Navegación – Mapa del sitio

Itinéraire d’un syndicaliste devenu candidat à la présidentielle : Utilisation et contention d’un militant ouvrier dans le Venezuela de Chávez

Thomas Posado

Resúmenes

La carrière d’Orlando Chirino illustre la montée en puissance d’une gauche radicale longtemps marginalisée puis sa contention. Militant syndical dès les années 70, Orlando Chirino organise un secteur textile revendicatif. Après l’accession au pouvoir d’Hugo Chávez, il soutient le Gouvernement face aux tentatives de déstabilisation de l’opposition. Il devient l’un des dirigeants nationaux de la nouvelle centrale syndicale. Le démantèlement des structures bureaucratiques liées à l’opposition lui permet une ascension dans le champ syndical. Alors qu’il dirige le courant majoritaire de la nouvelle centrale syndicale, sa revendication d’autonomie à l’égard du pouvoir politique le marginalise peu à peu. Après avoir appelé à voter nul lors d’un référendum constitutionnel, le Gouvernement le licencie. Dès lors, il se rapproche de dirigeants syndicaux d’opposition et fonde avec eux des structures dont il est le principal dirigeant. Orlando Chirino tente d’entrer dans le champ politique, indépendamment du chavisme et de l’opposition sans succès. Cet itinéraire est riche d’enseignements sur le champ syndical vénézuélien concernant la polarisation que connaît le pays et concernant la capacité du gouvernement à contenir les courants de gauche contrairement à d’autres pays latino-américains.

Inicio de página

Texto completo

1 Retracer une histoire de vie dans un cadre scientifique est un objectif non dénué d’écueils. Le principal piège consiste dans le « double sens de signification et de direction » (Bourdieu, 1986 : 69). Pierre Bourdieu critiquait l’illusion de ces biographies : « Produire une
 histoire de vie, traiter la vie comme une histoire, c'est-à-dire comme le récit cohérent d'une séquence signifiante et orientée d'événements, c'est peut-être sacrifier à une illusion rhétorique, à une représentation commune de l'existence » (Bourdieu, 1986 : 70). Nous étudierons l’itinéraire du syndicaliste Orlando Chirino en évitant un caractère narratif ou l’imposition d’une orientation chronologique mais plutôt en l’utilisant comme prisme pour mieux appréhender la nature du Gouvernement Chávez. Compte tenu de notre concentration sur les aspects politiques, syndicaux et professionnels de la vie d’Orlando Chirino et assez peu sur les aspects affectifs et familiaux, nous préfèrerons dans ce texte utiliser le terme de carrière à celui de trajectoire qui s’article à la notion d’habitus. La notion de carrière s’attache à « comprendre comment à chaque étape de la biographie, les attitudes et comportements sont déterminés par les attitudes et comportements passés et conditionnent à leur tour le champ des possibles à venir, resituant ainsi les périodes d’engagement dans l’ensemble du cycle de vie » (Fillieule, 2001 : 201). Cette étude s’appuie sur un ouvrage issu d’une entrevue qu’il avait accordé en juin 2005 (Chirino, 2005) et de deux longs entretiens réalisés avec lui en 2007 et 2010, recoupés avec des témoignages de proches et des recherches documentaires.

  • 1 Courant poursuivant les idées de Nahuel Moreno, dirigeant trotskiste argentin. 

2Au fil de ses quatorze années de gouvernement, les évolutions du chavisme ont transformé en profondeur l’identité de certains militants syndicaux au gré des affiliations et désaffiliations. Les changements dans la carrière d’Orlando Chirino sont riches d’enseignements sur les évolutions du Gouvernement Chávez. Militant trotskyste de longue date aujourd’hui affilié au courant moréniste1 Unité Internationale des Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI), Chirino a longtemps été un dirigeant marginalisé pour privilégier la fonction contestataire du syndicalisme à celle de négociation ou de cogestion. Au moment le plus aigu des déstabilisations de l’opposition, le soutien indéfectible du militant syndical au Gouvernement lui permet d’entrer dans le champ des dirigeants syndicaux nationaux. Les contradictions entre son projet marxiste révolutionnaire et le projet national-populaire du Gouvernement vont l’amener à une désaffiliation progressive et à former des fronts communs avec des secteurs de l’opposition. Nous tenterons de distinguer les différents moments de la carrière militante d’Orlando Chirino par la compréhension des états d’équilibre relatif de chacune.

