Navegación – Mapa del sitio

Existe-t-il un renouveau syndical en Argentine ? Le cas du secteur automobile

Cecilia Senén González y Julieta Haidar

Resúmenes

La crise économique et sociale vécue par l’Argentine en 2001 mit fin à deux décennies de réformes néolibérales marquées par un affaiblissement des syndicats en termes de protection et de couverture des travailleurs. Cette époque fut communément interprétée dans la littérature spécialisée comme une “crise de représentation syndicale” coïncidant avec une perte du pouvoir de mobilisation et de négociation collective. Dans un contexte de retour de l’intervention de l’État, des institutions du travail, de la production et de l’emploi, il se produisit à partir de 2003 un mouvement de redressement syndical, que certains auteurs qualifient de “renouveau”, signalé par l’augmentation de trois indicateurs : les conflits du travail, le taux de syndicalisation et la négociation collective. Ce travail propose en premier lieu une réflexion sur la signification du concept de “renouveau” présent dans les débats, aussi bien dans la littérature internationale que nationale. Nous analyserons ensuite la portée de ce renouveau dans le secteur automobile en nous penchant plus particulièrement sur l’indicateur de la négociation collective. Les données utilisées correspondent à la période 2003–2012 et ont été systématisées par le ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale (Ministerio de Trabajo, Empleo y Seguridad Social, MTEySS)

Inicio de página

Texto completo

1Il s’est produit au cours des vingt-cinq dernières années du XXe siècle, de manière particulièrement intense durant les années quatre-vingt-dix, une crise de la représentation syndicale, à savoir un affaiblissement des syndicats en tant qu’organisations chargées de protéger et de représenter la classe ouvrière. En Argentine, ce phénomène fut le résultat d’un processus de restructuration capitaliste qui se traduisit par la confluence de réformes structurelles (privatisations, ouverture commerciale et déréglementation) et de mesures destinées à assouplir les conditions de recrutement et d’emploi dont les conséquences furent le licenciement de travailleurs et l’augmentation du travail informel et de la précarité.

2Ces mesures renforcèrent le pouvoir discrétionnaire des employeurs sur l’organisation du travail, favorisèrent la sous-traitance des tâches et la décentralisation de la négociation et, ce faisant, entraînèrent une réduction de l’espace d’action des syndicats et de leurs possibilités d’organiser les travailleurs et de représenter leurs intérêts sur le lieu de travail et au sein de la société. Tout cela se traduisit par une baisse de la capacité des syndicats à mobiliser les travailleurs et une nette diminution de leur rôle dans les conflits par rapport à de nouvelles formes d’expression collective (mouvements de chômeurs, coopératives et travailleurs prenant le contrôle de leur entreprise à la suite des faillites provoquées par la crise de l’année 2001.

  • 2 Données du Sous-secrétariat de programmation technique et d’études du travail (SSPTyEL) du ministèr (...)

3Vers 2003, dans un contexte de discrédit du consensus néolibéral, de reprise de la production, de redressement des institutions liées au travail et de baisse soutenue du taux de chômage (passé de 17,5 % en 2003 à 8 % en 2012)2, un regain d’activité des organisations syndicales s’observe en Argentine. Cette présence syndicale se reflète dans l’augmentation des trois indicateurs les plus utilisés dans les études sur le “pouvoir syndical” : conflits du travail, nombre de travailleurs syndiqués et nombre de négociations collectives.

4Notre recherche se propose de déterminer si cette activité des organisations traduit bien un “renouveau” syndical. Dans cette problématique, nous proposons tout d’abord de discuter de la signification du concept de renouveau selon la littérature internationale et nationale, puis de réfléchir à la portée de ce renouveau dans le secteur automobile en examinant plus particulièrement l’indicateur de la négociation collective selon un axe d’analyse diachronique qui nous permet de déterminer s’il s’est produit durant la période débutant en 2003 un changement d’envergure par rapport à la décennie des années quatre-vingt-dix.

Le débat international

5En Europe, l’expression “crise de la représentation syndicale” fait référence aux défis auxquels les syndicats ont dû faire face à la suite de la restructuration du travail salarié dans les sociétés postindustrielles (Jódar, Ortiz, Martí, Martín et Alós, 2004). Il s’est produit durant le dernier quart du XXe siècle, une profonde restructuration des sociétés industrielles avancées et une érosion croissante d’un modèle de classe ouvrière relativement homogène (celle des ouvriers industriels de sexe masculin, blancs, employés par de grandes sociétés de l’industrie lourde, de la métallurgie, de l’automobile ou d’autres secteurs dont les produits étaient accessibles pour leurs propres travailleurs) qui avait permis de renforcer la position des syndicats en tant qu’acteurs sociaux de base après la Deuxième Guerre mondiale.

6Dans un contexte de mobilité croissante du capital, d’augmentation de la concurrence et de réorganisation du travail, l’inquiétude au sujet de la crise de la représentation syndicale commence à occuper une place centrale dans les pays anglo-saxons et le terme de “renouveau” est utilisé en Grande-Bretagne et aux États-Unis pour désigner les nouvelles stratégies adoptées par les syndicats en vue de se renforcer et de présenter à la société l’image d’organisations capables de dépasser leurs intérêts particuliers : inscription de nouveaux membres, développement de structures syndicales horizontales, organisation de mobilisations populaires et constitution de coalitions avec d’autres organisations de la société civile (Heery, Kelly et Waddington, 2003).

