faire naturaliser, à tout clandestin pouvant prouver qu’il avait vécu aux Etats-Unis de façon ininterrompue depuis le 1er janvier 1982. Elle régularisait aussi la situation des indocumentados ayant travaillé dans des exploitations agricoles pendant au moins 90 jours entre mai 1985 et mai 1986. Cette dernière mesure eut pour effet de rendre légale la situation d’environ  2,4 millions de ces travailleurs ; mais, dans l’ensemble, IRCA ne connut qu’un succès modéré, parce que les employeurs ne furent jamais poursuivis avec un grand acharnement et aussi parce que beaucoup d’illégaux, en raison même de leur clandestinité, ne pouvaient pas prouver qu’ils vivaient dans le pays depuis 1982 ou qu’ils étaient tout simplement arrivés après cette date. En 1990, une nouvelle loi sur l’immigration favorisait les immigrants diplômés et qualifiés ainsi que ceux qui venaient rejoindre leur famille6. Il semble que l’augmentation de l’immigration légale ait en même temps encouragé l’immigration clandestine, qui, à partir des années 1990, reprit de plus belle. Celle-ci contribua en partie à  créer dans les villes concernées une population emprisonnée dans la pauvreté, que certains sociologues ont appelée une underclass7. En 1994, les Californiens, inquiets pour l’économie de leur Etat, votaient à 59 % en faveur de la Proposition 187 qui supprimait toute aide publique et avantages sociaux, ainsi que l’accès à l’éducation publique aux clandestins et à leur famille. Les Californiens ne sont pas les seuls à craindre la venue de Mexicains en trop grand nombre. Samuel Huntington, journaliste pour la revue American Enterprise, expliquait en décembre 2000 pourquoi les Mexicains représentent pour les Etats-Unis un problème particulier : il citait cinq raisons, la proximité, le nombre des immigrés venant du Mexique, l’illégalité, la concentration dans des zones bien précises qui, du coup, ont du mal à absorber et intégrer cette population et enfin, le fait qu’on ne puisse déceler aucun signe pouvant indiquer que cette immigration s’arrêtera un jour, à l’encontre de ce qui s’est produit pour toutes les autres vagues d’immigration antérieures. L’article concluait que : “L’immigration mexicaine apparaît comme un défi à part et inquiétant pour notre intégrité culturelle et, en puissance, pour notre avenir en tant que nation” (Huntington, 2000).            

10Les questions qui se posent à toutes les minorités sont celles de l’assimilation. Depuis l’époque du “politiquement correct”, les termes d’assimilation et d’acculturation ne sont plus très bien vus ; il reste néanmoins qu’une fois installés aux Etats-Unis, plusieurs questions se posent aux immigrés et descendants d’immigrés : existe-t-il des forces ou des pressions capables d’empêcher ou de limiter leur intégration dans la société américaine ? Existe-t-il des forces ou des pressions capables de favoriser cette intégration ? Enfin, quel degré d’assimilation peut être souhaitable ou tolérable ? En bref, la question essentielle est celle de la liberté de l’individu de se définir lui-même dans une société d’accueil. Tout Mexicain, qu’il soit né aux Etats-Unis ou au Mexique, doit trouver ses propres réponses. A partir de 1965, le mouvement chicano a tenté d’apporter des réponses collectives à la quête identitaire ; ce nouveau militantisme représentait une prise de conscience pour tous les Mexicains, qu’ils soient nés aux Etats-Unis ou arrivés dans le pays de fraîche date. Il y avait dans ce mouvement un double engagement, politique d’abord, pour que soient respectés les droits des Américains d’origine hispanique au même titre que ceux de tout autre citoyen, et culturel ensuite, pour resserrer les liens entre les membres d’une communauté autour de l’identité, de la langue et des coutumes. Le journaliste Rubén Salazar a donné une définition politiquement engagée du Chicano comme étant “un Mexicain-Américain avec une image ‘non Anglo’ de lui-même” (Salazar, 1970).  A  partir de cette idée, les Mexicains ont trouvé des réponses qui font toute l’originalité d’un groupe qui souhaite trouver un équilibre entre l’assimilation, qui permet l’ascension sociale, et la sauvegarde d’un patrimoine linguistique et culturel, qui donne à tout individu les indispensables repères identitaires. C’est aussi à partir de cette période et de cette prise de conscience que des sociologues ont commencé à étudier les Mexicains-Américains en tant que composante spécifique de la population américaine (Steiner, 1969 ; Servin, 1970 ; Moore, 1970 ; Grebler, 1970).