Le militant syndical oppositionnel

  • 2 AD est le parti social-démocrate dominant avant Chávez.

3Orlando Chirino est né en 1949 à Coro où il grandit dans le barrio Curazaito. Issu d’une famille paysanne, il est le cinquième d’une famille de quinze enfants. Il s’engage en politique à l’âge de 15 ans dans le Mouvement de la Gauche révolutionnaire (Movimiento de Izquierda Revolucionaria, MIR), une scission d’AD2 qui mena des actions de résistance armée de 1960 à 1969 suivant l’exemple de la Révolution cubaine. Etudiant en ingéniérie, il reçoit ses premières responsabilités politiques comme dirigeant étudiant. Il rencontre à ce moment-là celle qui deviendra la mère de ses enfants, alors étudiante en médecine. Après la fin de la période de lutte armée, le MIR est miné par les luttes internes. Chirino rejoint en 1976 la tendance trotskyste, le MIR-Proletario, puis en 1982 fonde la première organisation trotskyste au Venezuela, le Parti Socialiste des Travailleurs (PST).

4A partir de 1974, Orlando Chirino travaille à la Celanese, une entreprise de fabrication de textiles synthétiques installée à Valence, la capitale de l’Etat industriel du Carabobo. Il y crée la section syndicale. En 1984, sa candidature est proposée pour la présidence de la Centrale Nationale des Travailleurs Textiles (CENTRATEX), fédération nationale du secteur textile, il en devient le secrétaire général. La CENTRATEX était affiliée à la CUTV, la centrale syndicale liée au Parti Communiste Vénézuélien. Au sein de la CENTRATEX, le syndicat d’Orlando Chirino, l’Union des Travailleurs de l’Industrie Textile (UTIT), émerge comme le syndicat le plus important et l’un des plus revendicatifs de la CUTV. Même si l’industrie textile était un bastion communiste depuis les années 40, l’UTIT était dirigée par des partis de la gauche non traditionnelle. (Ellner, 1995 : 195-196).

5L’expérience de l’UTIT est caractérisée par ses mécanismes de participation ouvrière accrue comme les assemblées périodiques. Durant les négociations des conventions collectives de 1977 et 1980, les principaux projets du syndicat distribués aux ouvriers se décidaient en assemblées. Ce groupe parviendra à réaliser des coups d’éclat tel que la prise de cathédrale de Caracas en janvier 1980 par 189 travailleurs récemment licenciés. (Ellner, 1995 : 256). Cependant, la défaite de ce mouvement social en 1980 et l’expansion de l’industrie textile dans la décennie suivante mènent à une résurgence de la domination du parti social-démocrate au pouvoir, AD, dans le mouvement textile ouvrier (Ellner, 1995 : 260).