7À cet égard, Fairbrother (2005) fait observer que le renouveau implique de regarder au-delà du syndicat, de créer des canaux permettant de constituer une organisation adaptée au lieu de travail, à la communauté et aux couches démunies de la population ; de promouvoir l’organisation de campagnes ; d’élargir le recrutement au-delà des familles des membres de la base ; d’établir des relations fluides entre les différents niveaux syndicaux. L’accent est mis sur la participation, le contrôle et l’implication publics, orientés vers un syndicalisme démocratique doté de processus de mobilisation participatifs aptes à cimenter une véritable alliance avec les mouvements sociaux.

8Le mouvement syndical aux États-Unis constitue un exemple de cette orientation. Sa stratégie de renouveau est centrée sur l’organisation, ce qui implique non seulement la nécessité de recruter de nouveaux membres, mais également celle de se présenter à la société comme une organisation capable de transcender ses intérêts particuliers. Les activités sont donc dirigées vers les travailleurs salariés pauvres ou précaires dont une grande partie est composée de femmes, de membres des minorités et d’immigrants. La création de coalitions s’avère dès lors fondamentale. Les syndicats commencent à faire partie de la lutte en faveur de la justice sociale ; le domaine du travail est relié aux mouvements de défense des droits de l’homme, aux mouvements écologistes, religieux, étudiants, féministes, etc., et ces mobilisations permettent d’attirer de nouveaux membres.

9Compris en ces termes, le renouveau syndical se rapproche de ce que Moody (auteur de référence dans le monde de l’activisme syndical nord-américain) a appelé syndicalisme de mouvement social pour définir les expressions d’action collective impliquant des liens entre syndicats et organisations sociales non syndicales.

10Le syndicalisme de mouvement social émergerait par opposition à l’association entre capital et syndicats et à la tendance à la concertation entre employeurs et dirigeants syndicaux peu représentatifs de leur base. Il s’agirait d’une réaction à ce que la littérature anglo-saxonne désigne sous le terme de “syndicalisme des affaires” (corporatiste) auquel serait opposé un syndicalisme “de classe” caractérisé par un retour à la résistance et à une certaine distance par rapport aux partis, un renforcement de la démocratie de base, l’établissement de liens avec d’autres organisations sociales, l’intégration de nouveaux membres et la reconnaissance de la classe ouvrière comme un tout.

11En revanche, d’autres auteurs, également d’origine anglo-saxonne (Frege et Kelly, 2003), soutiennent que le concept de “renouveau” fait référence à un ensemble de stratégies visant à retrouver la force des organisations syndicales dans des contextes nationaux distincts.

12Cette ligne de pensée rassemble ceux qui ont adopté comme méthode les études comparatives réalisées dans différents pays et qui identifient divers problèmes auxquels doivent faire face tous les mouvements sociaux du monde industrialisé : baisse du nombre d’affiliés ; difficultés à définir des intérêts et à les agréger ; érosion des structures de représentation d’intérêts, comme la présence syndicale sur le lieu de travail ou dans les comités d’entreprise ; déclin de la capacité de mobilisation ; affaiblissement des liens avec les partis politiques ; diminution des ressources de pouvoir.

13Dans ce contexte, le renouveau est défini comme une série de stratégies visant à aborder et à tenter de résoudre ces différents problèmes : organiser de nouveaux membres, restructurer l’organisation, constituer des coalitions avec d’autres mouvements sociaux, s’associer avec les employeurs, agir à l’échelon politique, établir des liens internationaux.

14Sur une ligne d’interprétation similaire, Baccaro, Hamann et Turner (2003) proposent de penser le renouveau du point de vue de la dynamique de l’acteur syndical, comme une augmentation de l’activisme politique des organisations syndicales qui adopteraient différentes stratégies en fonction de la disponibilité des ressources institutionnelles.

15Dès lors, les syndicats tirant principalement leur force de leur base et dont les canaux institutionnels traditionnels seraient fermés, auraient probablement tendance à se focaliser sur la communauté plutôt que sur l’entreprise, à rechercher un soutien externe en organisant et en mobilisant tous ceux qui ne sont pas encore affiliés et à constituer des coalitions avec des mouvements sociaux et des groupes de citoyens aux niveaux local et national. Ce serait ainsi le cas des syndicats aux États-Unis et en Grande-Bretagne qui, en raison de leur position de faiblesse du point de vue institutionnel, ont eu tendance à favoriser de plus en plus l’organisation et la mobilisation.

16A contrario, les syndicats entretenant des liens plus étroits avec le système sociopolitique, c’est-à-dire ceux qui disposent d’un niveau de ressources institutionnelles plus élevé, concentreraient leurs efforts sur le renforcement de leur influence sur le marché du travail et seraient moins enclins à mobiliser leurs membres, à organiser de nouveaux affiliés, à bâtir des coalitions avec d’autres groupes sociaux ou à apporter leur soutien à des initiatives populaires. D’après l’étude comparative, il s’agirait des organisations syndicales d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne, dont la priorité est de se concentrer sur l’insertion institutionnelle.

17Quelle que soit leur situation, les syndicats répondent aux pressions du capitalisme mondial en se redéfinissant et en concentrant leurs efforts en tant qu’acteurs politiques. Certains (caractérisés par la faiblesse de leur position institutionnelle) s’orientent vers un syndicalisme de mouvement social, la mobilisation populaire, l’organisation des affiliés et la constitution de coalitions (États-Unis et Grande-Bretagne), tandis que d’autres (caractérisés par une position politico-institutionnelle forte) se concentrent sur la négociation de pactes sociaux et l’insertion institutionnelle comme meilleur moyen d’obtenir un renouveau syndical (Espagne, Italie et Allemagne).