11Dans un ouvrage présentant les immigrés aux Etats-Unis, le journaliste Al Santoli a interviewé une famille d’origine mexicaine, les Caballero, résidant à El Paso depuis 1952, un exemple d’assimilation réussie. Trois générations participent à l’entretien : Mr Caballero père, né au Mexique et venu une première fois aux Etats-Unis dans le cadre du programme bracero, son fils aîné Cesar, né lui aussi au Mexique en 1949 et arrivé aux Etats-Unis avec la famille lorsqu’il avait sept ans, et Ana, la fille de ce dernier, lycéenne de 16 ans. Les raisons expliquant le départ définitif du Mexique sont les mêmes que pour beaucoup d’immigrés. Le grand-père explique :

La raison principale de ma venue à El Paso était de donner une meilleure éducation à mes fils et de parvenir à un meilleur niveau de vie pour toute la famille. Parce que lorsque je venais travailler aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, je constatais que les gens vivaient mieux qu’au Mexique. Je constatais que les enfants étaient grands et forts et je voulais que mes fils soient pareils (il a eu sept fils) (Santoli, 1988 : 276).

12Dans le récit que fait Cesar, il retrace  sa jeunesse,  son engagement politique et les traditions familiales mexicaines. Ce récit coïncide avec l’évolution générale de la population mexicaine aux Etats-Unis :

A l’école, la moitié des enfants étaient mexicains. Nous nous mélangions plutôt bien avec ceux d’El Paso. Ils étaient d’origine mexicaine mais vivaient ici. A l’école, l’objectif  c’était que tous nous devions bien apprendre l’anglais. (...) Bien que nous, les enfants, adoptions un grand nombre d’habitudes américaines, ma famille restait mexicaine dans ses traditions culturelles.

A Noël, ma mère continuait à faire la crèche, alors que de nombreuses familles mexico-américaines n’en faisaient déjà plus, préférant Saint Nicolas et tous les gadgets que l’on trouve dans le commerce. Ma mère posait tous les sujets de céramique sur la table. Nous mêlions la symbolique des Rois Mages à celle de Saint Nicolas, bien que la Fête des Rois ne soit qu’en janvier. (...) Les étudiants mexicains-américains à l’université se sentaient visés par le racisme, que ce soit de façon subtile ou ouverte. Nous disions que certains professeurs étaient racistes parce qu’ils parlaient ouvertement de façon très négative de la langue ou de la culture mexicaines. Et ils donnaient des mauvaises notes aux étudiants mexicains par rapport aux autres étudiants, même lorsque les étudiants mexicains rendaient des devoirs de même niveau. (...) Nous savions qu’il était important d’instiller en nous-mêmes un fort sentiment de fierté culturelle afin de ne pas avoir de complexe d’infériorité et de ne pas oublier autant que possible d’aider nos compatriotes une fois que nous aurions une profession établie. Nous pouvions constater que certains de nos aînés qui avaient bien réussi ne s’en préoccupaient pas, parce qu’ils avaient honte de leurs origines. (...) Nous militions pour des changements immédiats, comme par exemple un plus grand nombre d’étudiants chicanos dans les universités et davantage de professeurs chicanos. Notre action parvenait dans une certaine mesure à diminuer le racisme dans la communauté. Je pense que les choses ont changé au cours des dernières années, en grande partie grâce aux mouvements politiques et sociaux dans lesquels certains de nous ont milité. (...) J’ai vu beaucoup de changements ici, au cours des trente années où ma famille a vécu dans ce pays. Quand j’étais encore petit, je pensais que le barrio était mon environnement. Nous étions complètement séparés de la communauté anglo. Un endroit comme celui où nous nous trouvons en ce moment m’aurait été interdit. Nous ne nous sentions pas les bienvenus. Mais, aujourd’hui,  des jeunes comme ma fille Ana, qui a seize ans, ne sont plus mis à part. Ana est cheerleader dans son lycée. (...) Ana se débrouille assez bien en espagnol. Quand elle était petite, avant qu’elle ait cinq ans, ma femme et moi l’avons encouragée à parler l’espagnol en premier, comme langue maternelle. Mais l’acculturation à l’école a changé tout çà (ibid., 278, 282, 283, 287).   