6Le mouvement trotskyste vénézuélien sera un soutien de la candidature d’Hugo Chávez dès l’élection présidentielle de 1998. Le PST sera une des premières organisations à l’appuyer et se dissoudra peu après la victoire. Sur le plan syndical, Orlando Chirino est membre depuis 1994 de la centrale syndicale majoritaire, la CTV, afin de la soustraire à l’influence d’AD. Il promeut d’ailleurs la création de la Force Bolivarienne des Travailleurs (FBT) rassemblant les militants syndicaux favorables au Gouvernement. En 2001, en accord avec le nouveau Gouvernement Chávez, il délaisse le secteur textile de l’Etat du Carabobo dans lequel il travaillait depuis vingt-sept ans pour être employé à Caracas dans l’entreprise pétrolière publique, PDVSA. Quelques mois plus tard, l’opposition au Gouvernement soutenu par le patronat et la direction de la CTV liée à AD, commence sa stratégie insurrectionnelle. Une tentative de coup d’Etat militaire a lieu en avril 2002 puis une paralysie de l’économie entre décembre 2002 et février 2003. Orlando Chirino dénonce cette remise en cause de la Constitution puis joue un rôle important dans la résistance à la deuxième tentative de renversement du Gouvernement. Il participe à des dizaines d’assemblées de travailleurs et de manifestations pour appeler au maintien de l’industrie pétrolière en fonctionnement et ainsi soutenir le Gouvernement. Orlando Chirino est alors représentatif de militants de gauche radicale qui participent avec enthousiasme à la mise en place et à la consolidation du Gouvernement Chávez, dissolvent leurs structures politiques et syndicales pour s’unifier au mouvement chaviste et ne manifeste aucune divergence avec lui.

Le dirigeant syndical chaviste

  • 3 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.

7 Après la paralysie de l’économie de décembre 2002 à février 2003, les rapports de force évoluent dans le pays. Les forces syndicales chavistes qui tentaient de gagner la direction de la CTV depuis l’intérieur délaissent la centrale syndicale majoritaire. Pour Orlando Chirino, ce n’est plus « une organisation des travailleurs mais un bras exécutant de l’impérialisme »3. Le démantèlement de la structure bureaucratique de la CTV permet, selon le sociologue Héctor Lucéna, « aux forces syndicales de gauche, longuement contenues par la direction, de gagner en marge de manœuvre » (Lucena, 2007). Orlando Chirino devient l’un des 21 coordinateurs nationaux de l’Union Nationale des Travailleurs (UNT), la nouvelle centrale syndicale fondée en alternative à la CTV, en soutien au Gouvernement Chávez. Les 1er et 2 août 2003, lors du congrès de fondation de l’UNT, les délégués adoptent un programme très radical, qui réclame la nationalisation des banques, la réouverture sous contrôle ouvrier des entreprises fermées, le refus du paiement de la dette extérieure, la semaine de 36 heures ou encore l’indexation automatique des salaires sur l’inflation.

8 Orlando Chirino accède à une direction qui se veut « horizontale » où aucun des coordinateurs nationaux n’a une charge spécifique. Ce « gain de marge de manœuvre des forces syndicales de gauche » permet à Chirino de représenter le Venezuela à la Conférence Internationale du Travail à Genève en juin 2003. Une telle délégation pour un militant de la gauche radicale en dit long sur la situation sociale du Venezuela où on estime à 1 200, le nombre d’entreprises occupées par leurs travailleurs après leur fermeture par le chef d’entreprise (Janicke, 2007). Pour Chirino, il s’agit du premier voyage en Europe, une occasion inespérée compte tenu de sa position sociale. A son retour, il mobilise pour le non au référendum convoqué par l’opposition concernant la révocation d’Hugo Chávez le 15 août 2004. Le 30 janvier 2005, Chávez proclame pour la première fois l’objectif de la construction d’une société socialiste. Dès lors, Chirino est un promoteur zélé du socialisme du XXIème siècle face aux syndicalistes maintenant des revendications économiques :

[Le]s « vieux » dirigeants syndicaux, essaient de reproduire la vieille essence économiciste des syndicats. Ils continuent de s’occuper par la négociation des contrats de travail, les revendications minimes des travailleurs, mais n’ont aucune perspective politique de lutter effectivement pour un modèle social nouveau et supérieur. Pour cela, je crois qu’ils ne vont jamais comprendre la discussion sur le Socialisme du XXIème Siècle que propose le Président Chávez (Chirino, 2005 : 16).