18Nous pouvons par conséquent observer deux logiques d’argumentation autour de la notion de “renouveau” : pour certains auteurs anglo-saxons, il s’agirait d’une stratégie d’organisation basée sur le renforcement de l’organisation et la constitution de coalitions avec d’autres organisations de la société civile ; et pour les autres auteurs anglo-saxons, qui mettent l’accent sur les études comparatives, il s’agirait plutôt d’un ensemble de stratégies variables, en fonction de caractéristiques institutionnelles et organisationnelles, impliquant dans tous les cas une augmentation de l’activisme politico-syndical.

Le débat en Argentine3

  • 3 Ce débat fait l’objet d’une discussion dans un ouvrage intitulé “Revitalisation syndical en Argenti (...)

19La sortie de la crise de 2001 signifie pour l’Argentine un repositionnement au sein du système international déclenché par une augmentation du prix des matières premières exportables. Il s’ensuit un redressement économique important et une baisse soutenue du taux de chômage. Parallèlement, les institutions syndicales récupèrent progressivement grâce au renforcement de l’intervention du ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale (MTEySS) et au changement de la législation du travail qui revient sur une grande partie des mesures d’assouplissement prises dans les années quatre-vingt-dix. Dans ce contexte, on assiste à un regain d’activité des organisations syndicales reflété notamment par l’augmentation des conflits du travail et des négociations collectives (Senén González et Medwid, 2007).

20Sur la base de ces indicateurs, nous nous sommes demandé s’il était possible, à la lumière du débat international, de qualifier ce processus de “renouveau syndical”. Adoptant un point de vue plus proche de la définition donnée par le premier groupe d’auteurs anglo-saxons et de ce que l’on appelle, par référence à Moody, “syndicalisme de mouvement social”, Atzeni et Ghigliani (2008) remettent en question la pertinence de la catégorie “renouveau” dans le cas de l’Argentine, car il ressort de l’analyse critique à laquelle ces auteurs soumettent certains indicateurs, comme les conflits du travail et la négociation collective, qu’il n’y aurait pas de nouvelles stratégies d’organisation ni de nouveaux liens entre les syndicats et d’autres organisations sociales, mais bien une résurgence syndicale associée essentiellement à des pratiques traditionnelles.

21En ce qui concerne le climat social, Atzeni et Ghiglini reconnaissent que les statistiques du Ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale révèlent une hausse des conflits de travail, mais font remarquer que ces données n’envisagent pas les obstacles auxquels font face les travailleurs lorsqu’ils doivent s’opposer à leurs employeurs sur le lieu de travail (étant donné la faible présence de délégués syndicaux) et qu’en outre, la majorité des conflits a été menée par des syndicats traditionnels à travers des pratiques tout aussi traditionnelles.

  • 4 Les conventions collectives de travail (CCT) constituent des corpus normatifs complets destinés à r (...)
  • 5 Par formes traditionnelles du leadership dans les syndicats, on fait référence à un schéma vertical (...)

22Pour ce qui est de la négociation collective, autre indicateur fondamental qui permettrait de parler de “renouveau”, Atzeni et Ghigliani reconnaissent également que les statistiques du Ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale font état d’une croissance exponentielle en la matière, mais ils objectent que cette augmentation ne provient pas en majorité de conventions collectives, mais plutôt d’accords concernant principalement des ajustements salariaux4. De plus, comme c’est le cas lors des conflits, les délégués participent peu aux négociations et la démocratie interne y est très limitée, ce qui signifie que la négociation collective entraîne un retour des formes traditionnelles de direction au sein des syndicats5.

23De ce point de vue, il existe donc, en Argentine, des signes concrets d’un redressement du syndicalisme, mais très peu de signes de renouveau puisque l’on note un retour des vieilles pratiques syndicales résultant de la croissance économique et des politiques mises en œuvre par le gouvernement. En revanche, aucune stratégie syndicale innovante de renforcement des structures horizontales, d’affiliation de nouveaux membres et d’établissement de liens avec les organisations de la société civile n’est observée. Il n’y aurait donc de ce point de vue pas de renouveau similaire à ce que l’on a appelé “syndicalisme de mouvement social” qui correspondrait plutôt à la logique suivie par la Centrale des travailleurs argentins (CTA), une centrale syndicale alternative par rapport à la Confédération générale du travail (CGT, syndicat historique fondé en 1930 et lié au gouvernement national), qui tisse des liens avec d’autres organisations et recrute des affiliés en dehors du secteur formel en se basant sur une définition plus large de la “classe ouvrière”. Toutefois, même s’il y a eu à partir de 2003 une participation de syndicats et de délégués liés à cette centrale, son rôle dans la résurgence des conflits et de la négociation collective est demeuré relativement mineur.

24Etchemendy et Collier (2007) font observer que le principal acteur de la résurgence du travail en Argentine après le changement n’est pas ce type de syndicalisme, mais plutôt le syndicalisme péroniste traditionnel de la CGT, à savoir un syndicalisme plus hiérarchisé, très peu pluraliste, reposant sur des monopoles sectoriels et entretenant très peu de liens avec le secteur informel ou les mouvements sociaux nationaux ou internationaux.