13Quant à Ana, c’est une jeune-fille américaine consciente de ses racines:

Je ne parle pas l’espagnol aussi bien que je le devrais. Maintenant, j’apprends l’espagnol à l’école, mais je ne l’écris pas très bien. Je suis née ici, mais je me sentirai toujours en partie mexicaine. J’aime toujours la culture mexicaine (ibid., 287).

14Si ces témoignages ont un caractère subjectif et n’ont de valeur que pour les individus qui s’expriment, ils sont néanmoins caractéristiques de l’évolution d’une partie de la population d’origine mexicaine, celle qui vit aux Etats-Unis depuis au moins deux générations. On retrouve souvent dans les interviews d’immigrés aux Etats-Unis les idées, les priorités exprimées ici par la famille Caballero: donner de vraies chances de réussite à leurs enfants, s’intégrer dans le pays d’accueil et sa culture tout en conservant la mémoire du passé et de leurs liens culturels avec le passé, the old country, et pour certains avec la langue. S’il est vrai que les Mexicains forment le groupe le plus attaché à sa langue d’origine8, une très forte majorité d’entre eux considère une bonne connaissance de l’anglais comme la condition primordiale à la mobilité socio-économique et à toute participation à la vie socio-politique de leur pays d’adoption. Dans un article traitant de la nouvelle immigration aux Etats-Unis, Rubén Rumbaut écrit d’ailleurs que l’anglicisation est inévitable. D’une façon à peu près généralisée, la génération immigrée, toutes origines confondues, parle anglais au travail et en dehors du foyer, lorsque cela est indispensable, mais continue de parler sa propre langue à la maison et aux enfants ; la première génération née aux Etats-Unis parle l’anglais couramment et sans accent, ainsi que la langue d’origine, et enfin la deuxième génération née aux Etats-Unis le plus souvent grandit dans un environnement monolingue et ne parle plus que l’anglais (Rumbaut, 1991 : 208-244). Compte tenu du volume de l’immigration récente, seule une partie de la population mexicaine,  aujourd’hui minoritaire, est anglophone. En 1960, 82 % de la population d’origine mexicaine aux Etats-Unis y étaient nés, aujourd’hui la proportion est pratiquement inversée. Ce qui explique la réaction venant de groupes de pression qui militent pour assurer la protection de la langue anglaise, qu’ils considèrent menacée, principalement par les Hispanophones. U.S. English fondé en 1983, avec parmi ses membres fondateurs Linda Chávez, elle-même d’origine hispanique, est un lobby qui fait campagne, jusqu’ici sans succès, pour que soit adopté un amendement à la Constitution faisant de l’anglais la langue officielle du pays. U.S. English milite aussi localement, dans les Etats, et, à ce jour, 14 d’entre eux ont déclaré l’anglais leur langue officielle. Le premier à prendre une telle décision fut la Californie en 1986, grâce à la Proposition 63 qui reçut 73 % du vote populaire.

15Dans leurs efforts pour s’intégrer le plus rapidement possible, les immigrés considèrent, à juste titre, l’éducation comme essentielle pour assurer l’ascension sociale de leurs enfants. En même temps, la société américaine a traditionnellement assigné à son école une mission d’acculturation visant les enfants étrangers et fils d’étrangers. Dans son ouvrage sur l’immigration, John Higham cite un directeur de high school à New York, qui disait déjà en 1902 : “L’éducation va résoudre tous les problèmes de notre vie nationale, même celui d’assimiler nos éléments étrangers” (Buchanan, 1902 : 691).