9 Orlando Chirino stigmatise ceux qui critiquent l’intervention d’Hugo Chávez à la fin du rassemblement du 1er mai :

Nous sommes disposés à nous faire tuer pour défendre ce Gouvernement et les conquêtes obtenues, contre les attaques de l’impérialisme et nous ne pouvons pas être à la même estrade au Premier Mai ? C’est une preuve d’infantilisme et d’une certaine forme, d’hypocrisie politique. (Chirino, 2005 : 61).

10Pourtant, l’organisation du 1er mai est dès 2003 l’objet de polémiques à l’intérieur du mouvement syndical. Alors que certaines fractions du chavisme voulaient faire la fête, une tombola ou un bal, les proches de Chirino appellent à la mobilisation. Cette anecdote illustre l’hétérogénéité des forces syndicales chavistes. Orlando Chirino incarne selon Steve Ellner « les plus radicaux parmi ceux de la ligne dure » (Ellner, 2011 : 150) qui se basent sur le postulat suivant : si le processus de radicalisation est interrompu, tout serait perdu. Cette fraction syndicale met en garde des impasses du développement des coopératives. Celles-ci risquent, selon eux, de favoriser la flexibilisation du travail et des emplois précaires, d’empêcher les travailleurs de jouir des droits sociaux légaux et de leur donner l’illusion d’appartenir à la classe dominante. Chirino conteste également l’augmentation unilatérale du salaire minimum sans prise en compte des revendications de la base.

11La multiplication de ces divergences a des conséquences organisationnelles au sein de l’UNT. Chirino est exclu de la FBT fin 2004. Sur le plan politique, le trotskisme se reconstitue en organisation politique, le Parti Révolution et Socialisme (PRS) en juillet 2005. Avec d’autres dirigeants syndicaux, il fonde le 18 février 2006, le Courant Classiste Révolutionnaire et Autonome (C-CURA) qui revendique :

[I]ndépendance et autonomie de l’organisation ouvrière par rapport à l’impérialisme, les patrons, les partis et par rapport au même Gouvernement, indépendamment de la défense du Gouvernement du président Chávez et des conquêtes obtenues dans le processus révolutionnaire, parce que les travailleurs doivent avoir l’autonomie organisationnelle et de lutte (C-CURA, 2006).

  • 4 Entretien avec Orlando Chirino, le 22 février 2010.

12Cette attitude plus intransigeante que celle des années précédentes, si elle suscite la méfiance du Gouvernement, jouit d’une relative popularité à la base. Lors du IIème Congrès de l’UNT, du 25 au 27 mai 2006, 800 des 2 500 délégués se reconnaissent dans cette orientation contre seulement 200 à 300 pour les courants concurrents (Sanarbia, 2006 : 26). Les autres courants, plus subordonnés au Gouvernement, empêchent l’élection d’une direction, l’adoption d’un programme et la convocation d’un processus électoral. Les courants concurrents du C-CURA se retirent précipitamment. Ils prétendent que la campagne pour la réélection de Chávez en décembre 2006 doit primer sur toute autre préoccupation et remettre à plus tard les revendications salariales. Ce congrès s’achève dans une ambiance délétère avec des affrontements physiques. Les insultes fusent, les chaises volent. Chirino parle de sabotage4. Ces tensions provoquent une polarisation interne de l’UNT. D’une part, la FBT concentre le pouvoir par les liens étroits tissés avec le Ministre du Travail (Ellner, 2011 : 204). L’ensemble des mesures adoptées par le Gouvernement Chávez sont appuyées par l’UNT. D’autre part, le C-CURA s’oppose de plus en plus frontalement à la FBT et au Gouvernement. Après ce congrès, il n’y aura plus de relation directe entre Orlando Chirino et Hugo Chávez. Les rancœurs perdurent envers la FBT :

  • 5 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.