25En faisant référence aux expériences historiques et à la littérature sur le corporatisme, ces auteurs estiment que la résurgence syndicale observée en Argentine est survenue sous la forme d’un néocorporatisme segmenté. Ce phénomène doit être compris comme un nouveau modèle de négociations tripartites au sommet dans lequel les syndicats (détenteurs du monopole de la représentation selon la loi relative aux associations syndicales, qui régit le modèle syndical depuis 1940), les associations patronales et le gouvernement négocient des salaires sectoriels en fonction d’objectifs d’inflation et un salaire minimum général applicable au reste des travailleurs formels ou déclarés.

26Ce “néocorporatisme segmenté” se distinguerait toutefois de deux manières différentes des formes de médiation néocorporatiste existant dans les pays avancés : d’une part, en raison de son caractère “segmenté” dû au fait que les négociations tripartites ne concernent que les travailleurs du secteur formel de l’économie et excluent tous ceux qui ne sont pas déclarés, accentuant dès lors les inégalités entre travailleurs ; d’autre part, parce qu’il manque à ce néocorporatisme segmenté la dimension de “politique sociale” du néocorporatisme européen qui a permis à ce dernier de réduire les inégalités au sein de la classe ouvrière à travers l’État-providence. Au lieu de cela, affirment les auteurs, les organisations syndicales gèrent les revendications dans un contexte de gouvernement favorable, en obtenant des augmentations de salaire ainsi que des avantages organisationnels et particuliers en faveur des syndicats les plus importants.

27Ces éléments permettent de conclure que le “néocorporatisme segmenté” serait plus proche du concept de “renouveau” proposé par le deuxième groupe analysé précédemment, c´est-à-dire, les auteurs qui affirment que le concept de revitalisation fait référence à un ensemble de stratégies visant à retrouver la force des organisations syndicales dans des contextes nationaux distincts. Il s’agirait dans ce cas d’une stratégie adoptée par les syndicats plus traditionnels qui, dans un contexte de reprise économique et face à un gouvernement favorable aux travailleurs, disposent de ressources institutionnelles plus importantes et, par conséquent, concentrent leurs efforts sur l’augmentation de leur influence sur les politiques publiques et le marché du travail et sont moins enclins à organiser de nouveaux affiliés, à constituer des coalitions avec d’autres groupes sociaux ou à soutenir les initiatives populaires.

La négociation collective dans le secteur automobile6

  • 6 Les données utilisées pour analyser le renouveau syndical dans le secteur automobile sont tirées de (...)
  • 7 Données tirées du système de sécurité sociale (SIJP), incluant uniquement les travailleurs salariés (...)

28Le choix du secteur automobile comme objet d’étude s’explique par plusieurs facteurs : a) il s’agit d’un employeur de main-d’œuvre important, à l’avant-garde des transformations de l’organisation du travail (taylorisme, fordisme, toyotisme) ; b) ce secteur a non seulement joué un rôle essentiel dans la création d’emplois en Argentine et contribué au dynamisme du marché des biens intermédiaires et de consommation durant la période de remplacement des importations, mais il participe aussi, dans le contexte actuel de relance économique, à la reprise de la production et de l’emploi (il emploie 75 600 travailleurs7, d’après les données 2010), ce qui nous permet d’analyser la manière dont intervient le syndicat dans ce nouveau contexte en fonction du concept de “renouveau”.

Définition générale du secteur et des acteurs

29Le secteur automobile est composé de quatre sous-secteurs : les usines terminales, les équipementiers, les concessionnaires et le sous-secteur des matières premières. Les usines terminales sont les sociétés qui centralisent la chaîne productive du secteur ; ce sous-secteur se résume dans la réalité à dix entreprises. Ces dernières contrôlent “en amont” une bonne part des équipementiers répartis entre ceux qui produisent des pièces et des composants et ceux qui produisent des sous-assemblages et des assemblages. “En aval”, elles contrôlent la commercialisation par le biais des concessionnaires officiels qui sont leurs intermédiaires. Les concessionnaires officiels sont chargés du processus de médiation financière développé par les entreprises, au moyen de plans d’épargne ou de financement. Le sous-secteur des matières premières fait partie intégrante de la chaîne productive du complexe automobile puisqu’il correspond à la production des matières premières consommées (caoutchouc, textiles, verre, aluminium, plastiques, etc.) et qu’il interagit avec d’autres sous-secteurs de production.

  • 8 Syndicat des mécaniciens et ajusteurs du transport automoteur de la République argentine.
  • 9 Union ouvrière métallurgiste.

30Les syndicats qui représentent la plus grande partie des travailleurs du secteur sont le SMATA (Sindicato de Mecánicos y Afines del Transporte Automotor de la República Argentina8) et l’UOM (Unión Obrera Metalúrgica9). Le premier représente la majorité des travailleurs des usines terminales (70 %). Il couvre également certains équipementiers et près de la moitié des concessionnaires. Le deuxième syndicat représente près de 50 % des travailleurs employés par les équipementiers et prend en charge l’usine terminale Peugeot-Citroën.

  • 10 Syndicat unique des travailleurs du pneumatique et activités connexes.
  • 11 Union des ouvriers et employés du plastique.

31Même si d’autres syndicats interviennent dans la dynamique des relations sociales du secteur, que ce soit dans le sous-secteur des équipementiers ou dans celui des matières premières (comme, respectivement, le Sindicato Único de Trabajadores del Neumático y Afines10 o la Unión de Obreros y Empleados del Plástico11), nous nous concentrerons néanmoins sur l’étude des acteurs les plus importants et, par conséquent, les plus représentatifs, à savoir l’UOM et le SMATA.