16Dans le domaine de l’école et de l’éducation, il faut d’abord brièvement évoquer trois points qui concernent au plus près les enfants des minorités, et en  particulier les Mexicains. Le premier est l’éducation bilingue. En 1965, en Californie, quelques enseignants d’origine mexicaine fondèrent l’Association des Educateurs mexico-américains, Association of Mexican American Educators, AMAE, qui fit campagne pour que soient créés des programmes d’études bilingues et biculturelles. La loi sur l’éducation bilingue, Bilingual Education Act, fut promulguée trois ans après, en 1968. A l’origine, la proposition de loi faite par le sénateur Ralph Yarborough du Texas ne concernait que les enfants mexicains. La justification invoquée par le sénateur était que les autres groupes de non anglophones, étant venus aux Etats-Unis de leur plein gré,  avaient, par conséquent, volontairement abandonné leur langue et leur culture, alors que les hispanophones du Sud-Ouest avaient été “conquis” et s’étaient vus imposer une culture qui leur était étrangère. La loi votée en 1968 était une forme élargie du projet de loi, puisqu’elle concernait tous “les enfants dont la maîtrise de l’anglais était limitée”. Aujourd’hui, cette loi est critiquée de maintes parts : par les conservateurs au nom de l’unité nationale et culturelle, par certains qui trouvent simplement qu’elle coûte trop chère au vu des résultats obtenus, par d’autres encore qui considèrent qu’elle est trop souvent inefficace, un enseignant sur cinq ayant spécifiquement été formé à l’enseignement bilingue et vu la difficulté, voire l’impossibilité, de trouver des enseignants dans le cas de langues relativement rares. Elle est aussi  parfois rejetée par des parents étrangers qui souhaitent voir leurs enfants apprendre l’anglais au plus vite. Au début de l’année 2001, le ministère de l’Education recommandait aux écoles de permettre aux élèves non anglophone de rejoindre sans perte de temps les classes où l’enseignement est fait en anglais. De nombreux districts scolaires9 ont adopté des programmes dans le cadre de l’enseignement bilingue qui réduisent au minimum le recours à la langue d’origine. Selon le ministère de l’Education, plus de 3,5 millions d’enfants dans l’enseignement public sont classés dans la catégorie “maîtrise limitée de l’anglais” (limited English proficient), dont 75 % de latinos (Riley et Pompa, 1998).

17Le second point est la discrimination positive, affirmative action, à l’origine mise en place, par décret du président Johnson, en 1967 pour redresser un tort causé par le passé aux Africains-Américains, mais bientôt élargie pour inclure d’autres minorités, dont les Hispaniques. A partir des années 1970, les universités qui recevaient des fonds fédéraux durent établir des quotas d’admission favorables aux minorités, ainsi qu’aux femmes. Mais bon nombre d’universités ont depuis délaissé cette politique mise à mal par la Cour suprême dans les arrêts DeFunis en 1971 et Bakke en 1978 et fortement critiquée, y compris par les minorités elles-mêmes.

18Le troisième point, enfin, reste aujourd’hui un débat, sans doute moins animé qu’il y a quelques années, mais qui ne parvient pas à aboutir à des conclusions satisfaisantes pour tous : il s’agit de la question du contenu des programmes d’enseignement, en particulier en histoire et en littérature - doivent-ils insister sur ce qui fait l’unité de la culture ou sur le multiculturalisme de la société américaine ? Ceci est une question éminemment politique, qui oppose l’identité nationale à l’identité individuelle. L’éducation doit-elle fournir le ciment qui protège l’unité nationale ou doit-elle, dans une société multiculturelle, apporter aux élèves suffisamment d’éléments pour leur permettre de se construire et de se structurer dans le respect de la diversité ? Richard Rodríguez, né à San Francisco de parents mexicains, s’exprime très clairement contre l’enseignement bilingue, la discrimination positive et le multiculturalisme et en faveur d’un enseignement transmettant LA culture américaine, unique et commune à tous :