Abusant et violant l’autonomie, elle fait des choses pires que la IVème République, je le dis ouvertement, tente de détruire le C-CURA, se compromet avec des patrons sous prétexte de socialisme (…) ils tentent de corrompre des dirigeants syndicaux, ils tentent de les neutraliser par le pouvoir du ministère du Travail. Ils veulent en finir avec le mouvement syndical. C’est une chose très grave5.

  • 6 Au Venezuela, un seul candidat peut être soutenu par différents partis. Ainsi, lors des élections p (...)
  • 7 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.
  • 8 Idem.
  • 9 Idem.

13Bien que les polémiques se multiplient, le C-CURA adopte une position de soutien « critique » à Chávez au moment des élections présidentielles de 2006 sous l’étiquette d’un petit parti de gauche, l’Unité Populaire Vénézuélienne (UPV)6 en affirmant que la bureaucratisation et la corruption menacent l’actuel processus révolutionnaire. Le C-CURA soutient la non-rénovation de la chaîne de télévision privée, RCTV, par le Gouvernement ; Orlando Chirino constate toujours que « la liberté syndicale est meilleure que celle d’avant (…) les travailleurs ont amélioré leurs conditions de vie de travail, leurs droits politiques, leurs droits syndicaux et démocratiques »7. Il n’attaque pas Hugo Chávez de front et préfère utiliser le mythe du bon roi et des mauvais ministres : « Les personnes qui entourent Chávez sont perverses. Beaucoup ne sont pas conséquentes dans la lutte pour le socialisme. Je crois qu’il faut que le Président écoute le mouvement syndical, les dirigeants ouvriers »8. Il reconnaît que « Chávez va dire des choses à l’Empire qu’aucun autre président n’aurait osé dire »9.

14Toutefois, la rupture va se poursuivre. Tout d’abord sur le plan politique, après les élections présidentielles de décembre 2006, Chávez appelle à l’unité de tous ses partisans dans le Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV). Une partie du PRS / C-CURA choisit de répondre positivement à l’initiative et fonde le groupe politico-syndical, Marée Socialiste. L’autre partie emmenée par Orlando Chirino refuse d’entrer dans une organisation jugée polyclassiste. Cette scission du courant trotskyste vénézuélien l’affaiblit aussi dans le champ syndical. Orlando Chirino rompt avec un très proche ami syndicaliste, Stalin Pérez Borges qui conduit Marée Socialiste. Le C-CURA s’éloigne définitivement du chavisme après un discours d’Hugo Chávez parfaitement explicite sur la question de l’autonomie syndicale : « Beaucoup de syndicats sont nés ces dernières années mais tous empoisonnés avec le même poison : autonomie syndicale » (Chávez, 2007).

Le dirigeant syndical d’opposition

  • 10 Entretien avec Orlando Chirino, le 22 février 2010.

15 Ce refus de l’autonomie syndicale va mener Orlando Chirino à s’éloigner progressivement du Gouvernement. Lors de l’échéance électorale suivante, le référendum constitutionnel du 2 décembre 2007, il appelle à voter nul considérant que la réforme renforcerait les entreprises mixtes dont les multinationales pétrolières se servent pour continuer à exploiter le pétrole vénézuélien et n’éliminerait en aucun cas la corruption et la bureaucratisation qui gangrènent la révolution bolivarienne. Quelques semaines plus tard, le 27 décembre 2007, il est démis du poste de secrétaire à l’hygiène et à la sécurité qu’il occupait alors dans le syndicat des travailleurs pétroliers et licencié de PDVSA. Cette procédure est perçue comme un acte de vengeance politique de son absence de soutien au scrutin précédent (Uzcátegui, 2011 : 70). Cette critique de gauche n’est pas admise par le Gouvernement comme l’a compris Orlando Chirino lui-même : « Comme m’a dit un jour, un de mes chefs, un ami à moi, ce qui se passe, c’est que le Gouvernement pense que tu as fait beaucoup de dommages. Ce n’était pas la même chose que quand c’était des types de droite qui parlaient »10.