La négociation collective dans le secteur automobile au cours des années quatre-vingt-dix et à partir de 2003

32À la fin des années cinquante et au début des années soixante, avec l’arrivée d’entreprises multinationales, le SMATA constitua sa base représentative à travers le modèle de “syndicat d’entreprise”, à l’opposé du modèle centralisé, prédominant à l’époque dans le pays, de syndicat unique focalisé sur les conventions collectives par branche d’activité. Cette pratique inaugurée par le SMATA et consistant à signer des conventions par entreprise se combina, à partir de 1991, à un modèle de relations sociales caractérisé par une négociation articulée. Il s’agit d’une négociation à deux niveaux : au niveau macro, un accord général couvrant tout le secteur est conclu par les principaux acteurs (État, syndicat national, entreprises et chambres de commerce) et, au niveau micro, des “modules particuliers” sont négociés dans les entreprises (Novick et Catalano, 1996).

33Par comparaison, l’UOM maintient depuis 1975 sa convention collective centralisée au niveau de la branche. Cette convention regroupe 21 sous-secteurs : sidérurgie, électronique, aluminium, forges, produits métalliques, etc. Ce syndicat a été traditionnellement le plus important et le plus représentatif du secteur métallurgique. Il a servi de modèle et d’exemple en matière de convention collective puisque les accords conclus dans le cadre de cette dernière ont été “suivis” jusqu’au milieu des années soixante-dix par les autres secteurs, plus particulièrement les secteurs industriels (Jabbaz, 2000).

34La décennie des années quatre-vingt-dix, marquée par la prédominance de l’ouverture économique et l’entrée de grands équipementiers à capitaux étrangers, favorisa toutefois l’extension de la base représentative du SMATA et réduisit celle de l’UOM.

  • 12 “Terminales” automotrices, ce sont les usines qui fabriquent les voitures terminés. Les équipementi (...)
  • 13 Le kaisen est un système productif d´amélioration de façon continue et intégrale qui a origine au J (...)

35La signature de conventions collectives de travail (CCT) entre les équipementiers et le SMATA doit être liée aux relations entre les usines terminales12 et leurs fournisseurs, plus particulièrement avec l’arrivée sur le marché des plus grands équipementiers internationaux qui adoptèrent comme modèle les CCT des usines terminales. Ainsi, les conventions signées par des équipementiers comme Yazaki, Pilkington et Master Trim adoptent en grande partie la philosophie et l’organisation du travail établies dans la CCT de l’entreprise Toyota, surtout en ce qui concerne la production “à flux tendus”, la méthode “kaizen”13 d’amélioration continue et les concepts de polyvalence et de flexibilité fonctionnelles.

36Senén et al. (2006) font dès lors observer que les entreprises et le SMATA en sont venus à établir un modèle de relations sociales. Le SMATA parvint ainsi à consolider son rôle de représentant du personnel des usines terminales, à étendre sa représentation horizontale au personnel des équipementiers et, finalement, à déloger son rival stratégique l’UOM de certaines positions clés dans la course à l’affiliation de travailleurs.

37Contrairement à l’UOM, le SMATA était déjà préparé à la négociation collective décentralisée par entreprise qui s’intensifiera à partir des années quatre-vingt-dix dans le contexte de l’ouverture imposée par les sociétés opérant dans le secteur. Pour sa part, l’UOM défendait l’ancien modèle de négociation centralisée (Palomino et Senén González, 1998).

38Entre 1991 et 1992, trois éléments provoquèrent un changement radical pour l’avenir du secteur : la modification des conditions macroéconomiques, l’approbation d’un nouveau régime pour l’industrie automobile et la consolidation du MERCOSUR, l’espace d’intégration économique mis en place en 1990 entre l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil et le Paraguay. C’est dans ce nouveau contexte que s’installent, à partir de 1994, de nouvelles usines terminales et de nouveaux équipementiers qui lanceront la négociation collective au cours de ces années. Plusieurs des entreprises qui avaient abandonné le pays au cours des décennies précédentes, comme General Motors, Fiat, Renault et Chrysler, effectuèrent leur retour, tandis que d’autres, comme Toyota, s’installèrent pour la première fois dans le pays.

39Après la crise économique de 2001 qui entraîna une baisse notable des ventes et même le départ de certaines firmes du secteur, on enregistra à partir de 2003 une augmentation de l’activité et des investissements couplée à une reprise du marché interne et des exportations.

40Quelques chiffres permettent de se faire une idée de l´étendue de la crise traversée. Ainsi, la production automobile (General Motors, Daimler Chrysler, Fiat, Ford, Peugeot-Citroën, Toyota et Volswagen) qui était tombée à 230.000 unités en 2001 passa respectivement à 319755 en 2005 et 497.376 unités en 2012 selon les renseignements donnés par ADEFA (Association de compagnies automotrices).

  • 14 Selon la Loi Argentine nº 14.250, les conventions collectives de travail restent en vigueur plus lo (...)

41Cet élargissement a été accompagnée d´un fort dynamisme dans la négociation collective à partir de 2003. Cela s´observe dans l´augmentation d´accords et conventions négociés. Dans le tableau I on montre toutes les conventions qui se trouvent encore en vigueur dans les sub-secteurs terminales et équipementiers (qui représentent le 87,5 % des négociations du secteur automobile). Il faudrait signaler que plusieurs conventions ont été signées avant 2003 et elles continuent encore en condition de “ultraactivité”14. Ce qui est remarquable dans la période qu´on analyse, c´est la hausse de conventions dans le sub-secteur équipementiers (57) en comparant avec la période précédente.