Pour moi, la leçon la plus difficile, tout comme pour Huck Finn, fut la leçon de l’identité publique. Ce qu’il me fallait acquérir à l’école c’était une vie publique. La première nécessité pour tout élève n’est pas l’individualité, mais quelque chose qui s’approche plutôt du contraire. Tout comme Huck, j’avais besoin d’apprendre les noms des rois anglais et des protestants dissidents, parce qu’ils étaient le début de “nous”. J’ai lu les oeuvres d’hommes blancs du XVIIIème siècle, qui portaient perruque poudrée et possédaient des esclaves, parce que ce sont ceux qui donnèrent forme au pays qui donna forme à ma vie. (...) Il y a des enseignants influents aujourd’hui, et je les ai rencontrés, qui pensent que le but d’une éducation américaine est d’instiller chez  l’enfant la fierté de son passé ancestral. Une telle réduction de ce qu’est l’éducation me paraît condescendante. (...) Si je suis un nouvel arrivant dans votre pays, pourquoi m’apprendre qui sont mes ancêtres ? J’ai besoin de connaître les Puritains du XVIIème siècle pour comprendre tout le sens de la rébellion que je constate partout dans les villes américaines. Parlez-moi de ces rois anglais déments pour que j’arrive à comprendre le penchant américain pour l’iconoclastie. Ensuite, parlez-moi des cowboys et des Indiens ; j’ai besoin de savoir que des tragédies ont créé le pays qui va me créer (Rodríguez, 1992 : 168-169).    

19En ce qui concerne l’éducation de façon plus précise, est-il possible de connaître le degré de réussite scolaire des jeunes d’origine mexicaine? On sait que les résultats des enquêtes qui portent sur l’ensemble de la population scolaire hispanique sont très inférieurs à ceux obtenus par les Euro-Américains et les Américains d’origine asiatique. Ainsi, un bon tiers de la population hispanique ne termine pas le cycle secondaire (high school) et moins de 13 % ont obtenu un diplôme universitaire équivalent à notre licence. Le taux d’abandon scolaire est actuellement deux fois et demie celui des Noirs et trois fois et demie celui des Blancs non hispaniques. Dans un article du 25 mars 2001, le New York Times rapportait que, d’après des chiffres officiels, 26 % des filles d’origine hispanique quittent l’école sans diplôme contre 13 % chez les jeunes noires et 6,9 % chez les Blanches. Les Hispaniques vivent le plus fréquemment dans des enclaves ethniques situées dans les ghettos urbains, 75 % d’entre eux fréquentent des établissements scolaires où prédominent les minorités, hispanique et noire notamment, 35 % de ceux-ci fréquentent des établissements où Hispaniques et Noirs représentent jusqu’à 90 ou même 100 % du total de la population scolaire10. On sait, de surcroît, que ces écoles, implantées dans des districts scolaires pauvres,  connaissent d’énormes difficultés financières.

20Peut-on savoir le niveau éducatif des Mexicains ? Au cours des années 1950, dans les Etats du Sud-Ouest, ils étaient scolarisés en moyenne de trois à quatre ans moins longtemps que les Anglos. Manuel Gonzales rapporte qu’environ la moitié était scolarisée pendant un temps inférieur à huit ans, ce qui, à l’époque, était une moyenne inférieure à celle des Noirs. Au début des années 1990, le taux d’abandon dans le secondaire restait de plus de 40 % (supérieur à celui des Noirs et des Portoricains, mais inférieur au taux d’abandon des Amérindiens). En 1992, les Mexicains obtenaient une moyenne de 797 points au SAT, Standard Assessment Test, alors que les élèves anglos atteignaient un score moyen de 93311. Moins de 6 % des Mexicains fréquentaient l’université, ce qui était moitié moins que les Noirs et quatre fois moins que les Blancs à la même époque. La force du Chicano Movement, très actif entre 1965 et 1975, pour que soient créés dans les universités des programmes d’études culturelles, a probablement incité de nombreux étudiants d’origine mexicaine à poursuivre leurs études et à obtenir des diplômes universitaires. A la rentrée 1993, 14 % des étudiants inscrits en premier cycle à l’université de Californie à Berkeley et 17 % à Los Angeles étaient des Hispaniques et, dans ce groupe, les Mexicains représentaient une grosse majorité. Dans le même temps, dans le cadre des formations universitaires courtes, sur deux ans, offertes par les junior colleges, le pourcentage d’Hispaniques s’élevait à 36,3 %12. La décision prise en 1995 par l’Université de Californie de suspendre sa politique de discrimination positive fera sans doute, à terme, chuter le taux d’inscription des Mexicains dans ses huit campus. Les résultats des enquêtes concernant les élèves et les étudiants d’origine mexicaine disponibles aujourd’hui restent trop généraux pour véritablement connaître avec exactitude cette population scolaire. Sans études approfondies tenant compte du milieu social et mettant clairement en lumière les différences entre les anglophones et les hispanophones aux origines variées, il est bien difficile d’aboutir à des conclusions qui puissent expliquer les raisons de l’échec ou de la réussite scolaire de tel ou tel autre groupe de population.