16 Licencié, isolé dans le champ politique, écarté du champ syndical, Chirino se tourne désormais vers les dirigeants syndicaux de l’opposition. La CTV est discréditée à ses yeux mais il forme un mouvement de défense de certains droits sociaux avec plusieurs de ses dirigeants indépendants des deux partis dominants avant Chávez. Il mobilise les vieilles amitiés de sa jeunesse d’extrême-gauche. Ainsi, il retrouve Pablo Castro qui était au MEP, Rodrigo Penso du MAS ou Froilán Barrios au MIR comme lui, en dépassant les clivages politiques autour du chavisme qui les opposent depuis près d’une décennie. Ils fondent en juillet 2009, le Mouvement Solidarité au Travail (Movimiento Solidaridad Laboral, MSL) pour la défense des conventions collectives non-renégociées depuis le début de la crise économique en 2008, la sauvegarde du niveau des salaires sans cesse rongé par une inflation endémique, la protection de l’autonomie syndicale et la lutte contre la criminalisation des protestations. Cette pression avait décrue depuis le début du Gouvernement Chávez et renaît à partir de 2007. Le C-CURA étant la composante la plus nombreuse de l’alliance, Orlando Chirino en devient le coordinateur national, puis celui du Front Autonome de Défense de l’Emploi, du Salaire et du Syndicat (FADESS) en 2011, nouveau patronyme du MSL. Le C-CURA n’agit pas dans le champ politique avec ces forces, ce qui crée des contradictions lorsque des députés d’opposition s’invitent dans une manifestation à l’appel du FADESS (Valverde, 2011).

  • 11 Idem.
  • 12 Idem.
  • 13 Idem.
  • 14 Idem.
  • 15 Idem.

17 Ce renversement des alliances syndicales se recoupe avec une évolution du discours. Si Chirino avait tendance à épargner le président pour mieux responsabiliser son entourage en 2007, il adopte le point de vue inverse trois ans plus tard. Ainsi, Chávez est désormais qualifié d’ « ennemi des travailleurs »11. Certaines structures de phrases sont marquées par la rancœur : « Le Gouvernement et particulièrement le Président de la République, parce que quand je te parle de Gouvernement, tu sais que c’est un Gouvernement unipersonnel »12. La bolibourgoisie qui qualifie au Venezuela, la bourgeoisie bolivarienne qui s’est enrichie durant la Révolution bolivarienne est rebaptisée : « Nous disons « chavo-bourgeoisie » parce que nous voulons respecter un peu la lutte de Bolívar, implacable avec les corrompus »13. Les caractérisations du Gouvernement vénézuélien relèvent d’un inventaire à la Prévert : « Son régime est stalino-bourgeois » ; « programme néo-libéral, capitalisme d’Etat »14 et revient alors sur des prises de position passées : « Nous avons commis une erreur grave de soutenir la fermeture de RCTV en 2007. Nous avons eu une discussion interne et nous pensons que tout ça s’est terminé contre les travailleurs et nous sommes des défenseurs inconditionnels de la liberté d’expression »15.