Tableau I : Conventions collectives en vigueur en terminales et équipementiers selon période

Période

Usines terminales

Équipementiers

1988-2002

8

16

2003-2012

6

57

Total

14

73

Source : Sous-secrétariat de programmation technique et d’études du travail (SSPTyEL) du ministère du travail

42D´autre part, d´après les renseignements on voit bien que l´augmentation de conventions collectives se manifeste surtout dans le grand nombre d´accords signés (634, desquels 565 correspondent au syndicat SMATA et 69 á l´UOM, voir Tableau II)

43La négociation par compagnie (419 conventions et accords) est plus nombreuse que celle par activité (33 conventions et accords). Cette situation explique la suprématie de SMATA dans le domaine de la négociation, syndicat qui marque un tel point d´action dans son histoire de négociation.

Tableau II : Accords 2003-2012

Syndicat

Activité

Entreprise

Total général

Usines terminales

Équipementiers

Usines terminales

Équipementiers

SMATA

0

2

205

358

565

UOM

15

26

19

9

69

Total

15

28

224

367

Source : Sous-secrétariat de programmation technique et d’études du travail (SSPTyEL) du ministère du travail

44Pour finir, on peut bien différentier dans la période, les accords signés par compagnie, par les principales terminales installées dans le pays.

Tableau III : Accords des principales terminales avec UOM et SMATA (2003-2012)

Usines terminales

Accords

Volkswagen Argentina SA

49

General Motors Argentina SA

25

Daimler Chrysler Argentina SA

3

Scania Argentina SA

16

Peugeot Citroen Argentina SA

18

Toyota Argentina SA

31

Ford Arg. SCA, Daimlerchrysler Arg. SA y Volkswagen Arg. SA

6

Ford Argentina SA

7

Total

155

Source : Sous-secrétariat de programmation technique et d’études du travail (SSPTyEL) du ministère du travail

45L’augmentation du nombre de conventions et surtout d’accords négociés collectivement à partir de 2003 constitue en soi un indicateur de renouveau syndical, plus particulièrement si l’on tient compte du fait que la tendance des années quatre-vingt-dix était à l’individualisation des relations sociales plutôt qu’à la négociation collective.

46Qu’est alors le contenu de la négociation à l’aube de cette nouvelle période ?

47À partir de 2003, la négociation porte principalement sur l’augmentation salariale, sous l’impulsion de l’un des principaux syndicats du secteur, à savoir le SMATA. Le reste des entreprises, équipementiers inclus, suivra la même voie.

48Loin de constituer un accord mineur, la négociation collective du salaire est un indicateur fondamental de renouveau syndical, surtout si l’on se souvient que l’individualisation des relations sociales incluait celle de la relation salariale durant les années quatre-vingt-dix. Alors qu’il existait à cette période un écart entre les salaires payés et les salaires stipulés par la convention (puisque les employeurs accordaient à leurs travailleurs des augmentations en fonction de leur niveau de productivité ou des avantages sous forme de tickets repas), on peut observer à partir de 2003 une convergence entre le salaire conventionnel et le salaire effectivement payé.

49De plus, s’il est vrai que les clauses salariales représentent une part importante de la négociation durant cette période, d’autres thèmes, négligés au cours des années quatre-vingt-dix, comme les modalités de recrutement, le temps de travail et la constitution de commissions d’interprétation de la convention collective, font également l’objet de nouvelles discussions.

50Cette décennie s’est également caractérisée par l’introduction d’innovations préjudiciables aux intérêts des travailleurs et à l’intervention des syndicats dans la détermination des conditions de travail, comme l’organisation du travail basée sur des cellules de production, la flexibilité horaire qui finit par être régulée en se basant sur le nombre annuel de journées et une structure de gestion d’entreprise plus horizontale qui se substitua aux anciens systèmes hiérarchiques de type pyramidal.

51À partir de 2003, les clauses relatives aux conditions de travail représentent 39 % du contenu des négociations. Au sein de cette catégorie, les plus fréquentes sont celles qui font référence au temps de travail et aux modalités de recrutement, chacune d’elles représentant 21 % du contenu des négociations. C’est ainsi que le SMATA signa avec la firme Volkswagen Argentina S.A. un accord stipulant que tout employé ayant accompli deux périodes semestrielles de contrat à durée déterminée devait bénéficier d’un contrat à durée indéterminée.

52La clause la plus fréquente en ce qui concerne la participation syndicale, c’est-à-dire celle qui fait apparaître les principales tâches des syndicats en tant que voix collective des travailleurs face aux employeurs, est celle qui traite des commissions d’interprétation présentes dans 18 % des négociations. Ces commissions, composées en majorité de représentants des syndicats et des employeurs, sont mises en place pour interpréter la convention collective de travail et en assurer le suivi.

53Enfin, les autres clauses de cette catégorie faisant l’objet de négociations assidues concernent les contributions et les cotisations versées aux syndicats (respectivement 15 % et 13 %) qui revêtent un caractère obligatoire aussi bien pour les entreprises que pour les travailleurs.

Considérations finales

54Le terme “renouveau” a été utilisé dans un premier temps pour définir des stratégies originales adoptées par le mouvement ouvrier aux États-Unis et en Grande-Bretagne, afin de renforcer les organisations syndicales face à la crise de représentation engendrée par la restructuration du travail salarié dans un monde postindustriel.