Conclusion

21Cet article a tenté de montrer la difficulté de traiter exclusivement et avec précision de la situation des Mexicains aux Etats-Unis. Le fait que les résultats et les chiffres proposés dans la plupart des études portent sur la totalité de la population hispanique entraîne la perte d’une grande partie de leur signification et de leur utilité. On peut également émettre les mêmes doutes et les mêmes réserves concernant les travaux qui prennent pour objet toute la population d’origine mexicaine. Il est clair qu’il manque des enquêtes précises, ciblant une population homogène, clairement définie par les mêmes critères et que, tant que celles-ci n’auront pas été réalisées, on pourra au mieux exprimer des hypothèses pour tenter de cerner et de définir une réalité multiple.

22Du point de vue social, il semble que l’écart se soit creusé entre un groupe important de Mexicains récemment immigrés, pour la plupart ségrégués dans les zones ghettos urbains et vivant dans des conditions de grande pauvreté, et une minorité, dont le nombre reste indéterminé, d’Américains d’origine mexicaine implantés de longue date aux Etats-Unis, bien intégrés, éduqués, appartenant à la classe moyenne et participant activement à la vie du pays. Au sein de ce dernier groupe, il est clair qu’une élite s’est formée, active dans la vie politique, nationale et locale, dans l’enseignement, dans le monde de l’industrie et du commerce, et dans tous les aspects de la vie artistique et culturelle.

23Aujourd’hui, le questionnaire du dernier recensement prouve que le gouvernement fédéral fait la distinction entre appartenance raciale et les origines nationales et il ne considère plus la “mexicanité” comme étant une race.  En revanche, il continue à placer dans la même catégorie les Mexicains-Américains et les Mexicains nés au Mexique, ce qui rend la tâche du chercheur d’autant plus difficile puisqu’il se trouve à court de données officielles. Il est essentiel pour le gouvernement lui-même de comprendre l’hétérogénéité de la population hispanique, ainsi que celle de la composante mexicaine, car il ne peut y avoir de politique efficace visant ces individus, si elle reste monolithique.

24Il est certain que les attitudes vis-à-vis des Mexicains ont évolué vers une plus grande tolérance et acceptation de la part de la société anglo. Un long chemin a été parcouru depuis le temps où Lewis Terman, créateur des tests pour mesurer le quotient intellectuel, écrivait dans un ouvrage :

Des Q.I. très bas (dans la tranche 70-80) sont très communs parmi les Indiens-Espagnols et les familles mexicaines du Sud-Ouest et aussi parmi les Noirs. (...) Leur bêtise semble être liée à leur race, ou tout au moins inhérente à leurs origines familiales (Terman, 1916 : 91).

25Mais il reste qu’une partie de l’opinion américaine s’inquiète de l’augmentation rapide des Mexicains aux Etats-Unis (compte tenu des chiffres recueillis lors du dernier recensement, les projections du Bureau du Recensement envisagent que les Hispaniques deviendront le groupe minoritaire le plus important en 2005 et que leur nombre triplera d’ici à 2050). Les craintes sont diffuses, ou ouvertement exprimées, et elles ont pour origine des objets divers - immigration, hispanité, couleur, langue - que le sociologue ne peut pas toujours clairement identifier. Les raisons directes en sont une vague d’immigration légale plus importante que prévue, mais aussi une immigration illégale (loin d’être uniquement composée de Mexicains), impossible à endiguer, pénétrant dans le pays par la frontière sud, ceci entraînant la diversité croissante de la population américaine toujours accompagnée de la peur ancestrale de l’Autre. Afin de comprendre ces réactions, il faut garder à l’esprit le renversement qui s’est opéré dans la proportion entre les Mexicains implantés de longue date et les nouveaux arrivants. Aujourd’hui, les Mexicains immigrent vers les Etats-Unis en nombre important et ils forment de telles concentrations qu’ils ont du mal à s’intégrer au sein de la population locale. L’Etat le plus concerné, qui est aussi sans doute l’Etat où l’inquiétude est la plus grande, est bien sûr la Californie. Comme l’écrit le journaliste Joel Millman :