18 Au même moment, Orlando Chirino tente une entrée dans le champ politique. Le PRS implose après le départ de Marée Socialiste et le courant d’Orlando Chirino refonde son organisation politique en Unité Socialiste de Gauche (Unidad Socialista de Izquierda, USI) en avril 2008. Lors des élections législatives de septembre 2010, l’USI conclut un accord avec Patrie Pour Tous (PPT), parti de centre-gauche ayant soutenu le Gouvernement Chávez jusqu’au début de l’année 2010 et qui a choisi l’indépendance du chavisme et de l’opposition pour ce scrutin. Dans ce cadre, l’USI présente une vingtaine de candidats sous l’étiquette du PPT dont Orlando Chirino à Valence. Cette tentative d’échappement à la bipolarisation qui caractérise la vie politique vénézuélienne depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez se solde par un échec. Le PPT n’obtient que 3,1 % des suffrages au niveau national et Orlando Chirino, 0,74 % dans sa circonscription. Le travail militant de l’USI permet de recueillir suffisamment de signatures pour le légaliser comme parti national en décembre 2011 sous le nom de Parti Socialisme et Liberté (PSL). Orlando Chirino devient le candidat à l’élection présidentielle de ce parti pour les échéances d’octobre 2012 en opposition aux candidatures « bourgeoises » d’Hugo Chávez et Henrique Capriles, le candidat de l’opposition. Il n’obtient que 4 144 voix soit 0,02 % des suffrages exprimés et arrive en dernière position des six candidats. Ce résultat doit être relativisé à la lumière des élections précédentes : depuis l’an 2000, aucun candidat indépendant du chavisme et de l’opposition n’a réussi à dépasser le seuil de 0,5 %. Les médias privés sont pour la plupart acquis au candidat de l’opposition, ceux du secteur public au candidat de la majorité. Dans ce cadre, les candidatures alternatives sont d’autant plus inaudibles que le Venezuela est le seul pays de la région où la politique ne reçoit aucun financement public, direct ou indirect (Zovatto, 2003). Toutefois, on peut remarquer l’échec de la construction d’une opposition à la gauche de Chávez et l’utilisation dans un premier temps puis la contention d’un militant ouvrier par le Gouvernement vénézuélien.

Conclusion

19 Cette étude de la carrière d’Orlando Chirino peut nous livrer un certain nombre d’enseignements. Tout d’abord, concernant l’itinéraire de ce syndicaliste, on constate qu’il a hérité de sa famille politique, un positionnement qui lui a permis d’avoir une ascension dans le champ syndical entre 2003 et 2006, il en a aussi hérité un projet de société qui a obéré son maintien à la tête de l’UNT par ses contradictions avec le Gouvernement à partir de 2007. Sa carrière nous illustre le mode de recrutement des élites syndicales durant le chavisme marquées aujourd’hui par une profonde inexpérience. L’exemple le plus connu est celui de Nicolás Maduro, le successeur d’Hugo Chávez. Il a dirigé peu de temps un syndicat minoritaire dans le métro de Caracas mais a eu une ascension politique due à une proximité avec la direction du chavisme inversement proportionnelle à l’ampleur de son travail de base dans le champ syndical. Comme l’écrit Pierre Bourdieu, ces éléments sont de la « chair à canon pour combattre les vieux qui, commençant à avoir du capital (…) se servent de ce capital pour contester (…). Celui qui n’a rien, est un inconditionnel ; il a d’autant moins à opposer que l’appareil lui donne beaucoup, à la mesure de son inconditionnalité, et de son néant » (Bourdieu, 1984 : 54).

20 Cette recherche exemplifie la polarisation que connaît le Venezuela depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez. Orlando Chirino est passé successivement du statut de dirigeant syndical chaviste défendant le projet du « socialisme du XXIème siècle » et accusant les personnes « perverses » qui entourent le chef de l’Etat à celui de dirigeant syndical d’opposition visant Hugo Chávez en premier lieu et l’accusant pêle-mêle de mener le pays sur la voie du stalinisme, de la bourgeoisie, du néo-libéralisme et du capitalisme d’Etat. Ce type de revirements révèle à la fois la personnification du pouvoir par Hugo Chávez et le difficile débat interne au sein du chavisme. La singularité de l’expérience d’Orlando Chirino réside dans la tentative de construction dans le Venezuela d’Hugo Chávez d’un courant politique oppositionnel défendant de manière plus intransigeante les classes populaires. Son extrême marginalité à la différence du PSOL au Brésil, de l’Unité Plurinationale des Gauches en Equateur, ou peut-être demain du Parti des Travailleurs récemment créé en Bolivie montre la capacité du Gouvernement Chávez à d’abord utiliser puis contenir les forces de la gauche radicale sans qu’elles ne basculent dans une opposition indépendante des deux coalitions majoritaires.