55Ces stratégies concernent principalement l’affiliation de nouveaux membres, la mise en place de structures syndicales horizontales, l’organisation de manifestations populaires et la constitution de coalitions avec d’autres organisations de la société civile.

56En adoptant ce modèle, il nous semble toutefois difficile de qualifier de véritable “renouveau” syndical l’objet de notre analyse, à savoir l’augmentation des négociations collectives survenue à partir de 2003 en Argentine, de manière générale, et dans le secteur automobile en particulier, car, comme le signalent Atzeni et Ghigliani, ces actions furent menées par les dirigeants syndicaux au moyen de mécanismes traditionnels fort éloignés du “syndicalisme de mouvement social”.

57Par contre, si le terme “renouveau” est compris comme une augmentation de l’activisme syndical s’exprimant à travers différentes stratégies (la constitution de coalitions n’étant que l’une d’entre elles), il est permis de penser que l’augmentation des conflits et de la négociation collective, même s’il s’agit de phénomènes traditionnels, est le signe d’un renouveau présentant certaines caractéristiques permettant de le qualifier de “néocorporatisme segmenté” selon les termes utilisés par Etchemendy et Collier.

58Sur la base de l’étude sectorielle réalisée, et en tenant compte de l’indicateur de négociation collective, on peut signaler que par comparaison avec la situation des années quatre-vingt-dix, le secteur automobile a connu à partir de l’année 2003, en raison de la reprise économique, une augmentation du nombre de conventions et d’accords collectifs signés par les principaux syndicats du secteur (l’UOM et le SMATA).

59L’analyse des conventions montre que ces négociations concernaient principalement la question du salaire, ce qui, loin de constituer un fait négligeable, signale un recul important de la politique d’individualisation de la relation salariale imposée avant 2003. Alors que les employeurs disposaient dans les années quatre-vingt-dix d’une importante marge discrétionnaire pour déterminer les salaires, l’heure est aujourd’hui à la détermination collective de ces derniers et, par conséquent, à une convergence notable entre salaire conventionnel et salaire effectif.

60Il convient toutefois de signaler que contrairement à ce qu’affirment Ghigliani et Atzeni, les négociations entre entreprises et syndicats transcendent largement la question salariale dans le cas du secteur automobile. Dans ce sens, tant l’UOM que le SMATA négocient souvent au niveau des entreprises individuelles des modifications qui ne sont pas strictement salariales et qui s’avèrent indispensables pour comprendre la complexité de la négociation collective et des relations sociales au sein de l’industrie automobile.

61Dans cet ordre d’idées, on constate qu’il y a eu à partir de 2003 d’importantes discussions collectives reprenant des thèmes comme les modalités de recrutement, la journée de travail et l’établissement de commissions chargées d’interpréter la convention collective. En résumé, ce travail nous permet de constater que le terme de “renouveau” utilisé dans la littérature internationale recouvre différentes significations correspondant à la réalité de contextes nationaux distincts. L’adoption de ce concept afin de caractériser le cas argentin en particulier implique un effort qui requiert, selon nous et au vu des différences sectorielles existantes, l’analyse concrète des relations sociales au sein de chaque secteur.

62En ce sens, notre contribution a pour but de montrer que, par comparaison avec les années quatre-vingt-dix, il y a bien à partir de 2003, dans le secteur automobile, un renouveau de la participation syndicale à la négociation collective, qui se manifeste de trois manières différentes : une augmentation du nombre d’accords et de conventions signés par les principaux acteurs syndicaux du secteur (UOM et SMATA), la détermination collective du salaire, et la discussion de clauses liées aux conditions de travail et aux relations sociales.

63Pour finir, on affirme que le phénomène de revitalisation syndical en Argentine, même aussi dans d´autres pays d´Amérique Latine tels que Uruguay et Brésil, a des caractéristiques différentes par rapport a celui qui occupe la réflexion de la littérature anglaise et de l´Europe continental déjà mentionné. Car, il ne s´agit pas de syndicats qui répondent aux défis d´un contexte adverse, mais des acteurs syndicaux qui, ayant survécu la crise du néolibéralisme, s´adaptent avec succès a une nouvelle étape plus propice pour se réinstaller comme acteurs décisives dans le terrain politique, économique et social.

Inicio de página

Bibliografía

ATZENI, Maurizio,GHIGLIANI, Pablo, “Nature and limits of trade unions’ mobilisations in contemporary Argentina”, LabourAgain Publications, IISG, Amsterdam, 2008. Disponible en ligne <http://www.iisg.nl/labouragain/documents/atzeni-ghigliani.pdf>

BACCARO, Lucio,HAMANN, Kerstin,TURNER, Lowell, “The Politics of Labour Movement Revitalization: The Need for a Revitalized Perspective”, European Journal of Industrial Relations, vol. 9, n° 1, 2003, p. 119-133.

ETCHEMENDY, Sebastian, COLLIER, Ruth, “Down but Not Out: Union Resurgence and Segmented Neocorporatism in Argentina”, Politics and Society, vol. 35, n° 3, 2007, p. 363-401.

FAIRBROTHER, Peter, “Wanted, a new trade unionism for Europe”, Eurotropia, 2005, p. 4-5. Disponible en ligne <http://www.tni.org/sites/www.tni.org/archives/reports/newpol/eurotopia1.pdf>

FREGE, Carola; KELLY, John, “Union Revitalization Strategies in Comparative Perspective”, European Journal of Industrial Relations, vol. 9, n° 1, 2003, p. 7-24.