En 2020, il y aura sans doute jusqu’à 60 millions d’individus dans l’Amérique gringo qui seront nés au Mexique ou de parents mexicains. La plupart d’entre eux vivront en Californie ou entreront dans le pays par cet Etat. C’est l’avenir que les Mexicains appellent, pour plaisanter La Reconquista, la reconquête. C’est le présent que les Californiens appellent ‘la crise de l’immigration’. Et cela ne fait pas du tout rire ceux qui sont nés en Amérique (Millman, 1997 : 104).

26Il faut espérer que “les nouveaux modes de vie et les sensibilités nouvelles” évoquées dans le rapport sur le recensement 2000 sauront venir à bout des forces conservatrices qui freinent l’évolution de la société américaine.

27Tableau 1. Questions sur la race et l’origine hispanique du recensement 2000.

28Note : SVP répondez aux DEUX Questions 5 et 6.

295 - La personne est Espagnole/Hispanique/Latino ? Mettez X dans la case NON si elle n’est pas Espagnole/Hispanique/Latino.

30____ non, Pas Espagnole/Hispanique/Latino.        ____ oui, Portoricain

31____ oui, Mexicain, Mexicain Américain Chicano   ____ oui, Cubain

32____ oui, autre Espagnole/Hispanique/Latino. -> Indiquer le groupe

33________________________________________

346 – Quelle est la race de la personne? Mettez X dans une ou plusieurs cases afin d’indiquer comment cette personne s’identifie.

35____  Blanc

36____  Noir, ou Africain-Américain  

37____ Indien-Américain ou originaire de l’Alaska. -> Indiquer la tribu principale ou  le groupe d’appartenance.

38________________________________________

39____ Indien asiatique ____ Japonais     ____ Hawaïen

40____ Chinois            ____ Coréen      ____ Guam ou Chamorro

41____ Philippin          ____ Vietnamien ____ Samoan

42____ Autre Asiatique    ____ Autre insulaire du Pacifique ->  Indiquer la race

43________________________________________

44Une autre race. Indiquer la race.

45________________________________________

46 U.S. Census Bureau, Census 2000 questionnaire.

Inicio de página

Bibliografía

BUCHANAN, John T., (1902), “How to Assimilate the Foreign Element in Our Population”, in Forum, XXXII.

GARCÍA y GRIEGO, Manuel. (1996), “The Importance of Mexican Contract Laborers to the United States, 1942-1964", in Between Two Worlds: Mexican Immigrants in the United States, (ed.), GUTIÉRREZ, David G., Wilmington, Del., Scholarly Resources.

GONZALES, Manuel G., (2000), Mexicanos: A History of Mexicans in the United States, Bloomington, Indiana, Indiana University Press.

GREBLER, Leo, et al., (1970), The Mexican American People, New York, The Free Press.

GRIEGO, Elisabeth M., (2001), Census 2000 Brief, “Overview of Race and Hispanic Origin, 2000, Washington, D.C., U. S. Department of Commerce, Economics and Statistics Administration, U. S. Census Bureau, mars.

GUZMÁN, Betsy. (2001), Census 2000 Brief, “The Hispanic Population, 2000”, Washington, D.C., U. S. Department of Commerce, Economics and Statistics Administration, U. S. Census Bureau, mai.

HIGHAM John. (1992), Strangers in the Land: Patterns of American Nativism, 1860-1925, 2nd ed., New Brunswick, N.J., Rutgers University Press.

HUNTINGTON, Samuel. (2000), “The Special Case of Mexican Immigration: Why Mexico Is a Problem”, in American Enterprise, décembre.

MARTÍNEZ-EBERS, Valerie., et al., (2000), Latino Interests in Education, Health, and Criminal Justice Policy, septembre.

MILLMAN, Joel. (1997), The Other Americans: How Immigrants Renew Our Country, Our Economy, and Our Values, New York, Penguin Putnam.

MOORE, Joan W., (1970), Mexican Americans, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall.

RAVITCH, Diane. (2000),  Left Back: A Century of Failed School Reforms, New York, Simon & Schuster.