Inicio de página

Bibliografía

BOURDIEU, Pierre, « La délégation et le fétichisme en politique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 52-53, juin 1984, p. 49-55.

BOURDIEU, Pierre, « L'illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, vol. 62-63, juin 1986. p. 69-72.

C-CURA, Hacia el II Congreso de la UNT : Se realizó Encuentro de la Corriente Sidical Clasista, <http://www.aporrea.org/trabajadores/n73430.html>, le 18 février 2006.

CHÁVEZ, Hugo, Primer Encuentro con Propulsores del Partido Socialista Unido de Venezuela, <http://www.minci.gob.ve/alocuciones/4/13788/primer_encuentro_con.html>, le 24 mars 2007.

CHIRINO, Orlando, Orlando Chirino…Responde, Caracas, Instituto Municipal de Publicaciones, 2005, 78 p.

ELLNER, Steve, El sindicalismo en Venezuela en el contexto democrático (1958-1994), Caracas, Ed. Tropykos, 1995, 351 p.

ELLNER, Steve, El fenómeno Chávez : sus orígenes y su impacto, Caracas, Ed. Tropykos – Centro Nacional de Historia, 2011, 312 p.

FILLIEULE, Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l'engagement individuel Post scriptum », Revue française de science politique, Paris, 2001, vol. 51, p. 199-215.

JANICKE, Kiraz, Venezuela’s Co-Managed Inveval : Surviving in a Sea of Capitalism,

<http://www.venezuelanalysis.com/analysis/2520>, le 27 juillet 2007.

LUCENA, Héctor, Le mouvement ouvrier dans la révolution bolivarienne,

<http://risal.collectifs.net/spip.php ?page =imprimer&id_article =2126>, 19 avril 2007.

SANABRIA, William, El futuro de la UNT y los peligros del reformismo y del ultraizquierdismo, Caracas, Fundación Federico Engels, 2007, 35 p.

UZCÁTEGUI, Rafael, Venezuela : révolution ou spectacle ?, Paris, Les Amis de Spartacus, 2011, 271 p.

VALVERDE, Marcos David, « Trabajadores marchan hoy con el bloque opositor », Correo del Caroní, 26 mars 2011.

ZOVATTO, Daniel, Dinero y política en América Latina : una visión comparada, Lima, IDEA Internacional y Asociación Civil Transparencia, 2003, 76 p.

Inicio de página

Notas

1 Courant poursuivant les idées de Nahuel Moreno, dirigeant trotskiste argentin. 

2 AD est le parti social-démocrate dominant avant Chávez.

3 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.

4 Entretien avec Orlando Chirino, le 22 février 2010.

5 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.

6 Au Venezuela, un seul candidat peut être soutenu par différents partis. Ainsi, lors des élections présidentielles de 2006, les électeurs pouvaient voter pour Hugo Chávez par le biais de 24 partis différents.

7 Entretien avec Orlando Chirino, le 26 juin 2007.

8 Idem.

9 Idem.

10 Entretien avec Orlando Chirino, le 22 février 2010.

11 Idem.

12 Idem.

13 Idem.

14 Idem.

15 Idem.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Thomas Posado, « Itinéraire d’un syndicaliste devenu candidat à la présidentielle : Utilisation et contention d’un militant ouvrier dans le Venezuela de Chávez », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 26 | 2013, Publicado el 17 enero 2014, consultado el 19 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/4828

Inicio de página

Autor

Thomas Posado

Université Paris-VIII
Doctorant de Science Politique à l’Université Paris VIII ; ATER à l’Université de Haute-Alsace 
thomas.posado@free.fr.

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org