HEERY, Edmund; KELLY, John; WADDINGTON, Jeremy, “Union Revitalization in Britain”, European Journal of Industrial Relations, vol. 9, n° 1, 2003, p. 79-97.

JABBAZ, Marcela, “Modalidades y estructura de la negociación durante procesos de cambio organizacional. Estudio comparativo en las industrias automotriz y siderúrgica argentinas”, III Congreso Latinoamericano de Sociología del Trabajo, Buenos Aires, 2000.

JÓDAR, Pere,ORTIZ, Luis ; MARTÍ, Joel,MARTÍN, Antonio,ALÓS, Ramón, “Los perfiles de la afiliación sindical. Una propuesta metodológica a partir de un estudio de CCOO de Cataluña”, VIII Congreso español de Sociología, Alicante, septiembre 2004.

NOVICK, Marta,CATALANO, Ana, “Reconversión productiva y estrategias sindicales en la industria automotriz argentina”, Estudios del Trabajo, n° 11, ASET, 1996.

PALOMINO, Héctor, SENÉN GONZÁLEZ, Cecilia, El Sector Automotriz en la Argentina, Buenos Aires, 1998.

SENÉN GONZÁLEZ, Cecilia,TRAJTEMBERG, David,VARELA, Hernán ; BALDI, Lucila, “Negociación colectiva en el sector automotriz”, Revista Trabajo, Ocupación y Empleo, n° 4, 2006, p. 77-111.

__________,MEDWID Bárbara, “Resurgimiento del conflicto laboral en la Argentina pos-devaluación : un estudio en el sector aceitero”, Revista Argumentos, año 20, n° 54, 2007, p. 81-101.

Inicio de página

Notas

2 Données du Sous-secrétariat de programmation technique et d’études du travail (SSPTyEL) du ministère du travail recueillies lors de l’enquête permanente sur les foyers réalisée par l’institut national de statistiques et de recensement.

3 Ce débat fait l’objet d’une discussion dans un ouvrage intitulé “Revitalisation syndical en Argentine, Brésil et Uruguay : Repensant les relations du travail post- néolibérales” Projet UBACyT, sous la direction de Cecilia Senén González.

4 Les conventions collectives de travail (CCT) constituent des corpus normatifs complets destinés à réguler les relations de travail au sein d’un secteur, d’une branche ou d’une entreprise. Les accords visent quant à eux à modifier certaines dispositions spécifiques des conventions, comme les échelles de salaires, la journée de travail ou la formation.

5 Par formes traditionnelles du leadership dans les syndicats, on fait référence à un schéma verticaliste, peu démocratique, qui domine dans les syndicats affiliés à la centrale officielle (Confédération Général du Travail). Tels syndicats n´expriment pas de stratégies innovatrices ni de liens avec les mouvements sociaux comme on propose dans une revitalisation du style anglo-saxon.

6 Les données utilisées pour analyser le renouveau syndical dans le secteur automobile sont tirées de l’étude intitulée “Negociación colectiva en el sector automotriz” (2006), menée au SSPTyEL par Senén González, Trajtemberg, Varela et Baldi. Cette étude s’appuie sur la CCT et les accords signés entre 2003 et 2006.

7 Données tirées du système de sécurité sociale (SIJP), incluant uniquement les travailleurs salariés inscrits à la sécurité sociale, à savoir ceux qui disposent d’une protection contre le licenciement, d’un salaire familial, d’une assurance chômage et qui sont représentés par un syndicat dans la négociation collective.

8 Syndicat des mécaniciens et ajusteurs du transport automoteur de la République argentine.

9 Union ouvrière métallurgiste.

10 Syndicat unique des travailleurs du pneumatique et activités connexes.

11 Union des ouvriers et employés du plastique.

12 “Terminales” automotrices, ce sont les usines qui fabriquent les voitures terminés. Les équipementiers ce sont celles qui fabriquent des parts pour les voitures (bougies, soupapes, etc.) puis les terminales s´occupent de l´assemblage.

13 Le kaisen est un système productif d´amélioration de façon continue et intégrale qui a origine au Japon. Ce système comprend tous les éléments, composants, procès, activités, produits et membres d´une organisation et il est rependu dans des pays à travers des méthodes tel que cercles de qualité et systèmes de production just-in-time.

14 Selon la Loi Argentine nº 14.250, les conventions collectives de travail restent en vigueur plus loin que les termes fixés, jusqu´ un nouveau renouvellement ou changement de la convention signée.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Cecilia Senén González y Julieta Haidar, « Existe-t-il un renouveau syndical en Argentine ? Le cas du secteur automobile », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 26 | 2013, Publicado el 17 enero 2014, consultado el 22 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/4767

Inicio de página

Autores

Cecilia Senén González

Docteur en études sociales, UAM-I, México D.F ; chercheuse du CONICET à l’IIGG-Argentine. Professeur de la faculté des sciences sociales de l’Université de Buenos Aires. Actuellement conseillère du ministère du travail au SSPTyEL. csenen@fibertel.com.ar

Julieta Haidar

Licenciée en Sciences Politiques et étudiant au doctorat en sciences sociales de l’Université de Buenos Aires. Bousière du CONICET à l’IIGG-Argentine. Professeur de la faculté des sciences sociales de l’Université de Buenos Aires. julietahaidar@yahoo.com.ar

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org