RILEY, Richard W., et POMPA, Delia. (1998), Improving Opportunities: Strategy from the Secretary of Education for Hispanic and Limited English Proificient Students, Washington, D.C., Office of Bilingual Education and Minority Languages Affairs, U.S. Department of Education, 1998.

RODRÍGUEZ, Richard. (1992), Days of Obligation: An Argument with my Mexican Father, New York, Penguin Books USA.

RUMBAUT, Rubén G., (1991), “Passages to America: Perspectives on the New Immigration”, in America at Century’s End,  Wolfe, Alan. (ed.), Berkeley, University of California Press.

SALAZAR, Rubén. (1970), Los Angeles Times, 6 Février.

SANTOLI, Al. (1988), New Americans: An Oral History, New York, Ballantine Books.

SERVIN, Manuel P., (ed.), (1970), The Mexican Americans : An Awakening Minority, Beverly Hills, Ca., Glencoe Press.

STEINERt, Stan. (1969), La Raza: The Mexican Americans, New York, Harper & Row.

TERMAN, Lewis M., (1916), The Measurement of Intelligence: An Explanation and a Complete Guide for the Use of the Stanford Revision and Extension of the Binet-Simon Intelligence Scale, Boston, Houghton Mifflin.

Inicio de página

Notas

1Une note précisait que les Hispaniques peuvent appartenir à n’importe quelle race et que les termes Hispanic et Latino sont utilisés comme des synonymes dans ce rapport. De plus, le terme Latino était utilisé pour la première fois dans les questionnaires de recensement.
2Le deuxième rapport, publié en avril 2001 et intitulé “Population Change and Distribution” ne concerne pas la présente étude, car il traite de la répartition démographique en général, sur l’ensemble du territoire.
3Une enquête effectuée en 1994 par l’organisme indépendant The Urban Institute concluait qu’aux Etats-Unis les étrangers, toutes nationalités confondues, contribuaient positivement à l’économie du pays, car ils payaient davantage de charges et d’impôts que ce qu’ils coûtaient à la communauté en services sociaux (Gonzales, 2000 : 229).
4Wetback, ou mojado en espagnol, est le terme utilisé pour désigner un immigrant, habituellement mexicain, entré illégalement aux Etats-Unis en traversant le Rio Grande, à pied ou à la nage.
5Immigration and Naturalization Service, INS.
6En ce qui concerne la réunification des familles, la loi donne priorité aux immigrants venant rejoindre des citoyens sur ceux qui viennent retrouver des résidents permanents n’ayant pas la citoyenneté américaine.
7Nous employons ce terme par commodité, tout en sachant qu’il est extrêmement contesté par de nombreux sociologues car il véhicule un jugement moralisateur qui n’a pas sa place dans une étude scientifique de la démographie.
8Parmi la population hispanique, les individus et les familles d’origine mexicaine sont majoritairement les plus attachés à leur culture d’origine et à la langue espagnole. De même, parmi les Hispaniques, les Mexicains sont les moins nombreux à adopter la nationalité américaine.
9Le district scolaire est l’unité administrative qui correspond un peu aux académies en France. C’est à ce niveau que sont prises les décisions affectant les établissements. Il en existe actuellement 14 891.
10Ces chiffres figurent dans un dossier Internet (préparé par (MARTÍNEZ-EBERS, Valerie., et al., 2000).
11Le SAT fut créé en 1947 comme un ensemble de tests sous la forme de QCM visant à mesurer le niveau d’expression en anglais (richesse du vocabulaire) et la capacité à raisonner en mathématiques des élèves en fin d’études secondaires. Il a été transformé en 1994 pour inclure davantage de réponses rédigées. Les universités sélectionnent souvent leurs futurs étudiants en fonction des scores obtenus au SAT.
12Tous les chiffres mentionnés dans ce paragraphe proviennent de Gonzales, Manuel G., op. cit., p. 234.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Malie Montagutelli, « Les Mexicains aux Etats-Unis : tribulations d'une relation difficile », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 7 | 2003, Publicado el 01 marzo 2005, consultado el 25 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/438

Inicio de página

Autor

Malie Montagutelli

Université Paris 3

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org